Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

« Nous sommes un petit peu inquiets par rapport à l’incitatif pour les véhicules zéro émission qui est contenu dans la proposition à l’étude au Congrès en ce moment, qui pourrait avoir de réelles conséquences négatives sur le Pacte de l’automobile [entre le Canada et les États-Unis] », a déclaré Justin Trudeau mercredi à Washington. Le premier ministre canadien faisait référence au crédit d’impôt pouvant atteindre 12 500 $ pour l’achat de véhicules zéro émission « made in USA » prévu dans le programme social et climatique de 1 750 milliards de dollars voulu par Joe Biden.

Ce programme pourrait faire l’objet d’un vote d’ici la fin de la semaine à la Chambre des représentants, et peut-être même dès ce soir, s’il faut se fier au souhait exprimé par Nancy Pelosi, que Justin Trudeau a rencontrée mercredi à la veille de sa visite à la Maison-Blanche. On ne sait pas comment la présidente de la Chambre a accueilli les doléances de son visiteur concernant les aspects protectionnistes du projet de loi Build Back Better.

Chose certaine, le premier ministre canadien peut toujours espérer que les démocrates du Sénat modifieront ce projet de loi de façon à réduire ses inquiétudes après son adoption éventuelle par la Chambre. Mais rien ne dit que son ami Joe lui viendra en aide à ce sujet.

(Photo CP)

46 réflexions sur “Avec des amis comme Joe et Nancy…

  1. Il est plus que temps que le Canada ait un fabricant automobile!

    1. danielm dit :

      C’est bien vrai mais il faudrait pour ce faire que la demande canadienne pour ce type de véhicule justifie la création d’une usine d’assemblage et de manufacturiers-fournisseurs à proximité. Dans ce contexte, une incitation règlementaire significative pour l’électrification rapide du parc automobile serait un bon début.

      1. danielm dit :

        Il ne faut pas oublier que le Canada, sans le Québec cependant, a sur son territoire un certain nombre d’usine d’assemblage et de sous-traitants. Ce n’est donc pas une nouvelle situation. C’est la conversion technologique qui est le vrai défi en terme d’intérêt local et d’investissements.

      2. L’ontario a la capacité et l’expéreience de fabrication et assemblage
        Le quebec a la capacité de conception et d’ingénierie et aussi d’assemblage.
        Le quebec est aussi un fabricant de batterie – mais la technologie lithium seras dépasser sous peu.

        On a des mine d’acier et autre métaux
        On a les alumineries

        Qu’est-ce qui manque? Un vouloir politique, etre pret a se battre contre les americains – c’est sur qu’il vont enlever des contrats a l’ontario si on commence a faire nos propres auto.

      3. danielm dit :

        Bien modestement, je crois que le Canada et le Québec n’ont rien à attendre d’un éventuel pacte automobile « électrique » avec les États-Unis. Le partage de technologie devra peut-être se faire est-ouest tant chez nous que vers nos partenaires internationaux potentiels (Europe, Asie, Océanie).
        D’autre part, il faut dès maintenant chercher d’autres modèles de transport des personnes à exploiter. Cette réflexion pourrait-elle s’inspirer de pays comme en Scandinavie ou plus largement en Europe, c’est à voir mais pas à négliger.
        L’automobile individuelle n’est pas seulement un débat climatique, c’est aussi un débat de ressources et de leur utilisation efficace et donc, par extension, un débat socio-économique.

      4. Je suis impatient de voir les véhicules électrique que Bombardier vas sortir.
        Je me cherche une autre option qu’une auto pour faire les 3.5 km entre ma maison et mon travail.

    2. Mouski dit :

      Comme la Manic?

      1. Igreck dit :

        Il me semble que l’auto québécoise «la Manic » était un véhicule à ⛽️ malgré son nom évoquant l’électricité⁉️ 

    3. MarcB dit :

      Je crois que le problème avec ce crédit pour les véhicules électriques est que les sous-contractants canadiens soient remplacés par des sous-contractants US pour respecter le 100% « made in USA ». Oui, avoir un manufacturier 100% canadien permettrait d’offrir des contrats à ces sous-contractants, mais on pourrait obtenir le même résultat avec une usine Toyota ou BMW au Canada.

      Et un manufacturier existant possèderait déjà des canaux de distribution qui permettrait d’exporter ces véhicules produits au Canada ailleurs dans le monde. Ce ne serait pas évident pour un nouveau joueur canadien de partir à neuf et de cibler uniquement le marché local et d’être capable d’offri un éventail de véhicules comblant tous les besoins: pickup, VUS, petites voitures, etc…

      Comme le mentionne Mouski, il ne faudrait pas créer une autre Manic.

    4. gl000001 dit :

      LION Electrique qui fait des camions électrique est obligé de se construire une usine d’assemblage aux USA pour pouvoir les vendre là-bas. C’est contre-productif.
      Bombardier faisait la même chose pour les Sea-Doo à l’époque.

      1. MarcB dit :

        yep… Même constat pour les Airbus 220 (C-Series) pour les clients Américains, Airbus devra les assembler dans leurs usines US.

        Idéalement, une marché commun entre le Canada et les USA pourraient permettre de régler ces problèmes. Mais alors on ouvre la porte à notre marché aux gros producteurs agricoles US qui tueront nos petits producteurs… Donc pas de solution parfaite.

  2. Robert Chalifoux dit :

    À quoi ça sert d’avoir des ententes avec eux si ce n’est que dans un sens. Biden parle des 3 amigos juste quand ça fait son affaires.

    1. gl000001 dit :

      Sinon, c’est : Tu es mon ami mais je ne suis pas ton ami !!

      1. Igreck dit :

        Ce qui est à toi est à moi et ce qui est à moi est rien qu’à moi. En gros caractère dans le Built Back Better😡

  3. Toile dit :

    Il a raison d’être inquiet. Ça aurait un impact assez désastreux notamment sur l’économie de l’Ontario. En sus, de façon générale, les démocrates sont plus protectionnistes que les républicains. Sur ce point, peu importe le parti, c’es toujours America firts. De plus, pour Biden, lâcher du leste alors que son capital politique fond, pas une bonne idée. Enfin, observation, quand t’es rendu à rencontrer Mactortue, c’est que ça va si bien.

    Si ma mémoire est bonne, on disait que ce crédit d’impôt s’appliquait uniquement aux usines syndiquées.

    1. danielm dit :

      Dans le camps démocrate le « America First » répond au « Our members first » de leur base syndicale. Ce phénomène s’observe chez toutes les structures syndicales dans le monde car il s’agit du credo fondamental d’une collectivité de travail qui se protège légitimement.

  4. InfoPhile dit :

    Joe devrait au moins accepter qu’un certain pourcentage des composants de ces véhicules soit fabriqué au Canada. Ce serait dans l’esprit du vénérable pacte de l’automobile et tout autant une reconnaissance lucide et pragmatique de l’interpénétration de cette industrie dans nos deux pays.

    1. gl000001 dit :

      En général, ils veulent que le véhicule soit assemblé aux USA.

  5. _renaud dit :

    Seulement qu’a fait la même chose avec les véhicules made in Canada. C’est pas le choix qui manque. La Civic, le Edge, le RX 350, le RAV4, le CRV, la Ford GT. Est-ce qu’ils des Ford GT zéro émission?

    1. Le RAV4 n’est plus fait au canada, il est maintenant fait au US, il a été remplacé par un de ces jumeaux – je ne me rapelle plus si c’est un Lexus ou le nouveau venza.

      Dans les derniere année le canada a perdu beaucoup de production. Et c’est pas un nouveau président qui vas défaire le protectionniste installé par TFG

      1. _renaud dit :

        I stand corrected. 🙂

        Non mais sérieusement, j’avoue que cette mentalité USA first est inquiétante. Pour les modèles populaires c’est correct mais pour les modèles de Dodge qui sont des dinosaures ça augure mal. Même pour une modèle comme le Edge qui est en fin de vie. Je n’ai pas suivi le dossier de près mais aux dernières nouvelles l’avenir de l’usine de Oakville était incertain.

  6. lanaudoise dit :

    Plus facile de faire du millage sur le dos du Canada que sur celui de la Chine.

    1. lanaudoise dit :

      Les produits délocalisés en Chine (possiblement fabriqués par travail forcé) sont moins chers, font le bonheur des Wal-Mart et donnent du pouvoir d’achat aux citoyens. Alors que les produits canadiens sont tout aussi chers et ne représentent donc aucun avantage électoral. Les Démocrates ont toujours eu le défaut de ce calcul-là.

      Par contre, s’ils s’en tenaient au fait que ces véhicules sont construits dans des usines syndiquées, là ils tiendraient quelque chose. Les Américains moyens ont beaucoup perdu ces dernières décennies en se faisant croire que c’était mieux d’avoir un bon boss, les unions qu’esse que ça donne. Libéralisme sauvage et frères Koch oblige. Le niveau de syndicalisation est maintenant famélique et constamment battu en brèche par des lois iniques. Alors que la syndicalisation était le pain et le beurre du parti démocrate. Pas une coïncidence si les inégalités n’ont jamais été aussi grandes.

      Tesla n’est pas syndiqué, il me semble?

  7. danielm dit :

    L’idée d’un marché commun n’est surtout pas dans l’ADN des états-uniens qui craignent par dessus tout la combinaison de « know-how » avec celle de la compétence manufacturière canadienne et cela depuis et en particulier la fin de la deuxième guerre mondiale. Les exemples ne manquent pas de l’interventionnisme officiel ou officieux des USA pour stigmatiser et réduire la concurrence canadienne.
    Oui nous sommes voisins mais aussi compétiteurs d’abord et avant tout. Suivant cette perspective, nous parlons plutôt de tolérance que de collaboration ou même de fraternisation. Avoir ce point de vu diplomatique, c’est faire preuve de lucidité envers nos voisins au sud du 45ième.

    1. MarcB dit :

      Et un vrai marché commun ouvrirait aussi la porte au méga-producteur agricoles US. Ce qui ferait très mal à nos producteurs agricoles (lait, oeufs). Donc même pour le Canada, ce n’est pas 100% dans notre ADN d’ouvrir notre marché.

      1. Le problème n’est pas les méga-producteur agricoles US.
        C’est leurs subvention par le gov (maudit socialiste) qui les poussent à la surproduction + la quasi-absence de règlementation + certain état sans salaire minimum + etc.

        Plusieur fermier US (particulierment les éleveur de poule) vivent dans la misère et/ou meurent jeune de cancer du au produit toxique qu’il étendre dans leur champ.

        About 70% of fresh produce sold in the US has pesticide residues on it even after it is washed, according to a health advocacy group.
        *https://www.theguardian.com/environment/2019/mar/20/pesticide-residues-produce-even-after-washing-us

      2. MarcB dit :

        @PhilD

        Le manque de réglementation aux USA a permis l’éclosion de ces méga-producteurs qui, vous avez raison, pensent plus aux profits qu’au bien-être de leurs employés, consommateurs, et cheptels. Aux USA, il est fréquent d’avoir des fermes laitières de 1000 bêtes et plus, les plus grosses ayant 15k vaches laitières. Et la tendance continue.

        « Production is shifting to farms with at least 500 cows, with the most striking changes occurring in dairies with at least 2,000 milk cows. »
        -https://www.ers.usda.gov/webdocs/publications/45868/17034_err47b_1_.pdf

        Nos petits producteurs québécois se feraient avaler par ces producteurs qui peu à peu centraliseraient leur production dans le mid-west pour réduire leurs couts…

  8. Haïku dit :

    « Je préfère la critique d’un adversaire honnête à celle d’un allié fourbe. »
    (J. Aubry)

  9. Samati dit :

    A l’origine le pacte de l’auto permettait au Canada de produire 10% des voitures pour le marché nord américain. Avec le temps le Canada produisait près de 20% ce qui enrageait les syndicats américains. Le traité de libre échange a mis fin à ce pacte. Le Canada devrait produire plus que sa part actuellement (10%) ce qui crée des frictions avec les américains.

  10. treblig dit :

    Depuis le temps, on devrait savoir que tout ça est un « show » de la part du Canada et des États-Unis. Chacun des deux dirigeants font un spectacle pour leurs électeurs respectifs. À qui serait le plus nationaliste avec un programme d’achat chez-soi.

    L’économie est tellement imbriquée entre les deux pays que le Canada est soit le premier fournisseur soit le premier client dans 27 états, souvent les deux. Et finalement, le Canada est un marché ( riche) de 38 millions dont les états américains limitrophes ont besoin.

    Mais, à chaque année, on a droit à un show de boucane pour savoir qui est le plus nationaliste entre le Premier ministre et le président.

    Next

    1. danielm dit :

      Si les trois économies des États-Unis, du Mexique et du Canada sont si imbriquées, c’est d’abord en vertu de leur proximité géographique dont le partage des ressources et des marchés s’avère logique et rationnel. Par contre, pour plusieurs états-uniens et canadiens, ce choix est beaucoup moins évident et c’est pourquoi historiquement les USA et le Canada ont cherché à développer un espace économique est-ouest qui répondait plus à leur objectif d’indépendance nationale.
      Le show de « boucane » se traduit souvent par des mesures concrètes et réglementaires en dépit de toute justification économique même pour leurs concitoyens. Un marché commun est un espace économique ouvert sans frontières de circulation et sans obstacle douanier pour les marchandises en transit.

  11. _renaud dit :

    Ces histoires nous rappellent que finalement le Québec est en très bonne position économiquement. On entend souvent des histoires qui parlent du Québec comme d’une province pauvre par rapport à l’Alberta ou l’Ontario.

    En Ontario quand on enlève Toronto on voit tout de suite que la province n’est pas si riche et très dépendante de l’industrie automobile tandis qu’en Alberta c’est le pétrole qui arrive dans ses dernières années.

    Au Québec on est diversifié. Matière première, aluminium, nouvelles technologies. On est en bien meilleure position pour affronter les prochaines décennies.

    D’ailleurs c’est peut-être à ce moment qu’on fera l’indépendance, quand il n’y aura plus de pétrole et que les vieilles usines de montages de voitures seront désuètes.

    1. MarcB dit :

      Le fait que le Québec était une province « pauvre » avec un cout de la vie moins élevé a joué en notre faveur. Les entreprises de hi-tech (incluant jeux électroniques) pouvaient recruter à moindre cout, et même faire immigrer au Québec des personnes hautement qualifiées. Je fais partie d’une de ces compagnies, et quand vient le temps d’engager quelqu’un, à qualifications égales, entre un Californien à 200kUSD ou un Montréalais à 100kCAD, le choix est facile.

      En passant, différence de salaires est justifiée considérant le cout de la vie dans les grandes villes Hi-Tech USA (San Fransisco, Boston, etc…).

      1. _renaud dit :

        Bon point. Et quand on compare le cout de la vie entre l’Ontario et le Québec ça vient surtout du fait qu’en Ontario tout se passe dans la région du Grand Toronto tandis qu’au Québec on est beaucoup plus réparti géographiquement. C’est ce qui donne l’impression d’être plus pauvre.

        Toronto c’est quoi ? C’est la banlieue nord avec des maisons à plus d’un million, Richmond Hill, Markham etc… Ensuite Mississauga qui est collé et plus haut sud Hamilton, Oakville qui sont industriels. Maintenant quand tu sors de la région de Toronto c’est quoi l’Ontario ? La région d’Ottawa. Ensuite c’est des London, Windsor, Kingston. Des petites villes éparpillées sur le territoire.

        Au Québec, tu as le grand Montréal, Trois-Rivières, Gatineau et Québec. Les aluminuries du Saguenay. Sherbrooke.

      2. el_kabong dit :

        @renaud

        Vous avez une vision déformée de l’Ontario…
        D’abord, la proportion de la population de la région Toronto/Hamilton sur celle de l’Ontario est la même que celle de la pop. du Grand Montréal sur la pop. du Québec, soit env. 50%.
        Quant aux « petites » villes ontariennes, London est plus gros que Sherbrooke et T-R réunies, Windsor égale T-R, comme Kingston, et vous avez oublié Kitchener/Waterloo qui est comme London.
        En fait, on pourrait dire que la population de l’Ontario est beaucoup plus répartie géographiquement puisqu’on a presque l’équivalent de la population du Québec en entier qui vit en-dehors de Toronto…

  12. Pierre S. dit :

    ———————-

    Avant, Trudeau devais dealer avec un idiot, menteur et fraudeur.
    Maintenant il doit dealer avec des politiciens de carrière à bout d’âge, usé à la corde ….

    Le PM Canadien n’est certes pas parfait et l’histoire ne le retiendra probablement pas comme étant
    un grand premier ministre … par contre c’est surement celui qui aura eu le mandat le plus difficile de toute
    l’histoire du pays en ce qui concerne la diplomatie et les relations avec nos voisins américains.

    1. danielm dit :

      D’accord avec vous mais avouez que l’un et l’autre, Trump et Biden, sont les choix électoraux des états-uniens devant lesquels le Canada doit « dealer ».

      1. Pierre S. dit :

        —————————–

        symptomatique d’une profonde crise politique et sociale … qui ne fait que commencer aux USA.

  13. Madalton dit :

    Pourtant, Ford va investir 1,8 G$ à son usine d’Oakville pour la fabrication de 5 nouveaux modèles électriques. Ces véhicules devront être vendus ailleurs qu’aux ÉU s’ils ne sont pas éligibles au crédit d’impôt.

    En passant, ce crédit d’impôt est-il remboursable car il faut un revenu imposable et payer des impôts pour profiter d’un crédit d’impôt?

    https://news.ontario.ca/fr/release/1001176/lontario-se-positionne-pour-attirer-des-investissements-futurs-dans-le-secteur-de-lautomobile

  14. HS Ahmaud Arbery

    Il y avait des vols deux semaines auparavent et un individus avait été poursuivi LE SOIR mais pas attrapé. Ca c’était le 11 Fev

    Deux semaine plus tard, ils ont vus un gars « qui ressemblait » a celui qu’il avait poursuivi.
    Ils ont décidé de faire une arrestation citoyenne, il ne cE’st pas laisser faire alors ils l’on abbatu ALORS QU’IL SE SAUVAIT en toute légitime défense!

    Déjà que ce meutre est aberrant.
    Il est encore plus troublant de savoir que si ce n’était pas de la vidéo qui est devenu publique. Les meurtriers n’aurait meme pas été traduit en justice.
    La justice locale ne voulait aucunement l’intention de trainer les personne impliqué devant la justice, Bien au contraire.

    1. gl000001 dit :

      Le père était un ancien policier en plus (?).

  15. le pacte automobile intègre les 2 économies… il serait impossible pour les USA ne lever le nez sur des pièces « made in Canada » ou même « Mexico »!

    ça semble plus à de la politique de la part des libéraux pour démontrer qu’ils défendent les travailleurs canadiens alors qu’en réalité, tout est intégré…

    Bref, un moment de politique intérieure facile pour les libéraux qui accumuleront des points avec un dossier qui n’a pas de controverses ou de zones d’ombre…

    Biden de son côté pourra aussi parler de victoire pour les travailleurs USA sans perdre ni gagner quoi que ce soit sinon une notoriété de travailler « pour » les USA… ce qui lui fera grand bien ….

    Au final les 2 chefs d’état ont leur bonbon….

  16. Apocalypse dit :

    @philippe deslauriers – 11:24

    On travaille à faire revivre la belle époque du far-west et on semble réussir de plus en plus souvent! 😖

  17. Apocalypse dit :

    Twitter – Richard Hétu

    Richard Hétu@richardhetu
    🤔

    Quote Tweet

    Alexander Panetta@Alex_Panetta

    Well here’s a speech in Congress by a Wisconsin Republican — who says Canada is less successful than America because its elections pit English vs French

    Part of a longer speech by Rep Grothman warning of a marxist takeover of America by pitting groups against each other.
    .
    En effet: 🤔.

    On peut dire une chose au sujet des républicains: ils sont distrayants!

    Mais où ces gens prennent-ils ces idées? 😱

  18. chicpourtout dit :

    H.S. Suivant mon envoi de la semaine dernière sur Kamala @Haiku et tous les autres
    Pour tous ceux qui souhaitent avoir des nouvelles de la Vice-Présidente Kamala Harris que l’ont ne voit presque plus.
    Bien à l’ombre du Président on s’attendait à une porteuse de dossiers avec une présence forte, régulière dans les médias, prenant sa place avec aisance dans le sillon de M. Biden.
    Une pertinente analyse dans le texte ci-dessous « Où est Kamala? »….

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1840694/kamala-harris-leadership-vice-presidente

    1. Haïku dit :

      @chicpourtout
      Merci pour le lien.
      En effet, l’article offre un excellent survol de la fonction du VP.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :