Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

J’avoue m’être inspiré du titre d’un texte publié dans La Presse sous la signature de Régis Labeaume – « Rififi à la CAQ » – pour choisir celui qui coiffe ce billet. Dans son article, l’ancien maire de Québec faisant référence aux tensions suscitées selon lui par l’arrivée des anciens journalistes Bernard Drainville et Martine Biron chez les candidats de la Coalition avenir Québec dans la région de Québec. Mon billet porte sur les tensions au sein du Grand Old Party, et plus précisément entre le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, et le responsable du comité électoral du groupe républicain au Sénat, Rick Scott (à l’avant-plan dans la photo ci-dessus). Or, contrairement au rififi à la CAQ, qui se déroulerait « en sous-main », selon Régis Labeaume, celui du GOP s’étale au grand jour.

D’abord, un rappel. Récemment, McConnell a affirmé que la « qualité » des candidats républicains au Sénat pourrait empêcher son parti de ravir aux démocrates la majorité de cette chambre du Congrès à l’occasion des élections de mi-mandat. Même s’il ne les nommait pas, le sénateur du Kentucky semblait critiquer les candidats néophytes recrutés ou appuyés par Donald Trump, de Herschel Walker en Géorgie au Dr Mehmet Oz en Pennsylvanie, en passant par J.D Vance en Ohio et Blake Masters en Arizona.

Scott, qui représente la Floride au Sénat et nourrit des ambitions présidentielles*, ne semble pas avoir apprécié le commentaire de son chef. Dans une tribune publiée cette semaine dans le Washington Examiner, il a ni plus ni moins accusé McConnell de traitrise en attaquant les conservateurs qui dénigrent les candidats républicains au Sénat.

« C’est un acte de lâcheté incroyable, et en fin de compte, c’est une trahison envers la cause conservatrice », a-t-il écrit. « Si vous voulez dénigrer nos candidats pour aider les démocrates, taisez-vous. Ce n’est pas ce que font les leaders. […] Lorsque vous vous plaignez et que vous vous lamentez sur le fait que nous avons de “mauvais candidats”, ce que vous dites en réalité, c’est que vous avez du mépris pour les électeurs qui les ont choisis. Nous sommes maintenant au cœur du problème. Une grande partie de la classe bavarde de Washington manque de respect et déteste secrètement (ou pas si secrètement) les électeurs républicains. »

Bigre ! Même Régis Labeaume devra avouer que le rififi à la CAQ n’arrive pas à la cheville de celui du GOP !

Ce n’est pas la première fois que Scott et McConnell se colletaillent. Et ce n’est pas fini, semble-t-il. Le New York Times fait état dans un article publié ce samedi de l’inquiétude de McConnell concernant les fonds amassés par Scott pour financer les campagnes des candidats républicains au Sénat. De la somme record de 181,5 millions de dollars recueillis, il ne reste plus que 23,2 millions de dollars, soit la moitié de la somme dont disposent les démocrates à moins de 70 jours du scrutin.

Je ne sais pas qui a fourni ces chiffres au Times, mais « ça sent le rififi en sous-main », comme dirait Régis Labeaume.

* Dans ses mémoires, The Eye of the Storm, Albert Gore Sr, ancien sénateur du Tennessee et père de l’ancien vice-président, a repris à son compte un vieux poncif du Sénat : « Quand un sénateur regarde dans le miroir, il voit un président. » Ça s’applique évidemment à Rick Scott et à quantité de ses collègues.

(Photo AP)

42 réflexions sur “Rififi au GOP

  1. Haïku dit :

    RE: « Rififi »…
    ——
    https://youtu.be/PVRiC5ysSLk

    1. Réalisé par Jules Dassin, le père de Joe et de Julie (actrice, musicienne et chanteuse) qui avait collaboré avec Brigitte Fontaine.

  2. garoloup dit :

    À côté de Rick Scott sur la photo, Mitch a presque l’air sympa! Rick a l’air d’un lutteur de foire!

  3. chatderuelle dit :

    que dire?
    Tant mieux!

  4. Jean Sairien dit :

    Follow the money. Le sucker à l’Orange est probablement tout près (ou prêt c’est selon) à faire la pieuvre)

  5. jeanfrancoiscouture dit :

    @M.Hétu: Bravo pour votre honnêteté. Vous avez identifié la source qui vous a inspiré.
    Je ne me rappelle pas avoir vu chez Régis Labeaume ce même souci d’identifier sa source. Rififi n’étant pas un substantif courant au Québec, j’imagine que notre Régis national (ou provincial, allez savoir) a peut-être été inspiré pas sa grande culture cinématographique. 🧐

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Du_rififi_chez_les_hommes (Jules Dassin,1955)
    **https://fr.wikipedia.org/wiki/Du_rififi_%C3%A0_Paname (Denys de La Patellière, 1966, avec, en vedette, Jean Gabin)

    1. Fleshgabon dit :

      J’ai également trouvé ce film. Du rififi à Paname, avec Jean Gabin.

      Ref : https://fr.wikipedia.org/wiki/Du_rififi_à_Paname

      1. Fleshgabon dit :

        Oups, je n’avais pas vue.

    2. gl000001 dit :

      Pierre Houde utilise relativement souvent « rififi » dans ses descriptions de match de hockey !!

    3. garoloup dit :

      M. Couture, rififi étant un mot de la langue française connu et utilisé par plusieurs auteurs tant au cinéma qu’en littérature, monsieur Labeaume n’avait aucune obligation de déclarer une quelconque « source ».

      1. jeanfrancoiscouture dit :

        @garoloup:
        Le substantif «rififi» apparu assez récemment, -peu avant le milieu du XXe siècle selon Le Robert-, est considéré comme argotique par ce même Robert et autres dicos et n’est pas très usité au Québec.
        Mais bien sûr que Régis Labeaume n’était pas obligé de faire allusion à quelque source que ce soit.
        Connaissant son goût pour l’esbroufe, je me serais attendu à ce qu’il accroche son «rififi» à quelque chose d’autre que seulement la CAQ, juste pour éclairer la lanterne de ses lecteurs sur ce terme. 🧐

  6. Jean Sairien dit :

    En complément de mon commentaire précédent

    https://youtu.be/Dmx5sLusykY

    1. Madalton dit :

      Une de mes préférées des Beatles avec plusieurs autres.

  7. Fleshgabon dit :

    Je m’en confesse, parfois j’ai ce plaisir coupable, celui de vagabonder sur FOXNEWS. Voici ce que j’ai trouvé : « Mais ne vous y trompez pas – la perquisition était justifiée ; tout ce discours d’un maître spécial est une distraction et les documents trouvés à la résidence de l’ancien président sont ce qu’ils sont. Ce qui sera sera. »

    * Traduction, le traducteur de mon IPad.

    Ref: https://www.foxnews.com/opinion/trump-talk-special-master-distraction-documents-speak-themselves

    Ma question: Je suis surpris ou pas?

  8. Alexander dit :

    Je n’aime pas McConnell, mais pas du tout. Il est calculateur, ratoureux, magouilleur et le reste.

    Mais il est un des meilleurs stratèges conservateurs de son parti à mon sens. Il a couvert -lire protéger – Trump quand c’était nécessaire suivant le principe que la fin justifie les moyens, mais je suis convaincu qu’il méprise Trump suprêmement, lui et les idiots qui l’entourent.

    Il serait un des premiers à garrocher Trump sous les roues de l’autobus à la première occasion, mais après avoir gagné les élections de novembre, pas avant.

    Quand il voit des personnages blêmes comme Walker et Oz se pointer, supporté par l’Idiot-en-chef, on sent que le vieux renard fait ses calculs et fatigue à l’idée de ne pas regagner sa majorité au Sénat.

    Trump a échappé la Georgie et le Sénat en 2020 par sa bêtise, la même chose pourrait encore se produire contre toute attente. Et ça enrage McConnell.

    Par contre, les sorties publiques comme il fait ou Barr, un autre sbire, pour discréditer Trump, ne feront que diviser le front républicain davantage. Ce n’est plus juste Cheney qui se bat, ce sont des ténors du parti qui n’aiment pas la tangente prise par les trumpistes.

    Ça arrange les démocrates qui se trouvent un second souffle, mais il y a une brèche dans l’armure conservatrice. À protéger un tout croche à tous prix, on peut finir par en payer le prix, tout croche.

    1. Madalton dit :

      Ça ferait peut-être son affaire de perdre les 2 chambres pour se débarrasser des trumpistes et reprendre les rênes du parti.

  9. xnicden dit :

    « De la somme record de 181,5 millions de dollars recueillis, il ne reste plus que 23,2 millions de dollars… »

    Ce n’est pas exactement optimiser ses ressources alors que les mid-terms sont encore loin. Cela va peut être lever un drapeau rouge pour des donnateurs potentiels au cours des prochaines semaines.

    Ces donnateurs potentiels vont sans doute poser des questions mais au pire, si les réponses ne sont pas satisfaisantes, je les imagine donner directement à certaines campagnes.

    1. Madalton dit :

      Comme je l’écrivais hier, le GOP a dû annuler des campagnes publicitaires de plusieurs millions par manque de fondset un de leur grand donateur qui avait donné 500 M$ est décédé et sa veuve n’a donné que 5 M$. Il y a présentement un audit pour savoir où est passé l’argent.

  10. Labeaume a sans doute emprunté le terme au roman d’Auguste LeBreton « Rififi chez les hommes », qui vaut bien les San Antonio.
    En tout cas, de ce temps-ci, les membres du GOP ont l’épiderme sensible.

    Scott, qui avait la responsabilité des fonds pour la campagne républicaine, se trouve peut-être encore sur un yacht en Méditerranée pendant que les autres se demandent où est passé l’argent qui manque. Si je regarde le programme économique qu’il a proposé, je ne crois pas que Scott l’a investi dans des programmes sociaux.

  11. Encorutilfaluquejelesus dit :

    Le gop.

    On est bien, avec le gop. Rien ne change. Tout est pareil. Sans surprises. La routine. Paisible, prévisible, rassurante. Tout est comme avant, comme toujours, depuis toujours et pour toujours. Le bon vieux temps, tout le temps!

    Avec le gop, on se préserve en préservant nos bonnes vieilles coutumes ancestrales. On s’entretient, figés dans le temps, en entretenant notre ignorance.

    On se conserve en conservant nos traditions bien ancrées dans nos cœurs de béton. On nourrit bien gras nos bêtises inhumaines.

    On répand nos âneries en riant à pleines dents, on épand nos vacheries en ruminant entre les dents. On cultive ardemment notre inculture, on perpétue fièrement notre stupidité, et on sait se conserver longtemps en s’empiffrant d’agents de conservation. Thing Big Mec!

    Bornés, on entretient notre nullité. On se plait à être épais, on joue les débiles légers, on fait l’éloge des idiots, on revendique notre imbécillité, on se flatte l’ineptie, on s’entretient bien merci, on reste bien conservés en assurant notre longévité, en bons conservateurs que nous sommes, la réserve du bunker pleine de conserves en réserve.

    Et pour rester bien conservés, on maintient l’ordre. On observe les lois. On forme, on reforme, on se conforme, on garde, on se regarde, on reste sur nos gardes, on joue au garde, on garde nos places, et chacun à sa place!

    Parce qu’au gop, on a des valeurs. Des vraies. Traditionnelles. Familiales. On se marie entre homme et femme. On dresse les enfants, bien droits, dès leur conception. Et on leur est patriarche toute leur vie!

    Au gop, on a du respect. Pour les bonnes vieilles traditions. Pour l’autorité sacrée, pour l’ordre établi, pour notre sécurité vitale, pour notre identité assurée, pour nos croyances suprêmes, qu’on vénère. On s’endoctrine, on s’assainit. On frotte frotte frotte, on est plus blancs que blancs, propres propres propres!

    Au gop, on n’est pas sociétal, mais juste un peu antisocial dans notre individual! (On s’implique socialement individuellement!) La vie humaine est sacrée (à moins d’être condamné à mort!) On est pro-vie, avant même qu’elle ne prenne vie! Avant même qu’elle prenne forme! Et on est pro-mort, si elle se déforme! On sacralise nos vies, on les protège à coup de fusil, on stoppe l’immigration (sont tous des bandits!), on augmente la force militaire, symbole de notre grande puissance mondiale, inébranlable!

    Au gop, on est riches, symbole de notre grande puissance mondiale, inébranlable! On « baise » les impôts (on éloigne les riches des pauvres), on prône le capitalisme (le vol à cravate n’est pas illégal), on est pour le libre marché (on est libres de se marcher dessus), on est contre les syndicats (qui font du tort à nos valeureux milliardaires).

    Ça, c’est le gop! C’est ça, le gop! Le gop, c’est ça!
    Depuis toujours et pour toujours.
    Lâche pas, mon gop! Mon bon vieux gop!
    On peut toujours compter sur le gop, et le gop peut toujours compter sur des idiots comme moi.

    Le gop, c’est le top!
    …L’autre? C’est rien.

    1. Haïku dit :

      @Encorutilfaluquejelesus
      Superbe texte ! 👏👏👏

      1. Dekessey dit :

        J’appuie!
        👍🏻

    2. gigido66 dit :

      Wow! Bravo!

    3. Mona dit :

      @Encoreutilefalluquejelesus 👌👌👌je seconde @Haiku et tous les blogueurs : très drôle, très vrai, décapant 🎩🎩🎩

    4. Jehan Lambert dit :

      @Encorutilfaluquejelesus
      Il me semble que ça fait longtemps qu’on vous a vu…
      Re-Bienvenue! 😊

    5. Loufaf dit :

      @Encorutilfaluquejelesus👍👋👋

    6. Chanounou dit :

      @Encorutilfaluquejelesus,

      MA-GNI-FI-QUE ! Tout est dit
      👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏

    7. Toile dit :

      Admiration devant ce texte. Du décapant comme je les aime.
      —-
      Un grand classique de la formule qui dérape, œuvre du fort en gueule Réal Caouette: «L’Union nationale vous a amenés au bord du gouffre… Avec le Crédit social, vous ferez un pas en avant!», formule reprise admirablement par Les Cyniques.

      Adaptation : Les démocrates vous ont amenés au bord du gouffre. Avec le GOP, vous ferez un pas en avant.

  12. gl000001 dit :

    « déteste secrètement (ou pas si secrètement) les électeurs républicains. »
    Scott dit la vérité. Avec leurs idées moyennageuses, presque tous les républicains détestent leurs électeurs (et les autres encore plus) en voulant le pire pour eux. Et il est un des premiers.

  13. onbo dit :

    @Encorutilfaluquejelesus

    Quel beau texte! Le pire du plus pire, c’est que c’est vrai!

  14. Loufaf dit :

    Pour une fois je suis d’accord avec Moscow Mitch. Les candidats choisis par la chose , ça volent bas et pas rien qu’ un peu! Ce n’ est pas avec de tels nullités que le sénat deviendra républicain.
    McConnell a défendu le gros fêlé bec et ongle envers et contre tous. S’ il perd le sénat, tant mieux ! Ce n’ est que la conséquence de ses choix!

  15. « « Si vous voulez dénigrer nos candidats pour aider les démocrates, taisez-vous »

    Donc, taisez-vous si vous voulez les dénigrer, et laissez-les se dénigrer eux-mêmes, ils le font bien mieux tout seuls.

    1. gl000001 dit :

      Mais les gens votent quand même pour les pires qui s’auto-dénigrent comme Herschel Walker !! Et ça les rend sourd 😉

  16. Mona dit :

    Je me demande si les techniques de provocation a tout crin, d’agitation systématique, d’agression verbale désinhibée, de création d’esclandres et de drames…ne demandent pas un minimum de sens de la dramaturgie.
    L’orangé, dans sa folie nombrilisme, n’en manque pas.
    Là, l’imitateur se tire carrément une balle dans le pied.
    Je ne sais pas si il y a péril dans la maison GOP mais j’ai de plus en plus l’impression d’un vent de panique ou d’un feu qui couve…
    A quand l’étincelle ?

  17. claude400 dit :

    On en revient toujours à la base du GOP, et ce n’est pas Trump qui a créé cette base. Cela a commencé avec Nixon et la Southern Strategy, puis Reagan qui a pactisé avec l’Iran pour prendre le pouvoir et a poursuivi avec Iran-Contra éliminant la « fairness doctrine » au passage, bonjour Fox News, et cela n’a fait que se détériorer encore plus par après avec Gingrich, puis Dick Cheney et son cynisme, guerre en Irak basée sur un énorme mensonge, et avec W Bush comme marionnette. Est arrivé l’ère de Twitter, et Trump, le criminel qui sent d’instinct toutes les failles du système. Trump est le grand vendangeur du GOP. Il a récolté un abcès bien mûr de pourriture et on voit le résultat. Pendant ce temps, l’extrême gauche a perdu la tête. Elle se préoccupe peu de la condition socioéconomique des défavorisés, comme elle le faisait avant, et attise les flammes en ne pensant qu’en terme de minorités. Elle fait le jeu de Trump en aliénant les défavorisés blancs peu éduqués et abreuvés de mensonges. Duhaime tente de jouer le même jeu au Québec en ce moment, tirant profit d’un QS débranché des réalités d’une classe similaire de la population. Heureusement, le taux d’ignorance est moins élevé au Québec et il y a moins d’injustices de toutes sortes. Duhaime va crier, mais ça ne prendra pas, pendant ce temps, QS va continuer de rêver et de penser qu’on peut imposer la solidarité. La solidarité imposée, ça s’appelle les impôts, et c’est très bien ainsi, dans la mesure du raisonnable.

    1. Madalton dit :

      Vous avez oublié aussi les liens tissés par Reagan avec la droite chrétienne qui fait encore des siennes aujourd’hui.

  18. Pierre s. dit :

    ————————–

    Chez les républicains halluciné …. toujours toujours ce regard de débile, psychopathe.
    Des gens dérangés, en rupture avec la réalité, capoté ……

  19. onbo dit :

    La guerre en sous main n’était pas visible jusqu’à ce que McConnell soit confronté quant au versement (ou non) des millions du Venture Capitalist multi-milliardaire Thiel dans un fonds du Sénat Républicain dont McConnell est le décideur suprême.

    La cause du rififi tourne aussi, c’est vrai, autour de la phrase de mcConnell à propos de candidats républicains « pas à la hauteur ». Il navait pas tort. Mais ça a roulé dans le public.

    Ça concerne d’abord les candidats Herschel en Géorgie et OZ en Pennsylvanie qui sous performent lamentablement.

    Mais ça concerne davantage les candidats amis et ex partenaires de Peter Thiel que ce dernier pousse de ses millions, en insistant pour que ce soit lui qui gère les placements publicitaires, alors que mcConnell veut que ce soit son Super pack républicain qui ait la main haute sur la promotion des candidats et sur la gestion des fonds. Question légitime sans doute. Surtout que les règles des super packs interdisent des relations directes entre la source d’argent et le candidat appuyé. Thiel est serré de près et menace peut-être de sevrer le pack de McConnell…

    Avec une maladresse consommée, Scott cherche à profiter d’une situation sans issue pour lapider mcConnell, dont c’est quand même pas la faute si Peter Thiel a poussé deux autres électrons libres ex partenaires qu’il était assuré de faire élire avec ses dizaines de millions.

    Ces deux candidats de Thiel, sont deux venture capitalists, (on pourrait aussi dire vulture capitalists). Blake Masters; tire de l’arrière, J.D. Vance; tire aussi de l’arrière. Leur grande faiblesse, l’argin! leur préoccupation dominante dans la vie, l’argin! Leur déroute majeure, le sujet de l’avortement sur lequel il changent de positions comme des kamasutra boys. (j’exagère un peu je le sais, désolé!) Faut dire qu’ils sont jeunes et sans aucune expérience parlementaire, sinon ils auraient consulté des collègues féminines qui leur auraient donné l’heure juste.

    note: le nom de McConnell apparaît comme supporteur de la candidature de Herschel, à côté de celui des Trump. Faque peut difficilement se plaindre dans ce cas. Sta évidan!

  20. Benton Fraser dit :

    Je comprends la frustration de McConnell que le GOP se retrouve avec beaucoup de candidats poches, mais il récolte ce qu’il sème après 3 décennies a travailler à la radicalisation de son parti.

    Il croyait que des candidats stupides sont faciles a manipuler mais justement par leur stupidité, ils sont imprévisibles!

  21. parfoislucide dit :

    Faut pas oublier aussi que McConnel ne rajeunit pas et que pour lui, perdre une élection c’est peut-être perdre la dernière élection où il est en poste. D’où son impatience.

  22. sousmarin dit :

    Après le rififi et la défaite qui suivra, règlement de comptes à OK GOP !

  23. Gilles Morissette dit :

    Rififi au GOP?

    Diantre, M. Hétu vous venez de faire ma journée.

    Voir ce parti de fanatiques, d’enragés, imploser sous nos yeux. PRICELESS.

    Scott n’est rien d’autre qu’un sale enfoiré pendant que McConnell est un couillon (même s’il n’a pas tort quant aux choix de certains candidats) qui voit le navire couler et qui cherche une façon de sauver ses fesses.

    Le Parti Républicain n’a que lui-même à blâmer pour ce désastre.

    À force de sélectionner des candidats toxiques, complètemernt tarés , inféodés à LA CHOSE, sans aucun GBS, il aura réussi à faire fuir les électeurs modérés.

    Advenant une défaite des Républicains lors des Mid-Terms, il y aura des couteaux qui voleront bas et un atmosphère de règlement de compte.

    Un conseil à McConnell. Il devrait songer à commander une veste pare-balles.

    Avec tous les « cinglés du gun » qu’il y a dans ce parti, ce serait plus prudent.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :