Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

ct-georgia-governor-race-stacey-abrams-brian-kemp-20181116.jpg

«Des étudiants ont conduit pendant des heures pour voter dans leurs villes d’origine parce qu’une mauvaise gestion a empêché les votes par correspondance d’arriver à temps. Des parents ont attendu en ligne pendant quatre heures sous une pluie intermittente, observant des électeurs moins chanceux qui ont dû abandonner la démocratie afin de préserver leurs emplois. Des électeurs éligibles se sont vu refuser des bulletins de vote parce que des agents électoraux n’en avaient pas assez. Des bulletins de vote ont été refusés par la police des signatures. Des citoyens de Georgie ont tenté d’exercer leurs droits constitutionnels et ont encore été privés de la capacité d’élire leurs dirigeants. Sous la surveillance de celui qui est maintenant l’ancien secrétaire d’État, la démocratie a laissé tomber les citoyens de la Georgie de tous les partis, de toutes les races, de toutes les régions. Encore.»
Lire la suite

khashoggi-mbs

L’Arabie saoudite a déversé un flot de versions douteuses pour tenter d’expliquer la mort de Jamal Khashoggi. Il en ressortait toujours que le prince héritier n’y avait joué aucun rôle. Or, la CIA n’en croit rien, selon le Washington Post et le New York Times. L’agence de renseignement américain a en effet conclu que Mohammed ben Salamane a ordonné l’assassinat du journaliste et dissident saoudien qui vivait aux États-Unis et signait des articles critiques du royaume dans le Washington Post. Lire la suite

cindy-1542385228.jpg

Décidément, Cindy Hyde-Smith casse la baraque avec son humour à se taper les cuisses. Vous n’avez sans doute pas oublié sa blague à propos de la pendaison publique à laquelle elle ne voudrait pas manquer d’assister si un certain de ses supporteurs l’invitait. Eh bien, la sénatrice républicaine sortante du Mississippi ne s’est par arrêtée là. Elle a également qualifié d’«excellente idée» la suppression de jeunes électeurs progressistes.
Lire la suite

assange.jpg

Les défenseurs de la liberté de la presse se réjouissent : un juge fédéral a ordonné à la Maison-Blanche de restaurer au journaliste de CNN Jim Acosta son accès au 1600 Pennsylvania Avenue, au moins de façon temporaire. Il s’agit d’une victoire initiale pour CNN qui a intenté une action en justice contre Donald Trump et des membres de son personnel pour avoir brimé les droits de Jim Acosta garantis par les premier et cinquième amendements de la Constitution américaine en lui retirant son accréditation dans les circonstances que l’on sait. Le juge Timothy Kelly, nommé par le président Trump, ne s’est pas encore prononcé sur le fond de l’affaire.
Lire la suite

DsH4FQvVsAANkfM

Le comté d’Orange, qui s’étend du sud de Los Angeles jusqu’à San Diego, a longtemps été connu pour la blancheur, la richesse et le conservatisme de sa population. C’était le pays de Richard Nixon mais surtout de Ronald Reagan, qui a déjà qualifié la région de «paradis républicain». Or, ce bastion du Grand Old Party n’est plus après le dépouillement de presque tous les suffrages déposés dans ses six circonscriptions du comté, qui incluent aujourd’hui 34 municipalités et 3,2 millions d’habitants. Les démocrates ont raflé toutes ces circonscriptions. Lire la suite

296_election2018ohio1.jpg

N’eût été le «gerrymandering» – le découpage partisan des cartes électorales -, les démocrates auraient pu réaliser un gain net de 50 sièges et plus lors des élections de mi-mandat (ils devraient finir avec au moins 36 sièges et peut-être même 40). Le cas de l’Ohio – un des trois États les plus extrêmes en matière de charcutage électoral – donne une idée de l’ampleur du phénomène. Les républicains ont remporté 75% des 16 sièges de l’État à la Chambre des représentants des États-Unis avec 52% des voix (ils ont également remporté 63% des sièges du parlement de l’État avec un peu plus de 50% des voix).

Lire la suite

1058677336.jpg.0.jpg

Tout le monde s’entend sur ce point : en tant que parlementaire, Nancy Pelosi est dans une classe à part. Elle l’a notamment prouvé à titre de présidente de la Chambre des représentants en sauvant in extremis la réforme de la santé de Barack Obama au début de 2010. Réforme qui, il faut le souligner, a joué un rôle central dans le succès des candidats démocrates à la Chambre lors des élections de mi-mandat. À l’initiative de Pelosi et de ses stratèges, ceux-ci ont mis l’accent sur la santé en avertissant les électeurs que les républicains allaient mettre fin à une disposition majeure de l’Obamacare concernant la couverture des maladies dites pré-existantes. Or, voilà que certains démocrates voudraient remercier Pelosi en la privant du poste de présidente de la Chambre qu’elle convoite à nouveau.
Lire la suite