Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

« Nous sommes impatients de bâtir avec le président Biden une relation forte, utile, renouvelée. » Le 20 janvier dernier, le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, saluait en ces termes l’investiture du 46e président américain et le retour des États-Unis dans l’accord de Paris. Sur Twitter, Emanuel Macron manifestait un même enthousiaste, y allant d’un « Welcome back ! ».

Enthousiasme justifié non seulement par le remplacement de Donald Trump par Joe Biden à la Maison-Blanche, mais aussi par la nomination d’Antony Blinken, francophile ayant passé une grande partie de sa jeunesse à Paris, à la tête du département d’État. On se retrouvait enfin entre amis. Neuf mois plus tard, cette amitié risque de ne pas survivre au coup de Jarnac infligé par l’administration Biden à la France.

À deux reprises au mois d’août – lors d’un entretien téléphonique et lors d’une rencontre virtuelle des pays du G7 -, Joe Biden avait déjà déçu le président français, rejetant ses demandes pressantes de repousser au-delà du 31 août la date du retrait des troupes américaines d’Afghanistan. Selon Emanuel Macron, les États-Unis et leurs alliés avaient la « responsabilité morale » d’évacuer leurs partenaires afghans. « Nous ne pouvons pas les abandonner », avait-il dit au téléphone le 25 août dernier.

Joe Biden n’en avait fait qu’à sa tête. Mais il réservait une déception encore plus grande à son homologue français. Le New York Times décrit ici les négociations qui ont mené au pacte de sécurité entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, pacte qui permettra notamment à l’Australie d’acquérir des sous-marins nucléaires. Et qui fera perdre à la France un méga contrat de sous-marins avec l’Australie.

Comme l’explique le Times, ces négociations se sont échelonnées sur plusieurs mois sans que ni Biden ni Blinken n’en soufflent un mot à leurs alliés français, qui ont été placés devant un fait accompli peu avant l’annonce officielle du pacte. Et ce n’est pas la façon dont le quotidien new-yorkais présente le point de vue américain dans cette affaire qui fera décolérer les dirigeants français :

« Au moment où l’administration Biden a commencé à discuter sérieusement avec l’Australie et la Grande-Bretagne de sa stratégie émergente pour contrer la Chine, un contrat vieux de trois ans, d’une valeur de 60 milliards de dollars ou plus, pour une douzaine de sous-marins, qui devaient être construits en grande partie par les Français, était déjà en train de vaciller, selon des responsables américains. Les sous-marins étaient basés sur une technologie de propulsion dont la portée était si limitée et qui était si facile à détecter par les Chinois qu’elle serait obsolète au moment où les premiers sous-marins seraient mis à l’eau, peut-être dans 15 ans.

« Il existait une alternative évidente : le type de sous-marins à propulsion nucléaire déployés par les Américains et les Britanniques. Mais les responsables américains et australiens ont convenu que si les Français avaient vent du fait que l’un des plus gros contrats de défense de leur histoire allait être annulé, ils essaieraient presque certainement de saboter le plan alternatif, selon des responsables qui étaient au courant des discussions entre Washington et Canberra. »

En rappelant ses ambassadeurs à Washington et à Canberra pour consultations, la France a voulu manifester sa colère face à une « trahison ». Il faudra que Blinken sorte son français du dimanche pour réparer la brèche.

(Photo Reuters)

130 réflexions sur “Avec des alliés comme Biden et Blinken…

  1. Rick dit :

    Tirons-en une leçon: les Américains ne feront pas de cadeau au Canada.
    Les démocrates au pouvoir ne dont pas plus « Fiendly neighbour » que les répus de Trump. AMERICA FIRST!

    1. Rick dit :

      …ne SONT pas…

    2. Robert Giroux dit :

      « Fiendly neighbour » … ((rires))

      – FIEND : démon – monstre – diable – obsédé

      1. Haïku dit :

        Oeil de lynx ! 👍

  2. Superlulu dit :

    Avec des amis comme le É.U., pas besoin d’ennemis.

  3. Les USA demeurent les USA….

    ça dépasse le nom du Président…

    pas de parole, pas d’amis, pas d’honneur… ce qui compte demeure les USA….

    alors que la planète aurait bien besoin de solidarité, les pays sont et seront de plus en plus divisés, de plus en plus sur leurs gardes les uns envers les autres, se repliant lentement sur eux-mêmes…

    Les USA ne changent pas… ils ont besoin d’un « ennemi »… la Chine fera la job pour la prochaine décennie….

    Ensuite les dirigeants nous chanteront « Comment faire différent en gardant la même recette »….

  4. treblig dit :

    Un sous-marin nucléaire moderne n’a pas besoin, bien sûr, de pétrole. Il recycle son eau et son air sans avoir besoin de remonter à la surface. En fait, seuls ses besoins en nourritures fraîches limitent son rayon d’action. Et l’Australie est une île-continent entourée d’une immensité d’eau.

    Plusieurs observateurs de la chose militaire n’avaient pas compris pourquoi l’Australie avait conclu un accord avec la France pour des sous-marins conventionnels. Le prix évidemment a joué ; quelque part entre 1.5 milliards et 2 milliards â l’achat d’un sous-marin nucléaire et autant pour naviguer pendant 40 ans de vie utile. Le triple d’un sous- marin conventionnel. Il est évident que les américains ont proposé une «  bargain » aux Australiens.

    Désolé pour le Français, mais la logique a parlé.

    1. Rick dit :

      « Désolé pour le Français, mais la logique a parlé. »
      Oui, quitte à renier leur parole!
      La France va sûrement les poursuivre pour bris de contrat devant des instances internationales du commerce.

      1. Guy Pelletier dit :

        @Rick

        Ça fait parti de la normalité de tels contrats l’Australie, devra les compenser à hauteur de 700 millions $US pour bris de contrat. Ce sera même une bonne affaire pour la France quand on sait que ces contrats devaient êtres exécuter quasiment entièrement exécuter par des sous traitant Australiens et faire travailler des australiens non des français qui n’auraient eus finalement qu’environ pour 800 millions de $US de retombées directes réelles pour la France.

  5. MarcB dit :

    Je suis d’accord avec l’article du Times sur le fait que le contrat précédent entre la France et l’Australie « semblait vaciller ». Tout le projet ressemblait à méga-flop en gestation, les coûts explosaient avant même que la construction du premier sous-marin soit commencé. On parlait déjà de 90G $? Environ 5.5G $ par sous-marin dont les plans ne sont pas encore fini, et dont le grand frère (Suffren) n’a été construit qu’en 1 exemplaire (5 sautres sont planifiés).
    J’ai plus l’impression que les Australiens cherchaient à toux prix à sortir du projet avant qu’il ne devienne un trou noir monétaire.

    Par la suite, deux options si l’Australie veut conserver une flotte sous-marine:
    1) Propulsion conventionelle: D’autres modèles existent déjà: Allemand, type 212, coût de moins de 1G$, 10 de complétés.
    2) Propulsion nucléaire: Les alternatives sont US, UK, FR. La technologie US est beaucoup plus mature, 19 Virginia complétés, versus 1 Suffren français. Pour les deux modéles, le coût est environ de 3G $.

    Je ne crois pas que ce soit les Américains qui aient torpillé le projet Aus-Fr, mais plutôt le projet lui-même s’est auto-détruit; et par la suite, la solution américaine était la plus viable.

    Bon, peut-être que les Australleins n’ont finalement pas besoin d’une telle fllotte de sous-marins, mais c’est un autre débat. 🙂

    1. Guy Pelletier dit :

      @MarcB
      Exact, sans compter qu’une grande parti du revirement de l’Australie et non des USA puisque c’était ce pays qui avait passé une entente avec la France est venu de leur besoin de plus en plus pressant de protection contre la Chine qui de plus en plus s’impose dans l’espace océanique d’Asie cherche à étendre davantage sa présence et influence ailleurs notamment en direction de l’Australie isolée qu’elle est du reste de l’occident. Qui peut le mieux assurer la sécurité de l’Australie sinon les USA sûrement pas la France encore moins l’UE ou l’Europe qui dépendent eux aussi des Américains pour leur défense. Le prix à payer pour cette assurance cette sécurité c’est d’acheter ses armes équipement militaires avions de chasse etc des États-Unis non de leurs compétiteurs directes c’est d’ailleurs pour la même raison que le Canada fait ses achats militaires essentiels aux USA, pour s’assurer de leur protection.

  6. cotenord07 dit :

    Il est tout de même important de comprendre que c’est à la demande de l’Australie que le modèle du sous-marin Shortfin Barracuda devait être équipé d’un système de propulsion conventionnelle (diesel et électrique (piles à combustible)), plutôt que du système de propulsion nucléaire qui équipe le modèle Barracuda original développé par la France.

    En d’autres mots, l’Australie ne voulait pas d’un système de propulsion nucléaire, pour différentes raisons, dont l’absence d’une industrie nucléaire en Australie, et l’opposition de la majorité des Australiens au nucléaire.

    C’est la modification importante du modèle Barracuda original qui a engendré les hausses de coût associées à ce projet.

    Et, après avoir exclus la propulsion nucléaire, l’Australie fait soudainement demi-tour et décide d’acquérir des sous-marins américains à propulsion nucléaire…

    Il est peu probable selon moi que le nouveau modèle de sous-marin (à propulsion nucléaire) acquis par l’Australie engendrera des retombées économiques et industrielles semblables à celles qu’auraient engendrées le projet d’acquisition de sous-marins français.

    En d’autres mots, l’Australie va dépendre des États-Unis autant pour la construction que pour l’entretien des nouveaux sous-marins…

    1. MarcB dit :

      « ’Australie va dépendre des États-Unis autant pour la construction que pour l’entretien »

      Je ne suis pas certain. Les chantiers américains ont des carnets de commandes déjà très bien remplis et je ne suis pas certain s’il y a de la place pour y ajouter les commandes Australiennes. Ca fait beaucoup plus de sens d’ouvrir des nouveaux chantiers en Australie, tant pour ces derniers que pour les Américains qui auront des bases dans le Pacifique Sud pour y faire l’entretien de leurs sous-marins.

      Pour ce qui est des technologie embarquées, c’est assez facile de donner des contrats à des sous-contractants Australiens.

      Mais oui, la propriété intellectuelle des composante critiques restera entre les mains des Américains.

      1. spritzer dit :

        Ça peut être des sous-marins britanniques plutôt qu’américains, rien n’est décidé pour l’instant.

      2. cotenord07 dit :

        @ MarcB :

        En ce qui concerne la construction des sous-marins australiens, je suis à peu près certain que c’est le chantier naval d’Electric Boat (qui appartient à Général Dynamics) situé à Groton (Connecticut), et peut-être aussi le chantier naval Newport News Shipbuilding (propriété de Huntington Ingalls Industries), situé à Newport News en Virginie, qui vont obtenir les contrats.

        Ces chantiers navals augmentent ou diminuent leurs effectifs considérables (de l’ordre de plusieurs milliers de travailleurs) selon leurs carnets de commande, ils disposent de l’infrastructure lourde et complexe pour construire des navires et sous-marins nucléaires, et ils sont très bien intégrés dans la chaîne d’approvisionnement et de disposition du combustible usagé (avec ses sous-produits radioactifs) de l’industrie nucléaire des États-Unis.

        Pour diverses raisons, dont le coût élevé des infrastructures industrielles et la sécurité nucléaire, je crois de plus qu’il est très peu probable que les travaux d’entretien qui impliquent la maintenance des réacteurs nucléaires aient lieu ailleurs que sur le territoire des États-Unis.

    2. jcvirgil dit :

      Eh oui. Ça illustre comment c’est difficile pour un satellite de se détacher de l’orbite de sa planète mère.

  7. cotenord07 dit :

    Je reprends ici l’essentiel d’un commentaire que j’ai publié jeudi en réaction au billet précédent à ce sujet, « La citation (française) du jour ».

    Le groupe industriel français Naval Group (autrefois appelé la Direction des constructions navales (DCN)) faisait face à bien des défis politiques dans ce « contrat du siècle » que l’entreprise avait décroché en 2016.

    En cherchant à mieux comprendre cette annonce qui cause beaucoup de frustration et de colère en France, j’ai trouvé dans le périodique français Mer et Marine ce long article qui, sans chauvinisme, présente de façon détaillée et factuelle les aspects politiques et géostratégiques de cette affaire :

    – « L’Australie laisse tomber les sous-marins français au profit de SNA américains », article de Vincent GroizeIeau, paru dans le périodique Mer et Marine, le 16 septembre 2021, hyperlien :

    https://www.meretmarine.com/fr/content/laustralie-laisse-tomber-les-sous-marins-francais-au-profit-de-sna-americains

    L’avenir dira si l’Australie et les Australiens sortiront gagnants sur les plans économique et industriel, après ce revirement spectaculaire du gouvernement australien.

    Du point de vue opérationnel, des sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire auront sûrement plus d’autonomie que des sous-marins conventionnels à propulsion diesel électrique.

    Toutefois, compte tenu de l’opposition des Australiens à l’énergie nucléaire en général, il est peu probable que l’Australie bénéficie autant de retombées industrielles avec ce nouveau projet AUKUS qui est encore mal défini, qu’avec le projet de construction (en Australie) de sous-marins inspirés du programme français Barracuda, qui a donné la classe de sous-marins français Suffren.

    1. A.Talon dit :

      «Du point de vue opérationnel, des sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire auront sûrement plus d’autonomie que des sous-marins conventionnels à propulsion diesel électrique.»

      Vrai mais on dit des sous-marins conventionnels qu »ils sont plus silencieux. Peut-être le Pentagone voit-il dans ses plans à long terme la possibilité de missions conjointes avec l’Australie le long du littoral chinois?

      1. Achalante dit :

        Ça m’étonnerais; un moteur diesel reste un moteur à explosion, alors qu’un moteur nucléaire est une turbine à vapeur. https://fr.wikipedia.org/wiki/Propulsion_nucléaire_navale

      2. A.Talon dit :

        @ Achalante 11h11

        «Why are diesel-electric submarines quieter than nuclear submarines? Are they quieter in both diesel and electric mode, or just electric?»
        https://navalpost.com/nuclear-submarines-diesel-electric-submarines-noise-level/

  8. treblig dit :

    Un petit addenda pour les 4 sous-marins conventionnels anglais achetés par le Canada voilà une quinzaine d’années. Coût d’achat 750 millions ( une aubaine disait-on).

    Sauf que le coût d’entretien dépasse le 3 milliards depuis ce temps. Et les sous-marins sont à quai 91% du temps pour toutes sortes de problèmes dont la rouille. Un échec lamentable.

    1. philippe deslauriers dit :

      et qu’il n’ont pas de matelot a mettre dans les sous-marins. Notre marine au complet est en grand manque de personnel/matelot.

    2. Madalton dit :

      Dont un a pris feu lors de son voyage vers le Canada. Ils étaient déjà rouillés et désuets lors de l’achat.

      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Classe_Victoria_(sous-marin)

  9. Louise dit :

    Les raisons évoquées par l’Australie pour annuler son contrat avec la France est peut-être valable mais ce qui est contraire aux pratiques de bonne entente entre pays amis c’est que la France n’a pas été avisée de ce changement de cap.
    Peut-être aurait-il été possible de seulement modifier le contrat parce que j’ai cru comprendre que la France est en mesure de fabriquer des sous-marins nucléaires elle aussi.

    On peut en déduire qu’il y a peut-être une autre raison cachée comme c’est souvent le cas dans des négociations politiques.
    Pour la France c’est une trahison qui est difficile à avaler.

    1. constella1 dit :

      Louise
      Le problème avec la France c’est qu’elle détient cette technologie nucléaire et militaire mais refuse de la partager avec d’autres nations
      Il semblerait qu’elle préfère la garder pour elle question de sécurité et se protéger des éventuels plagiats de leur savoir etc

      1. fylouz29 dit :

        Mais d’où sortez vous de telles billevesées ?
        Et pensez vous sérieusement que les Américains partageront LEUR technologie nucléaire ?
        Il serait bon de réfléchir et de vous renseigner sérieusement avant que d’écrire des bêtises.

      2. constella1 dit :

        filouz29
        Il serait bon de réfléchir et respirer par le nez avant d’invectiver les gens de la sorte sur le blogue
        Je vs aurais répondu bien avant ça mais je ne vous avais pas lu

  10. Haïku dit :

    RE: « Avec des alliés… »
    ———
    « Si on a de l’argent, l’allié vient aisément. »(Anonyme)

  11. Et l’Angleterre n’est-elle pas aussi dans le portrait pour avoir fait ce coup à la France.

    1. jcvirgil dit :

      Quand il y a un coup fourré quelque part sur la planète les Anglais ne sont jamais bien loin de leurs *cousins américains*. Qui ne se souvient pas du pathétique duo Blair-Bush dans la saga des armes de destruction massives prélude de la guerre en Irak et de toutes les catastrophes qui en découlent depuis.

  12. jcvirgil dit :

    FD Roosevelt l’avait déjà déclaré il y a quelques temps. *Les États-Unis n’ont pas d’amis en politique internationale, ils ont des intérêts*

    Le petit président Micron issu du monde bancaire devrait comprendre ça facilement …

    1. cotenord07 dit :

      @ jcvirgil :

      Plusieurs hommes politiques, dont Charles de Gaulle, ont utilisé diverses versions de cette maxime.

      D’après mes recherches, la plus ancienne version connue remonte à 1848 et à l’homme politique britannique Lord Palmerston :

      « L’Angleterre n’a pas d’amis ou d’ennemis permanents ; elle n’a que des intérêts permanents.

      « We have no eternal allies, and we have no perpetual enemies. Our interests are eternal and perpetual, and those interests it is our duty to follow. »

      Henry John Temple, Lord Palmerston, Speech to the House of Commons (1848). »

      https://miscellanees.me/2018/12/27/degaulle-palmerston-etats-amis-interets/

      1. jcvirgil dit :

        A quoi bon alors se réunir dans une organisation comme l’OTAN si chacun défend d’abord ses intérêts ?

      2. fylouz29 dit :

        @jcvirgil : Hier, pour se protéger des Soviétiques, aujourd’hui, des Russes et des Chinois.

    2. garoloup dit :

      @jcvirgil « Le petit président Micron issu du … » Est-ce une erreur ou bien une moquerie ce Micron!? 😀

    3. Robert Giroux dit :

      « Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts »
      (Charles de Gaulle)

  13. Alexander dit :

    Les affaires sont les affaires. Et les américains ne font pas de cadeau. Avec eux, tout est calculé.

    Leur ADN, c’est au plus fort la poche. Peu importe le parti. Mais, c’est fort possible que la technologie française ne soit pas la meilleure pour un contrat de cette ampleur. Pourquoi brûler autant d’argent si l’efficacité n’est pas au rendez-vous?

    Faut aussi être performant dans la vie pour justifier une solide rémunération. Tu ne peux pas juste vivre sur l’ancienneté et les droits acquis.

    Mais, soyons honnête, l’être humain est ainsi fait qu’il pense à sa propre survie avant de penser aux autres. Il y a certainement quelqu’un quelque part qui va empocher les mêmes milliards pour sa propre poche.

    Et, si on gratte un peu, y a des bonnes chances que ce soient des poches américaines. En tout ou en partie.

    Et j’ajouterais, des poches américaines qui ont empli les poches démocrates.

    Biden doit favoriser les siens s’il veut être réélu. America first, ce n’est pas exclusif aux républicains.

    Le temps nous le dira.

  14. spritzer dit :

    Les sous-marins nucléaires que l’Australie promènera un peu partout un jour n’emporteront pas de missiles équipés d’ogives nucléaires mais plutôt de simples Tomahawks à vitesse subsonique, ce qui en fera une plateforme beaucoup moins impressionnante et dangereuse. On est loin de ce que la Russie possède avec ses missiles intercontinentaux et anti navire et de croisière hypersoniques.

    1. el_kabong dit :

      C’était un message du ministère de la propagande russe…

      1. Samati dit :

        On dirait un film tourné dans les années soixante. Quels uniformes ridicules pour des militaires.

    2. Guy LB dit :

      Merci spritzer pour la vidéo que je n’aurais
      jamais même pensé regarder si elle n’avait été présentée dans le cadre de la discussion courante. Très impressionnante démonstration de gros pétard !

      L’impression qui m’en reste surtout, en fin de compte, c’est qu’il y a encore des petites brutes de cour d’école qui ont trop d’argent à gaspiller. Toute l’affaire, au final, me paraît parfaitement ridicule. Mais je comprends bien que le Président Poutine bombera encore plus fort le torse quand il apprendra que j’ai regardé cette belle vidéo.

      Les petits bonhommes verts avec leurs micros des années soixante, leur grand cahier noir et leurs gueules de beux font peur, la même peur que je ressentais en imaginant cet imbécile de Trump inscrivant au marqueur noir les codes nucléaires au revers de sa cravate pour ne pas les oublier.

      Le cauchemar, vous dis-je…

      1. spritzer dit :

        Au fait, êtes-vous daltonien, parce que les petits bonhommes sont habillés en bleu, pas en vert. 😉

      2. Guy LB dit :

        Mais non, mais non.
        C’est simplement que vous, vous êtes réaliste, alors que moi, je me fie aveuglément à mes impressions. Un impressionniste aveuglé distingue avec difficulté entre le bleu et le vert; d’où, si le vert convient à son propos, il n’y a pas à hésiter. Mais j’apprécie votre intérêt et la question qui me ramène les pieds… dans l’eau ?

  15. Charlot dit :

    « Tomber de Charybde en Scylla », à quelques nuances près. America First, always! Version 21 ième siècle de l’isolationnisme.

  16. Apocalypse dit :

    Pas certain de comprendre tout cet imbroglio. Avec le spectre Chinois qui plane, avoir des sous-marins à la fine pointe de la technologie n’était-elle pas la première chose qu’il fallait?

    Les Français sont loin d’être des imbéciles, leur technologie est-elle si loin de celle des Américains?

    Comment se fait-il que les Australiens n’aient pas voulu des sous-marins nucléaires en partant, ce qui aurait évité tout ce mélodrame.

    1. cotenord07 dit :

      @ Apocalypse :

      Il y a depuis longtemps en Australie une forte opposition à l’énergie nucléaire et à l’industrie nucléaire.

      Lisez l’article de Wikipédia « Anti-nuclear movement in Australia ».

      https://en.wikipedia.org/wiki/Anti-nuclear_movement_in_Australia

    2. Benton Fraser dit :

      Ce que je comprends, ce n’est pas en raison du nucléaire mais du coût des sous-marins dès le départ qui a déplu a une bonne partie des australiens… et ce qui n’a pas aidé à l’acceptation, c’est que les coûts ont rapidement explosé.

      Pour le nucléaire, ce que j’ai compris, dès le départ, la France ne pouvait pas vendre des sous-marins nucléaire à un autre pays, question de traité international. Par contre, les américain offrent des sous-marins nucléaire dans le cadre d’une alliance avec l’Angleterre. Un ne se retrouve plus vraiment comme une vente mais une participation oû l’Australie est membre et aura assez a certains avantages. En résumé, c’est comme une location d’auto oû tu n’est pas le réel propriétaire de la voiture… mais que tu l’utilises selon les spécification du propriétaire réel.

  17. Apocalypse dit :

    @Louise – 08:48

    ‘Les raisons évoquées par l’Australie pour annuler son contrat avec la France est peut-être valable…’

    J’écoutais un analyste hier à TVA et effectivement, avoir des sous-marins nucléaires avec la Chine dans le coin est une position qui se défend, mais si, comme vous dites, la France pouvait aussi en produire, pourquoi ce revirement de veste?

    A un moment donné, si tu ne respectes pas ta parole – avec ce contrat – on ne peut tout simplement pas te faire confiance et cela vaut aussi pour les Américains qui peuvent te poignarder dans le dos aussitôt que leur intérêt est en jeu. Disons que cette histoire risque d’en faire réfléchir quelques-unes, quoique c’était déjà sans doute le cas; on les connaît les Américains et leur ‘me, myself and I’.

    En effet, on peut se demander si on sait tout de cette histoire…

    1. jcvirgil dit :

      @Apocalypse

      L’erreur est beaucoup plus tous ces milliers de milliards de fonds publics investis en pure perte dans la modernisation des armes nucléaires , alors que tout être doté de raison sait fort bien qu’elles ne ne pourront de toute façon jamais servir ,car l’escalade d’un conflit nucléaire entraînerait la fin de la vie humaine sur terre.

      Les gouvernements seraient beaucoup mieux d’investir dans la diplomatie et des systèmes de résolution des conflits, chose qu’ils ne peuvent faire cependant sans déplaire aux lobbys qui se les paient.

      1. Guy LB dit :

        @ jcvirgil : 👌👏👏👏

      2. Guy LB dit :

        @ jcvirgil : 👌👏👏👏
        Je reprends mon appréciation enthousiaste de votre commentaire pour souligner en particulier cette observation :
        « alors que tout être doté de raison sait fort bien qu’elles ne ne pourront de toute façon jamais servir »

        L’âge de raison ne semble pas encore avoir atteint le sommet de la pyramide politique.

  18. Apocalypse dit :

    @cotenord07 – 08:30

    Merci pour vos excellents posts!

    Encore plus incompréhensible – pour moi – ce revirement de veste des Australiens.

    En effet, la France a raison d’être en t*barnac devant cette vacherie du duo Australie-Etats-Unis.

    On peut penser qu’il y a une carte dans cette histoire qu’on ne connait pas. La Chine?

  19. marie4poches4 dit :

    Voici un autre point de vue, celui de Jean-Éric Branaa, un français spécialiste de la politique américaine

    « La raison pour laquelle la France réagit aussi fortement ne vient pas de la perte d’un contrat commercial, aussi important soit-il
    L’enjeu est ici une vision de ce que doit être la zone Indo-Pacifique et de la place de notre pays

    En 2019, le Président français a fixé les grands axes de la politique indopacifique française : « il nous faut revisiter cette région en actant que nous sommes une puissance de celle-ci, et en développant une alliance complémentaire, non confrontationnelle avec la Chine.

    Or les Américains viennent de réorienter très fortement leur politique étrangère et cela fracasse de plein fouet la stratégie de la France, le choix des Etats-Unis est d’être confrontationnel avec la Chine

    Cette zone abrite 60% de la population du monde, est cruciale pour le commerce, les approvisionnements mondiaux, en ressources et pour le commerce de détail. Les enjeux stratégiques et militaires sont colossaux
    La France ne peut pas être exclue d’un accord régional sans réagir »

  20. Apocalypse dit :

    @cotenord07 – 09:39

    ‘Il y a depuis longtemps en Australie une forte opposition à l’énergie nucléaire et à l’industrie nucléaire.’

    Je comprends, mais pourtant, on a maintenant les deux(2) pieds … dedans! 🤦‍♂️

  21. Apocalypse dit :

    @jcvirgil – 09:46

    Ouais, des milliards et des milliards pour la guerre et des centaines et des centaines de millions de gens qui ont horriblement besoin de tout. L’humanité, nous sommes – et mes excuses à l’avance – une bande d’IDIOTS. 🤦‍♂️

    On parle de plus en plus de changements climatiques qui pourraient être catastrophiques pour l’humanité et on fait quoi, on parle de s’armer pour se battre ou se défendre, c’est selon, comme on dit: ça ne s’invente pas!

    On n’a aucune conscience de l’environnement dans lequel nous vivons et sommes absolument incapables de travailler tous ensemble pacifiquement pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés; il faut toujours essayer de contrôler, dominer l’autre et au final, ça risque fort d’être notre ‘downfall’. 😭

    L’humanité encore là dans des milliers, des millions d’années, ça va prendre tout un coup de barre et ASAP à part de ça.

    1. gl000001 dit :

      Votons conservateur. Eux vont le donner le coup de barre 😉

  22. spritzer dit :

    @Guy LB

    N’ayez pas peur, leur quincaillerie sert simplement à protéger leurs intérêts et à se protéger des administrations de psychopathes qui se succèdent à Washington. Et contrairement aux Australiens, tout ce qu’ils possèdent ils le fabriquent eux-mêmes et donc même si c’est dispendieux, ça ne leur coûte pas la peau des fesses.

    Je suis d’accord avec vous que tout cela tient du cauchemar, mais en tant que grande puissance ils n’ont pas le choix et leur posture en est une défensive contrairement aux psychopathes de Washington.

    1. Samati dit :

      Et qui va protéger les russes du psychopathe qui occupe la présidence? Cet homme est dangereux, il a déjà envahi un pays voisin, il supporte les pires dictateurs et mis en place un mécanisme pour rester au pouvoir jusqu’à sa mort.

      Commenr comprendre sprizer pour son adoration des dictateurs/kleptocrates de la planète?

      1. cotenord07 dit :

        @ Samati :

        Je suis souvent d’accord avec vous, mais pas sur ce point.

        Vladimir Poutine est certainement un dirigeant autocrate, qui peut adhérer dans certains cas à la maxime « La fin justifie les moyens », et il est peut-être aussi une personnalité narcissique (comme bien des politiciens…), mais il n’est sûrement pas un psychopathe.

        La philosophie et les actions politiques de Vladimir Poutine s’inscrivent fidèlement dans une tradition politique fortement ancrée en Russie, qui date de peut-être mille ans, et qui a été très présente depuis le 19e siècle dans le mouvement slavophile et dans le nationalisme russe.

        Quant à l’intégration de la Crimée à la Fédération de Russie, et à l’intervention de la Fédération de Russie dans le conflit du Donbass, ces phénomènes politico-militaires sont simplement le résultat d’un fait que les frontières internes de l’ancienne URSS ne correspondaient pas fidèlement à la composition ethno-démographique des régions de l’URSS, que ces régions contiennent un très grand nombre de Russes ethniques (une très forte majorité dans le cas de la Crimée), et que les dirigeants de l’URSS étaient convaincu — à tort — que cet état multinational et multi-ethnique n’éclaterait jamais…

      2. jcvirgil dit :

        @Cotenord07

        Pour ce qui est de la Crimée les gens en plus d’avoir voté favorablement majoritairement à l’annexion à la Russie ont déclaré dans une vaste enquête de Forbes et Gallup qu’ils sont plus heureux en Russie qu’en Ukraine.

        « Les gens du pays – qu’ils soient Ukrainiens, Russes ethniques ou Tatars – sont unanimes sur une chose : la vie avec la Russie est meilleure que la vie avec l’Ukraine. »

        Ainsi, en janvier-février 2015, la GFK allemande a décidé de dresser un bilan de la première année de vie du peuple de Crimée avec la Russie. Et ces résultats sont pour l’Occident tout simplement incroyables.

        82% des résidents de Crimée ont exprimé une approbation sans équivoque de la réunification de la Crimée avec la Russie. 11% sont globalement favorables. Au total, 93% de la population de la Crimée a un jugement positif sur les résultats du référendum de mars 2014 ! Seuls 2% de la population n’approuvent pas les retrouvailles.

        https://www.polemia.com/forbes-les-habitants-de-crimee-se-sentent-plus-heureux-en-russie-quen-ukraine/

      3. Benton Fraser dit :

        @cotenord07

        En faite, c’est la tradition politique russe qui en psychopathe!
        Pierre le Grand disait que le peuple russe est un peuple qui marche au fouet. C’est sans doute une nécessité pour un peuple peu éduqué et ignorant (ce que détestait Pierre le Grand qui voulu faire entrer les russes dans le siècle des lumières) mais plus nécessaire aujourd’hui ou Poutine maintient les russes dans l’ignorance pour son pouvoir personnel.

        Pour l’URSS, elle a créé son propre bordel en déplaçant massivement les divers peuples que constitut la Russie pour mieux l’assimiler, du moins, le diviser…

    2. el_kabong dit :

      @spritzer

      Les « psychopathes de Washington » face au grand humaniste pacifiste du kremlin; les vannes sont grande ouvertes dans la propagande adorative ajd…

      1. spritzer dit :

        @el_kabong

        « face au grand humaniste pacifiste du kremlin »

        Vous n’êtes pas loin de la vérité. Je vous invite à lire le discours qu’il a fait pour la réunion de Davos en janvier dernier. Leur a-t-il raconté un paquet de mensonges à ce parterre d’élite ou s’il a simplement étalé ses idées, sa vision du monde ?
        http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/64938?fbclid=IwAR1tE8YTkF-3tSi7UCueeoSVEKGvOnK3Lq_w9H9NDU80p_Yj6kFb4qJDN4Y

        Dans un autre texte partisan cette fois:

        And look, 80 people from among the most influential people on the planet did not laugh in Putin’s face, as it was in 2007 in Munich, and without noise and dust immediately after his open speech signed up for a closed conference with him.

        Honest liberals and ordinary urban lunatics can laugh quite sincerely and free of charge at the claims (and evidence) of Russian power and global authority. This queue of those who run the global economy for a private meeting with Putin is the best evidence that what seemed incredible yesterday has become obvious today. Russia has put the terms of a new world on the table. And the world reached out to discuss these conditions.
        *https://www.stalkerzone.org/munich-esque-davos/?fbclid=IwAR39jqR8vWHHAAUP0KXazwBAqTqsg7PXkIrlB2Yvmuu0sXZP0WqB3fJgUjw

      2. el_kabong dit :

        @spritzer

        Vos références russes sont aussi crédibles (i.e. risibles) que vous…

  23. A.Talon dit :

    «Neuf mois plus tard, cette amitié risque de ne pas survivre au coup de Jarnac infligé par l’administration Biden à la France.»

    Il y a une leçon à tirer de cette mésaventure: ne jamais faire preuve de naïveté avec les Américains. Même avec une présidence digne de ce nom, civilisée et ouverte à la coopération internationale, ils ne renieront jamais leur nature profonde de prédateurs sans scrupule. Que le 24 Sussex Drive en prenne bonne note pour l’avenir.

  24. kelvinator dit :

    En affaire, il n’y a pas d’amis.
    Si une nouvelle option se présente et est passablement mieux, pourquoi ne pas la prendre? D’autant plus si les problèmes relevés par le Times sont vrais.

    1. A.Talon dit :

      Mais était-ce vraiment une meilleure option? Pourquoi pas un tordage de bras géostratégique analogue à celui qui força jadis le Canada à abandonner son programme de chasseurs Arrow pour adhérer au programme de missiles téléguidés Bomarc? Un marché de dupes où le Canada perdit sur toute la ligne.

      *https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/avro-arrow
      *https://en.wikipedia.org/wiki/Avro_Canada_CF-105_Arrow
      *https://en.wikipedia.org/wiki/CIM-10_Bomarc

      1. Guy LB dit :

        @ A.Talon : 👌 remarquable perspective historique,
        comme souvent d’ailleurs dans vos commentaires.

      2. Robert Giroux dit :

        Avant même de pouvoir être construit à grande échelle,
        le chasseur ARROW était déjà désuet ou inapproprié pour la mission pour laquelle il avait été commandé !

      3. A.Talon dit :

        @ Robert Giroux 12h41

        Faux. D’une part, les avions de chasse n’ont jamais disparu au profit des missiles ballistiques. D’autre part, cet appareil était nettement supérieur à la compétition de son époque. Son sort a été scellé par la politique et non par la technologie.

      4. Robert Giroux dit :

         » … Certains pensent que les coûts élevés de l’Arrow ont contribué à sa chute.
        Avec un coût total de 1,1 milliard de dollars, le programme Arrow était très coûteux pour un pays de la taille du Canada.
        Mais sa technologie était une autre préoccupation. Le chef d’état-major de l’Armée de terre,
        le lieutenant-général Guy Simonds, fait partie de ceux qui pensent qu’il était déjà dépassé.

        Les technologies concurrentes ont également affaibli le soutien local du Arrow.
        Le 4 octobre 1957, le jour où le premier Arrow a été présenté, l’Union soviétique a lancé Spoutnik, le premier satellite créé par l’homme au monde. L’imagination globale (et la paranoïa) s’est déplacée vers l’espace ; on a alors supposé que les attaques nucléaires ne proviendraient plus de bombardiers pilotés, mais de missiles balistiques intercontinentaux qui traversent l’espace extra-atmosphérique.
        Le but de l’Arrow n’était plus clair.

        Les alliés du Canada faisaient également des gains dans le secteur de l’aérospatiale.
        En 1958, l’Arrow était l’avion de chasse le plus rapide au monde, mais les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et la Suède avaient développé des avions avec une autonomie de vol supérieure et une altitude maximale.
        L’Amérique en particulier, avec sa puissance économique et militaire existante, a constamment lancé des avions moins chers (comme le F-4 Phantom de McDonnell Aircraft Corporation) à un rythme beaucoup plus rapide que ce que les constructeurs canadiens pouvaient réaliser. Même les partisans de l’Arrow reconnaissent que si le programme avait soutenu le financement, l’avion n’aurait pas été prêt au combat avant 1962.

        https://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/avro-arrow

      5. kelvinator dit :

        La comparaison n’est pas juste, puisque le Arrow avait un avantage sur les autres, tandis que le sous-marin français n’en a pas.

        Dans ce cas, je vois plutôt une meilleure option s’offrir à l’Australie. La France ne s’est pas privé d’annulé sa vente de navires aux russes parce que c’était dans son intérêt de le faire. Semblable pour l’Australie, mais c’est l’acheteur qui change d’idée.

      6. A.Talon dit :

        @ kelvinator 17h30
        «le Arrow avait un avantage sur les autres, tandis que le sous-marin français n’en a pas.»

        Ah bon? Il est plus silencieux et meilleur marché que son équivalent nucléaire. Probablement aussi qu’on pourra l’opérer à coûts moindres. Sans compter que les retombées économiques et technologiques auraient été plus grandes avec le programme français.

        «La France ne s’est pas privé d’annulé sa vente de navires aux russes parce que c’était dans son intérêt de le faire.»

        L’annulation de la vente de deux navires Mistral à la Russie n’est pas comparable. Il fallait empêcher tout transfert technologique militaire avec une puissance étrangère devenant de plus en plus agressive. Façon aussi de protester énergiquement contre le comportement de cowboy du Kremlin envers ses voisins après l’annexion illégale de la Crimée.

        https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/la-vente-de-mistral_1572702.html

      7. fylouz29 dit :

        @kelvinator : La France n’a rien annulé du tout. Ce sont les Russes qui l’ont fait et les Français se sont retrouvés avec des navires invendables car ils avaient été conçus pour des équipages pléthoriques. Heureusement, ils ont pu les refiler aux Egyptiens.

  25. A.Talon dit :

    «Le New York Times décrit ici les négociations qui ont mené au pacte de sécurité entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, pacte qui permettra notamment à l’Australie d’acquérir des sous-marins nucléaires.»

    Tiens donc. Le Canada, fidèle allié du Nord, pays industrialisé avancé et meilleur client des USA, ne figure étrangement pas dans cet accord. Pourquoi? Le Canada n’aura-t-il pas besoin de sous-marins lui aussi un de ces jours? Et le Canada ne fait-il pas partie de la même grande ‘famiglia’ si chère à certains tenants de la suprématie anglo-saxonne? Veux-t-on tout simplement placer le Canada devant le fait accompli avec «une offre qu’il ne pourra pas refuser» et dont l ne tirera aucun avantage technologique?

    1. Benton Fraser dit :

      Le Canada n’a pas d’intérêt ni de « colonies » dans le Pacifique-Asiatique….

      1. A.Talon dit :

        Vous oubliez que le Canada est un pays du Pacifique. Et que les pays de l’Asie-Pacifique font partie de ses principaux partenaires commerciaux [Japon, Corée du Sud et… Chine]. Pour le meilleur et pour le pire. Alors, oui, il a des intérêts dans la région. Le principal étant d’empêcher la prééminence de l’État chinois pouvant déstabiliser la région. Et, dans un cadre plus large, au niveau mondial, de contraindre la montée d’une nouvelle et menaçante super-puissance planétaire. Une dictature implacable, de surcroît affamée de ressources et de vengeance historique.

  26. cotenord07 dit :

    La vidéo du tir en salve de 4 missiles balistiques « Boulava » à partir du sous-marin russe de la Flotte du Nord «Iouri Dolgorouki», alors en plongée dans la mer Blanche, que l’on peut voir dans la vidéo affichée par spritzer, m’a rappelé une impressionnante vidéo historique dont j’ai fait la découverte en août 2020 grâce à un article du périodique The Barents Observer :

    – « Rosatom releases previously classified documentary video of Tsar Bomba nuke test », article de Thomas Nielsen, The Barents Observer, le 22 août 2020, hyperlien :

    https://thebarentsobserver.com/en/security/2020/08/rosatom-releases-previously-classified-documentary-video-50-mt-novaya-zemlya-test

    La vidéo qui est intégrée dans cet article est un film documentaire militaire russe autrefois classifié, intitulé « Испытание чистой водородной бомбы мощностью 50 млн тонн » (« Test d’une bombe à hydrogène pur d’une capacité de 50 millions de tonnes »), d’une durée d’un peu plus de 40 minutes, et que la société russe Rosatom a déclassifié en 2020.

    Il s’agit évidemment du test de la fameuse « Tsar Bomba » (en russe : Царь-бомба), ou RDS-202 (en russe : РДС-202) ou encore « Objet 602 » (en russe : изделие 602), qui était une bombe à hydrogène développée par l’industrie nucléaire de l’URSS.

    Il s’agit du test d’arme nucléaire en atmosphère le plus puissant réalisé de tout temps.

    Ce test a été réalisé le 30 octobre 1961, à 3,7 km environ au-dessus d’un site de l’archipel de la Nouvelle-Zemble dans l’Arctique soviétique, qui est maintenant l’Arctique russe. L’archipel de la Nouvelle-Zemble a été pendant plusieurs années un important site d’essais nucléaires en atmosphère, et il en a subi les effets. Je crois que cet archipel a maintenant le statu de parc national.

    La « Tsar Bomba » avait une puissance équivalant à de 50 mégatonnes de TNT.

    Selon certaines sources, les Soviétiques auraient envisagé de faire exploser une bombe de 100 mégatonnes, mais ont fini par conclure que cela serait trop risqué…

    Cet essai d’arme nucléaire a été personnellement ordonné par Nikita Krouchtchev, dans ce qui fut certainement la période la plus tendue et la plus « chaude » de la Guerre froide.

    La narration du documentaire est en russe, mais il est relativement facile de suivre la trame des événements même s’il on ne comprend pas le russe…

    1. spritzer dit :

      @cotenord07

      Merci pour la vidéo. Je l’avais déjà vue mais ça reste un document fort intéressant. Si ça a du bon sens d’avoir fait exploser toutes ces bombes dans l’atmosphère. Un crime contre l’humanité !

      J’ai un long texte qui devrait vous intéresser sur la philosophie soviétique et ensuite russe pour la conception de leurs armes. Simplicité et efficacité avant tout, des qualités essentielles sur le champs de bataille comme ils s’en sont rendus compte au fil de leur longue histoire militaire.
      http://militera.lib.ru/research/suvorov12/06.html

  27. jeanfrancoiscouture dit :

    @apocalypse, 09:30: «J’écoutais un analyste hier à TVA et effectivement, avoir des sous-marins nucléaires avec la Chine dans le coin est une position qui se défend, mais si, comme vous dites, la France pouvait aussi en produire, pourquoi ce revirement de veste?»

    Le problème avec les submersibles nucléaires français c’est que la France ne les met pas sur le marché. Elle préfère conserver pour elle la technologie nucléaire utilisée. Cette approche autonomiste en matière de défense remonte au Général De Gaulle.

    Quant à la décision tripartite (G-B., Aus, USA) il va sans dire qu’il est normal que la France en soit ulcérée tant pour le volet commercial que pour le volet perte d’influence dans la zone Asie-Pacifique face à une Chine de plus en plus décomplexée et arrogante. Malgré l’arrivée du trio dans des eaux qu’elle considère comme les siennes, la Chine doit quand même secrètement jubiler de voir que l’Europe, par le biais de la France, risque de devenir un terrain plus accueillant à ses initiatives comme sa «Route de la soie». Voir des «alliés» se botter ainsi le derrière a certainement quelque chose de jouissif.

    1. fylouz29 dit :

      Peut on arrêter de parler sans savoir sur ce blogue ?

      « L’ironie est que la France disposait de la propulsion nucléaire dans ses sous-marins Barracuda ; et si l’Australie avait opté pour cette option lors de la signature de l’accord en 2016, les Français auraient pu dire : « D’accord, nous allons reproduire notre technologie et vous la donner ». Dans ce cas, l’Australie serait sans doute sur le point de se faire livrer son premier sous-marin nucléaire.

      Mais les Australiens ont demandé une propulsion conventionnelle, ce qui a retardé le programme français et donne désormais à la France une bonne raison d’être irritée par ce nouvel accord. »

      https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/pourquoi-les-sous-marins-nucleaires-sont-un-choix-militaire-judicieux-pour-l-australie-face-a-la-chine-892608.html

  28. A.Talon dit :

    «Et qui fera perdre à la France un méga contrat de sous-marins avec l’Australie.»

    Oui mais, qui dit rupture de contrats, dit indemnisations financières. Et un contrat rompu de 60 G$ US pourrait tout de même rapporter quelques milliards de dollars en compensation au gouvernement français et à son complexe militaro-industriel. Possiblement une dizaine de pourcents de la valeur du contrat original. Suffit de se rappeler de l’annulation du contrat des hélicoptères militaires par Jean Chrétien en 1993: un contrat de 5,8 milliards de dollars de l’époque dont il aura fallu néanmoins payer une tranche de 500 millions tout à fait inutilement. Pas grave, c’est le contribuable qui paye…

    «Ottawa veut des hélicoptères maritimes» (2003-12-17)
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/141499/helico-contrat

  29. constella1 dit :

    Je remets mon post de jeudi

    Ce qui est à retenir toutefois c’est l’habituel indépendance de l’Australie
    qui avec cette entente s’arrime dorénavant avec les us

    Les Australiens seraient déjà en colère car sont contre le nucléaire et la pénalité pour briser le contrat ce sont eux qui en paieront la facture

    Les avantages du nucléaire des s-m est indéniable ds la motivation de l’Australie
    Mais
    La France refuse de transmettre ou partager ses technologies nucléaires par prudence selon ce que j’en ai compris alors très peu de vente de ce coté sont faites
    Par contre la France ou naval group a quand-mène son carnet en partie rempli avec le Brésil l’Inde et d’autres commandes de barracudas et propulseurs d’engins mais on n’a pas nommé les pays qui ont fait ces commandes

    1. fylouz29 dit :

      Soupir…

      https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/pourquoi-les-sous-marins-nucleaires-sont-un-choix-militaire-judicieux-pour-l-australie-face-a-la-chine-892608.html

      « L’ironie est que la France disposait de la propulsion nucléaire dans ses sous-marins Barracuda ; et si l’Australie avait opté pour cette option lors de la signature de l’accord en 2016, les Français auraient pu dire : « D’accord, nous allons reproduire notre technologie et vous la donner ». Dans ce cas, l’Australie serait sans doute sur le point de se faire livrer son premier sous-marin nucléaire.

      Mais les Australiens ont demandé une propulsion conventionnelle, ce qui a retardé le programme français et donne désormais à la France une bonne raison d’être irritée par ce nouvel accord. »

      1. constella1 dit :

        D’abord je vous dirai on se calme
        ET
        J’ai pris ça sur France 2 info et ironie à vous lire on dit la même chose au bout du compte
        Je ne dis pas qu’ils ont tord je dis que selon ce qui a été avancé était que la France n’était ait pas chaude a l’idée de transférer leur technologie militaire à d’autres pays à la base .Si Vs avez une récrimination à faire à ce sujet communiquez avec France 2 n

  30. A.Talon dit :

    Cette phrase tirée de l’article du NYT me laisse perplexe. Qu’en pensez-vous?

    «Les sous-marins étaient basés sur une technologie de propulsion dont la portée était si limitée et qui était si facile à détecter par les Chinois qu’elle serait obsolète au moment où les premiers sous-marins seraient mis à l’eau, peut-être dans 15 ans.»

    D’accord pour le rayon d’action limité d’un sous-marin conventionnel mais je doute du reste de la phrase. Et le but original de ce contrat n’était-il pas de s’équiper pour patrouiller les côtes australiennes?

    1. A.Talon dit :

      Tiens, j’ai finalement trouvé à quoi me fait penser cette phrase du NYT:
      à ces attaques propagandistes de F*ck Niouze contre le Danemark en 2018, ce gros méchant pays «communiste» dont le Drumpf voulait voler le Groenland…

      1. Haïku dit :

        A.Talon
        💯excellent 💯
        Merci de l’envoi !

  31. Danielle Vallée dit :

    J’ai l’image de Dominique de Villepin, aux Affaires étrangères de la France, qui avait attaqué Bush pour la déclaration de la guerre en Irak.
    Il a été vilipendé et les américains ont renommé les ‘french fries’. Et pourtant, avec le temps….de Villepin avait amplement raison.

    Peut-être que Macron est irrité, alors que le retrait de l’Afghanistan n’est même pas encore fini, alors que les réfugiés n’ont pas été placés, de voir que le premier acte international de Biden c’est d’aller piquer la Chine. Mais peut-être que Biden avait besoin de faire un coup d’éclat pour faire oublier ma phrase précédente!

    Ah si tout le monde se calmait et s’occupait de ses propres problèmes internes.
    Le problème des testicules enflées est peut-être un problème réel finalement (lol).

  32. A.Talon dit :

    HORS SUJET, quoique…

    Au fait comment vont les chasseurs F-18 australiens usagés achetés «à bas prix» par le Canada pour boucher les trous de sa défense aérienne en attendant de se procurer une nouvelle flotte pour remplacer ses CF-18 vieillissants? Pas fort, semble-t-il…

    «Most of the used fighter jets bought by Canada are still not in service, MPs hear — Major radar upgrades to the existing fleet are expected to take up to five years» (2020-12-11)
    https://www.cbc.ca/news/politics/f18-fighter-jets-canada-australia-1.5836504

  33. jeani dit :

    @A. Talon

    « Si facile à détecter par les Chinois… »

    Je reprends ce petit bout de phrase seulement pour ironiser sur ce bris de contrat.

    Les Australiens auraient dû se tourner vers les Chinois pour la construction de leurs sous-marins. C’est assuré que les Chinois leur auraient construits des sous-marins indétectables par … les Australiens eux-mêmes.

    😎😎

    1. Guy LB dit :

      @ jeani : 👌… et drôle en plus !
      Vous nous comblez.

  34. A.Talon dit :

    «Il faudra que Blinken sorte son français du dimanche pour réparer la brèche.»

    Les grandes manoeuvres diplomatiques sont déjà commencées. D’une manière ou d »une autre, ces deux alliés historiques ont besoin l’un de l’autre, quoique pas au même niveau ni avec la même intensité.

    «Washington tente d’apaiser l’ire de Paris dans l’affaire des sous-marins australiens»
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1824645/france-australie-sous-marins-propulsion-nucleaire

  35. jcvirgil dit :

    La relation de la France et des États-Unis en est une d’amour haine.On se souvient tous de la leçon donnée par Dominique de Villepin au conseil de sécurité de l’ONU en 2003 avant l’entrée en guerre des États-Unis en Irak sous la fausse prétention que le pays détenait des ADM, alors que Colin Powell faisait un fou de lui avec sa petite fiole de poison.

    Les Américains n’ont pas oublié et les français ont été exclus des juteux contrats de reconstruction.

    Auparavant lors du génocide Rwandais l’oncle Sam s’est aussi infiltré dans une région où la France avait une grande influence en soutenant le FPR de Paul Kagame pour prendre le pouvoir au Rwanda . L’assassinat des présidents du Rwanda et du Burundi déclenche le génocide des Tutsis par les extrémistes Hutu.

    L’opération et la guerre civile qui en a découlé en embrasant aussi le Congo , visait à sortir la France d’une des régions comptant les plus grandes richesses naturelles de la planète selon l’écrivain et essayiste Robin Philpot , qui a été accusé de négationnisme face au génocide ,mais soutenu par le congrès rwandais du Canada.,

  36. titejasette dit :

    Je me tiens un peu en recul du sujet, compte tenu de mon manque de connaissance du dossier, et ce malgré tous les intrants qui me parviennent de ce blogue depuis ce matin.

    Il y a le post de A. Talon qui m’interpelle (11h09). Je le cite « Tiens donc. Le Canada, fidèle allié du Nord, pays industrialisé avancé et meilleur client des USA, ne figure étrangement pas dans cet accord. Pourquoi? Le Canada n’aura-t-il pas besoin de sous-marins lui aussi un de ces jours? Et le Canada ne fait-il pas partie de la même grande ‘famiglia’ si chère à certains tenants de la suprématie anglo-saxonne?  »

    Non A. Talon, voulez-vous SVP nous laisser (les Canadiens) en dehors de cette préparation à la guerre nucléaire ?

    Je crois que l’acquisition de ces sous-marins est extrêmement irresponsable et menace notamment la stabilité dans la région indopacifique. Elle remet en cause les efforts internationaux de non-prolifération nucléaire.

    « 60 milliards de dépenses pour des joujous basés sur une technologie de propulsion dont la portée était si limitée et qui était si facile à détecter par les Chinois qu’elle serait obsolète au moment où les premiers sous-marins seraient mis à l’eau, peut-être dans 15 ans ? » Il y a bien d’autres dépenses plus utiles pour les canadiens, amettons-le !

    1. A.Talon dit :

      «Non A. Talon, voulez-vous SVP nous laisser (les Canadiens) en dehors de cette préparation à la guerre nucléaire ?»

      Vous êtes touchante de naïveté et de bons sentiments mais les relations internationales sont autrement plus dures et impitoyables que vous ne le pensez. Particulièrement quand il est question de géostratégie. «Si vis pacem, para bellum.» Pensez-vous qu’Hitler se serait aventuré à conquérir l’Europe avec ses armées si on lui avait opposé une forte alliance militaire de type OTAN? Non, bien entendu. De leur côté, les Soviétiques ont toujours su se contenir parce qu’on les tenaient en joue constamment. Il n’en sera pas autrement dans l’avenir avec la Chine si on tombe en guerre froide avec elle, ce qui est fort probable sur le long terme.

  37. titejasette dit :

    @A.Talon

    Je ne crois pas être habitée par la naïveté et les bons sentiments. Si je l’étais, alors comment expliquez-vous les raisons pour lesquelles les chefs d’État canadiens et notre armée n’ont pas jugé nécessaires de nous préparer à cette guerre nucléaire avec les achats de ce type de joujous ?

    Nous faisons partie de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ; en anglais : North Atlantic Treaty Organization ou NATO) laquelle est une organisation politico-militaire qui nous protège ainsi que 28 autres pays. L’Australie n’en fait pas partie.

    Si la Chine attaque la Canada, c’est comme si elle attaquait les 28 autres pays incluant les USA et dont la plupart sont industrialisés, des alliés de pays solidaires entre eux, de bons clients qui importent des biens chinois et qui les ont fait sortir de la pauvreté. La Chine aura encore besoin de nous, de tous ces beaux monde comme de bons consommateurs.

    PS. Pourquoi l’Australie n’en fait pas partie ? Je n’en sais rien. Quelqu’un peut me l’expliquer ?

    1. A.Talon dit :

      «Si la Chine attaque la Canada, c’est comme si elle attaquait les 28 autres pays incluant les USA et dont la plupart sont industrialisés»

      Pas sûr que le champ d’action de l’OTAN inclurait l’Asie-Pacifique, selon ses statuts. Pas sûr non plus que la solidarité serait sans faille entre les États membres. Pensez au Drumpf qui refusait, il y a quelques années, de s’engager à protéger les États Baltes en cas d’invasion russe…

      «Pourquoi l’Australie n’en fait pas partie ? Je n’en sais rien. Quelqu’un peut me l’expliquer ?»

      Vous venez vous-même de répondre à cette question dans votre second paragraphe. L’Australie n’est ni un pays européen ni un pays bordant l’Océan Atlantique. Voilà tout. Le but originel de cette organisation était la défense commune contre l’Union Soviétique, ne l’oubliez pas. Nul doute selon moi qu’une organisation de défense du même type [ou une extension mondiale de l’OTAN] prendra tôt ou tard naissance dans la région de l’Asie-Pacifique.

      1. A.Talon dit :

        «Nul doute selon moi qu’une organisation de défense du même type [ou une extension mondiale de l’OTAN] prendra tôt ou tard naissance dans la région de l’Asie-Pacifique.»

        Ce nouveau pacte trilatéral de défense (AUKUS) signé entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie à l’occasion de la fameuse entente commerciale sur les futurs sous-marins australiens en est d’ailleurs peut-être la prémisse…

        «Aukus: UK, US and Australia launch pact to counter China»
        https://www.bbc.com/news/world-58564837

      2. titejasette dit :

        @A.Talon

        Pourquoi l’Australie ne faisait pas partie de l’OTAN ?

        Elle vient d’annoncer (il y a 2 jours) que les 3 pays, soit le Royaume-Uni, les États-Unis et elle-même vont signer un pacte de sécurité historique dans la région Asie-Pacifique, dans ce qui est considéré comme un effort pour contrer la Chine (selon votre lien sur le pacte Aukus).

        Toujours selon votre lien…

        « L’Australie pourra ainsi construire des sous-marins à propulsion nucléaire pour la première fois, grâce à une technologie fournie par les États-Unis.

        Le pacte Aukus, qui couvrira également l’IA et d’autres technologies, est l’un des plus grands partenariats de défense des pays depuis des décennies, selon les analystes.

        La Chine a condamné cet accord, le qualifiant d' »extrêmement irresponsable ».

        Le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré qu’il « porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité régionales et intensifie la course aux armements ».

        L’ambassade de Chine à Washington a accusé les pays de « mentalité de guerre froide et de préjugés idéologiques ».

        Le pacte a également créé un conflit avec la France, qui a maintenant perdu un accord avec l’Australie pour la construction de 12 sous-marins.

        « C’est vraiment un coup de poignard dans le dos », a déclaré le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à la radio France Info.

        Le nouveau partenariat a été annoncé lors d’une conférence de presse virtuelle conjointe entre le président américain Joe Biden, le Premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue australien Scott Morrison, mercredi.

        Et si la Chine n’a pas été mentionnée directement, les trois dirigeants ont évoqué à plusieurs reprises les problèmes de sécurité régionale qui, selon eux, ont « augmenté de manière significative ».

        S’adressant à la BBC, le ministre britannique de la défense, Ben Wallace, a déclaré que la Chine « se lance dans l’une des plus grandes dépenses militaires de l’histoire ».

        « Elle développe sa marine et sa force aérienne à un rythme effréné. Il est évident qu’elle est engagée dans certaines zones contestées », a-t-il déclaré. « Nos partenaires dans ces régions veulent être en mesure de défendre leurs propres intérêts ».

        Ces dernières années, Pékin a été accusé d’attiser les tensions dans les territoires contestés comme la mer de Chine méridionale.

        Jeudi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que le pacte permettrait de « préserver la sécurité et la stabilité dans le monde » et de générer « des centaines d’emplois hautement qualifiés ».

        Il a également déclaré que la relation avec la France était « solide comme un roc ».

        Selon les analystes, l’alliance Aukus est probablement l’accord de sécurité le plus important conclu entre les trois nations depuis la Seconde Guerre mondiale…

        Si les sous-marins australiens constituent l’objet principal du pacte, Aukus prévoit également le partage de capacités informatiques et d’autres technologies sous-marines.

        Il s’agit d’une occasion historique pour les trois nations, avec des alliés et des partenaires partageant les mêmes idées, de protéger des valeurs communes et de promouvoir la sécurité et la prospérité dans la région indo-pacifique », peut-on lire dans la déclaration commune.

        Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

        Voici ma conclusion.

        1- Ainsi donc, les USA se sont débarrassés des Français et ont fait perdre à la France un méga contrat de sous-marins avec l’Australie. Simultanément ils se sont offerts comme gardien de sécurité à l’Australie avec la signature de ce pacte. Il est question que ce pacte créera « des centaines d’emplois hautement qualifiés » et on fabriquera des sous-marins avec de la technologie américaine.

        En d’autres mots, avant l’Australie ne faisait pas partie ni de l’Otan, ni de l’Aukus. Elle devait passer par la France pour s’équiper de sous-marins fabriqués par les Français. Maintenant le pays de l’oncle Sam s’occupera de tout tout tout et de $$$$…L’australie peut dormir tranquille..

        2- Je vous retourne à ma première question. Je vais tenter d’y répondre.

        Le Canada fait partie de l’Otan. Pourquoi nous ne sommes pas équipés de sous-marins nucléaires ? Il n’est pas question pour nous d’en faire fabriquer. S’il y en avait un besoin, depuis longtemps nos chefs d’États auraient passé des commandes aux fabriquants américains.

        Le problème avec l’Australie c’est un problème de sécurité régionale. Il parait que la Chine a des disputes territoriales avec plusieurs pays, entre autres le Viet-Nam.

      3. Robert Giroux dit :

        « Pourquoi l’Australie ne faisait pas partie de l’OTAN ? » (TJ)

        Heu … Possiblement parce que l’OTAN est une alliance de pays d’Europe et d’Amérique du Nord
        dont l’acronyme veut dire Organisation du Traité de l’ATLANTIQUE NORD.

      4. A.Talon dit :

        Ajout à mon commentaire du 18 septembre à 15h17:

        La nouvelle coopération militaire entre le japon et l’Inde me paraît également être la prémisse de cette future OTAN du Pacifique. On en est maintenant rendu à faire des manoeuvres militaires conjointes, pour l’instant remises à plus tard pour cause de pandémie. Détail intéressant, les avions de chasse indiens seraient de conception russe.

        «Why Is Japan So Eager To Train With Sukhoi Jets From The IAF»
        https://youtu.be/wsIcwf4yjeY

        INTRO: «In late 2019, during the first ‘2+2’ meeting between India’s foreign and defence ministers, the two countries agreed to perform a military exercise using its fighter planes. However, due to the COVID-19 pandemic, the scheduled drill had to be postponed It would have been the first joint training exercise between the two countries, who have previously conducted drills involving warships, land forces, and transport aircraft from their respective air forces. The fighter exercise, scheduled for mid-2020, would have included the Indian Air Force sending its Russian-designed Su-30MKI jets to the Komatsu air base to train alongside the Japan Air Self-Defense Force’s F-15J fighters. According to the Sankei Shimbun, this will be the first time the Japan Air Self-Defense Force , conducts a training exercise with a Russian-designed aircraft. According to the report, the Indian Air Force will send six Su-30MKI fighter jets to the anticipated drill. According to the Sankei Shimbun, the countries had planned to perform a fighter exercise with the Japan Air Self-Defense Force ‘s F-2 fighters at the Hyakuri air base in July, but this was also postponed due to India’s COVID-19 second wave. The F-2 is a Japanese fighter that is based on the design of the American F-16.»

  38. claude400 dit :

    Il faut spécifier ici que l’appel d’offre de l’Australie était pour des sous-marins non nucléaires. Ce sont les Australiens qui ont posé cette condition. Il faut rappeler que l’Australie est très anti-nucléaire. Elle interdisait l’accès à ses ports à tout navire militaire à propulsion nucléaire. Il y a eu des manifestations contre des essais nucléaires français dans le Pacifique. Donc, le choix du diesel n’était pas celui de la France, mais bien celui des Australiens. Aussi, les pays ayant des sous-marins nucléaires sont très limités (USA, Russie, France, UK, Chine, Inde). Il y avait une entente tacite pour ne pas élargir le nombre de pays possédant cette arme. Ça faisait aussi partie des raisons pour lesquelles l’Australie avait fait un appel d’offre pour une propulsion diesel. Là, les Américains viennent d’ouvrir une porte pour d’autres pays qui voudraient se doter de sous-marins nucléaires. La Russie, la Chine ou la France se sentiront plus libres de le faire. Encore une fois les États-Unis donnent le mauvais exemple. Les Américains possèdent déjà plus de sous-marins nucléaires que tous les autres pays du monde réunis. Leur budget militaire à lui seul équivaut au budget militaire des dix pays suivants dans la liste. Encore une fois, on verse dans l’excès. La force de dissuasion américaine n’avait pas besoin de ça pour être efficace. La prochaine étape sera des sous-marins nucléaires américains pour le Japon. Pour maintenir le complexe militaro industriel américain, il faut amplifier les menaces.

    Encore une fois, les Américains montrent la nullité de leur politique étrangère et de leurs décisions géostratégiques. Le tournant du millénaire a été particulièrement catastrophique pour eux avec les décisions sur l’Afghanistan et l’Irak, mais surtout, et on en parle trop peu, avec la stupide décision de laisser la Chine accéder à l’OMC sans engagement démocratique. On a laissé le Parti Communiste Chinois se servir du capitalisme pour se développer et se renforcer de manière énorme, mais en leur permettant de demeurer une dictature. Clinton et W Bush sont responsables de cette décision catastrophique. Encore une fois, les USA ont créé leur ennemi, comme en Afghanistan, comme avec l’intégrisme islamique, comme en Iran avec le coup d’état de la CIA contre Mossadegh. Ils continuent de se comporter en cowboys pas de tête.

    Chirac leur avait dit de ne pas aller en Irak. De Gaulle leur avait dit de ne pas aller au Viet Nam. La France aurait dû savoir que les États-Unis ne sont pas un allié fiable pour elle. Qu’au final ils se collent toujours sur la Grande-Bretagne, et par extension sur les pays de langue anglaise. Ce n’est pas d’hier. De Gaulle avait vu juste en se retirant de l’OTAN. Il avait aussi vu juste en refusant au Royaume-Uni l’accès à l’Union Européenne. Ce sont les Britanniques eux-mêmes qui ont voulu en sortir par la suite. Mais De Gaulle avait vu que le Royaume-Uni était d’abord et avant tout un vassal des États-Unis. Ceux qui connaissent l’histoire savent que c’est le président américain Wilson qui a dicté en bonne partie le traité de Versailles après la première guerre mondiale et que pour que les Français signent le traité, Wilson avait accepté d’y inclure une clause garantissant l’aide américaine en cas d’attaque allemande dans le futur. Wilson est ensuite retourné aux États-Unis et n’a pas été foutu de faire entériner le traité de Versailles par le congrès. Les États-Unis n’étaient donc plus tenus par le traité et la signature de leur président. La France s’est donc retrouvée seule encore face aux Allemands et on connaît la suite. Les Britanniques ont retenu la France dans les années 30 de faire respecter le traité de Versailles alors que l’Allemagne était encore faible. Les Britanniques ont tenté d’apaiser Hitler, les Américains, eux, n’ayant pas respecté la signature de Wilson ont joué la carte de l’isolationnisme et de l’America First, et la France s’est fait avoir sur toute la ligne. La morale de cette histoire, ne jamais se fier aux Américains, ce sont des ignares à gros bras qui n’apprennent rien de l’Histoire et sont incapables de tenir une politique à très long terme.

    1. A.Talon dit :

      «Les Américains possèdent déjà plus de sous-marins nucléaires que tous les autres pays du monde réunis. Leur budget militaire à lui seul équivaut au budget militaire des dix pays suivants dans la liste.»

      Un budget militaire hypertrophié vs un budget social atrophié. Beau choix de priorités, en effet. C’est ça les États-Unis d’aujourd’hui: un déséquilibre budgétaire intenable pour le bien-être de la population civile. Vous souvenez-vous qu’elle fut la raison fondamentale de l’effondrement de l’Union Soviétique il y a une trentaine d’années? La même, bien entendu…

      1. A.Talon dit :

        OUPS! «quelle fut la raison»

    2. Robert Giroux dit :

       » … Les Britanniques ont tenté d’apaiser Hitler … »

      En 1933, arrivée au pouvoir d’Hitler.
      Staline lit Mein Kampf, ode à l’impérialisme allemand où Hitler indique clairement son désir de conquérir le fameux “Lebensraum”, les colonies de l’Est (c’est vrai que les allemands avaient pris de sérieux retards sur les conquêtes coloniales par rapport aux anglais et aux français).

      Les soviétiques voient le danger et se tournent donc vers les pays occidentaux, la France et l’Angleterre, à la recherche d’une alliance. Seulement voilà, les démocraties occidentales se disent qu’elles tiennent en Hitler le moyen de se débarrasser de l’ogre rouge, menaçant de contaminer idéologiquement leurs propres pays.
      Les demandes soviétiques sont donc rejetées et on permet à l’Allemagne nazie de se réarmer, grâce, en autre, aux investissements des grandes compagnies américaines comme Ford et de la Banque d’Angleterre qui financent le redressement de l’industrie lourde allemande.

      La mal nommée “politique d’apaisement” débute alors, en fait une incitation à l’égard d’Hitler d’attaquer l’Union Soviétique.
      Du côté anglais par exemple, Lloyd George, Lord Halifax, Lord Astor, Norman Montagu (gouverneur de la Banque d’Angleterre), soutenaient les initiatives de l’Allemagne vers l’Est.
      Le Duc de Windsor, qui se rendit à Berchtesgaden avant guerre, avoua bien plus tard en 1966 : “[Hitler], me fit comprendre que la Russie communiste était le seul ennemi et que la Grande-Bretagne ainsi que tout le reste de l’Europe avaient intérêt à encourager une marche allemande vers l’Est pour y détruire le communisme une fois pour toutes… Je croyais que nous pourrions être des spectateurs tandis que les nazis et les communistes se feraient la guerre”.

      Dans cette perspective, on comprend mieux l’attitude bienveillante des français et anglais à l’égard d’Hitler pendant les accords de Munich et l’abandon de la Tchécoslovaquie. D’une certaine manière, on pourrait dire que les français et anglais ont été pris à leur propre piège.

      C’est finalement Staline qui en concluant le pacte avec Hitler a incité celui-ci à les attaquer. Tous ces pays étant hostiles à l’Union Soviétique, il était en effet plus sûr pour sa sécurité de les lancer les uns contre les autres, en espérant que cela dure le plus longtemps possible.

      Et pour que le conflit dure, on livre du pétrole et des vivres à l’Allemagne, qui avait perdu la Première guerre mondiale par manque de ressources. L’avantage du pacte était également de récupérer les territoires perdus sur la Pologne et ainsi constituer un “glaci” géographique plus important face à une future invasion qui arriverait un jour ou l’autre.
      Du temps et des territoires, c’est ce qui permettra à l’armée rouge de résister tant bien que mal au blitzkrieg à l’été 1941.

    3. fylouz29 dit :

      ENFIN un commentaire intelligent… Je commençais à désespérer à la lecture de tous ces commentaires parsemés d’erreurs factuelles.

  39. spritzer dit :

    La France ne fait juste pas partie du club des bons amis…
    https://imagizer.imageshack.com/img924/7320/vpLVyG.jpg

    1. Haïku dit :

      😉 !!!

  40. Jean Létourneau dit :

    JE SUIS SUB-IDIOT

    Quelqu’un peut m’expliquer à quoi servent les sous-marins dans le troisième millénaire?
    Le concept d’un habitacle étanche et submersible remonterait à l’Antiquité. Le XVème siècle a vu plusieurs idées éclore pour améliorer le concept, y compris des plans par Léonard de Vinci. Le premier sous-marin militaire expérimental date de 1774. Ils ont joués des rôles évidents durant les deux grandes guerres. Je comprends que ce sont maintenant des engins furtifs, Mais l’Australie a-t-elle les moyens de se payer des jouets de ce prix? Ce volet de la course à l’armement me dépasse.

    J’ai besoin d’un cours SUB 101 pour les nuls…

    1. gl000001 dit :

      Un livre pour vous alors :
      https://www.amazon.ca/Complete-Idiots-Guide-Submarines/dp/0028644719
      2003. Il date un peu 😉

      1. Jean Létourneau dit :

        @gl quintuple zéro un
        Merci. J’ai trouvé ceci depuis:

        https://www.navy.gov.au/sites/default/files/documents/CN_ASPI_Speech_09April2014.pdf

        Une conférence par le chef de la marine australienne le vice-amiral Griggs en avril 2014. Le PDF fait 9 pages. Une partie est traduite ici. Le dernier paragraphe est la conclusion. MA CONCLUSION: l ‘achat de sous-marins pour remplacer ceux de classes Collins doit être vu comme une assurance (extrêmement remplacé par) excessivement onéreuse.

        Conférence de l’ASPI sur les sous-marins du futur
        Le rôle des sous-marins dans une stratégie maritime
        VADM Ray Griggs, Chef de la Marine
        9 avril 2014

        Ministre de la Défense, Sénateur l’honorable David Johnston, M. Stephen Loosley, M. Peter Jennings, anciens chefs de la Marine, Mesdames et Messieurs. Je suis ravi de pouvoir vous parler des sous-marins dans la stratégie maritime de l’Australie. Puis-je commencer par saluer le peuple Ngunawaal, les propriétaires traditionnels de cette terre sur laquelle nous nous rencontrons et présenter mes respects à leurs aînés passés et présents

        La récente étude NRMA sur la sécurité des combustibles liquides en Australie est pour moi un exemple significatif. Qui, ici, est vraiment convaincu qu’une grave interruption de nos approvisionnements en combustible liquide dans ce pays aurait, en l’espace d’un mois, des répercussions importantes sur notre économie et notre société ?

        Les sous-marins de la classe Oberon que nous avons achetés dans les années 1960 étaient parmi les plus grands sous-marins conventionnels du monde à l’époque. Ils ont été conçus et construits pour des opérations dans le monde entier et avaient la portée et l’endurance nécessaires à cet effet. Les classes suivantes de sous-marins britanniques étaient à propulsion nucléaire, à l’exception de la classe Upholder, qui a été construite pour les opérations de la guerre froide en mer du Nord et dans la zone de séparation Groenland-Islande-Royaume-Uni.

        À ce stade, il convient d’aborder la question des sous-marins à propulsion nucléaire – juste pour anticiper les inévitables questions. L’énergie nucléaire est certainement un moyen très efficace d’alimenter un sous-marin, mais ce n’est pas une alternative simple et peu coûteuse à une centrale diesel-électrique. Il y a un coût important en termes d’infrastructure à terre et de main-d’œuvre, non seulement en termes de nombre mais aussi en termes d’investissement à long terme dans le capital humain, que nous n’avons tout simplement pas fait. Un investissement qui est crucial pour l’exploitation sûre d’une flotte de navires à propulsion nucléaire. En l’absence d’un secteur national de l’énergie nucléaire beaucoup plus important, il n’est tout simplement pas viable pour l’Australie d’envisager l’énergie nucléaire pour cette prochaine génération de sous-marins. Étant donné que les grands sous-marins conventionnels sont les plus appropriés à notre situation, il est également important de comprendre les conséquences d’une telle décision, notamment en raison de l’intégration étroite du processus de conception des sous-marins. Il y a des raisons pour lesquelles les plus grands sous-marins conventionnels du monde – dont la plupart sont exploités par le Japon et l’Australie – ont à peu près la taille d’un bateau de la classe Collins. Les sous-marins de cette taille représentent un équilibre efficace entre la capacité de propulsion, le volume interne nécessaire pour accueillir l’équipement, le carburant, les armes et les personnes, et la logistique nécessaire pour les soutenir pendant des missions de longue durée. Si vous modifiez l’un de ces paramètres, les conséquences sont nombreuses : plus de volume interne signifie une coque plus longue ou plus large, qui nécessite plus de puissance, d’où des moteurs plus gros, qui occupent une plus grande partie du volume interne… Vous pouvez voir comment cela se passe.

        De nombreux pays recherchent le poids stratégique qu’apporte une capacité sous-marine – et de nombreux pays de notre région ont récemment acquis ou cherchent à acquérir des sous-marins. Selon les projections actuelles, d’ici 2030 – si l’on exclut les États-Unis et nous-mêmes – environ la moitié de tous les sous-marins du monde seront basés dans la région indo-pacifique. Une proportion nettement plus importante si l’on inclut les États-Unis et nous-mêmes. Plus de la moitié des sous-marins du monde opèrent dans la région par laquelle passe l’ensemble de notre commerce maritime – quatre-vingt-dix pour cent de tout ce qui nous concerne, ainsi que nos alliés, partenaires et voisins, passe par cette région. Et pour quoi les sous-marins sont-ils conçus ? Ils constituent une capacité offensive, destinée à couler des navires et d’autres sous-marins. Certes, ils accomplissent d’autres tâches, mais cette capacité offensive est le pain et le beurre du « métier ». En raison de leur puissance, nos sous-marins peuvent avoir un effet dissuasif conventionnel puissant. Cet effet dissuasif s’opère de deux manières distinctes. La première est assez bien connue – leur capacité offensive signifie qu’un adversaire potentiel doit se demander si l’utilisation de la force contre les intérêts australiens est judicieuse, réalisable ou sans risque d’une réponse australienne. Il s’agit d’un effet dissuasif immédiat et direct. Mais il y a aussi un effet dissuasif à beaucoup plus long terme. En ayant des sous-marins aussi performants dans l’ordre de bataille de l’ADF, tout adversaire potentiel doit être capable de vaincre notre capacité sous-marine. Et, comme de nombreux membres des marines et des forces aériennes du monde entier peuvent en témoigner, la guerre anti-sous-marine est l’une des disciplines de guerre maritime les plus complexes à maîtriser. Elle nécessite une série de capacités haut de gamme coûteuses – unités de surface, aériennes et sous-marines – qui doivent être développées et entretenues pendant de nombreuses années.

        Nous ne pouvons pas dire exactement où et quand l’Australie aura besoin de ses futurs sous-marins et de tout le poids stratégique qu’ils apportent. Mais leur effet dissuasif continuera à jouer un rôle important en contribuant à la sécurité de notre région intrinsèquement maritime, grâce à leur capacité à combattre et à gagner en mer.

    2. cotenord07 dit :

      @ Jean Letourneau :

      Il faut distinguer les sous-marins porteurs de missiles intercontinentaux à charge nucléaire des sous-marins d’attaque.

      L’Australie veut des sous-marins d’attaque et ce sont ceux-ci que je vais brièvement décrire.

      La première mission des sous-marins d’attaque est d’attaquer et de neutraliser des navires et sous-marins ennemis, y compris les sous-marins porteurs de missiles intercontinentaux à charge nucléaire.

      Mais les sous-marins d’attaque peuvent aussi être employés pour diverses autres missions importantes, dont des missions d’espionnage dans les eaux territoriales d’autres pays, des missions d’insertion discrète de commandos des forces spéciales, des missions visant à installer des dispositifs d’écoute sur des câbles de télécommunications sous-marins, des missions visant à sectionner ces câbles, etc., etc.

  41. titejasette dit :

    @cotenord007 (?) 😉 Mr Bond – 7h37

    Il y a beaucoup de gérants d’estrade sur ce blogue (je n’ai pas utilisé le mot belle-mère et c’est voulu car les hommes en beurrent assez épais plus que les femmes sur ce blogue). Quand on parle de guerre et des info techniques, les hommes sont plus connaisseurs que les femmes. Des faussetés techniques, des n’importe quoi, ça infeste ce blogue. C’est historique (car les hommes depuis l’antiquité sont les premiers à avoir déclenché les guerres). Ils sont les premiers à nous (les femmes) impressionner avec leurs soi-disant connaissances.

    Ceci étant dit sauf votre respect, vous êtes parmi ceux dont je lis les posts en totalité. Je crois que vous avez une formation militaire (ou si non, les questions relatives à la guerre vous passionnent). Vos détails techniques sur les drones, sur les sous-marins … sont massifs et fouillés.

    Je vous cite: il y a deux types de sous-marins: les sous-marins porteurs de missiles intercontinentaux à charge nucléaire des sous-marins d’attaque.

    « L’Australie veut des sous-marins d’attaque » Tite précision ? Les 3 partenaires de l’Aukus veulent des sous-marins d’attaque (à moins que ça soit seulement les USA qui les VEULENT, c’est eux-autres les décideurs ? Non ?).

    Quoi qu’il en soit, c’est une décision militaire qui devrait être gardée confidentielle entre les 3 partenaires du pacte Aukus.

    Je vais me faire un expert militaire de moi: avec la Chine, ils devraient se doter des 2 types de sous-marins… On ne sait jamais ce qu’il pourrait leur arriver. Bien sûr, je n’ai rien pour soutenir ma suggestion. Je ne fais que singer les autres experts-militaires de ce blogue. C’est très à la mode et ça impressionne la galerie.

    PS: il fait un temps idéal ce dimanche matin radieux pour une grande marche (ou un ti jogging). Allez prendre un grand bol d’air frais dehors !

  42. citoyen dit :

    toujours une photo pour rien faire.

  43. @titejasette
    @cotenord007

    Merci pour les compléments d’information.

    Je n’ai pas vu d’info qui mentionne pourquoi la motricité nucléaire rejetée hier par l’Australie est maintenant acceptable. Les sous-marins demeurent pour moi un armement dissuasif. Ils n’ont pas été utilisés dans des conflits depuis belle lurette. Ils coûtent très cher l’unité. Ce sont des petites séries et les premiers sous-marins d’un nouveau modèle sont des prototypes à corriger. Les dépenses prévues seront dépassées pour des modifications de développement.

    La population australienne est contre le nucléaire et je supporte leur choix. On ne sait jamais comment on disposera des piles nucléaires de ces engins. D’un autre côté, fabriquer des modèles classiques, c’est se résoudre à une technologie moins compétitive et dépassée vs celle des autres joueurs amis ou ennemis (Chine et ÉU). L’entente Aukus permet de construire plus d’unités d’un même modèle, mais contreint l’Australie au nucléaire.

    Au final, l’acquisition de sous-marins est semblable à celle de missiles balistiques contrôlés par des accords internationaux pour les pays participants. On ne les utilise pas, on espère qu’ils feront peur. Ces armements dissuasifs sont une police d’assurance qui coûte chère, trop chère.

    Mon humble avis, arrêter ce programme et se concentrer sur une marine conventionnelle qui a l’avantage de pouvoir aider les civils dans des situations de paix.

    PS:
    @titejasette
    Je me fous qu’un participant de ce blog soit homme, femme, LGBTQ+. Je ne connais pas le genre de cotenord007, mais j’aime lire ses posts, ils sont clairs et référencés. Votre opinion n’est ni pire, ni meilleure parce que vous êtes une femme.

    @cotenord007
    Quel est l’avantage d’avoir des missiles nucléaires mobiles dans les sous-marins vs fixes au sol? Avoir une charge d’une telle puissance à bord du sous-marin semble constituer un danger si on est attaqué?

    1. cotenord07 dit :

      @ Jean Létourneau :

      Les sous-marins lanceurs de missiles balistiques à charge nucléaire font partie de ce qu’on appelle la « triade nucléaire » :

      1) missiles balistiques intercontinentaux, lancés typiquement de silos enfouis dans le sol;
      2) missiles mer-sol balistiques stratégiques, lancés typiquement de sous-marins stratégiques (généralement plus gros que les sous-marins d’attaque); et
      3) bombardiers stratégiques transportant des armes nucléaires, par exemple les B-52 et les B-2 chez les Américains, et, chez les Russes, les Tu-95 Bear (code de l’OTAN) et les Tu-160 Blackjack (code de l’OTAN).

      La triade nucléaire donne une redondance aux moyens de bombardement nucléaire d’un pays, et lui donne donc une relative assurance de pouvoir répliquer de façon efficace, s’il subit une attaque nucléaire émanant d’un pays hostile.

      Les sous-marins porteurs de missiles balistiques sont particulièrement prisés, car ils sont mobiles et difficiles à détecter.

      Le concept de la triade nucléaire relève de la doctrine de la destruction mutuelle assurée (en anglais, « mutually assured destruction » ou MAD), qui date des années 1950-1960, à l’époque de la course aux armements nucléaires entre les États-Unis et l’URSS.

      Je vous fournis l’hyperlien de l’article en anglais de Wikipedias à propos de la triade nucléaire.

      https://en.wikipedia.org/wiki/Nuclear_triad

    2. cotenord07 dit :

      @ Jean Létourneau :

      Comme complément d’information, je vous recommande cet excellent article du périodique français Méta-Défense :

      – « En Australie, Joe Biden ouvre une bien dangereuse boite de Pandore », Méta-Défense, le 16 juin 2021.

      https://www.meta-defense.fr/2021/09/16/en-australie-joe-biden-ouvre-une-bien-dangereuse-boite-de-pandore/

      1. Jean Létourneau dit :

        @cotenord07
        Merci pour le lien. Le point est vu est français,mais quand même valable. L’entente Aukus est un coup de poignard dans le dos. Scott Morrison, le PM australien a dit avoir essayé de contacter Macron avant l’annonce, dérobade de faible. Les Français étaient à quelques mois de signer l’accord final duquel l’Australie n’aurait pas pu se retirer sans payer de gros sous, beaucoup moins que les 400 millions qu’ils devront déboursés. Le rappel par la France des ambassadeurs en Australie et à Washington est plutôt enfantine. Biden doit appeler Macron et essayer de réparer les pots cassés. Des liens sur le réseau d’état australien:
        *https://www.abc.net.au/radionational/programs/breakfast/the-backstory-with-matt-bevan/13549174
        *https://www.abc.net.au/radio/programs/am/frances-fury-heightens-over-ditched-submarine-deal/13549122
        *https://www.abc.net.au/news/2021-09-19/australia-upfront-open-honest-with-france-submarine-deal/100474260

        On entre donc, dans une nouvelle ère de guerre froide, cette fois-ci contre la Chine. L’alignement de Taiwan avec la concentration de technologies occidentales qu’y si trouvent et non-disponibles aux chinois est un enjeu majeur. TSMC le fondeur de puces le plus avancé sur la planète déménagera bientôt une partie de ses installations courantes pour démarrer une nouvelle usine qui doit entrer en production en 2004 à Phoenix, Arizona. Il y aurait 3 sous-marins américains qui sillonneraient le Pacifique pour assurer la sécurité du cargo nolisé pour le transport.

        https://www.maritime-executive.com/article/tsmc-may-charter-its-own-boxship-to-transport-chip-making-equipment

      2. cotenord07 dit :

        @ Jean Létourneau :

        Les États-Unis sont préoccupés depuis un bon moment par la réduction de leur capacité manufacturière dans le domaine des circuits intégrés, en particulier en ce qui concerne les CI qui font partie des systèmes d’armes.

        Voyez le rapport « Supply Chain Risk in Leading-Edge Integrated Circuits » de Laura A. Odell et collab., Institute for Defense Analyses (IDA), mars 2021, hyperlien :

        https://www.ida.org/-/media/feature/publications/s/su/supply-chain-risk-in-leading-edge-integrated-circuits/d-21590.ashx

        Le projet de TSMC doit bien faire leur affaire…

      3. A.Talon dit :

        @ Jean Létourneau 19h09
        «TSMC le fondeur de puces le plus avancé sur la planète déménagera bientôt une partie de ses installations courantes pour démarrer une nouvelle usine qui doit entrer en production en 2004 à Phoenix, Arizona.»

        Bonne chose. Autant Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) que les pays occidentaux [et leurs proches alliés] ont tout intérêt à voir cette entreprise répartir ses capacités de production à travers le Monde, histoire de ne pas mettre tous leurs oeufs dans le même panier géographique. Un tremblement de terre dévastateur [ou une invasion chinoise] est si vite arrivé…

      4. Jean Létourneau dit :

        @cotenord07
        @LeTalonesqueChichille

        Vous êtes une mine (pas antipersonnelle) d’informations de ce type!

        Je suis passé à travers votre rapport en diagonale. Je ne vois pas encore un grand avantage pour les militaires à utiliser des puces gravée à 7nm ou moins, ce que ce rapport appelle « Leading-Edge Integrated Circuits ». Les circuits spécifiques aux militaires sont produites en petites quantités pour des systèmes embarqués qui doivent fonctionner dans des conditions extrêmes (température, humidité, et plusieurs types de rayonnement). La différence entre 7, 10 ou même 20 nm est loin d’être cruciale présentement pour ce type d’utilisation.

        TSMC, tout comme Intel ont des projets pour accroître leur production aux ÉU. Intel sera client de TSMC pour le 7nm et plus petit car ils n’ont pas encore la technologie pour le produire de façon rentable. Oui, l’effet collatéral semble positif pour le militaire mais il y a travers à ce rapport qui me permet de douter. Comme si on voulait donner à Intel un statut particulier de « capital pour la défense » pour se mériter des fonds pour développer plus rapidement et localement les « Leading-Edge Integrated Circuits ».

        Déjà en juillet 2020, TSMC a confirmé qu’elle cesserait d’expédier des plaquettes de silicium (wafers) au fabricant chinois d’équipements de télécommunications Huawei et à sa filiale HiSilicon d’ici le 14 septembre. Comme le mentionne Talon « Un tremblement de terre dévastateur [ou une invasion chinoise] est si vite arrivé… » et le deuxième cas ce qui préoccupe le plus les Américains et l’occident en général.

        Ce que fera la Chine avec Taiwan est au cœur de la nouvelle guerre froide. Il y a des tonnes de brevets et de connaissances américaines utilisées dans cette île qui ne doivent pas tomber aux mains des Chinois. S’ils osaient entrer à Taiwan ce serait une crise internationale géante et les représailles seraient d’ordre quasi-nucléaires.

  44. titejasette dit :

    @Robert Giroux 14h01 – « Pourquoi l’Australie ne faisait pas partie de l’OTAN ? »

    OK j’aurais dû mieux formuler ma question. Elle aurait pu se lire comme suit : Pour quelles raisons l’Australie ne fait-elle pas partie d’un pacte quelconque pour se protéger (pour sa sécurité et bénéficier de défenses collectives comme l’ont fait la vingtaines de pays regroupés dans le pacte de l’OTAN ?

    Je crois que vous aviez très bien saisi le sens de ma question, et ce, même si ma question a été mal formulée.

    Quoi qu’il en soit, ce point est secondaire dans mon post. Le point principal de mon post est la question se rapportant aux sous-marins que le Canada devrait oui ou non dépenser pour leur fabrication, des désenses récurrentes des milliards de $ pour « armer » son armée marine.

    1. cotenord07 dit :

      @ titejasette :

      L’équivalent très approximatif de l’OTAN pour le Pacifique Sud était l’alliance ANZUS, qui regroupait l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis.

      Le pacte ANZUS n’a jamais été officiellement dissous, mais il ne fonctionne plus depuis les années 1980.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/ANZUS

  45. titejasette dit :

    @cotenord07 16h24

    « Le pacte ANZUS n’a jamais été officiellement dissous, mais il ne fonctionne plus depuis les années 1980. »

    C’est bien noté. Merci pour l’info. Je crains que ces renseignements me seront sortis de ma tête dans les prochains heures. Je ne me suis pas très interressée à ces questions se rapportant à la Défense. Je n’ai pas changé. Je crois que ça s’empire avec l’âge. J’ai d’autres intérêts dans ma vie…

    Mes critiques envers la gente masculine ne s’appliquent pas à vous en particulier. J’espère que vous l’aviez compris. Je comprends très vite la personnalité de chacune des personnes sur ce blogue, et ce, grâce au ton emprunté de cette personne.

    1. cotenord07 dit :

      @ titejasette :

      Je suis un vétéran de l’ancien blogue très conflictuel et à la modération à peu prés inexistante de Monsieur Gilbert Lavoie, blogue qu’il a peut-être (?) fini par fermer par découragement.

      Par conséquent, vous n’avez pas du tout à vous en faire avec mes états d’âme… 🙂

      1. titejasette dit :

        @cotenord07 – 17h16

        Chacun de nous a ses propres connaissances personnelles reliées à sa culture, son éducation, son vécu (ses intérêts/expériences de la vie).

        Je les partage les miennes en sachant très bien que je peux pas tout savoir. En passant, merci du partage de vos états d’âme.

        Personnellement, je crois que les hommes excellent dans certains domaines, les femmes dans d’autres. Les hommes de l’époque de mon feu père croient qu’ils sont supérieurs aux femmes parce qu’ils s’y connaissent plus que les femmes (dans la Défense par exemple et c’est un fait). Mais ce n’est pas une raison pour vous bomber la torse, Messieurs. (Le bombage des torses n’est pas exclusif aux hommes âgés). Du respect et un peu d’humilité !

        Au Québec et au Canada, les temps ont changé. Cependant je crois que ce blogue est composé d’intervenants d’un certain âge (d’un âge certain ?) Ca sent à plein nez un relent d’odeur de moisi. A cause de mon âge, je suis plutôt accommodante voire tolérante. Je viens de me faire de nouveaux ennemis ? Bof ! C’est bien moi. C’est à prendre ou à laisser.

        PS. N’empêche que je perde patience quelques fois. Je m’en excuse.

      2. A.Talon dit :

        «Je suis un vétéran de l’ancien blogue très conflictuel et à la modération à peu prés inexistante de Monsieur Gilbert Lavoie,»

        Moi aussi, quelle coïncidence! 🙂 Mais où sont donc nos médailles de vétéran? Ce ne sont pourtant pas les blessures de guerre qui ont manqué durant toutes ces années…

        «blogue qu’il a peut-être (?) fini par fermer par découragement»

        Par sa propre faute, par pure paresse et je-m’en-foutisme. Exemples a contrario, messieurs Hétu [blogue américain], Cardinal [blogue montréalais] et Cliche [blogue scientifique] n’ont jamais eu de problème à faire régner l’ordre sur leurs blogues respectifs. Quand on veut, on peut.

  46. titejasette dit :

    @A.Talon

    Ce matin, j’ai ressenti un besoin de faire une récapitulation sur notre différend.

    Vous et moi, nous avions un différend sur la question d’ordre d’achat d’équipement de sous-marins par l’Australie, lequel achat nous mène à nous poser la même question sur les besoins du Canada. J’ai émis mon opinion en vertu de laquelle je ne crois pas nécessaire que le Canada ait besoin d’équiper son armée marine de sous-marins.

    Vous, de votre côté, vous n’êtes pas de mon avis et je vous cite (13h11) « Vous êtes touchante de naïveté et de bons sentiments mais les relations internationales sont autrement plus dures et impitoyables que vous ne le pensez. Particulièrement quand il est question de géostratégie. «Si vis pacem, para bellum (maxime romain qui peut être traduit comme suit {qui veut la paix, prépare la guerre} » Quel érudit !

    Vous êtes ensuite emporté dans une envolée indémêlable sur Hitler, les Soviétiques, les États Baltes (15h05). Pour finalement à 15h17, vous mettiez un lien https://www.bbc.com/news/world-58564837 , lequel lien dont je soupçonne que vous n’aviez pas lu (ou si vous l’aviez lu, vous ne l’aviez pas compris) a donné la raison pour laquelle l’Australie a besoin de faire de grandes dépenses pour l’achat des sous-marins. En voici la raison : Etant donné que la Chine est la source des problèmes de disputes territoriales avec certains pays situés dans la région (dans le Pacifique), il appert que l’achat des sous-marins est justifié.

    Vous aviez essayé de vous faire passer pour un expert connaisseur en stratégie/équipement militaire et vous n’aviez même pas daigné prendre le temps de lire un document déjà en votre possession lequel document vous aurait donné la réponse toute cuite dans votre bec.

  47. titejasette dit :

    HS

    « Rep. Alexandria Ocasio-Cortez (D-NY) says that and she and 45 other progressives will vote against $1 trillion bipartisan infrastructure bill unless the larger $3.5 trillion budget reconciliation bill passes both chambers of congress » – CNN

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :