Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Il y a trois jours, le Dr Andrew Kolodny, co-fondateur du groupe Physicians for Responsible Opiod Prescribing, a publié sur son compte Twitter ce graphique illustrant la différence entre la consommation américaine d’oxycodone et celle des Européens. Aujourd’hui, le directeur de l’école de médecine de l’Université Brandeis offre ce commentaire au site Axios :

«Le graphique aide à expliquer pourquoi les États-Unis sont aux prises avec une grave épidémie d’addiction aux opioïdes. Nous avons surexposé de façon massive notre population à une drogue hautement addictive.» Cela n’est évidemment pas une primeur, mais le graphique du Dr Kolodny demeure saisissant.

(Illustration @andrewkolodny)

68 réflexions sur “Le graphique du jour

  1. Réal Tremblay dit :

    Pas étonnant. Comme dans d’autres secteurs comme l’environnement et la santé, l’important est de faire de l’argent et surtout augmenter l’actif des actionnaires et le pour le bien-être de la population, bof! c’est secondaire.

  2. Ziggy9361 dit :

    C’est bien le dernier de mes soucis,la seul personne qui devrait en prendre aime mieux les Big Mac même effet mais à plus long terme malheureusement.

  3. Achalante dit :

    Quand les médecins (et pharmaciens) peuvent accepter des cadeaux des compagnies pharmaceutiques, ça donne ça.

    1. Gina dit :

      Les médecins aux États-Unis pour la plupart ce sont des hommes d’affaires . La santé des patients ne leur tiennent pas à cœur .Ce sont les avantages qu’ils en tirent en prescrivant des cochonneries aux patients et qui leur rapportent gros qui comptent .

  4. Daniel A. dit :

    On comprend mieux pourquoi il y a des gens qui votent pour Trump.

    1. Benton Fraser dit :

      Comme ils sont insensible à la douleur, ils ont tendance a foncer dans les murs!!!

  5. Pierre S. dit :

    ————————

    Pendant ce temps ….

    Le président se bourre de big macs, écoute fox news, s’amuse sur twitter
    et commande l’assassinat d’un général Iranien pour se distraire.

    Absence totale de leadership et de considération pour son pays.
    Se sert juste de la présidence pour s,enrichir et se garder à l’abris de la justice.

  6. NStrider dit :

    “Quand le Mexique nous envoie ses gens, il n’envoie pas les meilleurs éléments. Ils envoient ceux qui posent problème. Ils apportent avec eux la drogue. Ils apportent le crime. Ce sont des violeurs”. Le bon docteur pose un faux diagnostic. Le 45 lui a très bien identifié la source du problème. Donc la solution au problème de droillle aux États-Unis d’Amérique, c’est le mur.

    1. Ziggy9361 dit :

      Ha! La maudite. droille .J’ai en tête la chanson de Rocket belles oreilles 🎵droille ,droille….🎶

      1. A.Talon dit :

        Allons, pourquoi se priver du plaisir d’écouter les sages propos du grand Ringo Rinfret?

    2. Richard Desrochers dit :

      Oui, il faut un mur pour empêcher les pharmaciens d’entrer aux États-Unis.

  7. Toile dit :

    On se rappellera que le laboratoire pharmaceutique, Purdue, et sa riche famille propriétaire, les Sackler, ont accepté de payer 270 millions de dollars pour mettre fin à une plainte de l’État de l’Oklahoma liée à la crise des opiacés. Une entente qui remonte à mars 2019, entente qui était le début d’autres. Une avalanche de plaintes (au moins 1600 plaintes ont été enregistrées au niveau fédéral, supervisées par un juge de Cleveland, et des centaines au niveau des États, dont New York et le Massachusetts). la direction de Purdue avait alors évoqué la possibilité de se déclarer en faillite. Dans des métropoles comme New York, les opiacés font désormais plus de victimes qu’accidents de la route et homicides réunis. Cette explosion d’overdoses a contribué à faire baisser l’espérance de vie aux États-Unis en 2017, pour la troisième année consécutive.

    La famille Sackler : fortune est évaluée à plus de 13 milliards de dollars par le magazine Forbes, ce qui en fait l’une des plus riches familles américaines, devant les Rockefeller, fortune toutefois bâtie d’un « empire de la douleur ». La fondation Sackler, des mécénats dans les plus prestigieuses institutions universitaires et culturelles au monde dont Harvard, Cornell, Columbia, Yale, Tufts ou encore britannique d’Oxford. Une aile entière du Louvre à Paris et une autre au Metropolitan Museum of Art à New York portent leur nom. Plusieurs ont renoncé à leurs donations, l’argent des Sackler étant devenu trop sulfureux à cause des ravages de la crise des opiacés et des mensonges de Purdue, qui a sciemment caché très longtemps les graves risques de dépendance de son médicament vedette. On ne sera guere surpris aussi du financièrement aussi bien le Parti démocrate que le Parti républicain et des groupes de réflexion conservateurs comme le groupe pro-israélien Foundation for Defense of Democracies.

    On avait traité ce sujet sur ce blogue. https://richardhetu.com/2019/03/29/loxycontin-et-les-sackler-nouvelle-poursuite-a-ny/

    1. chrstianb dit :

      Et qui était l’avocat de Purdue en 2006 et qui a obtenu du gouvernement fédéral que Purdue puisse poursuivre la production de l’OxyContin?
      Rudy Giuliani…
      https://www.theguardian.com/us-news/2018/may/22/rudy-giuliani-opioid-epidemic-oxycontin-purdue-pharma

      1. Haïku dit :

        chrstianb
        Belle trouvaille !

      2. Toile dit :

        Ça parle au diable… en personne.
        En mai 2018, date de l’article, notre bouffon avait lâché une bombe, en déclarant sur la chaîne Fox News, favorite de Trump, que le président avait en fait remboursé les 130 000 dollars versés par l’un de ses avocats à son ex-maîtresse présumée Stormy Daniels en échange de son silence sur leur liaison en 2006, déclaration qui contredisait les affirmations précédentes de Trump selon lesquelles il n’était pas au courant de ce paiement et n’avait jamais eu de liaison avec elle. Un homme à tout faire….dans le domaine des lobbys.

  8. ghislain1957 dit :

    Il se gèlent la face pour oublier ou les médecins en prescrivent plus car ça rapporte? J’irai avec la deuxième question. Il a été prouvé que des médecins étaient rémunérés par des pharmaceutiques pour prescrire ce médicament en quantités industrielles.

  9. Toile dit :

    Ce qui frappe sur le graphique. La consommation européenne est dans un état de « stabilité » avec une légère remontée alors que celle américaine est « dans le plafond », celle ci amorçant son ascension vers 1996. Il est ici question de la quantité consommée ( 250mg/ capita). Quelqu’un sait il l’élément(s) déclencheur(s). Est- ce que les lobbys ont eu moins d’influence en Europe, l’accessibilité du produit, la réticence des médecins…. ? Entéka, ça fait bien de la misère humaine et des « gelés », misere qui est refilée aux oeuvres de charité. On comprend mieux comment ça comprend pas vite.

    1. gl000001 dit :

      Le déclencheur : en 1970, il est devenu Level 2. Si je comprends bien, ça veut dire que c’est un médicament dangereux mais utile et qui peut être prescrit. Mais en 1995, Purdue Pharma l’a commercialisé.
      Level 1, c’est un médicament dangereux qui ne peut être prescrit.
      Le problème est que pris en pilule avec le dosage recommandé, il y a peu de risques. Mais si on en prend trop ou si on l’écrase et on le sniffe … ça rend les gens accros au produit.
      C’est comme marcher sur le bord d’un précipice. Un petit écart et bye-bye !!

      1. Toile dit :

        Merci de votre explication. Je comprends aussi, peut être à tort, que ce changement de niveau est la résultante d’une approbation de la « Drugs & food » ( ou autre mais américain) ce que le pendant européen n’aurait pas fait. Ceci donnerait un élément de réponse dans les si grands écarts.

      2. Achalante dit :

        Sauf que, comme bien des anti-douleurs, il y a une accoutumance qui se crée, et il a de moins en moins d’effet avec le temps. Alors les gens en prennent plus pour contrôler la douleur. Et si en plus ils e sont fait dire qu’il n’y a pas de danger, alors il n’y pensent pas à deux fois. Et il passent à une dose qui crée l’accoutumance sans le savoir.

      3. gl000001 dit :

        Il y a longtemps, j’ai eu un accident qui m’a coûté quelques dents. Le dentiste m’en a prescrit 12. J’en ai pris 2. J’ai retourné le reste. Le pharmacien était surpris. Je lui a dit qu’il ne m’avait pas averti que ça pouvait devenir addictif et que les effets étaient aussi pire ! Je ne comprends même pas qu’une personne puisse en prendre régulièrement.

  10. Henriette Latour dit :

    Tout cela reflète bien le mal-être d’une partie de la population états-uniennes confrontée à un passé qui faisait rêver le reste de la planète et à un avenir qu’ils ne peuvent imaginer puisqu’ils sont sous-éduqués, en mauvaise santé et admissibles seulement à des salaires leur permettant de vivoter. Le rêve qu’ils avaient en tête est en train de devenir un cauchemar. Alors, on se gèle!

    1. A.Talon dit :

      Le déclin de l’empire américain commencerait-il par le refus de voir la réalité en face? Ça expliquerait bien des choses dont cette nouvelle addiction à un personnage orangé hautement toxique pour la société américaine…

    2. Achalante dit :

      Le mal-être? Non, ce n’est pas pris pour des raisons récréatives. Ce que ça démontre, c’est à quel point le marché du travail est gangrené. Quand les congés maladies sont insuffisants, que les soins curatifs sont hors de prix, que les gens n’ont pas le choix de retourner travailler avant d’être guéris (ou n’ont pas de solutions de rechange pour une incapacité partielle), alors ils doivent vivre avec des douleurs chroniques. Ces opioïdes sont alors leur seule option pour contrôler la douleur et aller travailler.

  11. ghislain1957 dit :

    Hors sujet:

    Séisme de magnitude 6,5 au large de Porto Rico

     » Un séisme de magnitude 6,5 a frappé l’île de Porto Rico tôt mardi matin, le plus puissant d’une série qui a touché l’île américaine depuis le 28 décembre, a annoncé l’institut de géophysique américain (USGS). »

    https://www.lapresse.ca/international/caraibes/202001/07/01-5255904-seisme-de-magnitude-65-au-large-de-porto-rico.php

    Quelqu’un peut avertir le gros clown que des essuies-tout ça ne fonctionnera pas cette fois-ci.

    1. gl000001 dit :

      Une montagne d’essuie-tout ne peut absorber un tsunami ?
      Ca fait penser au bozo-en-chef qui avait suggéré une bombe atomique pour dissiper un ouragan !!

      1. Richard Desrochers dit :

        Il va suggérer de combler une faille tectonique avec de l’asphalte. Pour les tsumamis, les ouragans et les incendies de cathédrales, il a toujours les solutions. Seules les éoliennes lui résistent encore.

    2. Toile dit :

      Un 2eme selon l’article: « Un séisme de magnitude 5,8 avait déjà secoué l’île lundi, provoquant d’importantes coupures de courant et de gros dégâts matériels, sans causer de victimes ». Donc une réplique…plus forte.

    3. M.Rustik dit :

      @ghislain1957, je pense que Trump va cette fois leur envoyer du papier-bulle (ça protège des chocs et en plus, lorsque tu pètes les bulles ça induit une sensation de détente).

      1. Haïku dit :

        M.Rustik
        👏👏👏

  12. treblig dit :

    Les plus gros consommateurs d’opioïde, per capita, sont les  » p’tit blancs  » peu éduqués et pauvres des petites villes du sud . Dans les Appalaches ( 95% de blancs), c’est une catastrophe généralisée. Les mines de charbon ont fermé et les meilleurs éléments ont quitté la région. il ne reste plus qu’un  » lumpenproletariat » comme les appelait Marx.

    Et sans grand espoir de s’en sortir.

    1. A.Talon dit :

      «Et sans grand espoir de s’en sortir.»
      Et le «charbon propre», cette géniale invention trumpeuse, qu’en faites-vous? Ce n’est pas le prix Nobel de la Paix qui attend le Drumpf mais le prix Nobel de Chimie… 😉

      1. treblig dit :

        @a.talon

        Le charbon propre est comme le Sasquash, tout le monde en a entendu parler mais personne ne l’ a vu

      2. gl000001 dit :

        Le plus proche que trump pourrait arriver d’un Nobel, ça serait en médecine. Mais le récipiendaire serait celui qui réussirait à créer un médicament pour guérir trump de sa mégalomanie, sa mythomanie … sa folie quoi !!

    2. Benton Fraser dit :

      Économiquement, l’oxycodone coûte beaucoup moins chère que de se faire soigner par un médecin ou à l’hôpital!

      Effet pervers du système de santé américain….

  13. Pierre S. dit :

    —————————–

    Cette crise est justement dut à la facilité avec laquelle les gens peuvent avoir
    accès a cette puissante drogue combiné aux faits que bien des gens n,ont pas une couverture
    de soins de santé adéquate.

    En cas de souffrance physique ou mentale …. les gens s’auto médicamentent.
    Et avec de tel produit sur le marché les résultats sont catastrophiques.

    Ce pays est bien plus malade qu’on le pense.
    Et leur citoyens bien plus pauvres que ce qu’ils veulent bien l’admettre.

  14. A.Talon dit :

    En somme, le corps médical américain et les grandes compagnies pharmaceutiques sont directement responsables de cette épidémie de dépendance à cette drogue «hautement addictive». Preuve, s’il en est, que seul l’argent motive les intervenants du monde de la santé aux États-Unis et non pas le bien commun. Bravo, champions!

    Tiens, ça me rappelle qu’on a aussi connu chez nous au Québec un gouvernements de médecins libéraux il n’y a même pas deux ans et que le saccage résultant de notre système de santé n’est pas encore réparé…

  15. A.Talon dit :

    Ce désastre humanitaire chez nos pauvres voisins du sud ne doit cependant pas nous faire oublier que la crise des opioïdes a également cours au Canada, y compris au Québec, quoiqu’à une moindre échelle.

    «Crise des opioïdes au Canada »
    https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/canadas-opioid-crisis

  16. A.Talon dit :

    La rapacité des compagnies pharmaceutiques et l’inconscience des médecins causent aussi des ravages au Canada. Il est temps de nettoyer les Écuries d’Augias chez nous aussi, vous ne trouvez pas?

    «Crise des opioïdes: le Canada au deuxième rang des pays les plus touchés»
    https://www.lapresse.ca/actualites/sante/201905/16/01-5226454-crise-des-opioides-le-canada-au-deuxieme-rang-des-pays-les-plus-touches.php

  17. titejasette dit :

    « Trump travaille fort pour faire baisser le prix des médicaments. Il faut lui donner le crédit. Il nous aime » – Un édenté

  18. Louise dit :

    Les gens prennent ces drogues soit parce qu’ils souffrent physiquement et qu’ils n’ont pas les moyens de se faire soigner, soit parce qu’ils ne sont pas heureux et se sentent impuissants à apporter les changements qui s’imposent pour mieux vivre.
    Dans tous les cas c’est l’échec d’un pays qui est incapable de prendre soin convenablement de ses citoyens qui pourrait se réaliser par une répartition équitable de la richesse.
    On le voit avec les candidats démocrates les plus progressistes. Dès qu’ils proposent des mesures sociales que nous on considère comme tout à fait normales, ils se font critiquer parce qu’il ne faut surtout pas déranger le statu quo qui profite aux riches.
    De notre point de vue, ce pays a besoin d’être réformé de A à Z mais ça ne semble pas être la priorité d’une majorité d’américains malheureusement.

  19. A.Talon dit :

    Un court article de la revue Québec Science portant spécifiquement sur le cas québécois. La frontière linguistique ne nous protège malheureusement pas contre ce danger…

    «Près de 400 décès dus aux opioïdes au Québec en un an»
    https://www.quebecscience.qc.ca/sante/deces-opioides-quebec/

  20. Bienvenue dans une société où tout est un «bizness» y compris la religion et ce qu’on appelle la «charité». Et à ceux qui croient encore que la «philanthropie» des millionnaires et milliardaires à la Sackler est fondée sur le désir de faire «le bien», je dirais qu’il s’agit plutôt d’un «racket des indulgences» version XXIe siècle. Un certain Martin Luther avait éventé le stratagème quelque part au XVe siècle. En résulta un sérieux conflit avec l’Église catholique.

    «The audacity of Luther’s 95 Theses on the Power and Efficacy of Indulgences came from the fact that in attacking the theology underpinning the doctrine of purgatory they were also undermining the business model built upon it.»

    «As soon as a coin in the coffer rings,
    The soul from purgatory springs.»

    https://www.theguardian.com/technology/2017/oct/29/why-we-need-a-21st-century-martin-luther-to-challenge-church-of-technology-95-theses

    1. Haïku dit :

      Merci pour le lien. Effectivement, c’est un article très intéressant.

  21. Danielle Vallée dit :

    Il y avait une section du JdeM en fin de semaine réjouissante qui parlait des 50 bonnes nouvelles pour le Québec.
    Et il y a de quoi être fier de notre petite province dans de multiples domaines, incluant les domaines économiques, création d’emplois, taux de chômage, créativité, présence mondiale (le Québec est 44e plus grande économie mondiale).
    On a aussi freiné le fentanyl, (12% des surdoses alors que c’est 85% en CB et en Ontario). Seulement 2 morts au Québec en 2019.
    Je vous cite un paragraphe:
    ‘Au pays les autorités dénombrent 13 913 décès liés à tout type d’opioïdes depuis 3 ans et demi, dont 900 au Québec.
    Mails le bilan, qui s’alourdit en Amérique du Nord, s’améliore au Québec…..
    On peut se demander si les Hell’s Angels, qui contrôlent le marché des stupéfiants au Québec, ont usé de leur influence pour limiter les dégâts auprès de leur clientèle (difficilement vérifiable mais pas impossible selon le commandant Bourque).’
    A part le dernier paragraphe qui fait un peu sourire, nous sommes un bon petit coin de pays.

    1. gl000001 dit :

      Fume-t-on plus de pot que dans le ROC ?

      1. treblig dit :

        Consommation cannabis ( au moins un fois dans les trois derniers mois)

        Québec : 11.5%

        Canada : 17.0 %

    2. Guy Pelletier dit :

      @Danielle Vallée

      Au Québec c’est très clairement les Hell’s qui se sont occupés de la problématique des  »revendeurs » mais surtout des labos clandestins de fabrication de fentanyl qui pour se faire plus d’argent trafiquaient en coupant leur drogue avec du fentanyl. De perdre par sur-dose leurs clients en plus d’attirer l’attention des policiers et médias n’était surement pas une bonne chose pour leur  »business ».

  22. karma278 dit :

    @RH re Hannity on Irak war:

    Un PROPHÈTE, on le voit bien
    🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

    Je retiens ce commentaire :

    « He was right about finding prisons with torture … not so much about who was running them. »

    https://twitter.com/KFILE/status/1214373554952843264

    Sont pas tous pro-Tiny!

    1. Haïku dit :

      LOL ! En effet, un prophète. 😎

    2. el_kabong dit :

      Je retiens aussi ce commentaire:
      « It’d be more impressive if you found something Hannity was right about. »

  23. J.C.Virgil dit :

    Quand on dit que les lobbys se paient le gouvernement américain et ses agences de réglementation , on a ici un bel exemple. On a laissé la pharmaceutique Purdue mener les études pour mettre ce poison sur le marché. Ces études ont naturellement conclues que seul une infime partie des usagers étaient à risque de développer une dépendance, ce qui a incité les médecins à prescrire le médicament à outrance , alors que dans les faits c’est 30% de ces consommateurs qui sont à risque.

    Dans ce cas çi comme dans celui de l’usage du glyphosate et des OGM l’Union européenne fait preuve de prudence en déclarant un moratoire sur l’usage du fameux round-up de Bayer-Monsanto , en attendant de nouvelles études et en obligeant l’étiquettage d’aliments contenant des OGM pour laisser au consommateur le choix d’en manger ou non.

    Pendant ce temps aux États-unis comme au Canada , les mêmes gouvernements dont les organismes de contrôle ont permis l’usage extensif de l’oxycontin en se fiant aux études payées par l’entreprise , c’est le free for all. Le glyphosate est toujours permis sur les cultures malgré que des études le qualifie de cancérigène probable et le saumon frankenstein et autres aliments contenant desOGM sont mis en vente dans les épiceries sans étiquettage pour faire connaitre au citoyen ce qu’il met dans son assiette et le choix d’en consommer ou non.

    Vive le modèle américain !

    1. Toile dit :

      Merci à vous. Votre propos corrobore mon hypothèse. L’auto régulation cautionnée et ses dérives, ça donne aussi les horreurs de Boeing.

    2. gl000001 dit :

      Exact. Ne vous informez pas. Ne vous éduquez pas. Croyez !!!
      Ca laisse plus de temps pour la poursuite du plaisir (que le drogue vous enlèvera).

      1. Toile dit :

        Calik….je fais tout à l’envers mais mon petit plaisir s’en vient : 5 jours

    3. chrstianb dit :

      @J.C.Virgil
      «Le glyphosate est toujours permis sur les cultures malgré que des études le qualifie de cancérigène probable»
      Pas vraiment.

      Rien de concluant pour les fermiers (2018)

      Dans cette vaste étude de cohorte prospective, aucune association n’a été observée entre le glyphosate et les tumeurs solides ou les malignités lymphoïdes en général, y compris le LNH et ses sous-types. Il y avait certaines indications d’un risque accru de LMA chez le groupe le plus exposé qui doivent être confirmées.

      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29136183

      Pour les animaux de fermes, rien de concluant également (2019)

      Cette étude à grande échelle de trois cohortes agricoles prospectives n’a montré aucune association entre l’élevage et le risque du LHC, mais peu d’associations entre des espèces animales spécifiques et des sous-types de LHC ont été observées. Les différences observées dans les associations par pays justifient des recherches plus approfondies.

      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31302607

  24. karma278 dit :

    Voici donc la nouvelle cigarette.

    Cette horreur, pas nouvelle en ce que l’INDUSTRIE tue des milliers de gens depuis des années,
    mais avec ces opioïdes nouvelle génération, on voit clairement que L’INDUSTRIE a appris de la manière tabac.

    Tuer, tuer, tuer encore, la faillite nous protégera d’assumer les conséquences.

    BAD karma…

  25. Guy Pelletier dit :

    Extraits du site nature.com:

    Aux États-Unis, le pays le plus gravement touché cette crise des opioïdes est née d’une confluence d’efforts bien intentionnés pour améliorer la prise en charge de la douleur par les médecins et d’un marketing agressif – voire frauduleux – de la part des fabricants de produits pharmaceutiques. Les caractéristiques du système de santé américain, le régime réglementaire, la culture et les tendances socio-économiques ont tous contribué à ce qui est maintenant une crise à part entière. L’épidémie a évolué au fil du temps, devenant plus meurtrière – et d’autres pays pourraient être vulnérables à sa propagation………….

    Les bases de la crise ont été jetées dans les années 1980, lorsque la douleur a été de plus en plus reconnue comme un problème nécessitant un traitement adéquat. Les États américains ont commencé à adopter des lois intraitables sur le traitement de la douleur, ce qui a éliminé la menace de poursuites pour les médecins qui traitaient la douleur de leurs patients de façon agressive avec des substances contrôlées…………

    Avant l’épidémie actuelle, les opioïdes étaient principalement prescrits pour des utilisations à court terme, comme le soulagement de la douleur après une chirurgie ou pour les personnes atteintes d’un cancer avancé ou d’autres affections en phase terminale. Mais aux États-Unis, l’idée que les opioïdes pourraient être plus sûrs et moins toxicomanogènes qu’on ne le pensait auparavant a commencé à prendre racine en 1980………..perception que les opioïdes ne créaient une dépendance que lorsqu’ils étaient utilisés à des fins récréatives – et non lorsqu’ils étaient utilisés pour traiter la douleur.

    Les ordonnances d’opioïdes ont augmenté graduellement tout au long des années 1980 et au début des années 1990. Mais ce n’est qu’au milieu des années 1990, lorsque les sociétés pharmaceutiques ont lancé de nouveaux produits à base d’opioïdes – et, en particulier, l’OxyContin, une formulation à libération prolongée d’un médicament vieux de plusieurs décennies appelé oxycodone, fabriqué par Purdue Pharma à Stamford, au Connecticut – que ces prescriptions ont fait un bond en avant et que l’utilisation des opioïdes pour traiter la douleur chronique s’est généralisée.

    Purdue Pharma et d’autres entreprises ont fait une promotion importante de leurs produits opioïdes. Elles ont exercé des pressions sur les législateurs, parrainé des cours de formation médicale continue, financé des organisations de professionnels et de patients et envoyé des représentants visiter des médecins à titre individuel. Au cours de toutes ces activités, ils ont mis l’accent sur l’innocuité, l’efficacité et le faible potentiel de dépendance des opioïdes d’ordonnance……………..

    La structure du système de soins de santé aux États-Unis a également contribué à la sur-prescription d’opioïdes. Comme de nombreux médecins sont en pratique privée, ils peuvent en tirer un avantage financier en augmentant le volume de patients qu’ils voient, ainsi qu’en assurant la satisfaction des patients, ce qui peut inciter à la sur-prescription d’analgésiques. Les opioïdes sur ordonnance sont également bon marché à court terme. Les régimes d’assurance-maladie des patients couvrent souvent les médicaments antidouleur, mais pas les approches de gestion de la douleur comme la physiothérapie.  » Les incitatifs étaient là pour que les gens prescrivent de plus en plus, surtout lorsqu’ils avaient déjà été convaincus que c’était la bonne chose à faire – la chose à faire avec compassion « , dit M. Humphreys.

    Le Canada partage certaines de ces vulnérabilités. Par exemple, comme leurs homologues américains, les médecins canadiens sont des entrepreneurs qui sont payés à l’unité. Et eux aussi ont fait l’objet d’un marketing agressif de la part des fabricants d’opiacés, selon une poursuite de 1,1 milliard de dollars canadiens (752 millions de dollars) déposée en mai à la Cour supérieure de justice de l’Ontario à Guelph.

    Cela pourrait aider à expliquer pourquoi le Canada connaît également une crise des opioïdes, avec 10 337 décès liés aux opioïdes entre janvier 2016 et septembre 2018.

    Cependant, la plupart des pays européens ont jusqu’à présent été isolés de l’épidémie. Les médecins en Europe ne sont pas motivés financièrement pour faire des prescriptions………………

    1. Apocalypse dit :

      Merci!

    2. jcvirgil dit :

      Très instructif ce commentaire. De plus on voit bien que les postes de direction des organismes de contrôle et de protection des consommateurs sont des nominations politiques.

      En s’achetant les partis politiques avec leurs dons aux caisses électorales, les grands lobbys s’achètent donc par le fait même ces organismes qui reglementeñt selon leurs intérêts.

      On pourrait citer Santé-Cacanada qui ne sert plus depuis quelques années que de *rubber stamp* pour entériner toutes les cochonneries que l’industrie veut mettre sur le marche, mais comme c’est un blogue sur la politique americaine il suffit de donner l’exemple de l’EPA aux Etats-Unis .

      Depuis que des gouvernements de pas propres anti-environnementalistes comme les gouvernement W.Bush et Trump sont au pouvoir , ils ont fait en sorte avec leurs nominations , de l’édenter et qu’elle ne réglemente plus en faveur de mesures pour protéger l’environnement mais plutot les interets des pétrolières .

  26. Apocalypse dit :

    ‘… mais le graphique du Dr Kolodny demeure saisissant.’

    Et je dirais même mon cher Dupont: ‘ahurissant’.

    D’après les posts de ‘A. Talon’ ci-dessus, je vois – malheureusement – que nous avons aussi au Canada un problème sérieux avec les opioïdes.

    Notre société moderne, toujours la recherche de la solution facile à tous les problèmes et quoi de plus facile que de prendre une pilule et voilà!

    Et bien voilà, on voulait se débarasser, comme par magie, de problèmes et nous en avons créé un bien plus gros 😢.

  27. Boozadvisor dit :

    @M. Hétu
    Il y a un mot de trop dans la citation

  28. Apocalypse dit :

    @Henriette Latour – 09:50

    ‘Tout cela reflète bien le mal-être d’une partie de la population états-uniennes…’

    Tout à fait d’accord!

    Disons que les premiers mots qui nous viennent à l’esprit lorsqu’on regarde les américains, les Etats-Unis, n’est pas: ‘ils ont l’air si heureux’. Le pire est qu’on a l’impression que leur situation ne fait qu’empirer.

  29. Gilles Morissette dit :

    Aux USA, l’industrie pharmaceutique est une « business » dont le seul et unique but est de faire du fric. Le bien-être des patients passsera toujours loin dans ses préoccupations.

    Ce lobby est tellement puissant, bien organisé avec d’énormes moyens financiers qu’il peut faire « ramper » n’importe lequel gouvernement qu’il soit démocrate ou républicain.

  30. Ziggy9361 dit :

    Le mur au sud ce n’est pas pour empêcher les mexicains d’envahir le marché américain avec leur pot,c’est pour empêcher la fuite des brevets de leurs opioides vers les usines à bas coût mexicaine .Une autre invention américaine pour faire du cash et desservir les américains et favorisés leurs fuitent dans des paradis artificiel à l’abris de leur réalité.

  31. Mariette Beaudoin dit :

    Si les gens tombent malades, c’est aussi parce qu’il y a des cochonneries alimentaires sur le marché. Il y a plus de sucre et de sel dans les céréales du matin en Amérique qu’en Europe. Pas étonnant qu’on ait plus de cas de diabète et d’hypertension aussi. Et ça, ce n’est qu’un exemple.

  32. karma278 dit :

    Mon expérience personnelle:

    J’ai été opéré pour des CBC (carcinome baso cellulaire), la forme la moins agressive du cancer de la peau.

    La première fois, une opération à la tempe, on m’a prescrit de l’hydromorphone pour la douleur.
    Il s’agit d’une opération mineure, d’un jour, en surface. Guère plus qu’une réparation de carie chez le dentiste.
    J’ai géré la douleur avec 2 tylenol 500mg @ 4h. L’hydromorphone ne m’a non seulement pas servi, mais était clairement trop puissant.

    Une autre fois, suite à une blessure au sternum, mon médecin de famille m’a prescrit du Dilaudid.
    Aussi jamais utilisé et en entreposage avec l’autre.

    Bref, les gens en prennent parce que leur médecin leur en prescrit.
    Mais comme mon père était pharmacien et que j’y ai travaillé pendant mes études, je connais la morphine et le Dilaudid.

    Et j’en connais la posologie: PAS TOUCHE!

    ***

    P.S. J’ai de l’hydromorphone et du Dilaudid à vendre…
    Quantité limitée, faites vite!

  33. citoyen dit :

    l’empire de la faiblesse à besoin de béquille pour passer à travers.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :