Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Plusieurs facteurs sont avancés pour expliquer le fait que Joe Biden est plus impopulaire à ce stade-ci de sa présidence que la plupart de ses prédécesseurs, y compris Donald Trump, qui n’avait pourtant pas joui, comme lui, d’une lune de miel. L’inflation est certainement au sommet de cette liste de facteurs qui inclut également le désillusionnement de certains des propres électeurs du président démocrate, et notamment les plus jeunes, face à ses promesses non réalisées. À entendre ces derniers – et certains commentaires progressistes -, Biden n’a rien fait qui vaille sur le plan législatif, par exemple. Selon Nate Silver, fondateur du site FiveThirtyEight, ce point de vue est « stupide ».

Le journaliste du Washington Post Perry Bacon a suggéré récemment un autre facteur pour expliquer l’impopularité de Biden : les médias. Selon lui, ces derniers piaffaient d’impatience ou baillaient d’ennui il y a un an, n’ayant pas encore trouvé un sujet susceptible de montrer leur capacité de se montrer aussi sévère et critique à l’endroit du président qu’ils l’avaient été envers Donald Trump.

Or, en août 2021, le retrait des troupes américaines d’Afghanistan leur a fourni ce sujet. Bacon précise que Biden méritait d’être critiqué pour ne pas avoir mieux orchestré ce départ, qui a donné lieu à des scènes chaotiques, voire déchirantes, et mené à une prise de Kaboul par les talibans beaucoup plus rapide que prévu. Mais il estime néanmoins que l’épisode a contribué à une « hystérie médiatique » qui a entraîné la cote de popularité de Biden vers le bas et donné le ton à une couverture médiatique de sa présidence marquée au coin du négativisme jusqu’à aujourd’hui.

« Les sondages de Biden sont pires que ceux de Trump en juillet 2020, alors que des milliers de personnes mouraient chaque semaine de la COVID-19, une situation bien pire que le problème réel et sérieux de l’inflation élevée de l’ère Biden », écrit Perry Bacon. « Vous ne pouvez pas soutenir de manière crédible que Trump, avec ses déclarations incendiaires constantes et sa gestion incompétente, était un meilleur président que Biden. Ces résultats de sondage reflètent quelque chose qui cloche.

« Et, à mon avis, la couverture médiatique est un facteur important dans ces résultats de sondage déformés. L’engagement des médias en faveur d’une couverture “égale” des deux partis s’est traduit, depuis l’entrée en fonction de Biden, par un an et demi de couverture qui implique que les deux partis sont aussi mauvais l’un que l’autre, comme si la poussée inflationniste et certaines erreurs politiques de Biden rivalisaient avec un Parti républicain qui sape activement la démocratie de nombreuses manières, y compris en continuant à formuler des allégations infondées de fraude électorale lors de l’élection présidentielle de 2020, en adoptant des mesures rendant le vote plus difficile et en procédant à un gerrymandering si agressif dans des États comme le Wisconsin que les élections n’ont effectivement aucun sens. »

Il y a un néologisme anglais pour décrire l’approche médiatique que dénonce Perry Bacon : bothsiderism, cette tendance à traiter les deux partis aussi sévèrement l’un que l’autre, et ce, même s’il se trouve que l’un d’eux appuie des mesures ou des politiciens antidémocratiques. Dans un article publié après celui de Perry Bacon sur le site de la Brookings Institution, le vénérable analyste des médias Marvin Kalb estime que ce bothsiderism pratiqué par la presse américaine ne nuit pas seulement à la présidence de Joe Biden; il fragilise la démocratie américaine.

« Il est douloureusement évident que le peuple américain est confronté à de nombreux problèmes graves, mais, en dépit de la couverture médiatique, tous ces problèmes ne sont pas de la faute de Biden », écrit-il.

« Prenons par exemple le problème de l’inflation, qui touche tout le monde et ne se résout pas facilement. Il a atteint le sommet du classement des préoccupations du public. La plupart des articles de presse ne traitent pas de ses causes complexes, telles que les perturbations de la chaîne d’approvisionnement […], ni même des solutions possibles. De nombreux journalistes, poursuivant paresseusement le récit disponible de l’“ineptie” de Biden, se contentent d’ajouter l’inflation au fourre-tout des autres problèmes du président – un processus que les spécialistes appellent conflation – et se concentrent principalement sur la façon dont l’inflation nuit à la cote de Biden dans les sondages ainsi qu’à la mauvaise perception de ses capacités par le public.

« Ou prenez le problème monstrueux du changement climatique. Bien que Biden doive actuellement gérer des incendies de forêt et des vagues de chaleur historiques, et probablement pire encore, il est arrivé au pouvoir avec des plans ambitieux pour faire face à cette crise et l’atténuer. Mais le GOP et même des membres de son propre parti ont refusé de coopérer. Ses espoirs ont été déçus, et la crise s’est aggravée. Est-ce sa faute ? »

Il est évident que Biden n’est pas le seul à blâmer, ni même le premier. Ce qui l’est moins, c’est le rôle réel des médias dans la mauvaise perception du public à son endroit. Autrement dit, peut-on vraiment attribuer aux médias la mauvaise performance de Biden dans les sondages ? Il n’est certainement pas inutile de se poser la question avec Bacon, Kalb et les autres qui partagent leur avis.

(Photo AP)





51 réflexions sur “Les médias sont-ils trop négatifs envers Biden ?

  1. gl000001 dit :

    Tout ceux qui sont déçus veulent un Superman. Mais Superman, c’est de la fiction. Il faudrait leur dire !! « Il vaut mieux être compatible avec la réalité » disait un vieux sage !!

    1. ouppss dit :

      Peut-être pas « vouloir un superman » qui amène cette grogne, mais bien plutôt l’ignorance crasse sur des sujets aussi importants que l’inflation et la capacité réelle d’un pays, si riche soit-il, de la contrôler.

      Ignorance crasse, mais nous n’avons rien à montrer aux états-uniens quand Poilièvre déroule ses insanités.

      En périodes d’inflation les dirigeants paie le prix fort pour une situation qui n’atteint souvent qu’un mi-mandat et est le fruit de ceux qui ont précédé.

      1. gl000001 dit :

        Bien dit !

  2. Haïku dit :

    « La vérité n’a pas de chance quand elle tombe aux mains de ceux qui ne se trompent jamais. »
    (Albert Brie)

    1. xnicden dit :

      Vous devriez envoyer cette citation à la direction du NYT et de WaPo notamment.

      1. Haïku dit :

        @xnicden
        Gracias !

  3. Frédéric dit :

    Je ne sais pas jusqu’à quel point l’attitude des médias a de l’influence sur la popularité de Biden, mais le phénomène décrit dans ce billet est réel. On le constate constamment.

  4. Caisse dit :

    Bien d’accord, à force de comparer ont oublie l’essentiel, Trump est un incompétent, un voyou, qui entraîne le GOP dans une abyssale sans fond, Biden est au-dessus de cette médiocrité, les journalistes ne semblent pas faire la différence. Bref, Biden est 100 fois plus compétent que Trump et tout le GOP réunis, bien dommage, que les journalistes ne le mentionnent pas.

    1. Igreck dit :

      Je dirais que les responsables sont les proprios de médias qui font partie du 1% 💲💲💲 et qui foutent de l’avenir des 🇺🇸. 😡

  5. marie4poches4 dit :

    Les médias ont été sur un high d’adrénaline pendant près de 5 ans.
    La chute d’adrénaline a été trop brutale, c’est la dépression, ils broient du noir…🤪

    1. oeufoulepoussin dit :

      marie4poches4 dit

      Bonjour,

      Ou en est-on avec la déclaration d’urgence climatique nationale ?
      Merci.

      1. marie4poches4 dit :

        Aucune idée. Pour l’instant, seule la nature l’a déclarée.

      2. oeufoulepoussin dit :

        Il a une bonne opportunité de remonter sa cote avec ce dossier, surtout chez les progressistes démocrates. Agira t-il ?

      3. marie4poches4 dit :

        Mais…

        But some of those steps would be politically explosive, and could even prove ruinous to his party’s fortunes by sending gasoline prices soaring. Others would threaten to alienate European allies looking to U.S. fuel supplies to ease their dependence on Russia. And any executive actions Biden takes would run the risk of falling to the same conservative Supreme Court that has already hobbled his regulators’ ability to rein in carbon pollution.

        https://www.politico.com/news/2022/07/20/climate-emergency-biden-consequences-00046885#amp_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s&aoh=16587860168063&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.politico.com%2Fnews%2F2022%2F07%2F20%2Fclimate-emergency-biden-consequences-00046885

      4. oeufoulepoussin dit :

        Je pense que Biden doit prendre cette décision en se basant sur ses convictions. On peut présumer sur bien des scénarios, mais s’il ne fait rien, il ne se donne pas la chance de donner le singe aux conservateurs.

      5. marie4poches4 dit :

        Pas certaine que Biden doive agir selon ses convictions. Le plus important est de ne pas donner aux répus des munitions, comme une nouvelle hausse des prix du carburant, qui pourraient leur faire reprendre le pouvoir en 2024 car là vous pourrez dire adieu à toutes règles pouvant améliorer le climat.

        Peut-être préférable d’y aller par étape en signant des ordres exécutifs. Trop en faire pourrait se rendre à la CS et devoir tout annuler.

  6. xnicden dit :

    👏👏👏 à messieurs Silver, Bacon et Kalb.

    Un moment donné les médias vont devoir faire un peu d’introspection.

    Mais ça dure depuis si longtemps que je n’ai pas grand espoir. Depuis même avant « but her emails », j’ai bien peur.

    1. Haïku dit :

      @xnicden
      Je seconde !

  7. Anizev dit :

    En critiquant de manière égale les deux parties, les « médias » veulent éviter d’être accusés de parti pris.
    Fox est un bel exemple de traitement équitable (ironie)

  8. trop de médias rapportent les propos des uns et des autres même s’ils sont faux…
    trop de médias donnent un espace égal aux 2 côtés d’un problème social qui n’a pas de groupes égaux tel que la vaccination, par exemple…
    trop de médias préfèrent des « opinions » à des faits….
    trop de médias sont paresseux et glissent vers le sensationnalisme ou l’anecdote pour « attirer » les lecteurs par la facilité….

    mais les citoyens ont leur part de responsabilités en refusant de réfléchir et en refusant de faire l’effort de vérifier leurs sources et de fouiller les dossiers…
    il faut que tout soit « facile »….

    les solutions aux changements climatiques doivent être faciles, sinon ils n’iront pas plus loin dans leur recherche….
    les solutions à l’inflation doivent être faciles sinon ils décrocheront…

    on le voit avec la pandémie…
    les gens sont tannées… ça ne marche pas de même, mais les gens abandonnent… « chu tanné, j’joue pu »…

    les gens ne suivent plus la politique, l’actualité car ils sont tous sur Netflix, Crave, Disney ou autres plateformes de films ou séries….

    ils connaissent toutes les séries, mais ignorent qui est le Premier Ministre, ne votent pas et râlent contre tout sans savoir pourquoi…

  9. _cameleon_ dit :

    (HS ou ?)
    La belle Freya me rappelle quelqu’un, mais je ne suis pas sur de qui:
    https://www.lapresse.ca/actualites/insolite/2022-07-25/un-morse-defraie-la-chronique-en-norvege.php

    1. Haïku dit :

      @cameleon
      Est bonne ! 😂

  10. Igreck dit :

    Jamais on a vu l’expression « 4e pouvoir » plus pertinente❗️Comme des trois autres sont CON-taminés, si ce dernier ne joue pas son rôle pour sauver leur démocratie, les 🥕🥕🥕 sont cuites⁉️☹️

    1. Haïku dit :

      @Igreck
      Bien vu ! 👌

  11. marie4poches4 dit :

    HS

    45 pas content, encore…

    Donald J. Trump @realDonaldTrump

    @foxandfriends just really botched my poll numbers, no doubt on purpose. That show has been terrible – gone to the « dark side. » They quickly quote the big Turning Point Poll victory of almost 60 points over the number two Republican, and then hammer me with outliers. Actually, almost all polls have me leading all Republicans & Biden BY A LOT. RINO Paul Ryan, one of the weakest and worst Speakers EVER, must be running the place. Anyway, thank you to Turning Point, the crowd & « love » was AMAZING!

  12. Kelvinator dit :

    Ça détaille un peu plus ce que j’affirmais la semaine dernière.
    Lorsque les critique répète presque exclusivement des qualificatifs très subjectifs pour décrire le travail de Biden (manque de grandeur, amorphe, sans ambition) on voit très bien que ces critiques évacue complètement le côté factuel, réel, pour tomber dans le spin médiatique.

    Un très bon exemple de cette paresse médiatique se retrouve surtout sur le web, sur les chaines préférés de la dirtbag left. J’ai été estomaqué à quel point leur analyse est éloigné de la réalité, à quel point ils cherchent désespérémment des manière de traiter Biden de séniles, choses qu’ils font depuis que les républicains ont mis de l’avant cette attaque.

    Pendant ce temps, Sanders est le seul avec les républicains à voter contre un plan pour favoriser la création d’emploi dans les semi-conducteurs aux USA. Pour quel raison? Uniquement parce que ce sont des corporations… « Mes électeurs ne m’ont pas élu pour donner des cadeaux aux multinationales qui paient leur CEO des millions »… Non, mais ils t’ont élu pour créer des emplois, de bons emplois, alors c’est difficile de faire mieux que des semi-conducteurs… Bien entendu, Sanders a la bénédiction inconditionnelle de ces mêmes paresseux qui se prétendent journalistes, mais qui sont de simple chroniqueurs qui cherche désespérémment quelque chose à dire à chaque jours. C’est probablement là le problème.

    Comme disait Platon : « le sage parle parce qu’il a quelque chose à dire, le fou parce qu’il doit dire quelque chose. »

    1. Je visionne tous les matins depuis deux ans les vidéos des Young Turks, du Damage Report, de Ring of Fire, Farron Balanced, RebelHQ, et je peux vous assurer que JAMAIS on n’y a traité Biden de sénile. Faible, corrompu, oui, mais jamais sénile. Ils ont dit qu’il était moins alerte et déterminé qu’auparavant, mais pas sénile. S’ils l’ont dit, on pourra le compter sur les doigts d’une main au cours de dix-huit mois, mais encore là j’en doute. Pour ce qui est de cette gauche qui reprend le discours de la droite, on repassera.

      C’est pourtant avec ces réseaux qu’on a appris depuis fort longtemps, alors que les media traditionnels ne l’admettent encore que par la bouche de rares interviewés, et que les hôtes des émissions ne reprennent pas à leur compte, les sommes fabuleuses que les Manchin, Sinema et même Pelosi et beaucoup d’autres reçoivent des corporations, chiffres (vérifiables) à l’appui.

      Selon Politico (21/7/22) « The president has told confidents that while he understands Manchin represents a deep-red state, he can’t fanthom why he keeps torpedoing the party’s best-laid plans ».

      Qui sont les « paresseux qui se prétendent journalistes » ? Biden est-il sincère, ou est-il naïf ?

      Et Sanders ne s’oppose pas à la production de semi-conducteurs « uniquement parce que ce sont des corporations ». C’est parce qu’on veut leur donner 53 milliards dont ces corporations n’ont pas besoin, et sans conditions, pour faire ce qu’elles ne veulent pas vraiment faire. Des compagnies qui profitent de subventions et qui ne livrent pas la marchandise, ça s’est déjà vu quelque part, et même pas loin d’ici et voilà pas si longtemps..

      1. Kelvinator dit :

        Young Turks, Damage Report et RebelHQ ont tous traité Biden de sénile ou remis en question son intellect et ses capacités. *https://youtu.be/MJ4mRci9bX8?t=66
        Sa longue colère contre les démocrates démontre à quel point il haïssait Biden. Dire qu’il est « moins alerte », c’est dire qu’il est sénile sans dire sénile.

        C’est évident que les média pro-Sanders vont faire un spin favorable à Sanders. Vous prétendez que « C’est parce qu’on veut leur donner 53 milliards dont ces corporations n’ont pas besoin, et sans conditions, pour faire ce qu’elles ne veulent pas vraiment faire. »…
        Le programme vise à donner des avantages aux compagnies qui construiront des usines de semiconducteur au pays. Assez loin de votre interprétation rapporté par TYT, vous ne trouvez pas? Trouver un exemple « pas loin d’içi » ne veut pas dire qu’il n’y a aucun mécanisme contre les entreprises qui ne respectent pas leur contrat. C’est plutôt le contraire, ces ententes de prêt subventionné viennent avec des conditions, qui annule les avantages s’ils ne sont pas rempli. TYT exagère sur le sujet, surtout lorsqu’il est question de parler contre les corporations. Mon vidéo montre à quel point il se laisse emporté facilement par l’émotion, plutôt que donner un point de vue objectif et distant. Par preuve, vous prenez vous aussi toute donation par des corporations somme étant suspecte. Est-ce qu’une corporation peut avoir des buts qui soit positif pour la société?

  13. ralbol dit :

    Peut-être que le problème, c’est pas qu’on critique trop Biden, mais plutôt qu’on ne critique pas assez solidement le GOP, Trump et la bande de fous qui gravitent autour de ce tas de débiles.

    Il est où le réseau progressiste comparable à FOX en termes de cotes d’écoute, réseau qui tape d’applomb sur le GOP, sur Trump et la secte de zombies les suivant ?

    Bien sûr, accorder la même importance et le même temps d’antenne à une bande de fous qu’à des gens sensés, ça aide pas le pays, mais si déjà on tapait solide sur les fous, déjà ça aiderait…

  14. _renaud dit :

    Je ne crois pas que les médias de gauche sont trop négatifs, je trouve qu’au contraire, ils font des gros efforts pour couvrir les moments embarrassants de Biden. Et on pourrait inclure Hunter dans les moments embarrassants.

    Il y a quelques semaines sur ce blogue il y avait un sondage qui indiquait que la principale raison pourquoi les gens n’aimaient pas Biden c’est à cause de son âge.

    Je crois encore que c’est la principale raison de son impopularité. C’est superficiel mais c’est ça. Les gens aiment se projeter dans leur leader et personne ne veut se projeter dans Biden.

    Ça me fait penser à quand Lisée s’était présenté comme chef du PQ. C’était les débuts de Trudeau et tout le monde dans les médias accusaient Trudeau de manquer de contenu. On disait que c’était une coquille vide et qu’en politique ça prenait des gens d’idées etc…

    Lisée s’est présenté un peu après Trudeau et c’était justement ça, un candidat d’idée. Un penseur politique d’assez haut niveau.

    Résultat, son passage à la chefferie a été un échec tandis que notre coquille vide est encore bien en scelle.

    Pourquoi ? Parce que Trudeau passe mieux que Lisée. Même avec ses cheveux courts.

    C’est pour ça que parfois je crois qu’il ne faut pas chercher trop loin quand on essaie de comprendre les raisons qui poussent les gens à voter.

  15. _cameleon_ dit :

    Autre énorme HS mais permettez.

    Moment important aujourd’hui:

    https://www.lapresse.ca/actualites/national/2022-07-25/pensionnats-autochtones/le-pape-presente-des-excuses-officielles.php

    Sans élaborer, un geste significatif et important pour nos peuples autochtones.
    Qui sont nombreux, malgré TOUT, à être de pieux chrétiens.

    PS Avez vous remarqué que François a prononcé son texte dans sa langue natale ?

  16. lanaudoise dit :

    L’accent devrait être plus près des gens. Le virage fasciste d’un des partis menace et la liberté et la vie de la majorité, à bien des points de vue. Est-ce bien la société que vous voulez devrait devenir la devise des médias.

  17. jeani dit :

    Pour faire parler de lui, Biden pourrait affirmer qu’il faut passer un râteau pour nettoyer les forêts de la Californie. Autre suggestion pour Joe, suggerer de s’envoyer un faisseau de lumière dans le tr…. ou ingurgiter un bon gallon US d’eau de javel Selon un autre expert bien connu, ça te ramène un homme drette-là.

    Que voulez-vous, au pays de l’oncle Sam, on aime ça les clowns, incluant les pas drôles du tout et ça alimente les nouvelles dans les newspapers.

    1. Haïku dit :

      @jeani
      Voilà un commentaire percutant !
      Bravo ! 👏👏👏

  18. claude400 dit :

    Le système américain est malade. C’est un système de blocage où c’est la minorité, favorisée par les biais du système, qui décide de ce qui se fera ou pas. Ajoutez deux traîtres comme Sinema et Manchin, de faux Démocrates, et vous avec le résultat qu’on voit.

    De plus, l’occident paie actuellement pour les délocalisations encouragées par l’entrée de la Chine dans l’OMC en 2001. Une entente négociée par Clinton et signée par W. Bush. Cela a donné deux décennies de produits chinois pas chers au Walmart et à une inflation près de zéro. Maintenant l’occident est prisonnier de la Chine. Si Xi décide de faire un Poutine de lui-même avec Taiwan, ça va être la catastrophe. Ceci dit, la Chine n’est pas un pays déclinant comme la Russie, et elle n’a pas intérêt à la catastrophe. Elle devrait continuer de jouer la partie longue en sachant, qu’à terme, elle récupérera la souveraineté sur l’île.

  19. kintouai dit :

    En résumé, les journalistes sont des trouducs !

  20. Maverick dit :

    En même temps, pourquoi avoir été aussi ambitieux avec des méga-programme voués à l’échec avec un sénat à 50-50?

    Si l’administration s’était uniquement concentrée à gérer la pandémie, elle aurait un taux d’approbation au delà de 50%.

  21. Encorutilfaluquejelesus dit :

    « les médias baillaient d’ennui ».
    C’est connu, chez les américains, ça prend de l’action! Un gros show!

    Il m’arrive la même chose avec une série plate. Mais jamais avec la politique américaine!!!

  22. NStrider dit :

    « Il y a un néologisme anglais pour décrire l’approche médiatique que dénonce Perry Bacon : bothsiderism, cette tendance à traiter les deux partis aussi sévèrement l’un que l’autre, et ce, même s’il se trouve que l’un d’eux appuie des mesures ou des politiciens antidémocratiques. »
    Je suis, entièrement, complètement,totalement, absolument, à cent pour cent, de fond en comble, tout-à-fait, sans aucune réserve d’accord avec cet énoncé.
    Et, par osmose, cette façon de traiter l’information perverti le langage de tout le monde, des commentateurs sur ce blog mentionne “l’autre côté de la clôture, un autre angle, une autre façon de voir les faits”.
    Il n’y a qu’une façon de voir des faits avérés, les faits alternatifs c’est une autre façon de “spinner » un mensonge.
    Une demi-vérité, c’est une autre façon de faire passer un demi-mensonge.
    Les gens de la droite alternative n’existe pas, ce sont des nationalistes blancs christo-fascisant.
    « Blue lives matter » c’est une façon de dire que les policiers nient la violence faite à tous ceux qui ne sont pas blancs.
    Il faut confronter les « pro-vie » et leur démontrer qu’ils sont plutôt « pro-fœtus ».
    On devrait planter, verbalement, Matt Gaetz qui affirme que seules laides se préoccupent du droit à l’avortement.
    Etc, etc., je suis ouvert à gonfler ma banque d’exemple de perversion de mots, vous êtes les bienvenus )

    J’adhère au paradoxe de la tolérance de Popper, il faut être intolérant face à l’intolérance et j’ajoute (comme vous le voyez, je persiste et je signe) il faut réfuter fortement toute tentative de pervertir le sens des mots.

    Et ça commence par des journalistes qui “ne dorment pas su la switch” et qui ne tournent pas les coins ronds.

    Mon idole et un modèle à suivre :Jen Psaki. Jamais ,et je pèse mes mots, jamais elle n’a laissé les journalistes paresseux ou de mauvaise foi s’en tirer avec une remarque liminaire ambiguë pouvant porter à confusion ou une question qui suggérait une réponse ( vous référez aux questions des journalistes sportifs si vous voulez des illustrations du genre de question.)

    Et c’est cette approche que devrait avoir les journalistes, pas de complaisance.
    Pour citer un vieux titre de film : « Wang-Yu n’a pas de pitié pour les canards boiteux » et il devrait en être de même pour le «bothsidesism »
    À titre d’exemple, sur la façon de rétablir les faits: https://youtu.be/6GMA2KPaTWw

  23. Daniel Legault dit :

    Une grande partie des problèmes des chaines d’approvisionnement et de production ont pour origine les changements climatiques: Mauvaises récoltes à répétition.

  24. Madalton dit :

    Lincoln Project qui vante Biden pour avoir créé une des plus grandes économies de l’histoire des ÉU.

    https://youtu.be/c39PebikGUM

  25. Tabar dit :

    Un autre énorme facteur dans la perception de Biden (et de Trump et tous les autres) vient de la façon dont il est traité par les medias républicains. Omettre de parler du fait que la chaine fox news hurle au scandale quand un président démocrate mets de la moutarde de Dijon dans son hotdog alors qu’elle passe sous silence une tentative de coup d’état de la part d’un président républicains est scandaleux.

    Oui, les médias traditionnels souffrent peut-être (je suis de cet avis) de « bothsiderism », mais les médias républicains souffrent d’un manque de rigueur et d’impartialité FLAGRANT. Au final, n’importe quel élu démocrate a une couverture médiatique plus négative qu’un élu républicain puisque si les médias traditionnels restent « neutres », Fox news se gâte….

  26. claude400 dit :

    En lien avec mon dernier message, les États-Unis se réveillent, mais bien tard. Quel manque de vision stratégique. Toujours le profit à court terme dans ce pays.

    https://www.lapresse.ca/affaires/2022-07-25/semi-conducteurs/biden-exhorte-le-congres-a-debloquer-52-milliards.php

  27. Apocalypse dit :

    Avec ce billet, je vois que M. Hétu a fait un cadeau – avant le temps – à plusieurs participant(e)s sur ce blogue. 😉

    1. el_kabong dit :

      @apocalypse

      C’est évidemment tout ce que vous aurez à dire car vous seriez incapable de trouver le moindre argument à l’encontre de ceux de ce billet…

      Une phrase du présent billet résume parfaitement l’ensemble de votre oeuvre :
      « Le narratif à propos de l’agenda législatif de Biden qui serait un échec est stupide »…

  28. Des points importants

    —> L’inflation (le prix du gaouze !), qui est répété sans cesse chez Fox Niousible, sans aucune analyse, ça réduirait l’impact.
    —> Pas son âge, mais son manque apparent de dynamisme.
    —> Un programme électoral trop ambitieux, vu la configuration des deux chambres. Il le savait le jour de son inauguration, il a fait comme si de rien n’était.
    —> Biden a rencontré personnellement les faux démocrates récalcitrants, Manchin et Sinema, et n’a pas pu les faire rentrer dans les rangs, un signe de faiblesse.

    Il me fait penser à Jimmy Carter: on l’apprécie plus aujourd’hui, alors qu’il était contesté au pouvoir.

  29. Layla dit :

    « Working for America » 1 min30
    Lincoln Project

    https://youtu.be/c39PebikGUM

  30. Gilles Morissette dit :

    Le président Biden est arrivé à la MB dans un contexte particulièrement difficile.

    On lui demandait de faire des miracles alors que les « Républichiants » s’étaient donné le mot pour saboter toutes ses initiatives.

    C’était également sans compter sur l’attitude de Manchin et Sinema qui, eux aussi, ont contribué à « couler » plusieurs projets majeurs de son administration.

    Oui, le président doit porter une partie du blâme face aux échecs de certaines de ses politiques mais quelqu’un d’autre aurait-il pu faire mieux dans les circonstances?

    Si oui, qu’on nous donne un nom, un seul sinon: VOS YEULES !!

    Les médias devraient également se regarder dans le miroir et se demander s’ils ont bien fait leur « job ».

    Pour moi, la réponse est un retentissant NON.

    Ils ont fortement baissé dans mon estime depuis 5 ans.

    Ils ont littérallement donner de la visibilité à LA CHOSE en 2016, ne dénonçant JAMAIS, ses mensonges, ses grossièretés, ses commentaires racistes, sexistes, xénophobes, etc.

    Ben non. Au contraire, on le présentait comme un politicien atypique qui sortait du moule du politicien classique, quelqu’un qui apportait « un vent de fraîcheur » (!!!) dans le monde « drabe » de la poltique.

    Il a fallu attendrer après l’élection de 2016 pour que les médias réalisent qu’ils avaient contribué à créer un « monstre hors-de-contrôle »

    Au nom du « bothsiderism », les médias sont tombés dans la médiocrité, la facilité, l’ignorance, la paresse intellectuelle, se contentant de répéter les mêmes vieux clichés usés qu’ils entendaient, un peu comme un « vieux disque 33 tour » qui accroche.

    Peu importe ce que le président Biden dira ou produira comme résultat, ce ne sera JAMAIS assez pour les médias.

    Ils sont à l’image des Amerloques.

    Ils sont superficiels, n’ont AUCUNE vision.

    Ils recherchent avant tout,des personnalités flamboyantes qui donnent un « bon show », même si cette « personnalité » est une fripouille qui ment à répétition (ex. LA CHOSE).

    Pas grave, il donne un bon spectacle qui passe bien à la « tivi ».

    Un politicien « drabe » comme Biden? Pas intéressant pour les médias.

    « On ne veut pas des résultats. On veut un « show » !!

    Tout à fait en accord avec l’analyse de Perry Bacon

    TWO THUMBS UP !!

    1. kintouai dit :

      Belle tirade ! J’approuve à 200% 👍👍👍

  31. sousmarin dit :

    Les médias étasuniens indépendants n’existent plus aux EU, les médias appartiennent tous à des groupes financiers ou à des gens très riches qui y véhiculent leurs idées, ou plutôt leurs intérêts, et non les faits ou même la diversité des opinions.
    Journaliste ? Où ça ?

  32. Bob dit :

    Lol rien n’est de la faute du vieux sénile corrompu et plongé jusqu’au cou lui et son fil dans des affaires de corruption en Ukraine et en Chine. Les médias sont méchant avec lui alors que des études montrent que 90% des articles dans les médias américains concernants Trump étaient négatifs .C’est la faute de Trump encore LOL

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :