Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Demain, les 140 sièges de l’Assemblée générale de Virginie, parlement de l’État composé de la Chambre des délégués et du Sénat, seront en jeu. Pourquoi ce scrutin est important? Voici quatre raisons de vous y intéresser.

  1. Une lutte serrée

En ce moment,  les républicains détiennent une majorité de 20 sièges au Sénat, contre 19 pour les démocrates. À la Chambre des délégués, c’est 51 contre 48. Chacune des chambres a un siège vacant. Depuis plus de 20 ans, les républicains contrôlent le parlement de l’État. Les sondages suggèrent que la donne pourrait changer.

Plusieurs personnalités sont venues en renfort, notamment Alec Baldwin. L’attention vient aussi de l’extérieur du pays. En 2016, des pirates russes ont tenté d’infiltrer l’infrastructure informatique durant les élections de l’État. Ce sera donc une élection bien suivie.

2. Un laboratoire pour 2020

Alors que chacun des partis peaufine sa stratégie pour la prochaine élection présidentielle, on peut voir dans la campagne les grandes lignes de la campagne à venir. Alors que les démocrates pourraient faire des gains en banlieue, les républicains tentent par tous les moyens de se dissocier de Trump et de dépeindre leurs adversaires comme des extrémistes.

On se retrouve donc avec des luttes complètement absurdes. Un bel exemple est dans la 72e circonscription de la Chambre des délégués. GayDonna Vandergriff fait campagne sous la couleur bleu, défendant des causes sociales comme l’école publique et l’environnement. Sur son site personnel, elle ne fait pas mention qu’elle est la candidate du Parti républicain. Et elle présente son adversaire démocrate, le délégué sortant Schuyler VanValkenburg, comme un socialiste qui veut permettre «d’avorter jusqu’à la naissance» et qui «place les immigrants illégaux devant ses électeurs». Vandergriff a même diffusé des tracts présentant son adversaires sous des airs soviétiques.

Ce ne sont pas tous les républicains qui manifeste une aussi timide allégeance à leur parti, mais la thématique est établie; on utilise des sujets sensibles comme l’avortement et l’immigration pour détourner l’attention de l’impopularité du président. Il faudra voir si la stratégie fonctionne. Étonnement, on évoque à peine le scandale du blackface impliquant le gouverneur démocrate, comme quoi l’État semble avoir tourné la page.

3. Le dernier combat avant les primaires

Pour les démocrates, c’est aussi la dernière bataille avant les primaires. Et presque tous les candidats y ont fait une visite: Kamala Harris, Elizabeth Warren, Joe Biden, Pete Buttigieg, Beto O’Rourke, etc. L’État n’a que 13 grands électeurs pour l’élection présidentielle, mais puisqu’il est un des États du «Super Tuesday», la Virginie peut renverser ou confirmer l’élan d’un candidat. Un soutien local, alors que les démocrates semblent en position de faire des gains, peut être crucial pour les candidats.

4. Des réformes au scrutin

Au-delà de l’impact sur l’élection présidentielle à venir, cette élection est très importante pour les Virginiens, alors que plusieurs débats sur des réformes sont en jeu. Dans certains circonscriptions, elles sont un véritable référendum sur la réforme de la justice pénale, couvrant de nombreux sujets comme la peine de mort, la criminalisation du cannabis ou la détention des migrants. Ces sujets, ignorés dans le tumulte présent, seront aussi des enjeux dans plusieurs autres États. Leur adoption pourrait en inspirer d’autres.

La course pour le poste de gouverneur du Kentucky retiendra également l’attention demain.

(Photo AP)

16 réflexions sur “Quatre raisons de s’intéresser aux élections en Virginie

  1. ProMap dit :

    « La course pour le poste de gouverneur du Kentucky retiendra également l’attention demain. » trump y d’ailleurs un rally ce soir. Le gouverneur républicain se fait talonner sérieusement par l’opposant démocrate (voir le lien du billet). McTurtle doit suivre attentivement cette élection.

  2. treblig dit :

    En pratique, la Virginie est anciennement un état confédéré du sud. Et qui vote comme tel depuis des lustres. Sauf que la hausse du prix du logement à Washington a eu pour effet que les fonctionnaires fédéraux, fortement démocrates, se sont installés en masse, quasiment en banlieue, dans le nord de la Virginie. Ce qui change la donne. Par contre le sud est demeuré républicain.

    Un état schizophrène en quelque sorte avec une double personnalité.

  3. chicpourtout dit :

    Au point.1 du texte :
    «… L’attention vient aussi de l’extérieur du pays. En 2016, des pirates russes ont tenté d’infiltrer l’infrastructure informatique durant les élections de l’État. Ce sera donc une élection bien suivie.»

    C’est de ce type «d’intervention extérieure» dont je faisais mention (sans vouloir entrer dans les détails) ce WE. Cet aspect non mesurable «des pirates» aura un impact certain sur les élections à venir (comme ils semblent l’avoir fait une fois, ils voudront certainement faire un autre essai…). Espérons vivement que les démocrates auront amplement anticipé la chose. Pour éviter les dégats potentiels rien de tels que de prévoir des «scénarios»…. (autant que faire se peut…) .

  4. Loïc Duplantis dit :

    Mitch McConnell doit vouloir une victoire du démocrate dans l’élection du gouverneur du Kentucky, parce que si Andy Beshear se présente contre lui en 2020, McConnell est dans le trouble.

  5. kintouai dit :

    Comment expliquer que ces tarés de Ripouxblicains «tentent par tous les moyens de se dissocier de Trump», mais qu’ils agissent par ailleurs comme des zombies fanatisés dès qu’ils sont en sa présence ?

    Tout pour le pouvoir, rien pour le peuple.

    Et les « shitholiens » — puisqu’il faut appeler par leur nom les habitants du shithole USA — de continuer de rouler dans leur F150, dans lequel ils ont pourtant du mal à monter, vu leur obésité mordide, de regarder les mille postes de télé débile à leur disposition en s’empiffrant de malbouffe pas cher achetée chez Walmarde et de lire (si, si, ils lisent) les catalogues des prochains gadgets qu’ils rêvent de se procurer en se foutant que toute cette richesse soit le fruit de l’exploitation d’autres humains, qu’ils méprisent d’ailleurs profondément. Comme disait le titre de ce film :« Joe, c’est aussi l’Amérique ».

    Plus je regarde les Amaricains aller, plus j’y vois un peuple en complète déchéance morale et intellectuelle.

    1. Jean dit :

      Que de préjugés. Les étatsuniens ne sont ni pire ni mieux que les autres… Quel est le véhicule le plus vendu au Québec? La série F, de Ford, en première position des meilleurs vendeurs depuis quelque temps déjà. Les GMC Sierra et la série Ram (des camionnettes aussi) sont respectivement aux 8e et 9e rang (https://www.journaldemontreal.com/2019/02/01/les-10-modeles-les-plus-vendus-au-quebec-en-2018). Pour l’obésité, le Québec ne laisse pas sa place non plus : 40 % des adultes de 18 à 74 ans au Québec présentent un tour de taille considéré comme à risque par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

      1. treblig dit :

        @jean

        L’étude du professeur Arsenault, auquel vous faites allusion, ( 40% des adultes) est un peu trompeuse. Il confond ,volontairement d’ailleurs, un peu d’embonpoint, surpoids et obésité pour en arriver à ce chiffre. En soi, ce n’est pas mauvais de prêcher pour un poids santé idéal comme l’OMS le préconise mais c’est un peu alarmiste comme conclusion.

        Je vous rappelle, que dans les années 90, l’OMS a changé de définition pour l’obésité. D’un seul coup de baguette magique, le Québec est passé de 6% de personnes obèses à 11%. Alors, on prends ça avec un grain de sel.

      2. gl000001 dit :

        Le sel ne fait pas grossir mais il fait durcir les artères 😉

      3. kintouai dit :

        @Jean Ce que vous voyez comme des préjugés ne sont que des constats.

        Le fait que les camions de gros cons et l’obésité soient en train de devenir la norme partout en Amérique du Nord n’est que du mimétisme de la part de gens qui vivent en périphérie de l’Empire, lequel ne se gêne pas pour répandre sa culture de merde partout.

        À l’époque romaine, les sujets de l’Empire n’hésitaient pas à adopter les coutumes (voire, les vices) de Rome. Nous ne vivons aujourd’hui que la triste répétition de cette situation.

  6. ghislain1957 dit :

    « …les républicains tentent par tous les moyens de se dissocier de Trump et de dépeindre leurs adversaires comme des extrémistes. »

    J’aime mieux un extrémiste qui se soucie du bien-être de ses commettants qu’un extrémiste religieux hypocrite qui ne cherche qu’à s’enrichir personnellement sur le dos de ceux-ci. Voilà la différence entre ripoux-blicain et Démocrate.

  7. Igreck dit :

    @Jean
    Les électrumps ne sont pas tous obèses mais ils sont sûrement tous épais !

    1. Haïku dit :

      Igreck
      Est bonne !😉👌

  8. ghislain1957 dit :

    Hors sujet (mais en lien avec l’impeachment)

    Recalled US ambassador felt ‘threatened’ by Trump

    « Ex-envoy to Ukraine Marie Yovanovitch told Congress she was « very concerned » by President Donald Trump’s comment in the phone call with Ukraine’s leader. »

    https://www.bbc.com/news/world-us-canada-50293139

    Elle a même été avisée de surveiller ses arrières par le ministre de la justice Ukrainien.

  9. Lecteur-curieux dit :

    Pour GayDonna, la deuxième partie du texte plus haut montre qu’elle peut embarquer à fond dans la rhétorique républicaine contrairement à son désir exprimé sur son site de faire passer les gens avant la partisannerie.

    https://gaydonna.com/what-matters

    Elle se vend d’abord par son parcours et on se dit que ses valeurs alors ne semblent pas typiquement républicaines au lien donné.

    Cependant en lisant jusqu’au bout oui c’est clairement une conservatrice et elle ne peut donc pas voter démocrate. Elle ne partage pas toutes les valeurs des républicains mais une majorité. C’est comme des candidats québécois du parti conservateur outre la nageuse, certains autres. Pas mal plus des centristes de centre droite au global que des gens de droite mais au global quand même trop conservateurs pour moi bien que très parlables.

    Pour Sylvie Fréchette cela était pire… Ce n’est pas une femme de droite bien qu’elle puisse avoir certaines valeurs de centre-droite et elle avait le goût de servir une population et vivre une campagne. Elle n’était pas exactement avec le bon parti.

    Pour GayDonna, son nom ne sonne pas républicain mais elle adhère suffisamment à des valeurs conservatrices. Si elle n’était pas dans la politique partisane, elle semble une femme sympa. Pour son conjoint lui le look est fortement celui d’un républicain.

  10. Salvador E. Rodriguez dit :

    Il sera intéressant aussi de constater la réaction de Trump en cas de défaite des républicains en Virginie. Cela sera peut-être un prélude à la stratégie qu’il adoptera dans le cas de sa propre défaite aux présidentielles 2020. Va il appeler à la fraude électorale? Refuser de reconnaître la défaite?

    1. Haïku dit :

      @Salvador E. Rodriguez
      👌 !
      Ajout:
      « Une élection sans fraude, c’est un court-bouillon sans piment »(D. Trump).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :