Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Donald Trump Trump passera-t-il de la parole à l’action? Et, s’il le fait, comment les nouveaux tarifs douaniers sur les produits mexicains contribueront-ils à stopper le flot de migrants qui se présentent à la frontière sud des États-Unis? Voilà deux des questions que nous abordons dans le 19e épisode de L’Amérique dans tous ses états, notre balado hebdomadaire. Également au menu : la première déclaration publique du procureur spécial chargé de l’enquête russe, Robert Mueller, et le rôle inusité de l’ancien stratège de la Maison-Blanche, Steve Bannon, lors des récentes élections européennes, qui ont permis à certains de ses poulains de triompher sans pour autant provoquer le séisme politique qu’il annonçait.

Vous êtes toujours encouragés à commenter ces sujets ici ou sur notre fil Twitter @l_amerique. Et n’hésitez pas à formuler vos questions pour un prochain épisode! Sur ce, bonne écoute!

12 réflexions sur “EP19 : Les tarifs contre le Mexique, le «testament» de Mueller et théories européennes de Bannon

  1. fallaitquejteuldise dit :

    Bannon joue très bien son rôle de vipère en Europe: il est beaucoup plus efficace comme émissaire officieux de Trump qu’à titre de membre de son organisation. Heureusement, les Européens ne sont pas dupe: le trademark Trump n’a pas la cote dans les vieux pays. On se méfie de ce vieux pisse vinaigre.

  2. jcvirgil dit :

    Vous avez bien raison sur un point. Les États-Unis et leurs trans-nationales sont à la source de l’appauvrissement des pays d’ou provient l’immigration clandestine. Une aide économique et des programmes d’accès à l’éducation et à l’emploi aideraient sûrement ces migrants à avoir une meilleure vie dans leurs pays , ce que désire finalement la majorité des êtres humains.

    Les gouvernements américains ont toujours favorisés l’exploitation des ressources dans ces pays et l’importation de leurs richesses vers les États-Unis au prix le plus vil possible. L’exemple du Vénézuéla où ils affament la population sous le joug de sanctions économiques drastiques est aujourd’hui un exemple des plus éloquents.

    S’ils réussissent leur projet d’y mener une guerre asymétrique par les milices d’extrêmes droites en provenance des pays voisins , ils créeront des millions de nouveaux réfugiés qui prendront la route vers les États-Unis. Ce ne serait que justice qu’ils finissent par être submergés par cette immigration et que les *bronzés* prennent leur revanche sur ces suprémacistes blancs.

    On a même pas besoin de leur souhaiter c’est déjà commencé et c’est une tendance qu’ils ne pourront jamais renverser.

  3. Niouininon dit :

    Merci encore à vous 2 pour ces excellentes présentations et les commentaires additionnels. Rien à ajouter sinon que « plus ça change, plus c’est pareil », comme dirait l’autre au sujet de la politique US..

  4. papitibi dit :

    Comment la United Fruit a fait du Honduras, du Costa Rica, du Guatemala (etc) ce que Sa Sérénissime Majesté Jaune Banane qualifie de shithole countries.

    Le docu ‘La Loi de la banane’ est disponible sur Tou.TV. C’est… édifiant.
    Ils payaient pas d’impôts, ils ont tout ramassé pour des pinottes, ils exploitaient les travailleurs, ils ont aspergé les plantations de produits destinés à protéger les bananes mais les travailleurs pouvaient en mourir.

    Et Trump – qui a hérité de la présidence, refuse d’accueillir tous ces latinos qui eux, ont hérité de la pauvreté semée par la United Fruit?

    Hé bin…

  5. Carl Poulin dit :

    Bannon=Bouse de vache.

  6. Carl Poulin dit :

    Le boss de la bouse de vache est devenu Chef des tas.

  7. Carl Poulin dit :

    Marine LePen=La bouse de vache folle française

  8. Haïku dit :

    Les prestidigitateurs disent : »Watch me pull a rabbit out of my hat ».

    1. papitibi dit :

      L’un d’eux dit plutôt:
      Watch me pull some bullshit out of my babines de baboune

  9. Carl Poulin dit :

    Les radicaux de la droite européenne=Les édentés du deep south américain.

  10. Carl Poulin dit :

    C’est quand même pas croyable toute cette intolérance envers les migrants des 2 côtés de l’Atlantique alors que ceux-ci ont toujours participé à l’émencipation économique et culturelle de leurs terres d’accueils. Des abonnés des chèques du BS il y en a des 2 côtés et ceux qui sont immigrants diplômés sont souvent défavorisés lors des entrevues d’embauche?
    Alors un peu plus de tolérance et d’ouverture d’esprit chers chefs d’entreprises envers ceux qui ne souhaitent que vous aider et améliorer leurs sorts par le fait même.

  11. jeanfrancoiscouture dit :

    «Les tarifs contre le Mexique»???

    Misère. Les satanés tarifs, ce sont toujours les acheteurs du produit en bout de ligne qui les paient. Ce ne sont pas des «droits de passage» payés par l’expéditeur.

    Et les entreprises qui fabriquent au Mexique, ce sont des firmes mexicaines? Ou bien ce sont des propriétés d’alchimistes financiers qui font fabriquer leur camelote là où la main-d’oeuvre ne coûte pas cher?

    Et Donald Trump qui espère que ses tarifs vont inciter les «entrepreneurs» à se relocaliser aux USA pour maintenir les prix assez bas pour que les ventes continuent de progresser.

    Et dans tout ça, qui donc continue de se faire escroquer? L’alchimiste financier ou le travailleur et l’acheteur de camelote?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :