Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Le sénateur républicain du Tennessee Lamar Alexander se trouvait dans l’hémicycle de la chambre haute, à 1 h 29 du matin le 28 août 2017, lorsque son collègue d’Arizona John McCain, pouce vers le bas, a sauvé l’Obamacare et enragé Donald Trump. La semaine prochaine, il pourrait jouer les McCain en votant en faveur de la comparution de témoins au procès en destitution du président.

Lire la suite

«Peu importe la qualité de la Constitution. Peu importe l’intelligence des pères fondateurs. […] Si le droit n’a pas d’importance, nous sommes perdus. Si la vérité n’a pas d’importance, nous sommes perdus. Les pères fondateurs ne pouvaient nous protéger contre nous-mêmes si le droit et la vérité n’ont pas d’importance.»

Lire la suite

Ce jeudi matin, parmi des dizaines de tweets sur son procès en destitution, Donald Trump s’est permis une pique contre celui qu’il a désormais surnommé «Mini Mike» :

Lire la suite

La Une du New York Post résume de façon succincte et crue les plaidoiries orales présentées mercredi à l’ouverture du procès du producteur de cinéma déchu Harvey Weinstein, jugé à New York pour un viol en 2013 et une agression sexuelle en 2006. On n’y retrouve aucune mention du procès en destitution à l’encontre de Donald Trump, président prisé de ce tabloïd appartenant à l’empire de Rupert Murdoch.

Lire la suite

«Éblouisssante» : c’est le terme que le commentateur de CNN Jeffrey Toobin, spécialiste des affaires juridiques, a employé mercredi pour parler de la performance d’Adam Schiff devant le Sénat, où il venait de résumer pendant deux heures et demie le «stratagème malhonnête» que Donald Trump est accusé d’avoir mis en oeuvre en Ukraine pour améliorer ses chances d’être réélu en 2020.

«Je pense que la façon dont il a étalé les faits de l’affaire et expliqué le contexte historique était remarquable», a déclaré Toobin. «Si les gens écoutent, il est très difficile d’imaginer qu’ils puissent penser que les démocrates et les procureurs de la Chambre inventent tout cela.»

Lire la suite

Après les représailles iraniennes à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump s’est réjoui qu’aucun soldat américain n’ait été blessé. L’armée américaine a contredit le président quelques jours plus tard en confirmant que 11 militaires américains avaient été évacués vers l’Allemagne après avoir subi de potentielles blessures traumatiques au cerveau lors de l’attaque aux missiles balistiques contre la base d’Aïn al-Assad en Irak.

Lire la suite

Vous pouvez continuer à suivre et à commenter en direct le procès en destitution de Donald Trump, qui fait face à deux chefs d’accusation : abus de pouvoir et entrave au travail du Congrès. Les procureurs démocrates entament la première des trois journées mises à leur disposition pour présenter leur argumentaire.

(Illustration via AP)

Joe Biden a publié sur son compte Twitter mardi soir une vidéo laissant entendre que Bernie Sanders se livre à des «attaques malhonnêtes contre des collègues démocrates». L’ancien vice-président en veut à l’équipe de campagne du sénateur de Vermont d’avoir diffusé une vidéo affirmant faussement qu’il a déjà appuyé un plan proposé par l’ancien président de la Chambre des représentants Paul Ryan pour privatiser le régime de retraite public (Social Security).

Lire la suite

Il était 1 h 50 du matin lorsque le Sénat a adopté, par 53 voix contre 47, la résolution sur les règles qui encadreront le procès en destitution de Donald Trump. Le vote a été précédé par une série d’amendements proposés par les démocrates pour garantir la présentation de documents de l’administration Trump et la comparution de témoins importants, dont l’ancien conseiller de la Maison-Blanche pour la sécurité nationale John Bolton et le directeur de cabinet de la Maison-Blanche par intérim Mick Mulvaney. Chacun de ces amendements a été longuement débattu et défait par 53 voix contre 47.

Selon la résolution adoptée, un vote interviendra sur la présentation de nouveaux documents et la comparution de témoins après l’argumentaire des deux parties et les questions des sénateurs à celles-ci. La sénatrice républicaine du Maine Susan Collins a annoncé qu’elle voterait «probablement» en faveur de la comparution de témoins. D’ici là, les démocrates offriront peut-être un marché étonnant aux républicains.

Lire la suite

Le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell a effectué des changements de dernière minute (et à la main) au projet de résolution sur les règles devant encadrer le procès en destitution à l’encontre de Donald Trump. Selon un de ces changements, les deux parties auront 24 heures sur trois jours (et non deux) pour présenter leur argumentaire.

L’autre changement aura comme conséquence d’admettre d’emblée les preuves amassées au cours de l’enquête en destitution de la Chambre des représentants. À l’origine, leur admissibilité devait faire l’objet d’un vote.

Lire la suite

La Constitution américaine désigne le président de la Cour suprême pour conduire le procès en destitution du président des États-Unis. Les règles du Sénat, mises à jour en 1986, permettent par ailleurs au juge en chef de «statuer sur toutes les questions liées à la preuve incluant sans s’y limiter les questions de pertinence, de matérialité et de redondance».

Fault-il s’attendre à ce que John Roberts joue un rôle actif dans le procès qui s’amorce ce mardi avec un débat sur les règles devant encadrer son déroulement? Rien n’est moins sûr.

Lire la suite