Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Certains démocrates seront sans doute jaloux. Avant même d’inviter des élus de son propre parti à la Maison-Blanche, Joe Biden accueillera ce lundi à 17 h un groupe de dix sénateurs républicains mené par Susan Collins du Maine. Ceux-ci lui ont adressé dimanche une lettre contenant une proposition d’aide à l’économie de 600 milliards de dollars, alors même que les démocrates du Congrès songent à adopter le plan d’aide à l’économie du nouveau président, qui se chiffre à 1 900 milliards de dollars, sans l’appui des républicains.

Il est entendu que les dirigeants démocrates du Congrès, de même que certains membres de l’administration Biden, trouvent la proposition des sénateurs républicains insuffisantes, voire risibles. Mais le 46e président ne peut probablement pas l’écarter du revers de la main. Après tout, il a promis de privilégier une approche bipartite à la Maison-Blanche et prêché l’«unité». Il sera intéressant de voir comment il gérera ce dossier, sachant que son administration se promet d’éviter une des erreurs de l’administration Obama.

Cette erreur aura été de négocier en début de mandat un plan de relance économique insuffisant pour parvenir à arracher un grand total de trois votes républicains au Sénat, dont celui de Susan Collins (aucun représentant républicain n’avait voté pour le plan de 800 milliards de dollars adopté pour faire face à la pire crise économique depuis la Grande dépression).

On peut lire ici le court billet que j’ai consacré dimanche à la proposition des dix sénateurs républicains. Une chose est certaine : Joe Biden se démarquera une fois de plus de son prédécesseur leur ouvrant sa porte.

(Photos CNN)

68 réflexions sur “Dix républicains à la Maison-Blanche

  1. treblig dit :

    Je sais bien, c’est une manoeuvre politique cette invitation pour amadouer un clan conservateur.

    Sauf que , dès fois, la politique me fait suer

    1. Réal Tremblay dit :

      Une promesse est une promesse. De plus, s’il refuse les Républicains ne pourront pas s’offusquer.

    2. Gilles Gougeon dit :

      En démocratie, qu’on le veuille ou non, la politique est l’art du compromis. Dans les dictionnaires des pays totalitaires le mot « compromis » n’existe pas.

      1. igreck dit :

        La politique… c’est aussi l’art du possible ! Est-ce vraiment possible d’amadouer des conservateurs à l’heure de la partisanerie extrême ?

    3. kelvinator dit :

      Plus Biden se pose en unificateur, plus les appels à se battre contre les démocrates seront vides et fracturera encore plus le parti républicain entre pragmatique et cultistes de Trump.

      C’est évidemment un bon move politique.

  2. Mona dit :

    Je ne sais pas évaluer quelle est le seuil entre négociation bipartite et action menée par Joe Biden pour couper les branches pourries du parti republicain. (Trumpy avec 😏)
    J’imagine les deux. (Et plus bien sûr)
    S’il réussit l’action + l’image sera forte, sans trahir ses objectifs il s’entend.
    J’ai confiance à la fois dans l’expérience, le tempérament et les intentions de Joe Biden.
    😊
    Wait and see.

    1. gigido66 dit :

      Biden n’est pas un nouveau venu en politique, il connaît parfaitement bien la « game », il sait comment il faut éviter des pièges, il connaît Mitch, il connaît les rouages du Sénat…il est là pour faire avancer le dossier…peut-être veut-il tester ce qu’ils ont dans le ventre ou en arrière des 2 oreilles…il connaît l’adversaire, il sait que Collin n’est pas la plus fiable et qu’elle est le maillon faible de la chaîne républicaine et il est capable de grande diplomatie. Je lui fais confiance.

  3. marylap dit :

    C’est une tactique de négociation du genre : J’ai essayé de leur parler, mais ils ne veulent pas écouter. Et en plus ça permet à Biden de garder de bonnes relations avec le peu de sénateurs Républicons qui ont encore un minimum de jugeote.

  4. Ziggy9361 dit :

    Il leur a promis de diriger d’une façon bipartisane, pas de continuer à les laissés décider, ils ont perdus les élections .qu’ils embarquent dans la parade avec des propositions sérieuses ou qu’il débarquent.
    Tant qu’à moi ,zéro négociation avec le menu fretin pour donner une victoire aux gros poissons qui tirent les ficelles.

  5. Pierre s. dit :

    ————–

    Biden est le président de TOUT les américain …
    et même de ces enfoirés de républicains.

    L’heure n’est plus à la partisannerie mais au travail.
    Et la vie de bien des américains dépend de ces tractations.

    1. Ziggy9361 dit :

      Justement,Pierre il ne peut pas pactiser avec des répugnants tant qu’ils n’ont pas fait le ménage dans leur rang. Ils sont trop habitués à travailler pour leur poches,que pour leurs supporteurs,qui les appuient par idéologie que par satisfaction de leurs conditions ,c’est ce que l’on appelle  » brainwashed. »
      Des zombies qui votent sans connaître les tenants et aboutissants.

  6. Frédéric Brassard dit :

    Ce n’est pas 600 MILLIARD plutôt?

  7. gl000001 dit :

    Joe : Peut-on s’entendre pour $1200 billions ? Et en passant tandis que je vous ai là, vous faites quoi pour nettoyer votre parti de la frange extrémiste ?

    1. igreck dit :

      « Euh… on va envoyer un messager à Mar-a-Lago et on vous revient avec une réponse ! » 🤪

  8. Louise dit :

    Aujourd’hui Joe Biden prend le premier grand risque de sa présidence, c’est périlleux.
    Pour respecter sa promesse de privilégier une approche bipartite, il doit au moins écouter les républicains mais s’il fait trop de concessions ou s’il étire trop le temps de la décision, cela peut se retourner contre lui.
    Il ne doit pas oublier qu’il a des progressistes impatients dans son parti, comment vont-ils réagir ?
    C’est très difficile de gouverner en voulant plaire à tout le monde.
    Malgré tout je lui fais confiance et lui souhaite bonne chance.

  9. Réal Tremblay dit :

    Pas de tatouinage avec les girouettes, le temps presse pour ceux qui ont besoin de cet aide et le virus en recul peut compter sur des alliés fidèles, les « anti » n’importe quoi ou tant que ça vient du gouvernement qui utilise des nano-puces pour nous contrôler.

  10. InfoPhile dit :

    M. Biden n’a cessé de prêcher le bi-partisme. Normal qu’il en donne au moins l’apparence. De l’autre côté, les républicains ont la fibre conservatrice. Là encore, rien pour surprendre avec leur plan à la baisse pour ne pas dire dérisoire.

    Le président devra leur céder quelque chose de sorte qu’ils pourront dire à leur commettants qu’ils ne sont pas ressortis des négociations bredouilles. Que du normal et, ma foi, du sain en politique. Les 1,900 milliards $ (!) ne sont pas dans les arbres attendant d’être cueillis.

    J’aimerais connaître le plan des démocrates afin d’éventuellement financer le remboursement de cette somme astronomique. Devront-ils imposer des sanctions économiques, voire un blocus commercial aux pays-paradis-fiscaux ? Hé, un peu d’humour en ce début de semaine…

    1. jcvirgil dit :

      @ingophile

      Ce serait ironique en effet…Surtout que plusieurs ont une quantité non négligeable leur propre argent qui se fait bronzer dans les comptes de banque *off shore*ces paradis.

      Je crois bien que Romney mettrait fin assez vite à sa participation à ce projet de coalition si ça arrivait.

      1. InfoPhile dit :

        Et jusqu’à présent, combien de successions suite aux 425,000 décès de la COVID-19 aux seuls États-Unis n’ont pas eu à payer jusqu’à 38 % en impôts, parce que Trump les a abolis par grandeur d’âme ? Et combien de successibles s’en réjouissant dans l’abondance ? Finalement, il se trouve quelques raisons – anti-patriotiques, mais quand même – d’aimer Sa Calamité de Mar a lago.

        Une lointaine connaissance a (aurait) ainsi hérité de 21 petits millions $ libres d’impôts. Un gain de 7,980,000 $ par rapport à ce qui prévalait avant 2017. Serait bien ingrat de ne pas clamer sur toutes les tribunes : «Merci super Donald !», faut les comprendre, les riches !

  11. Alexander dit :

    Et si le plan de Biden était de pousser 1 900 milliards avant de régler vers 1 300 milliards en se joignant aux conservateurs modérés?

    Pour contrôler l’agenda, il a besoin de 17 sénateurs républicains de son bord pour passer les plus grosses réformes. Il en reçoit dix aujourd’hui.

    Le danger est de s’aliéner sa propre base de démocrates progressistes qui a soif de grands changements mais qui veut aller trop vite.

    Le compromis acceptable requiert un doigté remarquable et la ligne est très mince.

    Pas sûr que ça va réussir. De façon fort prévisible, il va les écouter attentivement mais devra se passer de leur appui s’il veut mettre en branle ses réformes dans les prochains deux ans.

    Mais ça ne coûte rien de les écouter, ce que le Vieux Sage fera.

    1. igreck dit :

      Je suis d’accord ! S’il est un homme qui peut réussir c’est bien Joseph R. Biden ! Sa longue expérience en tant que Congressman et sa réputation de négociateur amplement méritée son gages de réussite ! Good luck Joe 🤞

  12. Guy Pelletier dit :

    Entre les deux propositions peut-être y a-t-il possibilité de compromis sans compter que ça mettrait encore plus de division chez les Républicains entre l’aile des modérés et celle des réactionnaires et libertariens intransigeants. Qui sait si plusieurs modérés de ce parti pourraient êtres tentés de prendre leurs distances des extrémistes réactionnaires qui en ont pris le contrôle. Une ouverture envers les modérés républicains par les démocrates pourrait aider ces derniers dans leur lourde tâche de diriger les USA. Biden doit effectivement les écouter non leur fermer la porte sans même avoir discuter avec eux. Il démontrerait ainsi son réel désir de tenter de s’entendre avec eux. Évidement si aucun compromis « réaliste » n’est possible il devra rapidement prendre position ferme et passer à l’acte.

    1. igreck dit :

      Parfaitement d’accord avec vous !

  13. noirod dit :

    Même si on peut croire que les répulignants vont s’opposer juste pour s’opposer, Biden fait ce qu’il a a faire. Deux partis aux antipodes du spectre politique n’ont pas lieu d’être si on veut se sortir de cette catastrophe. A la base il faut juste comprendre qu’ aucun de ces politiciens n’ a besoin de ce plan de secours personnellement et Biden n’ a qu’ a leur rappeler.

  14. titejasette dit :

    Mme Janet Yelle, sa nouvelle secretaire au Trésor a déclaré au sujet de ce plan d’aide

    1- With interest rates at historic lows, she said, « the smartest thing we can do is act big. »

    2- Providing relief for those in the greatest need — especially minority workers and women, who have been hit hardest by the downturn — would give the government the most bang per buck. Yellen advocated for extended unemployment insurance and investing in the vaccine rollout to accelerate the recovery.

    3- With job losses ticking up and millions still unemployed, Biden and congressional Democrats have made clear their first legislative priority will be a wide-ranging stimulus package.

    Pour ceux qui s’intéresse à la macro-économie, cette tite boutte de femme, ancienne a former Federal Reserve chair, a aussi déclaré ….

    https://edition.cnn.com/2021/01/19/economy/janet-yellen-treasury-secretary-confirmation/index.html

  15. titejasette dit :

    Janet Yellen mes escuses, Madame !

  16. Daniel Poulin dit :

    Monsieur Hétu,
    Vous produisez beaucoup de textes; il est donc normal que des erreurs malencontreuses surviennent.
    Ne vous offusquez pas si on les relève à l’occasion.
    1- 600 miiliards (et non millions)
    2- insuffisante, voire risible (sans « s »)
    « La perfection n’est pas de ce monde. »

  17. Cubbies dit :

    Biden joue le jeu: il a promis de chercher à privilégier les ententes avec les Républicains. Mais il sait que le pays a grandement besoin de cette aide et il a une chance unique d’agir avec force contre les ravages de l’inaction de l’administration précédente.

    Il peut écouter, mais il détient les leviers du pouvoir en bout de ligne. Si la conversation mène nulle part il a le chemin libre pour agir. La population attend cette aide et le temps presse. Les Républicains sont restés assis sur leurs mains depuis trop longtemps pour protester.

    1. igreck dit :

      Il faut parfois se faire violence !

  18. Geneviève dit :

    C’est aussi de soutenir le clan modéré au Sénat. En agissant de la sorte, il leur donne plus de pouvoir et comme les républicains aiment beaucoup le pouvoir, ils pourraient s’éloigner des républicains plus de droite pour se rapprocher des plus modérés pour goûter au pouvoir immédiatement plutôt que dans 4 ans… Biden a été sénateur très longtemps, il sait comment ils fonctionnent.

    1. Ziggy9361 dit :

      Geneviève… vos arguments sont bons ,mais le clan modéré est vraiment ténu chez les républicains qui sont plutôt dans l’intransigeance et n ‘accepte pas la dissidence.Que ce soit au sénat ou à la chambre des représentants il y a des chiens enragés prêt à tout pour réprimer la dissidence ,tant qu’ils n’auront pas expurgée ses pommes pourries la bipartisanerie difficile en temps normal est actuellement impossible.

      Des vies seraient en jeux autant du côté démocrate que républicain

      1. igreck dit :

        Effectivement ! Voyez le sort réservé à la fille Cheney !

  19. jcvirgil dit :

    Il ne faudrait pas qu’il tombe dans le piège qui a eu raison des projets de réformes d’Obama au début de sa présidence, alors qu’il était majoritaire au Sénat, à la chambre des représentants et qu’il avait une majorité d’Américains derrière lui.

    Il a voulu jouer au grand conciliateur, à accouché de réformettes et rendu possible l’avènement d’un populiste comme Trump qui a promis d’assécher le marais de Washington ,en gouvernant pour les intérêts des*vrais americains*.

  20. lechatderuelle dit :

    Très difficile de voir où ira cette rencontre….

    à première vue, elle sera totalement improductive…

    Biden cherche à gouverner. Ce plan de 1 900 milliards n’est pas un chiffre apparu comme ça en jasant. Des experts ont évalué, estimé mesuré les besoins pour aider les citoyens frappés de plein fouet par la pandémie et ses effets collatéraux.
    les républicains font de la politique, encore…. Couper par 3 cette aide financière, n’est pas crédible…. c’est typiquement le même vieux réflexe républicain avec n’importe quel dossier…. trop cher..bla bla, bla… la dette…

    Parler de la dette en pleine pandémie démontre que ces gens ne prennent pas la pandémie au sérieux. ils ne considèrent pas que cette pandémie a tué près d’un demi-million des leurs et sape la base des économies locales….
    Pour eux, ce dossier de relance n’a pas de visage humain à la clé….

    La rencontre, sympathique et quelque part symbolique ne mènera nulle part….
    Biden a tout à y perdre…..

    si les 2 clans en ressortent campés sur leurs positions, les républicains pourront faire du millage sur le fait que Biden dit des choses mais fait exactement le contraire…
    si Biden donne du lest et négocie un mi-chemin, les républicains auront une attitude de vainqueurs, capable de faire plier Biden et sa gang pour chaque dossier ….

    Biden devait y aller en « passant la gratte » et tant pis pour ceux qui se plantent devant… pas le temps de niaiser car les gens souffrent et ont besoin d’aide maintenant….
    Ensuite, faire un comité pour surveiller et maximiser les actions pour un maximum de gens avec un groupe bipartite….

    Écouter l’autre parti est une bonne idée.
    Fallait envoyer ce groupe des 10 vers les « ministres » des différents dossiers… Par exemple former un comité avec Yellen qui leur donnerait le pouls de la situation, accompagnée par les responsables de la santé publique …. non pas pour négocier une baisse de l’aide, mais un appui de la part de ce groupe devant l’immensité du défi….

    On comprend Biden qui cherche des appuis au Sénat pour le procès qui approche…. mais c’est une erreur stratégique….

    1. Ziggy9361 dit :

      @chatderuelle belle réflexion sans fioritures qui va droit au coeur du problème, trop tôt pour donner du leste,beaucoup d’entre eux croient qu’ils n’ont pas perdus les élection du mois leus partisans.

      1. InfoPhile dit :

        «beaucoup d’entre eux croient qu’ils n’ont pas perdus les élection»

        En tout cas, que je sache, pas parmi ceux qui ont été invités.

    2. igreck dit :

      « Fallait envoyer ce groupe des 10 vers les « ministres » des différents dossiers…« 
      Il ne faut pas oublier la symbolique : une invitation à la MB, à la Salle de réunion du Président ou même au BO, a toujours un effet politique majeur.

      1. onbo dit :

        @igreck

        Biden pose un geste important, autant pour témoigner de son engagement dans la « bipartisan approach », autant pour faire baisser la pression en se montrant intéressé à l’écoute de 10 sénateurs républicains.

        La délégation républicaine s’invite dans la conversation, s’affirmant auprès des sénateurs républicains qui n’osent pas sortir de leur zone de confort. Biden aussi s’est élevé au dessus de sa zone de confort, mais demeurant sur son terrain. Il les invite illico à la Maison Blanche.

        Biden conserve ainsi l’initiative de l’action et agit en Président de tous les américains.

        Le lien qui suit me semble être la meilleure explication de la rapidité de l’initiative des 10 R. Les derniers paragraphes de l’article sur McClosky sont clairs comme de l’eau de roche.

        https://www.rawstory.com/pete-mccloskey/

  21. kyrahplatane dit :

    Susan Collins ne bougera pas d’un iota, elle l’a dit la semaine dernière que
    600 millions était amplement sufisant après l’argent débloqué en décembre.
    Elle ne veut pas donner d’argent aux États et c’est très dommage.

    1. kyrahplatane dit :

      600milliards.oups.

    2. igreck dit :

      Elle non plus n’a pas compris sa leçon ⁉️

      1. Haïku dit :

        Touché !! 👌👌

  22. jeanfrancoiscouture dit :

    Qu’un président qui prône la réconciliation rencontre ce quarteron qui, à la notable exception de Mitt Romney, n’a jamais lâché Donald Trump, cela ne devrait pas nous surprendre. En quelque sorte, il tente de faire ce qu’il prêche. Dans le fond, il sait probablement que tout cela est du théâtre.
    Alors, cela ne manque pas de me rappeler une scène d’un film dont j’ai malheureusement perdu la trace et dans lequel, sur les marches du palais de justice, une dame s’en venant témoigner contre un chef mafieux s’indigne que l’individu en question la salue courtoisement et veuille lui serrer la main.
    Le procureur de l’état qui accompagne la dame a cette explication savoureuse: «Mais Madame, ne vous en faites pas avec cela. La vie est un théâtre. Monsieur fait semblant d’être un gentleman et nous, nous faisons semblant de le croire.» 🙂

  23. Pierre S. dit :

    ———————————-

    cette rencontre a un but très simple…
    Biden veut s,assurer d’un minimum de collaboration de certains républicains
    pour le début de sa précédence alors il cible les plus raisonnables ….

    Ne vous attendez pas à voir Matt Gaetz, Jim Jordan, Ted Cruz ou Josh Hawley défiler
    à la MB, de un ils ne le méritent pas et de deux ces saboteurs sont contre productif et dogmatique.
    Bref y a rien a faire avec eux …. la job de biden est de faire avancer le pays.

    1. Ziggy9361 dit :

      Il devra le faire sans eux,pour un bon bout de temps, mi immédiatement deux ans et ça si seulement il réussi à juguler la pandémie et que ses politiques donnent les fruits espérés au niveau de la population en général,sans espéré convaincre les trou du Qanon et tous les autres groupuscules de la même eau,mais du moins la population qui n’ont pas bu le KoolAid et attendentde l’aide comme les autres.

      Attendez le procès de la grosse poire vous allez réellement voir c’est quoi leur beau principe de la bipartisanerie ,faudra que McConnell soit persuasif si lui même na pas changè d’idée pour sauver sa peau et sa job d’opposition à toutes.

  24. gl000001 dit :

    HS: Une jeune fille noire menotté et poivrée à Rochester NY. Elle était en crise. Elle a 9 ans. Le syndicat des policiers dit que c’était la bonne chose à faire. Calisse !!!
    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2021-02-01/une-video-montre-des-policiers-maltraiter-une-fillette-noire.php

    1. Haïku dit :

      gl000001
      Et je dirais même plus, calisse au cube !! 😨😨😨

  25. Madalton dit :

    Bernie Sanders affirmait, hier, que les démocrates n’avaient pas besoin de sénateurs républicains pour faire passer le plan d’aide.

    https://www.politicususa.com/2021/01/31/sen-bernie-sanders-says-democrats-have-the-votes-to-biden-covid-relief-bill-without-republicans.html

  26. FlorentNaldeau dit :

    Cette rencontre est une occasion qui me semble gagnante à tous points de vue pour JB. D’une part il fait part d’ouverture et d’écoute bipartisanes; il tient donc son engagement à cet effet. Même si aucune entente formelle n’en résulte, il aura cette initiative à son crédit. S’il peut intégrer certaines des suggestions du groupe des 10, il pourra là encore faire valoir son ouverture d’esprit.

    Une véritable entente, acceptable par une partie des Républicains et par les Démocrates, y compris les « progressistes », serait évidemment un résultat encore plus positif pour l’image et la crédibilité de JB.

    De toute manière, que cette conversation soit un échec sur toute la ligne ou un succès au moins partiel, il y aura un impact politique positif pour JB: le groupe des 10 sera la cible de critiques et attaques de ceux parmi leurs collègues qui sont encore inféodés à DT. La simple existence de ce groupe entretiendra donc la division au sein du GOP, ce qui peut être à l’avantage des Démocrates s’ils sont capables d’en tirer profit.

    1. Ziggy9361 dit :

      Votre dernier paragraphe est la seul chose qui m’apparait positif. J’ai passe le stade de croire ne serait ce que seulement une proposition de leur part soit pour le bien commun, je dis bien commun,qui améliore le sort au moins des plus démunis comme le salaire minimum à$ 15,jamais les républicains auraient seulement pensés à cette évidence pour sortir un peu le monde de la pauvreté, même ici un pays socialissse ça passe pas comme une lettre à la poste.

  27. citoyen dit :

    plutôt que de faire de la petite politique à la petite journée, il faudrait séparer les buts et les objectifs dans un horizon d’un mois, d’un trimestre et d’une année pour avoir une imputabilité cohérente et un suivi progressif.

    1. gl000001 dit :

      Vous vous trompez de cible. C’est t**** qui faisait de la petite politique improvisée. Pas d’imputabilité ni de suivi.

  28. kelvinator dit :

    Il est important de souligner la fracture qui se produit actuellement à gauche.

    Jimmy Dore, le failed comedian qui n’a du succès qu’en animant une chaine YouTube progressiste pro-Berniebro. Il a traité AOC de vendu dernièrement, de traitre.

    Maintenant, Glenn Greenwald va à son show pour dénigrer AOC sur les death threat lui étant adressé : « Fuck you, I don’t work with you, you guys got me murdered. You’re a white supremacist. »
    https://twitter.com/themattdimitri/status/1355411889946128385

    J’ai l’impression que cette frange de gauche, sauf pour Greenwald clairement de droite, continuerons sans cesse d’attaquer les démocrates comme il l’ont fait depuis 4 ans. Parce que ces gens, tout comme les pro-Trump, ne veulent pas de bipartisanerie. Biden donne un exemple concret, même si elle a peu de chance d’aboutir, il était obligé de les rencontrer au moins avant de voter le budget.

    1. spritzer dit :

      @kelvinator

      « Parce que ces gens, tout comme les pro-Trump, ne veulent pas de bipartisanerie. »

      C’est pourtant exactement pourquoi Greenwald critique AOC. Parce qu’elle refuse de travailler avec Ted Cruz qui se dit en accord avec elle sur la nécessité de réguler le marché boursier à la suite de GameStop. Mais AOC a répondu: « Fuck you, I don’t work with you, you guys got me murdered. You’re a white supremacist ». Elle perd une occasion de faire un travail bipartisan TRÈS important.

      1. Ziggy9361 dit :

        Spitzer..faut-il absolument qu’elle est le syndrome de Stockholm après s’être fait mettre une épée de Damoclè sur la tête, que la proposition vienne de Greenwald pour Cruz contre la méchante AOC n’e fait pas plus de bon sens une fois qu’il n’ont plus le gros bout du baton.Qu’ils fassent leur preuve lors du procès point à la ligne.,

        Si il était en Russie il comprendrait ce que veut dire gros bout du baton.

      2. kelvinator dit :

        C’est certain que la division et les attaques de généralisation constante contre le GOP ne montre pas AOC comme un modèle d’écoute et de partisanerie.

        C’est plutôt le fait qu’il moque qu’elle ait reçu des menaces de morts. Évidemment, on peut critiquer son exploitation de la situation à des fins de division politique, mais on ne peut pas être content qu’elle ait reçu des menaces simplement parce que lui-même a reçu des menaces… Greenwald démontre tout son hypocrisie.

      3. spritzer dit :

        @Ziggy9361

        Il faut passer par dessus le clivage des deux partis quand l’occasion se présente, surtout dans un cas où il est question de restreindre Wall Street ! La bête qu’il faut absolument châtrer !

        Par ailleurs en quoi Cruz est responsable de la « frousse » qu’a eue AOC au Capitol ?

    2. Benton Fraser dit :

      Il y a toujours une fracture à gauche… libre-pensée oblige.

      La droite elle, fonctionne plutôt sous un mode soviétique, la ligne du parti avant tout!

      1. kelvinator dit :

        Dans le cas de Trump on voit que ce n’est pas tout le monde qui suit la ligne de partie qu’il impose, mais c’est vrai que le conformisme est la pierre angulaire idéologique du conservatisme.

  29. Lukas dit :

    Il peut aussi les recevoir tout simplement pour écouter leur « plan » et ensuite leur expliquer pourquoi il va privilégier son plan à lui, sauf s’il trouve peut-être quelque chose d’intéressant dans leur plan à ajouter au sien…
    Pas obligé de le faire d’une façon cavalière (comme l’ancienne administration faisait, pour ne pas dire « les envoyer promener »…), juste rester ferme, mais poli…

    1. Ziggy9361 dit :

      Lukas une réaction mitoyenne si on peut dire être á l ‘écoute mais très ferme sur les objectifs,et qu’ils se le tiennent pour dit dans le futur,les propositions devront être adaptées dans l’esprit des propositions démocrates.

  30. Samati dit :

    Le plan comprenait le versement de $2 000 à tous les contribuables plutôt que le $600 initialement proposé. Hors l’aide devrait s’adresser uniquement (comme au Canada) qu’à ceux qui ont perdu ou qui ne trouve pas un emploi en raison de la pandémie actuelle.

    Une somme beaucoup plus importante pourrait être versée à ceux qui en ont vraiment besoin, ce qui réduirait la facture de façon significative l’enveloppe de l’aide.

    Biden a également intérêt à obtenir l’appui de 10 républicains pour ce plan ce qui lui permettrait de conserver la possibilité d’utiliser la mesure d’exception (qui ne peut être utilisée qu’une fois par exercice et qui ne demande que 50 votes plutôt que les 60 pour une mesure budgétaire).

    1. Madalton dit :

      Le plan ne contient pas juste un montant de 2000$ à tous les contribuables. Voir le détail ci-dessous:

      https://www.cnn.com/2021/01/14/politics/biden-economic-rescue-package-coronavirus-stimulus/index.html

  31. Ziggy9361 dit :

    Voilà pourquoi les républicains les plus progressistes se présentent avec leur proposition minable il n’y a rien pour les pauvres riches. Pas de baisse de taxes pour eux donc impossible que sa ruisselle ou plutôt dégouline dans leur poches déjà pleine.

  32. Cette rencontre fera possiblemenr « suer » certains Démocrates » mais la manoeuvre du président Biden est habile.

    Il donnera la perception qu’il était sincère en disant qu’il serait le président de tous les Américains incluant ceux qui n’ont pas voté pour lui.

    Ça vaut donc la peine de rencontrer ces élus républicains et d’écouter ce qu’ils ont à proposer.

    Cela lui permetrra au président de mieux expliquer les avantagers de son propre plan qui à prime abord, est nettement plus généreux que celui proposé par les 10 élus républicains.

    On verra ce qui ressortira de cette rencontre mais uine chose est certaine. Cela marquera à nouveau, un changement important dans les façpns de faire dela part de l’administration Biden.

    La réconciliation et l’unité commencent par des gestes semblables.

    Qupoiqu’il en soit, le temps presse et les discusions ne devront pas s’éterniser car il ya actuellement des gens qui ont un urgent besoin d’aide.

    Il est temps D’AGIR !!

  33. Capitaine B dit :

    Bien sûr que Biden devrait se foutre des Républicains, surtout lorsque tout d’un coup ils s’offusquent de la dette. Il n’a pas besoin d’eux pour le plan de relance.

    Sauf que…

    Tôt ou tard il aura besoin d’eux pour rehausser le plafond de cette dette. Et ce jour là il aura besoin des répus. Et on se rapppellera à quelle point les democrates ont fait suer les répus ces dernières années avec tout ce qui est budget, financement de l’état et dette.

    Biden n’a pas le choix de se prévoir une certaine marge de manoeuvre pour plus tard.

  34. sousmarin dit :

    Bien sûr qu’il fallait recevoir et les écouter. C’est la base en stratégie, écouter le plus possible l’ennemi afin qu’il se dévoile.
    Après, si ces 10 guignols restent sur leurs chiffres, on les raccompagne plus ou moins gentiment vers la sortie en leur donnant les heures pour les visites guidées s’ils veulent revenir à la MB.

    Quant au financement de ce plan, il suffit d’imposer les très riches (5% sur le patrimoine des 1% les plus riches).
    Mais bon, pour cela il faudrait que les représentants et sénateurs démocrates ne soient achetés par ces individus…

  35. Pascale Vaillancourt dit :

    C’est bien beau de vouloir tendre la main de l’autre côté de l’allée, encore faut-il que les sénateurs républicains proposent un « package » qui a de l’allure!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :