Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«Si les populistes font plus de 30 % aux européennes, cela donnera cet élan qui aidera Trump pour la campagne de 2020», confiait Steve Bannon au quotidien français Le Parisien à l’approche des élections européennes. Et qu’ont fait les populistes hier? Voyons les résultats dans trois des pays européens qui intéressent le plus l’ancien conseiller du président, l’Italie, le Royaume-Uni et la France.

En Italie, le poulain de Steve Bannon, Matteo Salvini a triomphé avec 34,3%. Au Royaume-Uni, le nouveau parti anti-européen Brexit, formé par Nigel Farage, autre préféré du stratège républicain, a remporté une victoire par K.-O. avec 31,6%. Et en France, le Rassemblement national de Marine Le Pen, favorite de l’Américain, a fini en tête avec 23,3% des voix devant le parti d’Emmanuel Macron, qui a récolté 22,4%.

Bannon conclura sans doute que ces résultats sont de nature à donner un bon élan au 45e président, et ce, même si les populistes et les nationalistes n’ont pas provoqué à l’échelle européenne le séisme qu’il prédisait. Au total, ceux-ci ont remporté environ un quart des sièges en jeu.

(Photo AFP)

49 réflexions sur “Ce que disait Bannon sur les élections européennes

  1. gl000001 dit :

    Des bébé gâtés qui ne veulent pas jouer avec les autres.
    C’est pourtant plate être tout seul dans son carré de sable.

  2. Emalion dit :

    Est-ce que l’effet placebo peut être invoqué dans ce cas. Misère on vie avec 30% de dégénéré mentale.

  3. Réal Tremblay dit :

    Si l’Allemagne avait basculé il y aurait de quoi vraiment être inquiété mais dans l’ensemble, l’embellie est moins forte que prévue. Mais il est certain que Trump et Bannon vont voir le verre à moitié plein et y verront un grand progrès contre les élites dont ils nient faire parie bien sûr. Il sont quand même de quoi se réjouir.

    1. gl000001 dit :

      « contre les élites dont ils nient faire partie  »
      Des élites qui n’ont pas à se préoccuper des responsabilités qui viennent avec.
      Ils peuvent donc être : odieux, irrespectueux, racistes, misogynes, non-politically-correct …
      Le confort et le pouvoir seulement. Besoins très primaires. Ou primates, c’est selon !!

      1. Haïku dit :

        Bannon un primate ? C’est selon. 😎

  4. Que ce soit en Italie, en Angleterre ou en France, les mêmes 30% acceptent la romance des populistes qui leur promettent la suppression des élites, du pain et des jeux pour tout le monde. Quand ils se réveilleront, ils se retrouveront gros jean comme devant, au même point que les Americains et ils l’auront bien cherché.

  5. LeChamp dit :

    Ce sont les Verts qui ont ont eu in impact auquel on s attendait le moins , la tendance semble etre de voter pour des partis qui expriment leurs intentions de facon plus précises et non comme les parties traditionnels qui veulent jouer sur tout les tableaux. Donc on priorise l environement on voteVert , la sécurité ( ou l insécurité ) nous inquiete on va a droite ( loin du centre et plus vers l extreme ).

    La politique entre dans un nouveau cycle ( plus polariser) est-ce que les vieux partis vont s adapter ou disparaitre ?? Moi je suis particulieremnt heureux de l impact des Verts qui ne prendront pas le pouvoir dans un avenir rapprocher mais qui vont mettre l environnement au centre du débat politique occidentale.

  6. c’est plutôt les sparage se Trump depuis 3 ans qui ont donné un élan à la mode « populiste » en Europe…

    stratégie simpliste qui consiste à taper sur le clou qui dérange le plus en accusant les « puissants » …..les « autres »… la « main invisible » d’en être responsable et on ramasse 30 % d’illuminés…..

    une fois au pouvoir, ces populistes ne règlent absolument rien, mais personne ne s’enn soucie …ou bien ça reste la faute des « autres » ou bien « ils sont tous pareils »…. et les frustrés se cherchent un autre populiste un peu plus cinglé et réactionnaire….

    pendant que les pays se cherchent des directions et hésitent à oser embarquer dans des gestes pour contrer les changements climatiques, tout s’aggrave…. et plus ça va s’aggraver et plus les décisions seront lourdes de conséquences et plus les gens vont râler…..

    quand on pense qu’au Canada anglais ça pleure contre la taxe carbone…. alors que c’est le tout premier petit geste, qui n’empêche pas la pollution mais qui la taxe pour inciter les gros pollueurs à bouger un ti-peu …. 20 ans de retard encore une fois…..

    avec tous ces populistes au pouvoir, on n’a pas fini d’écarquiller les yeux et de secouer la tête d’incompréhension…..

    1. Benton Fraser dit :

      Malheureusement, l’élection de Trump a fait sortir les rats du cavineau….

  7. Les populistes et les verts, pas le même discours pantoute. Trump et le climat, c’est trois et un fossé comme le Grand Canyon entre les deux.

    Que les Verts s’invitent au débat, pas une mauvaise chose pour contrebalancer les climato-sceptiques.

    Et dire que des milliardaires comme Trump ou Bannon se dissocient des élites et du 1% qui contrôle tout… C’est vraiment de prendre les gens pour des cruches bien pleines.

    Ils font partie du 1% qui veut tout contrôler et garder tout pour soi.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Pour Trump s’il est vraiment milliardaire c’est un sur 10 millions ou quoi ?

      Se dissocier de l’élite? C’est comme à Manhattan. Les riches bourgeois BCBG ne veulent pas de Trump parmi eux du moins y être le moins possible associé.

      Il n’a aucune classe et fait toujours très parvenu. Aucun goût. Aucune manière aucune étiquette. Être riche ou pas n’est pas le paradigme.

      Encore une fois la tentation d’adapter est présente. Vous allez voir disons du théâtre ou écouter de la musique contemporaine. Un spectacle élitiste. Pourtant les billets sont peu dispendieux et la salle petite. Alors qu’aller voir le gros show de vieux groupe rock cela coûte une fortune, une pop « tarte » aussi.

      Le film a remporté un prix à Cannes cela serait élitiste l’autre est un navet qui passait à TQS donc cela est peuple.

      Trump sert du fast food aux athlètes invités à la Maison Blanche. Les athlètes en mangent encore pour de vrai en 2019 mais plus dans leur cheat day. De temps en temps cela est pas pire. Mais Trump lui s’affiche ainsi.

      Entre bouffer comme Isabelle Huot et Elvis Presley ou Trump il doit bien y avoir un équilibre.

      C’est cela être démagogue populiste ou pour le contraire être pédant, prétentieux et arrogant envers le peuple.

      Hey de la malbouffe et d’une grosse multinationale formatée. Pas obligé de les voir comme des ennemis mais de là à en faire des héros culturels. Bon mais les Américains sont en partie ainsi.

  8. Mabuse dit :

    Il y a le noir et le moins noir. Analyse intéressante de François Brousseau:
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1172008/europe-elections-continent-renforcement-brousseau

  9. fallaitquejteuldise dit :

    30% de la population, « poor educated » qui s’alimente de la peur de l’autre…. Il me semble avoir déjà entendu ça.

  10. treblig dit :

    Bannon reflète la position, plus ou moins formelle, du GOP qui souhaite ( sans le dire) un affaiblissement de l’Union Européenne. C’est le principe du diviser pour règner. Les États-Unis préfèrent négocier avec chaque pays individuellement plutôt qu ‘avec un front commun de 27 pays qui parlent d’une seule voix.

    Ce qui rappelle la conversation entre Trump et Macron ou le président américain avait offert une entente généreuse à la France si elle quittait l’union Européenne. Même chose pour l’Angleterre ou Farage, un protégé de Trump, milite pour une sortie brutale immédiate de l’union.

    1. Guy Pelletier dit :

      @treblig dit :
      27/05/2019 à 14:48
      Tout a fait et qui profite pleinement de cet affaiblissement de l’UE pour s’y faufiler……la Chine qui est a entrer de plein pied en Europe grâce à des ententes qu’elle est a signer avec le gouvernement réactionnaire d’Italie. Les USA de Trump et Bannon dans le but évident de se donner des ententes commerciales gagnantes seulement pour  »l’Amérique » (USA only on s’entends) en divisant et affaiblissant l’UE sont a ouvrir toute grande la porte à la Chine au grand plaisir du président Xi Jinping qui n’en attendait pas tant.

  11. Lecteur_curieux dit :

    Pour Bannon tout ce qui importe c’est la lutte politique pour faire triompher ses valeurs et sa vision du monde.

    Mais les peuples veulent quoi ? Il ne faut pas juste regarder ceux qui ont obtenu le plus de votes. Ce sont tous les votes et tendances exprimées. Et cela peut être contradictoire mais quoi de plus normal que de vouloir le bon dosage. Le bon dosage entre le parlement européen et ceux locaux sauf que cela s’exprime par des extrêmes et incluant aussi des centristes sans saveur.

    Aucune liste ou programme ne correspond à la réelle volonté des peuples mais on espère que la lutte politique, le rapport de force les antagonismes réussissent à s’équilibrer suffisamment pour que le système soit viable.

    La France a vraiment intérêt à rester dans l’Europe. Avoir une dose de nationalisme n’est pas mauvais mais incarnée par le parti de Le Pen ce n’est pas les gros chars. L’Italie je les vois dans l’Europe aussi mais j’ai une image moins pluraliste.

    Qu’est-ce que chaque peuple veut réellement? Et en quoi l’offre politique est capable de lui répondre ? On voit toute l’imperfection du système mais au moins ils ont voté. Pas en nombre suffisant ?

  12. Pierre S. dit :

    ———————————–

    La droite populiste est championne pour se positionner en victime ….
    et bon nombre d’électeurs frustrés et racistes adhère à ce discourt xénophobe et simpliste.
    Et eux, ils vont voter ……..

    Le pouvoir extrêmement toxique des éternels victimes.

  13. Mabuse dit :

    Bannon avait aussi dit, à ce que je crois me rappeler, que Trump n’aurait pas été élu s’il n’y avait pas eu le Brexit.
    Le Royaume-Uni est tout aussi désuni que les États-Unis et pourrait éclater s’il quitte l’UE sans entente – ‘no-deal Brexit’. Reste à voir si le parti du Labour reverra sa stratégie et exigera un nouveau referendum sur toute nouvelle entente négociée, si tant est que l’UE sera ouverte à une renégociation car rien n’est moins sûr.
    Les anglais savent ce dont ils ne veulent pas – ayant tout rejeté – mais pas encore ce qu’ils veulent vraiment.
    S’il y a retrait de l’EU sans entente, il pourrait y avoir sécession de l’Écosse et de l’Irlande du Nord.

    1. treblig dit :

      Une sortie brutale de l’Angleterre de l’Union Européenne est hasardeuse pour 2 raisons :

      Elle importe 60% de son alimentation des pays européens parce que l’agriculture au Royaume-Uni est peu performante. En cas de fermeture des frontières, il y aura une forte hausse du prix des denrées alimentaires ( et donc une inflation ). Elle a donc intérêts à négocier une entente avec l’Europe, ce que Farage ne veut pas.

      Le Royaume-Uni s’est spécialisé dans les services financiers ( banques, assurances, bourses…). Il n’y a rien de plus facile que de fermer son bureau londonien et d’ouvrir un nouveau bureau à Francfort (centre financier important) ou à Paris. D’ailleurs ces 2 villes font de la sollicitations intensives auprès des services financiers de Londres

      1. Benton Fraser dit :

        Ce n’est pas pour rien que les électeurs de la cité de Londre ont votés à 75% pour le maintient dans l’Union.

        Par tranche d’âge, le maintient dans l’Union:
        18-24 à 73%
        25-34 à 62%
        35-44 à 52%
        45 et plus à 58

        Le problème, plus on rajeunir, plus le taux d’abstention est élevé.

        En tout cas, la vison de l’avenir de l’Angleterre n’et pas décidée par les jeunes et pour les jeunes!!!

        Fait cocasse (et qui tombe sous le sens), Gilbraltar a voté à 96% pour le maintient dans l’Union! (La bizarrerie est que pratiquement tout le nord de l’Angleterre veulent (fortement) le maintient dans l’Union.

    2. Réal Tremblay dit :

      Et il pourrait y avoir pire pour le Brexit parce qu’il faut remplacer Mme May et que Boris Johnson pourrait lui succéder, celui-là même qui a abandonné son poste de leader du Brexit quand le -oui- l’a emporter lors du référendum. Il ne pensait pas gagner mais quand c’est arrivé, cette irrespectueuse et irresponsable personne pro-Trump s’est dégonflé. C’est mal barré pour le Royaume-Uni.

      1. Mouski dit :

        Boris Johnson est de la même catégorie que l’illuminé de la Maison Blanche.

    3. chrstianb dit :

      Pour l’Irlande du Nord, la fermeture de la frontière avec la République d’Irlande risque de remettre le feu entre républicains et unionistes…

  14. Gilles Morissette dit :

    Chacun pourra y trouver son compte dans les résultats des élections pour le renouvellement du Parlement européen.

    La grands surprise est venu des Verts qui ont connu des résultats au-delà de ce qui avait été prévu.C’est de bonne augure pour l’environnement.

    Personne ne peut revendiquer la majorité absolue. Des alliances et des compromis seront nécessaires si on veut faire fonctionnel ce Parlement.

    L’Europe est divisé voire polarisé. La composition du futur Parlement en est la preuve. Elle risque d’en être affaiblie ce qui devrait réjouir Bannon.

    1. Benton Fraser dit :

      D’ailleurs dans un documentaire à RDI sur Bannon, tous ceux qui ont travaillés et qui travaillent avec Bannon sont unanimes sur ce point, Banon veut un ordre nouveau et la condition nécessaire pour un ordre nouveau passe par le chaos, d’où la nécessité de créer le chaos!

  15. MAbuse dit :

    Tout n’est pas encore joué, au Royaume-Uni:

    The Guardian view on the EU election results: no mandate for no deal

    « Ne sous-estimez pas ça. Le succès du parti Brexit et la colère qui l’alimente sont réels. Mais n’exagérez pas non plus. Ce n’est pas la fin de l’histoire. Dans l’ensemble, les partis anti-européens ont faibli. Le total Brexit-Ukip-Tory en 2019 – 43% des voix – était nettement inférieur au total Ukip-Tory aux élections européennes de 2014 – 51%. Et la colère qui anime le Brexit n’est plus la seule. L’indignation anti-Brexit a également trouvé sa voix. Plus d’électeurs ont abandonné les vieux partis frileux pour voter pour les partis pro-UE que pour ceux qui veulent quitter. Il y aura plus de députés pro-européens de Grande-Bretagne que de députés anti-européens qui se rendront à Bruxelles. Dans l’ensemble, les élections de 2019 ont reflété le résultat d’un sondage constant selon lequel il existe une majorité stable en Grande-Bretagne pour faire partie intégrante de l’Europe. »

    https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/may/27/the-guardian-view-on-the-eu-election-results-no-mandate-for-no-deal

    1. kintouai dit :

      En fait, les British veulent le beurre et l’argent du beurre. L’Europe aurait dû mettre ses culottes et les cris… dehors !

      1. gl000001 dit :

        Mais ils ne veulent pas les « beurs » ;-(
        Wiki : Beur : est un néologisme qui désigne une personne née sur le territoire français dont les parents sont des immigrés d’Afrique du Nord, plus particulièrement du Petit Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) majoritairement, ou du Grand Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie, Mauritanie, Libye, Egypte).

  16. Léo Miquis dit :

    HS :
    La Corée du Nord demande, pour la 2e fois, à ce que Bolton s’en aille : « Une telle erreur humaine doit s’en aller dès que possible »
    En même temps, Trump vient de contredire Bolton au sujet de la Corée, et au sujet de l’Iran.

    Vous pariez que Trump va choisir de suivre son ami Kim et finir par virer Bolton ?

    1. Réal Tremblay dit :

      Bolton surtout que Trump ne s’attendait pas que monsieur  » s’en-va -en guerre  » appuie ses paroles par des actes, ce qui fait peur au Président qui parle sans calculer les conséquences parce que après tout ce ne sont que des mots comme ses tweets.

  17. Louise dit :

    On est vraiment dans une époque de transition, les élections européennes en sont la preuve. Il n’y a pas de victoire éclatante mais plutôt des forces à peu près égales qui reflètent la division de la société.

    Les gens savent ce qui ne leur convient pas comme la politique traditionnelle qui ignore souvent les désirs de la population mais ils ne savent pas encore par quoi remplacer les vieux partis.
    Malheureusement ils se tournent vers des partis de droite ou d’extrême droite qui promettent mer et monde mais quand ils sont au pouvoir, ils déçoivent autant que les autres parce que leurs promesses étaient illusoires.
    Le principe de réalité est souvent absent chez les gens qui n’ont plus rien à perdre et qui s’accrochent à des rêves.

    L’élection de Trump a certainement contribué à la montée de la droite en Europe mais s’il perd en 2020, sa défaite va peut-être contribuer à son déclin. Le monde peut aussi bien basculer d’un côté comme de l’autre.

    1. kintouai dit :

      Excellente réflexion !

    2. Henriette Latour dit :

      Louise

      Je ne pense pas que la défaite de trump en 2020 sonnera le déclin de la droite en Europe. L’expérience des uns ne sert absolument pas aux autres. Souvenons-nous de nos enfants avec qui nous voulions partager notre expérience. Toutes les générations veulent faire leurs expériences.

      1. Henriette Latour dit :

        Commentaire parti trop vite

        On n’a qu’à voir le trickle down de Reagan et celui de trump près de 40 ans plus tard. Ils n’ont rien appris.

      2. Louise dit :

        Henriette Latour

        C’est vrai ce que vous dites et c’est pourquoi la prochaine génération va probablement rejeter toutes cette idéologie de droite.
        Il restera toujours des gens qui vont continuer d’y croire mais ça va devenir une minorité.
        Et n’oublions pas que le monde fonctionne comme un balancier, c’est une règle aussi constante que le jour succède à la nuit.

      3. Benton Fraser dit :

        Je ne sais pas si le populisme va durer encore longtemps mais une chose est sûre, la planète (l’environnement) va les ramener à une dure réalité… en espérant que ce ne sera pas un chacun pour soi!

  18. Mabuse dit :

    HS – Pence est à l’œuvre pour empêcher la destitution de Trump en promettant la guerre partout contre tous:

    Mike Pence predicts war everywhere in the next few years

    https://www.washingtonpost.com/opinions/2019/05/27/mike-pence-predicts-war-everywhere-next-few-years/?utm_term=.60704fe8a5e1

    1. Haïku dit :

      Merci pour le lien.
      Complètement barjot ! ! ! 🙊🙉🙈

    2. gérard séguin dit :

      Effectivement! Après nous le déluge, Pence le biblique.

  19. Benoit Forget dit :

    Tous ces connards séduits par l’extrême-droite, ils n’ont jamais ouvert un livre d’histoire?
    « Plus jamais », qu’on disait, au lendemain de l’armistice en 1945!

    1. Benton Fraser dit :

      On le disait aussi en 1918…. la dern des derns!

    2. Haïku dit :

      @Benoit Forget
      Un livre d’histoire vous dites.
      Je n’en ai jamais entendu parler.😎

  20. Les populistes profitent d’un ras-le-bol des populations pour essayer de prendre du galon. Leur très grand problème est d’amener des solutions trop simplistes et radicales à des problèmes structurels plus profonds en misant sur la peur et la division.

    Le partage des richesses? Ils n’en ont rien à foutre, ils veulent diviser pour mieux régner.

    Trump est essentiellement une grande gueule dont l’objectif premier est sa propre personne et sa propre survie et qui se sert à fond de la crédibilité inhérente à sa fonction pour enfirouaper sa base comme un vendeur de frigidaires aux esquimaux. Il leur dit ce qu’ils veulent attendre en simplifiant à l’extrême son discours.

    C’est pas des sushis, des tartares et du tofu qu’il mange, c’est des Big Macs bien gras et bien dodus. Et la plèbe aime ça, sans comprendre qu’ils se bouchent les artères.

    C’est ça aussi le problème, ne pas comprendre les conséquences. Question d’éducation.

    1. Benton Fraser dit :

      Diviser pour mieux règner ca marche pour les nantis… Trump en est le fruit!

      1. Haïku dit :

        Fruit défendu ?

  21. Ziggy dit :

    Mme .Louise vous avez tout à fait raison de penser que la génération à venir se débarrassera de cette idéologie de droite et j’ajouterais que la gauche subira le même rejet.le principe du balancier que vous identifié comme facteur immuable et prévisible dans ma compréhension est plutôt un phénomène qui serait plutôt une « mode « que la prochaine génération voudra à son tour modulé à son image tout comme la nôtre et les précédentes s’y sont attelées.
    Selon mon point de vue je dirais que le danger est la récupération que font les politiques de carrières qui sont en postes pour de nombreux mandats et qui en viennent à oublier ce qu’est le véritable service publique et la rigueur que sa prend pour traduire les besoins et les souhaits de leur commétants,et non pas leurs soif de pouvoir comme but ultime.
    La soif du pouvoir est cette maladie qui pousse certain à faire du »populisme  » qui vise par des promesses en l’air,et irréaliste ou carrément rattaché à des attitudes racistes à séduire un électorat captif de son ignorance.

  22. Ziggy dit :

    Ha oui!..Les populistes européens sont comme la grosse lopette américaine des clown ,les Salvini ,Le Pen et autres sont une mode qui est la saveur du moment et n’est que le reflet d’une pseudo réponse au demande de la populace qui s’essoufflera comme Kurtz en Àu triche échafaudé une politique nationale sur la peur de l’étranger n’est pas gage de succès à long terme.La démographie des sociétées européennes étant ce qu’elle est il en va de leur survie de faire les bons choix.J’ai déjà dit et je répète crisser le gros Bannon dehors c’est une grosse merde inutile.

    1. Haïku dit :

      @Ziggy

      Touché !!!

    2. Toile dit :

      Une bonne vraie bonne solution que la trappe de Bannon cesse de s’ouvrir, de se voit, de se faire entendre. N’oublions pas cependant que c’est grâce au financement de multimillionnaires à l’idéologie déconnée que l’oeuvre du nouvel ordre mondial se dresse. Et ces derniers respirent tout court l’air raréfiée de la planète dont l’horloge fait tic tic tic. Sans compter les illuminés de Dieu dont notre pot de fleur.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :