Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Dans les jours qui ont précédé et suivi l’élection présidentielle de novembre 2020, le général Mark Milley, chef d’état-major de l’armée des États-Unis, a contacté son vis-à-vis chinois à l’insu de Donald Trump pour le rassurer que les États-Unis, malgré les tensions en mer de Chine et l’attitude belliqueuse du président américain, ne lanceraient pas …

Lire la suite

Le plus haut gradé militaire américain, le général Mark Milley, a craint que Donald Trump se maintienne au pouvoir après sa défaite électorale du 3 novembre dernier en orchestrant un événement semblable à l’incendie du Reichtag qui a permis aux nazis d’éliminer les forces d’opposition politique en Allemagne. Selon les auteurs d’un nouveau livre sur …

Lire la suite

«Mark Milley est le chef d’État-Major de l’armée des États-Unis. Il n’a pas obtenu ce poste parce qu’il est brillant ou parce qu’il est courageux ou parce que les gens qui le connaissent le respectent. Il ne l’est pas et ils ne le respectent certainement pas. Il a obtenu ce poste parce qu’il est obséquieux. …

Lire la suite

La question qui coiffe ce billet est aussi brillante que le type qui l’a posée mercredi au chef d’État-Major de l’armée des États-Unis, le général Mark Milley, lors d’une audition de la commission des Forces armées de la Chambre des représentants sur le budget 2022 du département de la Défense : Matt Gaetz. Elle reflète …

Lire la suite

«Je n’aurais pas dû être là. Ma présence à ce moment et dans cet environnement a créé l’impression que l’armée était impliquée dans la politique intérieure. En tant qu’officier en uniforme, c’était une erreur de laquelle j’ai appris, et de laquelle j’espère sincèrement que nous avons tous appris.»

Le commandant des forces américaines en Irak a remis une lettre au numéro deux de l’armée irakienne annonçant un plan de retrait des soldats américains d’Irak au lendemain du vote du parlement irakien réclamant l’expulsion des militaires américains en représailles à l’assassinat à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani. Ah oui? Ah non!