Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Les images sont parfois trompeuses. C’est ce que j’écrivais mercredi matin après avoir vu le clip silencieux d’un échange entre Elizabeth Warren et Bernie Sanders, qui avait tendu en vain la main à sa rivale après le débat de mardi soir. Or, CNN a diffusé mercredi soir le même clip avec l’audio. Voici ce que les deux candidats les plus progressistes de la course à l’investiture démocrate se sont dits :

Warren : «Je pense que tu m’as traitée de menteuse sur une chaîne de tv nationale.»

Sanders : «Quoi?»

Warren : «Je pense que tu m’as traitée de menteuse sur une chaîne de tv nationale.»

Sanders : «Tu sais, ne faisons pas ça ici maintenant. Si tu le veux, nous pouvons avoir cette discussion, nous aurons cette discussion.»

Warren : «N’importe quand.»

Sanders : «Tu m’as traité de menteur. Tu m’as dit… ok, ne faisons pas ça maintenant.»



Warren et Sanders revenaient ainsi sur la question de savoir si le sénateur du Vermont a bel et bien dit à sa collègue du Massachusetts lors d’une rencontre en décembre 2018 qu’une femme ne pourrait battre Donald Trump en 2020. Pendant le débat, Sanders a nié avoir tenu de tels propos, alors que Warren l’a contredit avant d’aborder la question de façon plus générale.

L’échange d’après-débat entre Sanders et Warren risque de jeter de l’huile sur le feu. Sur les réseaux sociaux, les partisans des deux candidats ont passé la journée de mercredi à se disputer farouchement, ce qui a incité une coalition de groupes progressistes de lancer un appel à l’unité en début de soirée.

À moins de trois semaines des caucus d’Iowa, la controverse rappelle de mauvais souvenirs aux progressistes d’un certain âge. En 2004, la dernière ligne droite avant ce premier test électoral de la course à l’investiture démocrate avait vu les deux candidats les plus marqués à gauche, Howard Dean et Dick Gephardt, s’attaquer durement.

Leurs tirs fratricides avaient permis à John Kerry, candidat centriste, à se faufiler vers la victoire.

(Photo AP)

30 réflexions sur “Quand Warren et Sanders se traitent mutuellement de menteurs

  1. gl000001 dit :

    Deux menteurs comme trump. 40% de la populace devrait les voir sous un meilleur jour maintenant 🙁

    1. Dekessey dit :

      haha, bien vu!

    2. Madalton dit :

      Vous m’avez devancé.

    3. Stéphane Maltais dit :

      Sanders un menteur come Trump ? Qu’est-ce qu’on ne peut pas lire… vraiment… :/

      1. gl000001 dit :

        Vous avez raison. Je m’excuse pour mes propos déplacés sur trump 😉
        C’est mieux comme ça ?
        Ca ne vous fait pas toujours penser que c’était une blague ?

  2. Est-ce le fait d’avoir été traitée de menteuse qui dérange Warren ou le fait que ce soit devant la télé nationale?

    25 ans d’amitié chez des gens de plus de 70 ans….comme des enfants….

  3. Pierre S. dit :

    —————–

    Biden le martyr se faufille …….

    Donald va se remettre à la recherche de Hunter et d’autre saloperies du genre.
    Et surtout …. DÉFENSE DE TOUCHER A BARON !!!

  4. Loufaf dit :

    A cette étape-ci, chacun tire la couverture de son côté pour remporter l’ investiture. L’ important, c’ est qu’ à la fin, si aucun des deux n’est choisi, qu’ ils encouragent leurs supporteurs à se ralier au gagnant et ça, c ‘ est tout un défi pour Sanders!

    1. gl000001 dit :

      Qu’ils lui promettent un gros ministère !

  5. Ziggy9361 dit :

    Après la prochaine élection si la grosse citrouille n’est pas destitué et gagne les élections ni un ni l’autre n’aura la moindre influence pour la suite,et en étalant leurs dissentions publiquement ils se diqualifient pour le poste de leader démocrate.

  6. Louise dit :

    C’est vraiment désolant que deux candidats se crêpent le chignon comme des enfants d’école.
    Ce que le public veut savoir c’est ce que vous prévoyez faire si vous êtes élu président(e).
    Ils n’en n’ont rien à cirer de vos egos surdimensionnés.

  7. treblig dit :

    Aucun de ces 2 personnages n’est en mesure de battre Trump .Allez on passe à un autre appel

  8. MarcoUBCQ dit :

    Sa Majesté messire Vide Trompeur, arrive à corrompre tout ce qui se trouve trop près de lui. Le climat social actuel des États-Unis, une résultante des influences mortifères de sa Majesté Donaldevide Trompeur, désunis justement le peuple tout entier. Donald c’est les instincts les plus bas en permanence. C’est pour ça qu’il engrange tant de profits pour les médias traditionnels: Leur fascination pour le morbide, le vomissable, la déliquescence, le tas de marde ici et là, les anecdotes horribles, la putréfaction d’une partie de la culture états-uniène, et autres marderies, est en partie responsable de cette descente aux enfers de l’information focalisant uniquement sur le spectaculaire odieux. Never mind. Ce passage, qui selon moi est obligé, va transformer les USA. Vivement que ce cirque répugnant (républicaignant?) arrive à terme pour qu’on passe à autre chose.

  9. Gilles Morissette dit :

    Pendant que les Démocrates se crient des noms et se chicanent en public, L’Andouille-En-Chef les regarde faire et échaffaude des plans pour « après sa ré-élection » en novembre 2020.

    Décidémment les Démocrates sont toujiours aussi pitoyables.

    1. Nefer111 dit :

      @GilleMorisette
      Même en se forçant le plus vil de tout les démocrates ne pourra jamais tomber aussi bas que #TraitorTrump et ses pitoyables disciples …

  10. Louise dit :

    MarcoUBCQ

    Pour faire suite à votre commentaire….

    « On ne dira jamais assez quelles perturbations peut provoquer au sein d’une population, le renversement des modèles; quand on se met à admirer ce qu’on a longtemps jugé répréhensible…..quand les activités pécunièrement lucratives sont plus valorisées que celles qui sont socialement utiles, les conséquences dévastatrices sont impossibles à maîtriser.Tous les comportements des citoyens en sont affectés……le paradoxe si troublant d’un monde qui ne cesse de progresser dans les sciences, les innovations technologiques comme dans le développement économique mais qui, dans tout ce qui concerne les rapports entre les différentes communautés humaines, piétine et semble même régresser. »

    Extrait du livre Le naufrage des civilisations
    Amin Maalouf

    1. Henriette Latour dit :

      Louise

      👏👏👏

    2. karma278 dit :

      🦋🦋🦋

  11. treblig dit :

    U.S. Government Accountability Office (U.S. GAO) concluded on Thursday that the Trump administration illegally withheld aid from Ukraine in an effort to advance his own policy.

    Alors là, ça se complique pour Trump. Son propre GAO ( plus ou moins l’ équivalent du vérificateur général au Canada) vient de le blâmer pour avoir retenu les versements à l’Ukraine sans justification.

    1. la réponse du OMB

      Ana Cabrera a retweeté Ana Cabrera

      OMB response: “We disagree with GAO’s opinion. OMB uses its apportionment authority to ensure taxpayer dollars are properly spent consistent with the President’s priorities and with the law, » OMB spokeswoman Rachel Semmel said.

  12. Apocalypse dit :

    ‘Elizabeth Warren et Bernie Sanders’ qui font une mauvaise imitation de … Donald Trump.

    Lorsqu’on imite quelqu’un, on vise vers le haut, pas vers le bas.

    1. AB road dit :

      Mais justement, 45 n’a pas de ”haut”.
      Seulement du ”bas” où se retrouve son ”cerveau”…

  13. Danielle Vallée dit :

    Ce que j’en retiens c’est que les États-Unis ont besoin d’élire une personne qui va être capable de s’asseoir et de discuter calmement avec les législateurs et les dirigeants de pays étrangers.
    Pas une soupe au lait, ce que les deux quasi octogénaires sont, sans aucun doute possible: des soupes au lait.
    Next: Biden ou Bloomberg?

  14. xnicden dit :

    On aurait pas atteint ce point si M. Sanders avait simplement reconnu qu’il était possible qu’il ait dit quelque chose de semblable mais qu’il aurait pu mieux s’exprimer. Madame Warren pouvait bien être en beau fusil, d’autant plus que les dénégations véhémentes de M. Sanders venaient alors que sa campagne avait traité madame Warren de menteuse.

    Sur le sujet j’ai bien aimé la chronique de By Virginia Heffernan dans le LA Times
    https://www.latimes.com/opinion/story/2020-01-15/bernie-sanders-elizabeth-warren-women-presidents-iowa-democratic-debate

    Par ailleurs, c’est ironique de penser que M. Biden va profiter de la controverse alors qu’il n’est pas lui-même le plus grand féministe.

    1. Achalante dit :

      J’ai l’impression que M. Biden est l’une de ces personnes qui ne peuvent admettre avoir eu tort…

      1. Achalante

        Voulez-vous dire M.Biden ou M.Sanders ?

  15. YVAN DION dit :

    Warren et Sanders veulent avoir raison ou avoir le pouvoir pour « clearer » le bouffon de la MB ?  » That is THE question  » comme disent nos cousins français !

  16. onbo dit :

    «Tu sais, ne faisons pas ça ici maintenant. Si tu le veux, nous pouvons avoir cette discussion, nous aurons cette discussion…. ne faisons pas ça maintenant ». Bernie Sanders

    a/ Cette double supplique de Sanders me semble indiquer qu’il se souvient très bien de ce qu’il a dit, le lieu et le contexte, mais qu’il avait choisi, pour lui-même, de passer l’éponge et de faire la déclaration qu’il a faite en débat, espérant que Warren passe aussi l’éponge, compte tenu de leur amitié et des enjeux pour eux deux dans cette campagne. J’oserais dire qu’il a décidé pour elle, comme tant d’hommes le font ‘avec la meilleure intention du monde’ pour apaiser l’opinion et prévenir les dissensions. La seule condition de réalisation requise étant que la femme joue le jeu qu’il ne s’est rien passé ou encore que tout est déjà arrangé. …Les hommes sauvent leur face; les femmes acquiescent pour sauver la face des hommes…

    Jeu d’attiré ou sqeeze play, que les hommes se sentent comme contraints d’utiliser en public pour éviter l’apparence de faiblesse dans les couples dits traditionnels ou sur la scène publique. Donald Trump l’impose à Mélania à chaque sortie…

    Warren a fait faux bond à Sanders qui l’attendait, le haut du corps tourné à droite et le bras tendu comme le font les escrimeurs, main tendue qui s’est tout de suite métamorphosée en un index menaçant pointé à quelques centimètres de la poitrine de Warren…

    b/ Le « pas ici maintenant, nous aurons cette discussion » me semble être l’aveu le plus clair que Warren pense juste et que Sanders était prêt à tout avouer en privé, pourvu qu’en public Warren lui sauve la face.

    Comme le mentionne le lien de xnicden plus haut, ce que Warren a vu et ce à quoi Sanders ne semble pas avoir pensé, c’est que, pour Warren, d’avoir agi avec complaisance pour sauver la face de Sanders en débat en lui offrant un beau sourire et une belle poignée de main, eut précisément démontré que Warren ne serait éventuellement pas capable de confronter Donald Trump, s’il est toujours candidat en novembre. Ce pourquoi elle a préféré retenir sa main plutôt que d’être avalée. C’est d’abord ça être présidentiable.

  17. kelvinator dit :

    Les extrémistes s’insulte allègrement, comme ils font depuis 4 ans envers quiconque supporte un candidat différent. C’est pourquoi un centriste rassembleur est essentiel si on ne veut pas revivre la division de 2016.

  18. ddescarreaux dit :

    Vous souvenez-vous du cri primal de Dean qui s’est avéré être un montage sonore?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :