Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«Voyons, ce gars-là n’est pas Barack Obama!»

Joe Biden, ancien vice-président des États-Unis et candidat à l’investiture démocrate, répondant à un journaliste qui lui demandait si ses critiques sur le manque d’expérience de Pete Buttigieg ne rappelaient pas celles d’Hillary Clinton à l’endroit de Barack Obama en 2008.

P.S. : L’ancien vice-président, qui pourrait connaître une autre performance décevante mardi à l’occasion de la primaire du New Hampshire, a déclaré samedi que le Parti démocrate courrait un risque en choisissant «quelqu’un qui n’a jamais occupé une fonction plus élevée que celle de maire de South Bend». Peu avant, il avait diffusé cette pub sarcastique comparant son expérience à celle de son rival :

P.P.S. : La réplique de Buttigieg lors d’une intervention à Manchester samedi soir : «Les Américains des petites villes, des communautés industrielles et, oui, de nos plus grandes villes, en ont assez d’être réduits par les politiciens de Washington à un punchline, et sont prêts pour quelqu’un qui soit leur voix dans la capitale américaine. Et c’est de cette façon que nous vaincrons Donald Trump.»

(Photo Reuters)

85 réflexions sur “La citation du jour

  1. Capitaine B dit :

    Peu importe qui remportera la primaire démocrate, trump n’aura pas besoin de beaucoup d’imagination pour attaquer son adversaire. Il n’aura qu’à répéter ce que le démocrates auront sorti contre leur propre candidat.

    1. titejasette dit :

      Peu importe qui remportera la primaire démocrate, c’est lorsqu’il (elle) comme Trump aura fait scier la planète pendant ces qq annés que le monde saura véritablement de quelle bouse il (elle) se chauffe..

      Je me souviens comme d’hier. Les jours suivants les élections de Trump, j’ai partagé mes craintes et mes déceptions avec qq uns de mes voisins. TOUS sans exception, m’ont rassuré: Le pays sera gouverné par Trump mais la gouverne sera partagée et le Congrès pourra toujours intervenir pour le rappeler à l’ordre. Avec du recul, je réalise que j’avais sous estimé les conneries du Connard.

      Je vous préviens. Tous les candidats semblent être plus potables que Trump mais là on compare du monde « normal » avec un Prézi qui a critiqué la Prézi du Danemark. C’EST L’BOUT D’LA MARDE.

      Le billet parle de tempête et de vaguelettes entre candidats. Ca m’a fait sourire !

      Mais on n’a pas encore parlé de l’effet OBAMA ? Ca ne devrait pas tarder.

      Je vous envoie un peu de lecture du dimanche à cet effet

      https://finance.yahoo.com/news/why-trump-will-lose-in-2020-133414780.html

      1. Haïku dit :

        titejasette
        Merci pour le lien. En effet, très intéressant l’article.

    2. papitibi dit :

      Ne disait-on pas la même chose de tous ces candidats à l’investiture Républicaine en 2016?

      Trump – un outsider multipliait les insultes et les accusations mensongères à l’égard de ses adversaires Répus, dont certains n,ont pas manqué de répliquer.

      Et pourtant…

  2. ghislain1957 dit :

    Je crois que le niaisage a assez duré, passez à autre chose que de vous entre-tuer. Pour ma part, le seul candidat ayant le potentiel d’écraser tiny orange clown est Bloomberg, ce serait grand temps que le parti Démocrate se rallie derrière lui.

    1. Mouski dit :

      @ ghislain. Bien d’accord et avec Buttigieg comme co-listier.

      1. Achalante dit :

        Non. Deux hommes blancs comme président/vice-président, ce n’est acceptable que pour les Républicains. Il faut soit une femme, soit une personne d’une minorité visible (voir même, une femme d’une minorité visible, si c’est un homme blanc qui remporte l’investiture) pour les Démocrates, ou un grand pan de la population risque de ne pas voter encore une fois.

        Non seulement les hommes blancs ne sont pas la majorité de la population aux États-Unis, mais beaucoup d’entre eux sont irrémédiablement républicains. Mais si quelqu’un peut faire sortir le vote afro-américain, latino, et féminin, tout en supportant les personnes blanches et désabusées (par exemple, avec Medicare for All), alors les Républicains n’ont pas une chance.

      2. kelvinator dit :

        @achalante
        Je préfère voter pour la qualité d’un candidat que pour la couleur de sa peau ou son sexe…

      3. Igreck dit :

        @Kelvinator
        La qualité oui… pour des électeurs informés, qui peuvent peser le pour et le contre d’une candidature de qualité ! Mais comme nous sommes en 2020, les symboles constituent souvent, trop souvent même, les seuls critères sur lesquels se base l’électorat pour voter. Nous sommes d’abord dans l’image puis peut-être sur le fond.

    2. chicpourtout dit :

      @ghislain 1957
      Bien vu!
      Avec cette publicité les candidats Démocrates se tirent dans le pied.
      Dans les circonstances execptionnelles actuelles, ils devraient convenir d’une stratégie  »tous pour un un pour tous ».
      Faire front commun avec l’idée de remporter les élections à tout prix. Pas certaine qu’avec le chacun pour soi conventionnel ils vont réussir à remporter les élections cette fois-çi.
      L’histoire démontre pourtant bien depuis des siècles que le goût du pouvoir de chacun sera au coeur de leur défaite… C’est seulement dans l’unification & la mise en commun d’une bonne stratégie, qu’ils pourraient réussir à vaincre  »les conditions d’enfer » auxquels ils sont confrontés. Il est permis de rêver…
      Avouons que c’est ultimement  »David contre Goliath » …

      H.S. Pour ceux maintenant qui se demandent comment ils se fait que  »tout le monde suit trompette comme des moutons ». Voici une courte analyse qui saura peut-être vous éclairer. Sans vouloir être réductrice,  »l’effet trompette » serait équivalent aux membres d’une secte sous le joug de leur gourou….
      Voici donc:
      https://www.huffpost.com/entry/trumps-acquittal-proves-the-gop-senate-acts-like-a-cult_n_5e3dcf51c5b6f1f57f10f626

      1. Haïku dit :

        chicpourtout
        Merci pour la référence. Très bonne analyse !

  3. sorel49 dit :

    Au début de 2019, toutes les maisons de sondages donnaient Biden gagnant et de loin les élections 2020. Peut-on appeler cela le syndrome de la Baie des Cochons quand tout l’état-major du nouvellement élu JF Kennedy s’alignait sans discernement dans une seule et unique pensée d’envahir Cuba.

    L’ironie de cette histoire est que même Trump fut atteint de cette maladie. Ayant très peur de perdre, ce dernier montait toute cette Affaire Ukrainienne.

  4. Claudine dit :

    Et bien moi j’y crois à ce jeune Buttigieg. Pas trop à gauche est la meilleure stratégie, à mon avis, pour rassembler les démocrates et les indécis. Intelligent, il saurait s’entourer des plus compétents autour de lui pour le conseiller durant son mandat……

    1. Achalante dit :

      Et pourtant, un ami (défavorisé) qui vit aux États-Unis insiste que « pas trop à gauche », c’est la recette pour que les personnes désabusées n’aillent pas voter. Ils ont besoin de changement maintenant. C’est comme ça que M. Obama est rentré : les gens pensaient qu’il allait changer les choses.

      1. kelvinator dit :

        TROP à gauche et c’est le centre qui ne va pas voter…
        Il n’y a pas de formule magique, tirer d’un bord en enlève de l’autres.

        Les grand projet de société se font pendant un mandat, pas pendant les élections. Obama n’a pas promi la lune, contrairement à Warren et Sanders. Si autant de gens étaient décu de l’incapacité d’Obama d’Accomplir un plan modeste d’Obamacare, imaginez le désabusement si un Warren-Sanders est complètement incapable de faire voter quoi que ce soit de son programme en santé? Le rêve d’un système universel sera encore mis au tapis pour une génération parce que les gens ont voulu changer trop vite. Ils oublient que les USA est le pays le plus conservateurs de l’occident. Le dernier à interdire l’esclavage, un pays à moitié évangéliste, pro-arme, anti-avortement. Les américains oublient tout cela, et surtout ils oublient à quel point la haine est forte…

  5. Mabuse dit :

    En fond de scène de l’algarade entre Biden et Buttigieg est la question : les démocrates sont-ils en train de perdre le vote noir? D’après Rolling Stone, Buttigieg obtient souvent 0% d’appuis dans la population noire. Biden est passé date et s’il s’efface, où alors ira le vote noir? Trump!

    1. Bidulen dit :

      @Mabuse
      Les Noirs resteront à la maison le 6 novembre si Pete se présente contre le déchet orange. C’est simple: si Pete gagne, la présidence sera à Donald. Faut pas oublier que les Évangéliques forment 36%, les Noirs 11%… quel chemin va prendre Pete pour gagner? Je crois que Pete est la surprise jusqu’à présent, il a le momentum! Bravo!!!! Cependant, ce n’est pas réaliste…

      1. Igreck dit :

        Très juste ! Les Zélotes ne voteront pas pour un gars qu’il considèrent désaxé sinon dépravé ! On est 2020… mais aux Zétats-Zunis qui, comme tout le monde sait, vivent pour leur par quelque part dans les fifties !

  6. Commentaire dit :

    OUI, Buttigieg est Barack Obama, pour la jeunesse. Dans ce club de l’âge d’Or des démocrates dont le critère d’embauche à l’air d’être 70 ans et +, il me semble qu’un peu de jeunesse ferait du bien.

    ET OUI, Buttigieg est Barack Obama, pour son allure « homme honnête », « bon », « gentil ».

    Je sais bien que tout cela n’est qu’apparence, mais au niveau d’un électorat composé de millions et de millions de personnes, cela a (hélas, ou « mais bon tant pis ») importance.

    Et face au truand qu’est trump, avec son allure fourbe et méchante – il ne manque que la fourche – il me semble qu’un clone d’Obama devant lui (aussi imparfait soit-il) ferait du bien.

    Le bon, la brute et le truand, trump étant les deux derniers, et Buttigieg étant le premier.

  7. Pierre dit :

    Jos devrait réaliser que si son ami Barrack ne l’as pas encore endossé, c’est qu’il ne doit pas le considérer comme le candidat idéal…

    1. Bidulen dit :

      @Pierre
      C’est trop tôt dans la course. Obama va réunir les démocrates autour du gagnant de l’investiture.

  8. Apocalypse dit :

    ‘«Voyons, ce gars-là n’est pas Barack Obama!»’

    Ouf … pour ceux et celles qui pensaient que Joe Biden n’avait pas toute sa tête et bien, il est capable de distinguer entre Pete Buttigieg et Barack Obama; je suppose que le fait que l’un soit blanc et l’autre noir l’aide, mais soyons tout de même généreux et octroyons-lui un 👍👍.

    Moi qui avait des doutes sur M. Biden, il ne vient pas d’aider sa cause 😢.

  9. Emalion dit :

    Si un déficient mental peu devenir président pourquoi pas un gars de 38 ans. Ca apporterait un vent de fraicheur. De toute façon on a bien élu Robert Bourassa qui avait cette age et il a fait une belle carrière.

  10. POLITICON dit :

    Biden déçoit de toute les façons!

    Malheureux que Biden s’abaisse à utiliser ce genre de discours. Il devrait plutôt démontrer que durant son parcours politique il a appris que ce n’est pas ton sexe, tes origines, la couleur de ta peau, ton compte en banque, ton âge, tes croyances religieuses qui sont importants pour faire de la politique. Mais bien les idées qui peuvent changer le sort de millions de personnes.

    Pour un homme de son expérience, il se tire trop souvent dans le pied et n’arrive pas à mettre en valeur un discours au-dessus des politicailleries. Ce n’est pas pour rien qu’Obama le seconde des bouts des lèvres, se tient en retrait de sa campagne le plus possible. Il sait l’homme, le politicien de carrière, l’ancien vice-président capable des meilleurs conseils en politique. Mais il connait aussi ses faiblesses qui ne ferait pas de lui un bon président.

    Biden a reçu un coup de barre la semaine dernière en Iowa et ca démontre le peu de confiance que l’on a en lui pour affronter Trump. Il n’est pas un mauvais homme, au contraire, mais ses mésaventures impliquant son fils et son ancienne position en Ukraine est un énorme désavantage qui fera de lui un vers de terre dans un poulailler. S’il veut être président, ce n’est surtout pas en jugeant un homme d’après les gens qu’il représente. C’est comme si en se tirant dans le pied une première fois, il rechargeait pour atteindre l’autre. Sans pieds, ses idées ne feront pas long chemin. Et sans jugement, son expérience disparaît comme peau de chagrin.

    1. Ziggy9361 dit :

      Pas besoin de recharger ici ,aux Zétas tout le monde est en mode automatique.

      1. Haïku dit :

        Ziggy9361
        Vous visez juste !

  11. Jacques Rivard dit :

    Novembre 2020, n’est juste la question d’élire un président démocrate. Il faut regagner le Sénat, et protéger la majorité démocrate, à la Chambre des représentants.
    Un seul peut ŕéaliser cette triple mission: Michael Bloomberg.

    1. Bidulen dit :

      @Jacques Rivard
      Je ne crois pas au sauveur. Il fait le même pari que Giuliani, et ce dernier a perdu. Attendons le super mardi pour voir si Bloomberg fera un Giuliani de lui. S’il réussit son coup, je me mettrai à croire. D’après ce que je vois jusqu’à présent, le popo orange aura son deuxième mandat dans une grande indifférence…

      1. Jacques Rivard dit :

        Merci pour votre commentaire, il est raisonnable d’attendre. Mais je n’irais pas comparer l’essai de l’affreux et mauvais orateur Giuliani à Michael Bloomberg.

    2. POLITICON dit :

      Je commence à penser comme vous Jacques. Dans la liste des prétendants à la présidentielle je ne vois personne d’autre que Bloomberg capable d’affaiblir les prétentions de DT. Il a déjà cet avantage d’être un ‘vrai’ milliardaire en comparaison à DT qui ne l’est peut-être pas en faite. Si être un milliardaire peut être un avantage en politique! Toute comparaison qui minimiserait DT dans sa dignité même, est un avantage pour son adversaire. C’est un politicien et un self made man qui a pour avantage de dénigrer Trump et ses politiques d’une façon efficace. Il connaît Trump dans toutes ses tranchées. Je dis comme vous maintenant, Bloomberg est le coq sur lequel on devrait miser pour le combat final.

  12. christian reny dit :

    Trump n avait aucune expérience cela n’a rien a voir . donc ce qu Il faut c est un homme qui saura sauter à la gorge du grand Orange

  13. lechatderuelle dit :

    Biden entretient l’idée que ça prend des connaissances spéciales pour être Président??? Vraiment???

    L’élitisme a rendu cette tâche inaccessible à un large pan de la société….s’appropriant ce rôle pour un groupe de gens  » supérieurs »… une personne de la « gang » des dominants…..

    Ça se passe le ballon entre eux, tentant de démontrer en expliquant mal ou parfois pas du tout, la politique aux gens pour que ceux-ci soient sincèrement convaincus que ça prend effectivement un « élite » pour les dominer….

    Biden a passé sa vie dans les couloirs de la politique…. Si on limite les mandats des Présidents à 8 ans, ceux des Sénateurs et représentants devraient se limiter à 12 ou 15 ans….

    Quel ancien Président avait une expérience plus élevée que celle de maire de village ??
    c’est n’importe quoi…

    Obama avait quoi comme expérience ? et Bush X2 ? et Clinton? et Reagan ? et Nixon?….

    Pour être Président USA il faut avoir des connaissances générales denses, une connaissance du monde et des problèmes mondiaux, il faut de l’empathie et une ouverture d’esprit ….

    la gestion est l’affaire des fonctionnaires qui sont en poste….. la machine et l’image de la machine sont 2 choses…..

  14. Boileau dit :

    « Voyons, ce gras-là n’est pas Obama! » 😉

    Vérité de la palice … si on parle de la grosse pelisse orange !!!

  15. titejasette dit :

    lechatderuelle

    « Biden entretient l’idée que ça prend des connaissances spéciales pour être Président??? Vraiment??? »

    Les 4 ans de Trump nous apprennent que ça prend un SPÉCIAL # 2 et beaucoup de doigté

  16. Bogart dit :

    La situation est tellement critique aux usa qu’une alliance entre eux … est à envisager sérieusement vous vous imaginez si trump décide de s’énerver encore une fois et va écœurer l’iran entre autre ?? ..

    Pourquoi ne pas choisir Buttigeig le plus jeune. Il est cultivé, il parle 8 langues vous vous imaginez le beau levier pour courtiser les latinos !! Il a un peu d’expérience politique durant ses mandats il a réussi à mettre le chef de la police de la ville à la porte pour corruption.

    Ce qars là n’a que 38 ans il transpire le calme, et l’honnêtété … pour moi qui a 90 ans et qui n’aurait jamais avoué un truc aussi gros que son homosexualité à la face du monde … Et bien, pour moi ça c’est de l’honnêteté … chapeau !!

    Quant aux autres candidats, qu’ils le forment à devenir un président et que tous les démocrates eux expliquent la situation en annonçant une transparence à la nation !! Instruire quelqu’un prend beaucoup d’humilité et quelle belle façon pour reconquérir une nation !!

    La sensation que je vis actuellement me ramène en 1943 ou j’ai vu mon grand frère partir pour embarquer sur un porte avion pour aller mettre un terme à vous savez quoi !! Et ça … ça me terrifie je pense à mes enfants et mes petits enfants, ma grande famille élargie, mes amis, mes voisins et même vous blogueurs si agréable à lire !!

    Pour finir sur une note moins sinistre, j’ai passé ma vie dans les écoles à enseigner mais aussi observer les gens et selon moi Pete Buttigeig … il est un diamant brut !!

    1. titejasette dit :

      « selon moi Pete Buttigeig … il est un diamant brut !! »

      Ce n’est pas pour rien qu’il a pris tellement de galons depuis un si court laps de temps. Vous êtes un bon prof… à la retraite ?

      1. titejasette dit :

        Oups ! je viens de relire votre post. (90 ans) Vous faites des jaloux… Bon dimanche !

    2. Haïku dit :

      @Bogart – 09:44
      Excellent poste ! 👌

  17. leonard1625 dit :

    Je n’arrive pas à prendre Buttigieg au sérieux. Il me fait penser à un ado de high school, spécialement lorsqu’il lève la main pour demander la parole dans les débats.

  18. Ziggy9361 dit :

    Ce que Biden a dit à propos de Buttigieg ce dernier pourrait lui rétorqué la même chose .Ce que le président Ôbama à réalisé il l’à fait en équipe qui incluait Biden mais aussi des centaines sinon des milliers de personnes toutes aussi importantes que lui.
    La différence entre l’andouille et Mr. Le président Obama commence là, l’importance qu’un président accorde aux personnes qui l’aide à remplir son mandat inspire le respect,se vanté de tout faire seul,de tout décidé, de s’approprié tout le mérite inspire que le dédain et le sentiment que d’être seulement un pion facilement mis de côté.

  19. Brice de Nice dit :

    Pour la forme, il n’y a effectivement pas une énorme différence entre « Wall Street Pete » et Barack Obama.

    Cela dit, Pete pourrait lui clouer le bec en lui demandant pourquoi Barack se sauve de son ex-VP comme la peste.

    1. kelvinator dit :

      « Wall street Pete »?!?
      Pourquoi vous reprenez les tactiques de Trump, si vous êtes progressiste?

  20. FlorentNaldeau dit :

    Bloomberg compte lui aussi ses faiblesses et ses vulnérabilités; c’est normal puisqu’il il a eu une vie publique active et a donc dû prendre des décisions qui ne faisaient pas l’unanimité. Sa plus grande faiblesse serait probablement auprès des Noirs, qui se rappellent encore la politique du « stop and frisk » (« interpellation et fouille ») qui était appliquée alors qu’il était maire de NYC et qu’il avait défendue; dans la pratique, les Noirs et les Latinos étaient particulièrement visés par cette approche. On sait l’importance cruciale de ces segments de l’électorat pour les Démocrates.

    Il n’existe aucun candidat parfait pour les Démocrates; personne ne peut garantir qu’il détient la recette de l’inévitable défaite de DT.

  21. Apocalypse dit :

    @Bidulen – 08:29

    ‘Les Noirs resteront à la maison le 6 novembre si Pete se présente contre le déchet orange. C’est simple: si Pete gagne, la présidence sera à Donald. Faut pas oublier que les Évangéliques forment 36%, les Noirs 11%…’

    Pourquoi supporter, donner son appui à un (très) bon candidat alors que tu peux supporter un tricheur, un menteur, quelqu’un qui en est à son quoi? … 3ième mariage, qui les a sans doute tromper plusieurs, plusieurs fois, qui traine dans la boue tout ce qui bouge, mais un homosexuel, ça c’est un péché impardonnable 😢.

    Vous savez pourquoi Donald Trump est président des Etats-Unis, parce que c’est ce que les américain(e)s méritent!

    1. Brice de Nice dit :

      @Apocalypse Vous semblez avoir mal compris. Les noirs ne voteront pas pour Trump, ils vont tout simplement rester à la maison plutôt que d’aller voter pour Pete.

      1. kelvinator dit :

        Vous accusez les noirs d’être apathique face au désastre de Trump?
        De laisser le pays sombrer dans l’anarchie parce que vous êtes convaincu que les noirs n’aiment pas Pete?? Votre haine de Pete est sans borne et ne semble pas s’appuyer sur des faits, plutôt des impressions…

      2. Brice de Nice dit :

        @Kelvinator Allez sur Google et tapez « African American support Pete Buttigieg ». Lorsque vous trouverez un sondage où il obtient plus de 5% d’appuis, vous reviendrez ici.

        PS. Vous n’en trouverez pas.

      3. kelvinator dit :

        Mais vous accusez les noirs de réélire Trump si Pete est candidat… N’est-ce pas très réducteur et dégradant pour les noirs américains?!? Sanders n’est pas mieux au fait…

    2. Igreck dit :

      Vous connaissez un synonyme du mot Évangéliste ? Hypocrite !

  22. Apocalypse dit :

    @Brice de Nice – 10:15

    Rester à la maison, c’est aider Donald Trump!

    1. Bidulen dit :

      @Apocalypse
      Plusieurs l’ont fait en 2016. Plusieurs le feront cette année si Pete… Il semblerait que plusieurs Américains préfèrent la merde, l’hypocrisie, le mensonge, l’apparence… Moi, j’ai peur pour l’OTAN, l’environnement, l’harmonie des races… si le caca orange ait un 2e mandat.

    2. xnicden dit :

      Je ne peux pas croire qu’on ait encore besoin de le dire.

  23. Apocalypse dit :

    @Bogart – 09:44

    Un 👍👍 tout à fait mérité!

    1. titejasette dit :

      OUI. J’ai un faible pour les beaux gars, pour Humphrey Bogart et pour les bons profs…

  24. Apocalypse dit :

    @leonard1625 – 09:49

    ‘… spécialement lorsqu’il (Pete Buttigieg) lève la main pour demander la parole dans les débats.’

    J’avais remarqué! Comme c’est plaisant, un homme civilisé 👏.

  25. titejasette dit :

    M. Hétu,

    J’ai beaucoup aimé lire votre article dans la Presse daté de ce jour. Très bien documenté avec les diverses opinions. On commence à sentir l’urgence et les préoccupations du ti peuple.

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/202002/09/01-5260179-primaires-democrates-etonnant-pete-buttigieg.php

    Il y a deux jours, j’avais prédit sur ce blogue que le nom du candidat « nominé » n’aura plus beaucoup d’importance. Cette déclaration ci-dessous d’un électeur rejoint mes pensées

    « Je vais voter pour le vainqueur de la course à l’investiture, qui que ce soit »

    1. Haïku dit :

      J’ai lu l’article et je seconde les propos de titejasette ! 👏👏

  26. La réponse de Pete

    « Well, he’s right, I’m not. And neither is he. Neither is any of us running for president »

  27. xnicden dit :

    Le skech d’ouverture de Saturday Night Live avait une bonne blague sur le sujet de la comparaison Buttigieg et Obama, c’est à voir.

    Sur le fond, je persiste à croire qu’un candidat qui peut montrer certaines réalisations comme législateur est préférable à un néophyte. Rien ne peut se faire au Congrès sans négociation, même si votre parti est majoritaire. J’ai lu quelqu’un qui comparait la tâche de dégager une majorité chez les élus démocrates à essayer de faire marcher dans la même direction une horde de chatons. Ça me semble assez juste. Et si en plus vous ajoutez dans l’équation devoir négocier avec un fort contingent d’élus républicains, vous en avez plein les bras.

    On s’entend que M. Buttigieg sait tout cela. Et je le pense assez intelligent pour apprendre rapidement le cas échéant et s’entourer de gens qui pourraient l’aider à cette fin.

    Mais sa réplique citée par M. Hétu m’agace. Ce n’est pas productif à long terme que de sous-entendre que les autres candidats démocrates sont déconnectés de la réalité des américains ordinaires.

  28. Bidulen dit :

    @ kelvinator
    Je ne crois pas avoir dit que je déteste Pete. Je ne crois pas non plus avoir dit que les Noirs sont apathiques. Il vous faut relire mes interventions. C’est une « impression » que j’ai, vous avez raison, que les Noirs, en grande majorité, ne sortiront pas le 6 novembre pour voter pour un candidat homosexuel. Je suis sûr qu’ils vont rester à la maison. Ils ne sortiront pas non plus pour voter pour le déchet orange. C’est mon opinion et je suis prêt à parier un 200$ Parce que je crois avoir raison. Certaines valeurs sont tenaces chez cette frange de l’électorat américain.

    1. kelvinator dit :

      « Certaines valeurs sont tenaces chez cette frange de l’électorat américain. »
      L’homophobie????
      Comme vous écriviez : « les Noirs, en grande majorité, ne sortiront pas le 6 novembre pour voter pour un candidat homosexuel »

  29. titejasette dit :

    @xnicden « … ne peut se faire au Congrès sans négociation… »

    Le pouvoir dans la négociation avec le Congrès (ou le Sénat) n’appartient pas au Président mais aux élus en position majoritaire.

    Ce qui revient à dire qu’avec ou sans expérience, le candidat vainqueur à la course 2020 ne peut pas faire des miracles si les répoux sont majoritaires.

    Que le meilleur gagne ! Comment savoir si il (elle) est vraiment le meilleur ? Le processus est démocratique et s’il (elle) est le nominee, on fonce !

    Mon point est le suivant. Les 2 ou 3 premiers candidats (peu importe lesquels) sont aptes à gouverner. Que veut dire exactement les qq points de pourcentage qui les séparent ? Gouverner un pays c’est tellement complexe, on ne peut pas choisir le meilleur candidat sans se tromper, surtout dans un pays aussi divisé. Les candidats ont des expériences et des backgrounds très variés

    Laissons les faire le paon, se pavaner. Le temps viendra…

    1. xnicden dit :

      « Ce qui revient à dire qu’avec ou sans expérience, le candidat vainqueur à la course 2020 ne peut pas faire des miracles si les répoux sont majoritaires. »

      C’est tout à fait juste. Les dernières années de la présidence de M. Obama sont un bon exemple.

      Toutefois il me semble que c’est un plus que d’avoir quelqu’un qui s’y connaît un peu avec les négociations au Congrès. Est-ce que cela doit être le critère déterminant? Pas nécessairement et en cela je vous rejoint.

  30. Ah! Le fameux jeu des comparaisons. Cela ne date pas d’hier. Il y a eu le pauvre Dan Quayle qui a tenté de se comparer à JFK lors du débat des candidats à la vice-présidence. Puis, plus tard, la réplique de Ronald Reagan à l’idée que Bill Clinton serait un «nouveau Jefferson». Comparez la dureté de la réplique de Llyod Bentsen à Dan Quayle à l’humour de Ronald Reagan dans l’affaire Clinton/Jefferson ce qui atténue son manque de constance dans l’évaluation des comparaison car son commentaire sur l’affaire Quayle/Benson allait dans l’autre sens.
    Il n’en demeure pas moins que le jeu des comparaisons est un jeu à la fois dangereux et parfois cruel.

    1. Haïku dit :

      Pertinente anecdote ! J’en apprends à tous les jours. Merci. 👌

  31. kelvinator dit :

    J’appuyais Biden parce qu’il ne s’abaissait pas à des attaques personnels, mais là ça changé. J’ai l’impression que d’autres aussi ont changé d’idée si on se fie à sa dégringolade dans les sondages.

  32. InfoPhile dit :

    Je suggère que l’on remplace le terme « modérés » par « résignés » ou même « achetés » pour désigner les supposés centristes démocrates.

    Pourquoi ? Parce qu’il n’y a rien de modéré à préconiser le statu quo, car celui-ci est caractérisé par un abdication face aux criantes dérives anti-démocratiques par lesquelles le fric fait la loi et des règles devenues iniques musèlent le peuple.

    Ainsi, Pete Buttigieg en tant que statuquiste est un résigné et un vendu de par ses sources de financement; ses commanditaires ne reflétant pas ou guère la volonté du peuple américain.

    Pourquoi perpétuer cette cachoterie sinon pour l’endosser ? Pour risquer de se menotter face aux changements climatiques ? Pour contenter les lobbies et leurs intérêts ? Parce que c’est comme ça mon vieux et ne rêve pas en couleurs ? Résignés, redis-je.

    1. spritzer dit :

      @InfoPhile

      C’est une pitié que ce commentaire ne récolte pas plus de like. Pourtant on ne vote pas, personne n’est membre du parti démocrate, pourquoi ne pas dire les choses comme elles sont sans se soucier de la partisanerie.
      https://twitter.com/robvato/status/1226541565830524928

  33. Gilles Morissette dit :

    Biden en est rendu à tirer ses dernières cartouches. Le leu des comparaisons est dangereux car ça peut facilement se retourner contre vous.

    Une autre défaite cinglante au New Hampshire pourrait handicaper sérieusement ses chances de remporter les primaires.

    Anyway, j’ai aimé la cinglante réplique de Buttigieg.

    Même s’il ne remporte pas l’investiture, l’expérience qu’il aura acquise pourrait lui être fort utile en 2024.

    En attendant, s’il réalise une bonne performance au New Hampshire, il aura acquis une assez de crédibilité pour qu’on le prenne au sérieux.

    Il serait du genre à rendre cette course encopre plus palpitante.

    Etil y a l’ombre de Bloomberg qui se profile à l’horizon !!

  34. onbo dit :

    M. Bogart a employé une expression juste. Un diamant brut!

    Des diamants bruts, il s’en trouve des milliers chaque année dans les mines de diamants.

    Combien résistent au clivage? Quel pourcentage des diamants clivés prennent la direction des bijouteries et combien la direction des usines de coupe, ou ils se retrouvent par millions sur les pointes de lames de scies commerciales ou sur les outils courants à l’usage des consommateurs?

    Un diamant précieux brille dans la nuit et fait l’unanimité des observateurs et analystes du domaine.

    Je ne crois pas errer en affirmant que le Représentant Adam Schiff a brillé d’une façon tout à fait exceptionnelle dans l’Impeachment de Donald J. Trump, tant comme Président du comité de l’Intelligence de la Chambre que comme chef des Managers au Sénat. Il a fallu attendre cette situation extrême pour que nous puissions voir l’éclat de son talent et la constance de son rayonnement. Monsieur Schiff est un diamant.

    Et qu’est-il arrivé depuis des décennies au diamant brut nommé Mitch McConnell? Éclaire-t- il notre regard avec confiance en l’avenir pacifique des USA? Ou bien agit-il avec une rare efficacité du côté sombre de la Force?

    Dans l’Alchimiste, Paulo Coelho prend mille détours surprenants pour nous amener à comprendre l’importance d’être attentifs aux SIGNES.

    Oublions un instant Schiff et McConnell pour devenir attentifs aux signes de Buttigieg. Un de ces signes a été l’oubli magistral par Buttigieg de prendre les devants au dernier débat pour reconnaître à Biden, alors membre de l’administration Obama, d’avoir enfin fait reconnaître en droit par la Scotus la légitimité du mariage entre personnes du même sexe. Et qu’a manifesté comme SIGNE Butttigieg au dernier débat au NH?…

    …Le signe d’une omission ou d’un oubli immense de sa part? Sinon le signe de l’aveuglement volontaire du froid guerrier qui s’autorise un « friendly shot », parce que cela sert une cause qu’il estime supérieure, sa propre cause. Par ce signe, Mayor Pete a comme cherché maladroitement à se cliver lui-même comme diamant, espérant rayonner par la force de sa seule volonté et talent.

    « L’audace d’être rien d’autre que d’être soi » *1 et de se livrer au public tel qu’il est et non tel qu’il voudrait paraître!

    En refusant d’être reconnaissant à Joe Biden pour l’immense honneur dont il a été décoré par la Scotus et au contraire en lui tapant dessus malgré tout ce que Biden a accompli, Buttigieg n’a certainement pas aidé sa cause auprès des millions de personnes gays et lesbiennes qui ont vécu l’enfer de la haine et de la persécution.

    *1 Je cite Rahn Emanuel, observateur et commentateur du Débat du New-Hampshire

  35. Danielle Vallee dit :

    Beaucoup de vous disent que les noirs ne voteraient pas pour Buttigieg parce qu’ il est gai.
    Son problème est plus profond que cela et découle de la façon dont il a traité les minorités dans sa ville.

    Il les a déplacés pour « reconstruire » le centre ville à sa manière, son corps policier était ouvertement raciste et il a congédié le chef de police noir pour « régler » le problème. La brutalité policière envers les minorités reste flagrante encore aujourd’hui.

    Ça n’a rien à voir avec sa sexualité.

  36. Stéphane dit :

    @titejasette dit :
    09/02/2020 à 10:41

    Je pense comme vous, et M. Hétu dans La Presse de ce matin alimente ma pensée.

    On est là à se demander qui est le plus apte à débarquer le mec Donald.

    Les républicains ont une base solide, c’est connu, mais pas suffisamment grande pour garantir la réélection de leur chef.

    Les démocrates ont une base (assez solide) qui voteront contre.

    Autres faits connus :
    Les républicains plus ou moins modérés n’iront pas voter plutôt que de voter contre leur parti.

    Les démocrates plus ou moins modérés n’iront pas voter, à moins de vouloir un changement.

    C’est bon pour nous.

    Reste les indécis et les indépendants.
    Ceux qui, souvent, ne votent pas et/ou n’ont pas de parti pris. Ceux-là qui, lorsqu’ils votent, font pencher la balance et donnent le pouvoir à l’un ou l’autre des deux grands partis.
    Je ne vous apprends rien.

    La question que tout le monde se pose :
    Qui, parmi tous ces excellent(e)s candidat(e)s, peut faire pencher cette « précieuse » balance vers le pouvoir?
    Celui ou celle pas trop à gauche?
    À mon avis, plusieurs (sinon tous) se qualifient. Les américains ne sont pas (tous) dupes et savent que la chambre et le sénat feront contrepoids. C’est ainsi que les EU évoluent : un petit pas à la fois (le changement fait « tellement » peur), et quand ça se bouscule trop, quand il y a menaces de trop de changements, de perturber leur « confortable petit quotidien » (ce qui se passe actuellement avec les républicains), ils vont aux urnes.

    Ensuite ?
    À part sa base en béton, Trump n’obtiendra pas suffisamment de votes pour être réélu, la majorité des américains, comme nous, n’en peut plus de ce « mec ». N’oublions pas la majorité silencieuse.
    Oui, je sais ! Vous me direz que la majorité silencieuse a élu Trump en 2016. Mais cette majorité s’exprime ouvertement aujourd’hui, parmi ce 49 %. La majorité silencieuse est maintenant du côté des démocrates, et je pense qu’elle « poussera » Trump à la porte, peu importe le candidat démo.

    Et les indécis ? Les « précieux » indécis !
    Iront-ils voter ? Je pense qu’ils seront nombreux.

    Pour quel parti ?
    À voir ce qui leur arrive, c’est presque répondre à la question.

  37. papitibi dit :

    Trump n’avait aucune expérience, écrivait Christian Reny à 8h31?

    Si on parle d’expérience en politique, c’est exact.
    Si on parle d’expérience en gestion, c’est probablement exact. Expérience en gestion de casinos? Heu… s’il en avait eu, il aurait peut-être pas fait faillite, non?

    Mais…
    De l’expérience en matière de mensonge, en matière de grimaces, de pitreries et de cabotinage? De l’expérience dans THE ART OF INSULTING (SELECTED) PEOPLE? He’s the best!

    De l’expérience en matière d’entertainment? He’s the Best!

    C’est pas le politicien Trump qui a été élu; c’est le bouffon amoral. C’est l’animateur de THE APPRENTICE. Il a promis de vider la swamp? Gee… il va réussir, il va tous les virer! YOU’RE FIRED!

    Finalement, un ‘videur’ de boîte de nuit – un gros bouncer avec plein de tatoos, voilà la candidature idéale!

    1. Haïku dit :

      Réflexion dans le mille !!! 👌👌

    2. constella1 dit :

      Papitibi
      Un gros boucer avec plein de tatoos
      J’en connais un ou deux ici
      Deux problèmes pour eux
      Un :sont pas amaricains
      Deux : plus intelligents que le moron en cheuf et moins cros….ce qui les disqualifie

  38. titejasette dit :

    @Stéphane

    J’espère que nos prédictions tiendront la route. Vos argumentaires sont pleins de bons sens. Je vous donne rendez-vous en novembre prochain pour nous congratuler.

    En attendant, les sondages me font encore peur, c’est effrayant. Pour le moment, il n’y a que 2 choses de certaines dans la vie. La mort et l’impot que nous devons au Fisc, le reste on verra…

    En attendant, j’aimerais que Trump prenne d’autres décisions « flamboyantes » comme celui du liscenciement du Colonnel Windman. Il est clair que Trump ne pourra pas continuer de garder le Colonnel à ses cotés. Mais de là à faire un spectacle avec ça, c’est cheap et mean. Too bad, too late ! Trump a traversé la ligne rouge à plusieurs occasions. Personne dans son entourage n’ose pas le lui dire. Ils l’ont aidé à le mener à sa perte.

  39. FlorentNaldeau dit :

    @Danielle Vallee, 13h54

    Selon mes lectures, la liste de reproches que vous rapportez est majoritairement le fruit d’exagérations, de citations hors contexte ou de déformations des faits par ceux qui soutiennent un autre candidat que PB ou alors qui entretiennent de vieilles rancunes nées de désaccords politiques pendant qu’il était maire. Si PB a été si nuisible et malveillant envers la communuaté noire de South Bend, comment expliquer qu’il reçoit l’appui de membres de ladite communauté, y compris des conseillères municipales qui l’ont vu à l’oeuvre directement? Je crois qu’il faut en prendre (comme tout les autres candidats il a fait des erreurs ou des déclarations maladroites) et surtout en laisser dans la désinformation qui circule sur PB.

    Ce qui n’empêche pas qu’il ait effectivement de la difficulté à passer auprès des Noirs ailleurs au pays et qu’il doit trouver le moyen de surmonter cet obstacle et de donner de meilleures réponses que celles qu’il a bafouillées lors du débat de vendredi. Il se peut toutefois que le problème soit insoluble, i.e. son orientation sexuelle. L’influence de l’Église (baptiste notamment) dans la communauté noire est encore énorme et les diverses dénominations aux ÉU sont souvent très négatives à l’endroit des non-hétérosexuels. Je reste convaincu que c’est un facteur important qui explique pourquoi il ne passe pas dans ce segment démographique.

    @InfoPhile, 12h42
    Votre exercice de recalibrage terminologique est incomplet. On pourrait aussi suggérer de remplacer le terme « progressistes » par « irréalistes » ou même « résolus à perdre » pour désigner les soi-disant socialistes Démocrates. Ils font souvent figures d’illuminés, qui préfèrent préserver leur pureté idéologique absolue (et l’imposer aux autres) plutôt que de faire les choix qui seraient nécessaires pour gagner l’élection et défaire DT.

  40. InfoPhile dit :

    @FlorentNaldeau

    « On pourrait aussi suggérer de remplacer le terme « progressistes » par « irréalistes »»

    Aucun problème, en autant que vous en fassiez la démonstration honnête. Quand même, c’est plutôt gros. Ne parlons donc pas de mettre la démocratie américaine sur des rails vraiment solides et contentons-nous d’un malhonnête ersatz, d’un triste simulacre.

    En attendant, les Américains risquent de perdre la vie dans un autre conflit inutile, voire provoqué par leurs augustes penseurs, tout autant qu’ils subiront un manque à gagner important parce qu’un budget fanatique et dément est alloué à la supposée défense (1), siphonnant ainsi leur richesse collective à l’encontre de leurs réels intérêts.

    Voilà la politique du « surplace » que Trump n’a qu’empirée tout en promettant le contraire. M’est avis que le peuple américain est disposé comme jamais à entendre la vérité, en autant qu’on la lui dise.

    En espérant que les Murdoch de ce monde ne leur concoctent pas trop vilainement de très prévisibles « contre notes ». Mais ne rêvons pas trop; on ne change pas une formule gagnante…

    Ne cherchons surtout pas à changer les conditions anti-démocratiques qui ont fait advenir Trump. Et un coup parti, ne faisons rien et partageons le fatalisme des Chinois tout en leur faisant la leçon et en regardant le niveau de la mer monter inexorablement…

    1 – Le budget de la défense de la Chine, qui a pourtant un abyssal retard à combler, équivaut au quart de sommes qu’y allouent les Américains. Pas grave, entretenons la peur.

  41. FlorentNaldeau dit :

    @InfoPhile, 19h11 « Aucun problème, en autant que vous en fassiez la démonstration honnête. Quand même, c’est plutôt gros.  »

    Pas plus gros que votre caractérisation des centristes, pour laquelle votre démonstration ne me paraît pas convaincante. Quant à ma description des soi-disant « progressistes », je crois qu’ils en font eux-mêmes la démonstration lors de chacune de leurs interventions, propositions ou actions. Il est vrai toutefois que d’un strict point de vue scientifique, la démonstration finale ne pourra être faite définitivement que si un candidat dit « progressiste » est choisi pour affronter DT, assurant ainsi la victoire de celui-ci. C’est du moins mon hypothèse, qui pourrait être infirmée par le test expérimental réel.

  42. «I am not a member of any organized political party. I am a Democrat.» Will Rogers. Humoriste américain, 1879-1935

    Comme vous voyez, les problèmes d’organisation du Parti Démocrate, ça ne date pas d’hier mais plutôt d’avant-avant-avant hier.
    Et Rogers ne s’est pas prononcé que sur cela.

    https://www.brainyquote.com/authors/will-rogers-quotes

    1. Haïku dit :

      Bon rappel. J’avais oublié cette juteuse citation. Merci. 👌

  43. InfoPhile dit :

    @FlorentNaldeau à 19:25

    Vous vous fondez sur un discours ambiant qui ne se reflète pas dans les sondages mais qui est répété dans plusieurs médias. On prétend que M. Sanders ne pourrait pas battre Trump. C’est gratuit sauf dons de devin. Zéro fondement convaincant.

    En revanche, il est un des rares qui préconisent une réforme électoral significative, digne d’une réelle démocratie et non pas d’un pastiche approximatif. Oh, pas un mot là-dessus, sinon que ce serait irréaliste.

    Si l’élection de Trump équivaut à un sévère « wake up call », j’ose croire que les Américains émergeront de leur léthargie programmée par une propagande insensible à leurs intérêts, mais qui n’a que trop réussi à les chloroformer en les persuadant du contraire.

    Incidemment, une défaite des progressistes à la présidence ne supposerait pas automatiquement une défaite complète au Congrès, pas plus qu’elle ne confirmerait que les progressistes sont irréalistes ni que les « centristes » auraient mieux fait.

  44. FlorentNaldeau dit :

    @InfoPhile, 0h00 « Vous vous fondez sur un discours ambiant qui ne se reflète pas dans les sondages mais qui est répété dans plusieurs médias. On prétend que M. Sanders ne pourrait pas battre Trump. C’est gratuit sauf dons de devin. Zéro fondement convaincant.
    En revanche, il est un des rares qui préconisent une réforme électoral significative, digne d’une réelle démocratie et non pas d’un pastiche approximatif. Oh, pas un mot là-dessus, sinon que ce serait irréaliste. »

    Vous dites « les sondages ». Il faudrait plutôt écrire « DES sondages »; ceux-ci sont en effet changeants et même parfois contradictoires, selon le moment où ils sont effectués, ainsi que la taille de l’échantillon et sa composition. Par exemple, les sondages qui portent précisément sur les primaires et qui n’interrogent que les électeurs qui ont doit de vote dans une primaire Démocrate ne donnent pas le portrait assuré du résultat dans une élection générale à venir.

    Dire que BS ne peut pas gagner une élection n’est pas plus conjectural que de prédire sa victoire. Personne ici ne connaît l’avenir et nous jouons tous un peu aux haruspices politiques en fouillant les entrailles (au sens figuré) des candidats et autres acteurs politiques, le tout complété par nos connaissances respectives de la société états-unienne, ainsi que par nos opinions et par nos sympathies ou antipathies pour certaines personnalités ou positions politiques.

    Il est vrai qu’il n’y a pas nécessairement corrélation entre l’élection présidentielle et celles aux Congrès, même si les partis comptent souvent sur l’effet « coat-tails », les candidats aux diverses fonctions bénéficiant (en théorie) de leur association au candidat présidentiel, i.e. les électeurs qui choisissent le Républicain à la présidence auraient tendance à cocher les autres noms associés au même parti (et vice-versa pour les Démocrates); mais ça ne fonctionne pas toujours.

    Il me semble que d’autres candidats ont mentionné les failles du système électoral actuel, plus particulièrement le Collège électoral. Mais ils sont conscients qu’un projet de réforme serait à peu près irréalisable compte tenu des exigences pour ce faire; toute réforme qui modifie la Constitution doit affronter un processus d’amendement lourd et exigeant. Bien des États éprouvent un attachement féroce pour le Collège et il en faut 38 pour amender la Constitution, sans compter les 2/3 des deux chambres du Congrès (l’approbation du Président n’est pas nécessaire). Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que nombre de candidats en arrivent à la conclusion qu’une telle idée, bien que souhaitable, serait irréaliste et ne mènerait qu’à des discussions stériles et inabouties (voyez ce qui est arrivé au Equal Rights Amendment). Le pragmatisme impose parfois aux candidats de ne pas perdre leur temps à s’étendre sur des propositions vouées à l’échec.

    Je crois que nous sommes condamnés à ne pas être d’accord et à en arriver à des conclusions contradictoires. Comme je l’écrivais précédemment, le seul véritable test de nos hypothèses et prévisions sera l’élection elle-même, qui infirmera ou confirmera la justesse de notre jugement.

    1. InfoPhile dit :

      @FlorentNaldeau à 10:08

      J’apprécie votre prose et votre rigueur intellectuelle. Et je suis assez d’accord avec vos nuances, à la différence que je perçois M. Sanders comme une indispensable amorce du changement que, cependant, ne désireraient pas, selon vous, les Américains en général. Probable; parce qu’on ne leur en a que trop peu parlé, suis-je tenté d’ajouter à mon humble avis.

      Peut-être serons-nous très d’accord pour dire qu’une fois le gagnant des primaires démocrates connu, les autres devront se rallier sans faille et avec conviction. À cet effet, Trump se révèle on ne peut plus fédérateur…

  45. Igreck dit :

    @Kelvinator 11:42

    La qualité avant le genre, la couleur de la peau, etc, oui… pour des électeurs informés, qui peuvent peser le pour et le contre d’une candidature de qualité ! Mais comme nous sommes en 2020, les symboles constituent souvent, trop souvent même, les seuls critères sur lesquels se base l’électorat pour voter. Nous sommes d’abord dans l’image puis peut-être sur le fond.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :