Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«Nous étions très opposés à la nature autoritaire de Cuba mais il est injuste de dire que tout était mauvais. Quand Castro est arrivé au pouvoir, vous savez ce qu’il a fait? Il a mis en place un programme massif d’alphabétisation.»

En prenant connaissance de cette déclaration de Bernie Sanders à l’émission 60 Minutes dimanche soir, des commentateurs ont conclu sur Twitter qu’il venait de dire adieu à la Floride, où de nombreux exilés cubains, nicaraguayens et vénézuéliens, entre autres, ont en horreur Fidel Castro et ses semblables.

Mais le sénateur du Vermont a fait un autre commentaire dimanche qui pourrait contribuer à sa «corbynisation».

«Le peuple israélien a le droit de vivre en paix et en sécurité. Il en est de même pour le peuple palestinien. Je demeure préoccupé par la tribune que l’AIPAC fournit aux dirigeants qui expriment de l’intolérance et s’oppose aux droits fondamentaux des Palestiniens. Pour cette raison, je ne participerai à leur conférence.»

Le meneur de la course à l’investiture démocrate a fait ce commentaire sur Twitter, soulevant l’indignation de l’influent lobby pro-Israël, qui a dénoncé une «attaque odieuse» et reproché au candidat de ne jamais avoir participé à sa conférence annuelle où «plusieurs de ses collègues démocrates du Sénat et de la Chambre se sont adressés à quelque 18 000 Américains de divers milieux – des démocrates, républicains, juifs, chrétiens, Afro-Américains, Latinos, progressistes, anciens combattants, étudiants, membres de la communauté LGBTQ+ – qui ont participé à notre conférence pour exprimer leur soutien à la relation États-Unis-Israël».

Les partisans de Bernie Sanders ne manqueront sans doute pas d’arguments pour le défendre. Le candidat socialiste démocrate a d’ailleurs lui-même expliqué à 60 Minutes que ses compliments à l’endroit de Castro, qui a fait tuer ou emprisonner des dissidents, dont des journalistes, ne sont pas pires que les mamours de Donald Trump à l’endroit de Kim Jong-un ou de Vladimir Poutine. Il a précisé que ces deux dirigeants ne faisaient pas partie de ses bons amis.

D’autres rappelleront que l’AIPAC donne souvent l’impression de soutenir le gouvernement d’Israël peu importe le degré d’intolérance qu’il manifeste à l’endroit des droits des Palestiniens.

Mais il se peut aussi que les déclarations de Bernie Sanders permettent à ses adversaires républicains de le dépeindre comme un autre Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste accusé de prôner des idées socialistes et d’afficher une franche hostilité à l’égard d’Israël. Corbyn a subi une déconfiture historique lors des dernières élections britanniques.

(Photo Getty Images)

99 réflexions sur “Sanders, Cuba et Israël

  1. Eric dit :

    Peut-être qu’il dit simplement la vérité toute nue.

    1. Dekessey dit :

      Pas peut-être, c’est tout à fait ça, et ça va jouer contre lui.
      Quand un politicien ment il est dénoncé et quand il dit la vérité il est détesté.
      🤷🏻‍♂️

    2. gamacheg dit :

      C’est vrai. Mais est-ce que toutes les vérités sont bonnes à dire?

      1. papitibi dit :

        Cette Vérité-là DOIT être dite.

        Les politiques Bibiesques sont à ce point odieuses que c’est le silence qui doit être dénoncé.

        Pour ce qui est de Fidel Castro, moi, j’étais encore à l’école primaire quand la Revolucion a sorti Batista de Cuba. Sanders, de quelques années à peine mon aîné, avait sans doute atteint la maturité et l’indépendance intellectuelle qui l’autorisait à comprendre à quel point Batista était à la fois un corrompu aux accointances mafieuses, et un pantin de Washington.

        Entre le Batista de 1959 et le Castro de 1959, tout être humain doté d’un peu de raison se rangerait du côté de Castro.

        Ce dernier n’est ni tout blanc ni tout noir, mais son bilan s’est détérioré avec les années…. avec les décennies. peut-être l’entourage et les ‘conseillers’ débarqués de Moscou y sont-ils pour quelque chose?

      2. Igreck dit :

        @papitibi
        Oui, ces vérités doivent être dites et redites pour qu’un jour elles finissent par prendre le dessus sur les non-dits, sinon les mensonges. Cependant, tant que l’électorat n’aura pas fait ce cheminement mental, il est contre-productif de se tirer soi-même dans le pied et permettre à ceux pour qui le mensonge profite de tenir la dragée haute et mener le bal. Les changements majeurs ne peuvent venir que de l’intérieur. Sans accès au pouvoir, nos idées (progressistes) restent lettre morte. Parmi les loups on hurle, une fois dans la meute on peut induire un changement de ton.

  2. POLITICON dit :

    On peut ne pas être d’accord avec Bernie, mais une opinion politique avec logique et bon sens amène un discours frais, paisible, sans insulte, sans mensonge. Ca amène le respect. Une réponse de politicien quoi! C’est 100 fois mieux qu’un président qui prétend en savoir plus que quiconque sur les moulins à vent qui donne le cancer.

  3. onbo dit :

    @monsieur Hétu

    Une coquille je crois au 3e paragraphe.

    « Il en est de même pour le peuple …palestinien »…. je pense.

  4. Apocalypse dit :

    Il y a des gens qui gagnent à être connus et il y a Bernie Sanders, plus j’en apprends sur cet homme et plus ce n’est clairement pas à son avantage.

    Quelqu’un le qualifierait d’extrémiste et je risquerais d’être partant 😢.

    1. jcvirgil dit :

      Parce que pour vous être modéré dans ses positions et dire la vérité c’est être extrémiste. Décidément je comprends que vous craignez la réélection de Trump . Il tellement de positions autant en politique intérieure qu’internationale que vous semblez partagez 🙂

  5. gl000001 dit :

    L’argent des lobby influencent les élections. ok.
    L’argent de Bloomberg influence les élections. Pas ok.
    Impeached trump fait des mamours à plusieurs dictateurs. Ok.
    Sanders dit que Castro malgré tout fait quelques bonnes choses. Pas ok !
    C’est pas drôle pour un candidat que le peuple soit aussi polarisé. Surtout quand on a des idées. Ca prend quoi alors pour se faire élire ? Etre rassembleur. Et pas rassembler certaines personnes pour mieux diviser le reste.

    1. Toile dit :

      « Que Castro malgré tout fait quelques bonnes choses. Pas ok »
      Que Sanders l’ai dit, lui ou un autre, je comprends difficilement votre propos. Est -ce à dire qu’il n’a rien fait de bon ? L’alphabétisation a tout même déboucher sur un ratio de médecins particulièrement élevé dans le monde. Mes excuses si j’ai mal compris.

      1. gl000001 dit :

        Je déplore juste que beaucoup de gens réagissent négativement à ce que Sanders a dit.
        Et je dis la même chose que lui et vous. Rien n’excuse les emprisonnements (et meurtres) politiques mais Castro a monté le niveau de vie de ce pays. Ils ont un taux de mortalité infantile plus bas que les USA. Ils ne se gènent pas pour nous le rappeler dans l’autobus entre l’aéroport et l’hôtel 😉

  6. fallaitquejteuldise dit :

    Sage réponse de M. Sanders par rapport à Cuba: les américains naturalisés ou pas doivent arrêter de vivre dans le passé, Castro est mort et les jeunes qui vivent à Cuba n’ont pas connu l’arrivée difficile du communisme sur l’ile. Après 60 ans, il est plus que temps de rallier les futurs dirigeants de ce pays avec une politique d’ouverture qui sera positive pour tous.

    1. danielm dit :

      Très juste et il faut ajouter que les nationalisations cubaines d’entreprises américaines par Castro n’ont jamais été pardonnées. Tout cela est très malheureux après les efforts de reconciliation réalisés par le président Obama.

  7. ghislain1957 dit :

    Bernie viens de se mettre un pied dans la bouche.

  8. Louise dit :

    Bernie Sanders est de plus en plus toxique pour le Parti Démocrate. Il est en train de prendre le contrôle du parti et c’est un indépendant faut-il le rappeler.
    Tout ça ne se produirait pas si les Démocrates avaient établi des règles claires dès le départ pour refuser les candidats qui ne sont pas démocrates. Exactement comme Trump l’a fait avec le parti républicain, il est en train de parasiter le parti démocrate afin d’en faire le parti de Bernie Sanders.
    Si j’étais démocrate, je commencerais à paniquer avant qu’il ne soit trop tard.

    1. Frederic Jobin dit :

      Le parti démocrate doit s’adapter ou disparaître…

      Je vous suggère le livre de Charlotte Alter :https://www.amazon.com/gp/product/0525561501/ref=dbs_a_def_rwt_bibl_vppi_i0

      Un changement générationnel s’opère, les milléniaux sont sur le point de prendre les rennes du congrès et du sénat, ça a déjà commencer et sera complété d’ici 10 ans… Et les moins de 45 ans sont d’abord progressiste avant d’être Démocrate…

      C’est une réalité qu’on ne peu plus nier…

  9. Jay112 dit :

    Le lobby israélien adore accuser les critiques d’Israël d’antisémitisme; malheureusement pour eux, contrairement à Corbyn Sanders est juif! Ils devront donc se limiter à de basses attaques sur son jugement ou sa connaissance des enjeux.

    Vous remarquerez d’ailleurs que la réponse de l’AIPAC est complètement vide de substance. Ils ne nient même pas la véracité des propos de Sanders!

  10. kelvinator dit :

    « ne sont pas pires que les mamours de Donald Trump à l’endroit de Kim Jong-un ou de Vladimir Poutine. »

    Le « whataboutism » est une plaie.
    On répond toujours avec un « what about » en citant quelqu’un de l’autre camp qui fait pareil ou pire, tentant d’excuser une erreur en pointant que les autres aussi font des erreurs…
    Quand je disais que Sanders avait beaucoup de difficulté avec la critique, s’en est un exemple!

    1. danielm dit :

      Vous avez raison de dire que c’est une (grande) faiblesse. En même temps, je ne crois plus en l’élection d’un président démocrate pour novembre 2020 (mais il se peut que j’ai tort en cette matière et j’en serais heureux!). Dans ce contexte, Bernie Sanders va plutôt préparer le terrain pour une plus profonde réflexion politique américaine qui devra se pencher sur l’après-Trump en 2024 alors que les défis seront décuplés pour la société américaine.

      1. Igreck dit :

        Quatre années supplémentaire de Trompisme et la « litière » sera en place pour que les Repus règnent malgré une présidence démocrate. Je dis litière à dessein car les Repus ont démontré hors de tout doute qu’ils ne respectent plus ni l’éthique et ni les règles explicites autant qu’implicites. Ce faisant et excusez ici les propos scatologiques, ils ch**** sur le Peuple et s’essuient ensuite avec la Constitution. Ils ont souillé à jamais leurs institutions et il faudra un courage et une force de caractère incroyables à ceux qui suivront et se donneront comme mission de corriger le désastre.

      2. danielm dit :

        Rien n’est impossible et la réalité dépasse parfois la fiction. La preuve, l’élection improbable (même pour plusieurs républicains!) de Donald Trump.
        La réélection anticipée de Trump sera à la fois sa plus grande heure et le début inévitable de son déclin car ce qui soude les républicains derrière le personnage, c’est sa promesse d’être réélu et par extension le parti républicain.
        Cette éventualité va disparaitre après sa deuxième élection et alors son chateau de cartes risque de s’effondrer plus rapidement qu’il le pense quoique je le soupçonne d’avoir préparer sa fuite depuis le début.

  11. danielm dit :

    Plusieurs sont effrayés par le radicalisme de Bernie Sanders sur plusieurs questions mais peu semblent voir dans la position « cubaine » de ce dernier, un désir d’ouverture qui rejoint toute la démarche du président Obama. D’autre part, tous et chacun savent très bien que le seul moyen de régler de façon tangible le conflit israélo-palestinien est de prôner la reconnaissance et la coexistence mutuelle sinon l’affrontement perdure.

    On ne peut réécrire l’histoire et on demande souvent aux politiciens la quadrature du cercle. Pour un politicien élu et malgré ses convictions même radicales, le pragmatisme et l’empathie doivent orienter sa conduite et ses décisions. Vous devez, à la fin, être « productif » (au sens positif) pour votre population et, bien souvent, celle-ci vous le rendra.

  12. fallaitquejteuldise dit :

    Les jeunes cubains ne doivent plus vivent avec un voisin qu’ils perçoivent comme celui qui est responsable de leurs malheurs; il faut allier leurs désirs au  « rêve américain ». M. Sanders ouvre poliment la porte avec l’éducation pour que l’on cesse de démoniser la vision communiste propagée par l’administration Trump.

  13. monsieur8 dit :

    «Les partisans de Bernie Sanders ne manqueront sans doute pas d’arguments pour le défendre. »

    Effectivement, il n’en manque pas. Le plus important argument est que Bernie a tout simplement raison.

    Pour une fois qu’on a un aspirant potus qui est capable d’objectivité vis-à-vis de l’AIPAC et de Cuba, ça vaudrait le coup d’écouter avant de déchirer sa chemise, non?

  14. jcvirgil dit :

    Sanders est un progressiste social . Il ne peut être un impérialiste militaire borné sur le plan international. a ne serait pas raccord. Le blocus économique qui écrase Cuba depuis près de soixante ans est ignoble.

    Au départ Castro a fait sa révolution pour sortir le peuple cubain de la pauvreté et du joug d’un régime dictatorial comme les aimait le pouvoir américain de l,époque . Ils y tiraient profit dans l’exploitation des richesses naturelles de l’ile et dans sa transformation en bordel et en casino pour puritains en goguette.

    Ils n’ont jamais voulu prendre acte du désir de la population cubaine de vivre libre et des appels de Castro au départ pour régulariser leurs relations, le poussant ainsi dans les bras de l’URSS.

    Quand au conflit israelo-palestinien, tout politicien qui n’endosse pas la colonisation du territoire palestinien et les exactions de l’état sioniste contre son peuple est aussitôt classé anti-sémite. C’est commode , d’autant plus que *la cobynisation* de Sanders servirait tellement bien les intérêts économiques de ceux qui dirigent aujourd’hui les États-Unis par marionnettes interposées.

    1. Aube 2005 dit :

      Très bon résumé de votre part. C’est concis et très clair.
      Les américains ont toujours aimé les dictateurs qui leur lèchent le derrière et qui font crever leur population pour s’engraisser.
      Il y a eu Batista à Cuba, et maintenant il y a Nethanyaou en Israël qui lui aussi joue le populisme pour éviter de passer en justice pour corruption. Qui s’assemble se ressemble.
      Les sionistes font aux Palestiniens ce qu’ils ont reproché à Hitler et n’arrêtent pas de se faire passer pour le seul peuple qui a subit des atrocités durant la dernière guerre mondiale. Il faut les prendre en pitié. Nenni pour moi.

  15. Maïs1988 dit :

    Il a vraiment des couilles en béton ce M. Bernie Sanders.

    En parlant de Cuba et de Castro, aller dire « il est injuste de dire que tout était mauvais ». Ouf!

    En parlant de l’AIPAC « Le peuple israélien a le droit de vivre en paix et en sécurité. Il en est de même pour le peuple palestinien. Je demeure préoccupé par la tribune que l’AIPAC fournit aux dirigeants qui expriment de l’intolérance et s’oppose aux droits fondamentaux des Palestiniens. Pour cette raison, je ne participerai à leur conférence ». Re-Ouf!

    Dans un pays, les USA, où « la guerre est la paix, la liberté est l’esclavage, l’ignorance est la force », un pays en état de guerre perpétuelle, la surveillance tous azimuts de ses citoyens, le transfert continue de richesse vers les ultra-riches, l’appauvrissement programmé de la classe moyenne, le mensonge érigé en vertu (choisissez votre président), où les héros (Julian Assange, Edward Snowden, etc.) sont poursuivis comme des chiens galeux, les criminels de guerre ont droit à des funérailles nationales, Bernie Sanders apparaît comme une lumière dans un univers de grande noirceur.

    Chapeau monsieur Sanders!

    1. monsieur8 dit :

      @Maïs: 👍

    2. Dekessey dit :

      Bon commentaire.

  16. Superlulu dit :

    Ironiquement la diaspora Cubaine à Miami et ailleurs en Floride, malgré qu’ils ont en horreur le régime Cubain, sont à voyager 2-3 voire même 4 fois dans leur île chérie.
    J’en connais des dizaines.
    Marié à une Cubaine, ils ont TOUS, sans exception, le drapeau Cubain tatoué sur le coeur.
    Essayez de parler contre l’île à un Cubain.
    Il va vous tomber sur la tomate en moins de deux.

    1. fallaitquejteuldise dit :

      A travers les difficultés vécues par le peuple cubain, Castro a su leur inculquer une grande fierté nationale… mais à quel prix? Je crois que les cubains sont surtout fier de leurs réussites gagnées dans l’adversité.

  17. fallaitquejteuldise dit :

    Que ce soit avec les cubains ou les palestiniens, la création de ponts entre les peuples permet de défolkloriser la peur de l’autre; les politiques d’inclusion entamés sous Obama et détruitent sous Trump, auraient permis, sans cautionner les régimes en place, un démonstration du bien fondé bipartite de leurs approches respectives. Au final, aux peuples de choisir la voie à suivre…

    1. fallaitquejteuldise dit :

      Cette approche « soft » permet de détruire un régime dit répressif par l’intérieur. Prenez l’exemple de l’Iran: confronté à ses demons, le peuple peut plus facilement, confronter ses dirigeants aux incongruités auxquels sont soumis le peuple. Les américains sont-ils assez intelligents pour cette approche libérale à la Sanders? J’en doute. Aux États-Unis, on mélange libéralisme et socialisme.

  18. lechatderuelle dit :

    au final en politique, mais surtout aux USA, il ne faut jamais dire le fond de sa pensée, il faut toujours coucher avec les lobbys, il faut toujours radoter les mêmes histoires pour faire peur au monde…..
    Sinon on vous traite d’extrémiste….

    eh ben, ça va bien côté démocratie aux USA….

    ça panique sur Castro mais ça applaudit Israël….

    la différence entre les 2 est que Castro les a foutus hors de son île….

  19. Jacques Rivard dit :

    Moi je veux juste que tout le monde dégage, et laisse passer soit Bloomberg ou Biden.

    À mon avis, ce n’est pas le temps d’analyser les candidats avec leurs qualités et leurs idées. À mon point de vue, Sanders a fait une grave erreur en disant la vérité. Et c’est très bien ainsi, car il fera peur aux démocrates qui désirent gagner la présidence, la chambre des représentants, et le sénat.

    C’est juste le temps d’avoir comme objectif de détrôner la famille royale qui s’est installée à la Maison Blanche.

    Et ne me parlez pas de la piètre performance de Bloomberg à son premier débat. Le monsieur va se reprendre. Pour lui, la tempête est passée.

    Biden devrait bien faire également.

    1. lechatderuelle dit :

      Jacques Rivard donc il ne fallait pas dire la vérité ?? étrange attitude… Faut donc mentir au peuple et les entretenir dans les légendes urbaines et les mythes….

      il faut donc un candidat de centre, drabe qui poursuivra la continuité et qui ment….
      je vois…

      1. gl000001 dit :

        « il faut donc un candidat de centre, drabe » qui aura une chance de se faire élire et là, il pourra faire des changements progressistes.
        Comme Impeached trump a fait mais ce coup-ci, pas pour favoriser le 1%.
        Du vrai populisme.

      2. Dekessey dit :

        @gl00001
        Libre à vous.
        Moi je préfère un candidat qui annonce franchement ses couleurs dès le départ et qu’il fait ce qu’il dit.

      3. gl000001 dit :

        Je préférerais ça moi aussi mais il doit arriver à se faire élire !

    2. Frederic Jobin dit :

      Préparez-vous à être déçu… La campagne de Bloomberg est condamnée, Sanders sera le nominé ne vous en déplaise et Sanders sortira Trumpy de la Maison Blanche… Vous l’aurez appris ici…

      De rien…

      1. Igreck dit :

        @Frederic Jobin
        Je ne souhaite pas de malheur à monsieur Sanders mais son attaque cardiaque est un sérieux avertissement pour n’importe quel être humain. À son âge (avancé) c’est un très très sérieux avertissement. Les attaques des candidat.e.s démocrates ne sont rien à côté de ce que lui réserve la Bête(ise) et ses gargouilles repues. Entendez-vous les meules qui permettent d’éguiser les longs couteaux ? Le pauvre Bernie va être haché menu. Il va se défendre bien sûr mais en adversaire vicieux, le GROS salopard va frapper fort là où ça fera le plus mal… jusqu’à l’épuisement et droit au coeur.

  20. Samati dit :

    Le but ultime des démocrates est de prendre le sénat et possiblement la présidence. Si ils échouent, la société américaine devra vivre avec un appareil judiciaire de droite ou d’extrême droite pour 10, 15, ou même 20 ans.

    Il sera trop tard pour les démocrates après le règne de Trump de changer l’environnement politique et social des USA.

    Sanders risque de remporter la nomination et faire perdre aux démocrates la possibilité de changer le système.

  21. Alexander dit :

    Casser du sucre sur Cuba et la Palestine, c’est de bonne guerre aux EU. Trump l’a fort bien compris.

    Démoniser l’adversaire pour mieux se remonter. Le lobby pro-Israel ou anti Castro est payant politiquement.

    Mais vivre dans la paix pour Israël et la Palestine, est-ce trop leur demander?

    Et, oui, le régime de Castro a eu ses affres, mais il a donné l’éducation et les soins de santé à sa population, dans un contexte d’embargo permanent.

    Politiquement, les positions de Sanders peuvent le couler car ce sont les lobbys qui mènent aux EU.

    Mais nuancer ne fait pas partie du discours politique américain, habitué aux formules creuses et stéréotypées. Tout est fast food.

  22. lechatderuelle dit :

    en bref, aux USA, le lobby des armes, le lobby israélien et les anti-castro, se faire voir dans une église ou entouré de Grands Boubous religieux, la main sur le coeur en criant Patriote et l’affaire est ketchup…. élection assurée…

    1. gl000001 dit :

      Donc, c’est mieux d’être drabe 😉

    2. jcvirgil dit :

      C’est pas certain…Susciter assez d’enthousiasme et d’espoir de changement pour entraîner aux bureaux de scrutin , tous ceux qui ne croient plus au rêve américain d’égalité pour tous et constatent chaque jour qu’ils vivent dans une ploutocratie, un gouvernement pour les riches et par les riches, c’est probablement la seule manière de sortir Trump du pouvoir.

      Toute comparaison est boiteuse mais qui aurait cru un an avant l’élection d’Obama qu’un noir pouvait devenir président ? Le formidable élan qui a permis cette réalité dans un pays où une assez grande partie de la population est plus ou moins profondément raciste, ne pourrait-il pas se répéter pour un candidat qui représente l’espoir d’une meilleure justice sociale ?

      1. Igreck dit :

        L’Homme vit d’espoir !

  23. Jacques Rivard dit :

    @lechatderuelle

    En politique, comme dans la vie de tous les jours, il y a un temps pour parler, et un temps pour se taire.
    Mais je ne dis pas qu’il aurait dû mentir.

  24. spritzer dit :

    L’AIPAC n’a plus tout à fait le même poids que jadis il me semble. Je ne pense pas que Sanders subira le même traitement que Corbyn parce que ce serait mettre le spotlight sur Israël et les reproches qu’on lui adresse dans son traitement des Palestiniens, surtout chez les démocrates partisans de Sanders.

    Au demeurant, Bernie n’est pas si critique d’Israël, moins que Corbyn en tout cas.

  25. Jean dit :

    Entièrement d’accord avec Bernie.
    Il y a des pays pires que Cuba et pourtant ils sont des alliés des États-Unis. On peut penser à l’Arabie Saoudite par exemple. Il y a donc aux États une éthique à géométrie variable qui sent l’hypocrisie à plein nez. Quant à Israel, on peut être contre les politiques du gouvernement. C’est un pays comme les autres. Bien entendu quelqu’un qui ose critiquer le gouvernement se fait traiter de tous les noms.

  26. ducalme dit :

    Depuis la guerre hispano-américaine de 1898, Cuba est devenu un puppet state contrôlé par les États-Unis.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_hispano-am%C3%A9ricaine

    Une population analphabète, ne bénéficiant pas de services de santé dignes de ce nom et des ouvriers peinant à l’ouvrage devant de voraces capitalistes américains.

    Un gouvernementl iberticide, celui de Fulgencio Batista avait succédé à tous les autres valets des États-Unis qui s’étaient maintenus au pouvoir. Depuis le début du siècle.

    La révolution de 1959-1960 représentait un grand bond pour le peuple cubain, mais Castro faisait face aux capitalistes US débridés qui régnaient en rois et maîtres.

    Cependant, Castro ne procéda pas vraiment à des nationalisations, mais bien à des confiscations et des réquisitions de biens américains.

    Et c’est ça qui a fait mal aux possédants américains; s’ils avaient été proprement indemnisés, ils auraient sans doute rouspété, mais auraient pris leur profit.

    Ces réquisitions ont amené l’isolement de Cuba par les USA, prélude au blocus de 1962.

    Castro voulait un peuple libre, instruit, soigné et qui ne serait plus affamé.

    Que lui restait-il comme option ? Moscou qui fournit du pétrole et des denrées contre du sucre et qui y a vu une occasion extraordinaire d’y installer des missiles à moins de 100 milles des côtes américaines.

    La tentative avortée de la Baie des Cochons et la crise de 1962 firent le reste et l’exode cubain battit son plein.

    Le Canada qui ne subit aucune perte directe du fait de la révolution cubaine ne s’y trompa pas; tous les gouvernements, que ce soit celui du conservateur John Diefenbaker ou du nobélisé libéral Lester B. Pearson ont maintenu des relations diplomatiques plutôt harmonieuses avec La Havane.

    Pierre Trudeau et Fidel Castro devinrent des amis personnels.

    Que le régime castriste soit demeuré un régime autoritaire trop longtemps, c’est un fait; pourquoi en 2020 maintenir des politiques liberticides ?

    Mais je vois Cuba comme un Canadien, pas comme un Américain qui a grandi dans la haine du Cuba actuel, sous l’inspiration d’une presse à la Dewitt Wallace.

    Barack Obama avait tenté un rapprochement avec Cuba, lequel fut miné par Donald Trump.

    Bernie Sanders veut aller plus loin et je ne sais franchement pas s’il y arrivera, mais il est excellent que le sujet soit abordé.l

    Quant aux relations israélo-palestiniennes, Sanders est dans la même mouvance que Jimmy Carter.

    Ce n’est pas Sanders qui aurait reconnu Jérusalem comme capitale éternelle de l’état d’Israêl et s’il est élu, il ne faut pas s’attendre à des miracles de ce côté.

    Pendant ce temps et ça dure depuis longtemps, les Canadiens et particulièrerement les Québécois s’arrachent les places disponibles pour oublier l’hiver en séjournant dans l’hôtellerie cubaine.

    Airbnb y offre même des locations.

    Est-ce que tout cela va nuire à Sanders ? Certainement dans une certaine couche de la population, notamment chez les Cubains plus âgés qui ont choisi l’exil, mais cela peut lui être bénéfique chez ceux qui sont nés 25, 30 ou 40 ans après la révolution cubaine, mais avant 2002 date ultime pour pouvoir voter en novembre.

    Le plus grand mérite de Bernie Sanders aura été de tenir à ses convictions à une époque où il était l’un des rares politiques à le faire

    1. onbo dit :

      @ducalme

      merci pour la rétrospective et l’état de la situation pour novembre.

    2. gl000001 dit :

      Et ils nous aiment bien les canadiens car une compagnie canadienne les a aidés à trouver et exploiter le pétrole qu’ils avaient chez eux. Ils sont plus indépendants depuis.

  27. Apocalypse dit :

    @jcvirgil – 07:58

    Cuba n’est pas une démocratie, même si c’est ce que pense certains, mais bien plus une dictature où Fidel Castro a été au pouvoir pendant des ‘millions’ d’années. Dans une démocratie, le pouvoir est exercé par des civils et dans une dictature, par quelqu’un qui veut le pouvoir a tout prix, est prêt à bafouer tous les droits des citoyens pour le garder. Si tu es prêt, et le fait, à écraser quiconque dit un mot contre toi, alors ne vient pas parler de tes sous-disants accomplissements, tu t’es disqualifié.

    Pour ce qui est des propos sur Israël, … misère … Bernie Sanders; Israël doit se défendre parce qu’on piétine, écrase, confine à un territoire de plus en plus petit les palestiniens depuis des décennies. Quelqu’un est surpris que les palestiniens en aient assez? Si Bernie Sanders avaient des ‘balls’, il aurait critiqué sans ambages la sauvagerie des isréaliens envers les palestiniens, pas nous dire une platitude comme Israël a le droit de se défendre.

    Bernie Sanders 👎👎.

    1. gl000001 dit :

      « est prêt à bafouer tous les droits des citoyens pour le garder »
      Les USA se sont disqualifiés donc 😉

    2. jcvirgil dit :

      @Apocalypse

      Vous êtes contradictoire dans vos propos .D’abord il n’y avait pas d’autre choix qu’une révolution armée pour sortir Batista du pouvoir à Cuba. Pourquoi le régime de Castro s’est-il transformé en la dictature que vous décrivez ? C’est qu’il n’avait pas d’autres choix au départ pour résister à toutes les tentatives d’assassinats , d’invasion de l’île et à l’ignoble blocus économique qui affame sa population depuis soixante ans par le géant à 90 milles de ses cotes.

      Pour le gouvernement américain il fallait faire une exemple pour enlever toute velléité de suivre l’exemple cubain aux peuples qui constituent ce qu’ils considèrent comme leur arrière cour. Comment aurait pu évoluer le régime si au lieu de lui opposer la violence et la misère pour le forcer à rentrer dans le rang , le gouvernement américain avait pris acte du désir d’émancipation de la population cubaine et avait acceptée de négocier sa normalisation ?

      On ne le saura jamais

      Pour ce qui est de la position de Sanders sur le conflit israelo-palestinien , vous le traitez d’extrémiste , alors qu’il démontre une critique somme toute modérée du régime en l’enjoignant d’un autre côté à plus de fermeté.

      1. _cameleon_ dit :

        @jcvirgil
        « il fallait faire une exemple pour enlever toute velléité de suivre l’exemple cubain aux peuples qui constituent ce qu’ils considèrent comme leur arrière cour »

        Voilà a mon sens une des principale raisons de cette punition collective qu’est le blocus de la part des USA.

        Mais aussi, il fallait tout mettre en œuvre pour que le régime communiste soit un échec. Le contraire aurait été catastrophique pour les intérêt$ néocoloniaux des USA en Amérique latine,

        Et ils y on mis le paquet !

    3. M.Rustik dit :

      Bonjour Apocalypse, j’endosse le fait que Cuba est une dictature, mais je ne peux pas partager le concept « prêt à bafouer tous les droits ». Sur l’ensemble des droits humains reconnus par l’ONU, tel que le droit à des soins de santé, le droit à l’éducation, le droit à la prise de parole politique, Cuba n’enfrain pas plus de droits que les USA par exemple. Cuba enfrein des droits différents, certes, mais plus, je ne crois pas. Des droits plus important? Encore là, faut-il classer les droits de la liste en ordre d’importance?

      La dictature cubaine est intriguante… une sorte de dictature hybride. Loin de la dictature de Mobutu, loin de la démocratie corrompue haïtienne. Comme je dis, elle occupe une position intriguante.

      Est-ce que j’aime leur dictature? Pas vraiment, mais étrangement elle a eu du bon sur certaines facettes. Est-ce que je aime la ploutocratie américaine actuelle et ses dérives trumpiennes? Pas vraiment (et là, je cherche encore à savoir où cette actuelle dérive peut avoir du bon).

  28. Apocalypse dit :

    @gl000001 – 09:44

    Pas les Etats-Unis, mais Donald Trump et les républicains: OUI! 😢

    1. gl000001 dit :

      Mouais. C’est une démocratie. Tout le monde partage le blâme.

  29. Yolande C. dit :

    Les positions de Bernie Sanders vont forcer les autres candidats démocrates à se commettre et exposer leur point de vue.

    On va vite tomber dans le patinage artistique car la question cubaine et la question israélo-palestinienne ne font pas l’unanimité, loin de là chez les démocrates.

    Donald Trump a peut-être réussi un coup de maître en devenant le président le plus pro-israélien de l’histoire.

    Si par suite des positions démocrates ou du louvoiement de ceux-ci, la communauté juive et le capital juif devaient délaisser les démocrates pour les républicains, la lutte sera très intéressante d’ici le 4 novembre.

    D’ailleurs, elle l’est déjà.

  30. Serge Mtl dit :

    Sur Cuba…

    Obama avait commencé, dans la mesure de ses possibilités politiques, à faire preuve d’ouverture vis-à-vis de Cuba. C’était un début prometteur pour que les Cubains, après avoir goûté au potentiel économique de l’arrivée des américains dans leur économie, puissent exiger de leur gouvernement une ouverture sur le monde ou à la démocratie. C’était la chose à faire à l’époque même si une partie de la population américaine était contre…Ca prenait des couilles et il les a eu…On sait maintenant ce que trump a fait de cet avancée…

    Sur Israel

    Depuis plusieurs décennie, j’affirme que JAMAIS il n’y aura de règlement valable au conflit Israélo-Palestiniens tant que les E-U se rangeront SANS nuances derrière Israel….Avec l’appui inconditionnel des USA, Israel devient arrogante et ne peut s’ouvrir à une solution….L’ idée de trump et Jared que ce conflit peut se régler en donnant tout à Israel et rien aux palestiniens est tout simplement idiote…

  31. Bidulen dit :

    Un conseil pour Bernie
    1- Certaines vérités ne sont pas bonnes à Dire avant une élection. Il faut les dire après. D’autres, oui…

  32. Henriette Latour dit :

    Serge Mtl

    👍👏

    1. Haïku dit :

      Je seconde ! 👌

  33. leonard1625 dit :

    Je salue le courage politique de Sanders.

  34. treblig dit :

    Sur le système de santé cubain, 2 indicateurs mesurent très bien l’état de santé de la population : l’espérance de vie et le taux de mortalité infantile. Auxquels on peut ajouter des indicateurs plus spécialisés comme le taux de survie 5 ans après un premier diagnostic de cancer.

    Surtout des indicateurs indiquent que l’on peut avoir une population plus en santé ( Cuba) sans recourir à un arsenal d’équipements spécialisés coûteux ou de médicaments issus de la dernière recherche médicale. Ça c’est un message aux docteurs américains.

  35. Gilles Morissette dit :

    Sanders devrait pourtant savoir qu’en politique, toute vérité n’est pas bonne à dire.

    Oui, Cuba a fait des progrès au niveau de l’aphabétisation de sa population et par la mise en place d’un régime unversel de santé publique.

    Cependant, la population en a payé le gros prix. La mise en place d’une dictature répressive, voire sanguinaire, dirigé par un despotre qui avait des liens avec les narco-trafiquants de Colombie (Castro s’en mettait plein les poches), où toute velléité de liberté individuelle est brutalement réprimée.

    Cessez d’idéaliser ce régime et regardez la réalité en face. Il y a des zones d’ombre à Cuba et, si on se donne la peine de fouiller un peu, on va s’apercevoir que ce pays, en termes de répression, n’a rien à envier à d’autres dictatures.

    Je donne raison à Sanders sur l’attitude d’Israël face au peuple palestinien. Ce conflit est largement alimenté par la haine profonde du gouvernement d’Israël envers tout ce qui vient de la Palestine. Tant et aussi longtemps que Netanyahou et sa bande de fripouiles seront là, aucun espoir de paix durable ne sera envisageable.

    Et ce n’est pas le « Plan de Paix de Jarred » (non mais quel connard celui-là) qui va arranger les choses.

    Quoiqu’il en soit, que les « Répugnants, à partir de maintenant , » vont sauter sur tout ce que Sanders a pu dire ou dira pour le démoniser.

    Le vieux socialiste va leurs fournir tout le matériel qu’il faut pour le faire.

    De toute beauté !!

    Ça ne fait que commencer

    1. gl000001 dit :

      « Cessez d’idéaliser ce régime »
      Qui l’idéalise ici ?

    1. Haïku dit :

      En effet, très bonne analyse !
      Merci R. Hétu. 👌

  36. Jacques Rivard dit :

    Je félicite tous ceux qui par leurs commentaires, démontrent que Sanders, bien qu’il ait de bonnes idées, et du courage de les dire, haut et fort, collabore directement à garder à la Maison Blanche, la famille royaleTrump.

    Sanders se concentre sur ses idées, ce qui est bien en soi, mais oublie
    l’urgence du moment. Comme si un pompier ayant 40 ans d’expérience, était en train d’expliquer, durant un terrible incendie, une nouvelle méthode d’intervention moins coûteuse et plus pratique.

    Ce n’est pas le bon moment.

    Pour la bonne cause, celle de ton peuple, dégage.

  37. Igreck dit :

    HS mais si peu finalement… À LIRE
    Comme Wolff et Woodward l’avaient fait en 2018, Leonnig et Rucker brossent un tableau angoissant du dysfonctionnement de la Maison-Blanche sous Trump. A Very Stable Genius, le résultat d’un travail acharné, se lit comme une histoire d’horreur. Le climat d’immoralité atteint un niveau tel que cela est presque comique. Mais cela ne l’est pas, les États-Unis étant la plus grande puissance militaire jamais vue.
    https://www.lesoleil.com/chroniques/gilles-vandal/un-genie-tres-stable-6b9259529ecbae3b2062495ce0fe8558

    1. Haïku dit :

      Merci pour le lien. Effectivement, À LIRE.

  38. Gilles Morissette dit :

    @gl00001 (24/02/2020 à 11:27)

    Il existe une certaine mouvance chez une partie de la « Gauche québécoise » qui tend à embellir les réalisations du régime cubain mais qui « oublie » les côtés « moins reluisants ».

    On en retrouve certains éléments sur ce blogue. Pas besoin de les nommer. Suffit de lire les commentaires.

    Le régime Castro a succédé au régime de Batista, un dictateur encore plus sanguinaire que Castro. Celui-ci était soutenu par les grosses compagnies américaines et la Mafia et avait réduit sa population à la misère pendant que lui et ses complices s’en mettaient plein les poches.

    Au début, Castro avait de bonnes intentions et les Américains étaient, dans une certaine mesure, prêt à s’accomoder de ce régime jusqu’au jour où les nouveaux dirigeants cubains ont décidé de nationaliser les entreprises américaines.

    Les choses se sont mises à déraper et le reste fait partie de l’HIstoire.

    Cuba est et restera un paradoxe pour beaucoup d’entre nous. J,y suis déjà allé pour des vacances. Endroit magnifique, belles plages, gens sympathiques mais on sent, si on se promène un peu, le poids de la dictature qui y sévit.

    1. kelvinator dit :

      La défense de tel dictatures, avec le recul objectif de plusieurs décénnies, ne peuvent que révéler la nature liberticide et mauvais de ces régimes.

      À quoi bon savoir écrire, si on vous tue pour critiquer le parti communiste?

  39. Apocalypse dit :

    @Jacques Rivard – 11:57

    Effectivement, M. Sanders a de bonnes idées, mais malheureusement, aucune souplesse ou flexibilité dans ses idées. Pour implanter tes idées, il faut que tu sois en position de pouvoir et M. Sanders risque fort d’en apeurer assez pour laisser le champ libre à M. Trump.

  40. kelvinator dit :

    C’est vrai comme le dit Sanders que tout n’est pas mauvais à Cuba.
    Par contre, cela fut accompli à quel prix? La liberté?

    Il faut reconnaitre les bons et les mauvais coup.
    Par contre il ne faut pas excuser les second par les premiers.

  41. Gilles Morissette dit :

    L’entrevue de Sanders à l’émission « 60 minutes » là où il parle de « Medicare-For-All » devrait commencer à inquiéter les Démocrates.

    Ce type n’a aucune idée de ce dont il parle. Il a même des airs de Tiny Brain.

    Anderson Cooper lui a donné juste assez de corde pour qu’il se pende. Tiny Brain n’en demandait pas tant.

    Réveillez-vous les Démocrates avant qu’il ne soit trop tard.

    https://www.cnn.com/2020/02/24/politics/bernie-sanders-donald-trump-2020/index.html

  42. InfoPhile dit :

    @Gilles Morissette

    «La mise en place d’une dictature répressive, voire sanguinaire, dirigé par un despotre qui avait des liens avec les narco-trafiquants de Colombie (Castro s’en mettait plein les poches)»

    Ça me fait mal de lire une telle fausseté venant d’un commentateur structuré et généralement bien informé.

    Sur la question du trafic de la drogue Castro était intransigeant. C’est ainsi qu’un de ses généraux assez proche de lui, qui y avait succombé, a été condamné à mort. Castro s’est alors mis à dos les proches de ce général qui réclamaient clémence, en vain, car il savait pertinemment où ce genre de dérive pouvait mener.

    Il est facile aujourd’hui de pointer le régime castriste en dénonçant les châtiments réservés aux tortionnaires et assassins de Batista. Mais les faits les justifiaient terriblement tellement ils étaient coupables, irrécupérables et dangereux. Des sadiques en partie formés par la CIA.

    Il y aurait tant à dire. Mais le devoir m’appelle. A + peut-être.

    1. kelvinator dit :

      @InfoPhile
      Il serait curieux que vous démontrez en quoi Gilles Morissette est aussi mal informé, alors que ce qu’il énonce est démontré et n’a rien de controversé.

      Les preuves de ses liens avec des trafiquants de drogues, ainsi que de répression sanguinaires sont nombreuses. Votre exemple démontre peu.

      1. _cameleon_ dit :

        @kelvinator

        Pouvez nous vous fournir vos sources sur ces deux sujet svp ?

      2. kelvinator dit :

        Pour ce qui est de l’implication de Castro dans le trafic de drogue pour déstabiliser les USA, le congrès s’est penché sur la question début 2000.
        https://www.govinfo.gov/content/pkg/CHRG-106hhrg69521/pdf/CHRG-106hhrg69521.pdf
        (fin p.12)
        « While insufficient data exists documenting a precise 1970’s inception, it can be ascertained from information obtained during Senate
        and House congressional hearings held in 1982; also from the indictment of four senior government officials in November 1982 by
        the U.S. Attorney for the southern district of Florida as a result of
        the Jaime Guillot-Lara case; and from numerous reports by the Department of State, Department of Justice and our intelligence
        agencies, that the Castro connection to narcotics trafficking was in
        place by the early to mid-1980’s. »

        Pour « dictature répressive », il faut toujours contourner la destruction des preuves par les dictatures pour montrer la vérité.
        https://cubaarchive.org/our-work/the-project/

      3. _cameleon_ dit :

        @kelvinator

        Je vois …

        Merci.

        Je n’ai rien à ajouter.

        Sauf peut-être ceci:

        Orishas – Muévelow (Official Video) ft. Madcon

      4. _cameleon_ dit :

        Fox ! Mauvais lien !
        WP i Hate ya !

      5. _cameleon_ dit :

        @Kelvi

        Mais pas sur que tu te peux te ‘muever’ le cerveau tant il me semble être pris dans une gangue de propangantite aiguë.

        Pauvre toi, tu manque le meilleur à te crisper dans ton aigreur .

        Beep ! Pensez-y comme diasiat …

      6. kelvinator dit :

        @_cameleon_
        On m’accuse gratuitement d’être à la solde des propagandiste, sans la moindre preuve, ni même un argument. Tout ça parce que j’ai montré à quel point Castro est un monstre?!?

        Et vous parlez d’aigreur…

        J’ignore pourquoi, mais débattre des exactions de Castro est similaire à débattre avec des conspirationnistes. Ce n’est pas les preuves qui compte, uniquement les qualification de la personne qui parle.

  43. _cameleon_ dit :

    @Gilles Morissette

    Prière de soigner le choix de vos sources d’informations sur ce qu’est le Cuba d’aujourd’hui.
    Sinon vos propos empestent de la pire des propagande anti Cubaine.

    Suggestion: Allez passez une semaine ou deux à La Havane (oubliez les tout-inclus … etc) et voyez de vos PROPRE yeux !

    No voy a hablar mas …

    1. Haïku dit :

      Buena responder ! 😉

  44. _cameleon_ dit :

    Comme plusieurs autres l’ont souligné le contraste entre le Cuba d’aujourd’hui et celui d’avant la révolution est frappant.

    En quelques décennies, et malgré les énormes difficultés, le régime Cubain est parvenu a faire de Cuba l’un des pays les mieux éduqués, avec la meilleure espérance de vie, de tous les pays d’Amérique latine. Ce qui n’est pas rien lorsque l’on compare avec ce qui prévalait avant, Éducation et soins de santés inexistants sauf pour une petite élite. Malnutrition, exploitation, pauvreté extrême des paysans, Oubliez l’électricité ou l’eau courante.

    La grande majorité des terres étaient sous contrôle étranger (mostly USA) et servaient à produire de la canne à sucre, pour l’exportation.

    La révolution a tout changé et ils paient encore pour avoir dit « Fuera gringos ».

    Pour ce qui est des coté sombres:

    Oui il y a eu des purges des collaborateurs et contre révolutionnaires. On ne fait pas une révolution sans casser …

    Ensuite tout ce qui allait contre la révolution n’était pas tolérée et pouvait entrainer de lourdes peines.

    Il y a eu emprisonnement pour délit d’opinion, plusieurs très largement connus.

    Il n’y a toujours pas de presse ‘libre’ à Cuba (et certains vous dirons que ça s’explique assez facilement … connaissez Radio et TV Marti made in Miami ?) (…)

    Mais les choses ont tout de mème évolué.

    Pas de liberté individuelle ? Non là-dessus, rien à redire, suffit de voir la jungle humaine qui illumine la capitale.

    Les Cubains craignent toujours de parler ‘politique’ … en public. réflexe ancien et persistant, séquelles de l’ère parano post révolution ou un régime de dénonciation à eu cours …

    Mais les choses elles changent doucement.

    Sur ce:

    Me voy en mi casa:

  45. _cameleon_ dit :

    Parlons de blocus pétrolier …

    Depuis Octobre, Cuba ne reçoit qu’une parti du pétrole échangé avec le vénézuela selon l’entente conclue entre les deux nations pour échanger de l’assistance médicale contre du pétrole.
    Cause Les USA imposent des pénalités massives aux compagnies qui acceptent de transporter du pétrole du VZ vers Cuba.

    Cela contrevient à toutes les lois et traités internationaux.

    Conséquence. Pénurie de transport en commun, files énormes aux stations d’essences. Pénuries de toutes sortes dues au manque de transport. Et pire …

    Bravo USA good job. 🙁

    1. kelvinator dit :

      Pour soutenir la dictature de Maduro qui affame des milliers de gens, Bravo Cuba, Good job…

  46. _cameleon_ dit :

    Et puisque on parle de Cuba.

    Hay unas cosas que no se vende ni se compra.
    Y la cultura du un pueblo fuerte est una de ella.

    Leoni Torres – Idilio (Video Oficial) [Remaster | HD]

    1. Haïku dit :

      @_cameleon_
      RE: »Hay unas cosas que no se vende ni se compra.
      Y la cultura du un pueblo fuerte est una de ella. »

      -« Muy bien dicho mi amigo »(Haïku).

  47. _cameleon_ dit :

    @Gilles Morissette

    Comment pouvez vous expliquer que …:
    « … une dictature répressive … »

    Puisse permettre la production de ceci ?

    Gente de Zona – La Gozadera (Official Music Video) ft. Marc Anthony
    https://www.youtube.com/watch?v=VMp55KH_3wo

    Je serai à La Habana en avril, je vous sert de guide ?

    1. kelvinator dit :

      Vous parlez bien de cubains signé par Sony Music Entertainment US Latin?
      En quoi cela prouve l’ouverture de Cuba, sinon l’obligation d’aller ailleurs?

  48. kelvinator dit :

    Ces commentaires de Sanders sur Castro me font penser aux commentaires sur Trump.

    « Nous étions très opposés à la nature autoritaire de [Trump] mais il est injuste de dire que tout était mauvais. Quand [Trump] est arrivé au pouvoir, vous savez ce qu’il a fait? Il a mis en place un programme massif d’[embauche].»

    Comme toujours, il faut changer les partis concernés pour remettre en place la perspective. Vu de même, la défense de Castro tient bien moins la route, et est encore plus difficile à défendre, si jamais quelqu’un veut se risquer?

Répondre à jcvirgil Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :