Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Vocabulaire «simplissime», syntaxe «hachée», humour «bête et méchant» : la traductrice Bérengère Viennot emploie ces termes pour décrire quelques-uns des ingrédients du discours de Donald Trump. Mais comment traduire en français tous ces mots – «les meilleurs mots» – que déversent la bouche et le fil Twitter du 45président? C’est le sujet de La langue de Trump, ouvrage jouissif et instructif que Viennot a fait paraître aux éditions Les Arènes et dont elle s’entretient avec Daniel Hoffman dans le 16épisode L’Amérique dans tous ses états, notre balado hebdomadaire.

Après avoir écouté cet entretien, je dois notamment reconnaître l’erreur que j’ai commise en traduisant de façon un peu trop littérale un certain compliment de Donald Trump à Brigitte Macron… Sur ce, bonne écoute et bons échanges ici ou sur @l_amerique, notre fil Twitter.

40 réflexions sur “EP18 : Comment traduire la langue de Trump? La Française Bérengère Viennot livre ses réflexions

  1. Claude Rosiere dit :

    Pour faire simple son vocabulaire c’est du pipi-caca en abrégé.

    1. gl000001 dit :

      Ou en Novlangue d’enfant qui dit des gros mots d’adultes: Piki et Pika (pis qu’y mange d’la mar…melade, Pis qu’a ….)

  2. RICK42 dit :

    Un langage simple, des propos simplistes, un vocabulaire basique, tout pour plaire à sa bande de « suiveux » décérébrés. Make America Gaga Again!

  3. Lecteur_curieux dit :

    En effet la shape fait référence probablement plus aux formes du corps qu’à la bonne forme physique.

    Belle shape ! Trump fait macho des années’60, ’70 ou ’80. Et cela peut être lié au monde du sport.

    Une partie de ce vocabulaire reste. Les athlètes hommes et femmes sont fiers de leur corps et en même temps paradoxalement peuvent être complexéEs. Et cela est plus présent chez les femmes.

    Mannequins aussi. C’est un monde d’apparence mais ce n’est pas que du faux.

    Vous êtes rendu POTUS, vous ne pouvez plus parler comme un ado de 15-16 ans dans les années’60. Ni comme un ou une athlète de 2019 mais âgée dans la vingtaine et entre eux ou elles. Dans un cadre plus informel. Trump fait 30 ou 35 ans en arrière minimum quoique des gérants de bar ou certains autres hommes ont encore ces réflexes.

    Les vrais machos les faux machos et les femmes semblant machas mais simplement des femmes fortes et athlétiques donc ayant un peu ce langage entre elles.

    Ah des proprios de la NFL sont encore aussi machos que le Donald ? Dans la WNBA là ils sont plus gentlemen ou les femmes proprios aussi.

    1. Brigitte Bombardier dit :

      Trump parle par code, lorsqu’il commet des erreurs en parlant/ écrivant, il communique avec le Deep State et avec ceux qui le suivent. Ex; orange au lieu d’origine veut dire, prison pour ceux qui ont participer au coup d’état voir Qmap et serialbrain2 WW1WGA!

      1. Haïku dit :

        @Brigitte Bombardier.

        Chut ! Il ne faut pas révéler le code secret. 🙊

  4. Pierre S. dit :

    ————————————

    Troublant et dangereux …..

    Oui, application de la démagogie 101 …. propos simplistes, raccourcis intellectuels
    et mensonges répété à l’infini …… une méthode parfaite pour s’adresser à des foules
    un spectacle d’une pauvreté intellectuelle navrante mais qui divertis et même galvanise.

    La seule qualité de cette méthode c’est que dans cette médiocrité, Trump est tout à fait
    authentique. Cet imbécile peut dire n importe quoi et s’auto convaincre que c est la vérité tout
    simplement parce qu’il n’a pas la curiosité intellectuelle et le discernement nécessaire pour
    même comprendre la porté de ses paroles … ne cherchez pas plus loin.

    Manque d intelligence, de jugement et se savoir vivre et ce dans tout les aspects de sa vie.

  5. Lecteur_curieux dit :

    Pour traduire ou plutôt adapter Trump il faudrait le faire en joual québécois ou limite en argot français.

    Cela fait partie de son populisme volontaire et involontaire. Alors le langage devrait être très cru et accompagné de sacres. Ce qui arrive aussi à des politiciens mais pas quand ils sont filmés et leur niveau de vulgarité ne va pas aussi loin et est plus occasionnel.

    Trump et le politically correct ? Ne le combat pas de la bonne manière. C’est le côté réactionnaire qui domine et non une simple libération des tabous et des gens trop bien peignés, trop fabriqués par des faiseurs d’images. Une caricature d’homme d’affaires vulgaire d’il y a 40 ans.

    Vous l’imaginez dans Slap Shot ou dans des Cartoons faits pour faire rire.

    Le monde politique était faux avec une fausse image policée. Trump est faux lui-même avec sa caricature de parvenu, de macho, de goujat.

    Un type comme Howard Stern l’encourageait à dire ces niaiseries cela est bon pour la cote d’écoute.

    Pour la France ? Imaginez Cauet plutôt que Macron comme Président. Parler comme Cauet et être Président.

    1. Haïku dit :

      Propos intéressants.

  6. Pierre S. dit :

    ————————————–

    Lecteur_curieux …

    Depuis plusieurs années Trump se comporte comme un pré ado avec une shape de gorille
    et il invective, humilie, intimide et menace tout le monde à tors ou à travers …..

    Avant il le faisait caché derrière sa fortune ( hérité ou volée c’est selon) et une armée d’avocats
    Maintenant, plus dangereux il le fait mais ultra protégé par les immenses privilèges qui viennent
    avec la job de président ( qu’il est d’ailleurs incapable d’assumer)

    1. Fran labrecque dit :

      Comme j’aime lire ces commentaires Pierre S. C’est tout à fait vrai.

  7. joslapatate dit :

    On constate qu’à chaque fois qu’il ouvre la câsette,
    il est en mode .
    Zéro syntaxe, vocabulaire infantile, et aucun vernis.

    1. joslapatate

      On ne donne pas ce qu’on n’a pas.

  8. Michèle dit :

    Balado hyper intéressant!

    Merci Richard Hétu, Daniel Hoffman ainsi que Bérangère Viennot!

  9. joslapatate dit :

    …En mode locker room talk..

  10. joslapatate

    « Je les grabe par le pussy » d.t.

  11. Pierre S. dit :

    —————————————

    Sur que ce discourt arrogant sans nuance et sans filtre semble avoir un écho
    chez plusieurs américains … il répond à leur aspirations impérialistes et à leur sentiment d’être
    au dessus des autres pays.

    Mais autant dans le fond que la forme …. ca manque d’intelligence et de classe … mais surtout de respect et de jugement.

  12. jeanfrancoiscouture dit :

    Cette analyse a déjà été faite par d’éminents linguistes américains dont voici probablement le meilleur exemple en la personne du Professeur John McWherter . Il en parlait à l’automne 2018 dans une entrevue sur MSNBC. Donald Trump est comparable à «An uncle sitting by the pool with a beer,…. likely a Budweiser…» disait-il en commençant la discussion. Je pensais qu’il allait le comparer à Archie Bunker. Une pièce d’anthologie que cette analyse. On rit, mais pas parce que c’est drôle aurait dit le défunt magazine CROC.

    Maintenant, comment traduire cela en un français qui correspondrait en tous points au niveau de Donald Trump sans trahir ce que l’on pourrait appeler «sa pensée». Je pense qu’un de ces jours je vais essayer de le traduire en «Québécois»

    1. gl000001 dit :

      « Budweiser » … 🤢
      Les bières commerciales américaines, c’est comme faire l’amour dans un canot.
      « It’s fu**ng close to water » !!!

      1. Haïku dit :

        Je me rapelle de votre superbe citation.
        Ajout:: »Water into whine ».😎

  13. Haïku dit :

    Superbe balado.
    Bravo Mme.Viennot !
    Je pensais dans ce sens, mais vous avez bien approfondi.
    Une sous-catégorie de la Novlangue ?

    1. Haïku dit :

      Pardon.
      Une SOUE-catégorie de la Novlangue ?

  14. Danielle Vallée dit :

    @ Henriette Latour: ‘On ne donne pas ce qu’on n’a pas.’
    Ça c’était une dispute entre Klik et Kam dans une publicité il y a bien longtemps. Elle me vient souvent à l’esprit mais je me dis que je suis certainement la seule à m’en souvenir. vous me réchauffez le cœur.
    C’était très profond comme pensée pour deux boîtes de simili viandes en conserve.
    Est-ce qu’une personne qui n’a pas reçu d’amour de ses parents peut aimer ses enfants convenablement?
    Est-ce qu’une personne qui n’a pas reçu d’éducation peut éduquer ses enfants convenablement?
    Et on pourrait continuer comme ça sans arrêt.
    On pourrait même se demander ce qui a manqué à Trump pour qu’il devienne ce qu’il est. Apparemment il a eu un problème de maman. Sa propre mère se demandait publiquement ce qu’elle avait pu faire pour avoir eu un tel monstre et ce dès son plus jeune âge. C’est la raison pour laquelle il n’y avait aucune photo de sa mère autour de lui jusqu’à ce que ses conseillers lui suggèrent que ce serait une bonne idée politiquement.

  15. Danielle Vallée dit :

    Bravo pour la balado. Très amusant et très instructif. Je vais essayer de trouver le livre.

  16. Lecteur_curieux dit :

    Article dans Le Devoir en 2017 :

    https://www.ledevoir.com/societe/490323/l-art-difficile-de-traduire-le-president-trump

    Je trouve qu’il serait préférable de faire une adaptation sauf que les traducteurs de presse n’ont pas le même temps que pour les doubleurs au cinéma ou pour un dessin animé.

    Et c’est certain que si on l’adapte en québécois cela ne serait plus le même sauf que le type de personnalité serait mieux saisi.

    Il y a aussi des différences de milieux ou de générations. Alors si on avait seulement un condensé et présenté sous un angle favorable cela semblait normal dans son milieu ou encore ce type de personnage.

    Pour le slogan de la campagne on peut le voir positivement mais déjà chez Reagan cela sonnait nostalgique et réactionnaire. Chez Trump et ses partisans au final c’est très réactionnaire. Est-ce vraiment great ? Si c’est le contraire du progrès, la peur de l’autre, la peur de perdre son argent ou autre. Peurs qui peuvent avoir une part de normalité mais si elles vous paralysent, elles ne vous font pas grandir.

    Keep America… Pour 2020… Donc encore la rétention. Et on revient au stade anal en psychanalyse. Si Trump lui ne va pas au stade oral encore plus loin.

    Pour grandir il faut s’ouvrir et passer à des stades supérieurs et non antérieurs.

    1. Lecteur_curieux dit :

      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Stade_auto%C3%A9rotique

      Trump revient à des stades antérieurs et est peut-être dans le narcissisme primaire. Prochaine étape l’auto-érotisme du nourrisson.

      Les conservateurs eux sont surtout au stade anal. Un retour dans cette phase ou des personnalités avec une obsession de l’analité.

  17. jeanfrancoiscouture dit :

    “You’re in such great shape,” Je comprends que Mme Viennot ait de la difficulté à vraiment traduire cette phrase. En pareille circonstance, je pense qu’il ne faut pas aller au-delà de la simple traduction littérale et diplomatiquement neutre en traduisant simplement par: «Vous êtes vraiment dans une forme splendide».
    En «entrant dans la tête» de Donald Trump et en déduisant quelque chose qui correspondrait davantage au macho irrespectueux qu’il est, c’est parfait dans le «balado».
    Si, en situation réelle, elle tentait de «contextualiser» le prétendu compliment pour le bénéfice de la destinataire, Mme Macron, elle se mettrait dans le pétrin car notre Donald favori, mis au courant par la suite, pourrait rétorquer: «Mais voyons donc! Vous me prêtez des intentions. Ce n’est pas ce que j’ai dit. Je n’ai fait que la féliciter pour sa bonne forme physique.»
    Cela me rappelle un événement où, à une tribune des Nations Unies, un chef d’État à lancé, en langage vernaculaire, une bonne mais intraduisible blague. L’interprète a réagi rapidement en disant: «M. Untel vient d’en lancer une très bonne mais c’est intraduisible. Je pense qu’il appréciait si vous riiez un bon coup.» Ce qui fut fait. Et tout le monde a été bien content.
    Pour le reste du langage coutumier de Donald Trump, je pense qu’il faut rester «basic» si on s’essaie en «Québécois».

  18. Pierre S. dit :

    ———————————-

    Si les discours de Trump étaient traduit honnêtement dans le sens de ce qu’il veux dire …
    le reste de la planète qui ne parle pas anglais comprendrait assez facilement qu’on a affaire
    à un imbécile qui à la maturité d’une enfant de 10 ans impolie mal élevé et gâté pourrie
    qui pour cacher sa couardise ne cesse d’invectiver les autres.

    1. Haïku dit :

      Ouch ; mais fort bien traduit !

    2. Layla3553 dit :

      👏👏👏

  19. Louise dit :

    Quand Trump lit un texte écrit par quelqu’un d’autre, j’ai toujours l’impression qu’après un ou deux paragraphes, il ne saisit pas le sens de ce qui est écrit. Sa pensée n’est pas assez structurée pour concevoir la cohérence de ce qui est écrit.
    C’est pourquoi il revient à son langage limité et qu’il répète souvent les mêmes mots. C’est un simple d’esprit.

  20. papitibi dit :

    Madame Bérangère et Lecteur Curieux sont drette su’l kisser!

    Ça fait pas très littéraire – je suis capable du plusse meilleur autant que du plusse pire à cet égard, mais je comprends maintenant pourquoi (comme la plupart des lucides ici) j’ai aussi facilement recours à la vulgarité dès qu’il est question de Sa Sérénissime Majesté Enfoiriale.

    Nous traduisons en cinérama, en technicolor, en Dolby Surround ou whatever, et en O-DO-RA-MA. Faut que ça puse! Sinon, la traduction des sentiments qu’inspire le personnage demeure largement en deçà du dégoût ressenti.

    Holy Shit! Stie k’sa fa du bien!

    1. Haïku dit :

      🤣🤣🤣!
      Sans aucun doute que vous êtes le plusse meilleur.
      « Holy Shit » c’est un laxatif disponible au Vatican ?
      Question rhétorique 😉

  21. chrstianb dit :

    La langue de donald trump est train de nous annoncer que la simplification de la pensée va mener à la simplification du langage et du discours, vers la violence, la violence sociale

    Malheureusement, je suis en accord avec cette analayse.

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      S’agissant de la langue de Donald Trump, un écrit qui date d’avant même sa naissance nous en parlait déjà:
      «Toute dégradation individuelle est, sur le champ, annoncée par une dégradation rigoureusement proportionnelle dans le langage.» (Joseph de Maistre)

      Nous avions donc été prévenus.

      1. Haïku dit :

        Ajout: amical: »Toute nation a le gouvernement qu’elle mérite ». 😎

      2. jeanfrancoiscouture dit :

        @Haïku. «Toute nation a le gouvernement qu’elle mérite »

        Absolument! Surtout quand c’est ladite nation qui s’auto inflige le suppositoire. 🙂

      3. Haïku dit :

        @jeanfrancoiscouture
        Ouch ! Mais bien dit !

      4. chrstianb dit :

        Moi, je pensais plus à 1984 avec la Novlangue…

      5. jeanfrancoiscouture dit :

        @chrstianb. «Moi, je pensais plus à 1984 avec la Novlangue…»

        Excellent rapprochement surtout quand on constate le nombre croissant d’adeptes du «Trumpien», la «novlangue» du Donald.. Je ne vous avais pas saisi.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :