Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

J’ai déjà évoqué cette affaire dans un billet publié le 28 mars dernier : lors d’une interview accordée à l’animatrice d’une émission balado et diffusée le 25 mars, Tara Reade a accusé Joe Biden de l’avoir embrassée et pénétrée avec ses doigts sans son consentement dans un couloir du Sénat en 1993, alors qu’elle faisait partie du personnel de celui qui était alors sénateur du Delaware. En avril 2017, Reade avait été l’une des huit femmes qui avaient reproché à l’ancien vice-président des gestes déplacés. Dimanche, le New York Times et le Washington Post ont consacré des articles à sa nouvelle accusation.

Selon l’enquête du Times, une amie de Reade a affirmé que celle-ci avait partagé à l’époque les détails de l’agression présumée. Une autre amie et le frère de Reade ont dit en avoir été informés des années plus tard.

Aujourd’hui âgée de 56 ans, Reade était à l’époque responsable des stagiaires au sein du bureau du sénateur Biden. Deux stagiaires travaillant directement sous ses ordres ont affirmé ne pas être au courant d’allégations contre Biden ou d’un traitement qui aurait troublé Reade. Elles se sont cependant souvenues que Reade avait quitté son poste de façon soudaine en avril 1993.

Reade dit s’être adressée à trois hauts responsables du bureau de Joe Biden pour se plaindre d’avoir été harcelée par le sénateur (et non agressée). Elle dit aussi avoir déposé une plainte formelle. La plainte n’a pas été retrouvée et les trois anciens responsables, dont l’un est aujourd’hui sénateur du Delaware, ne se souviennent pas d’avoir été contactés par Reade au sujet d’un harcèlement ou d’une agression.

Le Times a parlé à plusieurs femmes ayant travaillé avec Joe Biden. Aucune n’a été victime ou n’a eu connaissance d’une agression semblable à celle alléguée par Tara Reade. Idem pour les sept autres femmes qui ont reproché à Biden des gestes déplacés.

Une porte-parole de Joe Biden a affirmé que l’accusation de Reade était fausse.

Donald Trump a été accusé par une douzaine de femmes d’attouchements non désirés ou d’agressions sexuelles. Il a nié toutes les allégations le concernant, même si on l’a entendu dans un enregistrement audio se vanter de pouvoir embrasser et empoigner le sexe des femmes sans leur consentement.

Des motifs ultérieurs expliqueraient-ils l’accusation de Tara Reade? En 2017, elle a publié un tweet vantant Joe Biden pour son travail au Sénat et à la vice-présidence pour le compte des femmes victimes de violence. Elle s’est par la suite montrée plus critique à l’endroit de Biden au cours d’une course à l’investiture démocrate où elle a appuyé de façon successive Marianne Williamson, Elizabeth Warren et Bernie Sanders.

Elle a nié avoir été motivée par des raisons politiques au moment d’accuser Joe Biden. Et elle a qualifié de «malavisés» les messages pro-Poutine qu’elle a publiés sur internet par le passé et qui lui ont valu d’être accusée d’être une agente russe.

Elle a déposé jeudi dernier une plainte pour agression sexuelle à la police de Washington qui ne mentionne cependant pas le nom de Joe Biden. Elle a dit au Times et Post que la peur l’avait empêchée de parler de cette agression présumée l’an dernier.

Vraie ou fausse, l’accusation de Tara Reade fait désormais partie de l’arsenal des arguments des tenants de la droite et de la gauche sur les réseaux sociaux pour dénigrer Joe Biden.

(Photo Getty Images)

66 réflexions sur “Retour sur une accusation d’agression sexuelle contre Biden

  1. Marc dit :

    Biden devrait tout de suite se blanchir en affirmant qu’elle n’est pas son genre.

    1. Pierre dit :

      Ce sont tous des cochons 🐷

      1. MarcoUBCQ dit :

        Quel cochon ferait ça? Un être humain par contre, oui, malheureusement.

    2. Sebb dit :

      She’s not a 10….

      Et aprės on verra la réponse des pro Trump.

      1. Achalante dit :

        Ils n’en seraient pas à une première hypocrisie. De toutes façons, les pro-ce-type pensent que les femmes exagèrent dans leur accusations; ils voudraient retourner au temps où ils pouvaient agresser et violer les femmes, et s’en sortir en les accusant d’être des allumeuses. Alors ils se moquent des allégations. Tout ce qu’ils veulent, c’est pouvoir prétendre que les progressistes sociaux sont eux-même hypocrites, et marquer des points contre eux.

    3. jcvirgil dit :

      Sérieux ? Exactement comme Trump l’a fait en déclarant qu’il préférait les bimbos. Je ne crois pas que ça l’aiderait vraiment…

  2. Louise dit :

    Quand Trump sera poursuivi et accusé pour les allégations d’agressions sexuelles qu’on lui reproche, quand Brett Kavanaugh sera poursuivi lui aussi, quand les deux hommes perdront leur poste pour cette raison, on reparlera des accusations de cette dame envers Biden.

    Jusqu’à maintenant cela sent le salissage à plein nez. Apportez des preuves et mettez tout le monde sur un pied d’égalité devant la justice et il sera toujours temps de condamner Biden.

    1. lechatderuelle dit :

      Louise je ne vois absolument pas le lien entre les 2 sombres individus et la prétendue agression de Biden….

      Il n’a pas à être blanchi, si c’est le cas, parce que la justice américaine a erré avec les 2 autres…. et ça n’excuserait en rien Biden prce que les 2 autres l’ont fait sans conséquences pour eux…..

      1. Louise dit :

        lechatderuelle

        Je ne dis pas qu’on ne doit pas enquêter sur Biden. Je dis seulement qu’il ne doit pas y avoir deux poids, deux mesures pour administrer la justice.
        Si Biden est trouvé coupable et qu’il est condamné, qu’on condamne les deux autres aussi.

      2. el_kabong dit :

        @lechatderuelle
        « et ça n’excuserait en rien Biden prce que les 2 autres l’ont fait sans conséquences pour eux….. »

        Je suis d’accord; alors, il faut donc aller au fond des choses pour Biden, de la même façon qu’on l’a fait pour les 2 autres…

    2. Mona dit :

      Oui Louise

      Et cela s’appelle un état de droit qui induit un controle de l’état, un principe de responsabilité des gouvernants et qui repose sur l’indépendance de la justice.

      Ainsi que sur les principes de hierarchie des normes, séparation des pouvoirs et principe d’égalité entre gouvernants et gouvernés.

      La Constitution en est le socle.

      Le politique de téléréalité qui affaiblit, si ce n’est vide de pouvoirs, les institutions et les corps intermédiaires, ressemble plus au despotisme, à l’autoritarisme, à l’autocratie.

      Oui les princpes fondateurs de l’état de droit sont en péril aux Etats Unis.

      Qui fait le job ?
      Ça je ne sais pas.

  3. bloglo dit :

    ou la payer 300 000$ pour acheter son silence. Trump connait un bon avocat à lui référer

    1. Madalton dit :

      Ou un matamore pour l’intimider et menacer de s’en prendre à ses enfants…

  4. Mona dit :

    Comment, Mr Hetu, ces informations de canivaux peuvent l’emporter sur des crimes constatés et répétés du gouvernement Trump ?
    A force de déplacer les références d’un état de droit et de ses institutions à un état de télé réalité et de réquisition de la loyauté à l’egard du héros, c’est un drame grecque, mais bien réel qui se joue aux États-unis.
    Un drame qui nous concerne tous car il démontre que les méthodes de propagande et de culte de la personnalité peuvent remplacer un équilibre constitutionnel et gouverner.
    Jusqu’à quand ?
    Beaucoup se posent la question.

    1. Achalante dit :

      Sauf que ceux qui veulent rétablir cet état de droit (parce qu’on s’entend, il est sérieusement mis à mal avec ce type) doivent aussi, et surtout, respecter les lois.

      Honnêtement, ça regarde mal pour M. Biden si elle en a déjà parlé à l’époque de l’agression. Si M. Biden doit se retirer, ça sera un beau merdier au niveau des primaires. Qui sera désigné? M. Sanders, ayant été le dernier à se retirer? Ou est-ce que les délégués voteront pour leur candidat idéal? Honnêtement, j’aimerais que cela redonne une chance à Mme Warren… Plus progressiste que M. Biden, mois extrême que M. Sanders, intelligente et préparée…

      Évidemment, il y a la possibilité que cette accusation n’arrive à rien avant les élections, et qu’il se retire après avoir été élu, auquel cas la vice-présidente (puisque qu’il a indiqué vouloir *une* co-listière) deviendrait alors la première présidente des États-Unis.

      L’histoire nous le dira.

      1. Mona dit :

        Le sujet ne me semble pas être le choix du leader démocrate (Biden/Warren)… mais plutôt des manoeuvres, coups tordus, pressions, diffamations, menaces, atteintes répétées aux institutions démocratiques et déplacements du centre gravité de l’exercice du pouvoir autour de culte de la personnalité d’un président voyou et criminel.

        En face : Biden, vice-président de Barack Obama pendant 8 ans…

        Vous ne trouvez pas que ces accusations ressemblent à une manipulation et qu’il vaut mieux analyser le sujet dans son contexte et s’alerter et se prémunir des mensonges par milliers du camp trumpien ?

        Et ne pas se laisser aveugler par des accusations isolées, -vraies ou fausses mais sans preuves jusqu’à présent-, qui surfent sur un courant sensible et instrumentalisable à souhait ?

      2. Achalante dit :

        J’espère que vous vous rendez compte que si on laisse le sujet sans réponse claire, ce sera la défaite assurée pour M. Biden? Alors oui, ça affecte le choix du candidat démocrate.

        Qu’importe si les accusations soient vraies ou fausses, les Démocrates doivent montrer patte blanche sous peine d’être dépeints comme hypocrites. C’est le poids de la vertu.

      3. Majaline dit :

        Ça regarde mal pour M. Biden parce qu’il n’est pas très présidentiel. Pas plus que Trump…

        Ça sent le salissage aussi!!!! En 1993, on n’était pas au Moyen Âge, il y avait aussi des lois à faire respecter, et la justice se fait avec des dénonciations, des preuves et la crédibilité de la victimes et des témoins.

        De plus, la victime ici ne semble pas avoir aucune preuve de ses dénonciations dans son milieu de travail. Si elle voulait recourir aux gestes de Biden dans le futur et ce même après plus de 25 ans après les faits, elle aurait dû prendre des notes de tous les évènements concernant cette agression, alors elle serait plus crédible.

        En ce moment, il n’y a rien qui arrivera avec ce cas. Et c’est comme ça… Mais c’est malheureux… On ne veut certainement pas un président des Etats-Unis immoral, sans jugement et sans discernement.

  5. Nathaël dit :

    Parlez en bien, parlez en mal, mais parlez-en. Qui se cache derrière ces accusations ?

  6. lechatderuelle dit :

    Ce sont des accusations et des gestes très graves….

    c’est extrêmement délicat à juger et commenter….

    Malheureusement, ce genre d’agression est encore beaucoup trop fréquente …. la marginalisation est aussi trop fréquente……

    difficile de savoir le vrai du faux…..
    nos sociétés ont longuement fermé les yeux sur les abus des religieux…. c’était des coups montés, des mauvaises personnes qui voulaient se faire du fric qui dénonçaient…. c’était non prouvé….. et on a vu par la suite que c’était récurrent et organisé …..

    Biden a-t-il fait ou pas…. impossible de le dire….

    C’était dans l’air du temps, encore, à cette époque….. Plusieurs personnalités profitaient d’une aura puissante….

    Y voir un complot est la réaction première…. surtout quand ça touche « notre » gang….

    les Weinstein, Cosby, Rozon,et autres prédateurs sont coupables…. trump a une odeur de souffre qui le suit… des juges américains et quelques politiciens américains sont suspectés de….. Biden ?

    Qui sait?

    Dossier très hautement toxique….. les Démocrates doivent fouiller ce dossier avec ouverture….
    Cette femme doit être vie et traitée en « victime » pour le moment….. comme toutes les autres femmes qui osent porter plainte….

    le très délicat travail d’enquête doit se faire….

    s’il a fait ce qu’elle dénonce, il devra payer….
    s’il n’a pas fait ce qu’elle dénonce, ça doit être démontré afin de fermer correctement ce dossier…. sinon les effets collatéraux pour les autres cas d’agression en seront souillés et rendra la vie encore plus misérable pour plusieurs femmes….

    très délicat et troublant…..

  7. Encorutilfaluquejelesus dit :

    Très belle question entendue à « Tout un matin » la semaine dernière:

    « L’oiseau bleu démocrate volera-t-il jusqu’à la maison blanche sans son aile gauche? » – Michel Désautels.

    Je vous le demande…
    🤔

  8. titejasette dit :

    HS
    La COVID-19 est «une maladie respiratoire, rénale et neurologique très complexe»

    https://www.tvanouvelles.ca/2020/04/13/la-covid-sattaque-aussi-au-cerveau-et-aux-reins#cxrecs_s

    1. Haïku dit :

      titejasette
      Merci pour l’info !

  9. Olesya dit :

    Le NYT ont essayés de faire petites cachotteries a ce sujet hier mais, malheureusement pour eux, l’Internet n’oublie jamais.

    A la publication originale de l’article, ils publient aussi ce tweet disant qu’ils n’ont trouvés aucun motif d’inconduite sexuelle…à l’exception de ceux qu’ils énumèrent dans la même phrase?!?

    http://i.imgur.com/kPjPl2J.jpg

    1. Olesya dit :

      Se rendant compte qu’ils ont merdés, ils se dépêchent de modifier l’article subtilement, effacent le tweet que j’ai mentionné plus tôt et publie ce nouveau tweet pour couvrir leurs arrières et protéger Biden : http://i.imgur.com/XjoIj1S.jpg

      1. Bartien dit :

        Toujours drôle de voir ton indignation à géométrie variable mon pauvre simon.

      2. Gilles Morissette dit :

        @Olyesya (123/04/2020à 11:20

        Le seul qui essaie de couvrir son « cul », de sauver ses fesses est vous-même.

        Votre mensonge vient de vous exploser en pleine gueule et vous essayez maintenant de sauver la mise.

        PITOYABLE !!

        Il arrive parfois que dans le monde des médias, l’un d’entre eux doive apporter un rectificatif à une information publié, s’il se rend compte que cette dernière est soit complètemnent erronée ou qu’elle contient des imprécisions qui ne permettent pas de la corroborer.

        C’est arrivé à tous les médias, le NYT et le WP inclus.

        On appelle ca « l’éthique jourrnalistique » un concept qui vous semble totalement étranger

        Il est vrai que les sites de FAKE NEWS » que vous semblez régulièrement consulter, ne se préocupent guère de ce concept.

        Votre mahonnêteté intellectuelle est de plus en plus évidente et vient à nouveau d’être étalé au grand jour.

        MINABLE TROLL,

  10. Guy Gibo dit :

    Bravo… Que ce soit vrai ou faux je n’y vois qu’une seule conclusion. Biden vient avec cette nouvelle de se qualifier comme candidat à la présidence des USA.

  11. Tiger Mulligan dit :

    triste pour cette femme si ses allégations sont vraies. Mais si on regarde ca selon les critères des ripoublicains, Joe a encore droit à un minimum d’une bonne douzaine d’autres victimes sans conséquences !!!

    1. Achalante dit :

      Sauf que M. Biden n’est pas un candidat républicain, mais démocrate. Il doit se plier aux points de vues démocrates, qui sont beaucoup plus sévère que ceux républicains lorsqu’il s’agit d’agressions sexuelles.

  12. Gilles Morissette dit :

    Cette histoire est bien étrange. Aucun témoin, aucune plainte, aucune autre victime allégué.

    Ça ne vous rappellle pas un certain juge à la SCOTUS?

    Les raisons de madame Tague sont très nébuleuses.

    Les recherches du NYT ne semblent pas avoir trouvé d’autres femmes qui auraient pu corroborer les affirmations de madame Tague.

    Même si elles ne sont pour l’instant appuyer sur aucun fait, Biden devra tirer au clair cette histoire, et rétablir s’il y a lieu les faits.

    Sinon, cela risque d,empoisonner sa campagne et soyez certains que ses adversaires essaieront d’en tirer profit.

  13. spritzer dit :

    « Elle a dit au Times et Post que la peur l’avait empêchée de parler de cette agression présumée l’an dernier. »

    Maintenant que Bidon a des bonnes chances de devenir le prochain président la peur s’est envolée. Je me serais attendu à l’inverse même si je ne remet pas en doute la véracité de son histoire.

    C’est une autre plume au chapeau de Sanders qui n’a jamais été mêlé à ce genre d’histoire sordide, une preuve de plus de son intégrité morale contrairement à beaucoup d’autres.

    1. Olesya dit :

      @spritzer « […] une preuve de plus de son intégrité morale contrairement à beaucoup d’autres. »

      L’adulation de William H. Clinton par ce parti vous donne raison sur ce point à 100%.

    2. AB road dit :

      Trump à son bon ami Putin :

      « Ouen, ça commence à regarder mal mon affaire pour ma réélection. »

      Putin de répondre :

      “Arrête de t’inquiéter, on va t’arranger ça… « 

      1. Achalante dit :

        Même pas besoin d’une ingérence russe pour ça. Des Républicains tout ce qu’il y a de plus états-uniens sont parfaitement capables d’avoir monté le coup. Mais ça ne veut pas dire pour autant que l’histoire doit être traitée à la légère, au contraire. Imaginez à quel point la position de M. Biden serait renforcée si, au bout d’une enquête sérieuse, il en sortait blanchi? Alors que si on essaie de balayer l’histoire sous le tapis, elle serait constamment ressortie pour le fragiliser.

    3. Samati dit :

      Il est plutôt enfantin de votre part de recourir à l’insulte pour faire valoir votre opinion. Ne dit-on pas que l’insulte est l’argument des faibles?

      Il est par ailleurs évident que si Sanders avait eu la moindre chance de remporter l’investiture démocrate et possiblement la présidence, que des histoires semblables seraient apparues. Il ne faut jamais oublier que Sanders a passé quelque temps dans la Russie communiste et que leurs archives doivent comporter suffisamment d’éléments pouvant être manipulés afin de compromettre un candidat qui aurait pu battre celui que Poutine veut conserver à la présidence.

      Votre « amour » pour Poutine vous amène à vous associer aux plus féroces supporters de Trump. Une victoire de Trump est une victoire pour Poutine et indirectement pour vous, tant votre adoration pour cet individu est grande.

      1. Samati dit :

        Le message précédent s’adressait bien sûr à Spritzer.

      2. jcvirgil dit :

        @Samati

        Franchement que viens faire Putin là-dedans ?C’est un peu puéril faire toutes sortes de contorsions intellectuelles pour tenter de ressortir l’épouvantail russe en faisant diversion pour tenter de couvrir toute les turpitudes de la politique américaine et de ses acteurs .

        C’est comme le gamin qui criait au loup , un moment donné plus personne ne le croyait 🙂

      3. Samati dit :

        @ jcvirgil

        Si vous avez suivi ce dossier, vous devez savoir que cette dame vouait une admiration sans retenue pour Poutine. Richard Hétu en fait mention dans sa présentation et vous pouvez consulter le précédent blogue sur ce sujet où des liens ont été publiés donnant accès aux fameuses lettres. Le lien avec la Russie existe.

      4. jcvirgil dit :

        @Samati 13h41

        Si je vous suit bien , le fait qu’elle admirait Putin est une preuve qu’elle n’a jamais subie d’attouchements de la part de Joe Biden ?
        C’est comme dire que Blasey-Ford qui n’a jamais caché son aversion pour Trump aurait inventée l’ histoire d’inconduite sexuelle contre Kavanaugh .

        En l’absence de preuves formelles dans des histoires qui remontent dans le temps les deux se peuvent . En attendant que Putin se tiendrait derrière ces accusations , ça fait théorie du complot pas à peu près …

      5. spritzer dit :

        @Samati

        Quand je vous verrai apostropher un des innombrables participants du blogue qui écrit « Putin » au lieu de « Poutine », je prendrai au sérieux vos admonestations sur ce sujets… Au moins l’utilisation de « Bidon » et « Oblabla » est basée sur une réalité même si l’emploi de ces surnoms est enfantin, je vous l’accorde, mais vous ne pouvez pas dire que j’en abuse. Dans le cas de « Putin » c’est différent. C’est basé sur de la propagande en plus d’être vulgaire.

        « Il est par ailleurs évident que si Sanders avait eu la moindre chance (…) « des histoires semblables seraient apparues »

        Pas du tout. Est-ce qu’Obama a été attaqué avec ce genre d’histoire ? Quand il n’y a rien, il n’y a rien, et une accusation montée de toute pièce n’a aucune conséquence face à un candidat à la probité reconnue.

  14. Lecteur_curieux dit :

    Un électeur américain fait quoi avec cette information ?

    Le système judiciaire est plus approprié mais dès qu’il y a un peu trop de flou ou de contradictions bien une cause au criminel risque de tomber à l’eau pour les victimes.

    L’humain est un être rempli de paradoxes et contradictions.

    Le voteur fait quoi alors ? S’il est démocrate il ne virera pas républicain ainsi. Et s’il veut soutenir les victimes d’agressions sexuelles, Trump c’est encore pire comme modèle.

    Oui mais cette histoire va nuire pareil à Biden ? Des gens n’iront pas voter ? Ou Trump va marquer des points en faisant du millage là-dessus ?

    1. Lecteur_curieux dit :

      Faire sortir le vote et stimuler les troupes et ainsi les républicains détesteront plus fort les démocrates et certains démocrates eux auront des doutes.

      Cette histoire peut donc nuire à Biden et aux démocrates.

  15. Danielle Vallée dit :

    Encore une fois si vous regardez le CV de la dame, vous vous rendrez compte qu’elle décrit elle-même une vie obscure, refuse de dévoiler le nom de son ex-mari, de ses parents, ou de quiconque pourrait se porter témoin de son bon caractère.
    Et en lettres majuscules elle souligne qu’elle a un livre qu’elle espère publier bientôt.
    De la grosse b.s. tant qu’à moi et j’ai été absolument choquée en fin de semaine de voir le Times et WP ressortir cette histoire là, prétendant tous les deux avoir fait des enquêtes approfondies sur le sujet.
    Le New York times spécifiant dans son article que Biden était connu comme quelqu’un qui partait à la course prendre son train pour rentrer à la maison après sa journée d’ouvrage alors que les autres restaient autour prendre un verre et s’émanciper.

    Trump a commencé à distribuer les milliards des contribuables, et il n’y a pas une âme dans ce pays maudit qui a accès à la liste des corporations auxquelles il distribue les faveurs avec l’argent des autres. Ça ce serait un sujet d’enquête.
    Au bout de ce 4 ans, beaucoup d’organismes aux États-Unis vont devoir s’auto-examiner, et la presse en fait partie.

    1. jcvirgil dit :

      Ouf ! On peut dire que la solidarité féminine en mange un coup quand elle ne s’accorde pas avec le choix politique de certaines…

  16. Henriette Latour dit :

    Ça prend un certain culot, pour ne pas dire un culot certain, pour pénétrer une femme avec les doigts dans le corridor du Sénat. Habituellement, ce genre de comportement se fait plus discrètement.

    1. Bien d’accord avec vous. De plus j’aurais cru qu’un corridor du sénat était muni de caméras de surveillance. Sinon, faudrait penser à en installer…

    2. Toile dit :

      Les anciens présidents sont toujours l’objet d’une surveillance par le services secret ? En est il de même du v.p? Si oui, faudrait un méchant raccoin dans le corridor pour Biden d’avoir réussi cet exploit. Sur le plan psychologique, l’excitation ne vient pas tant dudit geste sexuel mais du fait qu’il puisse être accompli sous l’oeil publique. Ça cadre assez mal avec la personnalité de Biden bien que je puisse errer.

      1. Achalante dit :

        Il n’était que sénateur à l’époque des faits allégués. Et c’était probablement avant 9/11, alors peu de chances qu’il y ait des caméras. Mais j’avoue que le faire dans un couloir, et crier par la suite, sans que personne n’ai vu ou entendu quoi que ce soit, c’est un peu gros. Mais il ne faut pas oublier que la peur d’être pris sur le fait rend la chose plus excitante pour certains.

        Enfin. On saura lorsqu’il y aura eu enquête.

    3. simonolivier dit :

      Bien d’accord itou. Me semble qu’en plus des caméras il y a bien du monde qui passe dans ses corridors. Excusez le jeu de mots mais ca sent pas bon.

  17. AB road dit :

    Bon, si maintenant on veut jouer « le jeu » de sortir les « squelettes de placard », hé bien ce petit jeu n’est assurément pas à l’avantage de Trump qui lui en a certes bien plus empaquetés quelque part.

    Bien pire encore, il a même actuellement (désolé pour la cruauté de la métaphore) des “cadavres encore tous chauds“ dans son placard Présidentiel.

    Alors ne venez surtout pas tenter de nous faire « brailler » avec cette « saga Biden ».
    C’est de la « p’tite bière » avec ce qu’on voit présentement et ce qu’on a déjà vu bien en masse auparavant de cet imposteur de Président… 😷

  18. jcvirgil dit :

    Les démocrates se font resservir les règles qu’ils ont mis en place lors de l’affaire Kavanaugh . Même si ces accusations ne sont appuyées sur aucune preuve , ce sera maintenant à Bidon de prouver qu’il n’est pas coupable… J’ai hâte de voir ce qu’en pense notre juriste en confinement …

    1. Achalante dit :

      On parie que l’enquête sur M. Biden sera plus sérieuse que celle sur Kavanaugh? Que plus de témoins seront interrogés, que ça durera plus longtemps? Que ceux qui *veulent* apporter des preuves ou des témoignages corroborants seront entendus?

      Oui, les Démocrates vont se plier aux règles qu’ils veulent imposer. Parce que c’est la chose à faire; c’est ce pour quoi ils travaillent.

      1. jcvirgil dit :

        Ça sera normal si c’est le cas, mais ce n’est pas ce qui a été appliqué par les démocrates lors de l’affaire Kavanaugh où ils accusaient ceux qui exigeaient que le témoignage de Blasey-Ford soit corroboré de tous les maux.

        Entendons nous ce n,est pas l’ignoble individu qu’est selon moi Kavanaugh que je défend ici c’est le principe.

      2. Achalante dit :

        @jcvirgil: je ne vous suis pas; vous semblez vous contredire. Les démocrates ont demandé une enquête sur les accusations contre Kavanaugh; il n’y a eu qu’un semblant d’enquête. Des témoins d’actes semblables se sont présentés pour appuyer l’accusation de Mme Blasey-Ford; ils n’ont même pas été interviewés. Je ne vous pas en quoi faire une enquête sérieuse sur les accusations contre M. Biden serait contradictoire.

        Il s’agit de prendre ces accusations au sérieux, plutôt que de les étouffer.

      3. jcvirgil dit :

        @Achalante 13h12

        Je n’ai pas le même souvenir que vous de l’affaire Kavanaugh. Il y a eu enquête du FBI qui n’a pu corroborer les allégations de mme Blasey-Ford,. Les démocrates ont demandé d’entendre d’autres témoins et les Républicains sont refusés. On ne peut donc savoir si leur témoignage aurait changé l’issue de l’affaire.

        Toutes ces affaires de moeurs ,qui servent finalement d’outils politiques discréditent le mouvement *mee too* . Il fallait d’ailleurs s’attendre à ce que des gens mal intentionnés se servent de ce mouvement pour lancer des allégations qui remontent souvent à des dizaines d’années, en essayant de contourner le fardeau de la preuve soi-disant pour ne pas traumatiser les victimes et leur faire revivre leur agression.

        Ça part d’un noble principe quand on voit comment bien des victimes en cour de justice ont été traitées brutalement par des avocats sans scrupules qui ont tout fait pour démolir leur réputation pour sauver leur client, mais d’un autre côté ça peut empêcher un innocent d’avoir une défense pleine et entière.

        Où tracer la ligne ?

      4. Achalante dit :

        @jcvirgil: effectivement, nous n’avons pas le même souvenir. L’enquête contre Kavanaugh a été limitées à 1 semaine, et malgré « l’assurance » de ce type qu’il n’avait pas menotté le FBI, de nombreux témoins ont confié aux médias s’être présentés pour apporter leurs témoignages, sans jamais être contactés par la suite. Une vraie farce. M. Hétu en a fait quelques billets.

  19. Igreck dit :

    Ce que je retiens de tout cela c’est que les Zétats-Zuniens qui se réunissent (encore aujourd’hui en pleine pandémie) pour chanter des louanges (Alléluia alléluia) les mains en l’air et tout le tralala, ces mêmes gens sont souvent de « purs » hypocrites qui font tout à fait le contraire de ce qu’ils prêchent (à commencer par les preachers eux-mêmes). Alors ne nous surprenons pas que la grande majorité des hommes de 70 ans et plus aient posé des gestes inappropriés envers les femmes (et même envers des hommes), que ces dernières aient pu « tolérer » l’inacceptable pour garder leur job dans la sphère hautement compétitive de la politique. Alors ces accusations ne doivent pas être prises en compte dans une course électorale car TOUS se sont rendus coupables des mêmes crimes… à commencer par celui qui s’est lui-même vanté d’être un « pussy grabber ». Le jeu du « qui est le plus vicieux des deux » est une autre hypocrisie de ce pays en déroute morale.

  20. el_kabong dit :

    @jcvirgil
    « Les démocrates se font resservir les règles qu’ils ont mis en place lors de l’affaire Kavanaugh … ce sera maintenant à Bidon de prouver qu’il n’est pas coupable… »

    Mais c’est exactement ce qu’il fait : Biden dit que ce n’est jamais arrivé… alors si on poursuit la similitude, il reste simplement à Biden de faire (comme Caverna) une sortie en larme, dénonçant de fausses allégations qui veulent le détruire ainsi que ça famille et toutte devrait être diguidou…

    1. el_kabong dit :

      « ça » famille??? ayoye…

      1. jcvirgil dit :

        Sa arrive 🙂

    2. jcvirgil dit :

      Et voilà …Et toute ces histoires de présumées inconduites sexuelles remontant à un passé plus ou moins lointain ne seront plus crédibles. Serait-ce la fin du mouvement *mee too* ?

      1. Achalante dit :

        Au contraire, d’où l’importance de faire enquête. Refuser l’enquête serait hypocrite. Personne ne s’attend à ce que M. Biden admette les faits. Mais si il veut que sa candidature tienne la route, il faut qu’il y ait enquête.

        Il y a une épée de Damoclès au-dessus de sa tête; ce n’est qu’en tentant de la décrocher que l’on saura si elle est faite d’acier ou de carton. Si elle reste là, le danger y sera aussi.

  21. Danielle Vallée dit :

    @jcvirgil: ‘Ouf ! On peut dire que la solidarité féminine en mange un coup quand elle ne s’accorde pas avec le choix politique de certaines…’

    Ça n’a rien à voir. Regardez le CV de la dame, qu’elle publie elle-même. A part s’être fait foutre à la porte après 3 mois de 2 ou 3 emplois, il n’y a rien (writer, actress, poet, domestic violence advocate). Sauf qu’on ne trouve aucun de ses écrits nulle part. Sauf un livre qu’elle aimerait vendre (the last snow tiger). On a déjà passé 24 ou 48 heures sur ce blogue à discuter de ce dossier.
    Elle n’a rien à voir avec Christine Blasey-Ford qui a fait quelque chose de sa vie.
    Et ça n’a rien à voir avec la politique, sauf pour l’argent que des groupes de droite lui ont promis ou vont lui promettre pour faire un scandale.

    1. jcvirgil dit :

      Finalement vous me dites c’est que la crédibilité qu’on doit apporter au récit d’une victime d’agression sexuelle dépend du CV qu’elle présente …Excusez mais ça revient à la défense traditionnelle de bien des avocats qui se sont contenté de détruire la réputation de bien des victimes en alléguant que comme elles avaient un passé assez libertin elles avaient sûrement consenti à avoir des relations sexuelles avec leur client…

      Pourtant tout homme devrait savoir qu’importe la femme devant lui, quand elle dit non , c’est non.

  22. Linda Hart dit :

    Je comprends très mal comment les adeptes de trump peuvent être démunis du plus élémentaire sens du ridicule au point de dénigrer Biden en invoquant des allégations qui me semblent pour le moins « suspectes » et vieilles de près de 30 ans, quand on connaît la longueur du dossier de leur héros en matière de propos salaces et misogynes, ainsi que sa sulfureuse réputation d’amateur de pussies. Chose certaine, les trumpistes ont une relation très disjonctée avec la réalité. Pour ce qui regarde cette dénonciation, j’en ai ras le bol (pour rester polie) de ces bonnes femmes qui profitent d’une mode pour dénoncer de supposées agressions sexuelles des dizaines d’années plus tard, souvent quand le supposé agresseur a beaucoup à perdre ou qu’il est décédé et plus en mesure de se défendre. Tout ce salmigondis ne sent pas très bon et personnellement je considère qu’il y a quelque chose de très dérangeant dans cette recherche de publicité et peut-être aussi d’autre chose de moins avouable chez certaines personnes. Si cette personne avait quelque chose à dire, elle n’avait qu’à agir à l’époque, pas 27 ans plus tard, quand Biden se présente à la présidence, l’intention malicieuse m’apparaît évidente.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :