Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

5c63deca360000690d6aefd1.jpg

En braquant constamment ses caméras sur Donald Trump en 2015 et 2016, CNN a joué un rôle crucial dans l’ascension politique d’une star de la télé-réalité qui n’avait aucune expérience justifiant sa décision de briguer la présidence des États-Unis. Quatre ans plus tard, la chaîne d’information continue semble vouloir rejouer le même rôle auprès de Howard Schultz, milliardaire du café, l’invitant hier soir à tenir la vedette d’une assemblée publique diffusée en direct de Houston, et ce, avant même que celui-ci n’ait confirmé sa candidature à la présidence. Mais il y a des limites à ce que peut faire CNN pour l’ancien PDG de Starbucks, dont le charisme semble être aussi défaillant que le pif politique.

Durant l’heure qui lui a été consacrée hier soir, Howard Schultz a notamment démontré ses limites en répondant à une question sur le problème du profilage racial qui a mené l’an dernier à l’arrestation de deux clients afro-américains dans un Starbucks de Philadelphie. Il a fini sa réponse avec le plus grand cliché auquel un milliardaire blanc peut penser : «En tant que personne ayant grandi dans un milieu divers […], je ne voyais pas la couleur étant un jeune garçon et je ne la vois honnêtement pas plus aujourd’hui.»

Du temps qu’il animait le Colbert Report, Stephen Colbert s’était moqué des Blancs d’un certain âge et d’un certain statut social qui se targue de ne pas voir la «couleur» ou la «race» des gens qu’ils fréquentent ou croisent :

Rappelons que Schultz a vécu dans un housing project de Brooklyn – Bay View Houses – dont 90% des habitants étaient blancs et représentatifs de la classe moyenne des années 1950 et 1960. Rien à voir avec les housing projects d’aujourd’hui à New York dont la majorité des habitants sont pauvres et issus des minorités.

Howard Schultz se définit comme un «indépendantiste centriste» et c’est sous cette bannière qu’il briguerait la présidence. De nombreux démocrates voient d’un mauvais oeil sa candidature éventuelle et la tribune que lui a offerte CNN hier soir, estimant qu’il pourrait contribuer à réélire Donald Trump en privant le candidat présidentiel de leur parti de voix précieuses.

Démocrate de longue date avant de s’afficher tout récemment comme indépendant, Howard Schultz dit considérer la présidence de Donald Trump comme une catastrophe. Pour autant, il semble souvent reprendre les mots ou les arguments des républicains dans ses interventions, que ce soit pour dénoncer le Green New Deal («immoral»), la taxation de la fortune («ridicule») et le contrôle des armes à feu («L’extrême gauche veut tout faire pour éliminer les armes à feu»).

Quand vient le temps de présenter ses propres idées sur la santé, le climat ou la taxation, Howard Schultz est avare de détails au point d’en devenir incohérent. Et il refuse de dire s’il liquidera ses actions dans Starbucks après son élection à la présidence.

Bref, l’homme ne semble pas prêt à jouer dans les ligues majeures, ce qui n’empêche pas CNN de vouloir promouvoir l’idée qu’il en est digne. Comme disait Yogi Berra, déjà vu all over again.

P.S. : Je vous invite, d’ici à vendredi, à participer à la première campagne de financement de ce blogue en 2019. Merci à l’avance de votre précieux soutien!

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:

(Photo CNN)

48 réflexions sur “CNN, Donald Trump et Howard Schultz

  1. Gilbert Duquette dit :

    …«En tant que personne ayant grandi dans un milieu divers […], je ne voyais pas la couleur étant un jeune garçon et je ne la vois honnêtement pas plus aujourd’hui.»…

    De toute façon, les noirs, les asiatiques, les hispanophones ils se ressemblent tous alors comment voulez-vous que je vois une différence. Pis pour me simplifier la chose, je les appelais tous Boys, ou maid (servante). La seule différence que je vois aujourd’hui c’est que ce sont leurs enfants qui me servent et me  »torchent » Tiré de la biographie d’Howard Schultz

  2. Apocalypse dit :

    ‘Bref, l’homme ne semble pas prêt à jouer dans les ligues majeures…’

    Exactement! C’est un midget, mais il est milliardaire et ‘seft man made’, alors il pense que ça devrait lui ouvrir la porte de la présidence. Un autre avec le complexe de Dieu.

    C’est une évidence qu’il pourrait faire mal aux démocrates et avoir l’esprit tordu, on se demanderait pas si c’est exactement ce qu’il veut! Il semble plus proche de certaines positions républicaines, pourquoi ne pas tenter sa chance de ce côté?

    1. Guy LB dit :

      @Apocalypse :
      « Un autre avec le complexe de Dieu »
      D’accord avec vous, mais je crois que ce complexe lui vient du regard que portent les autres sur lui (e.g. le traitement de faveur — et déplacé — que lui accorde CNN). Aux USA, la réussite financière, démontrée clairement par l’appartenance au club restreint des milliardaires, confère un prestige et une autorité morale/intellectuelle que l’on réserve, ailleurs, aux penseurs et aux intellectuels.
      Enlevons lui cette aura, et il ne reste qu’un homme d’affaires bafouilleur, aux idées et principes vagues et confus, sans trop d’envergure. Sa baudruche se dégonfle rapidement.

  3. lechatderuelle dit :

    toujours drôle de lire qu’un parti pleure à cause d’une candidature qui « pourrait » nuire à leur possible élection….

    navrant…

    peu importe le parti….

    Si Ton Parti a un bon programme et sait se faire entendre de la majorité, il sera élu…..

    Pleurer de l a présence des autres contre soi est un manque de courage et un manque d’idées….

    Il serait plus que temps que les médias questionnent les futurs candidats sur « leurs » idées plutôt que de les laisser râler sur les idées des autres….
    ça, tout le monde peut le faire…..

    Avoir de la vision, c’est pas mal plus rare….

    1. Lecteur_curieux dit :

      Ah non… Ce n’est pas un bon programme approuvé par la majorité qui fait élire un parti politique.

      Les gens devraient vraiment suivre le cours de Problèmes et Politiques Économiques à HEC-Montréal ou lire le livre de Raynault et Stringer. La réalité du marché politique n’est vraiment pas bien comprise et incluant par des politicologues qui n’ont pas la même acuité que des économistes.

      L’ échange de votes, la coalition d’intérêts minoritaires, les bénéfices concentrés versus les coûts diffus. Des concepts à maîtriser avant d’écrire sur la politique. Ah pas tous ne partagent cette analyse, cette vision ? Normal mais il faut la connaître et ainsi réaliser qu’un mauvais programme gagnant est chose courante, la normalité en politique. Évidemment nos économistes ont un biais en faveur du marché et de a vision de l’homo oeconomicus avec toutes les limites inhérentes.

      Alors bonjour l’incohérence ? Non pas l’incohérence mais la complexité sauf que M. Schultz ne semble pas un avant-gardiste. Les journalistes préférant la gauche démocrate qu’ils qualifient de progressistes non plus.

  4. Cubbies dit :

    Je vois dans cet intérêt excessif à mes yeux, une tentative de montrer que M. Schultz n’a pas ce qu’il faut pour se lancer dans la course et ainsi tuer dans l’oeuf son arrivée comme étant une option viable.

    Mais je crois également que le Trump show de la campagne 2016 a très bien servi ses intérêts et lui aura permis d’avoir suffisamment de votes pour avoir la majorité au collège électoral.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Trump était un showman. Schultz je ne le connaissait même pas bien que la chaîne Starbucks, oui…

      Aucun lien de parenté avec Dave Schultz, l’ex-brute des Flyers de Philadelphie ?

      On va revoir Larry Robinson le corriger…

      Mais non un Canadien versus un Américain… Ils ont peut-être un lointain ancêtre.

  5. monteregien dit :

    De la façon dont vous le décrivez, il est aussi peu préparé que Trump .Il a toutes ses chances!

  6. La comparaison est boiteuse à souhait. Les deux sont riches, ça s’arrête-là. Sans exagérer, on peut dire qu’a peu près tout le monde aux États-Unis connaissaient Donald Trump avant qu’il amorce sa campagne contrairement à ce Schultz qui était probablement inconnu de 90% de la population. Deuxièmement, Schultz est endormant à mort, aucune personnalité, aucun charisme, rien, du néant, tout le contraire de Trump qui a une personnalité plus grande que nature.

    Que les démocrates aient autant les jetons que ce navet puisse nuire à leurs chances en dit long sur la confiance qui règne dans leur camp.

    1. gl000001 dit :

      Vous avez oublié le mot « détestable » dans :
      « trump qui a une personnalité DÉTESTABLE plus grande que nature ».

      Vous pouvez remplacer « Détestable » par : abhorrée, abjecte, abominable, affreuse, antipathique, atroce, avilissante, basse, dégoûtante, dégueulasse, désagréable, diabolique, épouvantable, exécrable, haïssable, horrible, ignoble, imbuvable, immonde, impossible, indigne, infâme, infernale, inhumaine, injuste, innommable, inqualifiable, insupportable, intolérable, invivable, maudite, mauvaise, méchante, minable, monstrueuse, noire, pénible, rebutante, repoussante, répugnante, révoltante, satanée, terrible

      1. Henriette Latour dit :

        gl000001

        Tous ces adjectifs décrivent bien sa trumpitude!

        👏👏

      2. Lecteur_curieux dit :

        En plein ce qu’il faut pour être élu par la droite qui déteste la gauche qu’elle soit geek, hipster ou bobo. Tous une gang de « lopettes » dans leur inconscient. Des hommes sans masculinité. Sauf que ceux se comportant en machos, goujats ou incells sont-ils vraiment plus à l’aise avec leur masculinité? Et niant toute féminité ou presque alors que tous ont une mère et des grands-mères et plein encore de femmes tout autant que des hommes dans leur généalogie. Il faut donc absolument assumer être féminin en partie même en se définissant homme et non androgyne ou queer. Eux le pourcentage est plus fort et plus variable. Sont-ils pour autant incohérents ? Du tout. Chaque humain est unique et complexe.

        Ce discours sur l’incohérence est de la bullshit de militants politiques.

    2. Layla3553 dit :

      @andoni

      « Une personnalité plus grande que nature »

      En taille et tour de taille mais pas en sagesse. Layla

      1. gl000001 dit :

        Sa sagesse, il l’a dans les fesses. Une personnalité de ***.

      2. Layla3553 dit :

        Sa sagesse il l’a dans les fesses c’est pourquoi il aime de petites tapes sur les fesses pour faire baisser le stress, de sa trop grande sagesse qu’il professe sans cesse.😉Layla

      3. Lecteur_curieux dit :

        Jamais été sage de sa vie. Trump représente la tentation :

        Combat de boxe pour Spinks avec sa plus grosse bourse en carrière mais avec Tyson qui lui passe le K.O. il aurait pu se faire tuer.

        Les casinos.

        Les junk bonds.

        Les Miss, les mannequins, les playmates.

        Vous pouvez toujours avoir du fun dans la vie mais si vous perdez le contrôle complètement bonne chance.

        Trump ne boit aucun alcool lui mais essayez d’imaginer des casinos, des hôtels comme les siens ou des clubs de golf fonctionner sans alcool. Sans faire miroiter la rencontre de belles femmes aussi.

        kossé qu’il fait avec la droite religieuse si le type était puceau à 70 ans dépassé là on parlerait du candidat parfait pour séduire cette gang de prédicateurs de la mort pour emprunter le vocabulaire de Nietzsche.

        Trump n’a jamais été un vrai playboy il ne jouait qu’un personnage contrairement à JFK ou Bill Clinton mais la vie de playboy est un mythe ou un piège. On risque de commettre des agressions en se comportant ainsi et en se croyant irrésistible. Encore de l’egocentrisme et du narcissisme alors que le vrai plaisir dans une liaison ou en amour c’est de partager. Il peut y avoir de l’ego mais il faut savoir le dépasser sinon on est dans le vide sidéral que l’on consomme ou pas.

    3. el_kabong dit :

      @andoni machin

      Autres différences : Schultz est pas mal plus riche que votre clown orange (pourquoi vous croyez qu’on n’a jamais pu voir ses déclarations fiscales?) et il n’a jamais fraudé personne avec une « université » bidon ou des faillites à répétition…

      Un autre qui siffle en traversant le cimetière…

      1. A.Talon dit :

        «Un autre qui siffle en traversant le cimetière…»

        Normal, c’est le même.

      2. Lecteur_curieux dit :

        Parfait mais il faut développer son esprit critique dans la vie…

        Dès que j’entends parler de cela à l’époque je sais que ce n’est pas une université et enlevez cela illico. Mais le Donald est une tête dure et se choisit des associés très douteux.

        Allez au séminaire gratuit si vous voulez. Vous rencontrez une gang de vendeurs à commissions et de motivateurs à gogo, rah-rah-rah et on vous propose de débourser une fortune et si vous n’avez pas l’argent loadez plusieurs cartes de crédit au maximum.

        Ces vendeurs vous prennent alors pour un cave, un poisson, une valise, un suiveux… Tabarn…

        Achetez les livres en solde si vous voulez mais si vous ne savez pas reconnaître une véritable opportunité d’affaires d’une grossière arnaque vous n’avez aucun flair, aucun instinct comme dit Trump pour les affaires.

        Qui ne leur a pas enseigné un minimum d’esprit critique et d’éducation économique?

        Ils n’ont jamais vu le jour de la marmotte avec Bill Murray ? Ils sauraient alors comment se débarrasser d’un vendeur d’assurances fatigant. Celui dans le film est juste twit et non un escroc mais veut maximiser ses commissions. Plus anciens de mentalité encore ? Écoutez la chanson interprétée par la Bolduc juste à barrer la porte et vous cacher. Juste avec cela les prêts à haut risque aux États-Unis auraient été moins nombreux. Les Américains eux seraient supposés avoir regarder plein de cartoons où le vendeur se fait mordre le derrière par le chien et avec un morceau de vêtement dans la gueule.

        Ils n’agissent même pas en Américains sachant se servir de leur culture populaire.

        El-Kabong ? Cela est Grand Galop déguisé en justicier qui donne un coup de guitare sur la tête des malfaiteurs. Il faut tout avoir cela dans sa psyché quand on affronte des gredins et on le garde dans notre imaginaire sans confrontation en adoptant plutôt une poker face en restant poli tout en pensant « Go to Hell » dans sa tête.

    4. Benton Fraser dit :

      C’est vrai que l’on connaissait Trump pour ses fiascos financiers et son recyclage dans la télé-réalité!

      P.S.: Trump est aussi un néant, non pas pour le contenant mais dans son contenu!

      1. Lecteur_curieux dit :

        Un né en (néant)1946.

    5. Lecteur_curieux dit :

      Vous avez très raison par contre Trump est et était déjà controversé ou très controversé depuis 35 ans et plus. Et aussi détesté par plusieurs et cela s’est beaucoup accentué dans les dernières années.

      Même que j’aimais Trump en 1988 ou que j’appréciais le revoir à l’occasion ou lire des articles riant de lui ou dénonçant des arnaques mêlée à son nom je ne peux pas voter pour un programme aussi à droite que le sien.

      Il reste pas impossible qu’il puisse avoir obtenu mon vote mais en sachant vivre dans le système des Grands électeurs et si j’avais été un Américain résident dans un État très démocrate et non dans une place disons redneck.

      On peut vouloir Trump mais avec 70% et plus de démocrates au Congrès. C’est impossible à avoir ? On s’en fout… Le vote est de s’exprimer. Trump sa place est à New York même si beaucoup le détestent là… Et qu’il ne pouvait y gagner que les primaires républicaines.

      Avec du Sinatra chantant  » New York New York » et  » My way « .

      Bon mais Trump gagne plutôt en plaisant aux rednecks et à la droite religieuse.

      Alors que j’étais avec lui pour l’avancement des femmes en affaires et des Noirs ans le sport frappant le jackpot en signant avec lui mais cela peut être un piège.

      On l’aimait aussi car il semblait aimer les belles femmes et les belles voitures. Mais les aimait-il vraiment où voulait les dominer, les posséder?

      Si les mannequins, les Miss et playmates des années ’90 étaient sorties en grand nombre pour l’appuyer et en parlant d’un type les mettant sur la map et favorisant l’éclosion de leurs carrières et parlant d’un gentleman là il aurait pu être notre homme. Ce sont des exceptions qui ont parlé ainsi.

      Celles le traitant de goujat ont été multiples à sortir. Il n’est donc pas le type qu’on souhaiterait qu’il soit. Ou plutôt ne l’a été qu’en partie dans le passé pour avoir le plus de clients que possible et de tous les horizons.

      Il est ami avec Arsenio Hall ? Ne l’était pas vraiment mais ont travaillé ensemble… Maintenant Arsenio qui était fier de sa participation à l’émission en a honte… Trump était ami avec Magic Johnson, un bon client de ses hôtels? Un froid est maintenant installé entre eux. Mais mes idoles ce sont eux pas lui.

      Mike Tyson n’était pas une idole lui mais une brute sauf que la boxe peut être la meilleure canalisation pour ce type d’homme. J’aimais mieux Spinks tout en craignant qu’il perde en se faisant passer le K.O.

      Nos idoles sont des sportifs ou des artistes et souvent des Noirs. Des hommes d’affaires flamboyants nous pouvions aimer dans le show-bizz, le sport, le divertissement et dans des projets de fous. Si vous embarquez comme en achetant des Junk Bonds c’est à vos risques et périls, un investissement de gambler comme le journaliste décédé qui flambait son foin aux courses de chevaux. C’est ce type d’hommes qui devrait couvrir Trump mais cela n’existe plus ou pratiquement plus.

  7. gl000001 dit :

    « il semble souvent reprendre les mots ou les arguments des républicains  »
    Il va peut-être voler des votes aux républicains ? Les médias ont juste à dire qu’il est de centre-droit.

    1. amlia13 dit :

      @gl000001
      Il ne peut prendre de votes à Trump, il a été démocrate toute sa vie, ce serait surprenant que la base de Trump le trouve soudainement de leur coté. Il peut prendre des votes aux démocrates, si le ou la personne qui est élu à la tête des démocrates est trop à gauche pour certains démocrates.

      1. gl000001 dit :

        C’est vrai que la base/vase aux répus ne se soucient pas trop des idées.
        Un slogan, c’est bien assez pour eux.

      2. A.Talon dit :

        «il a été démocrate toute sa vie, ce serait surprenant que la base de Trump le trouve soudainement de leur coté.»

        Le Drumpf aussi a été démocrate une bonne partie de sa vie, de même que Ronald Reagan. Cela n’a pas empêché les plus déplorables des Répus d’être subjugués par ces deux personnages. Trouvez un autre argument.

      3. Lecteur_curieux dit :

        Schultz veut le vote des centristes et donc pas celui des bases électorales des démocrates ou républicains qui s’éloignent du centre.

        Juste celui de quelques militants politiques aile droite démocrate ou aile gauche républicaine et ensuite vouloir le vote de ceux plus apolitiques et centristes et qui boivent peut-être du café chez Starbucks.

        À la limite il peut obtenir plusieurs votes. Mais gagner ? Le programme politique doit être axé sur l’échange de votes et c’est une coalition d’intérêts minoritaires qui vous fait gagner.

        Les centristes ont pratiquement jamais les bénéfices concentrés et toujours les coûts diffus. Le pays est trop gros pour qu’ils s’organisent et leurs coûts diffus subis ne sont pas assez élevés pour qu’ils entreprennent des actions politiques par le lobbying ou par les groupes de pression qui sont abonnés aux manifs .

        C’est ainsi que cela fonctionne car le vote ne tient pas compte de l’intensité de vos préférences.

    2. onbo dit :

      S’il peut « voler » des votes aux Répus et en obtenir des Démocrates, ne risque-t-il pas d’être élu, spécialement s’il est le crypto-démocrate choisi par les Répus pour soutirer l’élection une fois de plus des mains des Démocrates et continuer d’asseoir les pouvoirs et privilèges financiers que s’octroient les Républicains depuis l’élection de 2000, et encore plus depuis que Citizens United a ouvert les vannes des coffres des entreprises pour des fins politiques et partisanes. Ça n’est surement pas un Schultz élu qui va demander au Congrès de revoir cette aberration du financement des candidats directement par les lobbies des plus grandes entreprises. So….

      Par ailleurs, d’après les photos présentées de lui jusqu’à maintenant, c’est un parfait caméléon. Il sait poser en irascible compétiteur, ensuite en larmoyant citoyen les deux mains jointes debout, on jurerait, près de son propre catafalque; et sur cette photo en entête, en tribun réformateur indépendant. La leçon amère de Trump devrait nous servir à ne plus jamais laisser entrer un profiteur de haut vol.

      Contrairement à ce que prétend Andoni, Schultz a beaucoup de la sournoiserie trumpiste, de ses propos laconiques, de sa totale indifférence envers l’objet réel d’une Présidence américaine, servir avec intelligence et coeur plus de 300 millions de concitoyens.

      Le seul fait qu’il renvoie dos à dos Républicains et Démorates suggère fortement qu’il s’en vient jouer au trouble fête et qu’il lui a probablement été promis beaucoup, pourvu qu’il participe à la défaite des Démocrates.

      Sa bette ne me revient pas plus que celle de 2011 d’un certain Donald Trump au souper des médias quand son visage est devenu de glace au lieu de rire franchement suite à une bonne blague de Barack Obama.

      Comme le suggère Talon juste ci-bas, CNN devrait demeurer dans l’information et non jouer les bons gars en dilettantes qui entremêlent journalisme et politique.

  8. A.Talon dit :

    CNN joue encore avec le feu en moussant la popularité d’un type dont ils n’ont pas la moindre idée des convictions profondes. On a vu ce que cela a donné avec la créature orangée qu’ils ont contribué à mettre au monde il y a deux ans: il n’y a maintenant pas pire ennemi de la liberté de presse qu’elle. Bravo champions! Non mais, sont-ils idiots ou quoi? Au fait, qu’en est-il de la liberté de presse pour Schultz?

  9. kintouai dit :

    Une peu forte de café cette velléité de candidature présidentielle chez un type qui n’a d’autre titre de gloire que celui de s’être enrichi aux dépens des autres (comme, d’ailleurs, la plupart des salopards de riches — ceux qui ont plutôt hérité leur fortune la doivent à leur salopard de géniteur qui a su se repaître de l’exploitation de ses employés).

    1. A.Talon dit :

      «un type qui n’a d’autre titre de gloire que celui de s’être enrichi aux dépens des autres»

      Idéologie mise à part, cela semble particulièrement vrai pour cet individu qui n’a jamais su faire autre chose que de vendre à des prix exorbitants son eau de vaisselle préparée au salaire minimum. A-t-il au moins contribué à révolutionner un pan de l’économie ou un secteur technologique entier comme les géants de Silicon Valley? Pantoute. Que du pur marketing et du capitalisme prédateur allant même jusqu’à pratiquer la politique de la terre brulée aux pays du bon café. En France et en Italie, par exemple, les cafés (estaminets) se meurent maintenant au profit des Starbucks et McDo de ce monde…

  10. A.Talon dit :

    «Pour autant, il semble souvent reprendre les mots ou les arguments des républicains dans ses interventions…»

    Et voilà. Si ça ressemble à un canard, si ça nage comme un canard et si ça cancane comme un canard, c’est qu’il s’agit sans doute d’un canard. Schultz est clairement devenu un agent trumpeux avec pour mission de diviser le vote démocrate et favoriser la réélection de son congénère orangé.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_du_canard

    1. onbo dit :

      En fait, je crois que Schultz est le parfait mulet de service. … qui est en train d’essayer de nous passer une tasse de café. Si Jamais Trump tombait en service par impeachment ou maladie, on sait jamais, Schultz serait le candidat de l’externe, la promesse d’un vent nouveau, la réinvention du café quoi! Puisqu’il se présente comme indépendant, il se vendra au plus offrant…, comme Trump l’a fait en se présentant sur la scène des Républicains, sans doute pour la raison que la Chambre et le Sénat étaient à majorité républicaine.

  11. Louise dit :

    Il me semble que CNN aurait pu passer son tour cette fois-ci. Pourquoi accorder autant d’importance à un homme qui a si peu d’envergure et qui risque de nuire aux démocrates ? Est-ce que les dirigeants de cette boîte manqueraient de jugement ?
    Ou y a-t’il un intérêt financier derrière cela ?
    Personnellement je n’aime pas ce Schultz et j’espère qu’il ne se présentera pas.

  12. karma278 dit :

    Incohérent? Bin voyons donc! 🤨🤨🤨
    NEXT!

  13. mhbdotblog dit :

    HS. À lire sur Vice US l’article de Karen Beier. Being raised by two narcissists taught me how to deal with Trump.

  14. Lecteur_curieux dit :

    Je ne viens pas d’un milieu archi-diversifié culturellement alors je voyais la couleur tout de suite mais c’est ainsi que cela est arrivé…

    Le seul Noir ou la seule famille de Noirs dans une ville était ami avec mon père quand j’étais petit, les deux étudiant ensemble et lui étant dans ses premières années dans la ville. Premier Noir rencontré à vie et futur meilleur maire du monde Ulrick Chérubin.

    Plus tard déménagé je fais connaissance avec celui que je nommais  » Monsieur chocolat  » évidemment à cause de la couleur de sa peau. Mon père va toujours lui serrer la main dans le cadre de l’échange de la paix à la messe quitte à traverser l’allée en diagonale et rejoindre deux bancs plus avancés, c’était le grand-papa de celui qui allait être dans ma classe et de ses frères et sa soeur qui étaient la famille noire d’haïtiens. Un des frères qui a des cousins à New York vient dans notre classe quelques années plus tard et nous danse  » le robot » donc pré le moonwalk de Michael Jackson, c’était hot et cool en svp.

    On pourrait ensuite parler de Jerry White, Cromartie, Al Oliver, Andre Dawson juste pour nommer quelques anciens joueurs des Expos. Chacun a sa personnalité, son caractère.

    On voit aussi un peu les Harlem Globe Trotters comme aujourd’hui je vois des joueuses de la WNBA dans le club il n’y avait qu’une seule blanche. Voyant leur rituel d’avant match… Impossible que des joueurs de hockey blanc atteignent ne serait-ce que le centième de ce niveau de coolitude tous ensemble.

    Alors on voit les différences absolument et en apprenant à les apprécier. Pas juste apprendre c’est naturel ou presque. Le chauffeur de taxi de Montréal disons à l’ex-terminus voyageur dans le temps est très différent et archi-cool et un parfum différent se dégage de la voiture et moi disons vers 10 ou 11 ans je m’asseois avec lui en avant. Mais on aime le blanc aussi qui travaille comme chauffeur de taxi et sa voiture est au Mail Champlain à Brossard et l’homme est gros, grand et fort et est le sosie presque parfait de Bud Spencer. Il fait exprès pour lui ressembler.

    Miser sur vos particularités individuelles et collectives.

    Pour Starbucks j’étais à Montréal ce week-end je passe devant 4 ou 5 Starbucks assez rapprochés tous uniformes ou presque et semblant fermer à la même heure. McDo au final est meilleur qu’eux pour la diversité mais pas pour la cuisine.

    Un vrai restaurant tout comme un vrai serveur ou une vraie coiffeuse développent un avantage concurrentiel et même un certain monopole en misant sur ce qui est unique au monde leur personnalité. Québécois pure laine ou venus d’ailleurs vivent les différences.

    M. Schultz est centriste en politique, je peux l’être aussi comme la majorité de la population mais il est fade. Par ailleurs les militants politiques, leur fameuse base tend à s’éloigner du centre soit à gauche soit à droite et un politicien disons au provincial, au fédéral ou aux États-Unis pour un poste plus haut que l’équivalent d’un député a absolument besoin pour gagner. Un POTUS potentiel cela semble évident mais on sait jamais c’est tellement imprévisible tout d’un coup il se faufilerait. Mais la présidence des États-Unis ce n’est pas la mairie d’Amos où le maire n’a pas besoin de parti politique et où les citoyens votent pour tous les conseillers de la ville. Et non juste pour un conseiller et un maire. Cela j’aime mais ce n’est que possible avec une petite population.

  15. Gilles Morissette dit :

    CNN a accordé à Potus 45, lors de la course à l’investiture républicaine de 2016, une visibilité disproportionnée par rapport aux autres candidats. Il attirait de bonnes cotes d’écoute, ce qui permettait d’augmenter leurs revenus publicitaires.

    Aujourd’hui le réseau d’information le regrette mais il est trop tard.

    Se prépare-t-on à répéter la même erreur avec Schultz? Il semble bien que la réponse soit OUI.

    Ses réponses aux questions qui lui sont posés sont vides, sans substance et remplis de clichés. Ce type n’a de « démocrate » que le nom car plusieurs de ses idées notamment en matière d’environnement et de justice sociale, sont aux antipodes de celle du Parti Démocrate.

    CNN ne devrait pas perdre son temps avec un type semblable. Il n’a aucune chance de devenir président. Les Américains ont élu comme président en 2016, un type qui venait du milieu des affaires et qui ne connaissait rien à la réalité politique.

    Espérons qu’ils ne soient pas stupides au point de répéter la même erreur en 2020.

    1. A.Talon dit :

      «Les Américains ont élu comme président en 2016, un type qui venait du milieu des affaires et qui ne connaissait rien à la réalité politique.»

      Il ne connaissait rien aux affaires non plus si on en juge par sa demi-douzaine de faillites monstrueuses totalisant 8 milliards de dollars de dettes en moins de 20 ans. Pour ce qui est des activités frauduleuses, alors là c’était un champion toute catégorie.

  16. P-o Tremblay dit :

    Je ne partage pas les vues de la droite sur CNN, mais il est vrai qu’ils ont une certaine tendance à vouloir « faire la nouvelle ». Un peu comme TVA ici.

  17. igreck dit :

    Il semble que la crème (financière) des U$A, plu$ elle monte, plu$ elle surit !?!

    1. karma278 dit :

      C’est sûr!

  18. amlia13 dit :

    @ATalon
    Avez-vous des preuves pour tout ce que vous avancez dans votre commentaire de 15.43h…

    1. toile dit :

      @amlia13
      lire, vous informer vous apporterait réponse à votre question « hors galaxie »

    2. Lecteur_curieux dit :

      Vous parlez de fraude ou de ses connaissances de la politique et du monde des affaires ?

      Contraire à Talon je vais vous dire que ses connaissances dans les deux domaines sont supérieures mais iconoclastes et là en accord avec Talon irrégulières et prêt a tricher comme le personnage interprété par Rodney Dangerfield dans Back to School dans le cours de finance.

      Connaissance du milieu des affaires pouvant être rempli de requins. Et non être un intello comme le prof du film qui vit dans sa bulle universitaire déconnectée de la réalité du plancher des vaches. Le film est une caricature et Dangerfield est sympa et son personnage aussi tellement il est énorme et là pour faire rire. On voyait Trump comme étant du même acabit plutôt que comme Biff dans Back to the Future. Il nous prouve l’inverse depuis 5 à 8 ans… Et même avant…

    3. A.Talon dit :

      Faire preuve d’autant d’ignorance et de mauvaise foi en si peu de commentaires, vous venez de me convaincre que vous êtes nul autre que l’andouille picotté. Il est déjà temps pour vous de repartir sous un nouveau pseudo.

      1. karma278 dit :

        En effet, me semb’s’t’ivident!

  19. Lecteur_curieux dit :

    Pour le riche qui est bon avec les Noirs c’est celui interprété par Conrad Bain dans Arnold et Willy. Cela n’existe pas ou plus dans la réalité.

    La série était utopiste et dans les bons sentiments ? Mais elle fait partie de notre culture populaire alors cela devrait être encore plus le cas chez les Américains. Seulement ceux de ma génération et cela ne les rend pas assez nombreux ? Des plus âgés aussi mais dont plusieurs sont morts.

    Il est démocrate et se disant centriste mais n’est pas du tout ou très peu champ gauche. Des entrepreneurs comme les fondateurs de Ben & Jerry’s là on parlerait. Quand le commerce ne devient qu’une grande chaîne comme une autre le béguin est terminé.

    Ce n’est pas l’homme d’affaires qui fait des rationalisations qu’on veut c’est l’entrepreneur mais pas celui qui revient dans sa phase anale en s’entourant de conservateurs et en assumant pas son caractère artistique et en parlant contre Hollywood alors qu’il faut en gros leur soutien pour être un populiste intéressant. Sinon cela risque de vouloir plaire à l’extrême-droite, les pires ennemis de la diversité et de la démocratie.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :