Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Elizabeth Warren a subi une dégringolade majeure dans la course à l’investiture démocrate, selon un sondage national de l’Université Quinnipiac. Après avoir pris la tête en octobre dernier avec 28% des intentions de vote auprès des électeurs de son parti, la sénatrice du Massachusetts n’en récolte plus que 14% derrière Joe Biden, qui a repris la première position, et Pete Buttigieg, les deux seuls candidats ayant fait des gains importants depuis.

Biden: 24% (+3)
Buttigieg: 16% (+6)
Warren: 14% (-14)
Sanders: 13% (-2)
Harris: 3% (-2)
Klobuchar: 3% (-)
Bloomberg (+3)
Yang: 2% (+1)
Booker: 2% (+1)
Castro: 2% (+1)
Gabbard: 1% (-)

La dégringolade de Warren a coïncidé avec la présentation de son plan pour financer un système de santé à payeur unique, une idée en sérieuse perte de vitesse non seulement dans l’électorat général mais également chez les démocrates. Ces derniers semblent de plus en plus nombreux à préférer à l’élimination de l’assurance-santé privée l’introduction d’une «option publique» – la possibilité pour tous les Américains de souscrire au programme d’assurance-santé publique Medicare.

Warren a tenté d’adoucir sa proposition la semaine dernière en annonçant qu’elle offrirait l’option publique pendant les trois premières années de son mandat avant d’imposer le système «Medicare-for-all» qui entraînerait des hausses d’impôts importantes pour les plus fortunés.

Bref, un mauvais sondage pour les candidats les plus progressistes – Warren et Sanders – et de bonnes nouvelles pour les centristes, de Biden à Michael Bloomberg en passant Buttigieg.

(Photo AFP/Getty Images)

98 réflexions sur “Dégringolade d’Elizabeth Warren

  1. Pierre S. dit :

    ————————

    Un effritement majeur des valeurs humanistes auz USA.
    Rien d’autre à ajouter.

    Anyway la présidence ca se gagne pas avec des idées … ca s’achète !

    1. Bidulen dit :

      La présidence se gagne au centre

      1. kintouai dit :

        «La présidence se gagne au centre».

        Après 2016 et au vu des tendances actuelles, je dirais plutôt que la présidence se gagne à l’extrême-droite du centre.

    2. chicpourtout dit :

      @Pierre S.
      «Anyway la présidence ca se gagne pas avec des idées … ca s’achète !»

      Disons qu’il faut avoir un très gros budget de campagne pour se présenter…

  2. lechatderuelle dit :

    Quand même triste de voir que malgré 3 ans de préparation, les candidats démocrates avaient si peu étoffé leur projet sociétal…..

    Tous les programmes ressemblent à de l’improvisation selon la saveur du mois…..

    ce manque de substance permet à des trump de tous acabits de se faufiler jusqu’à la tête des pays…..

    1. Benton Fraser dit :

      Ce n’est pas la substance qui motive les électeurs américains a aller voter mais les peurs, les frustrations, les magouillent et les divisions.

      Les républicains l’ont compris depuis Reagan et Trump fut élu!

  3. Henriette Latour dit :

    Femme et trop à gauche pour le pays du capitalisme sauvage.

  4. danielm dit :

    Elizabeth Warren est vraisemblablement victime d’un lobby corporatif (du milieu médical privé) très, très puissant aux États-Unis. La question des soins pour tous ne doit pas faire l’objet d’un débat électoral définitif car, comme plusieurs questions socio-économiques, la réponse est souvent très négative à priori. (Comme au Québec des années soixante quand on défendait les institutions religieuses versus la réforme de la santé ou de l’éducation).

    À long terme, le choix des américains devra s’axer vers un « medicare pour tous » car un régime à deux vitesses ne fait qu’accentuer les écarts (notables) de service entre le système public et l’offre privée. Warren a raison dans son radicalisme mais son combat pour la prochaine élection est ailleurs. Elle doit se présenter comme l’option d’un gouvernement pour le peuple américain mais sans essayer d’en définir toute les détails.

    Un virage à droite des démocrates n’est pas une solution, je le répète car dans ce cas, les électeurs vont refaire leur choix de 2016. Il faut plus et mieux pour radicaliser idéologiquement le débat et ce, dès maintenant.

    1. Richard Hétu dit :

      Sauf votre respect, dans le cas qui nous intéresse, Warren semble davantage être victime du réalisme des électeurs démocrates qui doutent des chances de succès au Congrès d’une proposition dont l’un des éléments clés – l’élimination de l’assurance-santé privée – ne leur plaît pas.

      1. danielm dit :

        Je comprends et je respecte cette analyse mais vous pouvez difficilement mettre en place un régime public d’assurance-maladie dans la perspective de maintenir (sans le brider d’ailleurs) un système de santé privé pour lequel tous américains qui pourrons se le permettre vont continuer d’adhérer individuellement ou comparativement.

        Il faut aussi tenir du contexte extraordinairement élevé des investissements nécessaires pour recréer un régime public. Sans vouloir apeurer qui que soit, l’option de nationalisation est peut-être la seule qui soit économiquement réaliste.

        Il y aussi la question des responsabilités professionnelles et collectives concernant les actes médicaux, question centrale de tout établissement ou travailleur de la santé aux États-Unis. Un « no-fault » est à envisager là-aussi. Toutes ses dimensions et d’autres rendent le choix d’un « opting out » du régime public très dangereux et très couteux à long terme.

      2. danielm dit :

        Petite correction (entre autres): … vont continuer d’adhérer inviduellement ou comparativement.

      3. danielm dit :

        Ah ce correcteur: individuellement ou collectivement!

    2. Guy Pelletier dit :

      @danielm

      S’entêter `a ce moment-ci à vouloir imposer un système de santé pour tous financé par les impôts quand tous ceux travaillant pour des employeurs leurs payant des assurances santé se trouvent bien couverts sans pour autant voir leurs impôts augmentés n’a aucune chance de réussir aux États-Unis. On ne parle pas ici de virage à droite des Démocrates mais seulement de pragmatisme et réalisme à défaut de voir Trump au pouvoir 4 autres années qui en profitera pour massacrer les programmes santé publiques Medicare & Medicaid.

      1. danielm dit :

        Vous avez raison en soulignant la question du financement est devenue centrale dans ce débat parce qu’on a voulu exclure à priori la contribution essentielle et importante du milieu corporatif pour se concenter sur le financement fiscal individuel.

        De fait c’est moins Donald Trump qui veut « anéantir » les Medicare & Medicaid mais bien plus tout le lobby privé de la santé. C’est pourquoi cette question est très sensible aux USA et beaucoup d’employeurs n’hésitent pas à menacer leur personnel à cet égard de façon soit subtile ou carrément directe.

      2. Richard Hétu dit :

        Je pense que votre lecture de cet enjeu est fausse, et notamment concernant ces employeurs qui n’hésiteraient pas à menacer leur personnel… Le problème de la proposition d’éliminer l’assurance-privée est justement que les 170 millions d’Américains qui sont assurés par le biais de leurs emplois sont généralement satisfaits de leur couverture.

      3. danielm dit :

        Bien sûr mais il est illusoire d’essaye d’implante un régime public de cette envergure si vous lui ôtez dès le départ sa source principale de financement. Dans tout régime d’assurance (privé ou public) une péréquation du financement et des coûts d’opération doit exister si on veut en faire un système viable.

        De plus il est aussi illusoire de penser implanter une mesure d’équité sociale pour tous comme la santé en allouant les meilleures ressources humaines et matérielles dans le secteur privé. Ce débat existe d’ailleurs au Québec.

        L’enjeu, sauf votre respect, il est d’abord social avant d’être purement économique sans quoi vous ne reproduisez que les disparités actuelles entre individus et collectives.

        Un régime public pour tous exige de regrouper l’ensemble des infrastructures de base et du personnel de santé. Sinon n’importe lequel régime à deux vitesses entrainera forcément une discrimination grandissante entre les personnes de condition différente.

      4. jcvirgil dit :

        Pour avoir un portrait juste de la situation il faut comprendre que les plans d’assurances privées payés en partie ou en totalité par les employeurs,coûtent la peau des fesses et sont comptabilisées comme du salaire par les employeurses .
        L’employeur comptabilise donc ces frais dans la rémunération globale de l’employé.

        Il faudrait le prendre en compte quand on dit qu’un régime public entraîne des hausses d’impôts, dans un pays où tout impôt est diabolisé sans que les gens ne prennent la peine de voir plus loin que le bout de leur nez.

      5. danielm dit :

        2 jcvirgil
        Très, très juste et bien expliqué!

      6. Benton Fraser dit :

        Le truc, c’est d’avoir presque 50% d’américains bien assurés et la balance peu ou pas assurés.

        Là, on a un pays qui investi plus 18% de son PIB dans la santé (et ils ont un bon PIB) et avec l’un des pires espérance de vie des pays industrialisés et le pire taux de mortalité infantile.

        Le pire ratio qualité/prix!!!

        C’est le problème lorsqu’on traite les gens malades non pas comme des patients mis des clients.

        Les américains sont très mal informés et ça, on le doit aux puissants lobbys médicaux et assureurs!

  5. Sage 2010 dit :

    Je vois le scénario suivant: Mayor Pete remporte le caucus de l’Iowa et la primaire du New Hampshire. Cependant, Joe Biden se reprend au Nevada et met tout le monde KO en Caroline du Sud. Le Super Mardi sera l’opportunité pour Biden de prendre la tête au niveau des délégués, d’autant plus que plusieurs états du Sud seront concernés par le Super Mardi.

    La raison: Joe Biden est largement devant chez les Afro-Américains.

    1. Guy Pelletier dit :

      @Sage 2010

      Biden malheureusement est cuit politiquement. L’affaire de son fils de Burisme et de l’Ukraine même si Joe et Hunter Biden n’ont rien a se reprocher va le suivre pendant la présidentielle. Compter sur le Sénat Républicain pour très bientôt lancer des enquêtes bidons sur toute cette affaire qui auront pour résultat de lui nuire pendant sa campagne électorale. Les Démocrates veulent-ils se retrouver comme en 2016 avec l’histoire des courriels d’Hillary Clinton qui a plombé sa campagne électorale, a permit à Donald Trump de laisser croire qu’elle était une criminelle une escroc qu’il mettrait en prison *crook, lock her up*. Compter sur lui sa gueule sale et la sale machine Républicaine puante pour récidiver, ils ne demandent que cela, monter des histoires des insinuations laissant croire les Biden corrompus.

      Il serait le temps que les Démocrates se réveillent avant qu’il soit trop tard……………….

      1. jcvirgil dit :

        Il n’ y a jamais de fumée sans feu. Le népotisme de Bidon en regard de la job à 5,000$/mois qu’il a decroché pour son fiston suite au coup d’État en Ukraine et les pressions et le chantage sur l’aide américaine de 1 milliard de dollars qu’il a mis dans la balance pour arrêter une enquête sont bien réels.

      2. danielm dit :

        @ jcvirgil
        Vous avez bien souligné le coté sombre de l’implication de Biden et de son fils dans cette situation. Ils apparaissent bien compromis pour le moins…

      3. Guy Pelletier dit :

        @jcvirgil

        Comme vous dites il n’y a pas de fumée sans feu. De toute façon toute cette sale affaire l’a brûlé et va miner la campagne des Démocrates s’il gagne l’investiture de son parti même si seulement il se représente en 2020. Il se doit de réfléchir sérieusement à son avenir, celui de son parti mais surtout celui de son pays…..Le passe…………………..

  6. Danielle Vallée dit :

    Mais même ici au Canada le gouvernement n’a jamais parlé de résilier les assurances collectives des gens….
    De toute manière ce n’est pas son plan, c’est son attitude qui fait décrocher les gens.
    Les gens ici ou ailleurs en ont marre de se faire imposer des choses.
    Le ‘for those who want it’ fait plus de sens.

  7. Réal Tremblay dit :

    Coudonc! Les Démocrates devraient arrêter de jouer au yoyo. Branchez-vous parce que 2020, c’est pas loin et vous devenez fatigants.

  8. Martin cote dit :

    Bloomberg n’apparaît pas encore dans le décor…j’ai hâte de voir où il,ça se situer quand il apparaîtra dans les sondages…Biden tient la route mais que sera l’impact sur sa cote lorsque son grand ami Graham sortira ses conneries sur le rôle de son fils Hunter en Ukraine…..Graham est le pire leche-cul de Trump et il n’hésitera à sortir plein de fourberies pour nuire à Biden…un vrai deguelasse…

    1. Richard Hétu dit :

      Bloomberg est à 3%.

      1. Martin cote dit :

        Ok merci

    2. Tiger Mulligan dit :

      Bloomberg est à 3% Tous les candidats qui ne font pas mieux qu’un candidat en campagne depuis plus ou moins une semaine devraient avoir la décence de se retirer de la course. Il ne resterait que 7 candidats et surtout une course qui susciterait probablement un peu plus d’engouement.

  9. Gilles Morissette dit :

    Cette dégrigolade était un peu prévisible

    Comme M.Hétu le fait remarquer, son plan pour un système da santé à payeur unique comme nous avons au Canada, est loin de faire l’unanimité auprès de l’électorat qui l’associe, à tort ou à raison, à du « socialisme »

    L’Obamacare demeure encore populaire et ce n’est pas sans raison que Biden et Buttigieg dont les plans s’apparentent à une version améliorée de cette mesure, soient en avance au Masssachussets.

    Les hausses de taxes et d’impôts, même pour les plus fortunés, ne sont pas très populaires aux USA et malheureusement pour eux, Warren et Sanders en paient le prix.

    Il faut être drôlement déconnecté de la réalité ppur croire que les Américains vont accepter, sans rechigner, une telle chose, et ce, même si le but recherché (le financement d’un systèrme de santé universelle à payeur unique ) est louable.

    Finalement les morceaux commencent à se mettre en place dans cette course interminable et on voit lesquels des candidats commençent à sortir du lot. « Uncle Joe », contre toute attente et malgré ses « gaffes », demeure encore un des favoris.

    Il ne reste qu’à voir si l’arrivée tardive de Bloomberg aura un effet sur cette course, lui dont le programme centriste se situe davantage dans la lignée des Biden et Buttigieg notamment en matière de santé.

    Les électeurs démocrates semblent vouloir un candidat plus centriste, Espérons que si ça se produit, l’aile gauche du parti en prendra bonne note et qu’elle n’ira pas tout foutre en l’air en allant bouder dans son coin. Le Gros Taré n’en demanderait pas tant.

    1. Sage 2010 dit :

      J’ai une idée de ticket: un centriste à la Biden, mais aussi quelqu’un de progressiste sur certains points. Il s’agira de donner des gages aux progressistes afin d’éviter que 2016 se reproduise.
      Puisque Biden prévoit de s’associer à une femme ou une personne appartenant à une minorité. J’ai une petite liste: Stacey Abrams, Keisha Lance Bottoms, Sally Yates, Jeanne Shaheen, Tammy Duckworth, Maggie Hassan et bien d’autres.

      https://twitter.com/MollyNagle3/status/1198041079385382912?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1198041079385382912&ref_url=https%3A%2F%2Fuselectionatlas.org%2FFORUM%2Findex.php%3Ftopic%3D346958.0

  10. Jacques Ouimette dit :

    Quand même aberrant qu’à un an seulement de la prochaine élection, les Démocrates n’aient pu, à ce jour, identifier un leader charismatique qui puisse à la fois contrer ce tsunami de mensonges et de fausses nouvelles disséminées par la présente administration (!) et faire basculer le POTUS dans la présente opération d’ « impeachment « .

    Affligeant de constater que le « challenger » actuel est celui qui se fait trainer dans la boue de façon pernicieuse. S’il se rend jusqu’à l’investiture, Trump le retournera comme une crêpe.

    Pas surprenant de voir Bloomberg se pointer à l’horizon pour tenter de corriger la situation. On ne peut qu’espérer qu’un vrai leader se pointe et que Bloomberg l’appuiera sans réserve…

    Pendant ce temps, tous ces anti-Trump d’hier (et virulents) virent leurs vestes et le comparent maintenant à un envoyé de Dieu et le baromètre de la population demeure désespérément bloqué à 42% en faveur de DT.

    Moi, je suis porté à penser qu’on est bien au Canada !!!

    1. chicpourtout dit :

      @Jacques Ouimette
      «Moi, je suis porté à penser qu’on est bien au Canada !!!»

      Parfaitement d’accord avec vous. Oui, on est bien ici. Il faut avoir été ailleurs pour pouvoir le réaliser.
      Mes parents ont habité pendant près de 30 ans aux E.U. Il faut avoir les moyens financiers pour bien y vivre et avoir une belle vie confortable. C’est un pays de tels contrastes. De grandes richesses et de telles pauvretés… c’est effarant. Ne serait-ce que pour les soins de santé, c’est le joir et la nuit avec ici. Les gens sans couvertures médicales, je ne sais pas ce qu’ils font. Je me rappelle d’ailleurs, une triste situation, où j’attendais un de mes parents à l’urgence d’un centre hospitalier un jour. Une dame est arrivée, elle le dessus d’une main sérieusement brûlée. C’était vraiment triste et dans ses larmes en pleurant elle disait que pour payer tous ses soins médicaux et la plastie, elle allait perdre sa petite maison…
      La plupart des gens au Québec n’ont aucune idée des accès inouÏs qu’ils ont avec notre milieu de la santé et c’est gratuit!
      Ça fait réfléchir en allant aux E.U….

      1. Haïku dit :

        @chicpourtout
        Très bonne anecdote.

      2. John Dion dit :

        Oui notre système de santé est ouvert pour tous, mais c’est loin d’être gratuit comme vous l’écrivez quand regarde ma fiche de paye… Mais j’en conviens que pour les petits salarié et les « BS » , c’est gratuit….

      3. chicpourtout dit :

        Moi je regarde ma facture quant je passe au privé pour accélerer les choses et là je vois ce qu’il m’en coûte $$$… Oui on a un service «gant blancs», rapide mais disons le, c’est cher mais ça c’est une autre histoire.
        Pour ce qui est des services publics je ne partage pas votre avis. Nous sommes encore privilégiés je persiste à le croire.
        Trouvez moi au monde un meilleur système de santé que le nôtre…

      4. Benton Fraser dit :

        Une autre anecdote des soins à l’américaine.

        Au début des années 90, ma patronne et son mari était en vacance à la Floride. À la plage, le mari fait une crise d’appendicite. On appelle l’ambulance et là, $250 US cash pour embarquer dans l’ambulance. À la plage, presque pas d’argent dans les poches, ma patronne coure à l’hôtel pour retirer de l’argent.
        Une fois dans l’ambulance, l’ambulancier demande dans quel hôpital qu’ils doivent aller. Surpris de la question, elle réponds dans sa logique canadienne: « La plus proche! »
        « Non » dit l’ambulancier, « vous avez mal compris, votre compagnie d’assurance vous envoie dans quel hôpital ? »
        « Aucune idée, allez à la plus proche! »

        À l’hôpital, opération et deux jours de convalescence. Pendant la convalescence, ma patronne remarque que les infirmières notes continuellement des choses sur des feuilles accrochées au bout du lit. Croyant a des notes sur l’état de santé de son mari, elle lue les feuilles… pour ce rendre compte que c’était des notes sur les services et médicaments donnés au patient pour une facturation future.

        Au finale, après deux jours à l’hôpital pour son appendicite, la facture c’est élevée à $23 000…. US!

      5. Benton Fraser dit :

        Anecdote plus morbide….

        Dans le vilage où je suis originaire, un couple de personnes agées sont en vacance aux État-Unis. Le mari a des problèmes cardiaque là-bas, entre d’urgence dans un hôpital, se fait opérer au coeur… et meurt a l’hôpital au bout de 3 semaines!

        Facture de plus $250 000 que la famille était incapable de payer. À que cela ne tienne, l’hôpital conserve le corps tant que la facture n’est pas payée.

        La famille n’a jamais récupérée le corps.

        En prime, l’hôpital a même essayé de saissir la maison de la vielle madame au Québec mais cela était des menaces plus que d’autre chose, cela n’étant pas permis au Canada….

      6. chicpourtout dit :

        @Benton Fraser
        Je ne suis pas surprise du montant de la facture et de la fin de votre histoire. Les factures sont assez assaisonnées et les dispositions s’en suivent….
        Il faut «être blindés» de couvertures aux E.U. Je dois reconnaitre cependant que les hopitaux et les services sont impresssionants, ça n’a rien à voir avec nous…. quelle courtoisie!! Les urgences sont vides tellement la prise en charge se fait promptement.

      7. Benton Fraser dit :

        @chicpourtout

        Les urgences sont vident pour certains hôpitaux donc la clientèle ont des assurances « gold » et/ou « platine », ce n’est pas le cas de tous les hôpitaux américains.

        Par contre, un partient qui se présente dans un hôpital et donc sa vie est menacée, l’hôpital doit lui donner des soins, du moins, le stabiliser, même s’il n’est pas assuré. La loi interdit de laisser mourir une personne!
        Pour remédier a certaines obligations « non payantes », il y a une pratique courante où un hôpital « privé » se contruit face à un hôpital universitaire, cela leur permet d’envoyer des patients à l’hôpital universiraire… et garder les clients!

        La série télévisée « Le résident » donne une version très réaliste du fonctionnement d’un hôpital « A1 » aux États-Unis….

      8. chicpourtout dit :

        @Benton Fraser
        Merci de ces précisions. Je ne connaissait pas l’ensemble de ces distinctions.

    2. Mrmiketi dit :

      Tout le monde capote parce que les démocrates n’ont pas encore de leader? En 2016 l’élu de Dieu est arrivé en Avril ? Alors le prochain élu de Dieu est pt le petit Mikaël comme le Do? Le surnomme?? 😊

    3. Benton Fraser dit :

      Il ne faut pas oublier qu’Obama fut élu à la tête du parti démocrate devant Clinton quelques jours avant la campagne présidentielle, malgré tout son leadership charismatique!

      C’est le système politique américain qui fonctionne comme cela… et pour nous canadiens, on voit cela avec une lorgnette toute canadienne!!!

      1. Haïku dit :

        @Benton Fraser
        « …et pour nous canadiens, on voit cela avec une lorgnette toute canadienne!!!…. »

        -Vous êtes en feux ce soir. Toujours un plaisir de vous lire ! 👌

  11. treblig dit :

    Ça ne fait pas encore assez mal

    Depuis le début des années 70, les coûts de l’assurance-maladie ont toujours dépassé l’inflation. Au bout de la ligne, après 40 ans, les coûts de la santé aux États-Unis sont le double du Canada ( 18.3 % du pib versus 10.2%).

    Mais ça ne fait pas assez mal.

    Les américains (progressistes) semblent croire qu’une version publique de Medicare est la solution. Bon, on prends note de ça au Canada et on passe à autre chose. Peut pas sauver les gens malgré eux,

    En attendant que le mal devienne insupportable après quelques années

  12. jeani dit :

    trump devrait se présenter chez les Démocrates et éliminer tous ces mécréants listés plus haut. Il deviendrait l’être suprême car, tous ses disciples le savent très bien, il en connaît plus que tous ces mortels.

    Que voulez-vous, il est l’élu de dieu et je crois avoir lu ça quelque part dans la bible.

    Voyons, qu’est ce qui me m’arrive? J’ai plein de tétines sur les doigts. Je n’ai vraiment pas hâte de me regarder dans le miroir.

    1. leonard1625 dit :

      Trump: candidat républicain et démocrate. S’il est l’élu de Dieu, c’est possible.

  13. Ziggy dit :

    On est pas capable de se brancher ici sur ce blogue comment voulez vous que les démocrates se fassent une idée quand les primaires décollent avec vingt candidats qui tournent tous autour du même pot avec chacun leur idée sur la façon de l’ouvrir et quoi mette à l’intérieur beurre de peanut,confiture,Nutella ou confiture ,beurre de peanut,mayonnaise.
    Un moment donné faut se brancher ce qui fait l’unanimité c’est qu’il faut sortir la grosse catastrophe qui occupe le bureau ovale
    peut importe quel candidat on préfère ce que l’on sait en partant la gauche ne passera jamais peut importe leurs valeurs démocrates tout à gauche même en rétropédalant çà passe pas la rampe les puristes sur les supposées valeurs démocrates de solidarité et de partage ne sont pas gagnantes même chez les dems.Insisté est l’équivalent de renoncé à la maison blanche,reculé d’un pas c’est se donné la chance d’être au commande et faire comme toupet jaune ,,faire à sa tête en collégialité j’espère. Alors Blumberg, Biden,Buttigieg,Klobuchar çà change quoi si tous se rallie.

  14. Ziggy dit :

    ….et varge dans le tas…

  15. Apocalypse dit :

    @Jacques Ouimette – 16:30

    ‘Moi, je suis porté à penser qu’on est bien au Canada !!!’

    En fait, j’irais plus loin et dirait que nous sommes ‘très’ bien au Canada et au Québec.

    Disons que les Etats-Unis, c’est beau de loin, mais plus on en apprend sur ce qui s’y passe, plus la comparaison est avantageuse pour nous Canadien(ne)s et Québécois(es).

  16. Danielle Vallée dit :

    @Ziggy:
    je pense comme vous qu’il y a une couple de choses que les démocrates auraient dû régler entre eux, en privé, avant de commencer ce cirque public.

  17. monsieur8 dit :

    M. Hétu : vous qualifiez Bloomberg de centriste? Sérieux?

    Les déms ont une aile gauche, un centre, mais aussi une aile droite. Il ne faut pas hésiter à appeler un chat un chat.

    1. Ziggy dit :

      @Mr.8…après avoir faîte cette constatation évidente dites nous quel serait le candidat qui rallierait toutes ces tendances?
      Bonne chance.

      1. monsieur8 dit :

        @Ziggy: Très bonne question. Si quelqu’un à la réponse…

  18. Apocalypse dit :

    @lechatderuelle – 16:00

    ‘Quand même triste de voir que malgré 3 ans de préparation, les candidats démocrates avaient si peu étoffé leur projet sociétal…’

    Bien d’accord avec vous! Qu’on pense uniquement à Madame Warren et sa proposition de système de santé à payeur unique, comment se fait-il qu’elle n’ait pas beaucoup mieux peaufiné ses idées. Les américains sont allergiques aux taxes et voilà qu’on propose de se débarasser du privé et d’augmenter les taxes, très décevant.

    Comme M. Hétu le mentionnait, des dizaines de millions de gens ont des assurances privés par l’intermédiaire de leur employeur et sont satisfait, alors tu te tires dans le pied en voulant TOUT changer en quelques années. Qu’on améliore pas à pas l’Obamacare et éventuellement, ils pourrait faire le saut à un système comme nous avons, mais SVP, une étape à la fois.

    Il faudra voir si Madame Warren pourra se remettre de ce sérieux faux pas…

  19. P-o Tremblay dit :

    Si Warren et Sanders s’unissait en.un duo prez vice prez, ils applatiraient tout le monde

    1. Robert Giroux dit :

      Ç’est aussi probable que le Flat Earth « Theory » … !

    2. gl000001 dit :

      Ouais ! Ils seraient tous aplati par terre en train de rire.
      Désolé, je ne vois pas ce que vous voyez. Les américains ne sont pas prêts. Même le traumatisme de trump ne sera pas assez pour les faire changer.

    3. Guy Pelletier dit :

      @P-o Tremblay

      Ils s’aplatiraient comme une crêpe et c’est justement la stratégie de Trump de sortir le candidat centriste qui avait le plus de chance de le battre Joe Biden pour se battre contre des *socialisssssssss* purs et durs. Les Américains loin d’êtres prêts pour tourner à gauche toute. Si les Démocrates ne se donnent pas un candidat centriste un peu plus à droite qu’à gauche ils vont en manger toute une, Trump cette fois là gagnera aussi le vote populaire…..

  20. Ziggy dit :

    Vous voulez dire ils s’aplatiraient devant tout le monde.

  21. Alexander dit :

    Je le répète depuis le début, seul un centriste, homme ou femme, peut regagner la présidence.

    Et un programme mixte d’assurance-santé relève du gros bon sens. S’assurer que tous aient accès à des soins de santé, régime privé ou Medicare ou toute combinaison intelligente des deux.

    Au Québec, il y a obligation de joindre les assurances-groupe lorsque disponibles et l’assurance-médicament est obligatoire pour les autres, L’accès au médecin et aux soins de santé est universel en principe, mais avec beaucoup d’exceptions comme les soins dentaires et para-médicaux.

    Les américains ont aussi peur de la facture d’impôts en découlant et de démolir la partie du système qui fonctionne déjà dans le privé.

    La répartition de la richesse au pays du capitalisme sauvage? Sûrement souhaitable, mais les EU ne sont pas le Canada. Pas le même ADN, ni les mêmes problèmes.

    Si on n’y va pas par étapes, on se casse la gueule à coup sûr, surtout dans un pays où tout s’achète, y compris les élections.

    Les américains se méfient de l’État et des dérives de tout lui confier. Et particulièrement les républicains.

    Avec Trump, corrigez-moi, mais c’est au plus fort la poche. Et le plus drôle, c’est qu’une partie plus pauvre de sa base est laissée pour compte par le système actuel et ils continuent à le vénérer pareil.

    Trump rit d’eux à leur face et ils en redemandent. Masochisme ou ignorance?

    1. onbo dit :

      Masochisme ou ignorance?

      Je ne pense pas. C’est probablement plus simple.

      … Des victimes malgré elles d’un marketing politique agressif enveloppé dans une flatterie colossale.

      Mensonges, désinformation, petits cadeaux pour aller ou être allé aux rencontres publiques applaudir Trump. Ensuite, biais de confirmation, une fois que vous avez commencé à porter la maudite casquette-fétiche que vous ne pouvez plus cesser de porter sans passer pour un traitre.

      C’est pas un choix anodin, une casquette politique; C’est pas anodin non plus la couleur rouge, c’est visible de loin, on connait ainsi notre monde!

      Qui se décidera le premier à voir tomber, oups, sa casquette au vent dans la rivière ou sur l’autoroute. Moi, je choisirais l’autoroute… euh non, ça peut causer un accident. Je reviens donc à la rivière, non, encore mieux, coincer la casquette sous le rebord du couvercle d’un poubelle publique, près d’un port sans nom,  » dans une mer sans fond, par une nuit sans lune. »..! (V.Hugo)

      1. kintouai dit :

        «C’est pas anodin non plus la couleur rouge, c’est visible de loin, on connait ainsi notre monde!»

        Irions-nous jusqu’à dire : Red is the new brown ?

      2. Alexander dit :

        Mensonges et désinformation, ça marche quand tu gardes les gens dans l’ignorance. Ils deviennent influençables et manipulables.

        Et Trump est un menteur et un maître manipulateur.

        Un escroc quoi.

        Mais c’est vrai que son MAGA et les casquettes qui vont avec c’est une forme de coup de génie de marketing.

      3. Guy Pelletier dit :

        @Alexander

         »Mais c’est vrai que son MAGA et les casquettes qui vont avec c’est une forme de coup de génie de marketing. »

        Tout a fait mais surtout le fait qu’il se la joue nationaliste et patriote des sentiments forts chez les Américains qui sont prêts a fermer les yeux sur tous ses mensonges, abus de pouvoir, ses tromperies, ses magouilles……lui le défenseur des *vrais* Américains le grand patriote qui a su plus que les autres ranimer cette flamme, le reste leur important peu finalement tellement il a bien su les endormir au point ou beaucoup croient réellement qu’il a fait tellement pour leur peuple. Avant lui tous les potentats tous les dictateurs les fachistes tels Hitler ont tous usés de ces sentiments qu’ils ont exacerbés pour prendre le pouvoir et asservir leur peuple……………….

  22. ProMap dit :

    Apocalypse – « les Américains sont allergiques aux taxes ». Aucun doute. Ils ont l’impression que les autres leurs volent leur argent. Parlant d’argent et de santé, l’employeur qui leur « donne » leur assurance santé, où prend-il l’argent. Personne aux USA donne pour le plaisir de donner. Comment pense-t-il que l’employeur finance leur assurance santé? Simple, il doit râteler de l’argent à quelque part : un peu dans le prix des produits, un peu en sélectionnant une assurance pas trop coûteuse (d’où l’immense problème des conditions préexistantes) et de base et finalement un peu beaucoup (là les électeurs ferment les yeux ou ne les ouvrent jamais), un peu beaucoup en rognant sur leurs impôts. Ça doit se déduire une assurance santé pour ses employés, non? Alors, qui paie pour les impôts non payés par l’employeur? Eh bien, l’employé tout comptant d’avoir son assurance maladie. OK le calcul ne se fait pas de manière aussi directe, mais une chose me semble certaine, les Américaines occultent de leur calcul cette mathématique qu’ils ne veulent pas voir.

    Mais cet urticaire qu’ils font en entendant le mot payeur unique est malheureusement culturel et traduit leur profonde aversion de payer pour l’autre. Ce manque d’empathie fait que toute avancée sociale se fait à pas de tortue. L’Obamacare est la clé ouvrant la porte pour arriver un jour à une administration de la santé plus équitable. Aucun doute.

    1. Danielle Vallée dit :

      @ProMap: encore faudrait-il prouver que les gouvernements font bien les choses.
      Le gouvernement canadien a voulu changer le système de paie de ses employés et le cauchemar dure depuis des années.
      Il y a des employés qui ont quitté, d’autres qui ont envisagé la faillite, d’autres qu’on a trop payé et qui sont incapables de rembourser.

      Pour les gens qui ont une assurance collective qui fonctionne, c’est inquiétant ce changement.
      Et les Américains n’ont pas une confiance infinie dans leurs législateurs.
      L’approbation du Congrès se promène entre 15 et 20 pourcent.

      1. ProMap dit :

        Danielle Vallée – On se rappellera de quel gouvernement il s’agissait. Celui de la « rigueur » budgétaire qui s’est fait vendre par une compagnie de « rigueur  » budgétaire des diminutions de coût … sur papier. Vrai que le gouvernement ne règle pas toujours tel qu’il le prévoyait, mais vrai aussi que le privé ne pourra jamais fournir un système de santé équitable.

        Ce que je vouais souligner est qu’aux USA, à cause d’une culture très individualiste, leur crainte d’un système de santé à payeur unique est décuplée. Au Canada, au Québec en tout cas, nous sommes passés de l’ère Duplessis à la castonguette dans un délai relativement court. On ne peut entrevoir un tel passage au sud de la frontière. L’Obamacare (qui est probablement très loin de ce que rêvait Obama lui-même et qui est à des années-lumières de ce que rêve Mme Warren), l’Obamacare est la porte d’entrée déjà ouverte sur laquelle les Démocrates doivent miser, compte tenu justement de l’angoisse que crée une annonce de bouleversement majeur comme vous le dites. On ne peut ignorer la culture d’une société, faut faire avec.

    2. gl000001 dit :

      « Ils ont l’impression que les autres leurs volent leur argent. »
      Ils sont libertariens dans l’âme !

  23. Morale de l’histoire, la frange radicale Twitter jappent fort mais ne sont qu’une infime minorité. A ceux qui croient que la « Squad » sont l’avenir ce de parti ( et du pays) détrompez-vous.

    1. jcvirgil dit :

      @GT

      Parce que vous croyez que c’est Trump l’avenir du pays? Dans les faits il en précipite la chute et l’isolement en forçant les autres pays à faire de nouvelles alliances pour contrer le géant américain devenu complètement fou sous sa gouverne.

      1. @jcvirgil Trump est le présent et l’avenir de 2020 jusqu’à 2024.

      2. gl000001 dit :

        L’avenir peut être rose ou peut être noir. Vos paroles sont vides de sens !!

      3. jcvirgil dit :

        @GT 19h40

        Peut-être mais expliquez moi en quoi c’est positif pour l’ensemble de la population américaine, pas pour la mafia d’intérêts qui l’a mis en place et qui écreme le gâteau depuis près de quatre ans .

    2. gl000001 dit :

      La « squad » radicale de Twitter, c’est trump, trump et trump. Et il gouverne pour la minorité comme vous dites : lui-même et ses amis du 1% !!

  24. FlorentNaldeau dit :

    Comme plusieurs, y compris M. Hétu, je crois que dès lors où EW a commencé à détailler ses projets, les électeurs Démocrates ont eu une soudaine attaque de réalisme. Au départ elle s’était contentée de dessiner le portrait d’un avenir ensoleillé nimbé de confort et d’harmonie, du type « rainbows and unicorns ». Lorsqu’elle a traduit ses projets en termes plus substantiels, les Démocrates en ont réalisé l’absurdité ou le fait qu’ils ne leur convenaient pas, notamment l’adhésion obligatoire à l’assurance publique (ce qui fonctionne au Canada n’est pas nécessairement socialement acceptable par les citoyens des ÉU).

    BS devrait s’en inquiéter; c’est un phénomène qui risque de le toucher aussi.

    Serait-il possible que cet accès de pragmatisme des Démocrates les amènera à se brancher sur des candidats plus centristes ou modérés comme PB et JB? Et quel sera l’impact de la toute jeune candidature de Bloomberg, au centrisme versatile, dont on n’arrête pas de voir les pubs à la télé au point où plusieurs électeurs pourraient être influencés simplement par l’effet de répétition?

    On pourrait espérer que la tendance rapportée dans ce sondage indique que le moment des premiers caucus et primaires étant de plus en plus proche, les Démocrates réalisent que le temps commence à presser et qu’il leur faut arrêter de pelleter des nuages.

  25. J’ai toujours maintenu que les démocrates et leur show de clowns de candidats n’avaient aucune chance en 2020 contre le phénomène politique qu’est Donald Trump, d’où leur tentative d’y aller avec une procédure de destituition vouée à l’échec.

    MAIS.

    Il y a un mais, un « Ace in the hole » qui leur donnerait fort probablement une victoire sans équivoque en 2020, la femme du 44…

    1. danielm dit :

      Vous m’intriguez. De qui s’agit-il?

      P.s. Je sens un fléchissement de votre part. La victoire de Donald Trump en 2020 vous semble-t-il si inéluctable?

  26. citoyen dit :

    cela montre que le candidat a peu de valeur comparativement aux impératifs de santé, d’économie et d’éducation.

  27. Alexander dit :

    Michelle Obama aura été une Première Dame d’exception qui aura fait honneur à son pays.

    Ferait-elle une bonne présidente, je ne sais pas. Pas sur ses qualifications mais plutôt sur sa fatigue de vivre quotidiennement au milieu des antagonismes mesquins entre républicains et démocrates. Cette femme vivrait mal cette méchanceté érigée en système, alors que Trump carbure dans cette méchanceté.

    D’ailleurs Barrack lui-même a déjà dit de sa femme qu’elle avait de grandes qualités mais n’était pas faite pour la présidence et le type de pression qui l’accompagne.

    Elle est probablement bien plus à sa place à transmettre un message d’espoir sur toutes les tribunes.

  28. Yolande C. dit :

    On dirait qu’il y en a qui font exprès.

    Melania Trump qui n’a jamais fait campagne pour devenir First Lady, mais qui l’est par la force des choses, ne méritait pas de se faire huer à Baltimore.

    https://www.cnn.com/videos/politics/2019/11/26/melania-trump-booed-baltimore-youth-opioid-summit-sot-vpx-nr.cnn

    Il semblerait que ce soit une première.

    Je ne suis cependant pas surprise que tout ce langage haineux qui est tenu depuis même avant son investiture à l’endroit de Donald Trump et les propos orduriers à son égard aient fini par user le teflon de la démocratie américaine.

    Ce n’est pas dans les caniveaux que va se jouer la prochaine élection, mais dans les boîtes de scrutin.

    Avec des amis comme ceux de Baltimore, les démocrates n’ont pas besoin d’ennemis.

    Je ne sais pas si c’est vrai, mais il semble qu’à la veille de la relâche de Thanksgiving, il y ait peut-être pas une grande inquiétude, mais une certaine fébrilité quant au vote qui sera pris sur les articles d’impeachment.

    S’il fallait que des démocrates des red states votent contre (il y en a 31 en tout), en nombre suffisant, ce serait toute une gifle pour l’establishment démocrate.

    Et si c’était battu ? Un KO.

    C’est pourquoi j’ai peine à me l’imaginer.

  29. Le Champ dit :

    Biden pourrait choisir Michelle comme v-p….

  30. _cameleon_ dit :

    Michael Bloomberg … Centriste ???

    Eh ben !

    1. Haïku dit :

      @_cameleon_
      J’attends une citation musicale de votre part, pour souligner la stupidité inhérente de cette ‘administration’.

      1. _cameleon_ dit :

        @Haïku

        Orishas  » Represent Cuba » (feat. heather headley)
        https://www.youtube.com/watch?v=ZBoqCDSrWi8

        Je préfère souligner …

      2. Haïku dit :

        @_cameleon_
        Muchas gracias ! El vidéo es muy pertinente.👌

  31. citoyen dit :

    avant de se présenter, il fallait faire un test des thèmes à l’investiture.

  32. marcandreki dit :

    HS

    Ça y est, Trump vient de larguer Guiliani, désormais écrapouti sous les roues de l’autobus

    On va voir qu’elle est cette police d’assurance de Rudy contre le Grand Taré

    https://www.rawstory.com/2019/11/giuliani-better-be-prepared-to-take-the-fall-ex-prosecutor-breaks-down-trump-throwing-rudy-under-the-bus/

    Mais pour les grosses tétines et Benji de ce monde, pas d’importance: la vérité n’est pas la vérité, tous les autres sont méchants, l’élu finit toujours par avoir raison … de ses amis….

    1. gl000001 dit :

      Tout le monde autour de lui est jetable. Sauf sa famille immédiate. Quoique …

      1. Haïku dit :

        @gl000001
        « Notre essui-tout le plus résistant et absorbant » ?

        -Oups, c’est une pub de papier hygiénique.😉

  33. Haïku dit :

    « Qui est en bonne santé est riche sans le savoir »(Proverbe Français).

  34. InfoPhile dit :

    Les employeurs aimeraient probablement se voir dispensés de payer les assurances de leurs employés. Mais s’ils versaient à l’état ce qu’ils versent aux assureurs, ça ne changerait rien pour eux.

    Dans tous les cas, l’argent est ou serait là, sauf qu’actuellement les assureurs se prennent une cote et se versent un salaire sans rien ajouter aux soins de santé. Des parasites qui pratiquent en toute légalité l’extorsion.

    Et les assurés s’imaginent qu’ils jouissent de bons services. Faudrait les informer qu’ils sont victimes de sur-facturation, qu’ils n’en ont pas pour leur argent. Mais voilà, le message ne se rend pas. Alors ils ont peur face à ce qu’il leur est inconnu. Normal.

    Il leur faudrait mettre leurs émotions de côté. Ce qui serait facile si les médias faisaient leur travail. Encore faut-il qu’ils ne soient pas contrôlés pas les Rupert Murdoch de ce monde.

    J’ajoute qu’un individu le moindrement responsable n’a pas le choix de s’assurer. Mme Warren ne fait qu’offrir le meilleur deal. Plus d’impôts ? Non, en fait ce sont des frais.

    Si les Américains peuvent s’offrir collectivement la plus puissante armée du monde, alors de même en serait-il pour des soins de santé payés collectivement.

    1. jcvirgil dit :

      @Infophile

      En plein dans *l’oeil du boeuf* votre commentaire 😎.

      Dans ce cas comme dans bien d’autres , un puissant lobby s’achète de l’espace médiatique et des faiseurs d’opinion, pour désinformer le public dans le but de favoriser ses intérêts.

  35. citoyen dit :

    soit les démocrates présentent exactement ce qui fait la force des démocrates, soit les démocrates font exactement le contraire de ce que feraient les républicains.

  36. papitibi dit :

    Intéressant, ce débat entre DanielM et Richard Hétu sur les avantages d’un régime universel d’État. Ça commence ici: https://richardhetu.com/2019/11/26/degringolade-delizabeth-warren/#comment-166443

    Contribution intéressante par Infophile, hier à 22h28.

    Quelle que soit la valeur des arguments mis de l’avant au soutien d’un tel régime, dans l’opinion publique, ça ne passera J-A-M-A-I-S.

    Je me souviens – ce qui trahit mon âge! – de l’opposition rencontrée par la ministre Lise Payette au moment de l’introduction de son projet de loi sur le No-Fault en assurance-automobile; j’étais alors un jeune plaideur en début de carrière, j’étais le p’tit dernier au sein d’un bureau dont les accidents d’auto constituaient plus de 60% du chiffre d’affaires; bref, ce projet de Loi signifiait mon arrêt de mort…. et 99% des avocats y étaient viscéralement opposés! Moi inclus….

    Et pourtant… aujourd’hui, je suis l’un des plus ardents défenseurs d’un régime public, qui ne saurait par ailleurs être bien financé que PARCE QUE il est universel etne laisse pas les dividus les moins coûteux à assurer entre les mins de l’entreprise privée.

    Tous, nous sommes fondamentalement des égoïstes. Incluant tous ces jeunes dividus dont les besoins annuels sont limités à 6 aspirines, deux tylénol, 3 advil, une fiole de syrop pour la toux et huit Band-Aid pour ‘guérir’ les coupures et éraflures.

    Je suis passé par là; si on m’avait laissé le choix entre NE PAS m’assurer et m’assurer, pourquoi me serais-je assuré? Si j’avais eu le choix entre m’assurer au PRIVÉ (prime minimale correspondant aux besoins actuariels de mon groupe d’âge) et souscrire à un régime PUBLIC dont la clientèle inclut tous les p’tts vieux fortement médicamentés (le groupe auquel le septuagénaire que je suis appartient!), j’aurais choisi le moins coûteux.

    Et ce faisant, j’aurais contribué à détruire le régime public, dont les coûts auraient explosé au point de justifier (dans la tête des contribuables) son démantèlement.

    L’assureur privé qui collecte des primes – aussi avantageuses puissent-elles paraître à un assuré de 30 ans – ne contribue en rien à la pérennité du régime public (qui lui, protège les CAS LOURDS); la prime est versée à 90% aux actionnaires, le reste servant aux maigres déboursés en pilules et aux frais de gestion. Mais pour l’assuré, ce qui importe, c’est de payer moins cher et ce régime lui coûte moins cher.

    Si le même assuré de 30 ans contribuait à un régime public U-N-I-V-E-R-S-E-L, tout ce qu’il verse au régime sert à grossir le patrimoine du régime; quand il aura le bonheur d’être un vieux débris (!) et de prendre 15 médicaments par jour, il sera bien content d’avoir contribué au régime universel quand il avait 30 ans plutôt que d’avoir alors engraissé les actionnaires d’un assureur privé.

    Au moins, ses contributions anciennes au régime public universel vont aider à payer ses pilules de p’tit vieux quand il en seradevenu un à son tour…

    = = =

    Transparence totale: avant de renoncer à mon permis de conduire pour des motifs d’ordre médical, j’ai parcouru des centaines de milliers de km sous toutes les conditions climatiques; j’ai été responsable (inattention) d’une collision mineure en ’74, et d’une’touchette’ à une intersection glacée ++++ en ’78 (pas la moindre égratignure, cela dit). Rien de ce que j’ai payé en primes n’a servi à rembourser les conséquences d’une quelconque faute dans la conduite de mes véhicules.

    Mais je sais très bien que, SANS LE NO-FAULT, il m’aurait suffi d’une demi-seconde de distraction pour me placer en situation de précarité financière.

    À 25 ans, j’aurais pas tenu le même discours. Maintenant, je sais.

      1. Haïku dit :

        Wow ! Superbe texte qui souligne vos propos. Merci. 👌

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :