Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Le 10 avril 2020, le New York Post publie en première page une photo réalisée à l’aide d’un drone et montrant l’inhumation de cercueils dans une des fosses communes de Hart Island, île située au large du Bronx, où sont normalement enterrées les personnes n’ayant pas de famille ou de proches identifiés après le décès. Le quotidien explique dans ses pages intérieures que l’hécatombe causée par la COVID-19 obligera peut-être la ville de New York à y enterrer temporairement des victimes.

En après-midi, je me rends dans l’arrondissement de Queens pour rencontrer un entrepreneur de pompes funèbres susceptible de témoigner de la situation à la fois extraordinaire et macabre dans laquelle se trouve la métropole américaine. «Ça n’arrête pas du matin au soir», me dira Joseph Neufeld, dont l’entreprise est située dans un quartier – Elmhurst – qualifié d’«épicentre de l’épicentre» de la pandémie de coronavirus aux États-Unis. «Nous sommes débordés. Cet après-midi, nous avons deux corps à récupérer dans des domiciles privés, un autre dans une résidence pour personnes âgées et d’autres dans des hôpitaux ou chez le coroner. Ceux-là, nous irons les chercher à la dernière minute, car les hôpitaux et le coroner ont des capacités de réfrigération.»

Vous pouvez lire la suite dans l’article que La Presse publiait le lendemain…

Lundi, en lien avec la première campagne de financement de ce blogue en 2021, j’ai promis d’évoquer mes souvenirs de la dernière année tout au long de la semaine (lire ou relire mon billet sur le sujet). Celui-là marque sans doute l’une des périodes les plus sombres de ma vie de journaliste à New York. Est-il de nature à encourager vos contributions au maintien de ce site consacré à l’actualité américaine? Je ne sais pas, mais il était impossible d’effectuer un retour sur cette dernière année sans parler de ces morts qui, au plus fort de la première vague de la pandémie, ont dominé notre quotidien, le mien comme le vôtre.

J’attends de lire dans la section des commentaires vos propres souvenirs et témoignages, en espérant que vous pris connaissance lundi du texte que nous a déjà offert MarcoUBCQ.

Allez, je vous embrasse tous et toutes, en remerciant ceux et celles qui ont déjà contribué à cette campagne de financement qui prendra fin vendredi soir. Et merci mille fois à tous les autres qui le feront dès aujourd’hui!

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:


(Photos AP et La Presse)

44 réflexions sur “Contribuez à ce blogue, jour 2

  1. Raymonde Belanger dit :

    Merci,encore,pour ce blogue passionnant autant qu’instructif. Contribution faite,avec plaisir. Un plus,pour la qualité de la plupart des interventions.

    1. Côté dit :

      Monsieur Hétu, je voudrais bien contribuer à votre blogue mais je ne le reçois plus dans mes courriels depuis un bon moment.

  2. Bobo dit :

    Voilà c’est fait.

    Bon succès dans la campagne et bonjour à tous.

    P.S. Depuis le 10 février, je ne reçois plus les messages m’avisant d’une nouvelle chronique. Je me suis réinscrit à la liste d’envoi. Rien ne change, je ne reçois rien.

    1. Richard Hétu dit :

      Merci pour votre contribution. Pour la réception des billets, on me dit que c’est un problème qui vient du fournisseur de messagerie.

  3. januo dit :

    Merci encore pour vos commentaires toujours pertinents. Je vous suis depuis les primaires de 2008, alors que votre blog était sur lapresse.ca. À cette époque, il y avait des intervenants dont la contribution était toujours pertinente et modérée comme Lizzie… D’autres les ont remplacés mais je crois que votre contribution et celle de vos abonnés est très enrichissante et nous permet d’ajouter à notre compréhension de ce peuple tellement différent des Canadiens. Les USA, le pays du meilleur et du pire, selon moi!

  4. gl000001 dit :

    Ca serait le fun de trouver ou les républicains creusent pour s’enterrer eux-mêmes ! Ils ne sont pas pressés !! Rikers Island serait une bonne place 😉

    A Montréal le 10 est décédé Urgel Bourgie
    Le convoi funèbre quittera son propre salon
    Et le défunt s’enterrera lui-même

    Les Cyniques à la Comédie-Canadienne 1867-1967
    *https://www.youtube.com/watch?v=bSNar9TeX8s

    1. Haïku dit :

      🤣🤣 !!!

  5. jeanfrancoiscouture dit :

    Même si j’ai trouvé intéressant le récit proposé par MarcoUBCQ., je ne vais pas vous donner suite à votre invitation de «me raconter». Je préfère rester dans le champ du commentaire.
    Par contre je vous laisse un peu de musique, une sorte d’au revoir à cette lettre qui n’arrive plus sauf celles m’informant que certains ici ont «liké» un de mes commentaires. Et non, il n’y a rien dans ma boite «Courrier indésirable» sauf quelques trucs que je gère selon leur provenance et contenu.
    Je m’en vais maintenant voir si mon PayPal va donner suite à ma tentative de renouveler, par principe, ma contribution au blogue.
    Bonne journée.

    1. Haïku dit :

      Fascinante découverte pour moi.🎵
      Merci du partage ! 👌

    2. Ziggy9361 dit :

      Mr.Couture c’est malheureux de vous voir passé votre tour vos écrits son toujours intéressant et instructif
      j ‘espère bien que ce commentaire se rendra jusqu’à vous et qu une prochaine fois on aura le plaisir de vous lire.

      Mr.Hétu, j’aimerais vous faire quelques suggestions de participants qui auraient possiblement de belles expériences à partager, Haïku, Samati,Talon,Mr.Morissette,Mona,Chanounou pour avoir un son de cloches outre-atlantique,Tom de Boston ,Guy Gibo, je sais bien que le choix ne manque pas et il y en a bien d’autres que vous souhaitez entendre ou plutôt lire. En tous les cas c’est une merveilleuse idée que vous devriez exploité une journée de la la fin de semaine question de vous laissez respirer .

      Pour ce qui est de l’emploi de fosses commune, c’est d’une tristesse qui ne devrait pas avoir lieu,mais dans un cas de nécessité c’est une solution valable pour éviter des conséquences très graves. En temps normal et même pour ceux qui sont enterrés anonymement à cause de cette pandémie devraient au moins être identifiés sur une stèle ou plaque individuelle pour un minimum de respect et au frais de la collectivité

  6. Cette photo illustrait bien, à l’époque, l’ampleur catastrophique de la pandémie.

    Pendant ce temps, celui qui occupait le siège dans le Bureau Ovale s’en « crissait ».

    Il n’arrêtait pas de minimiser l’ampleur de la crise, de dénigrer lers efforts de la Santé publique et de ses conseillers afin de trouver des solutions.

    Triste période qui nous fait apprécier davantage tous les efforts de l’administration actuelle afin de combattre cette catastrophe sanitaire.

    Longue vie à ce blogue

  7. Aube 2005 dit :

    Mr. Hétu,
    Merci de nous informer de la politique américaine. Il me fait plaisir de contribuer a tenir ce blogue bien vivant.
    C’est très agréable de discuter avec la très grande majorité de vos adeptes que je salue et remercie eux aussi pour leur contribution de commentaires toujours très intéressants.
    Mes salutations a vous tous sur ce blogue.

  8. jeanfrancoiscouture dit :

    Contribution faite. Au moins PayPal fonctionne comme il se doit. Reste à voir la suite des choses.

    Bonne semaine.

  9. Louise dit :

    L’image qui m’a le plus frappée en 2021 c’est l’image de Joe et Jill Biden au balcon de la Maison Blanche regardant le feu d’artifice le soir de l’inauguration.
    Pour moi cette image représente tous les espoirs de ceux et celles qui ont choisi un homme qui représente la probité, la dignité et le courage.
    Cet homme frêle a pourtant la volonté de travailler fort pour améliorer le sort des milliers d’hommes et de femmes qui vivent dans la précarité, l’injustice et même le rejet d’un partie de la population.

    L’autre image c’est celle des républicains qui ont voté pour acquitter Donald Trump. Un homme sans foi ni loi qui a tout fait pour détourner le résultat des élections au prix d’affaiblir la démocratie et d’entraîner son pays dans un mouvement destructeur qui est loin de s’affaiblir.
    Qu’un personnage comme Trump existe n’est pas unique dans l’histoire, ce qui est étonnant et je dirais même décourageant c’est qu’il y ait autant de gens prêts à le suivre dans sa folie mégalomane.

    Autant j’étais heureuse de la victoire de Biden, autant je suis sonnée de l’acquittement de Trump.
    Je m’en attendais pourtant mais je croyais que l’engouement pour cet homme allait s’estomper. Force est de constater que ce n’est pas le cas.

    Depuis quelques jours j’ai pris une pause de commentaires parce qu’en ces temps de pandémie, toute notre vie est perturbée et je trouve que les bonnes nouvelles sont rares.
    Les bouleversements que vit la société américaine ne peuvent pas nous laisser indifférents mais jusqu’à quel point peut-on se laisser déranger par ce que vivent nos voisins ?
    Telle est ma réflexion ces jours-ci. Ce n’est pas gai mais c’est la vie.

  10. danielm dit :

    Ma mère adorait les Kennedy!

    Cette histoire s’est passée avant de connaître tout le coté sombre de l’histoire des Kennedy et tout le cynisme qui allait en découler pour les décennies à venir.

    Ma mère adorait les Kennedy comme toutes les petites américaines blanches qui rêvaient du prince charmant et de la vie de château, un mythe qui allait être repris après l’assassinant de John F en novembre 1963 (la légende de Camelote). Tout ce qui touchait les Kennedy relevaient du merveilleux et de l’innocence de la générosité humaine.

    Bien sûr après le début de l’implication massive des États-Unis au Vietnam, les révoltes estudiantines et les émeutes des quartiers noires pauvres, la magie de l’Amérique des opportunités pour tous commençait à s’effriter dangereusement.

    Mais il y avait un nouveau mythe réconciliateur à l’horizon et ce mythe s’appelait Robert Kennedy. Et tous voulions y croire, ma chère maman la première. Nous suivions la campagne électorale présidentielle américaine à la télévision et ce soir-là, Robert venait de remporter la primaire californienne. Bien entendu le meurtre très récent de Martin Luther King était dans tous les esprits.

    J’était au lit depuis peu quand ma mère s’écria et m’appela dans notre cuisine qui servait de salle de visionnement télé et m’annonça en pleurs qu’on venait de tirer sur Robert Kennedy. Une sorte de torpeur incompréhensible nous envahit tous comme si la lumière venait de s’éteindre tout à coup.

    Les jours suivants, nous avons suivi devant le téléviseur le retour en train du corps meurtri à jamais de Robert Kennedy et entre-aperçu toute cette population déçue qui se recueillait le long de la voie ferroviaire. Ce fut un très grand traumatisme pour ma mère mais aussi pour le gamin de 11 ans que j’étais.

    Plus tard j’ai revu les images déchirantes des jeunes bénévoles en pleurs travaillant au quartier général du principal opposant de Robert Kennedy, le sénateur Eugene McCarthy, et j’ai réalisé l’ampleur du désastre américain. Plus tard Robert Nixon sera élu et plus de dix mille soldats américains mourront encore dans une guerre absurde.

    La tragédie américaine a participé de tout temps à sa grandeur mais personne ne peut ignorer sa résilience à se relever des pires forfaits de son histoire.

    1. kintouai dit :

      Magnifique texte, digne de figurer comme prochain billet. Félicitations !

      1. Haïku dit :

        Je seconde!

      2. jeanfrancoiscouture dit :

        D’accord avec kintouai et Haïku.
        P.S. Ma mère aussi aimait Kennedy et sa mort lui a fait de la peine.

      3. danielm dit :

        Merci kintouai, Haïku et Jean-Francois pour cette belle appréciation et surtout pour votre tolérance en regard de mes erreurs (Richard et non pas Robert Nixon!)
        Je me suis lancé un défi pour présenter une petite anecdote par jour si possible, question de participer sur un monde plus léger.
        Bonne fin de journée enneigée!

      4. stellaire11 dit :

        Bis ✨🌟💫⭐️✨

    2. gigido66 dit :

      Je me souviens aussi de ces 3 assassinats qui ont montré au monde entier comment la haine était un sentiment très présent aux USA et que tout se réglait en èliminant littéralement celui qui dérangeait. En tuant le leader, ça réglait le problème…mais à chaque fois, celui qui était assassiné était « bizarrement » démocrate!

  11. ghislain1957 dit :

    Hors sujet

    Fous raides dans ce pays là, Un républicain Adam Kinzinger , qui siège à la Chambre des représentants accusé par sa famille d’avoir rejoint « l’armée du diable » pour avoir voté pour la destitution de Coronavirus 1er.

    Un républicain rejette Trump, sa famille l’accuse d’avoir rejoint l’« armée du diable »

    « « Eh bien, tu nous causes beaucoup de déception, à nous et à Dieu », lit-on dans la lettre manuscrite reproduite par le New York Times. »

    « « Tu vas à l’encontre de tes principes chrétiens et tu rejoins “l’armée du diable” (les démocrates et les médias fake news) », ajoute l’autrice de la missive. »

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2021-02-16/il-a-vote-pour-l-impeachment/un-republicain-rejette-trump-sa-famille-l-accuse-d-avoir-rejoint-l-armee-du-diable.php

    1. gl000001 dit :

      Ca fait penser à Stephen Miller qui travaillait pour t****. Sa famille l’a également rejeté parce qu’il travaillait pour le never-president ! Le vrai « yable » !!

    2. jeani dit :

      Est-ce que dieu s’en crisse de la position de ce républicain tout autant que le gars qui réussit un coup de circuit ou un touché.

      Fuckés ben raides avec leur dieu, ces pseudos-américains!

  12. Dekessey dit :

    Merci pour cet excellent blogue M. Hétu.

    Jusqu’au début de la COVID je me déplaçais souvent aux USA pour la gestion de projets en aviation. Georgie, Wisconsin, Missouri, New York…

    J’ai développé de très belles relations avec ces gens professionnels et sympathiques. Bien entendu, nous respections les tabous des relations d’affaires, alors politique et religion n’étaient jamais des sujets de discussion, même lors des rencontres cordiales et des repas. Sauf au printemps 2019.

    Nous étions un groupe de 9 personnes au restaurant pour célébrer la livraison d’un projet. Vers la fin de la soirée, après avoir réglé certains détails techniques, s’être remémoré les anecdotes les plus marquantes et avoir rigolé de quelques blagues, la discussion porte sur divers sujets légers, dont les émissions de télé en fin de soirée (Colbert, Kimmel, Fallon et cie). La plupart déplorent la politisation de ces animateurs, et le fait qu’ils critiquent tous le président. Un des intervenants va même jusqu’à les trouver « vicious » (?!?). Le sujet est ouvert.

    À ma grande surprise, je réalise que je suis entouré de 8 pro-Trump!! Je me doutais bien qu’il y en avait quelque part dans les hangars, mais pas tous, et certainement pas des gens ultra sympathiques comme Tony, Carl ou Robert!!! Surtout Robert, il n’a tellement pas le profil!

    Incrédule, j’écoute plusieurs minutes d’échanges et de confidences, jusqu’à ce que Tony me ramène sur terre en braquant un projecteur dans mon coin. « Il y a un Canadien parmi nous, j’aimerais bien savoir ce qu’il pense de la couverture médiatique qu’on donne de nos jours ». Tous les visages se tournent vers moi en attente de ma réponse.

    J’avais bien sûr un discours prêt d’avance, que je gardais en réserve pour les adorables douaniers, mais il était difficilement applicable ici. J’ai donc chaussé mes patins de fantaisie ornés de paillettes multi-colores et j’ai pris ma réplique d’un stradivarius fait en Chine pour pondre une sortie de scène qu’Henry Kissinger aurait approuvé.

    Les gens que je cotoie en aviation sont souvent du Mid-West mais pas tous des cinquantenaires enragés et certainement pas de pauvres édentés sans cervelle. Parmi les gens ce soir-là il y avait des pilotes, designers, techniciens spécialisés, administrateurs, gestionnaires. Ils sont aimables, intelligents, compétents, travaillant, respectueux, sympathiques, drôles… Ils mènent des vies très similaires aux nôtres. Encore aujourd’hui je m’interroge à savoir comment ont-ils pu choisir Trump. Je me dis qu’un jour je devrai briser le tabou et avoir une franche discussion.

    1. Haïku dit :

      Excellente anecdote. 👌
      Merci du partage !

    2. onbo dit :

      J’adore votre commentaire! Tout simplement.

    3. Helene dit :

      Comment ont-ils pu choisir Trump ? Quand vous aurez la réponse, j’espère que vous la partagerez sur le blog. Je pense bien que je ne suis pas la seule à s’y intéresser. Votre texte est intrigant 👏🏻👏🏻👏🏻

    4. constella1 dit :

      Dekessey
      Votre histoire m’a bcp intéressé
      Je vous trouve franchement bien habile et très courageux
      Tel un funambule vous devez ou tentez de rester en équilibre et jauger le risque de dire ou répondre telle ou telle chose sur un sujet aussi délicat que la politique américaine
      Répondre intelligemment et sans heurter ces collaborateurs ou partenaires d’affaire du sud relève pour moi de l’exploit
      Vous avez toute mon admiration parce que moi franchement je ne pense pas que je pourrais ….
      Je suggère fortement que votre récit soit retenu

    5. jeanfrancoiscouture dit :

      @Dekessey: «Je me dis qu’un jour je devrai briser le tabou et avoir une franche discussion.»

      Pour ma part, j’évite totalement d’émettre une opinion sur la politique US avec des américains quand je suis chez eux, surtout quand j’ai des opinions tranchées comme celles que j’ai sur des gens comme Donald Trump.
      Attention de vouloir, comme vous dites, «briser le tabou». Vous pourriez avoir de mauvaises surprises. Comme le dit si bien Cioran: «Le fanatisme est la mort de la conversation.»
      Et les Trumpistes convaincus ne me semblent pas loin du fanatisme, comme on a pu le constater de visu le 6 janvier,

    6. gl000001 dit :

      « avoir une franche discussion. »
      Faites très attention. J’ai déjà passé une remarque à un collègue étatsunien sur la politique étrangère. Ca devait être après Desert Storm. Il disait qu’ils étaient le meilleur pays au monde. Celui qui aidait le plus les autres pays. Bla-bla-bla. J’ai juste dit « Oui mais à quel prix ». D’après lui, ils n’attendaient rien en retour. Il y avait un africain et un sud américain à la table. Ho boy qu’ils s’est fait ramasser et dire ses quatre vérités. Il ne nous a pas parlé pendant deux semaines. A un moment donné, il est venu me dire qu’ils nous avait détesté ce midi-là mais qu’il avait lu un peu et parlé à son père qui était sud-américain justement.
      Il ne savait tout simplement pas !! Ils ne voient qu’un seul coté de la médaille.

  13. constella1 dit :

    gl000001
    Il est bien là tout le problème soit l’ignorance !

  14. gigido66 dit :

    Mon année 2020/2021 commence à Port Orange, tout près de Daytona où depuis plusieurs années, nous nous retrouvons mon mari et moi en camping dans un resort de Vr et maisons de parc. Le resort n’est pas immense, je dirais un lieu à hauteur d’homme. Pas plus de 300 terrains.
    La communauté québécoise est très bien représentée, plus du tiers des résidents en saison hivernale.
    Aussi, il y a les États-uniens qui forment les 2/3 et qui sont autant snow-birds que venant de plusieurs états du sud et de l’est du pays.

    Un bel amalgame de gens de beaucoup d’horizons différents et de clans politiques opposés.
    Là, on ne parle pas de politique, ni de religion…seulement de sujets plutôt sans conséquences…le Bike Week, Le Daytona 500, les activités, la musique, la plage, etc…
    C’est une belle cohabitation.

    En février 2020, commence à planer la menace du virus qui nous fait se questionner. D’habitude nous revenons à la mi-avril, mais là, c’est différent…dans les rues du resort, ça cause beaucoup et certains s’inquiètent.
    Il y a de plus en plus de Québécois qui décident, vers la fin du mois de février de plier bagage et de revenir au pays. Ce que nous ferons, nous aussi à la mi-mars.

    De UN, Le virus et la façon dont on gère la situation au pays de Trump nous inquiète.
    De DEUX, la polarisation politique au pays…on commence même à penser que cette situation freinera notre retour en Floride à l’automne qui suit.(octobre 2020), les élections étant au début de novembre.

    Revenus au pays, confinés, en quarantaine dès notre retour sur le sol canadien, j’y fêterai alors mes 70 ans (en confinement)…Je fais partie des « vieux » maintenant…c’est décrété, Legault l’a dit!

    Je continue de suivre sur Facebook quelques états-uniens du resort que je verrai, au fil de l’été, se radicaliser et devenir, sous mes yeux, en temps réel, des adeptes fous furieux de la désinformation et de Qanon…ils viennent du Tennessee, du Michigan, de l’Ohio, du Missouri…

    J’y verrai aussi ces gens, qui happés par leurs croyances religieuses, démoniser Biden et les démocrates car Ils ont osé donner une voix aux noirs, à la communauté LGBTQ, ils sont ouverts à l’avortement, ils sont contre le 2e amendement…WOW…de vrais DIABLES!
    En tant que Québécoise, je me sens interpelée…

    Et comme beaucoup d’États-Uniens protrump, qui ne voient pas en lui le monstre qu’il est, ils ne se gênent pas d’étaler leurs opinions sachant qu’ils peuvent déplaire à beaucoup. Qu’à cela ne tienne, leur gourou est le best ever president …
    Je n’ose pas intervenir…ils sont chez eux, mais je signalerai à Facebook des exagérations et des publicités mensongères relayées ad noseam…avec attachées en commentaires, énormément de « Amen ».
    J’ai été littéralement « soufflée » par l’ignorance de ces gens. Comment avait-ils pu tomber si bas?

    Et en même temps, j’ai participé à ce blogue. D’ailleurs, la lecture des billets et des commentaires ont beaucoup meublé mon temps de loisirs que je n’ai à peu près pas eu le temps de lire autre chose.
    Je n’ai jamais eu un cours aussi complet sur la politique américaine de toute ma vie. À mon âge, on peut encore apprendre. Hé oui!
    Un grand. merci à vous tous et à M. Hétu pour avoir parfait ma culture. Pour tout dire, je connais plus les noms et allégeances des politiciens états-uniens que les politiciens canadiens et ce qui en retourne.

    Le résultat des élections m’a fait un immense plaisir qui a été de courte durée, vues les suites républicaines trumpistes qui ont mis un gros nuage noir sur ce grand moment.

    Aujourd’hui, à cause de tout cela , je me demande si je retournerai à l’automne au même endroit. Je n’ai plus le goût de sourire à des gens qui n’ont plus leur tête pour réfléchir, qui ont une dévotion aveugle envers un psychopathe. J’aurais beaucoup de difficulté à être diplomate…pour ne pas dire hypocrite face à ces personnes que je me plais, ici, à traiter de « lobotomisésl.

    Demeurant dans la grande région de Montréal, Je suis toujours en confinement, ici, on n’a pas beaucoup eu de mesures pour alléger notre condition …j’accueillerai sûrement ma 71e année encore confinée à attendre le vaccin…
    Mais je suis de nature optimiste alors, j’ai décidé de faire et dire comme Corneille: « J’attends »… j’aurai toujours ce blogue pour me procurer une évasion des plus intéressantes en attendant la suite des choses.

    1. Haïku dit :

      gigido66
      Excellent témoignage !!
      Chapeau bien bas. 🎩👏👏👏

    2. Ziggy9361 dit :

      Bravo à vous Gigigo66 pour votre résilience et votre bon jugement,et surtout ne vous en faites pas nous sommes plusieurs à être vieux et lucides ce qui nous permet d’apprécier la vie malgré tout.
      Bon courage et continué à intervenir sur le blogue j’apprécie beaucoup vos commentaires

    3. constella1 dit :

      gigido

      Merci pour ce témoignage
      👏👏

    4. Chanounou dit :

      @gigido66,
      Merci pour votre témoignage que je trouve impressionnant et qui repond partiellement à une de mes questions.
      Je m’interroge en effet sur les campagnes 2008 et 2012 pour lesquelles je n’ai aucun souvenir d’une telle hystérie anti démocrate comme celle à laquelle nous avons assisté depuis le lancement de la campagne électorale…
      Et vous semblez dire que des gens  » a peu près normaux  » se sont brusquement transformés en haineux cinglés racistes se prosternant devant un egomane cristallisant leurs plus bas instincts…! J’avoue que je comprends pas comment tout a pu basculer aussi vite…. On dirait un phénomène d’envoûtement collectif que jai beaucoup de mal à m’expliquer…

      1. gigido66 dit :

        Je vous dirais que ça ressemble à ça…c’est allé très vite..certains d’entre eux disaient qu’ils savaient que Trump était un être dégueulasse n’ayant aucun respect pour qui que ce soit… cependant ils le soutenaient parce que, disaient-ils, ce gars allait faire « la job »! Qu’ils avaient endurer Obama sans rien dire et que maintenant leur homme ètait au pouvoir… Par la suite, on a assisté à la nomination d’une juge extrêmement conservatrice à la Cour Suprême…qui allait probablement aider à interdire l’avortement…ce qui faisait bien leur affaire.
        Après, toute théorie aidant à appuyer leur choix a fait le travail d’enrégimentement.

      2. Dekessey dit :

        @gigido66
        Intéressant.
        Probablement que ces gens considèrent le charisme et la compassion de Obama ou Biden comme des handicaps, ou des signes de faiblesse.
        Un homme fort n’a pas d’état d’âme. Il ne négocie pas parce que ça veut dire donner quelque chose en échange. On doit accepter qu’il n’a pas de manières et qu’il écrase des orteils car il accomplit des choses.

        Quant au sujet de votre très bon texte, comme vous je suis hésitant à retourner dans ce magnifique pays que j’ai beaucoup visité.
        Heureusement il reste plein de destination à explorer. Le Mexique, entre-autres est immense et très beau. 😉

    5. danielm dit :

      Merci gigido66 pour ce vibrant témoignage qui démontre bien les dangers de l’absolutisme au sein même de notre communauté « ordinaire ». Cet aveuglement de l’esprit est en fait le déni complet de tout sens critique au profit du confort du raisonnement simpliste et parfois imbécile et toujours totalement absurde.

      Bravo pour ce texte à la déchirant mais aussi très révélateur de l’attitude, l’atmosphère états-unienne vu de l’intérieur..

  15. jeanfrancoiscouture dit :

    @gigido66: «..ils savaient que Trump était un être dégueulasse (….) cependant ils le soutenaient parce que, disaient-ils, ce gars allait faire « la job »

    Vous m’avez rappelé quelqu’un qui, un jour, m’a demandé conseil à propos d’un individu infréquentable. Je lui ai dit qu’il devrait s’en tenir loin. Il m’a répondu que la réputation du gars était, justement, «de livrer la marchandise» bref, faire «la job» comme vous dites.
    Je lui avais simplement répondu: «Pinochet aussi livrait la marchandise». Il m’a répondu qu’il me trouvait «roffe».
    Quelques mois plus tard, ne voilà-t-il pas qu’au hasard d’un de nos «meetings» réguliers il me dit: «Aie, Untel, là, c’est un beau crosseur.»
    Ayant depuis longtemps appris qu’il n’est pas poli de dire: «Ouin, pis qu’est-ce que je t’avais dit?» j’ai simplement rétorqué: «Ben oui», puis nous sommes passés au point suivant de notre ordre du jour. J’ai su que par la suite, il s’est tenu à bonne distance du personnage.

    Mais dans le cas de Donald Trump, je me demande ce que ça prendrait de plus que ce qu’il fait depuis 50 ans pour que les Américains se tiennent hors de sa portée et surtout, ne s’arrangent plus pour le mettre en position de nuire à toute la planète à l’exception des zones menées par ses héros, les dictateurs.. 🙁

  16. Chanounou dit :

    Merci de votre réponse et de ce témoignage vecu de l’intérieur.
    Tout ceci me rappelle vraiment la fascination éprouvée par les Allemands de 33 face au médiocre caporal mais Tribun hypnotique…

    Comme vous j’ai fêté mes 67 ans en confinement mais, au vu des taux d’incidence qui, ici en Allemagne sont sérieusement à la baisse, j’ai un micro espoir que fin avril pour mes 68 ans 🎂🥂🍾nous puissions faire une petite virée quelque part et pourquoi pas, soyons fous, une nuit d’hôtel avec le bon dîner qui s’impose!😉😉😉😉😉

    1. gigido66 dit :

      Je nous le souhaite…🤞😉

  17. Maria Botero dit :

    Contribution faite.
    Merci M. Hétu pour vôtre excellent et titanesque travail, merci aussi à toutes les
    personnes que avec leurs commentaires donnent vie au blogue.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :