Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Un peu d’inside baseball ce matin? Employée dans le contexte politique, cette expression fait référence aux détails stratégiques ou logistiques d’une campagne électorale. Le détail que j’aborde ici a été éclipsé par les comptes-rendus et analyses du quatrième débat démocrate et la chicane de bas étage entre Hillary Clinton et Tulsi Gabbard, qui auraient toutes les deux eu intérêt à mieux choisir leurs mots. Il concerne l’argent en banque sur lequel Joe Biden peut compter comparativement à ses principaux adversaires.

Lire la suite

Mitt Romney ne mâche pas ses mots contre Donald Trump. Il avait déjà dénoncé les positions présidentielles sur les dossiers ukrainiens ou chinois, ce qui a entraîné la colère du président. Ces dénonciations ont emmené un groupe de pression à diffuser une publicité négative en Utah, l’État où il est sénateur.

Jeudi, Mitt Romney en a rajouté une couche dans un discours devant le Sénat, dénonçant le retrait américain de la frontière syrienne :

Lire la suite

La représentante d’Hawaï Tulsi Gabbard, candidate démocrate à la présidence, a de nombreux fans sur les réseaux sociaux qui sont associés à la droite nationaliste ou à la propagande russe. Pour autant, elle rejette tout lien avec des forces nationalistes ou étrangères, et ce, malgré son apologie du régime de Bachar al-Assad et ses visites fréquentes à Fox News, où elle se plaît à dénoncer «l’establishment démocrate».

Lire la suite

Après avoir cherché d’un bout à l’autre des États-Unis un site pour le prochain sommet du G7, la Maison-Blanche a conclu que le Trump National Doral Club, propriété de Donald Trump, était «de loin le meilleur choix» pour l’organiser, a déclaré hier Mick Mulvaney, directeur du cabinet de la Maison-Blanche par intérim. «Est-ce que le président va en tirer un profit? Je pense que le président a clairement dit depuis son arrivée à la présidence qu’il ne tire pas profit de sa fonction», a-t-il ajouté.

Lire la suite

«C’est un grand jour pour la civilisation», a déclaré Donald Trump hier après l’annonce par Mike Pence d’un accord de cessez-le-feu avec Recep Tayyip Erdoğan qui n’est en fait qu’une pause de cinq jours devant permettre aux combattants kurdes d’évacuer une zone d’environ 10 000 kilomètres carrés longeant la frontière turco-syrienne. Et qui est surtout un triomphe pour le président turc, qui cimente non seulement ses gains en Syrie mais lui évite également les sanctions économiques promises par les États-Unis, comme le souligne le New York Times.

Lire la suite

Vous avez lu mon dernier billet sur l’aveu de Mick Mulvaney concernant l’affaire ukrainienne? Sachez que le directeur de cabinet de la Maison-Blanche par intérim vient de diffuser une déclaration accusant l’ensemble des médias d’avoir mal interprété ce qu’il a dit. Rapportant fidèlement ses propos, ceux-ci ont affirmé que Mulvaney avait reconnu que Donald Trump avait bloqué une aide militaire destinée à l’Ukraine en partie pour forcer le gouvernement de ce pays à enquêter sur des affaires de corruption impliquant notamment des démocrates.

Lire la suite

Oubliez les démentis de Donald Trump. Lorsque son administration a bloqué une aide militaire de près de 400 millions de dollars destinée à l’Ukraine, le président cherchait en partie à forcer le gouvernement ukrainien à faire enquête sur des affaires impliquant des démocrates. C’est l’aveu que le directeur de cabinet intérimaire de la Maison-Blanche, Mick Mulvaney, a fait aujourd’hui lors d’un point de presse. Depuis deux semaines, le président nie toute contrepartie du genre.

Lire la suite

Le 8 octobre dernier, la Maison-Blanche envoyait aux dirigeants démocrates de la Chambre des représentants une lettre cinglante dans laquelle elle justifiait le refus de l’administration Trump de collaborer à l’enquête qui pourrait mener à une procédure de destitution contre le président. Qu’à cela ne tienne, de hauts responsables du département d’État continuent à participer à des dépositions révélatrices devant les élus menant l’enquête. Aujourd’hui, c’est au tour de l’ambassadeur des États-Unis auprès de l’Union européenne (UE), Gordon Sondland, de le faire. Ce dernier profitera de l’occasion pour rompre avec Donald Trump sur l’affaire ukrainienne, selon le texte d’une déclaration préliminaire obtenue par certains médias.

Lire la suite

Donald Trump a publié cette photo sur son compte Twitter hier soir pour prouver que c’était Nancy Pelosi qui avait pété les plombs et non lui lors d’une rencontre à la Maison-Blanche sur la Syrie à laquelle des dirigeants du Congrès avaient été convoqués. Pelosi avait déclaré à la presse le contraire quelques heures plus tôt. À la droite du président se trouvait le chef d’État-Major des armées des États-Unis, le général Mark Milley, en poste depuis le 1er octobre. Il a l’air à apprécier l’expérience, tout comme le représentant de Louisiane Steve Scalise, la tête penchée au bout de la table.

Lire la suite

« Ne jouez pas au dur ! Ne faites pas l’idiot ! Je vous téléphonerai plus tard ». Ainsi prend fin une lettre adressée le 9 octobre dernier par Donald Trump à son homologue turc, et qui contient cet autre avertissement, formulé le jour même où Recep Tayyip Erdogan a lancé ses troupes à l’assaut des Kurdes dans le nord de la Syrie : « Vous ne souhaitez pas être responsable du massacre de milliers de personnes, et je ne veux pas être responsable de la destruction de l’économie turque – ce que je ferais (si nécessaire). L’Histoire vous jugera d’un œil favorable si vous agissez de façon juste et humaine. Elle vous considérera à jamais comme le diable si les choses se passent mal. »

Lire la suite

D’habitude, je regarde les débats des primaires démocrates dans un bar. Mais hier, au Lou’s, le bar où je vais normalement, toute l’attention était pour les Nationals, l’équipe de baseball de Washington, et très peu pour les deux petits écrans dédiés aux candidats démocrates, en sourdine.

Alors que la politique est généralement le sport le plus populaire de la capitale fédérale, tous ses citoyens semblent avoir ignoré le débat au nom de la fièvre du baseball. J’ai pris un café ce matin avec un stratège démocrate pour faire le point et lui-même a avoué ne pas avoir écouté le débat. Je m’en suis étouffé avec mon café, lui qui normalement commente avec enthousiaste les hauts et les bas de la politique américaine.

Lire la suite

«J’ai été fier de travailler avec Justin Trudeau en tant que président. C’est un dirigeant travaillant et efficace qui s’attaque à des enjeux majeurs comme le changement climatique. Le monde a besoin de leadership progressiste maintenant, et j’espère que nos voisins du Nord l’appuieront pour un autre mandat.»

Lire la suite