Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

L’audition de William Barr devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants nous a rappelé mardi pourquoi Nancy Pelosi a refusé de confier à son président, Jerrold Nadler, le premier rôle dans la procédure de destitution contre Donald Trump. Le représentant de New York n’a pas le dixième du talent du président de la commission du Renseignement de la Chambre, Adam Schiff, pour synthétiser des faits complexes et disparates ou pour interroger un témoin. Il s’est peut-être senti soulagé après avoir critiqué de façon virulente le procureur général des États-Unis mais il ne lui a soutiré aucun aveu ou déclaration susceptible de changer la donne politique à Washington.

La plupart des démocrates de la commission ont adopté la même approche, y allant de monologues partisans ponctués de questions chargées auxquelles ils refusaient souvent à Barr l’occasion de répondre. Au bout du compte, ce sont les représentants les plus jeunes qui ont sauvé la mise. Eric Swalwell a donné un bel exemple d’un interrogatoire bien mené. Le représentant de Californie a notamment forcé Barr à admettre que le dossier de Roger Stone était le seul et unique où il était intervenu pour recommander une peine d’emprisonnement moins longue que celle demandée par des procureurs fédéraux. Et ce, non seulement comme procureur général sous Donald Trump mais également sous George Bush père.

Malgré les discours partisans et les questions chargées de plusieurs représentants démocrates, William Barr n’a pu dissimuler sa véritable nature au cours de cette audition. Véritable agent politique au service de Donald Trump, il a repris le message infondé du président selon lequel le vote par correspondance représente «un haut risque de fraude». Il a refusé de répondre de façon rapide et univoque à la question de savoir s’il était acceptable de la part d’un président de solliciter ou de recevoir une aide électorale de l’étranger. Il a justifié l’utilisation de la force contre des manifestants pacifiques au prétexte qu’il était parfois difficile de les distinguer des criminels. Et il a imputé à l’administration Obama les problèmes dans le système de dépistage de la COVID-19 et l’approvisionnement en équipements de protection individuelle.

Le représentant démocrate de Louisiane Cedric Richmond aura eu le mérite de rabattre le caquet à Barr après que ce dernier a refusé d’admettre l’existence du racisme systémique au sein des services de police. Au début de son intervention, l’élu afro-américain a notamment prié le procureur général de ne plus prononcer le nom de feu John Lewis, figure emblématique du mouvement des droits civiques :

(Photo capture d’écran)

52 réflexions sur “Retour sur l’audition de Bill Barr

  1. Marylap dit :

    Je ne me souviens plus de son nom, mais une des membres a demandé à Barr pourquoi il n’a pas réagi quand des goons blancs sont venus menacer des élus avec des fusils dans certains états. Elle a eu le mérite de pointer du doigt l’hypocrisie crasse et le parti pris de Barr.

    1. Richard Hétu dit :

      Je trouve que c’était un exemple de démagogie, en fait, parce que ces goons s’attaquaient non pas à un édifice fédéral ou à des élus fédéraux mais à un parlement d’État où le fédéral n’a pas juridiction.

      1. Achalante dit :

        Est-ce qu’entrer dans un bâtiment législatif avec des armes, et proférer des menaces de morts, ce ne sont pas des actes terroristes? Le terrorisme n’est-il pas un crime fédéral?

      2. Tiger Mulligan dit :

        Et les goons de la police fédéral qui kidnappent un quidam en plein milieu de la rue à Portland, sont en territoire fédéral ? Les rues de Portland sont de juridiction fédéral maintenant ? Je crois que c’est dans ce sens que la comparaison était faite par le membre en question et c’est pourquoi je ne pense pas qu’on peut parler de démagogie ici.

    2. treblig dit :

      @marylap

      pramila Jayapall . Une bande de blancs armés jusqu’aux dents dans le Capitole de l’état qui font des menaces de mort à la gouverneure du Michigan n’a pas attiré l’attention ( not aware) de Barr.

      1. Réal Tremblay dit :

        Certain que ça attirer son attention mais ils étaient du bon côté.

  2. Achalante dit :

    « Il a justifié l’utilisation de la force contre des manifestants pacifiques au prétexte qu’il était parfois difficile de les distinguer des criminels. »

    Petites questions (rhétoriques, il va sans dire): est-ce que ce n’est pas ce à quoi sert la présomption d’innocence: ne pas emprisonner de personnes innocentes sans avoir de preuves? Est-ce que ça ne devrait pas aussi s’appliquer à la brutalité policière?

    Si tu ne sais pas qui sont les criminels et qui sont les innocents, tu ne rentres pas dans le tas en tapant sur tout le monde… Ça devrait être une évidence.

    1. Tiger Mulligan dit :

      @Achalante
      Vous avez entièrement raison.
      Et il peut être difficile de différencier un criminel d’un innocent parmi les manifestants, mais c’est extrêmement facile à faire au sein de la bande de mafieux qui squatte la maison blanche.

  3. Danielle Vallee dit :

    Il a quand-même menti monsieur Hétu quand il a dit qu’il n’était pas vraiment informé de ce qui s’était passé avec cette situation.
    Il fallait être sourd et aveugle pour ne pas voir cette manifestation hautement politique et pleine de dangers.
    Disons que Barr est une couleuvre avec une mémoire sélective.

    1. treblig dit :

      En 3.5 ans, l’administration Trump aurait eû amplement de regarnir les tablettes ou de remplacer l le matériel périmé s’il y avait lieu.

      1. Réal Tremblay dit :

        Quand on ne croit pas à la science et surtout en ses fonctionnaires qui sont tous contre lui. Pas étonnant qu’on en soit rendu là.

      2. Benton Fraser dit :

        En 3.5 ans, Trump a plutôt coupé les budgets du Centre anti-épidémique de 20% à chaque année….

  4. Jacques dit :

     »Et il a imputé à l’administration Obama les problèmes dans le système de dépistage de la COVID-19 et l’approvisionnement en équipements de protection individuelle. »

    Serait-il au courant que depuis près de quatre ans, ce n’est plus Obama qui tient les rênes?

    Aurait-il fallu lui rappeler que c’est trump qui a coupé dans certains budgets reliés aux épidemies?

    Être imbécile ou pire encore est-il un pré-requis pour l’emploi?

    Personnellement, je plains les amerloques…

    1. Haïku dit :

      Touché ! 👌👌
      Vous m’avez devancé.

    2. Benton Fraser dit :

      Et d’autant plus qu’il reproche maintenant aux « président » Biden les manisfestations dans les rues!!!!

  5. MissT dit :

    Monsieur Barr était un peu agressif par moments… La représentante Jayapal a aussi malmené Barr… https://www.youtube.com/watch?v=UUJl9CL9vVI

  6. Réal Tremblay dit :

    Encore une belle occasion manquée.
    Est-ce que la population a été sondée sur ce qu’il pense du ministère de la justice depuis l’arrivée de Barr?

  7. ghislain1957 dit :

    « Il a justifié l’utilisation de la force contre des manifestants pacifiques au prétexte qu’il était parfois difficile de les distinguer des criminels. »

    On va lui donner un coup de mains: un manifestant pacifique manifeste pacifiquement.

    « Et il a imputé à l’administration Obama les problèmes dans le système de dépistage de la COVID-19 et l’approvisionnement en équipements de protection individuelle. »

    Impossible de lui donner un coup de mains sur cette idiotie colportée par son gros clown de maître.

    1. Jacques dit :

      Même pas un maître, mais plutôt un pied…

    2. Richard Desrochers dit :

      Il est tellement indépendant qu’il répète toutes les conspirations et tous les arguments du boss.
      Y a-t-il eu l’ombre d’un semblant de début de tentative de démonstration qu’il ait fait des choses que son président n’approuvait pas ?

  8. Jean Saisrien dit :

    J’aime bien Eric Swalwell… jamais je ne l’ai entendu dire des conneries contrairement à celui à qui il s’adressait…
    …et celui pour qui Barr est rendu procureur personnel toujours et encore…
    De plus, Barr a toujours été en faveur d’un tel POTUS et s’en est toujours vanté.
    En tk, on a l’AG que l’on mérite avec un Trump à la MB..
    Quelle monumentale farce… les fachos sont partout au grand jour et c’est business as usual in the States…

    Ici ça crie après Trudeau et ses 500 000$ pour ses proches…. 500k ??? des pinottes… si c’est le prix à payer pour ne pas avoir des conservateurs au pouvoir? I’m in!!! Je suis même prêt à payer le double s’il le faut!

  9. Réal Tremblay dit :

    De tout ce que j’ai lu sur les répliques de Barr, imputer (encore) la responsabilité à Obama pour les tests était la preuve la plus éloquente de sa partialité envers le Président. S’en est-il rendu compte?

  10. simonolivier dit :

    Les Démocrates ont failli l’échappé. Ils auraient pu faire très mal paraitre Barr mais la plupart se sont contentés de leur 15 minutes de gloire à faire un speach sans valeur.

    1. treblig dit :

      @simonolivier

      C’ est à ce moment qu’une kamala Harris ( je sais elle est au sénat et non pas à la chambre) aurait été utile avec son passé de procureure. Des questions serrées et insistantes auraient eu plus d’ effet.

      1. simonolivier dit :

        Swalwell a fait une pas pire job. Comme je viens de l’écrire dans un autre commentaire, on aurait dû lui laisser plus de temps. Il est un ancien procureur également.

  11. Danielle Vallée dit :

    C’est le format qui est invalidant.
    5 minutes à un démocrate, 5 minutes à un républicain.

    Nadler voulait que ce soit des employés du caucus qui l’interrogent, avec des connaissances légales et des recherches, mais Barr refusait depuis un an de se présenter sous ces conditions.
    C’est lui qui doit rendre des comptes mais il fixe les conditions.

  12. Gilles Morissette dit :

    Excellente chronique qui résume bien à quel genre d’individus nous avons affaire lorsqu’on parle du Valet-de-Pied (Barr)

    Un individu retord sans aucun scrupule qui a littérallement vendu son honneur, son éthique et son intégrité à son « Godfather ».

    Ce sale type a déshonnoré la profession d’AG à un niveau jamais vu depuis des décennies, en fait depuis John Mitchell sous l’ère de Nixon, quoique John Ashcroft (sous Georges W. Bush) n’était pas loin derrière.

    Cet hypocrite, ce visage à deux faces n’a trouvé rien à redire lorsque des fanatiques enragés, armés jusqu’aux dents, sont entrés dans la Législature du Michigan afin d’intimider et menacer des parlementaires.

    Ce que ces fous furieux ont fait porte un nom: Ça s’appele du terrorisme intérieur.

    C’est le genre de choses que l’on voit dans des « pays de cul » dirigé par des despotes.

    Double standard et le connard pense qu’on ne s’en est pas aperçu.

    Plus je regarde sa gueule de faux jeton, plus je l’entends parler, plus ce type me lève le coeur.

  13. stellaire11 dit :

    Me semble que j’aurais pris l’occasion de le cuisiner à mort, quitte à laisser s’étouffer dans ses contradictions.

    Coudonc, les démocrates n’ont pas quelques procureurs aguerris dans leur poche pour leur aider à préparer quelques questions intelligentes et incisives?

  14. Mabuse dit :

    « Véritable agent politique au service de Donald Trump, il a repris le message infondé du président selon lequel le vote par correspondance représente «un haut risque de fraude» ».

    Le but étant de semer le chaos, rien n’est moins certain qu’une élection libre et équitable:

    « A new report shows the 2020 election is in peril. Congress must act. » – Un billet de Jennifer Rubin à donner froid dans le dos, car il est certains que les Républicains vont tout bloquer. À lire.

    *https://www.washingtonpost.com/opinions/2020/07/29/new-report-2020-election-is-peril-congress-must-act/

    « L’organisation non partisane MapLight a publié mercredi un rapport d’une importance capitale sur la garantie d’une élection libre et équitable en novembre. Le rapport examine une série de facteurs qui pourraient avoir un impact sur l’élection, tels que la pandémie, les tentatives de discréditer le vote par correspondance, le refus des candidats de reconnaître les résultats de l’élection et un système de vote submergé par le volume des bulletins de vote par correspondance. Il examine également certaines questions moins débattues, notamment la possibilité que le collège électoral n’atteigne pas la majorité. Et il indique clairement que l’une des menaces les plus importantes est l’impatience du public à obtenir le décompte final des votes .. »

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  15. simonolivier dit :

    Swalwell est un ancien Deputy District Attorney et ca se voit. Il a malmené Barr. La plupartdes autres Démocrates auraient dû lui céder leur temps. Il l’aurait mis en boîte.

  16. Fernand Beauchamp dit :

    Apôtre ou plutôt grand évêque du pouvoir exécutif unitaire et ayant commis ses premiers crimes sous l’aire Bush, William Barr est sûrement le grand maître des basses oeuvres de Trump et l’homme le plus dangereux de son entourage. Mith McConnell arrive bon deuxième et ce n’est pas finis. Attachez votre tuque avec une bonne broche!

    1. Francois dit :

      J,ai hâte de voir quel emploi barr va avoir après la défaite des repus,soit barr va être barrer partout ou derrière les barreaux. Point barre.

  17. gérard séguin dit :

    Leur système d’audition, n’est que du faire valoir politique, Oui, pour les dénonciations, en prenant le temps d’entendre les réponses de Barr. Car, si on lui permettrait de répondre en long et en large, il se confondrait; Surtout sur une période de plus de 4 hrs. d’audition. Trop de joueurs sur la glace, détruit le jeu Vive les auditions ou témoignages. Impliquant que deux procureurs questionnant. n’est-ce pas Me. Papitibi.?

  18. garoloup dit :

    Barr est un serpent venimeux et plus dsngereux que Trump, car il est beaucoup plus intelligent. Je lui souhaite un proçès long et pénible, suite au « règne » de Trump Premier. Une belle combinaison orange l’attend à l’ ombre.

  19. titejasette dit :

    C’est un très bon travail d’interrogatoire de la part des 2. Les deux se complètent très bien.

    Je souhaite que les questions posées par Eric Swalwell et les réponses de Barr puissent mener éventuellement à une poursuite contre Bill Barr. Cependant, je ne retiens pas mon souffle pour ça.

    Le résultat concret (probablement à la suite de cet interrogatoire) C’est le retrait des forces de l’Ordre (les agents fédéraux) contre des manifestants pacifiques dans la ville de Portland. Est-ce une coïncidence qu’une entente soit décidée au lendemain de l’interrogatoire ?

    Ce n’est pas une tape sur les doigts que la Chambre veut infliger à l’AG ? J’espère qu’il y aura une suite « légale » dans le futur. Bien sûr que ces questions le rendent mal à l’aise. Mais Barr a la couenne dure, il n’a rien à cirer des questions embarrassantes. Il s’y attendait à ce type de questions. Quand tu agis comme un voyou, tu t’attends à quoi ? A une fessé de convenance ?

    1. Selon Chad Wolf, le tweet de Kate Brown disant que les agents fédéraux quitteraient, est faux.

      « we are not leaving Portland until we are assured that that courthouse is safe and secure. We will continue to keep law enforcement officers in the area »

      Qui dit vrai? Je crois que 45 n’a pas apprécié la sortie de Mme Brown.

      1. titejasette dit :

        @Marie. Il y a eu entente pour retirer les troupes

        Oregon, federal government reach deal for withdrawal of agents from Portland

        https://www.cnbc.com/2020/07/29/oregon-federal-government-reach-deal-on-withdrawal-of-portland-agents.html

      2. @titejasette

        Dans l’article dont vous faites mention, Wolf parle plutôt d’un plan pour faire cesser la violence alors que Brown parle d’un plan pour le retrait dès demain des agents fédéraux. Wolf dit que les agents du DHS (Customs & Border protection et ICE) vont rester « until we are assured that that courthouse is safe and secure. J’imagine que les policiers de Portland auront beaucoup de boulot!

  20. Toile dit :

    Sur le vif. Sa prestation en lien avec les questions liées aux elections dans l’éventualité d’une perte de pouvoirs ressemblait drôlement à du patinage artistique genre junior. Il semblait ne pas connaitre les articles de la constitution et encore moins son contenu. Pour l’attorney GENERAL, pas fort.

    1. Richard Desrochers dit :

      Le plus haut fonctionnaire du pouvoir judiciaire qui ne connaît pas la Constitution… ça va dans le sens de ce que j’ai dit plus haut : entre ce que dit la Constitution, qu’il connaît certainement, et ce que dit le président ou ce qui est dans l’intérêt de ce dernier, son choix a été fait.
      D’autre part, s’il devait désapprouver ce que dit ou fait le président, il ne serait plus là, remplacé par un autre plus susceptible du crime de lèche-majesté (ce n’est pas un Arverne qui dit ça !).

    2. titejasette dit :

      @Toile

      J’aime beaucoup la question de Eric Swalwell> Est c’est possible que le Président conteste les résultats des élections, et ce, parce qu’il a perdu les élections ? (sous-entendu est-ce une raison valable de contestation ?) Hi Hi Hi

      Je vais réécouter la réponse de Barr… Son valet a-t-il pris note de la question ?

      1. Toile dit :

        J’attends les résultats de votre réecoute. La question était de fait joliment enrobée.

      2. titejasette dit :

        @Toile

        La question est posée par M. Richmond (et non par M. Swalwell)
        Pour la ré-écoute, c’est à partir de 3:50.

        « le Président peut-il contester les résultats des élections, s’il les a perdu ? »

        La réponse est TELLEMENT évidente… surtout pour un avocat, de surcroît un AG…. Barr a marmonné une réponse (inaudible) dans le genre… »pas que je sache… »

  21. spritzer dit :

    « Le représentant de Californie a notamment forcé Barr à admettre que le dossier de Roger Stone était le seul et unique où il était intervenu pour recommander une peine d’emprisonnement moins longue que celle demandée par des procureurs fédéraux. Et ce, non seulement comme procureur général sous Donald Trump mais également sous George Bush père. »

    C’est tout de même pas une admission si accablante. Les procureurs demandaient neuf ans je pense ? C’était exagéré.

    1. Richard Hétu dit :

      Là n’est pas la question. Mais il n’y pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

      (Les procureurs demandaient une peine d’emprisonnement de sept à neuf ans. Et la juge n’était aucunement liée à cette recommandation.)

      1. Paul-Émile Ledoyen dit :

        @Richard Hétu Mais la juge avait-elle le droit de s’en tenir à la recommandation initiale des procureurs ou elle devait forcément suivre Barr?

      2. Richard Hétu dit :

        Elle pouvait faire ce qu’elle voulait. Les recommandations des procureurs ne sont que des recommandations. Elle avait le dernier mot.

  22. Toile dit :

    «  I never learned of a dispute in The department where LYERS PROSECUTORS treathned to quit ». Extrait du 1 er vidéo

    Il lit pas les tweet, ecoute pas la tv, lis pas les journaux ! Un vrai républicain.
    Lyers prosecutors….. ouf il a une haute estime de son personnel.

  23. spritzer dit :

    « Là n’est pas la question »

    Je sais… mais il y a des chose semble-t-il sur lesquelles on ne s’entendra jamais. Malgré cela, bonne soirée.

  24. VTS155 dit :

    Bravo à M. Richmond! Futur Obama?

  25. titejasette dit :

    Un autre interrogatoire très bien fait (il vaut la peine d’écouter)

    1. Haïku dit :

      titejasette
      Merci pour le lien.
      Effectivement, Mme Jayapal est très impressionnante ! 👏👏👏

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :