Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

34 millions : montant en dollars américains dépensé par l’ancien maire de New York Mike Bloomberg pour diffuser pendant la semaine prochaine dans 48 des 50 États américains une pub télévisée de 60 secondes qui lui permettra de se présenter aux électeurs en vue de sa campagne éventuelle à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020.

Bernie Sanders, sénateur du Vermont et candidat à l’investiture démocrate, s’est dit «dégoûté par l’idée que Michael Bloomberg ou tout autre milliardaire pense qu’il peut contourner le processus politique et dépenser des dizaines de millions de dollars pour acheter nos élections».
La dépense de l’homme d’affaires et philanthrope milliardaire éclipse les 30 millions de dollars versés par Barack Obama pour la diffusion d’une pub pendant une semaine lors de la campagne présidentielle de 2012.

(Photo Getty Images)

29 réflexions sur “Le chiffre du jour

  1. Danielle Vallée dit :

    Tout ce que Bloomberg va dépenser va profiter à l’ensemble des démocrates il me semble.
    Que Bernie ménage son cœur et exerce sa patience.

    1. Julie dit :

      Surtout aux Républicains. Bloomberg est une tache sur la démocratie. Avec 700 000 interpellations arbitraires par année durant son règne de maire, ça veut dire que chaque noir s’est fait interpeller au moins plusieurs fois.

  2. Anne-Marie dit :

    Je comprends qu’il ne trouve pas les candidats actuels assez relevés pour combattre Trump, mais n’aurait-il pas mieux fait de promouvoir la campagne d’un candidat modéré plutôt que de se présenter comme LA solution: un milliardaire qui est capable de tout. Il me semble qu’il y en a un autre en 2016 qui s’est présenté dans ce créneau là.

    1. Henriette Latour dit :

      Anne-Marie

      À la différence que lui c’est vrai!

  3. leonard1625 dit :

    On peut comprendre la frustration de Sanders, mais s’il était un vrai « joueur d’équipe » il laisserait les républicains faire la critique.

    @Anne-Marie Votre première phrase est contradictoire. Si Bloomberg trouve les candidats pas assez relevés, pourquoi devrait-il en promouvoir un? Tant qu’à la deuxième phrase, aucune comparaison n’est valable entre Bloomberg et Trump.

    Les démocrates sont dans le pétrin. Bloomberg veut rebrasser les cartes. J’ai bien hâte de voir ce qu’il proposera dans les domaine de la santé et de la fiscalité.

    1. Anne-Marie dit :

      leonard1625 Les candidats modérés ne sont pas suffisamment connus et je pense qu’avec un coup de pouce, ils pourraient aller plus loin. Bloomberg est très connu, mais si la dernière élection s’est faite sur le rejet de l’élitisme, ce ne sera pas lui le meilleur candidat pour aller chercher monsieur et madame tout le monde. Il y a encore trop de gens qui appuient le gros clown 🤡.
      Même si je reconnais le talent de politicien de Bloomberg, ses qualités de (véritable) philanthrope, je pense que le pays va se reconstruire dans le temps et que ça prend quelqu’un qui inspire le renouveau et qui est là pour plus d’un mandat. Je ne pense pas qu’il est le sauveur de démocrates pour l’élection de 2020, mais il est certain qu’il est mieux que Trump en tout point.

      1. Toile dit :

        « …mais il est certain qu’il est mieux que trump en tout point ».

        Une évidence de la « police » comme disaient certains de mes clients…. hihihi

      2. leonard1625 dit :

        @Anne-Marie Si Bloomberg n’arrive pas à convaincre la base démocrate, il est probable qu’il appuiera au moins un autre candidat.

      3. Serge Montpetit dit :

        N’importe quel personne honetre est mieux qu’un criminel endurcie, non?

    2. Igreck dit :

      @leonard1625 dit à 08:19
      « On peut comprendre la frustration de Sanders, mais s’il était un vrai « joueur d’équipe » il laisserait les républicains faire la critique. »
      Tout le problème est là. Uncle Sanders a pris le parti démocrate en otage… il n’est pas un « vrai » Démocrate. On ne peut demander à un outsider, même de longue date, de jouer en équipe. Et regardez ce qu’un outsider à pu causer de problèmes à l’autre parti national.

  4. Martin cote dit :

    Le problème des démocrates….il n’ y’a pas de candidats présentement capable de galavaniser les foules….nous arrivons à moins de 10 mois des élections présidentielles et le parti est encore embourbé dans le choix de son candidat…….Trump a présentement l’avantage car son adversaire n’est pas encore et veux veux pas l’histoire de l’Ukraine va faire mal à Biden…..Je comprends Bloomberg de vouloir brasser la cage et çe sera peut-etre pour le mieux pour le parti et si c’est lui qui peut battre Trump…allons y avec lui..

    1. leonard1625 dit :

      Warren est capable de générer de l’enthousiasme, mais elle est si radicale que ses chances de remporter la présidentielle sont faibles. L’idée de s’aliéner tout Wall Street est loin d’être géniale.

    2. Guy Pelletier dit :

      @Martin cote

      Tout a fait la priorité est de sortir Trump de la Maison Blanche à tout prix. Bloomberg pourrait très bien se donner un ou une jeune vice président(e) progressiste avec beaucoup de pouvoir dans son gouvernement pour faire prendre un virage plus progressiste aux USA et préparer sa relève pour l’élection de 2024 un peu comme on l’a vue avec le triste individu ayant servi de vice président à George W. Bush, Dick Cheney qui était le vrai patron de la Maison Blanche.

    3. chrstianb dit :

      «nous arrivons à moins de 10 mois des élections présidentielles et le parti est encore embourbé dans le choix de son candidat»
      Pas du tout. C’est le système des primaires qui est très long. C’est un système archaïque basé sur les transports du XIXe siècle quand les candidats devaient parcourir les États-Unis en train.
      Les républicains fonctionnent comme ça également.

  5. onbo dit :

    @leonard1625

    « Les démocrates sont dans le pétrin. »

    Vouliez-vous dire plutôt : Les Républicains sont dan le pétrin?

  6. Gina dit :

    Les démocrates devraient s’ unir face à trump et accepter. tout ceux qui peuvent les aider . C’est frustrant que Bloomberg dépense autant d’ argent pour la publicité mais si le message est le même , alors pourquoi pas

    1. onbo dit :

      @Gina 8h51

      Vous avez un bon point. Le message. Quel sera ce message de 30 millions?

  7. Toile dit :

    Ils sont tous dans le pétrin. Ca lève nulle part tant chez les démocrates dont la mobilisation m’apparait faible que chez les ripoux dont l’apleuventrisme est si manifeste. On est pas sorti du bois.

  8. Danielle Vallee dit :

    J’aimerais apporter un autre point: le montant qui peut être donné à un candidat est limité.
    Même en passant a travers les Super PAC, il ne peut en principe y avoir aucun contact entre les candidats et les PAC.

    Bloomberg veut dépenser son argent, mais il veut passer son message en échange de l’argent qu’il dépense.
    Même chose pour Tom Steyer. Je ne pense pas qu’il pense vraiment devenir président mais Steyer a déjà dépensé des millions pour parler de destitution, de changements climatiques, de sortir l’argent du système électoral et de limiter les termes pour le Congrès et le Sénat.

    Vous voyez j’ai compris le message de Steyer, je l’approuve, et je ne pense pas qu’il serait un bon président. Si les millionnaires veulent dépenser de l’argent pour payer pour de la publicité, tant mieux.

  9. noirod dit :

    L’échantillonnage de votre blogue illustre très bien la réalité démocrate. Il eut été souhaitable pour eux qu’ un de leur candidat ait une cuillerée de charisme . On peut leur voir une ou deux caractéristiques prometteuses mais rien vraiment pour en qualifier un de rassembleur. Même les plus jeunes qui a mon avis représentent l’ avenir de la planète ne parviennent pas a se détacher du lot. Est ce parce qu’ils n’ osent pas vraiment parler des vrais enjeux auxquels sont confrontées les civilisations ?
    Quoi qu’il en soit le système électoral américain cautionne et encourage les candidats qui peuvent s’ acheter une élection alors tous les espoirs sont permis pour ces représentants du 1 % hein ? Et qui sait, peut-être meme évincer le gros graisseux de la maison brune !

  10. Gilles Morissette dit :

    Sanders devrait arrêter de jouer au puriste. Il devait pourtant savoir qu’aux USA, un élection ça se gagne avec du fric pas seulement des belles paroles.

    Si Bloomberg veut allonger 34 M$ pour de la publicité électorale c’et son affaire. Ce sera aux électeurs démocrates lors ds Primaires de dire ce qu’ils en pensent,

    Les Démocrates qui croient encore qu’on peut éjecter le Gros Taré de la MB avec uniquemnent de bonnes intentions se berçent d’illusions.

    Il va falloir sortir l’artillerie lourde, frapper fort et ne pas faire de quartier. Ce sera la guerre, une guerre sans merci où tous les coups seront permis et où il faudra accepter, le cas échéant, de se salir les mains.

    Or, pour faire ça, il faut du fric, beaucoup de fric, car l’ennemi en a. Si les Démocrates veulent combattre à armes égales, il ne devront pas lésiner sur les moyens et la dépense.

    Désolé pour les beaux principes mais c’est comme ça que ça fonctionne en politique aux USA.

    1. Henriette Latour dit :

      Gilles Morrissette

      👍👏👏

    2. Guy Pelletier dit :

      @Gilles Morissette

      Tout a fait, plus que jamais auparavant s’ils veulent prendre le pouvoir pour changer leur pays ils doivent battre Trump et sa gang de sans scrupules qui n’hésiteront devant aucunes bassesses pour conserver la Maison Blanche. Ils devront descendre dans la fange et utiliser toutes les tactiques qu’ils peuvent, se boucher le nez se salir les mains a défaut de devoir laisser TOUTE la place à ce gouvernement de réactionnaires parvenus qui ont comme projet de de couper massivement dans les programmes Medicaid et Medicare pour donner à leur caste de privilégiés d’autres baisses d’impôts et privilèges fiscaux sur le dos des personnes âgés et des Américains les plus pauvres……..De détourner encore plus le système de justice américain pour le mettre au service exclusif de la présidence, de Donald Trump qui en profitera pour s’assurer qu’aucune enquêtes ne le viseront lui, sa famille élargie et ses entreprises………

  11. citoyen dit :

    il y a toujours la possibilité de fonder un parti, s’il ne veut pas jouer comme les démocrates.

  12. Alexander dit :

    Bloomberg va possiblement utiliser son 31M $ à passer sa propre vision de la situation.

    Si par exemple il a une vision plus réaliste et centriste de la situation un peu comme Obama le dit à mots couverts, il peut largement influencer le débat et ramener le discours des progressistes plus au centre.

    L’enjeu est de reprendre le pouvoir et surtout sortir le pays du trumpisme.

    Un milliardaire comme Bloomberg ne détruira pas l’économie du pays mais peut garder le cap sur des mesures environnementales et sociales réalistes pour améliorer les choses.

    Au finish, Bloomberg peut se rallier au centriste de son choix si les sondages ne le placent pas gagnant.

    Et les Sanders Bros doivent se rallier, sinon ils seront largement blâmés pour une éventuelle défaite s’ils restent chez eux comme en 2016.

    Perdre contre le pire président des EU des derniers 200 ans serait une risée mondiale.

  13. constella1 dit :

    HS
    Affaire Ukreniaine
    Guliani et Pompeo
    https://lp.ca/cMp7wA

  14. titejasette dit :

    Bloomberg s’engage à refuser les dons et le salaire présidentiel.

    « Il n’a jamais accepté des contribution politiques de sa vie. Il n’est pas sur le point de commencer », a déclaré Howard Wolfson, conseiller en chef de Bloomberg, dans une interview. « On ne peut pas l’acheter. »

    Tout l’argent que Bloomberg recueille et dépense pour ses ambitions présidentielles viendra d’un seul endroit : Sa propre poche.

    Combien est-il prêt à dépenser ?

    « Tout ce qu’il faut pour vaincre Donald Trump, » dit Wolfson.

  15. quinlope dit :

    Bloomberg est un candidat bien plus enclin à se rallier à un centriste gagnant que Bernie qui a coulé Hilary, en nparite, en 2016 en refusant d’apporter son appui inconditionnel.

    Aussi, @Gilles Morissette 10:02 a parfaitement raison. Les élections aux U.S.A. ne se gagnent pas avec des prières et des bonnes intentions, mais avec des flèches (et des grenades comme dirait Bolton).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :