Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Jeudi dernier, les États-Unis ont accusé la Russie de vouloir utiliser une fausse vidéo pour justifier une invasion de l’Ukraine. Plusieurs lecteurs de ce blogue ont tout de suite comparé l’affaire à Wag the Dog. Dans le film de Barry Levinson, un conseiller politique (Robert De Niro) fait appel à un producteur hollywoodien (Dustin Hoffman) pour détourner l’attention du public des frasques sexuelles du président en lui offrant une fausse guerre-éclair contre l’Albanie, avec des images de synthèse fabriquées en studio. Bingo ! Je venais de trouver le thème de la première campagne de financement de ce blogue en 2022, qui célébrera sous peu sa quatrième année d’existence : mes films politiques préférés… et les vôtres.

Wag the Dog m’a évidemment séduit par l’excellence de ses acteurs et la qualité de ses dialogues, signés par David Mamet. Une répartie parmi d’autres : « Je sais faire », dit le producteur en recevant les détails de sa mission. « Je l’ai déjà fait pendant la guerre du Golfe. » Et le conseiller politique de rétorquer en affirmant que l’Albanie ne serait pas le premier pays méconnu choisi par les États-Unis pour fabriquer une guerre destinée à détourner l’attention du public : «Après tout, la Maison-Blanche de Reagan n’a rien fait d’autre en envahissant la Grenade après l’attentat à Beyrouth contre les marines. »

Or, avec le recul du temps, ce qui impressionne le plus à propos de ce film sorti en 1997, c’est son côté prophétique. Il a même fait porter à la jeune scoute qui séduit le président libidineux un béret identique à celui que portera Monica Lewinsky devant Bill Clinton. Ce même Clinton ne manquera pas d’être accusé, en août 1998, d’avoir voulu détourner l’attention du public de ses propres frasques sexuelles en donnant le feu vert à des frappes militaires contre Al-Qaeda au Soudan et en Afghanistan. C’est ainsi que Wag the Dog allait devenir un cliché politique aux États-Unis…

Comme d’habitude, vous serez non seulement encouragés à participer au financement de ce blogue tout au long de la semaine mais aussi à contribuer au thème de la campagne en proposant vos propres films politiques préférés dans la section des commentaires. Je consacrerai un billet à l’un de vos textes à la fin de chaque journée de la semaine.

Un rappel : ce site consacré à l’actualité américaine existe depuis mai 2018 grâce à l’appui soutenu de ses lecteurs et lectrices. Comme l’année courante prendra fin sur des élections qui pourraient changer la donne politique à Washington, il demeurera une référence incontournable pour quiconque veut suivre au jour le jour, presque d’heure en heure, les rebondissements d’une démocratie dont la survie ne peut plus être tenue pour acquis.

Et merci d’avance à tous ceux et celles qui renouvelleront leur soutien à ce blogue d’ici vendredi soir, de même qu’aux autres qui y contribueront pour la première fois !

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:

(Photo New Line Cinema)

90 réflexions sur “Contribuez à ce blogue, jour 1

  1. Madalton dit :

    Contribution faite.

    Continuez votre excellent travail.

  2. Le candidat Manchou

  3. Le candidat manchou (https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_crime_dans_la_t%C3%AAte_(film,_2004)) on repassera pour le titre franco-français qui ne veut rien dire, mais qui gâche l’intrigue

    1. MarcB dit :

      Bon choix, quoique je préfère la version de 1962
      https://www.imdb.com/title/tt0056218

      (Vous pouvez me dire « Ok Boomer… » 😉 )

      1. Haïku dit :

        Idem pour moi.

      2. Benton Fraser dit :

        J’aime bien la version 1962… quoi que Sinatra me tombe sur les nerfs comme acteur…

    2. gigido66 dit :

      Pour moi, qui n’est pas une très grande cinéphile, je n’ai aucun film chéri sur ce thème à vous soumettre, alors à défaut de cela, je choisis Le Film à venir sur « La Chose », ce sera peut-être une série, ce sera peut-être une trilogie, ce sera peut-être un « Dune » et ce sera sûrement passionnant.

      1. Benton Fraser dit :

        « Bienvenue, Mister Chance » (Being There) est comme un film sur « La Chose », mais en version trash!

      2. Igreck dit :

        Roman et film prémonitoire : Dr Frankeinstein avec DJ Trump dans le rôle de La Chose et Steve Bannon dans le rôle du docteur qui a perdu le contrôle sur sa créature⁉️

        https://m.youtube.com/watch?v=BUI0ES4zBuc

  4. Isabelle Marcil dit :

    Contribution faite M. Hétu. Merci pour tout.
    Pour le film, même si ce n’est pas un de mes favoris, je vais m’ancrer dans l’air du temps ( ! ) et citer Don’t look up. Inutile de m’étendre sur le sujet. Bla-Bla-Bla.

  5. steelgun dit :

    I comme Icare

    1. Benton Fraser dit :

      Je crois que c’est dans ce film que j’ai entendu la première fois parlé de l’expérience de Milgram. (Plus tard, Peter Gabriel a écrit une chanson sur cette expérience…)

      1. Igreck dit :

        Cette expérience a démontré quelque chose d’extrêmement troublant sur les travers de la nature humaine. Troublant et inquiétant 🥺

  6. Rick dit :

    Le film Z, de Costa-Gravas, avec Jean-Louis Trintignanr, Yves Montand et Irène Papas.

  7. Rick dit :

    Oups….Costa-Gavras…

    1. fylouz29 dit :

      Vous bétonnez là…
      Oups, pardon. Vous m’étonnez là.

  8. Louise dit :

    Vous avez raison M.Hétu. L’année 2022 risque d’être palpitante et comme je ne veux rien manquer, je reste aux premières loges pour suivre votre excellent blogue.

  9. Nicole Poirier dit :

    J’ai vu « Z » de Costa Gravas, jeune adolescente. Ce film m’avait fortement ébranlée au point de teinter ma vision de la politique pour le reste de ma vie. Je suis une assidue de votre blogue, merci pour votre rigueur.

    1. sorel49 dit :

      Comme vous , le film Z a marqué ma jeunesse d’étudiant. La sortie du film suivait dans la foulée des événements du Mai 68 en France, les manifestations des étudiants, les grèves, la lutte politique dans la rue et les représailles de la Garde Nationale.

  10. Benton Fraser dit :

    Vice….ou l’histoire du président Dick Cheney!

    1. Haïku dit :

      Benton Fraser
      Excellent choix ! 👍

    2. Igreck dit :

      Dire que l’on croyait que les U$A avaient atteint le fond du baril avec cette administration de m**** qui avait outrageusement menti face à son peuple et et monde entier. Eh bien non, ils pouvaient faire encore mieux (pire)☹️⁉️Sont vraiment des Champions pour continuellement se surpasser ainsi encore et toujours 😡

      https://m.youtube.com/watch?v=s6iVw31aVCE

      1. Haïku dit :

        Igreck
        Excellent parallèle cette chanson ! 🎵👍

  11. PierreLesage dit :

    Mon film politique : Les ordres, qui peut s’apparenter au documentaire également, ou docu-fiction.

    1. xnicden dit :

      Dans mon top 10. 👍

  12. Haïku dit :

    Voilà ; contribution faite avec plaisir !
    ———
    Pour le film; étant un cinéphile passionné, c’est un choix difficile…
    Parmi d’autres, j’en citerai deux :

    -« Children Of Men/Les fils de l’homme(Alfonso Cuaron).

    -« Dr. Strangelove/Dr Foleamour(Stanley Kubrick).

    1. Haïku dit :

      Oups, j’oubliais…
      Également la désopilante série télé « Veep » !!

  13. Toile dit :

    Bien que l’ai visionné à maintes reprises, mon plaisir est toujours renouvelé lorsqu’il passe. Incapable de le zapper: La mort de Staline. Non mais quelle satire et si proche de la vérité.

    1. Haïku dit :

      @Toile
      Vous dites « La mort de Staline ».
      Quel merveilleux film ! 👌👌

  14. richard311253 dit :

    Pour ma part, ce n’est pas un film qui a accroché mais une série politique venant d’Angleterre.

    Désolé je n’ai pas retenu le titre car ça fait un bail, je dirais dans le années 90.

    Ce que la série mettait en exergue était la promesse du nouveau président de dire la vérité quoi qu’il en coûte.

    Adieu la langue de bois alors qu’il était question de diriger la destiné du pays en sachant très bien que certaines décisions ne seront pas populaires, voire risquées, pour la suite des choses.

    Ce que j’avais retenu de la série est le courage politique que cette promesse politique exigeait et aussi la vision idéologique du concepteur d’un dirigeant politique qui ne prend pas les citoyens pour des abrutis incapables de comprendre la chose politique.

    Cette série m’a fait rêver et aussi réfléchir sur le monde politique qui tourne essentiellement sur obtenir et garder le pouvoir.

    Ma conclusion comment bien diriger le pays, conserver le pouvoir tout en prenant des décisions impopulaires?

    1. fylouz29 dit :

      Ca serait pas « House of cards » (1990) qui a inspiré l’autre ?

  15. Toile dit :

    Je pique un roupillon et je m’acquitte de ma contribution. A +

  16. Layla dit :

    Contribution faite avec grand plaisir,
    merci
    M. Hétu pour votre travail au quotidien.
    Merci
    À tous pour votre présence.
    Bonne campagne.

    1. Richard Hétu dit :

      Merci à vous et à tous les autres!

  17. Je n’ai pas commenté depuis longtemps (et je le faisait avec un autre pseudo), mais je n’ai pas manqué un seul billet de cet excellent blogue ! Encore une fois merci à M. Hétu pour son éclairage si nécessaire de la politique américaine.

    Mon choix de film s’éloigne par contre de ce foyer nord-américain. J’ai trouvé particulièrement savoureuse, mais aussi dérangeante, la réflexion sur le retour de l’extrême droite que propose l’excellente comédie allemande Il est de retour (Er ist wieder da). Sorti en 2015, le film ne cesse de se confirmer depuis…

  18. Benton Fraser dit :

    Monsieur Smith au Sénat

    On y voit James Stewart malmené au Sénat par des politiciens véreux…alors que dans sa vrai vie, il avait plutôt tendance a donner son appui aux politiciens véreux!

    1. Haïku dit :

      Benton Fraser
      Effectivement c’était pas mal ironique. 😉

  19. Contribution faite sur l’heure.
    Merci pour vos précieux renseignements M. Hétu. Ils nous mettent dans tous nos états…
    Louise Lefebvre

  20. Darth+Smart dit :

    Il semble que les simples lettres soient propices pour identifier les films à saveur politique. Après « Z » et « I comme Icare », je propose « V pour Vendetta ». On s’éloigne un peu d’un film strictement politique, mais ce film montre les abus qu’un régime totalitaire peut légitimiser et en particulier les moyens abjects qu’il peut prendre pour s’emparer du pouvoir. Dans le contexte politique et pandémique actuel, nous sommes peut-être en droit de nous demander si la réalité ne dépassera pas la fiction.

    1. fylouz29 dit :

      Eurk…
      Pardonnez moi, mais lisez plutôt la bd. Comme toutes les séries de Alan Moore « adaptées » au cinéma, elle vole à 100 000 pieds au-dessus de cette « chose ».

  21. treblig dit :

    Mon choix? Le pire film politique: JFK d’Oliver Stone tourné en 1992.

    Stone reprends toutes les théories complotistes concernant la mort de John Fitzgerald Kennedy et fait parler le procureur Garrison : rien n’y manque, les Russes, la mafia, Cuba, CIA, FBI, Pentagone… même Johnson le vice-président qui aurait comploté pour prendre sa place. Allons-y, c’est « open bar ».

    Même le court film ( 8 secondes) de Zapruder est déformé pour y inclure un 2e tueur situé à l’avant du cortège ou l’impossibilité du premier tireur à atteindre le président. Sans aucunes preuves pertinentes.

    Toutes sauf la plus évidente , un pauvre mec paumé Lee Harvey Oswald. Pourtant la commission Warren avait fait son boulot pour retracer les événements historiques de ce mois de novembre 1963.

    Un film lourdement complotiste qui ne mérite aucun respect.

  22. el_kabong dit :

    Pour le real-politic : Missing de Costa-Gavras

    Pour le satirique : Being there avec Peter Sellers

    1. Haïku dit :

      J’appuie vos choix ! 👌
      (surtout « Being There »)

  23. MarcB dit :

    Done, et mes choix (j’essaie de ne pas copier les choix faits par d’autres 😉 ):

    – « The Birth of a Nation » 1915, *https://www.imdb.com/title/tt0004972
    Un des films les plus raciste qui soit, mais qui aide quand même à comprendre se qui se passe dans la tête de ces racistes.

    – « Bronenosets Potemkin » 1925, (Le cuirassé Potemkine) *https://www.imdb.com/title/tt0015648
    Film évoquant l’oppression du peuple par une petite élite, les tsars, et leur révolte. Pas certain que notre ami Vlad permettrait le visionement de ce film par ses troupes à la frontière Ukrainienne…

    1. Benton Fraser dit :

      Le seul mérite de « Naissance d’une nation » (sudiste?!?!?) c’est qu’il est considéré comme le premier film. (Long métrage)

      Il faut savoir que le père de D.W. Griffith, le réalisateur, était colonel dans l’armée sudiste…. ceci expliquant cela…

      1. MarcB dit :

        Et DW Griffith était vraiment surpris que les spectateurs trouvent ce film raciste. Comme quoi, quand tu te fait éduquer par un raciste, on peut trouver tout à fait normal d’empêcher la population noire de voter.

      2. Jehan Lambert dit :

        « Birth of a nation » est aussi responsable de la résurgence du KKK dans les années 1920/30.

      3. fylouz29 dit :

        Oui, on peut apprécier le film pour sa technique. Tout comme on peut apprécier les films de Leni Riefenstahl.

  24. Loufaf dit :

    Contribution faites à mon max $$$ . et avec le plus grand des plaisirs. De l’ argent bien investi pour un blog de grande qualité.
    Moi c’ est une télé série récente qui m’ a passionné: House of Cards. On y voit tout le jeu politique et de pouvoir d’ ambitieux prêts à tout, mais vraiment tout pour régner dans les plus hautes sphères, comme dans la réalité en somme.

    1. Alexander dit :

      @Loufaf

      Le président Underwood est finalement une version soft de Trump.

      1. Loufaf dit :

        @Alexander11.52.
        Vous avez bien raison.

  25. Pierre.s dit :

    ——————-

    entre 2016 et 2020

    C’est le président lui même qui mandatait Fox News pour répendre ses idioties.

    Vraiment la fiction est 3 coches en dessous de la réalité. Fou raide quand on y pense.

  26. parfoislucide dit :

    Je ne sais pas si à 16 ans on est plus influençable mais le film Z m’avait vraiment marqué.

  27. J’ai bien aime le très récent  »DON’T LOOK UP »

    C’est a peine exagérer de ce qui se passe pour vrai en politique américaine.

    C’est tellement près de la réalité, que cette comédie fait peur. Oui, si on as connaissance d’une catastrophe a venir on ne pourras jamais réagir a temps.

    Prenez juste le COVID, il n’y a aucun gouvernement qui a réagis avant que des cas se confirme sur leur territoire. Bannir seulement les vols venant de la chine était ridicule lorsque l’on a faire a une pandémie mondiale.
    Pareil pour les déconfinements a noël et a la semaine de relâche qui sont inévitablement suivi d’une hécatombe sous prétexte que le monde en avait ras-le-bol…

    1. Benton Fraser dit :

      Cela explique en partie pourquoi un type comme Trump a été élu….

      1. Oui… j’aurai aimé qu’il élisent a nobody intelligent comme Mayor Pete, qu’un personnage odieux qui insulte tout le monde et qui n’as de respect pour rien.

        Je ne crois pas que ca a changer rien pour le mieux, et certainement certaine chose pour pire.
        Et de ce que je peux voir, les démocrates n’ont rien compris, mais rien du tout!

  28. Alexander dit :

    Contribution faite.

    Je suis à écouter la série The West Wing qui remonte à 20 ans et je suis fasciné que les thèmes des différents épisodes sont point pour point ce que l’on vit en 2022. Rien n’y change. Les EU sont éminemment divisés et conservateurs depuis bien longtemps.

    Les mesures sociales, les armes, l’avortement, les impôts, la Cour Suprême, la ségrégation, etc. Toujours les mêmes causes et les mêmes tiraillements. Et la même incompréhension entre les deux partis.

    La seule différence, c’est d’avoir un type comme Trump qui bafoue les institutions et triche sans vergogne en traînant les gens derrière lui dans son sillage.

    Merci Monsieur Hétu de nous tenir informés de ce qui se passe chez nos voisins.

  29. parfoislucide dit :

    Et contribution faite. Merci pour votre bon travail.

  30. jeani dit :

    Difficile de ne pas passer à côté de la série House of cards!

  31. Layla dit :

    Le pire film politique pour moi, c’est le reality show de la WH 2016-2020, à la fois burlesque, science fiction, psychologique, qui se continue et se terminera par un triller policier où la folie ne manquera pas de prendre beaucoup de place en fait…un triller mettant en action un sociopathe et son armée.😉

    1. Benton Fraser dit :

      On dit que parfois, la réalité dépasse la fiction….

    2. Haïku dit :

      Layla
      Bien vu ! 😂👍

  32. MARC BEDARD dit :

    Hola Mr. Hétu, continuez votre excellent travail !

    Il y a près de 50 ans, alors que j’étais un tout jeune bambin, je me rappelle d’avoir vu All the Kings Man (https://www.imdb.com/title/tt0041113/) à la télévision dans sa première version… Et je m’en souviens encore…

    1. Haïku dit :

      @MARC BEDARD

      J’ai vu beaucoup de films d’époque, mais celui-là m’a échappé.
      Il semble prometteur, donc je vais le visionner bientôt.
      Merci pour le tuyau ! 👌

  33. _renaud dit :

    J’ai également aimé Don’t Look UP, une satire très efficace. Maintenant et bien étant donné que nous sommes en plein cœur du conflit Ukraine – Russie le film Fog Of War demeure plus pertinent que jamais.

    Un film qui donne le vertige en nous faisant réaliser à quel point la ligne entre la paix et le chaos ne tiens parfois qu’a un fil.

    « il demeurera une référence incontournable pour quiconque veut suivre au jour le jour, presque d’heure en heure, les rebondissements d’une démocratie dont la survie ne peut plus être tenue pour acquis »

    +1 Bien dit !

  34. marie4poches4 dit :

    C’est House of cards qui m’a encouragée à approfondir mes connaissances sur le fonctionnement de la politique américaine et malgré ça ainsi que ce blogue et autres ressources, il m’en manque encore des bouts…🙁

    Bien que je croyais que cette série exagérait le niveau de corruption et de magouilles, je me rends bien compte aujourd’hui que la réalité est pire!

  35. constella1 dit :

    Layla
    👌

    C’est également mon choix

    Ici nous avons bien une réalité qui dépasse même toutes les fictions que j’ai vu
    Mon conjoint et moi sommes tellement atteinds par toutes ces saloperies qui perdurent que nous tentons de ne plus aborder le sujet
    Moi je continue d’être une lectrice assidue et de participer très occasionnellement en ce moment aux commentaires mais lui ne lit même plus les sujets et j’évite de lui en parler
    C’est vous dire …
    Bref ce show réalité continuel a un impact certain sur les gens même les plus équilibrés car ayant conscience des ravages faits et à venir sur la démocratie et l’impact sur la paix sociale ,il est impossible d’en être autrement
    Ici au pays le virus est entrain de s’installer et je ne parle pas de la Covid

  36. Ceptik dit :

    Plutôt qu’un film à teneur politique, le retiens trois performances d’acteurs : Charlie Chaplin (Le Dictateur), Peter Sellers (Docteur Folamour) et surtout Donald Trump (Home Alone 2). Plusieurs participantes et participants à ce blogue font régulièrement référence au cinéma. Toujours avec à-propos et érudition, dois-je admettre. Mais personne ne mentionne jamais tout le talent émanant d’une seule réplique et le jeu de Trump qui perce l’écran. Rien ne pourra jamais surpasser pour lui la perte d’un Oscar cette année-là. Rien! Cinéphiles avertis, j’espère que vous ferez amende honorable.

    1. Haïku dit :

      Ceptik
      Superbe constat ! 😂🤣👌

  37. Fascinant que Poilievre se lance dans la course pour la chefferie de son parti…

    un type qui accuse les médias de complot, qui fait des selfies avec des manifestants qui exigent de mauvais gestes en niant la science ne peut pas, logiquement, avoir une once de crédibilité….

    Mais dans le parti Conservateur, ça ne semble pas les effleurer…

    Poilievre est du même niveau que Bernier et Duhaime…. et c’est pas très haut….

    Encore une fois le parti Conservateur charrié par la droite anglophone est 1 train en retard…. la « mode » trump est révolue… et les voilà qui se garrochent dans ce chemin….

    Les libéraux et le NPD doivent se pincer pour s’assurer de ne pas rêver…. les conservateurs se lancent dans un mur idéologique sans voir le précipice que cache ce mur….

    1. Igreck dit :

      Je ne crois pas que la « mode Trump » (Trumpisme) soit dépassée ! Au con-traire malheureusement ☹️ La seule chose qui soit positive dans ce qui se passe sur la Colline c’est que le PCC assaisonné au Poilievre va devenir ce que O’Toole a si justement appelé un NPD-NDP de droite… qui ne pourra jamais avoir accès au pouvoir lui permettant de faire reculer notre société de 50 ans👍

  38. Gilles Morissette dit :

    Contribution faite.

    Ce blogue est un incontournable si on veut comprendre tous les méandres de la politique américaine ainsi que de ce pays à la fois fascinant et inquiétant.

    Bon, mes films préférés.

    Ce n’est pas le choix qui manque et j’ai dû faire une sélection. Mon top 10 (pas nécessairement par ordre de préférence):

    1. « Spotlight »;
    2. « Twelve Angry men » (l’original avec Henry Fonda);
    3. « Serpico »;
    4. « French Connection »;
    5. « Bombshell (Scandale) »;
    6. « Sicario (2015, film de Denis Villeneuve avec Benicio del Toro)
    7. « Clockwork Orange (L’Orange Mécanique);
    8. « Z » (Costa Gravas);
    9. « Missing » (Costa Gravas);
    10. »American Graffiti (Surtout pour la trame musical. Des tounes qui rappelent notre adolescence !!)

    Dans les séries télévisés, la palme va sans conteste à « Law And Order, SVU (Special Victim Unit) », l’excellentte série qui raconte les enquêtes sur les crimes sexuels faites par l’Unité spéciale des victimes du NYPD.

    Une mention spéciale à la série « Prison Break » (5 saisons, 2005-2017) ainsi qu’à « 24 » (24 heures chrono, 9 saisons + un téléfilm)

  39. Anne-Marie dit :

    Contribution faite avec plaisir. Ce que je lis sur ce blogue me désespère de nos voisins du Sud, mais je trouve important d’en être informée. J’ai aimé I comme Icare, Le triomphe de la volonté, Der Baader Meinhof Komplex, et dans un registre plus amusant: Guibord s’en va en guerre

  40. Roger Allard dit :

    Monsieur Hétu, un seul mot: merci

  41. Adé Lard dit :

    Deux films:

    Mr Deeds comes to town (1936): pour le fait que Deeds tient absolument à visiter le monument dédié à Ulysses S. Grant, le président qui s’est efforcé d’unir les États-Unis après la guerre de Sécession.

    The man who shot Liberty Valence (1962): pour la scène dans laquelle James Stewart explique la Constitution des États-Unis à des gens de la petite bourgade du Far West, et bien sûr pour le message du film: le Far West ne peut survivre avec la loi du plus fort, un système de justice est essentiel.

    1. Haïku dit :

      « The man who shot Liberty Valence »
      Bon rappel ! 👌

    2. Benton Fraser dit :

      J’ai beaucoup aimé l’Extravagant Mr Deeds.
      Outre le fait que mon grand-père ressemblait Gary Cooper (physiquement et dans les gestes), c’est l’histoire du type qui hérite des millions d’un parent lointain et que l’on essaie de faire passer pour un fou le fait qu’il veut aider les gens avec sa nouvelle fortune!
      Il y a déjà une pique sur les journaux a sensations…

  42. Helene dit :

    Un peu hors des sentiers battus, moi j’ai aimé les films Les Heures Sombres, Churchill, et De Gaule 2020.
    La tension qui précède les décisions de ces grands hors normes.

  43. Philippe Gauthier dit :

    J’avais beaucoup aimé Bob Roberts avec Tim Robbins, un faux documentaire qui suit un politicien démocrate roublard. Sinon plus proche de nous Le confort et l’indifférence d Denis Arcand.

  44. le_furote dit :

    Ben non, rien à voir avec Wag the dog.

    Vlad fait son show de boucane. Les USA ont décidé de le troller, en disant que l’invasion est imminente et en envoyant des renforts au compte-gouttes en Europe de l’est. Minute, pense Vlad. Ils gâchent mon show. Évidemment, la Russie ne va pas envahir l’Ukraine. Elle n’a pas envie de retrouver avec une autre Tchétchénie ou une Syrie. Mais là les USA poussent Vlad: Tu veux envahir, vas-y, on t’aura par le fric (« il n’y en aura plus, Chypre et tes paradis fiscaux, fini »). Vlad est supposé arracher des concessions en parquant ses troupes à la frontière, et faire du travail de sape, corruption ici, coup d’état là, assassinat par ce côté. L’Ukraine en a juste assez. Et maudite marde, elle résiste toujours.

    Mais l’Ukraine s’est fait des amis avec le temps…

    On est comme au bon vieux temps, en 1938, quand la Tchécoslovaquie était sur le point de faire découper par le voisin. À un moment donné, ça va faire câlisse.

    Ciao

  45. Un de mes films politiques préférés, c’est « Z », de Costa-Gavras, dialogues par Jorge Semprún; on y ressent l’urgence de créer pour protester contre un coup d’état par les militaires, après un assassinat politique. Le film commence d’ailleurs avec ce titre:

    « Toute ressemblance avec des événements réels, des personnes mortes ou vivantes n’est pas le fait du hasard. Elle est VOLONTAIRE. »

    Comme on dit, ça fesse dans l’dash 🙂

    P.S.: Contribution effectuée avec plaisir!

    1. J’ajouterais Octobre de Falardeau, pour l’incroyable force des performances des acteurs.

  46. Igreck dit :

    😮 WoW moi qui me croyais cinéphile❗️Là j’appartiens à un groupe de Vrais👍 Pour m’écarter un peu du cinéma 🍿 à… message disons… mes deux films préférés « Le nom de la Rose » de Jean-Jacques Annaud et « Amadeus » de Milos Foreman que j’ai vus et revus … et reverrai avec plaisirs.

    Contribution faite Richard.
    Merci pour votre travail exceptionnel qui maintient notre intérêt et notre participation active depuis des années.👍

  47. Bobo dit :

    Mission accomplie.

    Parmi mes films politiques favoris:

    1984 (le livre l’emporte toutefois sur le film);
    Seven days in May de John Frankenheimer;
    The Manchurian Candidate (1962) également de Frankenheimer;
    Wag the dog de Barry Levinson.

    Merci et bonne journée à tous les participantes et participants à ce blogue.

  48. paixsible dit :

    La série,une femme exemplaire suivi de, une lutte exemplaire, la fin de cette série est contemporaine et Trump y est ridiculisé.

  49. Peterpell dit :

    Primary Colors: la surprise ‘Clinton’ lors des primiares démocrates pour élections présidentielles de 1992!

  50. jeanfrancoiscouture dit :

    Des films politiques? Les années 70 ont été assez prolifiques tant au Québec qu’en France.
    Bien entendu, Les Ordres de Michel Brault (1974 ) est un incontournable. Plusieurs l’ont déjà cité.

    Pour ma part, voici mes ajouts:
    1-BINGO de Jean-Claude Lord (1974)
    2-NADA de Chabrol (1974)
    3-ADIEU POULET Pierre Granier-Deferre (1975)
    4-LE JUGE FAYARD dit «LE SHÉRIF» Yves Boisset (1977)

    Quant aux USA, il y a une pléthore de films et de téléséries où on met en «vedette» des politiciens corrompus, (y compris des présidents) des flics véreux, d’ex-officiers supérieurs devenus mercenaires, des justiciers persécutés par leur hiérarchie, etc. etc. etc. On donne un coup de pied dans un lampadaire et il en tombe des tonnes.
    Le film Shooter (Antoine Fuqua, 2007) avec Mark Wahlberg et Danny Glover est un exemple et il y en a plein d’autres.

    Ah! Et ma contribution:?? Comme ils disent souvent dans l’autre langue officielle: «The check is in the mail» via PayPal. Que voulez-vous, je l’aime bien ce blogue bien alimenté et bien fréquenté..

  51. fylouz29 dit :

    Et pourquoi pas « Starship troopers ». Un film à voir et à revoir en pensant à la seconde guerre du golfe et à l’Amérique d’aujourd’hui et ses médias de trolls.

  52. monteregien dit :

    J’ai beaucoup aimé « The American President » (traduit un peu ridiculement en français par « Le président et Miss Wade »). Scénarisé par Aaron Sorkin, ce qui fut pour lui un échauffement pour la série « The West Wing » – d’ailleurs deux ou trois des acteurs du film se retrouveront dans la série, dont une actrice (Anna Deavere Smith) ayant le même rôle,

    On voit un président américain idéal, sûrement trop pour être vrai (comme dans « The West Wing » d’ailleurs), croyant en la démocratie et agissant de bonne foi. On voit les pires politiciens, qui rapportent (ou simplement inventent) des rumeurs mensongères sur la copine du Président, leur donnant un faux air de légitimité en affirmant que tout le monde ne parle que de ça. Le Président, incarné par Michael Douglas, s’en sortira grâce à un discours percutant où il dénonce les mensonges. Tout ça est évidemment trop beau pour être vrai, mais les films sont là pour nous faire rêver, non ? Alors, on peut rêver à une démocratie où les politiciens sont là pour servir la population, même si ça ne restera qu’un rêve.

  53. Mona dit :

    Contribution faites @Richard Hetu, avec respect et joie de suivre vos interventions, vos choix, votre ballade socioligico-journalistique, que j’apprécie tant.
    Et merci à tous les participants qui en connaissent « un rayon » sur leur voisin du Sud et qui supportent la présence de leur cousine de l’autre côté du lac.
    😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :