Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

C’est la faute à Antifa! Au cours d’un appel tendu de 30 minutes lundi matin avec le numéro un des républicains à la Chambe des représentants, Donald Trump a en effet attribué la responsabilité de l’assaut du Capitole des États-Unis au mouvement d’extrême-gauche Antifa. «Ce n’est pas Antifa, c’est MAGA. Je le sais. J’étais là», lui a répondu le chef de la minorité à la Chambre Kevin McCarthy, selon le site Axios, qui cite deux sources anonymes, dont l’une travaille à la Maison-Blanche.

Lire la suite

«Il est possible d’interférer dans la liberté d’expression, mais selon les limites définies par le législateur, et non par la décision d’une direction d’entreprise. C’est pourquoi la chancelière voit comme problématique que les comptes du président américain sur les réseaux sociaux soient fermés définitivement.»

Lire la suite

Il est sur le point d’être mis en accusation pour la deuxième fois de sa présidence par la Chambre des représentants après avoir sali la réputation de son pays en refusant de reconnaître sa défaite électorale et en encourageant ses partisans à prendre d’assaut le temple de la démocratie américaine. Il a été critiqué publiquement comme jamais il ne l’avait été par des membres de son parti, dont certains réclament sa démission. Il a perdu son accès à son moyen de communication préféré.

Lire la suite

Les démocrates de la Chambre des représentants ont présenté officiellement l’accusation qui sera retenue contre Donald Trump dans le cadre de la deuxième procédure de destitution à laquelle il devrait faire face, du jamais vu dans les annales politiques américaines. Le 45e président est accusé d’«incitation à la violence contre le gouvernement des États-Unis» lors d’un discours qui a précédé mercredi dernier l’assaut du Capitole par des centaines, voire des milliers de ses partisans. L’acte d’accusation de quatre pages cite des extraits de ce discours, dont celui-ci : «Si vous ne vous battez pas comme des diables, vous n’aurez plus de pays.»

Lire la suite

Un ami new-yorkais revenait en voiture d’Arizona. Détenteur d’une arme de poing et amateur de tir, il a profité de son passage dans l’État de Virginie-Occidentale pour s’arrêter dans un magasin d’armes à feu, pensant qu’il lui serait plus facile d’y trouver des munitions qu’à New York. C’était en fin d’après-midi, au lendemain de l’assaut du Capitole des États-Unis, «et les étagères étaient presque vides; mais j’ai trouvé une boîte», me raconte-t-il dans un texto.

Lire la suite

«Je suis déçue et découragée par ce qui s’est passé la semaine dernière. Je trouve honteux qu’autour de ces événements tragiques, il y ait eu des commérages salaces, des attaques personnelles injustifiées et de fausses accusations trompeuses à mon égard – de la part de personnes qui cherchent à être pertinentes et qui ont un agenda. En ce moment, il s’agit uniquement de guérir notre pays et ses citoyens. Cela ne doit pas être utilisée à des fins personnelles. Notre nation doit guérir de manière civile. Ne vous y trompez pas, je condamne absolument la violence qui s’est produite au Capitole de notre nation. La violence n’est jamais acceptable.»

Lire la suite

James Clyburn, numéro trois des démocrates à la Chambre des représentants, a affirmé dimanche que la Chambre pourrait tenir un vote dès mardi ou mercredi sur la mise en accusation de Donald Trump mais reporter à plus tard l’envoi de tout article d’impeachment au Sénat pour le procès en destitution du 45e président. «Donnons au président désigné Biden les 100 jours dont il a besoin pour mettre son programme en route», a déclaré James Clyburn, un allié influent du futur président, sur CNN. «Et peut-être que nous enverrons les articles un peu plus tard.»

Lire la suite

Il est entendu que la Chambre des représentants peut, en théorie, mettre en accusation Donald Trump dans le cadre d’une procédure de destitution d’ici le 20 janvier. Pour gagner du temps, la manoeuvre nécessiterait notamment de faire l’impasse sur la présentation et l’adoption des articles d’«impeachment» par la commission judiciaire de la Chambre. On passerait ainsi directement au débat et au vote en séance plénière sur la mise en accusation. Dans les circonstances, il pourrait n’y avoir qu’un seul article d’impeachment : incitation à l’insurrection. Furieux du rôle du président dans l’assaut contre le Capitole par ses partisans, les démocrates de la Chambre ne veulent pas laisser passer ce qu’ils considèrent comme un acte séditieux et dangereux. Mais le Sénat aurait-il le temps d’agir à son tour avant le 20 janvier?

Lire la suite

Le sondage peut servir de consolation à ceux et celles qui désespèrent complètement de l’avenir des États-Unis en tant que démocratie. Selon un baromètre PBS/Martist, seulement 8% des Américains appuient l’assaut contre le Capitole perpétré mercredi par des partisans extrémistes de Donald Trump alors que le Congrès entamait la certification du résultat de l’élection présidentielle.

Lire la suite

«Après avoir examiné de près les récents tweets du compte @realDonaldTrump et le contexte qui les entoure, nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence.» Voilà comment Twitter a justifié, à 12 jours de la fin de la présidence de Donald Trump, la suspension permanente de son fil, qui comptait 88 millions d’abonnés.

Lire la suite

La Chambre des représentants pourrait tenir un vote pour mettre en accusation Donald Trump dans le cadre d’une procédure de destitution au milieu de la semaine prochaine, a indiqué ce vendredi la représentante démocrate du Massachusetts Katherine Clark, quatrième au sein de la hiérarchie de son parti à la Chambre.

Lire la suite