Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

L’image a dû étonner certains fidèles de Fox News : après avoir dénoncé la rhétorique xénophobe de Laura Ingraham et Tucker Carlson, deux stars de la chaîne conservatrice, expliqué avec aplomb la nécessité de l’avortement au troisième trimestre de la grossesse dans certaines circonstances et défendu le bien-fondé de sa campagne présidentielle en tant que démocrate et homosexuel, Pete Buttigieg a été ovationné hier soir par les membres de l’assemblée qui venaient d’écouter ses réponses au journaliste Chris Wallace, comme on peut le voir et l’entendre dans ce clip :

Lire la suite

Il y a un peu plus d’un an, le magazine Forbes publiait ce portrait de Robert Smith dans son numéro annuel consacré aux milliardaires, un groupe auquel le fondateur de la société d’investissement Vista Equity faisait partie depuis 2015. L’investisseur d’Austin, au Texas, venait de ravir à Oprah Winfrey le titre de la personne la plus riche chez les Afro-Américains avec une fortune de 4,4 milliards de dollars. Ce qui ne l’empêchait pas d’être parfois la cible d’un certain racisme. Il a ainsi rappelé à Forbes la «blague» récente d’un dirigeant de Wall Street qui avait refusé de le voir prendre la note pour un repas pris avec d’autres financiers : «Je ne peux pas permettre à un gars noir de payer mon souper.»
Lire la suite

Edward Gallagher, commando dans les célèbres «Navy SEALs», unité d’élite de la Marine américaine, doit subir son procès à la fin du mois devant un tribunal militaire. Ce vétéran de 39 ans est accusé d’avoir abattu au fusil de précision deux civils irakiens, dont une jeune fille de 12 ans portant un hidjab fleuri, et poignardé à mort un adolescent irakien en détention. Lire la suite

Le représentant républicain du Michigan Justin Amash a toujours manifesté un esprit d’indépendance. Il s’est notamment démarqué de la plupart de ses collègues républicains de la Chambre en s’opposant à l’urgence nationale décrétée par Donald Trump pour construire son mur à la frontière sud. Mais il vient d’aller beaucoup plus loin aujourd’hui en dénonçant la façon mensongère ou tendancieuse dont le procureur général William Barr a présenté le rapport de Robert Mueller sur l’enquête russe et en affirmant que la conduite du président devrait lui valoir d’être destitué. Je vous invite à lire attentivement l’enfilade remarquable de tweets qu’il vient de publier :

Lire la suite

«Certains disent que les démocrates ne veulent pas entendre parler d’unité. Qu’ils sont en colère, et que plus vous êtes en colère, mieux c’est. C’est ce qu’ils disent que vous devez faire pour remporter l’investiture démocrate. Eh bien, je ne le crois pas. Je crois que les démocrates veulent unifier ce pays. C’est ce qui nous a toujours définis. L’unité. Si le peuple américain veut un président pour ajouter à nos divisions, pour diriger avec un poing serré, une main fermée et un coeur froid, pour diaboliser l’adversaire et propager la haine, ils n’ont pas besoin de moi. Ils ont déjà un président qui fait justement cela.» Lire la suite

Les populistes européens pourraient la semaine prochaine donner à Donald Trump un élan qui l’aidera à se faire élire en 2020. Comment? En obtenant plus de 30% aux élections qui permettront aux citoyens de l’Union européen d’élire, du 23 au 26 mai, les 751 députés que compte le Parlement européen. Et qui le dit? Nul autre que Steve Bannon, ancien stratège du président, qui tente désormais d’influencer la politique sur le Vieux Continent.

Lire la suite

«La décision prise aujourd’hui par les États-Unis d’éliminer les droits de douane sur l’acier et l’aluminium canadiens est une excellente nouvelle pour les travailleurs canadiens de l’acier et de l’aluminium, leurs familles et de nombreuses communautés à travers le pays. Lorsque les États-Unis ont imposé des droits de douane, nous nous sommes portés à la défense de l’économie canadienne, de nos travailleurs de l’acier et de l’aluminium et leurs familles. Nous avons immédiatement mis en place des mesures de représailles de valeur égale – les mesures de représailles qui sont les plus rigoureuses du monde. Nous avons tenu bon et n’avons pas reculé avant d’arriver aux résultats souhaités. À la suite de la décision prise aujourd’hui par les États-Unis, le Canada lèvera ses mesures de représailles.»

Lire la suite

Un juge fédéral de Washington a donné au gouvernement jusqu’au 31 mai pour rendre publiques les transcriptions d’un appel téléphonique entre Michael Flynn et l’ambassadeur de Russie aux États-Unis et d’un message vocal laissé dans la messagerie de l’avocat du général à la retraite par un des avocats de Donald Trump. Les transcriptions pourraient apporter un nouvel éclairage sur deux épisodes qui ont intéressés Robert Mueller. En attendant, ces rebondissements semblent avoir énervé le président, qui a s’est demandé pourquoi personne ne lui avait dit que son ancien conseiller pour la sécurité nationale faisait l’objet d’un enquête.

On sait que Flynn a plaidé coupable à une accusation d’avoir menti aux enquêteurs du FBI sur la nature de ses communications avec l’ancien ambassadeur de Russie à Washington, Sergueï Kisliak, en décembre 2016. Mais on n’a jamais su exactement ce qu’il avait dit concernant les sanctions économiques que Barack Obama venaient d’imposer à la Russie en représailles à son interférence dans l’élection présidentielle remportée par Donald Trump. Les transcriptions demandées par le juge Emmett Sullivan pourraient mettre fin aux questions à ce sujet.

Le message laissé dans la messagerie vocale de l’avocat de Michael Flynn remonte à novembre 2017. Une partie de ce message apparaît dans le rapport du procureur spécial chargé de l’enquête russe. L’avocat du président semble dire à celui de Flynn que ce dernier aurait intérêt à ne pas incriminer Donald Trump :

Ce message représentait-une entrave à la justice? Robert Mueller laisse entendre dans son rapport qu’il n’a pu donner une réponse définitive sur cet épisode en raison du privilège client-avocat qui a limité le nombre de questions susceptibles d’être posées par ses enquêteurs. Quoi qu’il en soit, Donald Trump a tenu aujourd’hui à se distancier de Michael Flynn en occultant le fait que Barack Obama et Chris Christie avaient tenté de le dissuader d’embaucher le militaire retraité.

 

(Photo AP)

«Pour les nombreux supporteurs du projet de loi, cette législation sert à illustrer la forte conviction des citoyens d’Alabama selon laquelle chaque vie est précieuse et chaque vie est un don sacré de Dieu», a tweeté la gouverneure républicaine d’Alabama Kay Ivey sous une photo la montrant en train de signer la loi la plus restrictive en matière d’avortement aux États-Unis, loi qui interdit l’avortement dans presque toutes les circonstances. Lire la suite

J’avoue que ma culture cinématographique n’est pas complète. J’ai dû faire une petite recherche sur Google pour bien comprendre la Une du Daily News ce matin. Elle est inspirée de l’affiche d’un classique du cinéma de science-fiction, Escape from New York, réalisé en 1981 par John Carpenter et mettant en vedette Kurt Russell. Dans le rôle de Snake Plissken, l’anti-héros au cache-oeil, Russell est dépêché à Manhattan devenue une immense île-prison pour récupérer le président qui s’y trouve après l’écrasement de son avion. L’action se déroule en 1997. Lire la suite

«Pour promouvoir l’intégration, l’assimilation et l’unité nationale, les futurs immigrants seront tenus d’apprendre l’anglais et de passer un test d’éducation civique avant d’être admis», a déclaré Donald Trump en dévoilant aujourd’hui un projet de réforme de l’immigration basé sur le «mérite». Un de ses objectifs : «faire passer la proportion de l’immigration hautement qualifiée de 12% à 57%» afin de rendre les États-Unis «plus compétitifs».

Lire la suite

Donald Trump trouve que les tambours de la guerre résonnent trop fort à Washington. C’est du moins ce qu’on peut lire dans cet article du Washington Post qui fait état de la «frustration» du président face à la précipitation avec laquelle certains de ses conseillers semblent vouloir entraîner les États-Unis dans un conflit armé avec l’Iran.

Lire la suite

«Il y a amplement d’argent dans ce pays, il est seulement entre les mauvaises mains. Ici, à New York, un endroit légendaire pour sa dureté, sa grosseur et sa complexité, nous avons créé un programme qui place les travailleurs en premier. […] Je suis un New-Yorkais. Je sais depuis longtemps que Donald Trump est une brute. Ce n’est pas une nouvelle pour moi ou pour quiconque ici. […] En tant que président, je vais défier les riches, je vais défier les grandes entreprises. Je ne m’arrêterai pas tant que ce gouvernement ne servira pas les travailleurs. En tant que maire de la plus grande ville de ce pays, je l’ai déjà fait.»

Lire la suite

Une tuile de plus est tombée sur la National Rifle Association (NRA). Ce matin, NPR publiait un article sur la « culture de la peur » et sur les mauvaises conditions de travail que subissent les employés; les salaires y sont bas alors que la NRA multiplie les coupes dans son fonds de pension. Ces révélations ne doivent pas être confondues avec de simples accusations sur de mauvaises pratiques de ressources humaines : elles arrivent à un moment où la gestion financière de la NRA est remise en cause.

Lire la suite