Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

S’il faut se fier à la moyenne des sondages proposée par le New York Times en ce jour de caucus en Iowa, premier rendez-vous électoral de la course à l’investiture démocrate, la lutte est très serrée entre Bernie Sanders et Joe Biden, qui sont suivis d’assez près par Pete Buttigieg et Elizabeth Warren. Mais l’histoire semble différente sur le terrain, comme vous pouvez le lire dans l’article que je signe dans La Presse. L’enthousiasme est dans le camp du sénateur du Vermont, alors que l’inquiétude perce dans celui de l’ancien vice-président.

L’Iowa n’est pas représentatif des États-Unis sur le plan démographique, mais ce petit État rural du Midwest a servi de tremplin aux quatre derniers candidats présidentiels du Parti démocrate : Hillary Clinton, Barack Obama, John Kerry et Al Gore. Bill Clinton, en 1992, est l’un des rares vainqueurs de l’investiture démocrate à ne pas avoir remporté les caucus du Hawkeye State.

Parlant de John Kerry, il a été surpris par un journaliste dans le bar d’un hôtel de Des Moines en train d’évoquer au téléphone sa candidature éventuelle pour empêcher Bernie Sanders de «faire tomber le Parti démocrate». Il a par la suite publié sur Twitter un message contenant un mot très vulgaire et qu’il a supprimé peu après.

M’est avis que les sondages auxquels le camp Biden a accès ne correspondent pas à la moyenne proposée par le Times. Kerry n’est évidemment pas le seul représentant de l’establishment démocrate à s’inquiéter d’une percée de Bernie Sanders.

Quoi qu’il en soit, les paris sont ouverts…

47 réflexions sur “Caucus d’Iowa : les paris sont ouverts

  1. MarcoUBCQ dit :

    Seul Michael Bloomberg peut, hors de tout doute, vaincre Donald. Il a tout pour lui et rien pour permettre aux Réputoutfourrés(hein!) pour lui reprocher quoi que ce soit de tangible. Victoire assurée.

    1. lechatderuelle dit :

      MarcoUBCQ pour le moment Bloomberg n’a que des milliards… pas de plan, pas de projet sociétal….

      c’est une image des USA mais une fois à la présidence, il fera quoi ??
      les républicains ont laissé voir depuis près de 4 ans ce que ça donne un type pas de plan et sans idées….

      1. Samati dit :

        Au contraire, vous n’avez qu’à faire un peu de recherches sur Google et Youtube pour trouver l’information recherchée (en anglais). Bloomberg a développé un plan concernant l’environnement, la fiscalité, les soins de santé, l’éducation, le financement politique, etc.

        Fouillez et vous allez trouver…

      2. Guy Pelletier dit :

        @lechatderuelle

        Quelqu’un sait quel plan a Joe Biden à part le statu-quo qui mène pourtant la danse . Quelqu’un sait si les Américains dont passablement de démocrates approuvent tant que cela les plans de Sanders, Warren…….Bloomberg loin de ce que vous affirmez à bel et bien un plan et des propositions à faire non seulement aux Démocrates mais à tous les Américains:

        https://www.mikebloomberg.com/getting-it-done

      3. lechatderuelle dit :

        Samati tant mieux dans ce cas….
        Guy Pelletier… non … c’est quand même étonnant….

        Akors tant mieux si Bloomberg a de quoi offrir… car, pour ma part, je ne me suis absolument pas intéressé à lui….

        la suite sera intéressante…

      4. Madalton dit :

        Pas pire que Trudeau qui ne faisait que répéter qu’il avait un plan en 2015 sans le divulguer.

      5. Guy Pelletier dit :

        @lechatderuelle

        C’est votre droit de ne pas être intéressé par Bloomberg ce qu’il a à offrir non seulement aux Démocrates mais à tous ces Américains au centre venant des deux partis qui ne se reconnaissent plus dans leur parti respectif mais ne dites pas qu’il n’aurait pas de programme politique.

        La victoire des Démocrates passera par le centre politique ou se sera la défaite assurée. Trump cette fois-ci gagnant possiblement le pourcentage du vote populaire se sentira encore plus légitimé d’agir comme bon lui semble.

        Biden brûlé par l’affaire Ukrainienne il ne reste que Bloomberg au centre capable d’affronter Donald Trump.

      6. Hilarion Lefuneste dit :

        Rétablir le stop & frisk mais au sénat, tu arrête tout sénateur républicain pour un contrôle total.

  2. Brice de Nice dit :

    Certains journalistes sur le terrain affirment que c’est la campagne de Sanders qui suscite le plus d’enthousiasme en Iowa. Je serai très surpris que Sanders l’échappe celle-là.

    Il y a une forte possibilité que Sanders raffle les trois premiers primaires ( le New Hampshire et le Nevada vont suivre). Si ça arrive, croyez-vous qu’on parlera encore de témoins et d’impeachment?

    1. Pierre dit :

      @Guy

      Biden veut se battre avec Trump comme deux poules pas de tête dans un aréna… plus les jours passent plus sleepy Joe perd des plumes…

      1. Guy Pelletier dit :

        @Pierre

        J’appuie Bloomberg non Biden de toute façon les autres n’ayant aucune chance de battre Trump à part Biden. Les Républicains et Trump vont faire un tel rafue sortir tellement de cancans sur l’affaire Ukrainienne et une supposé corruption des Biden de Joe Biden qu’il va voir sa campagne électorale minée s’il dirige les démocrates lors de l’élection présidentielle de l’automne prochain. Rappelons nous comme ça été facile pour Trump de discréditer Hillary Clinton avec l’histoire du coulage des courriels comment il lui a directement nui disant qu’elle était une escroc qu’il mettrait en prison *crook Hilary, lock her up* . Il a tellement semé de doutes dans les esprits que bien des démocrates se sont abstenus d’aller voter……….

        Trump ne peut gagner sans tricher il n’hésitera nullement à sortir Biden de la course à la présidentielle. Bloomberg l’a comprit et s’est d’ailleurs pour cela qu’il s’est lancé dans la course à l’investiture démocrate.

        Il n’est pas le choix idéal encore moins naturel pour les Démocrates loin delà mais le seul qui peut gagner contre Trump pour le sortir de la Maison Blanche et préparer les vrais changements pour l’élection présidentielle suivante.

  3. Toile dit :

    Je sais pas pour vous mais déjà que le pays est clivé en clans : républicains et démocrates qui somme toute sont, idéologiquement à droite du centre. Le bordel est pris là. Ajouter une fissure dans le parti démocrate. Si on les considère comme à gauche, il y a une préparation plutôt douloureuse qui annonce une bataille pénible parce que confronter à 2 visions opposées. L’une prêche des changements profonds refusant toute demi-mesure, voulant s’imposer à tout prix. C’est le clan Sanders dont la vision et l´action un peu les méthodes de sa capoterie. Le clan Biden s’inscrit dans la lignée de Obama et de Clinton: réformer le pays à petites doses. A ce jour, le parti ne s’est toujours pas fait une tête entre faut il promettre des transformations majeures ou rassurer les électeurs ? Pour le moment, personne ne sait quelle approche est la meilleure et c’est en soit un spectacle désolant à 7 mois des elections. Que John Kerry soutiennent avec ou sans gros mots Biden ne surprend guère, étant de l’école sinon de la même écurie : Obama.

    1. Toile dit :

      Oups…dont la vision et l’action rappellent….

  4. Loufaf dit :

    Sanders peut très bien remporter le caucus de l’ Iowa , ce qui réjouira le gros despote au plus haut point! Facile pour lui de battre un socialissste! Par contre, au niveau national, je mettrais un gros bémol sur les chances de Bernie de remporter l’ investiture. Pourquoi les Démocrates aideraient la réélection du parrain, en lui opposant Bernie.

    1. Guy Pelletier dit :

      @Loufaf
      Tout à fait d’ailleurs toute l’histoire Ukrainienne n’a jamais eue d’autre but que de s’assurer pour Trump et sa gang de parvenus de tricheurs de miner la campagne présidentielle de Biden que TOUS les sondages y compris ceux de FOX News donnent gagnant contre Donald Trump à l’élection présidentielle de l’automne prochain souhaitant que les Démocrates se donnent un chef très à gauche qu’ils pourront accuser d’être socialissssssss, gauchissssssss ce qui est fort mal vu au pays de la LIBÂRTÉ et du capitalisme.

  5. Mabuse dit :

    Éclairage très intéressant de Robert Reich dans The Guardian: « Why Democrats share the blame for the rise of Donald Trump »

    Son analyse vous apparaîtra fort juste et explique très bien la montée en puissance de la « gauche », de Sanders surtout mais aussi de Warren.

    Le parti démocrate risque de se faire hara-kiri s’il reste sourd aux besoins de la classe ouvrière et choisit encore un candidat de droite ou de centre.

    1. kelvinator dit :

      Ce ne sont pas les démocrates, mais la méfiance et l’insatisfaction accru envers tout les niveaux de gouvernements autant à gauche qu’à droite qui a mené à la montée du populisme. Insatisfaction et méfiance largement accru par les médias sociaux, sachant que la majorité de la population s’informe peu sur la politique.

      Cela dit, l’article de Reich m’a fait bien rire. La dernière partie est contradictoire :
      « The most powerful force in American politics today continues to be anti-establishment fury at a rigged system. There is no longer a left or right. There’s no longer a moderate “center”. There’s either Trump’s authoritarian populism or democratic – small “d” – populism.

      Democrats cannot defeat authoritarian populism without an agenda of radical democratic reform, an anti-establishment movement. »

      Le problème est qu’il n’y a plus de centre, que le populisme de droite et celui de gauche. Alors quel est sa solution? Le populisme de gauche… Reich accuse les démocrates de ne pas avoir changé les inégalités ce qui fait qu’ils sont coupable de l’Ascension de Trump, et quel est sa solution pour regler les inégalités du systèmes? Utiliser ses failles pour arriver à ses fins… Perpétuer les défauts pour en tirer profit. Encore pire que ce qu’il reproche aux démocrates.

  6. Martin coté dit :

    Bernie peut remporter l’Iowa..mais pas certain pour la suite….le parti démocrate craint qu’il ne soit une proie facile pour Trump a cause de son penchant beaucoup trop a gauche..et j’ai l’impression qu’il va y avoir de fortes pressions pour éviter que ce soit lui qui se présente contre Trump…a mon avis..Biden ou Bloomberg ferait beaucoup contre Trump que Bernie…

  7. Alexander dit :

    Si je suis un indécis modéré du centre et qu’on me donne le choix entre la révolution de Sanders et la tyrannie de Trump à droite, qu’est ce que je fais?

    Je ne me retrouve plus dans ces deux extrémistes. Et ça se peut que je joue à l’autruche et que je reste chez moi le jour de l’élection.

    Trop brasser le pays à gauche ou à droite, ça ne peut donner que de mauvais résultats car on laisse tout un pan de la population en plan, d’un côté comme de l’autre.

    C’est pour ça que la voie du centre, certainement moins sexy, est la voie du compromis nécessaire pour calmer le jeu.

    Sanders vs Trump, c’est la fracture du pays. Brise nette et totale.

    1. Louise dit :

      Tout à fait d’accord Alexander.

      1. Haïku dit :

        Je seconde.

    2. spritzer dit :

      « Et ça se peut que je joue à l’autruche et que je reste chez moi le jour de l’élection. »

      Vous comprenez un peu mieux pourquoi des partisans de Sanders ne sont pas allé votés en 2016. 😉

      1. gl000001 dit :

        Ce que je comprends est que faute d’avoir le mieux, ils ont laissé passer le pire.
        Et ça, c’est incompréhensible.

      2. spritzer dit :

        @gl000001

        Hillary a une propension aux conflits armés, qui sait ce qu’elle aurait fait comme présidente. Elle voulait imposer un no-fly zone en Syrie quand les Russes étaient présents. Mais j’avoue que Trump est dur à battre.

        Au fait, connait-on l’ampleur et l’impact de ces abstentions.

      3. el_kabong dit :

        @gl000001
        « Ce que je comprends est que faute d’avoir le mieux, ils ont laissé passer le pire. »

        Et mieux que ça : 12% des bernie-bros ont voté pour le minable orangé en 2016… des vrais progressistes…

        @spritzer
        « Au fait, connait-on l’ampleur et l’impact de ces abstentions. »

        Certainement très visible au Michigan et Wisconsin (2 états remportés par Bernie aux primaires), où le minable orangé l’a emporté de justesse en n’obtenant pas plus de votes que Romney à l’élection précédente, mais où Clinton a eu plus de 500 000 votes de moins qu’Obama…

    3. mazou884 dit :

      C’est malheureux, mais je crois que dans ce pays, il faut se battre avec de l’argent, et encore plus d’argent. M. Bloomberg a su faire fructifier sa fortune, contrairement à vous savez qui avec ses faillites à répétition. Il a de l’expérience en politique, maire de New York pendant toutes ces années, ce n’est quand même pas rien. Ses valeurs de philanthrope, avec actions à l’appui, devraient en rejoindre quelques uns. Oui, j’aurais aimé l’entendre lors des débats. Mais il ne pensait pas avoir à se présenter avant que Joe Biden et les problèmes reliés ne lui forcent la main.
      Je pense qu’en ce moment, un virage trop à gauche ne rejoindra pas l’électorat. Les idées, les programmes, sont d’actualité et méritent absolument d’être considérés, il le faudra à plus ou moins long terme. Mais maintenant, pour vaincre Trump, je crois que nous avons besoin d’une solution à plus court terme. Alors OK, j’embarque.

      1. Haïku dit :

        @mazou884
        Je suis de tout coeur avec vos propos ! 👌

  8. Louise dit :

    La question qui me hante ce matin est la suivante: comment se fait-il que le Parti Démocrate a accepté la candidature d’un indépendant pour les représenter ?
    Bernir Sanders se bat pour lui-même, certainement pas pour le Parti qu’il a squatté. On l’a vu à la dernière élection, il a contribué à faire passer Trump et c’est encore mal parti cette fois-ci.

    1. Absalon dit :

      « Comment se fait-il que le Parti Démocrate a accepté la candidature d’un indépendant pour les représenter ? »
      Pour ne pas qu’il se présente à l’élection générale en indépendant, ce qui réduirait à néant tout espoir de victoire d’un candidat démocrate.

  9. J.C.Virgil dit :

    Ainsi John Kerry ce perdant dont la principale qualité est d’être marié avec la milliardaire du ketchup Heinz déverse sa hargne sur Bernie Sanders …. Lâche pas Bernie , l’affaire est ketchup , plus les milliardaires vont s’allier contre toi plus ils prouveront que des réformes sont nécessaire pour casser un système politique qui les avantage outrageusement présentement.

  10. lechatderuelle dit :

    Je ne saisis pas cette façon de voir quand un parti perd… on accuse un co-listier pour la lutte au poste de chef….

    c’est aussi la mode au Canada et au Québec… il a gagné parce que machin a divisé le vote….

    or un vote ne se divise pas… il se donne à celui qui semble avoir les meilleures idées et surtout qui fera en sorte que la vie de l’électeur lui semblera plus juste….
    si trump est entré… ce n’est pas la faute de lui ou l’autre….

    ce sont les démocrates et Clinton en tête qui n’ont pas su soulever les troupes et être plus stratégiques que les républicains… car aux USA, faire sortir le vote est une chose, mais les Grands Électeurs demeurent la clé de la Maison-Blanche …

    Les Républicains ont travaillé le terrain en fonction de ces gains alors que Clinton et les démocrates ont semblé sufer sur la certitude que les USA ne voteraient jamais pour un type à la trump…..

    Si Sanders marche dans les plates-terres bien tenues des démocrates, sans doute est-ce parce que les autres candidats sont drabes et ennuyeux ??
    ça n’a rien à voir avec Sanders comme tel….

    Ce qui compte, c’est le leadership et la vision sociétale… or, chez les démocrates… enfin… c’est ou plate, ou peu original…..

    Si Sanders parvient à « squatter » le parti Démocrates comme plusieurs l’affirment, ben y’a du monde qui devront se regsarder dans le miroir et les instances démocrates devront cesser de faire de la politique en peureux…..

    Pour ma part, aucun des candidats démocrates donne un espoir de quelque chose….
    en discours ils sont sans passion….et surtout ils ne cessent de tenter de diminuer les autres pour essayer de se grandir…..
    Le problème Démocrtate est plus dans cette attitude revancharde et accusatrice qu’ils ont trainé tout le long de leur investiture….

    1. gl000001 dit :

      « or un vote ne se divise pas »
      Bien sur que ça se divise. On le voit à presque toutes les élections au Canada. Les Américains ont deux partis mais la dernière fois le fantôme de Sanders en a empêché beaucoup d’aller voter.

      « il se donne à celui qui semble avoir les meilleures idées »
      Rappelez-vous Al Gore !

  11. Danielle Vallee dit :

    @J.C.Virgil: « Ainsi John Kerry ce perdant dont la principale qualité est d’être marié avec la milliardaire du ketchup Heinz…. »
    Kerry est devenu une figure publique très populaire alors qu’il n’était qu’un étudiant s’opposant à la guerre du Vietnam.
    Il a témoigné au Congrès à ce très jeune âge, a impressionné tout le monde et est devenu une figure importante de ce changement a la politique américaine.
    Juste pour dire…

    1. danielm dit :

      En fait John Kerry a bel et bien servi au Vietnam (Silver Star Medal, Bronze Star Medal and three Purple Heart Medals). Il a eu le courage de témoigner au congrès pour défendre le sort des vétérans de cette guerre qui ont été ostracisés par la population américaine en général après leur retour à la mère patrie.

      On peut consulter Wikipédia: https://en.wikipedia.org/wiki/John_Kerry

  12. Frederic Jobin dit :

    Certains ne réalise pas que le sentiment anti-establishment est toujours très présent… Sanders va très bien performer cette semaine, il est encore celui qui a la base la plus active et je crois qu’il est encore le meilleur candidat pour sortir Trump…

    Et les commentateurs de salon vont encore passer à coté de la track… Heureusement, pas d’Hillary cette année, et peu importe ce qu’en pense les « modérés » et les anti-populistes, le support de Joe Rogan pour Bernie aura beaucoup d’impact sur ce 35-40% d’électeurs qui ne votent pas…

    Le remède contre le populisme de droite à la Trump est un populisme de gauche à la Sanders… Les « experts » vont encore se planter solide cette année…

  13. Louise dit :

    Lechatderuelle

    Vous avez en partie raison.
    Les Démocrates n’ont pas actuellement un candidat charismatique et rassembleur comme Obama.

    Là où il y a un problème c’est dans la façon de faire de la politique. Suite aux prestations caricaturales de Trump, on demande aux candidats de faire un spectacle où les émotions prennent le dessus sur le rationnel et sur le contenu.
    Si les candidats sont juste corrects et présentent un programme réaliste, on les trouve plates et ennuyeux.
    Pour faire passer le message il faut donc en mettre plein la vue et s’engager dans un derby de démolition de l’adversaire.
    C’est un autre effet pernicieux du passage de Trump en politique.

    1. Frederic Jobin dit :

      « Les Démocrates n’ont pas actuellement un candidat charismatique et rassembleur comme Obama ».

      Rassembleur? Rassembler qui?? L’establishment et le business-as-usual?? Sanders est celui qui peut le mieux faire sortir le vote des 45 ans et moins, il domine largement cette portion d’électeurs…

      Penser qu’un candidat modéré pourra sortir Trump de la MB est illusoire…

      1. spritzer dit :

        Je partage votre avis. Et Biden semble avoir une armée de squelettes dans son placard.

  14. Danielle Vallee dit :

    Extrait d’un article du New York Times qui résume si bien la situation:

    But let’s see. Here’s what I worry about:

    The Ukraine scandal will hurt Joe Biden, and he won’t be able to go toe to toe with President Trump.

    Pete Buttigieg lacks support among African-Americans. That’s fatal for a Democrat.

    Bernie Sanders’s scorched-earth campaign in 2016 continues today and will hurt not only him but us all. Most of his supporters are good, well-meaning people, but the “Bernie Bros” are real, pernicious and legion. They carry their litmus tests everywhere they go and harass non-Sanders supporters in real life (and at the events of other candidates), on social media, in their phone calls and in texts.

    Elizabeth Warren peaked too soon, and Amy Klobuchar is peaking too late. Still, their organizations are strong, and northern Iowa just might surge for Ms. Klobuchar.

    Other thoughts: Having interviewed and spoken with both Ms. Klobuchar and Ms. Warren numerous times, one thing I’ve learned is to never underestimate them. They are smart, powerful policy wonks

    1. spritzer dit :

      « but the “Bernie Bros” are real, pernicious and legion. They carry their litmus tests everywhere they go and harass non-Sanders supporters in real life (and at the events of other candidates), on social media, in their phone calls and in texts. »

      Est-ce que c’est vrai cette histoire? Ils légion, *pernicieux, ils harcèlent. Ça me semble exagéré.

      *Qui est moralement mauvais, nuisible

  15. Jean dit :

    Dans un débat à deux, la grande gueule à Trump va avoir le dessus sur Biden qui manque de répartie. Trump avait laissé sous-entendre qu’il ne participerait pas à des débats car ils sont biaisés selon lui.
    De toute façon la campagne va se jouer sur le terrain et …. sur Twitter.

  16. xnicden dit :

    Certains analystes disent que pour la première fois, le parti démocrate va rendre public les résultats du premier tour. Si cela est exact, on verra alors l’effet de la formule des caucus sur les votes exprimés. Jusqu’à quel point certains types d’électeurs ne se présentent pas à un caucus?

    Cela va permettre aussi de voir concrètement comment les partisans des candidats éliminés vont se comporter. En effet, la barre pour le second tour est fixée à15 %.

    Avec un 8 % de résultats dans l’État, madame Klobuchar ne passera pas au second tour dans plusieurs caucus. Vers qui ses partisans vont-ils se tourner alors? Même chose pour madame Warren.

  17. monsieur8 dit :

    Ça fait 3 ans que je ne mets plus les pieds aux USA. C’est long… À la maison, on a hâte que le pays fasse son ménage pour qu’on puisse y retourner.

    Si Bernie gagne, je m’achète un chalet au Vermont !!

  18. ducalme dit :

    Il y a plusieurs mois, j’avais annoncé que je serais de retour pour les caucuses de l’Iowa.

    Je tiens parole.

    Sur le plan personnel, je passe maintenant le plus clair de mon temps dans le Maine et les voyages à Cap-Rouge sont beaucoup moins fréquents.

    Ma conjointe est venue me rejoindre et ma fille étudie toujours dans le Maine en attentant le Massachusetts.

    Au niveau de l’État, ce devrait être une belle lutte entre Susan Collins et Sara Gideon, speaker de la chambre locale (qui devrait remporter les primaires démocrates).

    De fait, il y a deux Maine(s); celui du 1st Congressional District qui va de Waterville à Kittery et vers la mid coast jusqu’à Camden et celui du 2nd Congressional District qui comprend le reste du Maine.

    Sensiblement 50% rural et 50% urbain, c’est un état politiquement très divisé.

    Le 1st est fortement démocrate et le 2nd est républicain.

    Petite exception : en 2018, le sortant Bruce Poliquin, républicain, a été battu par le démocrate Jared Golden, celui-là même qui a voté oui à un article d’impeachment et non à l’autre.

    Poliquin, c’est un peu le Jacques Gourde local et sa défaite est due au ranked choice électoral qui a été utilisé pour la première fois dans le Maine.

    Avec mon travail, je ne peux pas m’occuper activement de politique surtout que mes collègues sont plutôt divisés.

    Comme nous sommes dans le secteur de la foresterie et du bois d’oeuvre, sur le plan économique, les politiques de l’administration actuelle sont bénéfiques.

    Les démocrates locaux, surtout ceux de la région de Portland et de Auburn-Lewiston sont en plus opposés au corridor d’Hydro-Québec pour desservir la Nouvelle-Angleter et le très lucratif marché du Massachusetts. Ils sont en guerre ouverte avec la Central Maine Power (CMP) et veulent un référendum sur la question.

    Ça, c’est le côté économique, mais il y a aussi les politiques sociales et de ce côté, je suis, comme en 2016, du côté de Bernie Sanders.

    On verra ce soir, mais je crois que Joe Biden n’arrivera à le dépasser que lors des primaires de Caroline-du-Sud.

    Le succès de Sanders (ou de Warren) ne pourra se concrétiser que par l’union des deux candidats; s’ils continuent séparément, il vont échouer tous les deux, d’autant plus que le DNC veut encore une fois changer les règles du jeux : donner le droit de vote aux super délégués (que l’on appelle maintenant les automatic delegates) dès le premier tour, alors que les règles actuelles ne les font voter qu’à compter du deuxième tour.

    Si le DNC fait cela, il faut s’attendre à un beau bordel sur le plancher même de la convention.

    https://www.politico.com/news/2020/01/31/dnc-superdelegates-110083

    Je suis plutôt à l’aise avec les candidats de tête chez les démocrates et comme plusieurs, je vois Klobuchar comme colistière.

    Elle irait comme un gant à Sanders et probablement aussi à Biden, même s’ils se situent tous deux dans la la même portion du spectre politique.

    Sanders est à mon avis celui qui arrivera le plus à mobiliser l’électorat pour aller voter; les autres, moins.

    La cause des démocrates n’est pas perdue, mais leurs divisions internes, sans compter l’omniprésence de la belle-mère de 2016, ne leur aide pas.

    Et puis, Donald Trump fait campagne presque depuis le début de son mandat sans réelle opposition à l’interne.

  19. onbo dit :

    @ducalme

    Merci pour votre retour vraiment attendu. Merci également pour votre état de la situation dans le Maine. Je suis allé voir cette ligne qui sépare les démocrates plus au sud des républicains plus au nord et dans le reste de l’État.

    Une sorte de pointe de tarte urbaine et démocrate dont la Côte est la croute, Waterville est la pointe, et Portland au Sud et Camden à l’est sont deux côtés. ! ??

    1. ducalme dit :

      @Onbo

      Merci pour le clin d’oeil.

      J’aime bien votre expression « pointe de tarte »; elle représente bien ce qu’est le 1st dans le Maine.

      Je connais assez bien le 1st car je suis venu tout d’abord dans le Maine en 1994 alors que les mouvements environnementalistes luttaient très fort pour faire diminuer de façon draconienne les coupes de bois dans le comté d’Aroostook où sont situées nos principales installations et nos droits de coupe (dans Franklin et Somerset aussi).

      Nous aurions dû plier bagages, même si nous faisions une exploitation à la scandinave avec reboisement.

  20. Loïc Duplantis dit :

    Il reste onze candidats dans cette course et aujourd’hui sera le couperet le plus important. Les deux derniers devraient abandonner ce soir (Bennet et Patrick), Gabbard mise sur le New Hampshire donc elle devrait rester et Steyer devrait faire de même puisqu’il semble miser sur la Caroline du Sud. C’est très difficile de savoir ce qu’il va se passer avec la campagne de Yang étant donné qu’il est difficile de déceler une stratégie clair dans sa campagne.

    Bloomberg ne fait pas campagne dans les early states, donc il va rester même si sa stratégie est vouée à l’échec (et ceux qui pensent le contraire semble mal comprendre le fonctionnement des primaires).

    Il reste les cinq candidats à suivre ce soir. Amy Klobuchar doit l’emporter en Iowa pour avoir une chance de l’emporter, elle est loin dans les sondages nationalement, elle a besoin d’une montée soudaine dans les intentions de vote et l’Iowa est le seul État qui peut lui en offrir une, d’autant plus que c’est un État fait sur mesure pour elle. Elle doit gagner, mais elle ne le fera, sauf qu’un bon résultat par rapport aux attentes pourrait faire office de victoire. Si elle est au-dessus de 10%, ce qui est très possible, mais plus probablement 15% (possible mais plus difficile), elle pourrait spinner les résultats pour faire paraître son score comme une victoire et rester dans la course.

    Buttigieg doit également gagner, mais, à la différence de Klobuchar, ses chances de gagner sont meilleures autant en Iowa que nationalement. S’il gagne, cela pourrait le faire monter dans les sondages autant dans le New Hampshire que nationalement. Ensuite une victoire dans le New Hampshire, qui serait très serrée, pourrait lui permettre de faire un bon score dans le Nevada. Mais les choses seront plus difficile pour lui ensuite, à cause que ses appuis résident surtout chez les Blancs. Ce sera extrêmement difficile pour lui de gagner avec un support aussi faire chez les Afro-Américains, même tous ce passe bien en Iowa, au New Hampshire et au Nevada. Advenant un mauvais résultat en Iowa, ça pourrait être la fin de sa campagne ce soir, mais ça me surprendrait.

    Warren doit gagner, parce que tous les autres scénarios sont mauvais pour elle, une victoire dans Sanders ou Buttigieg viendra gruger ses appuis et Biden sera hors de sa portée s’il gagne. Toutefois, contrairement au deux autres candidats, elle peut récolter plus d’appui à l’extérieur du Midwest et sa campagne repose sur des bases plus solides et elle peut espérer rester jusqu’au Super Tuesday, même en ne gagnant pas ce soir. Toutefois deux scores décevants en Iowa et dans le New Hampshire et on pourrait avoir la surprise de voir la campagne de Warren prendre fin au Nevada.

    C’est fou comme deux semaines font une grande différence en politique. Il y a deux semaines, Biden était invincible, il menait dans les quatre premiers États de la primaire et s’en allait vers une victoire facile. Aujourd’hui la monté de Sanders fait paniquer le camp de Biden. En cas de victoire, Sanders n’aura jamais été aussi près de l’investiture que ce soir. Une victoire ce soir lui assurait de remporter le New Hampshire et il serait très difficile à arrêter au Nevada s’il a le momemtum. Toutefois il est faux de penser qu’une victoire de Sanders ce soir lui assurerait de gagner l’investiture, pour la simple raison que montée dans le sondage qui suit une victoire en Iowa est variable et des fois inexistantes. Les procédures de destitutions de Donald Trump et le discours de l’État de l’Union pourraient de l’ombre sur le vainqueur en Iowa et atténuer sa montée dans les sondages (montée qui peut être éphémère), cela est une très mauvaise nouvelle pour les tous les candidats nommés plus tôt, sauf Bloomberg, une plutôt mauvaise pour Sanders, une assez bonne pour Bloomberg et une excellente pour Biden.

    Une victoire de Biden serait le seul scénario très mauvais pour Sanders et vice-versa. En cas de victoire, Biden serait presque assuré de remporter l’investiture et seule une bonne victoire de Sanders dans le New Hampshire pourrait peut-être le stopper. Un scénario où un candidat comme Buttigieg ou Warren qui ne pourrait pas inquiéter immédiatement Biden et où celui-ci finirait devant Sanders serait une bonne soirée pour Biden, car il n’a pas besoin de perdre, juste de ne pas perdre. Toutefois un coup circuit, ce que Biden a été incapable de faire jusqu’à présent, serait beaucoup plus rassurant pour Biden.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :