Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«[George W. Bush] m’a regardé dans les yeux dans le Bureau ovale. Il a dit qu’il avait besoin du vote pour être capable de faire entrer les inspecteurs en Irak afin de déterminer si Saddam Hussein possédait ou non un programme nucléaire. Il les a fait entrer et soudainement nous avons eu ‟shock and awe”. Dès lors, je me suis prononcé contre la guerre.» Interviewé sur NPR, Joe Biden a fait cette déclaration cette semaine pour défendre son vote en faveur de la résolution d’octobre 2002 qui a ouvert la voie à l’invasion de l’Irak. De deux choses l’une : ou bien il a menti ou bien il a fabulé. Mais une chose est certaine : les gaffes ne sont plus les seuls soucis de l’ancien vice-président et de ses partisans.

Le magazine Slate décrit très bien ici comment les propos de Joe Biden ne correspondent pas à la réalité. Je me contenterai de souligner deux faits : En novembre 2002, après l’entrée des inspecteurs de l’ONU en Irak, celui qui était alors sénateur du Delaware s’est dit en faveur d’un «changement de régime» à Bagdad, tout en posant des conditions.

Puis, en juillet 2003, soit plus de quatre mois après l’invasion de l’Irak, Joe Biden a prononcé un discours dans lequel il affirmait qu’il voterait de nouveau en faveur de la résolution de 2002 si c’était à refaire. Selon le compte-rendu de Slate, il s’est mis à dénoncer la guerre en Irak seulement en 2005, alors que l’opinion publique était en train de se retourner contre George W. Bush et sa politique étrangère.

Ce n’est pas la première fois que Joe Biden raconte une histoire qui est sertie d’inventions ou d’erreurs. Celle-ci est sans doute la plus troublante, car elle me en lumière la faiblesse de deux des principaux arguments actuels du candidat démocrate à la présidence : son jugement et sa capacité de travailler avec les républicains pour mieux servir son pays.

En 2002 et 2003, la vérité est que Joe Biden est tombé dans le piège d’un président républicain qui a commis une des pires bévues de l’histoire américaine en matière de politique étrangère.

Cela dit, on comprendrait Joe Biden d’essayer de cacher ce fait.

(Photo Getty Images)

46 réflexions sur “Quand Biden ment ou fabule concernant la guerre en Irak

  1. onbo dit :

    Biden est la personne la mieux placée au monde pour savoir que 4 années de présidence vont taxer lourdement ses capacités physiques et mentales. Obama a vieilli de 15 ans en 8 années. Il avait la jeunesse pour lui. Biden a également pour lui la force morale. Cela suffit-il?

    Il fait bien cependant de persister jusqu’aux Primaires. Le temps que le ciel se dégage. Le temps qu’un ou une leader s’impose comme la personne la plus apte à se relever les manches après la dérive du continent état-sunien.

    Biden sert quand même une énigme aux Républicains. Il l’a dit clairement. « Je serai candidat jusqu’au bout, à moins qu’un autre candidat ou candidate me démontre qu’il ou elle va faire bien mieux que moi. » (je résume son topo.)

    1. Madalton dit :

      C’est pour ça que Trump ne travaille pas comme président sinon il serait déjà mort.

  2. Léo Mico dit :

    Je comprends mieux pourquoi Trump rêve que ce soit Biden qui gagne les Primaires.
    Il va pouvoir l’attaquer par la suite sur tout ces points-là et Biden ne tiendra pas longtemps.

  3. jcvirgil dit :

    J’aime bien la conclusion de ce billet :En 2002 et 2003, la vérité est que Joe Biden est tombé dans le piège d’un président républicain qui a commis une des pires bévues de l’histoire américaine en matière de politique étrangère.

    C’est une bévue qui a entraînée la situation économique précaire du pays avec les milliers de milliards de dollars engloutis depuis dans la machine de guerre américaine en plus de centaines de milliers de victimes, avec pour résultat de confirmer le statut de l’Iran comme principale puissance régionale.

    Dire qu’aujourd’hui il y a une flopée de néo-cons au Pentagone et au Département d’État qui n’en ont pas assez de cette bévue. Ils voudraient remettre ça en s’attaquant à l’Iran.

    1. Madalton dit :

      Et ce qui a entraîné la création de Daesh

  4. jeani dit :

    En tous cas, ça va faire un nonosse à gruger pour Benjen et cie.

    Ils vont juste oublier, momentanément et sciemment, les beaux nonosses à gruger des nombreux squelettes de l’occupant actuel de la MB!

  5. Le Vigilant dit :

    Vaudrait mieux pour Joe laisser le passé aux historiens. Il devrait plutôt mettre l’accent sur le présent et montrer quelles décisions différentes (de Trump) il aurait prises depuis janvier 2017. De manière à s’imposer en le confrontant directement dès maintenant!

    1. Richard Desrochers dit :

      En effet, si Fox News (ou son successeur) s’abstient de relever tous les mensonges de King Con, elle ne manquera pas de souligner et de capitaliser sur ceux (même involontaires) de Biden, comme le fera l’Idiot de la Fédération à toute occasion. Et si Biden, qui est pour l’instant celui qui a le plus de chances de l’emporter contre Trompeur, devait se désister ou être hors-course, le vote risque de s’éparpiller pour les Démocrates.

  6. fylouz29 dit :

    Dernière nouvelle : Joe Biden briguerait secrètement la vice-présidence en 2020 (aux cotés du Donald).

  7. Une très grande majorité des élus américains Républicains et Démocrates sont du pareil au même…..

    Trop longtemps en politique est un signe négatif…. 30 ans en politique démontre que le type s’accroche plutôt que d’inventer une nouvelle vision….

    Biden est un dinosaure…. un vieil homme avec de vieilles idées…. il n’est guère mieux que les plus jeunes avec de vieilles idées soit di ten passant…..
    trump lui est un vieux sans idée….

  8. La fabulation est un symptôme de la sénilité….

  9. kintouai dit :

    Mais, M. Hétu, le Gros Taré ment et fabule mille fois par jour et il se trouve encore des dizaines de millions d’Amères Loques qui tiennent mordicus à ce qu’ils continuent à les entuber pendant encore quatre ans. So what ?

    1. kintouai dit :

      Oups ! « qu’il continue » et non « qu’ils continuent ».

      1. jcvirgil dit :

        Bof, on fait tous des erreurs , surtout avec ces @#%x*&&& de correcteurs de mes deux qui nous font parfois passer pour des abrutis si on ne se relit pas avec soin !

        On vous avait compris , de toute façon c’aurait être pire si tu avais écrit qu’ils continussent 🙂

  10. Lecteur-curieux dit :

    Comment dire ? Parlons dans la vie…

    Biden dans cette histoire semble surtout jouer ou faire l’intéressant. Pour l’histoire de l’autre fois, les médias rapportaient que l’auditoire était captivé. Mais sinon un type dont on sent qu’il exagère ses réalisations et nous raconte des histoires romancées de son parcours et qui n’est même pas drôle. On ne fait que semblant de l’écouter. Il nous semble mentir. Il peut nous raconter des mensonges ou dire la vérité on ne l’écoute plus à moins qu’il revienne à un sujet sérieux.

    L’homme semble vouloir gagner pas mal. Cela lui donne un côté hâbleur plus que fabulateur. Tiens grand oncle est allé à la pêche et à l’écouter c’était la pêche miraculeuse. En vérité il a juste pris deux cramera soleils rejetés à l’eau et est passé chez le poissonnier pour ramener de quoi à souper.

    C’est juste une image d’autres hommes copains racontent eux les légendes de la ville plutôt que les leurs mais dont ils ont été témoins.

    Il fait vraiment oncle et vétéran nostalgique. Qu’il arrête de nous parler de son passé en l’embellisant, le peuple américain veut savoir ce qu’il vaut présentement. Des bonnes histoires peuvent toujours aider mais cela donne jouer les intéressants plutôt qu’être un type qui a toujours des bonnes histoires plus abracadabrantes les unes que les autres à raconter. Vivement Bill Lee comme POTUS ? Nan.. Comme raconteur d’histoires sur le baseball.

    Un politicien ou autre personne liée à la politique avec des histoires fabuleuses, c’est pas comme POTUS sa place mais comme potinent? Comme baratineur ? Comme simple représentant ?

    Il doit penser avancer ainsi mais pas avec les médias. Avec le peuple il faudrait voir… Et interroger les auditeurs de NPR.

  11. treblig dit :

    On s’en rends compte, après coup, qu’envahir l’Iraq était une erreur (coûteuse) qui a déstabilisé le Moyen-Orient et permis une percée des Islamistes dans ce coin du monde. Le Bureau du Budget du Congrès américain a estimé, de son côté, le coût direct de la guerre en Irak autour de 770 milliards de dollars. Auquel il faut ajouter l’intervention en Syrie causée elle aussi par les islamistes. Et l’Afghanistan.

    Les États-Unis sont passés d’un budget équilibré sous Clinton à un budget déficitaire sous Bush qui se perpétue jusqu’à nos jours. Biden ( comme Hillary ) a approuvé cette guerre. Rien ne sert plus de mentir à ce sujet.

    1. treblig dit :

      Ajout

      D’après le Watson Institute for International Studies , le bilan de la guerre déclenchée en 2003 par George W Bush, pourrait représenter 6.000 milliards de dollars d’ici à 2053 en incluant les intérêts d’emprunts et les pensions aux anciens combattants.

      1. jcvirgil dit :

        Eh oui et si on divise ce montant par le nombre de contribuables américains ça donne environ40,000$/ contribuable , alors que ce pays n’est même pas foutu de se donner un système de santé digne de ce nom et de garder en institution pour soigner un paquet de gens ayant des problèmes de santé mentale, même que selon les dires de leur président , ils sont responsables des tueries de masse qui surviennent chaque semaine dans ce trou !

    2. Igreck dit :

      @treblig
      C’est ce qu’Il en coûte de placer un taré d’abruti à la tête de votre pays. Pour s’être éloigné et avoir méprisé les gens, les élites politique et économique sont responsables du succès de dangereux populistes.

  12. Danielle Vallée dit :

    Le problème c’est qu’ils ont à peu près tous voté pour l’invasion. Même Hillary.
    Et qu’ils essaient tous de passer à un autre sujet aujourd’hui…

    Pour avoir observé toute cette période avec une grande attention,
    incluant la présentation par Colin Powell des fameux « trains », photos à l’appui, qui permettaient à Saddam de bouger ses armes nucléaires, et le directeur de la CIA assis juste derrière lui, le niveau de stress était élevé

    Les États-Unis ont voulu faire peur à Saddam, il a appelé leur bluff, tu ne peux plus rien faire d’autre qu’abattre tes cartes après ça.

    Encore du potinage.
    Alors Jos embellit son histoire.
    Au moins pas avec un sharpie.

    1. jcvirgil dit :

      Vous n’êtes pas sérieuse ? Ils ont engagé toutes ces dépenses pour faire peur à un homme qui étaient leur homme au Moyen-Orient dix ans auparavant , à qui ils ont même fourni des armes chimiques dont il s’est servi contre les soldats iraniens dans la guerre Iran-Irak dans les années 80, commettant ainsi un crime de guerre. Ils devaient avoir peur qu’il en ait gardé…pourtant il s’en serait servi contre eux en 91 lors de la guerre du golfe.

      La vérité c’est plutôt que les sionistes du gouvernement W.Bush et les décideurs du complexe militaro-industriel voulait une guerre pour protéger l’État voyou d’un ennemi,engranger les profits de la guerre et de la reconstruction ,dont le VP Dick Chienney était une figure de proue avec son entreprise Halliburton, sans oublier bien évidemment de faire main basse sur le pétrole irakien en passant en s’assurant d’un gouvernement à leurs bottes pour gérer son exploitation.

  13. Alexander dit :

    En 2002 et 2003, il y a bien des gens qui sont tombés dans le piège de l’Irak.

    Mauvaises informations des renseignements ou manipulation à dessein de ceux-ci, le résultat est le même.

    Les faucons ont floué les américains pour engager leur guerre.

    Admettre une erreur, même de bonne foi, est immensément difficile pour un politicien, quel qu’il soit.

    Pas plus facile pour Biden que pour les autres.

    Mais on ne pardonne rien à Biden, contrairement à Trump qui ment comme il respire, quotidiennement.

    On veut un chef parfait, et personne n’est parfait.

    Ça a l’air que le dernier gars parfait a fini sur une croix les mains pleines de trous.

    Si vous voulez la perfection à la présidence, le poste va rester vacant pour longtemps.

  14. Apocalypse dit :

    Cet homme, Joe Biden, n’aurait jamais oh grand jamais dû se présenter chez les démocrates. On cherche encore le pourquoi de cette nomination et en plus, une bien petite pointure intellectuelle, ce qui ne semble pas dater d’hier.

    Il pourrait encore gagner la mise chez les démocrates pour l’unique raison que son nom est toujours associé à une vraie pointure, Barack Obama.

    M. Biden, SVP rendre service à tout le monde et sortir de cette course; laisser la chance à quelqu’un qui a des idées et sera en mesure de supporter les attaques ‘cheap’ de Donald Trump pendant des mois.

    1. @ Apocalypse

      Le problème, c’est d’identifier le meilleur candidat pour déloger Trump. Et pour le déloger, faut gagner l’élection. Mme Warren a probablement plus de profondeur et de rigueur, mais si elle manque son coup, on va passer 4 ans de plus à voir tout saccager par Trump et Pence.

      De deux maux, on choisit le moindre.

      Et M. Obama ne peut pas se représenter, donc faut chercher ailleurs et le temps presse.

      Curieux pareil qu’on ne trouve pas la perle rare sur 20 candidats.

  15. Rustik dit :

    Incroyable de ne pas pouvoir miser sur le changement à un moment où les américains sont cyniques face à la politique et que le pays a besoin d’un vent de renouveau.

    Hors sujet:
    https://www.nytimes.com/2019/09/04/us/san-francisco-nra-terrorist.html: San Francisco nomme la NRA «organisation terroriste domestique»

    1. jeanlouischarette dit :

      @Rustik (pour le hors sujet)
      Espérons que ça fasse des petits

    2. Haïku dit :

      @Rustik
      Merci pour le lien. Fort intéressant.

  16. Lecteur-curieux dit :

    Je n’ai pas écouté les 23:25 minutes mais lu le texte sur NPR.

    Biden dit que les détails ne sont pas pertinents. Il tente de se défendre et d’influencer les électeurs mais qui sont ceux en dernier recours qui vont décider de ce qui est pertinent et ne l’est pas et nous ne sommes pas assez branchés sur eux nous.

    Les médias sont-ils pertinents ? Au global oui mais toutes leurs infos ? C’est l’électeur qui décide et au risque de se tromper.

    Il lui faut le tri et filtre des médias mais aussi plus la campagne du politicien lui-même. Et les gens sont plus dans un monde d’impressions. Genre dire cet homme a un visage honnête, je sens pouvoir lui faire confiance. Ce sont encore plus des détails mais qui jouent sur ce que pensent les électeurs du candidat ou de la candidate.

    Pour les détails disons dans une organisation ils sont très importants mais ceux disons sur le CA définissant les grandes orientations n’ont pas à tous les connaître.

    C’est pas de cela dont il parle mais de ses histoires mélangées. Ce n’est pas si pertinent je trouve aussi c’est plus l’impression qu’il a laissé sur les électeurs. Un homme humain et qui aime le contact et aider? Est-ce une légende? Où c’est plus ce qu’il est devenu comme papi qu’il était comme politicien? Qu’il nous parle de quoi alors ? De sa famille plutôt que sa carrière passée?

    Cela prendrait vraiment des gens de marketing pour analyser sa campagne et disons des universitaires ?

  17. Jean Saisrien dit :

    Oui je suis « agiste »…
    Je pense que Biden, comme Trump, ont perdu beaucoup trop de capacité de jugement avec l’age… c’est juste dangereux.

  18. Louise dit :

    Tout ce que je peux dire c’est que Joe Biden me déçoit de plus en plus. Son âge pourrait ne pas être un obstacle si on le sentait fort intellectuellement, moralement et physiquement mais malheureusement ce n’est pas le cas.
    On sent sa fragilité et ça augure bien mal pour la suite.
    Les gens misent sur lui parce qu’étant modéré,il représente une forme de sécurité mais ce n’est pas suffisant pour affronter Trump et
    s’il l’emporte pour donner le coup de barre nécessaire afin de remettre le pays sur les rails d’une saine gestion financière, sociale et politique.

  19. Daniel dit :

    Question : n’ont-ils pas des conseillers ou sommes nous tous à suivre une télé série ou tous les protagonistes sont soient en CHSLD troubles de démences ou à la garderie «  c’est pas moi qui l’a fait c’est PAS mon Sharpie ». Si quelqu’un n’est pas inquiet c’est qu’il en fume du c**** de bon!

  20. Lecteur-curieux dit :

    Entrevue écoutée maintenant et ce n’est qu’un extrait où il parle de cela.

    Par ailleurs, il se pose en rassembleur qui va recoller les pots cassés par Trump.

    Il semble bon au sens humain mais a-t-il assez d’énergie et notamment pour affronter Trump et être élu POTUS et faire le travail ?

    Si et seulement si le monde est derrière lui et que devenu POTUS, il soit vraiment entouré d’une bonne équipe. Qu’il fasse vraiment l’inverse de Trump. Qu’il mette les autres en valeur. Et ils devront être compétents et très honnête car l’image d’un vieux dirigeant floué par des croches nous vient. Pas le corbeau et le renard lui mais une forme de naïveté que je crois percevoir.

    Il a beaucoup d’expérience mais pour se prémunir des magouilles des scélérats saura-t-il y faire face ? Un POTUS à protéger.

    Un équipe très forte avec un bon papi très expérimenté qui pourrait les canaliser. C’est certain que des décisions finales reviennent au POTUS mais si bien conseillé il pourra choisir entre plusieurs bonnes.

    J’ai quasiment plus peur que lui se fasse manipuler que Trump. Par contre, Trump lui semble non pas une victime mais un complice de toutes les magouilles.

    1. Daniel dit :

      Pas le gabarit pour se battre contre Trump et surtout pas d’équipe derrière lui pour l’empêcher de commettre toutes ses bourdes. AÏE il se présente pour la présidence! Allooooo, sont où les gens pour l’aider à ne pas « trop » fabuler? Trump and family à vie.
      Autre question : Pelosi est-elle secrètement républicaine?

  21. Sage 2010 dit :

    Il y aura un débat ce jeudi 12 septembre. Les candidats de tête pourront s’affronter face à face. Les deux derniers débats étaient de l’échauffement. Maintenant les vacances sont finies et la bataille sera rude en vue du début des primaires.
    Elizabeth Warren présente mieux ses idées et attire plus de monde dans ses meetings. Elle a l’avantage de se poser en politicienne qui incarne le changement.

    « Polls say Warren performs especially well among college-educated, white, liberal voters, while Biden’s support is largely concentrated among groups that might not show up at rallies as often — black voters, moderates and working-class voters. »

    Les vainqueurs des primaires démocrates de ces dernières années ont remporté en grande majorité les états du sud. Reste à savoir si elle aura la possibilité de déloger Biden chez les Afro-Américains, présents dans les états du sud. Le vrai test sera en Caroline du Sud.

    https://www.politico.com/story/2019/09/06/joe-biden-black-vote-south-1483123

  22. Dekessey dit :

    Et pendant ce temps, Trump dit… *insérez menteries, idioties ou insultes de votre choix.*

  23. gl000001 dit :

    « Biden ment » … bidonnement !!
    trump ment … tourment !!

  24. Danielle Vallée dit :

    Warren parle bien, c’est son métier de pédagogue.
    Mais elle ne pourra pas accéder à la présidence selon moi.
    Son style et ses politiques de détruire toutes les grosses corporations ne passera pas.

    Rappelez-vous que Trump a été élu
    parce qu ‘il s’ exprimait d’une façon simple, par slogans.

    Et rappelez-vous la haine profonde des républicains, parce qu’Obama leur parlait de façon professorale, ce qu’ils interprétaient comme du snobisme.

    Rappelez-vous aussi que Trump a juré qu’il avait toujours été contre la guerre en Iraq, ce qui était tout à fait faux.

    Je le répète, cette histoire là c’est juste du potinage. A minuit ce soir tout le monde va l’avoir oubliée.

  25. Sage 2010 dit :

    A propos de politique étrangère, le think tank CFR a posé 12 questions aux candidats démocrates. Ils leur ont donné leurs réponses.

    https://www.cfr.org/candidates-answer-cfrs-questions

    Ma sélection de candidats:
    * Joe Biden: https://www.cfr.org/article/joe-biden
    * Bernie Sanders: https://www.cfr.org/article/12-questions-bernie-sanders
    * Kamala Harris: https://www.cfr.org/article/kamala-harris
    * Beto O’Rourke: https://www.cfr.org/article/beto-orourke
    * Pete Buttigieg: https://www.cfr.org/article/12-questions-pete-buttigieg

    Bonne lecture !!!

    1. Dekessey dit :

      Merci Sage 2010, intéressant.

  26. InfoPhile dit :

    @treblig à 13:05

    «le coût direct de la guerre en Irak autour de 770 milliards de dollars»

    Chiffres conservateurs qui ne tiennent évidemment pas compte, entre autres coûts indirects, de la flambée des prix du pétrole consécutive à la baisse importante de la production irakienne et qui a culminé en 2008, ni évidemment de l’émergence de DAESH.

    « [Le Prix Nobel] Joseph Stiglitz et Linda Bilmes indiquent [en 2008] que les 3 000 milliards de dollars [leur évaluation] auraient pu financer la construction de 8 millions de logements, 15 millions de professeurs, les soins de 530 millions d’enfants, des bourses d’études pour 43 millions d’étudiants, offrir une couverture sociale pour cinquante ans aux Américains. »

    https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2008/02/28/trois-mille-milliards-de-dollars-le-cout-de-la-guerre-en-irak-selon-joseph-stiglitz_1016721_3222.html

    1. Igreck dit :

      J’ai la N-A-U-S-É-E !!!

  27. Pierre S. dit :

    ——————-

    ha ha ha ….

    Biden …. mèlé, dit n’importe quoi, ment et déforme la réalité.
    Comme président Benjen va l’adorer. En plein son genre.

    1. Dekessey dit :

      Haha!
      🙂
      Très bon!

  28. Danielle Vallée dit :

    @sage 2010 Votre 15:41
    Merci de votre collaboration
    L’équipe de Biden a la plus grande profondeur de connaissances au point de vue international, et de loin.
    Mais Buttigieg montre aussi un côté original, des connaissances profondes, on voit qu’il a vraiment réfléchi aux enjeux.

  29. Carl Poulin dit :

    Batinse! Jo Bidon souffrirait-il d’Alzeimer?

  30. Loïc Duplantis dit :

    « Celle-ci est sans doute la plus troublante, car elle me en lumière la faiblesse de deux des principaux arguments actuels du candidat démocrate à la présidence : son jugement et sa capacité de travailler avec les républicains pour mieux servir son pays.

    En 2002 et 2003, la vérité est que Joe Biden est tombé dans le piège d’un président républicain qui a commis une des pires bévues de l’histoire américaine en matière de politique étrangère. »

    Je tiens à rappeler que la majorité des sénateurs démocrates ont voté en faveur de la guerre en Irak, c’est franchement un peu injuste de le blâmer pour ce vote. De toute façon, la guerre en Irak n’est plus un débat dans le parti démocratique, les membres du parti semblent avoir tournés la page. J’ai en tête Tulsi Gabbard qui, dans le deuxième débat, a préféré déclarer « on nous a tous menti sur la guerre en Irak » que d’attaquer Biden sur son vote à propos de la guerre.

    Une des raisons pourquoi les gens se trompent sur l’éventuel chute de Biden, c’est qu’ils se trompent sur ses faiblesses. Biden est plus populaire auprès des femmes que des hommes, malgré les allégations sur ses mains trop baladeuses. Biden est toujours le meneur, malgré un mauvais premier débat, parce que les variations dans les sondages après ce genre de débat sont de courte durée, ce que beaucoup de gens ont négligé. Ses gaffes et son âge ne le nuisent pas, parce que ses adversaires sont également âgé et le président est hautement controversé et ses agissements sont énormément plus dommage que les gaffes de Biden. Oui, Biden est plein de défaut, mais on est dans une époque qui est très indulgente envers ses défauts spécifiques.

    Ceux qui espèrent voir Biden tomber devraient passer plus de temps à faire la promotion de leur candidat préféré et moins à perdre leur énergie à prédire la chute de Biden, c’est contre-productif. De plus, cela ne fera qu’affaiblir Biden contre Donald Trump. La seule candidate qui a réussi à faire cela, c’est Warren et c’est la seule qui est en hausse constante dans les sondages depuis le mois d’avril. Les Harris et Sanders font au mieux du surplace depuis l’arrivé de Biden et leurs attaques n’ont été de peu d’utilité.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :