Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

En tête d’un nombre croissant de sondages, Elizabeth Warren a été au centre de l’attention lors du quatrième débat présidentiel entre candidats démocrates à la présidence. Ses rivaux les plus modérés – Pete Buttigieg, Amy Klobuchar et Beto O’Rourke – lui ont réservé leurs attaques les plus mordantes, épargnant Joe Biden, qui s’est également montré critique à l’endroit de la sénatrice du Massachusetts. Tous ont critiqué le refus de la candidate progressiste d’admettre que l’instauration d’un système de santé à payeur unique nécessiterait une hausse des impôts de la classe moyenne.

«Je ne signerai aucun projet de loi qui ne se traduira pas par une baisse des coûts pour les familles de la classe moyenne», a-t-elle répété sans répondre directement aux questions des modérateurs sur le sujet.

Ce refus lui a valu cette attaque du maire de South Bend, qui a livré sa performance la plus agressive depuis le début des débats, en juin dernier : «Votre caractéristique est d’avoir un plan pour tout, sauf cela. Aucun plan n’a été présenté pour expliquer comment un trou de plusieurs milliards de dollars creusé par le Medicare for All va être comblé.»

Klobuchar, qui préconise une réforme plus modeste du système de santé, a reproché à sa collègue du Massachusetts de proposer aux Américains un «projet chimérique».

Et Warren de répondre : «Je pense que nous réussissons, en tant que démocrates, lorsque nous voyons grand et luttons ferme, pas quand nous voyons petit et abandonnons avant de commencer.»

«Au moins Bernie est honnête ici», a plus tard déclaré Klobuchar en faisant allusion au fait que Bernie Sanders a, lui, reconnu qu’un système de santé à payeur unique allait nécessiter une augmentation des impôts de la classe moyenne (classe moyenne qui finirait cependant par être gagnante au bout du compte, selon le sénateur du Vermont).

Le débat de trois heures tenu dans l’Ohio s’est ouvert sur des questions entourant une éventuelle procédure de destitution contre Donald Trump. Les 12 candidats sur la scène ont exprimé leur appui à une telle démarche visant «le président le plus corrompu de l’histoire», dixit Sanders.

Joe Biden a ensuite dû répondre aux allégations de Donald Trump et de Rudy Giuliani concernant son rôle et celui de son fils Hunter en Ukraine. «Mon fils n’a rien fait de mal. Je n’ai rien fait de mal. J’étais chargé d’appliquer la politique du gouvernement des États-Unis pour éradiquer la corruption en Ukraine», a déclaré l’ancien vice-président en mettant les critiques du président à son endroit sur le compte de sa peur de l’affronter. «Il sait que si je remporte l’investiture, je le battrai comme un tambour», a-t-il dit.

«Je laisse la déclaration de mon fils parler d’elle-même», a-t-il par ailleurs répété concernant la décision de Hunter d’accepter un poste très rémunérateur dans une société ukrainienne pendant qu’il était vice-président. Lors d’une interview diffusée hier matin sur ABC, Hunter Biden a déclaré qu’il avait commis une «erreur de jugement» en acceptant cette position.

La situation en Syrie a retenu l’attention et valu à Donald Trump des critiques unanimes. «C’est la chose la plus honteuse qu’un président ait fait dans l’histoire moderne en matière de politique étrangère», a déclaré Joe Biden en faisant allusion au feu vert donné par Donald Trump à l’opération militaire souhaitée par son homologue turc en Syrie.

Une des réponses d’Elizabeth Warren sur la question de la politique étrangère en a fait sourciller certains. La sénatrice s’est dite en faveur de la fermeture de toutes les bases militaires américaines au Moyen-Orient. Les États-Unis ont des bases dans les pays suivants de la région : Irak, Qatar, Bahreïn, Jordanie, Émirats arabes unis, Arabie saoudite, Koweït et Oman.

Après le début, le sénateur du Delaware Christopher Coons, allié de Joe Biden, a affirmé que cette réponse témoignait de la «naïveté» d’Elizabeth Warren en matière de politique étrangère.

La sénatrice du Massachusetts a cependant eu le meilleur sur Biden lorsque ce dernier a lourdement insisté sur son rôle dans la création du Bureau de protection des consommateurs de produits financiers dont sa rivale a été l’instigatrice. L’échange a illustré le côté mononcle de Biden et permis à Warren de démontrer qu’elle ne tolérait pas les mecsplications.

Il s’agissait d’un retour sous les projecteurs pour Bernie Sanders. Victime d’un infarctus du myocarde le 1er octobre dernier, le doyen des candidats à la présidence a défendu ses propositions sur la santé ou sur l’économie avec la fougue de ses beaux jours. Il a cependant dû répondre à une question sur sa capacité de faire campagne à 78 ans après avoir subi une crise cardiaque.

«Nous allons mener une campagne vigoureuse d’un bout à l’autre du pays. C’est la façon dont nous allons rassurer le peuple américain», a déclaré le sénateur du Vermont, qui recevra le soutien d’Alexandria Ocasio-Cortez samedi lors d’un rassemblement dans Queens.

Joe Biden et Elizabeth Warren ont également eu à répondre à des questions sur leur âge.

Les analystes ont atteint des conclusions divergentes concernant la performance de Warren. Chris Cillizza de CNN a rangé la sénatrice parmi les perdants de la soirée avec Joe Biden et Kamala Harris (alors qu’ils a notamment estimé que Pete Buttigieg, Amy Klobuchar et Bernie Sanders méritaient de faire partie des gagnants).

En revanche, Aaron Blake du Washington Post a donné Warren gagnante avec Bernie Sanders et Amy Klobuchar. Il s’entend cependant avec Cillizza pour voir Biden comme un des perdants de la soirée.

Et moi je me dissocie de ces deux-là en affirmant que Biden n’a rien perdu ni gagné lors de ce débat. Hélas pour lui, en répondant à la question sur l’âge, il a probablement connu son meilleur moment dans la dernière heure d’un moment interminable. 


(Photo CNN)

61 réflexions sur “Warren, au centre de l’attention

  1. Alexander dit :

    Madame Warren?

    Un système de santé à payeur unique? Sans s’interroger sur les coûts?

    Fermer les bases américaines au Moyen-Orient sans tenir compte de la poudrière là-bas et de l’équilibre des forces que cette présence peut amener?

    Elle va gouverner à coups de décrets, mais dans l’autre sens que Trump?

    Je regrette, ce manque de sens pratique est de pragmatisme va la perdre, ou perdre les démocrates s’ils l’élisent pour affronter Trump.

    J’ai besoin de pragmatisme et de leadership.

    Buttigieg et Klobuchar ont ces qualités, mais leur manque de notoriété est mortel pour eux.

    Sanders est encore trop à gauche et sa santé est fragile.

    On revient à Biden, évidemment avec un super VP derrière lui en appui.

    Et advienne que pourra.

    1. Chatderuelle dit :

      Les usa ont des bases au moyen orient depuis longtemps et alors ?? Ca n a rien change et peut etre que ca fait parti du probleme plutot que la solution….

  2. Louise dit :

    J’ai écouté la moitié du débat seulement parce que c’est très long trois heures.
    J’ai trouvé que c’était un débat plus sérieux et plus discipliné que les autres. J’ai aimé les questions des journalistes qui ont couvert un grand éventail de la politique américaine.
    Celle qui m’a déçue c’est Elizabeth Warren. Dans sa défense de sa politique du système de santé, elle n’a pas pu ou n’a pas voulu dire si elle augmenterait les impôts pour le financer. Je trouve que sa grande faiblesse c’est la politique extérieure de son pays, un aspect tellement important du travail d’un président.

    Mon préféré reste toujours Pete Buttigieg, il a été plus clair dans ses propositions et on sentait qu’il avait davantage confiance en lui.
    Il n’est sans doute pas prêt pour la prochaine élection mais je crois que c’est une étoile montante.

    BIden ne s’en est pas mal sorti compte tenu du combat qu’il mène depuis trois semaines pour se défendre des attaques de Trump.
    Il a beaucoup d’expérience et ça paraît. Des fois ça lui sert et d’autres fois c’est un peu rétrograde. Son âge? Tout dépend de sa santé.

    1. Dekessey dit :

      Que diriez-vous d’un ticket Warren-Buttigieg?

      1. Louise dit :

        Hum ! Je ne crois pas que Madame Warren laisserait beaucoup d’espace à Pete.

      2. Samati dit :

        @Dekessey

        Ce serait une défaite garantie pour les démocrates et une victoire pour Trump.

        Ce qu’il faut c’est un vote stratégique pour déloger Trump et remettre les États Unis sur les rails.

  3. Apocalypse dit :

    ‘En revanche, Aaron Blake du Washington Post a donné Warren gagnante…’

    Bon, je ne suis pas un détracteur, ni un fan de Madame Warren, mais ‘gagnante’, oh les moteurs … Elle a été fidèle à elle-même. Cette histoire de fermeture de toutes les bases militaires américaines au Moyen-Orient et sa position sur le système de santé payeur unique, ce n’est pas faire preuve de grandeur intellectuelle. Si Madame Warren passe, ce sera par défaut de ne pas avoir une meilleure option.

    Pour ce qui est de l’âge, bonne question! Dans le cas de Madame Warren, je ne serais pas trop inquiet, mais Messieurs Sanders et Biden, c’est du délire. M. Sanders vient de subir un infarctus et pour M. Biden, des réponses parfois confuses et quelqu’un qui cherche ses mots, vous ne pensez toujours pas que leur situation va prendre du mieux avec les prochaines années et l’immense pression de la présidence, alors oublier ces deux candidatures.

  4. Apocalypse dit :

    @Louise – 09:01

    ‘Je trouve que sa grande faiblesse c’est la politique extérieure de son pays…’

    Bien d’accord avec vous! Elle ne semble pas trop savoir ce qui se passe à l’extérieur des Etats-Unis et comme vous dites, il faut être ‘sharp’ dans cet aspect du travail de président.

    J’espère que M. Buttigieg va prendre quelques points suite à une bien meilleure performance que lors du débat précédent.

  5. Pierre dit :

    Un fait demeure les 3 premiers candidats ont comme âge Warren 70, Sanders 78, et Biden 76, le Potus-45 lui a 73. C’est pas avec cette récolte qu’un pays peut progresser… Existe t’il des analyses aux USA qui explique ce besoin d’élire des candidats Si âgées? Pourtant Clinton, W Bush, Obama et bien sûr JFK étaient dans des groupes d’âges bien plus représentatifs…

    1. Lecteur-curieux dit :

      Personne je vois une montée du conservatisme et venue en même temps que la gauche de la rectitude politique.

  6. Lily D. dit :

    Il est quand même décevant de constater que les membres d’un même parti qui devraient concentrer leurs forces pour vaincre un président républicain dangereux pour leur pays se rabaissent mutuellement pour que leur candidature soit retenue. Ils donnent ainsi des armes convaincantes à l’autre partie, tout en laissant savoir à la population les raisons pour lesquelles il ne faudrait pas voter pour telle ou telle personne. Drôle de système!

    1. Igreck dit :

      Un système à revoir assurément après l’invraisemblable élection d’un être tel que Trompe.

    2. Henriette Latour dit :

      Lily D.

      👍👏👏 parce qu’aux États-Unis, c’est chacun pour soi et non tous pour un.

    3. Lecteur-curieux dit :

      En effet. Un parti dit progressiste mais qui entre dans une lutte archi-compétitive pour déterminer qui sera le meilleur chef.

      Il y a rien de moderne là-dedans c’est une fausse conception du leadership.

      Pour l’échange entre Biden et Warren je ne vois pas de mecsplication mais l’ego de Biden plutôt que donner le crédit à Warren mais bien sûr elle n’a pas fait cela seule. On peut quand même parfois reconnaître le mérite individuel plus fort. Biden en a un aussi.

      Se chicaner inutilement pour obtenir du crédit. Là leader principale cela était elle ou encore c’est Obama qui en sachant laisser les autres prendre leur place et se mettre en valeur et pour le bien commun qui a agit en vrai leader. Ne pas effacer l’ego des gens mais savoir partager les responsabilités, le Lesdership et les honneurs.

      Maître d’œuvre madame Warren, leader du gouvernement comme POTUS, Obsma et une foule de leaders ou facilitateurs secondaires dont Joe Biden. On a besoin de tout ce monde pour réussir. Ce n’est pas une lutte féministe c’est une réussite collective et il s’est adonné que c’est une femme qui était à l’avant-plan et a fait le plus gros du travail.

      Si devenir POTUS est un concours du plus gros ego, il ne faut pas s’étonner que Trump soit encore POTUS.

      Pas assez ne serait pas mieux, la personne aurait été éliminée rapidement et pourrait manquer d’esprit de décision.

  7. Lecteur-curieux dit :

    Sur le système de santé c’est donc Sanders qui a la meilleure proposition.

    Pour madame Warren est-ce un problème de calcul ou bien admettre cette possibilité ne serait tout simplement pas rentable politiquement.

    Mais si on pense de façon holiste/systémique plutôt que réductionniste c’est eux qui ont la meilleure proposition pour les Américains à moyen ou long terme.

    Malheureusement, les Américains sont plus individualistes et aussi dans la pensée mécaniste ou linéaire.

    Avoir un plan trop détaillé ? C’est de la pire bullshit dans un monde moderne en mouvement. Il faut une planification stratégique mais être prêt à la revoir constamment.

    En santé et en éducation aussi d’ailleurs, il faut vraiment une bonne dose de socialisme et plus de coopération que de compétition et les usagers ne doivent pas trop devenir des clients et avec la vision de l’homo oeconomicus sinon c’est un système fortement privatisé sur les graphiques de nos amis économistes néoclassiques du moins dans leur enseignement car dans leurs opinions personnelles ils peuvent être de l’école autrichienne ou bien des libertariens.

    Le système peut être coûteux mais ils sont les premiers au monde pour la réactivité.

    Sanders et Warren sont les deux plus socialistes mais leur système marcherait mieux et peut-être même plus rapidement. Car les autres démocrates ne vont que renforcer la bureaucratie pour soi-disant rendre le système plus juste. Cela va coûter combien cela ?

    Cela veut forcer disons les assureurs privés à faire ce dont ils n’ont pas intérêt. Alors ce sont eux qui risque de coûter plus cher et dans pas si longtemps.

    Alors des Américains peuvent ou pouvaient quasiment être séduits par les propositions de Trump. Mais lui avait encore moins de plan et surtout pas d’appuis.

    Sanders en charge de la réforme de la santé dans un Cabinet Warren.

    Je la vois juste trop à l’assaut des grands capitalistes mais qui eux trop nombreux penchent pour le conservatisme ou le néolibéralisme qui sont destructeurs du social surtout dans ces domaines là. Il peut y avoir du privé dans le fonctionnement ou en complémentaire pour des services en plus mais il faut que la base soit là dans une véritable philosophie sociale ou sociale-démocrate ou holiste ou collectiviste plus qu’individualiste sans nier cette dimension juste la rendre moins forte.

    Les Américains ne sont pas prêts ? Un bon système pour eux est basé sur la réactivité d’abord plus que sur la justice sociale et plus que sur une population en santé avec une plus longue espérance de vie et avec une bonne qualité de vie. Les plus riches peuvent l’avoir et encore quand la santé n’est qu’un service parmi d’autres plutôt que vraiment des saines habitudes de vie pour le plus grand nombre et avec des liens avec les autres domaines.

    La santé et l’éducation sont liées , l’habitation, l’environnement, le travail, le transport, tout, tout… L’alimentation bien sûr.

  8. Apocalypse dit :

    @Alexander – 08:53

    ‘J’ai besoin de pragmatisme et de leadership.’

    Nous sommes au moins deux! Je veux des pistes de solution claires aux problèmes qu’on demande aux politiciens de résoudre, chose qu’on voit rarement, que ce soit ici au Canada, au Québec et bien entendu, aux Etats-Unis. Ce sont toujours des réponses passe-partout qui ne donnent finalement pas des solutions.

    On le voit avec le système de santé à payeur unique. Implanter cela aux Etats-Unis va être un problème cauchemardesque et à écouter les candidats, no problemo … yeah right…

  9. Apocalypse dit :

    @Lecteur-curieux – 09:15

    ‘Sur le système de santé c’est donc Sanders qui a la meilleure proposition.’

    Pas d’accord! Un système de santé à payeur qui va demander un hausse de taxes pour la classe moyenne, bonne chance de faire passer cela.

    Madame Warren disait que ce serait les corporations et les riches qui donneraient la plus grosse portion de l’argent pour ce système et que la classe moyenne allait voir ses taxes diminuer, encore là, bonne chance avec cette idée.

    En fait, si par un coup de baguette magique, tu pouvais faire disparaître toute implication du privé (i.e. compagnies d’assurances et cie) et que le gouvernement prennent la facture et paie pour tous les américains, alors oui, les taxes de la classe moyenne diminuerait, mais autrement, oublier cela.

    Les compagnies d’assurances privés font des milliards et des milliards et sont sans doute encore là pour longtemps.

    Implanter un système comme au Canada va être un cauchemar, aussi bien améliorer pas à pas l’Obamacare…

    1. Lecteur-curieux dit :

      Il faudrait en faire faire une analyse poussée par des universitaires qui eux aussi ont leurs biais malheureusement.

      Imaginez faire plein de prévisions financières comme on peut faire en finance et comptabilité.

      On fait changer une variable et tout bouge. Il faut donc présenter plusieurs scénarios disons minimum trois et même pouvoir pour les décideurs modifier les variables.

      Les impôts pour la classe moyenne augmente ? Mais pour combien de temps?

      Et les bénéfices pour l’ensemble de la société sont difficiles à chiffrer.

      L’analyse qualitative est plus importante que celle quantitative mais comme nos sociétés occidentales font l’inverse cela donne pas mal de jobs à des économistes, comptables et autres analystes financiers dans des analyses pouvant manquer de vision.

      Les chiffres ne servent qu’à rassurer. Et ne sont donc absolument pas de la science mais sont au service de l’idéologie et du mythe auquel on veut bien croire. Hey un comptable qui veut moins de chiffres ou une nouvelle façon de les appréhender?

      Avoir raison ou pas ? Je m’obstinais avec une parente sur le système de santé ici et notamment sur les fusions et mégas-hôpitaux. Pour moi dans plusieurs cas ils sont dans les déséconomies d’échelle et donc augmentent les coûts et en donnant un moins bon service à la population. Elle qui fait du bénévolat dans les hôpitaux voit plutôt des économies d’échelle. Qui a raison ou tort?

      Il y a un graphique qui montre la théorie. Et pour trouver la bonne solution il faudrait vraiment que les partis travaillent ensemble.  » Ce serait trop beau pour être vrai » qu’elle m’avait répondu.

      Pour le Québec, l’assurance-médicaments, 100% publique serait mieux aussi pour les cas que j’ai vu du moins.

      Que ce soit mieux versus que cela passe politiquement ce sont deux choses bien différentes.

      Car comme vu dans le livre Problèmes et Politiques Économiques de Raynaud et Stringer, le mauvais programme électoral qui se retrouve gagnant est la norme plus que l’exception. Bon mais dans leur approche néoclassique c’est probablement les républicains qui seraient vus comme les meilleurs comme en éducation ils sont pour les bons d’éducation.

  10. jeanfrancoiscouture dit :

    Encore et toujours la santé. Et le meilleur moyen de torpiller une réforme qui irait dans le sens du «payeur unique» c’est justement, comme le fit le journaliste qui a posé la fameuse question et requis une réponse «Yes or NO». Et Buttigieg avec son idée du «payeur unique» mais juste pour ceux qui le souhaiteraient.

    Bien sûr qu’il n’y a pas de «Yes or No answer» à la première question puisqu’avec la disparition des assurances et leurs multiples versions, il faudra bien que l’argent vienne de quelque part. Cela pourrait être, en effet, par le biais de l’impôt ou encore une contribution à un fonds distinct par le biais d’une contribution distincte. Par contre, l’élimination des frais d’assurance privée dégageraient des marges de manœuvre pour les citoyens qui n’auraient plus à débourser des sommes souvent colossales par rapport à leurs revenus pour trop souvent ne se payer que des couvertures minimales.
    .
    Quant à l’idée de Buttigieg avec une alternative «Medicare» si vous le voulez ou «Assurance privée» si vous le voulez, ça c,est la voie royale pour des augmentations d’impôt car tout le monde sait que seuls les moins nantis et les pas nantis du tout opteraient pour le Medicare au choix de chacun. Et ça, ça ne se financera pas tout seul.

    Bref, comme à TLMeP, la «Question qui tue» que certains prennent un malin plaisir à poser est justement cela: Un moyen de tuer le projet d’une couverture pour chaque citoyen, indépendamment de ses moyens financiers. De cela, ni les riches (qui ne veulent pas payer pour les autres) et ni ceux qui sont déjà assez bien couverts par des assurances collectives (dont les coûts sont partagés avec l’employeur) ou individuelles (pas trop chères parce plus jeunes et pas malades) ne veulent rien savoir.

    La prétendue préoccupation des impôts de la «classe moyenne» n’est qu’un prétexte pour éviter de sortit du Moyen-Age dans les soins de santé.
    Partis comme c’est parti, ça n’est pas demain la veille qu’il y aura moins d’édentés, d’obèses, de malades non soignés et de faillites personnelles pour dettes pour cause de soins médicaux aux USA. .

    1. Lecteur-curieux dit :

      Oui très bien. Une yes, no question c’est en plein favoriser l’esprit binaire et la dichotomie.

      C’est devenu de plus en plus populaire les discours tranchés dans les médias alors que la réalité est complexe.

      Comme faire accepter la pensée complexe à la population et l’approche systémique et sans passer pour un charlatan?

      En santé, les médecines dites alternatives emploient beaucoup le mot holiste et celle traditionnelle l’accuse à raison et à tort cela dépend des disciplines et des prétentions des praticiens. Holiste ? C’est sur le bien-être global qu’on influe. Alors qu’est-ce qu’on peut isoler ? Rien. Tout bouge en même temps. Ouais mais pas besoin de petit bonbons sucrés ? Non je prends des Smarties à la place.

      C’est le mode de vie au complet mais pas obligé de devenir végétarien ou végétalien. Ce n’est plus un mythe sympa qu’on sait symbolique mais des dogmes et doctrines et se disant holistes alors que lorsqu’on ressort des causes et effets on est en plein dans la vision analytique ou linéaire.

      Crime on recule plutôt qu’avancer.

      1. Lecteur-curieux dit :

        Une publicité sociétale du gouvernement du Québec au début des années ’80 qui était excellente pour l’époque et même chose pour les affiches, les meilleurs médicaments dans les écoles et sur la photo on montrait des fruits et légumes.

        Les CLSC étaient vus comme bons aussi.

        https://youtu.be/o9CAll6QzoI

    2. treblig dit :

      Bon, tordez ça dans tous les sens, il n’en demeure pas moins que les États-Unis dépensent 18.3 % de leur PIB en soins de santé ( Canada 10.2% de son PIB). Pour une performance quasi identique.

      Mais les américains préfèrent payer un montant plus élevé au privé que des hausses d’impôts. On prends note.

      Ce sera donc un plan ressemblant à Obamacare pour les démocrates. Simple pragmatisme

      1. Lecteur-curieux dit :

        Pragmatisme dans le calcul politique mais pas réellement dans celui de la rentabilité sociale et économique à long terme.

    3. gl000001 dit :

      Pourquoi ne pas privatiser toutes ces compagnies d’assurance qui gèrent déjà les soins de santé ? On leur donne une cible agressive pour diminuer les coûts. Ca devrait marcher !!

  11. Lecteur-curieux dit :

    Avoir le meilleur projet mais être incapable de le vendre à la population.

    C’est encore comme dans le livre de comptabilité de gestion avec les méthodes traditionnelles et en faisant un calcul de valeur actuelle nette (V.A.N.) jamais l’entreprise ne serait allée de l’avant mais après coup on sait qu’elle doit sa survie au fait d’être allée de l’avant.

    Dans le livre c’était un plaidoyer pour la comptabilité par activités devenant gestion par activités et en mesurant mieux les coûts et aussi la chaîne de valeurs et une approche systémique et stratégique aurait aussi été pour investir même en pleine récession.

    Madame a aussi des bons mots de leader mais la mentalité américaine et même de Québécois dans le vieux management ne suit pas.

    Elle aurait besoin d’appuis de chercheurs et autres universitaires ? Mais cela ne convaincra pas les Américains qui sont anti-intellectuels.

    Que des dirigeants pourtant avec des bons projets mentent ce n’est pas nouveau, repensons au Maire Drapeau avec le Stade Olympique et les Jeux. Bon dire la vérité le projet ne se fait pas. Ne pas la dire, il y a emballement des coûts et perte de contrôle du projet.

    Prétendre à des Jeux modestes quand on les veut grandioses et pareil pour le Stade qu’il aurait fallu présenter comme un projet de Cathédrale ou presque. Et ce au pays futur des abris Tempo.

    Mission impossible.

  12. J.C.Virgil dit :

    La grosse affaire, un système de santé à payeur unique risque d’augmenter les impôts de la classe moyenne , en oubliant bien sûr que ça la sortira du racket impitoyable qu’est le système de santé actuel qui leurs coûte la peau des fesses en primes d,assurance quand ils ont les moyens de s’en payer une en plus de les protéger une fois à l’hôpital des requins qui y nagent en eau trouble.

    Quand à l’idée de fermer des bases militaires au Moyen-Orient et d’arrêter par le fait même la saignée de fonds publics c’est aussi plein de sens sauf pour le fameux complexe militaro-industriel et ses charognards qui s’engraissent sur les charniers
    .
    De toute façon la situation actuelle et le nouvel équilibre des forces de la région milite de plus en plus pour des négociations et des ententes de Paix. On parle de plus en plus de négociations entre l’Arabie saoudite et l’Iran dont les dirigeants savent fort bien qu’exacerber le conflit entre eux et empêcher par le fait même la sortie du pétrole vers les marchés extérieurs les mènerait tous les deux à leur perte.

    Il y a eu assez de milliers de milliards de dollars dépensés pour l’industrie de la mort par tous les pays présents dans cette région, il est temps qu’ils comprennent que leurs populations ‘attendent à ce que ça ait une fin.

    Vraiment cette candidate a bien de l’allure.

  13. « I’ll be ready on day one.  »

    Vous imaginez les leaders étrangers se frotter les mains à savoir qu’ils vont pouvoir acheter de l’influence à travers des comptes de banque du fils du nouveau POTUS?

    « They’ll be ready on day one as well Joe. »

    1. el_kabong dit :

      @grosse tetine

      Mais oui, mon petit, tout va bien aller…

    2. Pierre S. dit :

      ———————–

      Ca fait près de trois ans que les leaders étrangers sont mort de rire
      de voir l’andouille faire semblant de jouer au président.

      ce clown est une honte pour les américains.

    3. Bartien dit :

      Il y a un village quelque part qui a perdu son idiot.

    4. jeanlouischarette dit :

      Accuser sans preuve s’appelle de la Diffamation.
      Et les paroles d’un diffamateur ne valent rien.

    5. gl000001 dit :

      Et c’est mieux que de le faire en achetant des séjours dans les hôtels de votre simili-président ? Ou en donnant de l’argent pour sa parade d’inauguration ?

    6. Ejulien dit :

      C’est vrai que de cette façon, ils n’auront plus à louer des étages complet dans les Trump hotels pour verser leurs pots de vin 😅

  14. Apocalypse dit :

    @jeanfrancoiscouture – 09:29

    La réponse de M. Buttigieg était sans doute plus réaliste que celle de M. Sanders et Madame Warren.

    Pourquoi? Parce qu’il y a des millions d’américains qui ont une assurance privé et qui veulent, voudront la garder.

    Donc, on se débarasse de tout ça et vous êtes comme tout le monde, c’est-à-dire sur le système à payeur; vous pouvez parier que des millions d’américains ne la trouveront pas drôle.

    Améliorer l’Obamacare va être une pilule pas mal plus facile à faire passer…

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      @Apocalypse: «..Parce qu’il y a des millions d’américains qui ont une assurance privé et qui veulent, voudront la garder….»

      Mais bien sûr que ce que vous dites est vrai et j’ajouterais que c’est normal dans le contexte américain. Et je persiste à croire que les raisons que je donnais pour expliquer cela sont valides. En résumé, c’est l’individualisme américain qui prévaut, D’abord celui des vrais riches qui préfèrent la philanthropie défiscalisée et médiatisée à la contribution directe au bien commun et ensuite celui de la partie mieux pourvue de la classe moyenne qui préfère garder ses privilèges tant que cela ne lui coûte pas trop cher.
      Quant aux autres, il leur reste toujours le Medicare (Personnes âgées) et Medicaid (Personnes très démunies).
      En ce qui a trait à «Obamacare», c’est un «More of the same» un peu amélioré. Ce fut tout ce que Barack Obama a réussi à arracher aux Républicains après avoir gâché ses deux années de majorité à essayer le «bi-partisan approach» avec des gens qui, fondamentalement, ne voulaient rien savoir de lui à la présidence. À trop intellectualiser la politique, au contraire d’un chat de gouttière comme un Jean Chrétien qui ne se serait pas ainsi accroché dans les fleurs du tapis, il s’est retrouvé en minorité pour les six années suivantes.

  15. titejasette dit :

    HS

    C’est comme ça que le peuple les prend ses « histoires fleuries » sur Tweeter…Quand tu es rendu à 12 000, tu peux te rendre encore plus loin. On appelle ça battre son propre record.

    « L’incertitude persiste quant à la promesse de la Chine d’acheter davantage de produits agricoles américains, selon le Wall Street Journal.

    Lors des négociations commerciales de la semaine dernière, le président Trump a déclaré que la Chine avait accepté d’acheter pour 40 à 50 milliards de dollars de produits agricoles américains  » en moins de deux ans « .

    La Chine n’a pas confirmé de calendrier ni de montant chiffré pour les achats. »

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    https://www.cnbc.com/2019/10/16/there-are-doubts-about-chinas-promise-to-purchase-more-us-farm-products.html

    1. polargene dit :

      Idéalement, il aurait fallu que la Chine réponde au tweet du twit ses intentions pour que les suiveux comprennent où est la vérité !

      Je rêve de voir un politicien, même étranger, répondre directement aux mensonges de Trump sur son fil tweeter. De mémoire, à moins que je ne me trompe, Trump n’a pas le droit d’effacer des messages. Se serait une bonne façon de lui mettre le nez dans sa merde et l’obliger à être sur la défensive un peu.

      + de 12 000 mensonges, j’en reviens pas que les américains ne se réveillent pas plus que ça. C’est fort l’apathie.

  16. Danielle Vallée dit :

    Warren a fait un faux pas hier et ce n’est pas son absence de réponse.
    Elle dit que les corporations vont payer parce qu’elle pense comme Sanders que les corporations qui offraient de l’assurance collective aux employés vont maintenant donner cet argent au gouvernement. Je leur souhaite bonne chance avec ça. Les avocats vont s’engraisser.

    Warren a fait un faux pas parce qu’elle a prouvé ce que Klobuchar essayait de lui suggérer gentiment: elle n’écoute personne, ne respecte l’opinion de personne, étant persuadée de sa supériorité intellectuelle.
    Trait de caractère typique pour les élites méprisantes selon une grande partie de la population américaine.

    Je pense depuis le début que personne de l’ouest (Californie) ou de l’est ne gagnera cette élection.
    Ça va être une élection pour et par le centre du pays, pour regagner les quelques états qui font toute la différence avec les grands électeurs.

    L’autre problème de Warren c’est qu’elle a soutenu Hillary lors des dernières élections, ‘I’m with her’, et que Bernie ne lui a pas pardonné malgré ses sourires. Il ne lâchera pas le morceau, jusqu’à la fin.

    J’ai hâte de voir le prochain sondage….Klobuchar et Buttigieg vont avoir pris du galon.

  17. leonard1625 dit :

    Je ne comprends pas que les candidats démocrates n’aient pas une conception bien claire et facilement communicable de leurs projets pour l’assurance-santé. Les principaux candidats auraient du depuis longtemps avoir formé des équipes d’experts et pondre des propositions claires et facilement communicables.

    Les Am.ricains ne peuvent prati

  18. Louise dit :

    Pour que les Démocrates aient une chance de gagner l’élection, il faudrait que leur candidat(e) soit super intelligent, qu’il soit charismatique, qu’il soit jeune et qu’il ait de l’expérience, qu’il soit près des gens sans être populiste et qu’il soit aimé par les femmes, les jeunes, les vieux,les noirs, les hispaniques, la classe moyenne et les grands financiers et enfin qu’il n’ait aucun squelette dans le placard.

    Pour que les Républicains gagnent les élections, leur candidat peut être à moitié fou, sans expérience, menteur, corrompu à l’os, qu’il insulte tout le monde, qu’il ait un passé d’agresseur avec les femmes, qu’il soit nul en affaires et qu’en plus il ne gêne pas pour trahir son pays.
    Cherchez l’erreur.

    1. gl000001 dit :

      C’est la seule chose qu’il ait réussi dans sa vie : se construire un mythe et que les gens y croient.

    2. Haïku dit :

      @Louise — 10:31
      Superbe réflexion !!!👌

  19. monsieur8 dit :

    AOC, Rashida Tlaib et Ilhan Omar apportent leurs soutien à Bernie. Des jeunes femmes qui n’ont pas peur d’avoir peur, ça me remonte le moral.

    1. Samati dit :

      @monsieur8

      Des jeunes femmes qui rêvent de rester dans l’opposition et laisser ce monstre d’incompétence en place pour quatre autres années…

  20. leonard1625 dit :

    Je ne comprends pas que les candidats démocrates n’aient pas une conception bien claire et facilement communicable de leurs projets pour l’assurance-santé. Les principaux candidats auraient du depuis longtemps avoir formé des équipes d’experts et pondre des propositions claires et facilement communicables.

    Les Américains ne peuvent pratiquement pas instaurer d’un coup un système analogue au notre. Qu’on me corrige au besoin, le notre a été fondé alors qu’il n’existait pratiquement rien. La résistance a été très faible.

    Les Américains pourraient plutôt concurrencer les assurances privées en offrant une assurance étatisée plus modeste et aux coûts ajustés aux revenus des bénéficiaires. Ils pourraient peut-être imposer une option retrait aux employés couverts par une assurance de leur travail et rediriger cet argent pour une assurance étatisée à moindre coût et garder la différence pour eux. Si un tel système était possible, il serait probablement populaire.

  21. citoyen dit :

    au lieu d’une campagne où tout le monde est contre tout le monde, il faudrait que les démocrates se démarquent des républicains.

  22. Pierre S. dit :

    ——————–

    Beto devrait être capable de botter le cul à l’imbuvable Ted Cruz à la prochaine
    élection mais il n’est pas encore mûr pour jouer un rôle de premier plan.

  23. Benjen Stark dit :

    J’attends encore qu’on m’explique comment Élizabeth Warren va survivre aux primaires dans les états du Sud sans le support des afro-américains. Ça a coulé Bernie Sanders il y a 4 ans et ça va couler Élizabeth Warren ce coup-ci.

    Biden sera le candidat à moins que le parti réussisse à le dégommer d’ici là.

    1. gl000001 dit :

      C’est étrange. Quand vous ne parlez pas de trump, vous faites plus de sens.
      Ca doit être ça, le trump derangement syndrome.

  24. Lecteur-curieux dit :

    Une étude ne regardant que les coûts et il ne faut pas juste ce plan là il faut d’autres investissements sociaux.

    https://www.mercatus.org/system/files/blahous-costs-medicare-mercatus-working-paper-v1_1.pdf

    Comment mesurer la rentabilité sociale ? Aimiez-vous mieux l’époque de Maurice Duplessis au Québec et avec pas de déficit du gouvernement ?

    Mais des gens s’achetant un dentier usagé chez un marchand vendant de tout ? Ou encore un autre homme n’ayant pas d’argent pour des lunettes bien portent celles de son frère décédé. Toujours possible que cela fitte pas trop pire mais c’est loin d’être recommandé.

    Le plan doit être là d’abord pour une plus grande justice sociale et avec d’autres investissements augmenter la santé de l’ensemble de la population.

    Faire augmenter l’espérance de vie, avoir des meilleures habitudes alimentaires et tout.

    Et le PIB lui ? Il peut croître avec des gens plus en santé mais avec les changements climatiques c’est même une décroissance soutenable qu’il faudrait encourager ou une économie pas mal différente intégrant les coûts sociaux et environnementaux alors plus que verte.

    Cela vaut combien cela ? C’est comme la chanson de Desjardins parlant d’un hôtel 5 étoiles versus 5 milliards d’étoiles dans le ciel. Les choses qui ont une vraie valeur.

    Et non un faux pragmatisme très matérialiste. Ce sont des humains de votre propre pays, de votre ville qui n’ont pas le nécessaire ou bien qui se trouvent ruinés.

    On n’est pas juste de gauche mais laisser autant d’injustices et dans un pays riche. Et dans le monde c’est encore pire. Il faut faire plus et mieux.

    Il y a un minimum à donner à tous.

  25. Apocalypse dit :

    @jeanfrancoiscouture – 10:16

    ‘En résumé, c’est l’individualisme américain qui prévaut…’

    Exactement et il faut malheureusement faire avec, sinon tu ne prendras pas le pouvoir et au revoir les belles réformes…

    1. Lecteur-curieux dit :

      On est pour l’individualisme mais le leur est semblable à l’homo oeconomicus de l’économie néoclassique.

      Une dose de cela c’est correct mais trop ?

      On est dans le dernier homme de Nietzsche plutôt que dans le surhumain bon mais le socialisme risque de l’être aussi. C’est pour défendre le véritable individualisme et non l’individu isolé et calculateur et dit rationnel qui fait des choix économiques et qui se croit libre.

      C’est l’homme réduit à l’état de chose chez Georges Bataille.

      Ce ne sont pas des individus épanouis.

      Un individualisme intelligent. Certains aiment mieux appeler cela individualité. Et il y avait aussi le social-libéralisme partant de l’individu pour aller vers le collectif. La démarche inverse de la social-démocratie mais qui peut en bout de piste revenir pratiquement au même.

      Et là on disait qu’être un libéral moderne c’était cela.

      Je suis un peu plus libéral classique en économie mais dans les missions sociales de l’ État, c’est impératif. Cela reste à débattre mais c’est aussi relié à la distribution des revenus et aux inégalités économiques même si je suis critique d’études de gauche sur le sujet dans leur façon de présenter les chiffres, je peux vouloir atteindre les mêmes objectifs.

      Individualiste versus égoïste ce n’est pas pareil pour moi. Narcissisme non plus versus sagesse systémique.

      Le Soi en psychologie et en psychanalyse est en harmonie avec le tout et représente l’individualisme sain.

      Alors que le moi/ego hypertrophié n’est qu’un masque, une fausse personnalité basée sur l’orgueil. Le beau veston, rien de mal à cela. La réussite sociale aussi mais ce n’est pas forcément un individu épanoui. Il peut juste en donner l’impression pour épater la galerie ou arriver le premier. Cela en prend mais la vie n’est pas que cela.

      Le type ayant fondé une PME solide allez disons 450 employés peut être plus intéressant que des milliardaires dans les tops faits par les revues.

      La réussite dans plusieurs dimensions de la vie plutôt que des concours d’égos. Et même ceux réussissant moins sont là et peuvent avoir des choses à apporter ou à dire.

      Individualiste par une liberté mais qui ne vient pas que de l’argent bien que cela en prend un minimum. Alors le revenu universel ne serait pas une mauvaise idée non plus.

  26. Apocalypse dit :

    @monsieur8 – 10:38

    Que Bernie Sanders persiste à vouloir rester dans la course, c’est du délire de quelqu’un qui n’a qu’une seule préoccution et qui est ‘Bernie Sanders’.

    Il a eu des problèmes de santé (i.e. infarctus), il aurait dû en profiter pour faire une sortie gracieuse, ‘papitibi’ l’avait d’ailleurs mentionné, qui aurait rendu service à tout le monde, lui-même et au parti démocrate.

    Son entêtement, contre toute logique à vouloir rester, pourrait, encore une fois, faire bien mal aux démocrates.

    Imaginer, il gagne l’investiture et durant ce qui va être une guerre de tranché contre Donald Trump, il a de nouveaux problèmes de santé, alors il est fort possible qu’on donnerait un autre quatre ans à ce dernier pour poursuivre son travail de démolition de la société américaine …

  27. Lecteur-curieux dit :

    L’étude suivante :

    https://www.peri.umass.edu/publication/item/1127-economic-analysis-of-medicare-for-all

    Cela pourrait arriver et même mieux si on conjuguait avec d’autres programmes sociaux.

    Les coûts du système de santé en pourcentage du PIB baisseraient.

    Mais cela prend des Américains qui ne se comportent pas juste en travailleurs et en consommateurs.

    Moins de crises cardiaques,moins de brochage d’estomac, moins de fast food ingéré, moins de diabète et nécessitant des amputations ou des devenant aveugles, même la prise du Viagra retardée.

    Cela vaut combien tous ses avantages là?

  28. À mon avis les démocrates essaient d’en faire trop en santé qui de toutes évidences n’est pas une priorité pour les américains, la preuve ils ont élu la grosse Tromperie qui leur promettait de mettre fin àu minimal Obamacare.

    1. gl000001 dit :

      Il leur a promis « beaucoup mieux » et il ne tient pas sa promesse.

    2. Madalton dit :

      ç’a été une des priorités lors des derniers mid-term.

      https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2018/11/healthcare-midterm-elections-trump/574780/

  29. Lecteur-curieux dit :

    Trump avait avancé des idées et peut-être possibles à réaliser mais pas avec le parti républicain au pouvoir.

    Il a pourtant déjà eu un peu de vision mais comme promoteur immobilier surtout. Cela prend des gens compétents ensuite pour la réaliser et/ou l’adapter. Les républicains eux en veulent pas alors c’est leur vision qui a gagné dans un sens.

    Et Trump passe alors juste pour quelqu’un ayant lancé une baloune par seul opportunisme que d’augmenter ses chances d’être élu.

  30. Madalton dit :

    Selon Trump, tous les candidats sont des clowns. Comme il s’y connaît en clown étant the best clown ever, faut-il donner de la crédibilité à son commentaire? 🤔

    https://www.politicususa.com/2019/10/16/trump-democrats-clowns.html

  31. Sage 2010 dit :

    Je me demande si on pourrait pas former un ticket composé d’un progressiste et d’un centriste. Warren pourrait choisir comme colistier un ancien militaire ou un représentant venant du Midwest.

  32. Sage 2010 dit :

    J’ai un lien venant de 538 concernant le vainqueur du débat de mardi soir.

    https://projects.fivethirtyeight.com/democratic-debate-october-poll/

    Le vainqueur selon ce sondage est: Elizabeth Warren

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :