Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«Nous avons passé les quatre dernières années à violer de telles normes. J’aurais besoin d’entendre un argument extrêmement solide de la part de l’administration Biden pour justifier la nécessité de la nomination du général Austin en ce moment afin d’envisager une nouvelle érosion de celles-ci.» Le représentant démocrate du New Jersey Tom Malinowski, ancien haut responsable au sein du département d’État, est l’incarnation du centrisme politique. Sa réaction au choix de Joe Biden pour occuper le poste de secrétaire à la Défense est révélatrice d’un certain malaise à Washington.

Contexte : pour que ce choix devienne réalité, il ne devra pas seulement obtenir la confirmation d’une majorité au Sénat. Il nécessitera également l’adoption d’une loi par les deux chambres du Congrès permettant à Joe Biden d’ignorer une autre loi. Adoptée en 1947 et amendée en 2008, cette mesure interdit à un général ou un amiral à la retraite de diriger le département de la Défense avant d’avoir passé au moins sept années chez les civils. Le général Austin a rangé son uniforme il y a quatre ans seulement.

La loi avait été adoptée pour éviter qu’un chef du Pentagone ne soit trop lié aux intérêts de ses anciens pairs ou de la branche au sein de laquelle il a servi. Elle visait en outre à confirmer un principe remontant à la déclaration d’indépendance, à savoir la suprématie du pouvoir civil sur l’armée.

Le Congrès n’a exempté que deux généraux à la retraite de la loi de 1947 : George Marshall en 1950 et Jim Mattis en 2017. Dans des textes d’opinion sur le sujet, Eliot Cohen, ex-conseiller du département d’État sous George W. Bush, et Jim Golby, ancien conseiller des vice-présidents Biden et Mike Pence, défendent les deux premières exceptions faites pour les généraux Marshall et Mattis mais s’opposent vivement à une troisième pour le général Austin. À propos de Mattis, premier secrétaire à la Défense de Donald Trump, ils font valoir que sa nomination était nécessaire pour rassurer ceux qui craignaient l’inexpérience et l’impétuosité du nouveau président.

Mais ils ne voient pas la même urgence quatre ans plus tard. Ils voient plutôt la nécessité de revenir à la norme concernant le contrôle civil du Pentagone. En faisant allusion à Joe Biden, Cohen écrit : «Le Congrès ne devrait pas lui permettre de procéder à une nomination qui aurait plus en commun avec le comportement des démocraties chancelantes et des gouvernements autoritaires que la république la plus puissante et la plus ancienne de la planète. Il serait amèrement ironique qu’une nouvelle administration porte un autre type de coup aux normes démocratiques qu’elle est si clairement, dans d’autres domaines, désireuse de récupérer et de restaurer.»

Fait à noter : le sénateur indépendant du Vermont Bernie Sanders a indiqué ce mardi qu’il serait prêt à voter en faveur d’une loi pour permettre au général Austin de servir comme chef du Pentagone, ce qu’aucun Noir n’a encore fait. Idem pour le représentant démocrate de Californie Ro Khanna, autre figure influente de la gauche démocrate. On voit donc un clivage entre les critiques d’un certain establishment et les piliers de ce même establishment. Il faut dire que le général Austin ne peut être confondu avec un autre général, David Petraeus, qui soignait ses relations avec les journalistes et autres figures influentes de Washington.

Cela dit, plusieurs alliés de Sanders et de Khanna s’opposent à la nomination du général Austin. Ils dénoncent notamment sa présence au sein conseil d’administration du fabricant d’armes Raytheon. Les deux finalistes pour le poste de secrétaire à la Défense, Michèle Flournoy et Jeh Johnson, deux civils, ont également des liens avec des sociétés qui font des affaires avec le Pentagone.

P.S. : Joe Biden défend son choix dans une tribune publiée par le magazine The Atlantic. Il salue notamment la grande expérience du général Austin et la façon dont il a orchestré, à titre de chef du Commandement central des États-Unis, le retrait des troupes américaines de l’Irak. Il s’exprime en outre sur le sujet qui inquiète les Malinowski, Cohen et Golby, entre autres : «Je respecte et je crois en l’importance du contrôle civil de notre armée et en l’importance d’une relation de travail civil-militaire forte au sein du département de Défense – tout comme Austin. Nous avons besoin de civils habilités à travailler avec les chefs militaires pour façonner les politiques du département de Défense et garantir que nos politiques de défense soient responsables devant le peuple américain. Austin sait également que le secrétaire à la défense a un ensemble de responsabilités différent de celui d’un officier général et que la dynamique civilo-militaire a été fortement taxée ces quatre dernières années. Il travaillera sans relâche pour la remettre sur les rails.»

(Photo Getty Images)

32 réflexions sur “Un bon choix pour le Pentagone?

  1. Jacques Bellehumeur dit :

    Passionnant. On verra la suite. Qui peut la prédire présentement?

  2. lechatderuelle dit :

    les temps ont changé… auparavant 7 ans permettait un coussin entre les anciens frères d’armes…
    maintenant, ce 7 ans est utilisé pour un job très lucratif pour une compagnie d’armement….

    lequel des 2 choix est le plus nocif??

    L’idéal serait d’avoir une personne qui n’a aucun lien avec l’armée et les industries d’armements…. mais bon on est aux USA….

    L’autre point de vue est que les Démocrates ne connaissent personne d’aussi compétent qui « fitte » dans les normes…

    Les Démocrates doivent faire un mandat sans dérogation, sans faux plis, sans petites passes afin justement de se distancer de trump et compagnie….

  3. NStrider dit :

    Ok, je suis dans l’élucubration post-souper with vin rouge.
    Biden à beau jeu, si les républicains du sénat refuse son premier choix le général Austin, un Afro-américain, il présente son deuxième choix Mme Flournoy, une femme et s’ils refusent encore arrive avec son troisième choix Jeh Johnson. Désigné Secrétaire à la sécurité intérieur par Obama 2013, il est confirmé par le Sénat par 78 voix contre 16. J’ai hâte de voir comment, ils vont dire non trois fois surtout qu’ils ont déjà dit qu’il était acceptable. On a déjà vu pire comme troisième choix, notamment chez les repêchages du Canadien.

  4. NStrider dit :

    HS
    En passant pour ceux qui n’auraient pas eu la chance de lire la décision de la cour suprême dans son intégralité, la voici :
    « The application for injunctive relief presented to Justice Alito and by him referred to the Court is denied. »
    Dix-huit mots pour finalement épeler L.O.S.E.R.

    1. Madalton dit :

      Ils voulaient être sûrs que Trump puisse la lire en entier.

  5. Je lis la citation de Biden qui clôt le texte de M. Hétu et je demande si quelqu’un se souvient de la justification de Trump pour son choix pour le même poste à l’époque. J’aimerais me délecter de la différence.

    1. Je crois que ça se limite à « l’enragé (J. Mattis), il est excellent, il est excellent… c’est le meilleur ». Quelle profondeur de vues…

  6. Haïku dit :

    -Le Congrès n’a exempté que deux présidents de la loi;
    Nixon en 1974 et Trump en 2020.
    ———–
    Ok, j’exagère….
    Mais j’avais besoin de pondre une blague quelque peu douteuse. 😉

  7. Apocalypse dit :

    La composition du cabinet de M. Biden jusqu’ici se résume à 👍👎. Je ne suis pas proche d’être impressionné.

    Le premier critère pour choisir les membres de ce cabinet devrait être la compétence par dessus-tout; là on essai de plaire à tout le monde et comme c’est souvent le cas, on déplaît à tout le monde.

    1. gl000001 dit :

      Ce n’est ce qu’il tente de faire avec Austin ? La compétence ?

  8. xnicden dit :

     » À propos de Mattis, premier secrétaire à la Défense de Donald Trump, ils font valoir que sa nomination était nécessaire pour rassurer ceux qui craignaient l’inexpérience et l’impétuosité du nouveau président. »

    Si quelqu’un a du temps, pourriez confirmer que c’était bien une raison invoquée à l’époque? Parce que je me méfie de la tendance de certains et surtout des républicains à vouloir réécrire l’histoire.

    Quoi qu’il en soit, compenser l’inexpérience et l’impétuosité de Trump c’était pas l’argument de vente pour Pence?

    1. kelvinator dit :

      « Mattis’s appointment comes with much establishment hope attached. Many in Republican national security circles who opposed Trump have faith that the forceful Mattis can moderate Trump and bureaucratically neutralize Mike Flynn, the president-elect’s pick for national security adviser. But Mattis has enough points of policy agreement with Trump to make his integration with the Trump hardliners as strong a possibility. »
      https://www.theguardian.com/us-news/2016/dec/01/james-mattis-secretary-of-defense-donald-trump

      C’est quand même drôle que les républicains utilise l’argument de l’incompétence et l’imprévisibilité de Trump pour motiver le choix de Mattis.

      1. xnicden dit :

        Merci! alors ce n’est pas réécrire l’histoire.

  9. Pierre s. dit :

    —————————–

    Les justifications de trump pour chacun de ses choix se résumait à des boutades et des vantardises
    du niveau de langage d’un garçon de 8 ans grossier et fanfaron.

    Rien d’intelligent des phrases creuses des clichés et des superlatifs.

  10. renalavo dit :

    Éliminer toute influence entre le Département de la Défense et les grandes entreprises fabricantes d’armements me paraît un peu utopique due à la nature même du dit département. Corrigez-moi si je suis dans le champs..

  11. Apocalypse dit :

    @gl000001 – 21:46

    ‘Ce n’est ce qu’il tente de faire avec Austin ? La compétence ?’

    De toute évidence, c’est loin de faire l’unanimité. On ne me fera pas croire qu’il n’y avait pas d’autres options qui auraient été pas mal moins problématiques.

    1. gl000001 dit :

      Ce qui ne fait pas l’unanimité, c’est sa retraite de 4 ans seulement. Si Biden veut ce gars-là avec des risques de rejet et de controverse, c’est probablement pour sa compétence.
      Vous avez dit plus haut « quand on essaie de plaire… ». De toute évidence, il n’essaie pas de plaire en respectant le 7 ans, mais d’avoir de la compétence.

  12. Apocalypse dit :

    @renalavo – 22:04

    ‘Éliminer toute influence entre le Département de la Défense et les grandes entreprises fabricantes d’armements me paraît un peu utopique…’

    ‘un peu utopique’ … vous avez des talents pour la diplomatie.

    C’est faire preuve de naïveté des ligues majeures 😢.

  13. FlorentNaldeau dit :

    JB ne peut plaider la surprise. Il connaît bien son parti, il savait que diverses factions allaient sauter sur la première occasion pour critiquer certains de ses choix. Austin est pourtant un candidat au parcours idéal pour ce poste; les forces armés ont bien besoin d’un tel signal positif alors qu’elles sortent de 4 années fort éprouvantes.

    Mais la compétence compte bien peu aux yeux de ces gens et tout doit être sacrifié à l’idéologie.

    Par ailleurs, je trouve bien comique que l’on reproche à un ancien haut-gradé d’avoir travaillé pour une entreprise d’armements. Compte tenu de son expérience professionnelle et de ses connaissances, dans quel secteur est-il logique qu’une telle personne se trouve un revenu après sa carrière? Lui aurait-il fallu aller dans un McDonald’s et y faire frire des patates hachées pendant tout ce temps afin de se refaire une virginité en prévision d’une hypothétique nomination à ce poste?

    Le Républicains doivent rire dans leur barbe puisque certains Démocrates semblent vouloir faire le sale boulot à leur place.

    D’autres nominations de JB seront-elles déchirées de la même manière par son propre parti? Il me semble pourtant qu’elles sont dans l’ensemble très bonnes ou excellentes.

    1. renalavo dit :

      Ma réflexion vient de la citation dans le billet d’aujourd’hui qui suit: Cela dit, plusieurs alliés de Sanders et de Khanna s’opposent à la nomination du général Austin. Ils dénoncent notamment sa présence au sein conseil d’administration du fabricant d’armes Raytheon. Les deux finalistes pour le poste de secrétaire à la Défense, Michèle Flournoy et Jeh Johnson, deux civils, ont également des liens avec des sociétés qui font des affaires avec le Pentagone.

    2. lechatderuelle dit :

      FlorentNaldeau il demeure que la règle des 7 ans existe… alors pourquoi ne pas éviter les écueils inutiles et opter pour un candidat qui fitte dans les normes….

  14. Ziggy9361 dit :

    Cohen et Golby sans doute de bon républicain qui ne savent ou feignent de ne pas savoir que ce qui est bon pour minou est bon pour pitou ,cette loi qu’ils ont bafoués à deux reprises et leur soudain retour à sa conformité parce que demander par un président démocrate laisse dépasser leur jupon.
    Si Mr.Austin a les compétences pour faire le travail,toutes leurs simagrées ne sont que de la mauvaise foi et du pétage de broue
    baser sur de faux prétexte.,tant qu’à ça ils n’ont qu’à engager Guilliani pour défendre leur point.

  15. FlorentNaldeau dit :

    @lechatderuelle, 22h42

    La règle est importante certes, mais comme toute règlementation, si les circonstances le justifient, par exemple le profil et les compétences d’un candidat, on peut faire une exception. Il faut le faire en suivant la procédure, en avançant de bons arguments et en ayant un vrai débat de fond. Ce que plusieurs Démocrates ne sont de toute évidence pas prêts à faire; ils ne veulent même pas laisser à JB et à LA l’occasion de présenter le dossier justificatif.

  16. Réal Tremblay dit :

    Un délai de 7 ans pour une nomination me semble arbitraire pour un pays qui a été envahi par le privé et dire d’un soldat qu’il est un civil me semble tout aussi arbitraire. On peut ne plus être actif dans l’armée mais l’armée reste actif pour le soldat tout le long de sa vie.
    Donc si un homme a les compétences et le respect du Pentagone, il devrait être considéré pour ce poste dans l’intérêt supérieure de la nation et non en fonction de règles périmées et mal adaptées aux réalités d’aujourd’hui.

  17. Haïku dit :

    RE:
    ‘La réaction de Tom Malinowski […] au choix de Joe Biden pour occuper le poste de secrétaire à la Défense est révélatrice d’un certain malaise à Washington.'(billet)
    ——–
    -« Le motif pour lequel se produisent les disputes n’est jamais aussi grave que le malaise qui en découle. »(A. De Botton).

    -« Il est très malaisé de parler beaucoup, sans dire quelque chose de trop. »(Louis XIV/Haïku).

    -« Cesser de gindre votre malaise dans une société critiquée, si vous ne faites rien pour la changer. »(Josiane Coeijmans).

  18. Guy Gibo dit :

    Pour le GOP qui domine toujours le Sénat à ce moment-ci les choix de Biden, peu importe lesquels, n’ont aucune importance car de toute façon ils vont tenter de les repousser les uns après les autres.

  19. ghislain1957 dit :

    Je trouve ridicule cette loi des 7 ans, pourquoi pas 10 ans? Ou 3 ans?

    Comme si l’intégrité d’une personne serait en cause jusqu’au 364e jour de la sixième année et que cette intégrité retrouverait sa virginité une journée plus tard.

    1. Dan Lebrun dit :

      C’est le chiffre 7 qui est ensorcelé, avec 7 millions de vote en moins, il y en qui se prétend être gagnant

    2. Benton Fraser dit :

      D’autant plus, sans faire de jeux de mots, que généralement, un général à la retraite se retrouve bien souvent à l’emploi d’une firme de lobbyiste militaire, ce qui ne coupe en rien ses relations avec l’armée!!!

  20. noirod dit :

    Biden est condamné….a laver plus blanc que blanc (très mauvais choix de citation je m’ en excuse) …
    Quand vous écrivez : La loi avait été adoptée pour éviter qu’un chef du Pentagone ne soit trop lié aux intérêts de ses anciens pairs ou de la branche au sein de laquelle il a servi…. On ne peut a cet effet que déplorer que le gros incompétent ait choisi des licheux de culs qui n’ont eu comme role que de justement se plier au führer alors Biden devra faire très très attention s’il ne veut pas faciliter les comparatifs. Qui plus est le gros degueux s’ est fait un devoir de piler sur les règles ,les lois et la constitution juste pour faire croire qu’ il n’était pas un politicien de l’establishment alors qu’ il cachait ainsi son incompétence…La loi existe qu’ on soit en faveur ou non et il faudra la respecter a mon avis. Je sais bien que la compétence du candidat devrait être le critère numéro un pour justifier le choix mais les lois sont aussi des règles qui doivent êtres suivies dans le processus de sélection.

    Si Biden revient sur sa décision il devrait en profiter pour expliquer au peuple américain pourquoi il le fait et pourquoi le gros cave se se foutait bien des règles dans la mesure ou ca mettait en valeur son nombril et ses cheveux.

  21. Duduche dit :

    « En faisant allusion à Joe Biden, Cohen écrit »

    J’espère que ce Eliot Cohen a passé les 4 dernières années à dénoncer avec vigueur les errements autocratiques du bouffi-45 et de ses facilitateurs (dont le bloc de la destitution). Autrement, il manque de scrupules pour reprocher à Biden un hypothétique comportement « république de bananes » que manifeste encore les républicainsau pouvoir.

  22. Biden a ses raisons pour choisir le général Austin.

    Militaire d’expérience avec un CV remarquable, ses qualités et sa compétence ne font aucun doute. C’est mieux, beaucoup mieux que ceux qui ont occupé le poste sous l’ancienne administration.

    Cependant, commeil fallait un peu s’y attendre, les idéologues du Parti Démocrate, les « enculeurs de mouches » et autre spéciments du même acabit ont trouvé matière à critiquer.

    Ces gens là sont incapables de faire le moindre compromis et d’avoir une vue d’ensemble sur une question.

    Ils réagissent comme les membres d’une secte .Leurs opinions équivalent à un dogme, une ligne de pendée unique, de laquelle on ne peut dévier sous peine d’ostracisation.

    Biden devra se méfier de ces idéologues autant que des « Répugnants »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :