Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Michelle Obama vit encore avec le «traumatisme» que lui ont laissé certaines élections récentes. Et les électeurs de Donald Trump n’y sont pour presque rien, explique-t-elle dans Becoming, version télévisée de sa biographie qui sera diffusée sur Netflix mercredi et dont le site The Daily Beast a obtenu un extrait. Ce traumatisme résulte de tous ces gens qui ne prennent pas au sérieux leur devoir de citoyen, y compris les Noirs qui ont boudé les urnes en 2016, phénomène qu’elle a ressenti «presque comme une gifle». «Je comprends les gens qui ont voté pour Trump. Les gens qui ne votent pas du tout, les jeunes, les femmes, c’est là que tu te dis : ‟Man, ces gens pensent que c’est un jeu.”», dit-elle dans Becoming. Et d’ajouter :

«Ce n’était pas seulement après cette élection. Toutes les élections de mi-mandat. Chaque fois que Barack n’a pas obtenu du Congrès ce dont il avait besoin, c’était à cause de nos gens qui n’ont pas daigné voter. Après tout ce travail, ils avaient mieux à faire. C’est mon traumatisme.»

Les critiques progressistes de l’establishment démocrate, et notamment les partisans de Bernie Sanders, ont déjà une réponse à ce genre de critique : les démocrates ne présentent pas un programme susceptible de mobiliser les jeunes, les femmes ou les Noirs dont parle l’ancienne première dame des États-Unis. Les défenseurs d’Obama auront beau jeu de leur répondre que même Sanders n’a pas su mobiliser en nombre suffisant les électeurs qui boudent souvent les urnes.

Le problème soulevé par Michelle Obama est réel. Quand les démocrates ne sont pas menés par un candidat charismatique, la mobilisation de ses électeurs est incertaine. C’était vrai en 2016, et ça l’est de nouveau en 2020.

À moins que… L’ironie veut que, si elle avait l’intention de se lancer en politique, Michelle Obama n’aurait pu choisir un moment plus propice pour sortir sa biopic. Bien sûr, elle a répété sur tous les toits – et on la croit sur parole – qu’elle n’est aucunement intéressée à retourner à la Maison-Blanche, comme présidente ou vice-présidente.

Ce qui n’empêche pas certains de continuer à rêver, y compris les organisateurs et bailleurs de fonds d’un tout nouveau «Comité pour recruter Michelle Obama comme vp» dont voici le logo :

(Photo Netflix)

51 réflexions sur “Le «traumatisme» de Michelle Obama

  1. gl000001 dit :

    « les démocrates ne présentent pas un programme susceptible de mobiliser les jeunes, les femmes ou les Noirs  »
    Je comprends ce fait mais de là à laisser passer quelqu’un qui est complètement à l’opposé de ce qu’ils veulent … c’est traumatisant en effet !!

    1. Pierre S. dit :

      —————-

      mais au moins ils présentent un programme qui ne s’adresse pas juste au 1% des ultra riches.

    2. Pierre Rehel dit :

      Pourtant l’autre bord, ils ont un clown qui n’avait que comme programme « drain the swamp »

  2. Toile dit :

    Qui pourrait en vouloir à une personne dont l’action traduit des hauts idéaux être timorée par du sabotage en règle ? Pas mon idée que tu veuilles ti frotter à nouveau à moins d’être tres hautement patriotique ou bedon ultra maso. La notion de sauveur est ici encore présente a forciari quand tu trouveras une hécatombe.

  3. Roger Allard dit :

    Si ce n’était du vide sidéral de la présidence actuelle, son nom ne serait pas mis de l’avant. Et ce n’est pas Biden qui va incarner l’aspect charismatique qu’avait Obama.

  4. Duduche dit :

    Si elle ne se tait pas plus discrète, la machine va lui prendre les doigts, le coude, l’épaule et le reste. Alouette! Elle va se retrouver VP ou même POTUS-46 (47?) avant d’avoir bien compris ce qui se passait 🙂

  5. Amazonia dit :

    Tout pouvoir tient à une originalité. Je doute fort que si les américains n’ont pas voulu du Bill Clinton bis avec Hilary qu’ils veuillent d’un Obama bis avec Michelle.

    C’est que Tout pouvoir à un aspect magique. On ne vient pas faire le même tour de magie que son prédécesseur. Le peuple en connaît déjà les ficelles.

    Par exemple la crainte qu’inspire Trump vient du fait que Trump fait du Trump. Si Trump se mettait à faire du Obama , il perdait une partie de son pouvoir qui tient essentielleme nt à son aspect arbitraire.

    Ps: évidemment il faut prendre en compte la polysémie du mot pouvoir.

    1. Achalante dit :

      Ils ont bien eu un Bush Bis.. et même failli avoir un Ter!

      1. Amazonia dit :

        Le Bush bis. En terme de pouvoir il lui a fallu faire une guerre comme son père,. Ces genres de dirigeants font rarement de véritables hommes de pouvoir à moins que beaucoup de sang ruisselle. L’histoire est remplie d’exemples, depuis l’Antiquité.

        Bon! pour un poste vice-président les enjeux de pouvoir sont vraiment mineurs.

      2. NStrider dit :

        Pourtant Mme Obama, aurait une belle guerre devant elle, soit, aider à remettre sur pied le pays après un traumatisme collectif qui aura probablement fait près de trois fois plus de mort que la guerre du Vietnam lors de l’éventuel transfert de pouvoir de janvier (à remarquer,le conditionnel). Quant à la vice présidence, il faut aussi la voir comme un piédestal pour la personne qui devient la mieux placé por la prochaine course présidentielle. Et compte tenu de l’âge de Biden,il ne fera pas deux mandats. La VP a donc une signification spéciale dans ce cadre.

  6. treblig dit :

    Faire sortir le vote… On l’à dit et répété, c’est la malédiction du parti démocrate. Si le taux de participation est gros bas, les républicains emportent la mise. Chez les démocrates, le vote est hétérogène.

    Parce que réussir à unifier les jeunes, les femmes, les minorités ethniques et sexuelles, les religieux modérés et les athées et les centristes indépendants…. relève de l’ acrobate digne du cirque du soleil. Un peu trop à droite ou à gauche, et les voteurs se démobilisent.

  7. jcvirgil dit :

    Il y a une classe d’Américains et les noirs en particulier qui font partie d’une minorité opprimée qui n’ont plus confiance dans les politiciens. D’ailleurs même si le taux d’abstention est particulièrement fort aux États-unis c’est une tendance mondiale dans les grandes démocraties.
    Au Québec un récent sondage les plaçait d’ailleurs au même rang que les avocats et les vendeurs de chars usagés, une catégorie que les ingénieurs sont venus rejoindre suite aux audiences de la commission Charbonneau.

    Pour leur redonner confiance il faudra probablement revoir de fond en comble les fondements même de la démocratie et du financement des partis politiques surtout aux États-Unis où suite à la décision de 2008 de la Cour Suprême ils sont à vendre aux plus offrants.

    En passant même si on trouve Micheelle Obama et son mari forts sympathiques , on ne saurait oublier le fait que pour toutes sorte de raisons. tous ces citoyens qui avaient d’ immenses espoirs suite à son élection ont été déçus du peu de changements véritables qu’elle a apportée dans leur vie de tous les jours

    1. richard311253 dit :

      Bon point !

      Voter, ça change quoi ? On l’a entendu et entend encore lorsqu’il est temps de voter. C’est tout un défi à relever de faire sortir le vote.

      Joe Biden est-il le candidat qu’il faut aux Démocrates pour cette élection ? Face à Trump où tous les coups sont permis, fera t’il le poids. L’homme est usé physiquement et possiblement mentalement, il a donné quelques signes de déraillement disons qui ont été captés par le trop vivant Donald.

      On parle de confiance, de charisme, qui a les qualités qui inspirent confiance et suffisamment de charisme aux USA, pour vaincre Donald ? Se pourrait-il que les Démocrates soient encore sur le réflexe des années avant Obama ou l’establishment du parti contrôlait tout ? Il y a eu Sanders et Warren qui sortait du moule démocrate.

      Il est peut être temps de changer le moule !

      Donald joue au « bad boy » et les gens, pas qu’américains, aiment ça. Peu importe le candidat choisi par les Démocrates, la campagne sera du grand n’importe quoi, foi de Donald. Pour les Démocrates, cela va demander un candidat solide, très solide avec du charisme et capable de créer de la confiance.

      QUI ?

      1. jcvirgil dit :

        Qui ? Facile Adrew Cuomo et c’est urgent !

      2. Igreck dit :

        @richard
        La politique est beaucoup trop importante pour la laisser entre les seules mains des politiciens ! 
        « Réveillons-nous Citoyens !!! »

    2. onbo dit :

      @Virgil 7:43

      Vous amenez ce sophisme aussi souventes fois que peut en emporter le vent. Désolé, je suis impatient.

      Obama a tenté le beau risque du bi-partisanship en début de mandat 2008, convaincu par les leaders du temps des 2 chambres républicaines qu’ils allaient collaborer. Les Républicains cherchaient en silence à gagner du temps jusqu’aux mi-mandats de 2010. Comme de fait, Obama a perdu sa double majorité et les Républicains se sont montrés sous leur vrai jour de coyotes et ont tout fait pour saboter sa présidence.

      Et pourquoi c’est arrivé? Parce que la crise financière résultant de la bulle qu’on refusait de crever a éclaté comme par hasard, dans les semaines qui ont suivi la Convention qui a choisi Obama. Août 2008. Comme par hasard! Si bien que Obama a reçu une Présidence empoisonnée et que malgré le défi démentiel que ça représentait, a réussi à juguler l’inflation et remettre l’économie américaine donc l’économie mondiale à flot.

      Oui la population fondait d’immenses espoirs sur Obama, mais la déception doit être mise au crédit et dans le compte des Républicains qui ont répété cent fois : »Obama is a one term President! » en jouissant comme des sadiques parce que Obama était un noir. McConnell et Ryan étaient dans la jouijoui.

      Avec le drame sanitaire actuel qui entraine le drame économique et humain, les Républicains ne voudront pas, je pense, de la Présidence, à moins qu’on la leur donne sur le velours.. McConnell met tout en branle pour conserver sa majorité au Sénat. Il l’a dit en mots voilés, mais c’est clair qu’il se prépare ainsi à bloquer par tous les moyens de procédure et de jeux de coulisses l’éventuelle Présidence Biden.

      La sortie de Michelle Obama n’est pas innocente. L’avance psychologique de Bien est telle que les Démocrates croient qu’il leur suffit de gagner jusqu’à novembre dans les sondages. Il y a là un piège grand ouvert, celui de l’abstention généralisée des Démocrates. Si bien que non seulement McConnell conserverait le Sénat, mais pourrait en cas de maladresse carabinée des Démocrates, reprendre la Chambre, donc, en ce cas, réélire Trump avec une plus grande majorité qu’en 2016. Pourquoi?

      Par l’absentéisme que dénonce Michelle Obama, mais aussi par la cause profonde de cet absentéisme que Michelle ne peut pas vraiment verbaliser, parce que ça ratisse trop large. Dans un pays aussi riche et puissant, dans une démocratie enchâssée dans une République Constitutionnelle, qui produit des juristes par dizaines de milliers chaque année, et des gens d’affaires et des économistes plus encore, il est d’un scandale sidéral de voir combien parmi eux sont manifestement dépourvus de tout sens éthique.

      C’est ma conviction la plus profonde que les innombrables manquements éthiques au quotidien de la part de gens instruits crée le scandale des gens ordinaires, témoins chaque jour de leurs agissements pervers, trompeurs, mus par leur seul intérêt personnel, jusque dans les plus hautes sphères. Il vient de là et pas d’ailleurs le désintérêt des petites gens. S’il est un clou à taper à la masse, c’est celui là!

      À travers l’exhortation de Michelle aux dizaines de millions de gens à aller voter, il faut déduire par soi-même qu’ils ne le feront pas si, simultanément, ils ne ressentent pas un tollé tout aussi sidéral de dégoût à l’endroit des profiteurs instruits, des langues sales sur-éduquées, des brutes des affaires, du droit et de l’économie.

      C’est ma conviction qu’il se situe là le Traumatisme de Michelle Obama. Et je pense que les « Jeunes de Sanders » ont là une occasion unique. Appeler à l’éthique, sans quoi il est un leurre de parler de politique.

      C’est la meilleure façon à mon avis de voir fondre de honte les ignorants au pouvoir. Mais qui peut faire naitre cet appel, là est toute la question.

      1. jcvirgil dit :

        @ Onbo

        Je suis entièrement d’accord avec la fin de votre savant exposé 🙂 , mais je garde ma réserve sur ce que pouvait faire Obama au début de son mandat.
        Le* beau risque du bi-partisanship* était voué à l’échec dès le départ . Un président avec plus de colonne, de désir de changer les choses et de lucidité aurait pu faire beaucoup plus , surtout que la population américaine lui avait donné un mandat clair pour le changement et qu’elle se tenait en majorité derrière lui.

      2. Igreck dit :

        @onbo
        J’adhère entièrement à votre analyse. L’élection de Trompe n’est pas une erreur de parcours du peuple états-unien. Les millions d’électeurs écœurés du mépris de leurs élites politique, économique et financière ont décidé de leur faire un hénaurme doigt d’honneur en plaçant un underdog à la tête du pays. Or celui-ci s’est révélé un chien galeux, encore plus corrompu que ceux qu’ils souhaitaient sermonner. Encore une fois ce sont eux qui paient et paieront longtemps ce magistral appel du pied.

  8. Apocalypse dit :

    Dans la folie ambiente, comme la sortie de cette femme, Michelle Obama, est rafraîchissante!

    Comme il a été dit maintes fois, les élections ont des conséquences et parfois, elles peuvent être dramatiques comme en fait foi la présidence actuelle des Etats-Unis.

    Une couple de gens qui ne votent pas, ça peut-être aller, mais un grand nombre et voilà … Donald Trump 😢.

    Le pouvoir est entre les mains du peuple, il ne faut pas l’oublier, c’est lui qui décide à qui on donne ou non le pouvoir de diriger la société, mais si un assez grand nombre abdique son devoir pensant qu’un seul vote ne peut changer les choses, alors là: ‘Houston, we have a problem’.

    Pour revenir à Michelle Obama, si elle dit qu’elle ne veut pas se mettre le nez dans la politique, on le respecte. Sans doute un grand nombre, incluant la grande majorité sur ce blogue, trouverait insupportable de voir cette femme remarquable se faire trainer dans la boue, et peut-être pire, en se lançant dans le CIRQUE du monde politique.

    1. richard311253 dit :

      Il ne faut pas oublier que Clinton a eu plus de 3 millions de votes en plus sur Donald et il est passé tout de même. Un fait qui ne facilite pas les choses

  9. POLITICON dit :

    En filigrane, ce qu’il faut retenir du discours de Mme Obama c’est que les démocrates se retrouvent avec un candidat virtuel moribond qui n’arrivera pas à soulever la masse, à unifier le pays mais surtout les troupes démocrates, à susciter le vote des noirs et apporter les américains aux urnes, à gagner aux présidentielles. Bien sombre son discours!

    1. jcvirgil dit :

      Eh oui et tout ça pendant qu’un autre démocrate le gouverneur de l’État de New-York Andrew Cuomo acquiert une stature impressionnante à la grandeur du pays pour sa gestion de la crise du coronavirus.

      Même s’ils ont l’excuse que c’était imprévisible, l’establishment démocrate fait un bien drôle de choix en se collant à la candidature de Biden alors qu’ils ont en réserve un candidat qui pourrait battre Trump facilement.

      1. spritzer dit :

        Comment Cuomo peut devenir le candidat démocrate? Ils vont mettre Biden à la porte? 😉

      2. Achalante dit :

        Lâchez Cuomo. M. Hétu l’a déjà dit: il a trop de squelettes dans son placard. Assez pour qu’il ne veuille pas se lancer.

      3. Voici un extrait d’un billet de M. Hétu datant du 31 mars

         » il faudrait que les délégués à la convention du parti ignorent les résultats des primaires ayant eu lieu ou à venir, et qu’ils choisissent le gouverneur de New York à la place du gagnant de la course. Logique? Possible? Non! »

        https://richardhetu.com/2020/03/31/president-cuomo/#more-17314

      4. jcvirgil dit :

        @Achalante

        Les squelettes dans le placard c’est le lot de pas mal tous les politiciens américains. Biden en a un bien rempli sans compter le champion toutes catégories Donald Trump, ce qui ne l’a pas empêché d’être élu président. Faut croire que les Américains adorent les squelettes 🙂

  10. Danielle Vallée dit :

    Le 13 avril elle a annoncé une campagne, pas pour devenir v.p., mais pour augmenter le vote par courrier, le vote par anticipation, l’enregistrement en ligne pour pouvoir être ajouté à la liste des électeurs.
    Comme Stacey Abrams elle comprend que c’est souvent l’ignorance, la crainte et les républicains qui font que les gens ne se déplacent pas pour voter.
    Et comme Stacey Abrams elle a décidé de se battre pour augmenter le taux de participation plutôt que se faire élire.
    Bravo à ces deux femmes réveillées qui attaquent le problème de front.

    1. Il faut aussi tenir compte de tous les bâtons dans les roues de l’électeur : vote un mardi, pas de congé pour aller voter, diminution des bureaux de vote, purge des listes d’électeurs, diminution du vote par anticipation, demande de papiers d!identité. (iD) , compliqué à obtenir, etc.

      Il faut être très motivé pour voter dans certains états.

  11. Danielle Vallée dit :

    @Politicon: le problème existait bien avant Biden. C’est ce qu’elle dit. Les républicains ont tout fait pour tricher aux élections et empêcher les gens de voter, leur but étant d’empêcher Obama d’accomplir ce qu’il voulait accomplir pour le peuple.

  12. lechatderuelle dit :

    Trop de gens pensent que la politique se fait à la pièce…. que ça doit « venir les chercher »… ce n’est pas un concours de popularité…..

    s’il y a 2 options, tu dois choisir une des 2….
    s’il y a 3 options, tu dois choisir celle qui rapprochera le max de gens de ton coin pour y gagner quelque chose….

    pas s’abstenir….

    les trucs imparfaits, on peut les améliorer en faisant entendre sa voix….

    la paresse, le manque de solidarité, la lâcheté font toujours gagner les mêmes… les abuseurs…

    un abuseur profite toujours des situations et des gens.. c’est sa nature…
    plus on lui laisse de la place et pire il devient….

    en politique c’est exactement la même affaire…

    l’idée du 8 ans max évite, en partie, les dérives… pas ne permet pas d’avancer socialement…. car les gens se méprennent en changeant de partis…. ils font toujours du surplace….

    S’interchanger le pouvoir à 2 partis rend les partis paresseux, condescendants…. sans idée…. parce qu’ils savent qu’ils reviendront sans effort… alors ils font de la politique sans effort….

    et devant de la politique sans effort les gens ne font pas l’effort…. le cercle se boucle et les « abuseurs » se frottent les mains…

    il faut voter… chaque fois qu’une personne vote, elle devrait écouter le vent… elle y entendrait tous les sons des manif, de la révolte de la rue, des clameurs de satisfaction de la rue devant une avancée…. chaque vote c’est de garder toutes les luttes vivantes….

    Voter c’est résister…..

    trop de gens confondent… pour eux ne pas voter est une résistance et dans les faits c’est exactement le contraire… ne pas voter c’est accepter, plier al tête et se soumettre…
    Ne pas voter c’est la facilité… comme dire Non est le premier réflexe… celui de la peur….

    les abuseurs mentent très ben… Ulysse le savait qu’il ne fallait pas écouter les chants des sirènes…

    Chacun doit poser sa pierre, son vote.
    Ensuite, les choses commencent… car voter implique aussi d’être présent, de rappeler à celui ou celle qui a re^cu notre vote « ce n’est pas ce que tu as dit » ou « c’est comme ça que ce doit être »….

    les politiciens sont au service du Peuple… ce ne sont pas les maitres de la place….

  13. Apocalypse dit :

    @richard311253 – 08:17

    ‘Il ne faut pas oublier que Clinton a eu plus de 3 millions de votes en plus sur Donald Trump…’

    Vous avez raison, mais il reste qu’un grand nombre ne sont pas allés voter pensant que leur vote ne changerait rien … 😢.

    1. Pierre S. dit :

      ———————-

      Le traumatisme de Michelle Obama.

      C’est probablement de voir en 2016 le refus de bien des démocrates et des gens issue des
      communautés ethniques d’aller voter. Cela combiné à la sortie illégale et et désastreuse de James Comey
      à 11 jours de l’élection pour saboter la campagne d’Hillary Clinton … une série de trucs bizarres, de
      fraudes électorales ( pour laquelle des proches de Trump sont même allé en prison) ont donc permi
      de rentrer à la MB un escroc qui avait désespérément besoin de l’immunité présidentielle pour
      se mettre totalement à l’abris de la justice.

      Ca c est un traumatisme assez solide ….

    2. richard311253 dit :

      Tellement d’accord avec vous, il faut aller voter mais combien de votes en plus il faudrait comptabiliser pour vaincre Donald ? 4,5, 6 millions ? car il semble que 3 ce n’est pas suffisant !

      Si on trouve qu’il y a quelque chose de malsain au USA dans cette façon de compter les votes, n’oublions pas que c’est à peu près la même chose ici au Canada. Ce n’est pas celui qui remporte le plus de vote qui gagne mais celui ou celle, bien sur, qui remporte le plus de contés.

  14. Mabuse dit :

    @Apocalypse : « Pour revenir à Michelle Obama, si elle dit qu’elle ne veut pas se mettre le nez dans la politique, on le respecte. »

    La faible participation au vote et la volonté de ne pas briguer les suffrages des électeurs sont les deux côtés de la même médaille, un peu comme le contraire de la saucisse Hygrade, moins de gens votent parce qu’il y a peu de bons candidats et peu de bons candidats se présentent parce que les gens ne votent pas.

    Pourquoi les gens honnêtes et droits voudraient-ils se voir salir par des « potineurs » de bas étage et voir leur vie scrutée 24 heures par jour et 7 jours par semaine en plus d’avoir à se battre bec et ongles contre des intérêts puissants pour simplement faire triompher le bon sens? La tentation est irrésistible de jeter l’éponge, tant pour les meilleurs candidats que pour l’électeur moyen, avec les conséquences que l’on voit avec l’administration Trump et le GOP.

    Pourtant, les républicains placent leurs pions (c’est le cas de le dire) et font avancer leurs politiques, profitant au maximum d’un système électoral qui les favorise, quitte à le tordre, et ce, depuis Reagan. Michelle Obama, si elle ne se présente pas à la vice-présidente n’aura rien fait pour se remettre de son traumatisme.

    1. spritzer dit :

      Sanders me semble honnête et droit, intègre. Il avait le feu, dommage que ça n’a pas fonctionné et le DNC n’a pas aidé. Les démocrates ne s’aident pas toujours il me semble.

  15. spritzer dit :

    «Ce n’était pas seulement après cette élection. Toutes les élections de mi-mandat. Chaque fois que Barack n’a pas obtenu du Congrès ce dont il avait besoin, c’était à cause de nos gens qui n’ont pas daigné voter. Après tout ce travail, ils avaient mieux à faire. C’est mon traumatisme.»

    Je regrette mais Barack n’avait pas livré la marchandise en 2010 avec le bailout des banques qui n’a rien apporté au peuple.

    1. Boileau dit :

      @ Spritzer

      P.c.q. vous croyez que le bailout actuel va rapporter plus au peuple.

      L’hyper-inflation, que plusieurs prévoyait après 2008, ne s’est jamais matérialisé… because le pétrole et gaz de schiste qui a suivi l’augmentation de la demande et maintenu l’inflation en bas du 2%.

      Maintenant, les facteurs hyperinflationistes ne se limitent plus seulement à une possible augmentation du prix de l’énergie …
      Les coûts de production vont exploser 💥 et le protectionnisme va compléter le travail avec des tarifs trumpiens!

      Bonne chance à tous retraités présents ou futurs.

      1. spritzer dit :

        « P.c.q. vous croyez que le bailout actuel va rapporter plus au peuple. »

        Je ne sais pas d’où vous sortez ça, mais pour le reste de votre commentaire je suis d’accord et on peut ajouter bien d’autres facteurs à la crise.

  16. Apocalypse dit :

    @Mabuse – 08:30

    👍👍

  17. Louise dit :

    « Ce traumatisme résulte de tous ces gens qui ne prennent pas au sérieux leur devoir de citoyen »

    Pour moi c’est le coeur du problème. Même si on déplore le fait que Joe Biden n’est pas charismatique, il ne peut pas à lui seul entraîner toute la population derrière lui si les gens ne sentent pas qu’ils ont leur part de responsabilité pour faire fonctionner une démocratie.

    Obama a suscité l’enthousiasme pour son élection et après les gens sont retournés à leurs petites affaires et ne l’ont pas soutenu pour des projets importants comme l’assurance maladie.. À l’élection de mi-mandat il a perdu la majorité à la Chambre.

    Ça fait plus de trois ans qu’on se désole sur ce blogue que les américains ne descendent pas dans la rue pour contester un président inapte qui est en train de saper les institutions démocratiques de son pays.

    La solution ? L’éducation. On devrait commencer dès l’école primaire à éduquer les jeunes à leurs responsabilités civiles. Si on leur fait voir dès le plus jeunes âge qu’ils ont un rôle à jouer dans la société pour mieux vivre ensemble, ils auront intégré cela à l’âge adulte.

    Je sais, c’est long, ça ne donne pas de résultats immédiats mais c’est nécessaire.

    1. jcvirgil dit :

      Il y a d’autres raisons. Obama a choisi les banques et Wall-Street plutôt que le peuple américain qui aurait probablement bien aimé l’application du modèle islandais , eux qui ont mis les banquiers fraudeurs en prison , plutôt que de faire fonctionner la planche à billet pour leur sauver le cul pendant qu’ils saisissaient leurs maisons.

      https://www.challenges.fr/economie/pourquoi-l-islande-met-les-banquiers-en-prison-et-pas-les-autres-pays_96449

      Il aurait aussi peut-être pu susciter plus d’enthousiasme pour les élections de mi-mandat si son plan d’assurance maladie n’avait pas été taillé sur mesure pour les compagnies d’assurances , le système de santé privé et les grandes pharmaceutiques…

      1. Gilles Morissette dit :

        @jcvirgil (05/05/2020 à 09:19)

        Vous avez raison concernant l’Obamacare mais il ya une explication.

        À l’époque, le président Obama souhaitait instaurer un programme d’assurance-maladie à payeur unique, un peu comme ce que nous avons au Canada. Un genre de « Medicare-for-all ».

        Toutefois, il a dû renoncer facer à l’opposition farouche de certains élus démocrates au Congrès qui menaçaient de ne pas appuyer son projet, y voyant un « danger pour leurs libertés individuelles » (!).

        Il a dû se rabattre sur un compromis qui a donné le système que l’on connaît même s’il savait très bien que celui-ci serait susceptible d’engendrer des problèmes de financement, ce qui est effectivement arrivé.

        En matière de santé, les Américains sont des connards. Il considère encore la santé comme un bien de consommation et non un service public comme au Canada.

        Pourquoi croyez-vous que Warren et Sanders se sont « cassés les dents » avec leur proposition de « Medicare-For-All »?

        Malgré toutes les ratés de leur actuel système de santé durant cette pandémie, certains croient encore que celui-ci est « le plusse meilleur du monde »

        Dire que certains tarés de la « Droite » de chez nous rêvent de privatiser certains pans du nôtre, sous prétexte « d’efficacité ».

      2. jcvirgil dit :

        @Gilles Morissette11h25

        J’endosse beaucoup de vos propos mais selon moi l’opposition de certains élus démocrates n’aurait pas du le faire renoncer à son projet, contrairement à Warren ou Sanders il était LE POTUS Il avait beaucoup d’appuis et sortait d’une élection où il avait dominé grâce à son discours sur le changement et la justice sociale.

        Selon moi ça tient plus à la personnalité conciliatrice d’Obama qu’aux pouvoirs résiduels de la présidence. Il faut cependant vouloir s’en servir, ce que fait à l’autre extrême Trump en bulldozant tout sur son passage.

        FD Roosevelt a eu autant d’opposition à l’époque du *New deal* qu’Obama a ou en avoir au début de sa présidence, ça ne l’a pas empêché de mener à bien les principales réformes qu’il voulait mettre en place.

        L’autre question qu’on peut se poser concernant sa présidence est aurait-il pu se permettre comme président afro-américain dans une société aussi divisée avec en plus un tel fond raciste de forcer le jeu sans risquer sa vie et des troubles sociaux importants ?

        Ça c’est une autre histoire…

    2. POLITICON dit :

      Suis d’accord avec vous mais c’est le charisme qui attire les foules, qui pousse le message jusqu’aux urnes et qui se traduit en votes pour le programme d’un politicien. Un politicien dont le discours n’est pas accrocheur, porteur d’une énergie nouvelle, originale et centré sur les vrais problèmes du citoyen ne traversera pas les présidentielles avec succès. Surtout en affrontant Trump avec ses accusations, ses mensonges, ses moqueries, ses théories du complot. Biden ne dégage pas cette énergie malheureusement et il ne faut pas compter sur le peuple pour lui donner une chance car ces élections seront difficiles à gagner.

  18. ProMap dit :

    Je peux comprendre le pessimisme de plusieurs. Je voudrais seulement dire que ça existe des politiciens ou politiciennes qui ont le coeur et le tête à la bonne place et dédiés à leurs concitoyens. Exemple ; Mme Ardem, Nouvelle-Zélande.

    Ne pas voter, c’est se priver de ces gens forts. C’est ne pas inviter ces gens à se présenter.

    Il faut cesser de se donner l’excuse du désabusé. La force d’une démocratie dépend de la force que nous y mettons tous et chacun. Il n’y a pas d’autre recette.

  19. A.Talon dit :

    Tout à fait d’accord avec Ms Obama. Accomplir son devoir de citoyen avec sérieux et constance est l’essence même de la démocratie. Si personne n’y croit individuellement, comment peut-on espérer qu’elle se maintienne collectivement?

  20. A.Talon dit :

    «y compris les Noirs qui ont boudé les urnes en 2016, phénomène qu’elle a ressenti «presque comme une gifle».»

    En un sens, il s’agit d’un comportement aussi déplorable que celui des sous-prolétaires trumpeux votant aveuglément pour le charlatan orangé. Par inconscience, paresse intellectuelle et je-m’en-foutisme, une large part de ces gens semblent mériter pleinement leur sort.

  21. A.Talon dit :

    «Ce qui n’empêche pas certains de continuer à rêver, y compris les organisateurs et bailleurs de fonds d’un tout nouveau «Comité pour recruter Michelle Obama comme vp»»

    Si ça ne serait pas de cette désagréable impression de succession dynastique (déjà vue en 2000 et 2016), Ms Obama constituerait un choix idéal. Pour cette raison, je la verrais plutôt oeuvrer à un autre niveau politique, tout comme Ms Warren.

  22. Aube 2005 dit :

    Aux States, c’est l’image du bully qui compte. À la télévision américaine, a peu près tout ce que l’on voit ou entend, ce sont des histoires de guerres, de meurtres, du héro qui met tout le monde à sa place et qui a une grange gueule et des AK-47 à l’épaule.
    Ce qui tient Toupet Jaune comme vedette aux States, c’est son slogan « YOU ARE FIRED!. Lui, c’est un bon américain, il met tout le monde à sa place qui prend son trou.
    The Best, the Greatest Shithole Country Ever.
    On voit le résultat.
    Aujourd’hui, si les amerloques ne sortent pas dans la rue avec tous ce qu’ils voient et entendent de leur GOUROU, ils sont condamnés pour un autre minimum de 4 ans puisque Toupet Jaune s’appropriera la couronne pour le reste de ses jours. La clef du changement c’est de prendre la rue.
    C’est très malheureux mais c’est ce qui se prépare.

  23. Gilles Morissette dit :

    Michele Obama soulève un problème qui est en train de mettre en péril nos démocraties: Le fort taux d’absentéisme lors des élections.

    Certains se trouvent toutes sortes de bonnes raisons pour ne pas aller voter: Les candidats, les programmes de partis, la politique ne les intéresse pas (« les politiciens sont tous de pareils, des crosseurs ») ,la température, etc.). Pourtant, on a tout fait pour augmenter le taux de participation: Augmentation du nombre de bureaux de votes, du nombres de jours de vote par anticipation, possibilité de vote par internet (dans certains cas), etc.

    Rien à faire. C’est à peine si le taux de participation augmente.

    Les gens ont perdu foi aux politiciens et aux institutions démocratiques..Ils sont convaincus qu’il n’ya plus rien à faire et que ça ne changera jamais.Tous les scandales, magouilles et autres arnaques qui ont frappé plusieurs pays, ont rendu les gens méfiants et cyniques.

    Il faut redonner confiance aux gens, leurs donner de bonnes raisons d’aller voter comme en 2008 lorsque le président Obama avait sû mobiliser des gens qui n’avaient pas l’habitude de se déplacer pour le faire.

    En 2016, les Américains ont payé très cher leur absentéisme car cela a permis à une crapule comme Tiny Brain d’accéder à la présidence. Même phénomène dans certains pays où des démagogues et des manipulateurs ont réussi à prendre le pouvpoir en profitant du fort taux d’absentéisme.

    Si les Américains répètent la même erreur en 2020 (certains vont se trouver encore de bonnes excuses notamment les « Bernie Bros »), ils nous auront démontré qu’ils ne sont qu’une bande de connards, incapables de tirer les leçons du passé.

  24. Michel Marceau dit :

    Elle devrait se présenter comme vp.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :