Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Soucieux de freiner la hausse des prix de l’essence et de protéger le pouvoir d’achat des consommateurs américains, Joe Biden a demandé mercredi à l’OPEP et à la Russie d’augmenter leur production de pétrole. Cette requête a fait bondir le premier ministre d’Alberta Jason Kenney, qui n’a pas encore digéré la décision du président américain d’annuler le projet d’oléoduc Keystone XL qui devait acheminer le pétrole albertain vers le Texas.

« La même administration américaine qui a annulé rétroactivement le pipeline Keystone XL du Canada plaide maintenant auprès de l’OPEP et de la Russie pour produire et expédier plus de pétrole brut », a tweeté le premier ministre Kenney. «Cela intervient alors que la Russie de Vladimir Poutine est devenue le 2e plus grand exportateur de pétrole vers les États-Unis. »

Sa ministre de l’énergie a également exprimé son indignation, accusant l’administration Biden d’« hypocrisie » :

Le site Axios note que la Maison-Blanche estime pouvoir à la fois faire avancer son ambitieux programme climatique tout en veillant à ce que les familles de la classe moyenne ne souffrent pas d’une hausse temporaire du prix de l’essence pendant la reprise économique. Parions que cela ne calmera pas les Albertains.

(Photo Reuters)

86 réflexions sur “Quand l’Alberta fustige Biden

  1. chicpourtout dit :

    C’est loin d’être évident « être politicien »…
    Comme avec les enfants, ça ne viens pas avec un manuel d’instruction…

    1. Stéphane dit :

      C’est encore moins évident lorsque les politiciens agissent comme des enfants!

      1. chicpourtout dit :

        😉

  2. Stéphane dit :

    Que voulez-vous, ce sont nos républicains à nous!
    Partout, comme sorti d’une boîte à surprise (sans surprise), il y a toujours un de ces clowns qui surgit pour nous faire sursauter!!!

    Mieux vaut en rire!

    1. lanaudoise dit :

      Comme les autres Répus, Kenney croit que si on teste moins, les chiffres de nouveaux cas de Covid vont être plus bas. Dommage, ce matin, ils sont quand même élevés. Comme ils sont moitié moins nombreux que le Québec, la comparaison en cette quatrième vague, nous fait mieux paraître.

  3. Madalton dit :

    Biden pourrait baisser temporairement la taxe fédérale de 18,3 cents du gallon d’essence et de 24,3 cents sur le gallon de diesel.

  4. garoloup dit :

    Moi aussi si j’étais albertain, je serais en beau tab***** mais je suis un Québécois alors je me fous de cette province du « Canadian Texas »… Ces gens sont tombés en bas de leurs grands chevaux. Aujourd’hui ils envient le Québec et son électricité bon marché.

    1. Achalante dit :

      L’Alberta devrait se dépêcher de réorienter son économie… Le jour où on n’aura plus autant besoin de pétrole, les sables bitumineux qui coûtent cher à exploiter et qui cause beaucoup de pollution ne seront plus rentable, et alors, cette province qui se plaint sans cesse de la péréquation devra en recevoir. Mais je parierais un petit deux qu’ils n’en feront rien, jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

      Ceci dit, je ne vois pas l’hypocrisie de M. Biden ici. Keystone est une infrastructure, qui aurait demandé beaucoup d’investissement, qui passait par des réserves de Premières Nations (au moins une; ils ne pouvaient pas passer à côté? Il faut encore leur enlever des terres?) des parcs nationaux… Avec les risques que ça représente, quand on essaie de se diminuer la consommation nationale d’essence… Là aurait été l’hypocrisie. Cette demande d’augmentation de production est temporaire. Quand les États-Unis (et le reste du monde) auront moins besoin d’essence, personne ne restera pris avec une nouvelle infrastructure polluée construite pour pas grand chose.

      L’Alberta a du mal à transporter son pétrole? Qu’elle fasse de la transformation. Essence, produits plastiques ou autres, ils auront moins d’opposition à transporter des produit raffinés que leur pétrole sale et abrasif.

      Mais bon. Ce n’est que mon opinion, et je ne suis pas une professionnelle du milieu, alors je peux avoir tort.

      1. Guy LB dit :

        @ Achalante : Excellent commentaire ! 👌
        Vous n’êtes pas une professionnelle du milieu, mais votre point de vue est rempli de sagesse et tient du gros bons sens. En plus, il vise très juste. On se demande depuis longtemps pourquoi l’Alberta n’a pas développé tout le secteur industriel qui aurait pu se nourrir de cette matière première qu’elle tient tant à exporter.

      2. M.Rustik dit :

        @Achalante, 2 pouces en l’air!

        Quelle belle idée de développer leur transformation. Ou même investir une partie de leur profit dans d’autre industrie au lieu de baisser les impôts provinciaux, etc.

        J’ajouterai, parlant de péréquation, ce n’est pas le seul moyen de recevoir de l’argent du fédéral… les congés de taxes à certaines compagnies, les subventions qui ont aidé à démarrer l’industrie du pétrole (et qui aide toujours), si elles avaient été versé en péréquation et non en subvention, l’Alberta aurait reçu longtemps, même en produisant, de la péréquation 😉

      3. Samati dit :

        @ Achalante

        L’Alberta possède une secteur pétrochimique relativement développé. Elle exporte des produits pétroliers (essence, diesel, jet fuel, etc.) aux États Unis et dans d’autres provinces canadiennes, principalement le BC (via le pipeline Trans Mountain). La demande outre mer pour l’essence est importante et pourrait constituer une opportunité d’expansion pour la transformation de ses types de pétrole, lorsque l’expansion du pipeline Trans Mountain sera complétée. N’ayant pas accès à la mer, ce pipeline est la meilleure option pour accroître la transformation de son pétrole en produits de consommation.

    2. Georges Gaune dit :

      Evidemment le Quebec se fout du pétrole de l’Alberta mais est très heureux de recevoir l’argent de la péréquation qui vient en grande partie de l’Alberta issue de ce même pétrole. Je suis Albertain et je peux vous dire qu’on ne vous envie pas votre électricité bon marché que vous gaspillez sans compter (le Québec étant un des plus gros consommateur d’énergie au monde). Avant de juger les autres provinces vous devriez vous regarder le nombril auparavant.

      1. Sabra dit :

        L’argent de la péréquation ne vient pas en grande partie de l’Alberta. Toutes les provinces y contribuent y compris le Québec. Par contre l’Alberta reçoit indirectement par les subventions aux compagnies pétrolières près de 10 milliards de $. Ce qui est un non-sens compte tenu de l’urgence climatique. Le pétrole issu des sables bitimineux est un pétrole bas de gamme extrêmement polluant à toutes les étapes de sa production et de sa distribution. Ce modèle économique a eu des effets désastreux pour l’économie québécoise.
        https://www.ledevoir.com/economie/371439/les-sables-bitumineux-un-piege-couteux

        La meilleure chose qui pouvait arriver au Canada et la planète c’est l’annulation du projet Keystone Excel

      2. MarcB dit :

        Le problème Albertain est que le pétrole est une ressource non renouvellable, et pas mal plus polluante que l’hydro-électricité ou l’éolien. Contrairement à la Norvège, plutôt que de mettre ses revenus pétroliers dans un fonds pour les générations à venir, pendant des décennies l’Alberta s’est servi de ces revenus pour garder ses taxes basses. Donc en ce moment, l’Alberta se retrouve dans un cul de sac financier.

        lien intéressant:
        https://thenarwhal.ca/norway-s-oil-savings-just-hit-1-trillion-alberta-has-17-billion-what-s-gives/

        Oui, le Québec est au pro-rata un des plus grands consommateurs d’électricité au monde, mais il faut tenir compte que 25% de l’électricité Québécoise est utilisée par le secteur de la fonte et affinage (y compris les alumineries) parce que l’électricité y est abondante, peu onéreuse , et (bonus!) peu polluante. Seulement 38 % de l’électricité est pour le secteur résidentiel.
        https://mern.gouv.qc.ca/energie/statistiques-energetiques/consommation-electricite/

      3. M.Rustik dit :

        @George Gaune, la péréquation a le dos large. Par exemple, quand le gouvernement donne des subventions pour les garderies à toutes les provinces mais pas au Québec (qui a son propre programme), ce montant est alors ajouté… dans la péréquation pour le Québec (s’il n’est pas payé autrement). Le calcul de la péréquation est quelque chose de complexe. Pour les matières premières, ce l’est davantage: à qui appartient le sous-sol? Au fédéral, aux provinces, aux premières nations, aux compagnies qui achètent les droits d’exploitations? La réponse a cela est davantage politique.

        De plus, pour savoir ce que reçoit une province du fédéral, il faut regarder toutes les sources de revenus (une subvention à l’industrie automobile est une subvention à l’Ontario, aux jeux vidéos en est une pour le Québec, pour le pétrole une pour l’Alberta, etc), la taxation, et même encore, la manière de gérer le taux de change. Quand le dollars était presque au pair, les provinces de l’Ontario et du Québec pleuraient (les exportations chutaient), exhortant le Fédéral et la banque centrale d’assouplir leurs règles. L’Alberta demandait de rester comme cela. Les décisions du fédéral, de soutenir le dollar au pair, ont aidé l’Alberta à ce moment. Un dollars plus faible aurait fait baisser le profit albertain, mais augmenter les exportations ontariennes et le revenu ontarien. Les ontariens ont donc directement payé, de part la politique monétaire de ce moment, pour que l’Alberta ait plus de profit.

        C’est pour cela qu’il y a des subventions et de la péréquation, non pas pour payer pour les plus pauvres, mais pour redistribuer et réduire des impacts économiques de décisions prises centralement qui n’impactent pas tous et chacun de la même manière.

        La péréquation n’est pas un chèque de BS, c’est un outil économique pour une nation avec des disparités de modèles économiques énormes entre les différentes économies locales, et qui veulent partager les mêmes décisions financières centrales.

  5. gl000001 dit :

    Il y a eu Kenny Easterday qui lui manquait la moitié bas du corps.
    Maintenant, on a Jason Kenney qui lui manque la moitié du cerveau avec son annonce que la pandémie est finie et qu’on déconfine tout !! Pour le pétrole, il fait juste ce qu’il peut avec son atrophie cérébrale.

    1. ProMap dit :

      En fait, le seul deconfinent qu’il veut, c’est celui du pipeline Keystone.

      Pour ce qui est de la quantité de neurones que vous lui concédez, je lui chanterais plutôt :

      ‘Il est où le cerveau, il est où?
      Y’é pas là.
      Y’é pas là le cerveau,Y’é pas là…. »

      1. ProMap dit :

        Oops deconfinement (mon correcteur n’aime pas mon accent)

    2. Carl Poulin dit :

      @ gl000001
      Vous êtes méchant comme je les aimes.

  6. treblig dit :

    Un slogan populaire des albertain des années 80 ; «  let’s them freeze in the dark «  en parlant des états centraux du Canada ( Québec et Ontario) qui consommaient le pétrole albertain.

    Moi je n’ai pas oublié.

    1. Loraine King dit :

      Il semble que vous avez oublié – le slogan était ‘Let THOSE EASTERN BASTARDS freeze in the dark » – J’y ai vécu dans les années 70 et début 80 – inoubliable.

  7. kelvinator dit :

    Même si Biden avait donné la permission, un oléoduc prend des années à se construire…

    Ça ne donne rien non plus pour Biden de construire un oléoduc qui s’arrête à la frontière parce que le gouvernement canadiens n’en veut pas.

    La logique semble être très difficile dans les prairies.

    1. Samati dit :

      Tous les gouvernements canadiens ont toujours approuvé la construction/finalisation du pipeline Keystone XL, dont une moitié est déjà construite aux États Unis. Il existe plus douzaine de pipelines entre le Canada et les États Unis. Entretemps une partie du pétrole canadien est expédié par voie ferrée. Le Canada demeure la principale source extérieur de pétrole des États Unis.

      1. kelvinator dit :

        Trudeau l’avait pas annulé? J’avoue que je ne suis plus très au courant du dossier, je peux me tromper.

      2. Samati dit :

        @ kelvinator

        C’est le pipeline du Nord-ouest qui avait été annulé. Ce pipeline passait sur des terres autochtones et devait aboutir à un port au BC.

  8. gigido66 dit :

    Le projet albertain, est-ce avec du pétrole brut lourd provenant des sables bitumineux?
    …si oui, any way, incompatible avec les idées ou intention de ralentir le réchauffement de la planète.
    Je comprend Jason Kenney, il travaille pour sa province…mais sûrement pas pour la planète!

  9. jeanfrancoiscouture dit :

    Vrai qu’il y a là un sacré paradoxe. Le président US qui requiert l’aide de pays partenaires peu fiables (l’OPEP) et d’un pays au minimum un adversaire et au pire un ennemi pour donner un «break» à sa classe moyenne et à l’industrie alors qu’il y a, juste à côté, un pays ami, bien intentionné et surtout, très fiable qui pourrait l’aider dans la transition entre les combustibles fossiles et les nouvelles sources d’énergie.
    Il est vrai que ce gentil et sympathique voisin ne va pas lui tomber dessus et lui faire des entourloupes alors, comme le fait la Chine, mais avec le sourire et des mots gentils, on peut envoyer paître cet ami sympa.
    Quel chef d’État a déjà dit que les états n’ont pas d’amis mais seulement des intérêts?

    https://qqcitations.com/citation/146975

    1. Achalante dit :

      Oui et non. Le prix de l’essence est lié à la production mondiale de pétrole. Avec plus de pétrole produit, les prix mondiaux baissent. Dont le prix du pétrole produit en Alberta. Que l’OPEP augmente sa production ne signifie pas que les États-Unis achèteront plus de là-bas, seulement que les spéculateurs vont vendre moins cher parce que les réserves vont augmenter.

  10. Jacques dit :

    Jason, si tu veux t’aider à sortir tes finances du trou, commence par admettre qu’une taxe de vente provinciale serait une solution au lieu de toujours blâmer la péréquation……

    1. Achalante dit :

      Oui, mais, il ne pourrait plus prétendre que sa province est riche! Et puis, des prix du pétrole élevés sont bons pour les finance de la province aussi; il a toutes les raisons de vouloir que les prix ne baissent pas trop…

    2. Benton Fraser dit :

      À titre comparatif, la Norvège produit annuellement en pétrole 25% de plus que l’Alberta et a mis de côté un fond de plus 1000 milliards… contre 20 milliards pour l’Alberta.
      Par contre, la Norvège est propriétaire du pétrole d’au moins 51%. (Loi norvégienne où l’état doit être actionnaire majoritaire des entreprises exploitants des matières premières.
      Il y a aussi que la Norvège n’exploite pas de sable bitumineux qui sont très coûteux a exploiter. (Mais l’on subventionne pour cela au Canada!)

      Malgré cela, l’Alberta devrait avoir un fond beaucoup plus élevé que 20 milliards.

      Alberta ne se fait pas avoir par les autres provinces mais par les pétrolières!

      1. Samati dit :

        @ Benton Fraser

        La Norvège produit son pétrole dans la mer du Nord, ce qui en fait un pétrole très dispendieux à produire. La Norvège produit dans un environnement extrêmement sensible et les risques de désastres environnementaux sont très élevés. On ne permettrait pas aux sociétés pétrolières de faire des forages ou de produire dans un tel environnement en Alaska ou dans la mer de Beaufort.

        Si il y avait un désastre dans la mer du Nord, la Norvège aurait cependant la capacité financière pour le nettoyage qui pourrait prendre plus d’une dizaine d’années dans un tel environnement extrême.

        La Norvège vient par ailleurs d’autorise de nouveaux forages dans une zone extrêmement sensible. Il y a beaucoup d’hypocrisie de la part de ce pays qui se targue d’être écologique, mais qui continue de produire et d’accroître sa production de pétrole sale et couteux et de continuer à chasser les baleines au nom de leur tradition.

        Pas de leçon à recevoir de ce pays…

      2. Benton Fraser dit :

        @Samati

        Je parlais de leçon économique et non pas écologique que la Norvège peut donner à l’Alberta.

        La population norvégienne profite beaucoup plus que les albertains des retombés du pétrole.

        Pour le reste, la mer du Nord est déjà un dépotoir d’une grande partie des armes chimiques et neurologique qui n’ont pas été utilisés pendant les deux guerres mondiales…

  11. Apocalypse dit :

    Les Etats-Unis avoir des amis? Tout est calcul politique et Joe Biden ne fait pas exception.

    Je peux comprendre la réaction de l’Alberta.

    En passant, la Russie, c’est quand même pas mal loin des Etats-Unis, ça doit demander un bel effort pour amener tout ce pétrole aux Etats-Unis? On voit que la politique a toujours le dessus sur les enjeux climatiques.

    Ne vous en faites pas, le jour n’est sans doute pas loin où la première préoccupation sera le climat; espérons qu’il ne soit pas trop … TARD 🤔.

  12. Je suis confus
    Je ne sais plus qui envoyer ch…
    Les USA ou l’Alberta.
    Ah pis, qu’y mangent donc tous un char

    1. AB road dit :

      Lol !!!

  13. treblig dit :

    Pour mémoire, le Québec achète annuellement pour 16 milliards de produits pétroliers. C’est de l’argent qui quitte la province pour se retrouver en Alberta ou en Arabie Saoudite. Une perte sèche pour le Québec pour l’instant.

    Sauf que maintenant le chauffage des maisons au Québec se fait dorénavant par le filière hydroélectrique. Reste le secteur des voitures électriques qui seront majoritaire vers 2030.

    Alors l’Alberta et son pétrole ? J’en ai rien à cirer

    1. Samati dit :

      Une partie substantielle du chauffage des maisons au Québec se fait par l’entremise du gaz naturel, qui provient de l’ouest canadien et des États Unis.

    2. John Dion dit :

      Du pétrole d’Arabie Saoudite au Québec, ça n’existe pas. Mais en même temps si vous préférez donnez votre argent aux Saoudiens avant de le donner aux Canadiens d’Alberta, j’ai de la misère a comprendre, peu importe que ce sois la droite ou la gauche qui gouverne cette province. Comme si l’Arabie Saoudite était gouverné par un gouvernement de gauche qui aidait au bien être de la race humaine…. Misère………!!!

  14. monsieur8 dit :

    « Joe Biden a demandé mercredi à l’OPEP et à la Russie d’augmenter leur production de pétrole. Cette requête a fait bondir le premier ministre d’Alberta Jason Kenney… »

    Moi aussi j’ai bondit. Augmenter la production de pétrole pour faire baisser les prix de l’essence???

    Il est fou ou quoi Biden?

    « Réchauffement climatique : c’est maintenant ou jamais »

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1815231/changement-climatique-giec-rapport-2021

  15. Carl Poulin dit :

    Le pétrole sale de l’Alberta je m’en clisse au cube.
    Les réserves mondiales sont truquées par leurs exploitants afin de nous vider les poches à la pompe. Il y a de très gros gisements qui ont été découverts ces dernières années en Chine, aux États-Unis (Alaska), au Mexique, au Barheïn et à plusieurs autres endroits sur la P’tite Bleue. Les compagnies qui ont dépensé beaucoup d’argent pour découvrir ces gigantesques gisements ne se laisseront pas tirer le tapis sous leurs pieds sans réagir à l’électrification des transports qui demande des ressources propres et naturelles que la plupart d’entre eux ne possèdent pas.
    La pandémie nous a donné une baisse des émissions de CO2 de 8% sur une année de confinement. Aujourd’hui nous avons atteint le même niveau d’émissions après seulement quelques mois de ré-ouvertures locales. Lorsque tout sera permis internationalement et à cause des effets néfastes des confinements, je crois que nous allons atteindre des niveaux records d’émissions de CO2.
    Nommez-moi un seul programme de réduction des effets de serre qui a atteint ses objectifs sans aller acheter des crédits-carbones auprès de pays difficilement retraçable dans cette sphère d’activité.
    Nous sommes tous condamnés à rôtir et à mourrir dans l’infernale fournaise que tout les politiciens et hommes d’affaires nous ont concocté afin qu’eux puissent continuer à vivre luxueusement leurs propres fins de vies qu’ils ne sont même pas en mesure de voir venir.

    1. Samati dit :

      @ Carl Poulin

      « …compagnies qui ont dépensé beaucoup d’argent pour découvrir ces gigantesques gisements ne se laisseront pas tirer le tapis sous leurs pieds sans réagir à l’électrification des transports qui demande des ressources propres et naturelles… »

      Plus de 75% de la production mondiale de pétrole provient de sociétés d’état qui n’ont rien à cirer du marché américain qui demeure marginal pour ces sociétés étrangères. Seule les ressources en Alaska (qui sont en fort déclin et dont l’expansion est gelé par un moratoire) sont la propriété de sociétés du secteur privé.

      L’électrification des transports exigent dans le moment présent l’utilisation de centrales au charbon, une ressources relativement plus polluantes. Les énergies alternatives ne seront pas une source significative avant une dizaine d’années. La solution optimale serait la construction de nouveaux types de centrales nucléaires ( mini centrales ou centrales au thorium).

      1. Carl Poulin dit :

        @ Samati
        Relisez- moi svp.

  16. Apocalypse dit :

    @monsieur8 – 14:12

    ‘« Réchauffement climatique : c’est maintenant ou jamais »’

    Oh, que oui! Cette année en est une preuve par 1000! Des événements climatiques extrêmes aux quatre(4) coins de la planète et on fait quoi? On cherche à faire baisser le prix de l’essence … ça ne s’invente pas. 🤦‍♂️

    On ne gagnera pas cette bataille contre les changements climatiques. Il faudrait que la Chine et les Etats-Unis soient des leaders en ce domaine et ça n’arrivera pas. Aux Etats-Unis, aucun candidat ne va se rendre à la Maison-Blanche en disant, les changements climatiques seront ma priorité des priorités. On va dire qu’on va faire quelque chose et ça va s’arrêter là.

    Ca prendrait des actions drastiques, pas dans vingt ou trente ans, mais à très court terme, ce qui n’arrivera pas. 😭

    1. Carl Poulin dit :

      @ Apocalypse
      Malheureusement, il est beaucoup trop tard pour intervenir sur ce que nos dirigeants auraient dû faire il y a au moins 40 ans.

    2. Madalton dit :

      On prévoit 28 aujourd’hui à Kuujjuaq avec humidex de…35.

  17. Madalton dit :

    Le pétrole russe est 10 fois moins polluant et moins cher que celui de l’Alberta.

    Il me semblait que les ÉU étaient autosuffisants au niveau du pétrole.

    Kenney doit trouver d’autres sources de revenus à commencer par instaurer une taxe de vente harmonisée. L’Alberta n’a pas su se renouveler depuis 10 ans. Il est trop tard.

    1. Carl Poulin dit :

      @ Madalton
      l’Alberta s’est longtemps enorgueuilli de ne pas taxer ses cons-citoyens. Bein là mon Jason c’est le retour de l’ascenseur. La cigale et la fourmi t’aurais dû lire avant de devenir politi-chien.

      1. Haïku dit :

        @Carl Poulin
        « Devenir politi-chien » ou poluticien ? 😉

      2. Carl Poulin dit :

        @ Haïku
        Un papillon dans votre cahier de devoir.

    2. Samati dit :

      @ Madalton

       » Le pétrole russe est 10 fois moins polluant et moins cher que celui de l’Alberta. »

      Totalement faux. Vous ne connaissez absolument pas les méthodes de production et de transport du pétrole russe. Vous avancez un argument qui ne repose que sur vos préjugés et non pas sur des faits.

      1. Madalton dit :

        Je me confesse. Je ne suis pas un expert. Cependant, les sables bitumineux sont plus polluants de 70 % par rapport au pétrole traditionnel. Les coûts d’exploitation sont aussi plus élevés.

        Je présume que les conditions d’exploitation russes ne respectent pas tous les critères éthiques.

        Si Biden veut acheter du pétrole canadien, ce dernier devra être transporté par trains et est-ce qu’il sera moins cher que celui de l’OPEP, supposant qu’elle réponde positivement à la demande de Biden?

        Je ne demande qu’à connaitre les faits si vous pouvez me fournir des liens à ce sujet.

        https://iris-recherche.qc.ca/blogue/le-gouvernement-doit-coordonner-l-arret-de-l-exploitation-du-petrole-des-sables-bitumineux

      2. Samati dit :

        @ Madalton

        Je m’excuse pour le ton de mon message qui venait d’une certaine exaspération des autres messages basés sur l’opinion de leurs auteurs plutôt que reposant sur des faits.

        Les américains achètent presque la totalité du pétrole albertain exporté. Il existe plus d’une douzaine de pipelines entre les deux pays. De plus une partie significative du pétrole canadien est exporté par des trains. La construction du pipeline Keystone XL aurait presque éliminé cette méthode de transport moins sécuritaire.

        Les américains compte tenu de leur situation d’oligopole (un seul acheteur pour le pétrole canadien) paie le pétrole canadien moins cher. En fait le pétrole canadien est leur source d’approvisionnement la moins chère. La finalisation de l’expansion du pipeline transMountain mettrait à cet oligopole et le pétrole canadien serait vendu à des prix plus élevé au bénéfice de toute la population canadienne. Il ne faut pas se surprendre que le gouvernement le plus écologiste depuis des décennies pousse ce projet qui a une valeur strtégique à court et moyen terme pour l’économie canadienne.

        Si vous aimez les statistiques le site de l’administration américaine de L’énergie est l’une des plus fiables.

        *https://www.eia.gov/

        Pour les prix du pétrole le site canadien BOE report est une bonne source (prix en temps réel)

        *https://boereport.com/

        Pour la situation énergétique mondiale, le rapport gratuit de la société BP est un document facile à consulter et permet une comparaison entre les pays et de voir leur progrès (positifs ou négatifs).

        *https://www.bp.com/content/dam/bp/business-sites/en/global/corporate/pdfs/energy-economics/statistical-review/bp-stats-review-2021-full-report.pdf

        Bonne lecture

      3. Madalton dit :

        Merci pour l’info et les liens.

        Sans rancune.😉

  18. marie4poches4 dit :

    Est-ce qu’on est vendredi?

    Éoliennes et énergie solaire…combustion spontanée des oiseaux??

    Rep. Louie Gohmert warned OAN viewers about the « hundreds and thousands » of « Flamers, » aka birds who survive windmills but wind up spontaneously combusting after flying over solar farms in the Southwest US. This is how the green new deal will bring the nation down.

    https://twitter.com/i/status/1425831903085711360

    1. gl000001 dit :

      Et les cerveaux qui deviennent du Jell-O spontanément lorsqu’ils écoutent OAN. Hein ? Hein ?
      J’aime mieux le Green New Deal que le Grim New Dill qu’était le 45 !!

      1. Superlulu dit :

        Impayable…Comme toujours.

      2. constella1 dit :

        gl000001
        Hahahaha!👌👍

    2. _cameleon_ dit :

      Tellement ridicule que c’est est presque drôle:

      Solar explained Solar thermal power plants
      https://www.eia.gov/energyexplained/solar/solar-thermal-power-plants.php

      « This is how the green new deal will bring the nation down. »

      Pas besoins de green new deal pour cela, OAN s’en charge admirablement bien !

  19. Apocalypse dit :

    @treblig – 14:12

    ‘Sauf que maintenant le chauffage des maisons au Québec se fait dorénavant par le filière hydroélectrique. Reste le secteur des voitures électriques qui seront majoritaire vers 2030.’

    Qu’on soit tout électrique au Québec, tant mieux, mais pour les changements climatiques, il faut que TOUTE la planète fasse sa part, sinon on aura les mêmes problèmes que tous les autres. Regarder les températures que nous avons présentement, nous ne sommes pas épargnés hydroélectricité ou … pas.

  20. InfoPhile dit :

    Son prédécesseur avait formulé la même demande. Élégant comme tout, il avait même servi un ultimatum à l’Arabie Saoudite et l’avait menacée de retirer les troupes américaines grâce à auxquelles le régime saoudien tient en place. L’armée Saoudienne n’étant surtout pas un modèle de compétence et de fiabilité.

    Quand donc les Albertains réaliseront ils que le pétrole de sables bitumineux est le pire des pétroles et de loin ?

    Albertains ne jouez pas aux innocents. Votre principal produit est malheureusement le pire sur le marché. La bonne nouvelle : vous disposez d’un formidable potentiel éolien. Alors mettez-vous à l’ouvrage et mettez aux rebuts vos démagogues !

    1. Samati dit :

      @ InfoPhile

      Votre énoncé ne repose pas sur des faits vérifiables. Vous devriez voir la façon dont le pétrole est extrait au Nigéria, au Venezuela, en Iran, en Chine, en Norvège, etc.

      Le pétrole canadien provient de plusieurs sources et les sables bitumineux n’en est qu’une source. Le pétrole des sables bitumineux ne produit que 10% plus de CO2 que le pétrole traditionnel nord américain. Le pétrole canadien est extrait dans un cadre réglementaire beaucoup plus strict que ce qui existe dans la très grande majorité des pays pétroliers, y inclus les États Unis.

      Le potentiel éolien, même si utilisé au maximum, ne permettra jamais à l’Alberta de produire à un niveau pouvant remplacer les milliards de retombées provenant du pétrole. Au mieux l’éolien ne pourrait que satisfaire la demande en électricité de la population, électricité produite principalement par les centrales au charbon. Dans aucun cas cette électricité ne pourrait être exporté vers les États Unis ou vers les autres provinces.

      1. InfoPhile dit :

        Voir ma réponse plus bas.

  21. jeani dit :

    Ben oui chose (Joe)!

    Avec cette décision de Joe, le massage ressemble à ceci: Pour prendre la direction de protéger l’environnement, il faut abaisser les prix du pétrole. De cette façon, les « écologistes » Etats-Uniens pourront continuer de s’acheter des Hummer ou Denali de ce monde.

    Nous savons tous qu’un Hummer consomme beaucoup moins d’essence « propre » qu’une Civic ou Corolla de ce monde.

    1. jeani dit :

      Ouais, le massage….

      Le MESSAGE, plutôt.

      1. gl000001 dit :

        C’est une massage avec un « happy ending » !!

  22. Superlulu dit :

    Et moi qui viens de sursauter que mon 2 litres de lait a fait un bond de .25 sous le litre. LOL.
    La misère des riches.

    1. garoloup dit :

      Ben là!!! va falloir remplacer le lait par du cognac dans le café!

      1. Superlulu dit :

        Je suis au Bailey’s
        Et je suis top shape à ans

    2. gl000001 dit :

      Achetez du lait d’avoine. La marque Oats Keeper !! Du lait plus blanc que blanc !!

      1. Superlulu dit :

        Donc il m’aurait fallu acheter la pinte dans l’étagère de gauche?
        Je suis droitier, je prends le premier 2% à droite

      2. gl000001 dit :

        Haha !!

  23. citoyen dit :

    plus de build back et moins de build elsewhere.

  24. Apocalypse dit :

    @Carl Poulin – 14:34

    ‘Malheureusement, il est beaucoup trop tard pour intervenir sur ce que nos dirigeants auraient dû faire il y a au moins 40 ans.’

    Moi aussi, je pense qu’il est trop tard et nous n’avons que NOUS – l’humanité au grand complet – à blâmer; c’est nous qui choisissons les politiciens qui nous représentent et nous choisissons ceux et celles qui nous disent ce qu’on veut entendre … et il semble bien que ces choix nous conduisent directement dans le MUR 👿.

  25. Samati dit :

    Biden réagit exactement comme Trump qui a fait à une certaine époque les mèmes demandes auprès de ces deux mêmes pays. Sauf que Trump avait une meilleur relation avec ces deux pays voyous.

    Les américains peuvent toujours avoir recours aux réserves stratégiques pour faire baisser le prix du pétrole sur le marché nord américain (marché WTI plutôt que le Brent). Cependant les sociétés de pétrole américaines n’apprécieront pas ce transfert de richesse envers les consommateurs d’essence américain.

    La meilleure stratégie pour contribuer à la réduction des changements climatiques est d’augmenter le prix de l’essence au maximum de façon à en réduire la consommation.

    La lutte au changement climatique ne se fera pas sans toucher aux habitudes de consommation de la population américaine.

    1. jeani dit :

      @Samati

      Écrit avec plus d’éloquence que mon intervention de 14h46.

      Nous pensons exactement la même chose 😏…

  26. loup2 dit :

    La déclaration de Legault au Lac St-Jean ce matin.
    «Il y a pas une job qui va disparaître au Québec à cause de l’environnement.»
    Imbécile.

  27. Daniel Legault dit :

    Beaucoup trop de gens veulent que ce soit les autres qui fassent des efforts pour l’Environnement pas eux.

    Les modèles d’auto économes disparaissent au profit des VUS parce qu’ils sont populaires.

    J’ai discuté avec un amateur de gros pickup qui lui est absolument nécessaire pour tirer sa roulotte, son bateau, la remorque pour ses 4 quatre-roues. Il semblerait que ses loisirs doivent absolument consommer de l’essence.

    Pour les religo-écologistes on en est encore aux gestes individuels. On doit favoriser les énergies renouvelables mais aussi le nucléaire (on s’inquiète pour des déchets problématiques dans 100 000 ans alors que le CO2 c’est maintenant).

    Je ne pensais pas voir les conséquences des changements climatiques avant ma mort mais je me suis trompé et c’est fort dommage pour mes enfants et tous les jeunes.

  28. @Monsieur8 – 14h12

    “Réchauffement climatique : c’est maintenant ou jamais”.

    100% d’accord.

    La meilleure transition est la réduction de la consommation.
    —> Covoiturage
    —> Vélo
    —> Scooter électrique
    —> Télétravail

    Difficile à vendre à des amateurs de F-150, Wrangler ou RAM, j’en conviens, mais c’est la seule solution réaliste. Il y a quelques jours, M. Hétu nous proposait ce billet:

    https://richardhetu.com/2021/08/09/la-citation-du-jour-687/

    Qui commençait par: “Le monde doit s’unir avant que la possibilité de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius ne soit hors de portée”.

  29. Je remets puisque la version originale est en attente d’approbation. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs.

    @Monsieur8 – 14h12

    “Réchauffement climatique : c’est maintenant ou jamais”.

    100% d’accord.

    La meilleure transition est la réduction de la consommation.
    —> Covoiturage
    —> Vélo
    —> Scooter électrique
    —> Télétravail

    Difficile à vendre à des amateurs de F-150, Wrangler ou RAM, j’en conviens, mais c’est la seule solution réaliste. Il y a quelques jours, M. Hétu nous proposait ce billet:

    *https://richardhetu.com/2021/08/09/la-citation-du-jour-687/

    Qui commençait par: “Le monde doit s’unir avant que la possibilité de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius ne soit hors de portée”.

  30. constella1 dit :

    Daniel Legault
    J’ai discuté avec un amateur de gros pickup qui lui est absolument nécessaire pour tirer sa roulotte, son bateau, la remorque pour ses 4 quatre-roues. Il semblerait que ses loisirs doivent absolument consommer de l’essence.

    On saisi tout de suite sa grande préoccupation face a l’environnement
    Hahaha!
    👌

  31. kruspepoq dit :

    Qu’ils le garde leur pétrole sale. Pléonasme, je sais 😉

  32. InfoPhile dit :

    @Samati à 15:18

    « Le pétrole canadien provient de plusieurs sources et les sables bitumineux n’en est qu’une source. »

    C’est pourquoi j’ai écrit « Votre principal produit ». Je référais au pétrole des sables bitumineux qui représente une énergie fossile majeure en Alberta.

    « Vous devriez voir la façon dont le pétrole est extrait au Nigéria »

    Oui, c’est catastrophique. Mais ce n’est pas le type de pétrole qui est en cause, c’est plutôt le bafouement des règles environnementales. Paraîtrait qu’il y a une volonté de changement…

    « Le pétrole des sables bitumineux ne produit que 10% plus de CO2 que le pétrole traditionnel nord américain. »

    Hem ? Bon si vous le dites. Ce qui s’avère tout de même un problème alors qu’on cherche à réduire les rejets de CO2. Aussi, vous ne parlez pas des résidus de cette production ni des effets de sa combustion. De plus, un des sous-produits fréquents du pétrole, traditionnel ou pas, le fioul qui alimente le secteur maritime, rend son exploitation plus rentable mais au prix d’une pollution atmosphérique redoutable. Ainsi, l’air de la ville de Québec n’est jamais aussi pollué que lorsqu’elle est visitée par les croisiéristes.

    Devant une énergie aussi abondante et aussi accessible que le vent albertain, il faut y associer une production énergivore: magnésium, aluminium, ciment et autres; et bannir ce qui provient du charbon ou du pétrole. Il suffit d’y adjoindre des STEP (Stations de Transfert d’Énergie par Pompage) dont les rendements oscillent en 75 % et 85 %. À ce propos, la topographie de l’Alberta s’y prête très bien.

    Il est incomparablement moins coûteux d’acheminer sur de grandes distances des lingots d’aluminium que de l’électricité.

    Le potentiel éolien de l’Alberta est le plus riche de toutes les provinces. Le développement de cette filière assurera une création d’emplois forte et soutenue, pendant des décennies en fait. Mieux, son potentiel photovoltaïque est très intéressant. Qu’on le veuille ou non, l’avenir de l’Alberta passe par les énergies renouvelables et que par celles-ci.

    1. Capitaine B dit :

      Vous réviserez vos infos concernant les navires de croisières au port de Québec. Depuis plusieurs années (2017 je crois) les navires de croisières bénéficient d’une alimentation en se branchant au réseau électrique du port. Ceci leur permet d’arrêter leurs génératrices au diesel durant leur séjour. Idem à Montréal.

      1. InfoPhile dit :

        Vous allez devoir vous rétracter mon capitaine. Au mieux vous avez rêvé (à noter que cet article a été publié le 30 septembre 2019) :

        « Chaque navire de croisière émet en moyenne de 5 à 8 tonnes de gaz à effet de serre au cours de son escale au port de Québec. C’est énorme. »

        « En Europe, l’ONG Transport & Environment a calculé que les bateaux de Carnival Corporation, un important acteur de l’industrie, émettaient 10 fois plus d’oxyde de soufre que les 260 millions de voitures du continent, réunies ! »

        Et quant au terminal au quai 30 qui sera complété en 2025 :

        « Rien sur la pollution, les gaz à effet de serre, les eaux usées rejetées par ces vaisseaux blancs. »

        Surtout, surtout :

        « Pour répondre aux besoins énergétiques de leurs passagers, ces villes flottantes – piscines, restaurants et boutiques intégrés – laissent tourner leurs moteurs diesels en permanence.

        Une partie d’entre eux auraient pu les éteindre, pendant leur escale, mais le Port de Québec ne dispose pas de système d’alimentation électrique à quai.

        Il aurait pu en être autrement.

        En 2015, Québec et Ottawa ont offert des subventions de 10 millions aux autorités portuaires pour qu’elles se dotent d’un système d’électrification à quai.

        Le PDG s’était alors félicité de ce « geste de leadership environnemental »… avant d’abandonner le projet. Le virage vert n’en était pas un. »

        https://www.lapresse.ca/actualites/2019-09-30/les-croisieres-au-temps-de-l-urgence-climatique#:~:text=Et%20%C3%A7a%20veut%20dire%20plus,escale%20au%20port%20de%20Qu%C3%A9bec

      2. Capitaine B dit :

        Diantre, c’est que vous avez raison. Le projet et le financement ont été approuvés en 2015 mais Québec a abandonné le projet tandis que Montréal l’a réalisé en 2017.

        Merci de la correction.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :