Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Les tabloïdes ont parfois tendance à accorder trop d’important aux pilleurs et aux casseurs qui exploitent les manifestations pacifiques et les détournent pour leurs fins. Cette une du New York Post représente cependant une réalité incontournable à New York : la nuit dernière, après des manifestations pacifiques en réaction à la mort de George Floyd, le coeur de Manhattan a été le théâtre de pillages encore plus généralisés que la veille, où les dégâts ont surtout été constatés dans le quartier de SoHo.

Lire la suite

«Quand des manifestants pacifiques sont évacués sur ordre du président du perron de la maison du peuple, la Maison-Blanche, en utilisant des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, pour organiser une séance de photo devant une vénérable église, nous sommes en droit de penser que le président est plus préoccupé par le pouvoir que par les principes. Qu’il est plus intéressé à servir les passions de sa base que les besoins de ceux dont il est censé s’occuper. Or le devoir du président est de prendre soin de chacun d’entre nous, pas seulement de nos électeurs, pas seulement de nos donateurs, mais de nous tous.»

Lire la suite

«Je suis l’évêque du diocèse épiscopal de Washington et je n’ai même pas reçu un appel de courtoisie pour me dire qu’ils allaient dégager la place avec des bombes lacrymogènes afin de pouvoir utiliser une de nos églises comme accessoire. […] Tout ce qu’il a dit et fait est d’enflammer la violence. Nous avons besoin de leadership moral, et il a tout fait pour nous diviser.»

Lire la suite

Un rapport d’autopsie indépendant révèle que George Floyd est mort d’asphyxie occasionnée par la pression exercée sur son dos et ses poumons par deux des agents qui le retenaient contre le sol. Quant à l’agent agenouillé sur son cou, il aurait empêché le sang de Floyd d’irriguer son cerveau, selon le rapport effectué par deux médecins retenus par la famille de l’Afro-Américain de 46 ans, qui serait mort sur place et non à l’hôpital.

Lire la suite

Aux yeux du chef de police de Minneapolis Medaria Arradondo, les trois anciens policiers qui accompagnaient Derek Chauvin lors de l’arrestation brutale de George Floyd sont «complices» du meurtre pour lequel Chauvin a été inculpé. «Être silencieux ou ne pas intervenir, selon moi, c’est être complice», a déclaré Arradondo dimanche soir sur CNN en répondant à une question de Philonise Floyd, frère du défunt, qui voulait savoir si les trois policiers en question allaient être arrêtés et inculpés.

Lire la suite

Un président qui considère le port d’un couvre-visage comme un signe de faiblesse en pleine pandémie a dû se réfugier pendant une heure dans un bunker vendredi soir et éteindre les lumières extérieures de sa résidence officielle dimanche soir pendant que des manifestations contre le racisme et la brutalité policière faisaient rage à deux pas de chez lui ainsi qu’aux quatre coins de son pays.

Voilà l’image qu’a offerte pendant le week-end Donald Trump. Une image qui semblait confirmer l’absence de leadership à la Maison-Blanche au moment où les États-Unis vivent trois grandes crises – sanitaire, économique et sociale.

Lire la suite

«Notez les villes où des centaines de millions de dollars en dégâts matériels, des blessures sérieuses et des morts se produiront. Ce sont toutes des villes dominées par des démocrates avec des politiques laxistes envers les criminels. C’est l’avenir si vous élisez les démocrates.» Vendredi soir, l’ex-maire de New York et avocat personnel de Donald Trump, Rudolph Giuliani, a publié ce message sur son compte Twitter, pendant que faisaient rage des manifestations violentes dans plusieurs villes américaines. S’agit-il d’un message gagnant pour le président?

Lire la suite

Il faut toujours se méfier lorsque des responsables attribuent des soulèvements sociaux et ou des protestations violentes à des «agitateurs extérieurs». C’est un refrain que l’on entend souvent dans les régimes autoritaires, dont les dirigeants ne veulent pas reconnaître la légitimé de la colère exprimée dans leurs rues. Mais c’est quand même le message que le gouverneur du Minnesota et le maire de St-Paul, ville voisine de Minneapolis, ont véhiculé ce samedi matin en conférence de presse.

Lire la suite

1968 : cette année funeste de l’histoire américaine, marquée par de profondes et douloureuses divisions politiques et raciales, a été évoquée vendredi sur les réseaux sociaux alors que des manifestations violentes ont éclaté dans plusieurs villes américaines, de Minneapolis à Dallas en passant par New York et Los Angeles. On se serait cru le soir où l’assassinat de Martin Luther King a été annoncé.

Lire la suite

J’ai déjà publié jeudi un billet sur une des victime collatérale (et politique) de la colère soulevée par la mort de George Floyd. En raison de son rôle en tant que procureure du comté de Hennepin et son refus d’inculper des dizaines de policiers de Minneapolis et de la région impliqués dans la mort de citoyens, Amy Klobuchar a probablement perdu ses chances d’être choisie comme colisitère de Joe Biden. Paradoxalement, Kamala Harris est peut-être une autre victime collatérale.

Lire la suite

Derek Chauvin, l’ex-policier de Minneapolis qui s’est agenouillé sur le cou de George Floyd lors de l’arrestation qui a contribué à la mort de l’homme noir de 46 ans, a été arrêté et inculpé pour meurtre au troisième degré et homicide involontaire. Le procureur du comté de Hennepin Mike Freeman en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse ce vendredi après-midi.

Lire la suite

«Il est naturel d’espérer que la vie ‟retourne simplement à la normale”, alors qu’une pandémie et une crise économique bouleversent tout autour de nous. Mais nous devons nous rappeler que pour des millions d’Américains être traités différemment en raison de leur race est tragiquement, douloureusement et désespérément ‟normal” – que ce soit en composant avec le système de santé, en interagissant avec le système de justice pénale, en jogging dans la rue ou en observant simplement des oiseaux dans un parc. Cela ne devrait pas être ‟normal” dans l’Amérique de 2020. Cela ne peut pas être ‟normal”. Si nous voulons que nos enfants grandissent dans une nation qui respecte ses idéaux les plus élevés, nous pouvons et devons faire mieux.»

Lire la suite