Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

La mairesse d’Atlanta Keisha Lance Bottoms est incapable de répondre à la question qui coiffe ce billet. «Je ne crois pas que c’était un recours justifié de la force létale et j’ai demandé le licenciement immédiat de l’officier», a-t-elle déclaré samedi en annonçant dans le même souffle la démission de la chef de police de sa ville, Erika Shields. Mais que s’est-il passé vendredi soir dans le stationnement d’un Wendy’s d’Atlanta où un policier blanc a abattu Rayshard Brooks, un automobiliste noir de 27 ans.

La version de la police, appuyée par des vidéos et des témoignages, est la suivante : Rayshard Brooks s’est endormi dans sa voiture alors qu’il se trouvait dans la file des commandes à l’auto, obligeant les autres clients à le contourner.

Appelés sur les lieux, deux policiers blancs ont demandé à Brooks de sortir de son véhicule. Soupçonné d’être en état d’ébriété, l’automobiliste a été soumis à un test de sobriété. Test qu’il a échoué, selon la police, et qui a poussé les deux agents à le mettre en état d’arrestation.

Le suspect a résisté. Au cours d’une lutte avec les policiers, il s’est emparé d’un pistolet Taser, selon la police, et s’est mis à courir pour s’enfuir. Selon une vidéo, après avoir franchi une certaine distance, Brooks se retourne et semble pointe un pistolet Taser vers un policier. L’autre policier brandit son arme de service et abat Brooks après avoir tiré au moins trois coups.

L’avocat de la famille de Brooks a émis des doutes sur l’existence d’un test de sobriété et affirmé qu’un pistolet Taser n’était pas une arme létale. Il a réclamé des inculpations contre les deux policiers impliqués dans l’arrestation de Brooks, père de trois enfants. Quoi qu’il en soit, des manifestants ont exprimé leur colère en incendiant le Wendy’s et en bloquant une autoroute importante.

La pasteure Bernice King, fille cadette de Martin Luther King, a réagi sur Twitter en se demandant notamment pourquoi la police avait été appelée pour une situation qui aurait pu être réglée par un ou deux bons samaritains.

Stacey Abrams, colistière potentielle de Joe Biden et citoyenne d’Atlanta, a également réagi sur Twitter :

(Photo AP)

124 réflexions sur “Pourquoi Rayshard Brooks est-il mort?

  1. papitibi dit :

    Black lives matter!
    Burgers matter too!

    Si un dividu à peau foncée empêche des dividus à peau plusse pâle de commander leur burger, c’est tivident que les droits de la majorité l’emportent….

    Cela dit, si le dividu qui faisait obstacle au droit inaliénable de commander un burger avait lui-même eu la peau plusse pâle, est-ce que l’Escouade de Libération du Burger aurait été déployée?

    1. franlabrecque dit :

      Comme vous avez raison Papitibi , bientôt ce sera Incontrôlable toutes ces histoires d’inégalités envers les noirs, et l’idiot orange n’arrange rien non plus.

  2. ghislain1957 dit :

    Il me semble que ce n’était pas dûr de le réveiller alors qu’il était dans son auto, c’est ce que j’aurais fait au lieu d’appeler la police. Par contre, s’il était vraiment en état d’ébriété au volant, l’appel aux policiers était justifié. Pas le meurtre.

    1. jcvirgil dit :

      C’est difficile à juger en effet. A moins d’être sous l’effet de substances qui rendent dangereuses la conduite automobile ou d’être extrêmement fatigué,….je ne vois pas comment on peut s’endormir dans une file de commande à l’auto…

      La suite de l’intervention sera jugée selon la preuve . S’il a vraiment pointé un Taser sur les policiers,Il a couru après ce qui est arrivé par la suite.

      Premièrement, les nombreuses morts survenues suite à l’utilisation de cette arme sont là pour prouver que cette arme peut être létale, deuxièmement c’est clair ,on ne pointe jamais une arme sur des policiers à moins de chercher à finir la soirée à l’hôpital ou pire encore…

      1. Madalton dit :

        Selon moi, il a utilisé le taser en courant. Il y a comme un flash quand il pointe le taser vers le policier. On voit le policier cesser de courir et tomber sur la voiture avant de se relever et tirer sur le suspect.

        Mettons, qu’il n’a pas aidé sa cause. Il aurait été un blanc et il serait mort aussi. Quand on prend possession du taser d’un policier, il faut s’attendre à ce que ça vire mal.

      2. chicpourtout dit :

        @jcvirgil
        J’ai eu la même pensée que vous spontanément, « comment a-t-il pu s’endormir dans une file d’attente »….
        Et ce, jusqu’à ce que je parle à mon peintre de maison. Il travaille de jour, de nuit et là hier il a terminé sa journée à… 5 hr du matin… et retournait travailler à… midi pour un autre contrat.
        Ce monsieur fait des heures de fou pour se remettre financièrement de la pandémie. Croyez-moi, il la gagne son argent comme on dit…
        Peut-être que ce jeune homme c’est la même chose, on ne sait pas…
        Avec les années, il y a une chose que j’ai bien compris. C’est facile de juger les gens de l’extérieur mais on ne connait pas la vie des gens…
        Et, je ne vous vise pas par mon.propos loin de là….
        Bon dimanche à tous.

      3. MarcoUBCQ dit :

        Vous êtes sérieux quand vous dites qu’il a couru après? Je trouve votre commentaire révoltant et scandaleux.

      4. Raymonde Belanger dit :

        L’apnée du sommeil donne ce résultat ,si non contrôlée

      5. jcvirgil dit :

        @chicpourtout 9h36

        Je ne me sens pas le moindrement visé .
        On partage nos opinions. C’est vrai que la fatigue pourrait expliquer son endormissement.

        Cependant si les policière ont voulu lui faire passer leurs tests pour juger s’il était en état d’ébriété, c’est fort probablement parce qu’il sentait la boisson.

        Son refus de passer les tests et sa fuite ont entraîné tout ce qui a suivi.

        La preuve le dira mais à première vue ce n’est pas évident que le racisme soit un facteur déterminant dans cette intervention.

      6. Achalante dit :

        @jcvirgil: Vous n’avez pas lu le lien que j’ai mis il y a quelques jours. Est-ce que l’appareil enregistre le résultat sur papier, ou d’une façon qui ne peux être falsifiée? Les policiers pouvaient très bien lui avoir fait passer le test sans raisons, puis dire qu’il l’a échoué juste pour l’arrêter. L’autre excuse facile: « ça sentait le pot ». Et pendant l’arrestation, ils insultent, ou sont volontairement brutaux pour provoquer une réaction et dire qu’il a résisté à son arrestation. Il peuvent alors faire ce qu’ils veulent.

    2. papitibi dit :

      L’appel aux policiers était justifié?

      Pas certain. Si ce corps de police-là a la réputation de casser du nèg, alors NON, l’appel n’est pas justifié.
      Rappelez-vous cet épisode dans Central Park, il y a quelques semaines, alors qu’un monsieur COOPER à la peau noire a demandé à une madame Cooper à peau blanche d’attacher son chien comme le règlement l’y oblige.

      La madame a appelé la police: un nèg me harcèle!

      Appeler la police, oui, mais dans le seul but de s’en servir à des fins illicites, comme arme de dissuasion massive et pour assouvir des instincts inavouables? Qu’on le veuille ou non, ça reste en trame de fond, compte tenu de ce que l’Histoire récente nous enseigne.

      1. MarcoUBCQ dit :

        Je me demande pourquoi il y a ici des hommes qui tiennent cette thèse que le policier a eu raison de tirer. Ne comprennent-ils pas donc que non seulement il n’y avait aucune raison de le faire, mais qu’en tenant compte qu’un homme noir est réellement en danger de mort lorsqu’un policier a décidé d’user de force contre lui, il y lieu de se questionner comment cet homme peut « bien » réagir dans une telle situation.

    3. simonolivier dit :

      @ghislain Avant de tirer des conclusions, on peux-tu attendre l’enquête du GBI. Possiblement que justement quelqu’un est allé voir si le gars était ok. Voir s’il était juste endormi ou malade. Et qu’en faisant ce geste, la personne s’est aperçu que ca puait l’alcool à plein nez. Ca m’est déjà arrivé coin Peel et Notre-Dame à mourréal. Le gars devant moi n’avançait pas lorsque le feu est passé au vert. J’ai klaxonné et j’ai décidé de le contourner. Il était couché sur son volant. Je me suis immobilisé en pensant qu’il était malade. Cogné dans la vitre il n’a pas bougé. Ouvert la portière et là il m’est venu une odeur de fond de tonne comme j’avais jamais senti. J’ai appelé la police qui a réussi à réveiller le gars. Tellement paqueté qu’il avait de la misère à parler. C’est possiblement ce qui est arrivé. Alors la Dre King devrait se garder une petite gêne pour l’instant.

      Que le mec soit blanc ou noir, s’il est en état d’ébriété au volant t’appelle la police.

      1. ghislain1957 dit :

        @simonolivier

        « Que le mec soit blanc ou noir, s’il est en état d’ébriété au volant t’appelle la police. »

        C’est exactement ce que je dis, prenez le temps de me relire.

      2. simonolivier dit :

        @ghislain Désolé, je me suis mal exprimé. Oui j’ai vu que c’est ce que vous disiez pour l’état d’ébriété. Comme mal parti ma première phrase. Je voulais dire avant de parler de meurtre et de tirer….

  3. Ce n’est pas lui qui avait les mains menottées dans le dos, lorsqu’il s’est enfui?

    1. Rick42 dit :

      Non, sûrement pas… avez-vous visionné la vidéo? Le suspect a pointé une arme laser sur un des policiers.

  4. Guy Gibo dit :

    Il me semble de plus en plus évident que l on ne peut plus dissocier les lois régissant la police des lois autorisant le port d’armes pour tous et chacun… Les policiers ont peur et les citoyens aussi, de part et d autre… Tout le monde estime qu il a droit a l’auto défense en toute circonstance pour une raison ou une autre. Les deux dossiers doivent être reliés sinon ils arriveront â rien..

    1. ProMap dit :

      Remarque très pertinente.

      1. Michèle dit :

        Je seconde!
        Tout le monde a peur de tout le monde, droit du port d’armes oblige! Quel triste pays..

    2. danielm dit :

      Votre point de vue éclaire de façon plus profonde le malaise américain sur la culture de la violence aux États-Unis. Bien vu!

      1. Et j’ajouterais une réplique souvent entendue dans leurs films et qui ne vient pas de nulle part:

        « Tire et pose des questions après »

        C’est un peu la mentalité pour certains de nos voisins qui agissent et par la suite voient pour les conséquences. Après tout, ils se croient supérieurs et le reste du monde doivent s’y faire. Point barre.

    3. dynopax dit :

      Très bien dit!

      C’est, encore et toujours dans un pays malade de ses armes, un autre exemple de symptôme d’un très profond malaise qui gangrène cette société. L’enfer, c’est les autres! Une profonde remise en question est devenue nécessaire mais permettez-moi un très gros doute, ça n’arrivera pas. Des institutions et un mode de vie sclérosés par des décennies d’apologie de la violence et des armes… Sorry but you’re fu…d!

  5. noirod dit :

    Ce que les images montrent c’est que les policiers ont étés vites sur la gâchette après que leur suspect se soit retourné et ait pointé le taser gun en leur direction. Faut d’ abord conjuguer au conditionnel . Les policiers ont zéro marge de manoeuvre d’autant plus qu’on passe par une remise en question de leur existence même. La démission de la chef de police qui occupait pourtant son poste depuis une vingtaine d’années laisse toutefois entrevoir que déjà une perte de contrôle faisait des ravages et que les vieilles façons de faire ont étés jetées aux poubelles.
    Un paquet de bonnes questions citées dans cet article méritent réflexion. Fallait il vraiment appeler la police pour un gars endormi dans son char dans une ligne de service au volant ? Réflexe habituel et normal direz vous mais on voit bien que ce qui faisait autrefois partie de la solution pensait on, fait maintenant partie du problème. Un taser c’ est pas mortel mais un gun par exemple c’ est autre chose. Au fil des prochains jours, mois le moindre détail des gestes policiers sera scruté au peigne fin.
    Encore une fois on a toutefois que la version policière pour expliquer ce que les images ne montrent pas. Cette fois ci, ca joue contre eux. Au contraire ca sert la cause parce qu’il est trop tard pour reculer et l’immobilisme habituel après un mouvement de contestation n’ est pas une option.

    Il y a de ces tueries dans un paquet de villes américaines qui ne font que les manchettes locales. Une certaine banalisation de ces évènements vient de disparaitre souhaitons le.

  6. Michel Lauzon dit :

    Au États-Unis si t’as un problème t’appelle la police. Ça me rappelle ces images de profs qui call la police même pour régler un problème avec un élève. T’as les pieds sur un bureau on call la police, t’es tannant en classe, on call la police. Alors, quand t’as un gars qui dort dans son char, ton premier réflexe c’est tu call la police. Ce peuple me décourage🤦‍♂️

    1. simonolivier dit :

      Et si le gars était vraiment en état d’ébriété au volant? On appelle pas la police?

  7. danielm dit :

    Cette séquence vidéo me laisse perplexe. D’abord pour le fait que l’individu soupçonne d’être en état d’ébriété apparait en bonne capacité de ses moyens pour courir aussi vite et selon une trajectoire directe. Ensuite, avec la présence des autres automobiles et la connaissance que le suspect avait subtilisé un « teaser » au policier poursuivant ou collège, le recours à une arme à feu m’apparait une faute professionnelle (et possiblement criminelle) flagrante.
    Ou bien tous ces policiers n’ont pas la formation adéquate, ou bien ils ont simplement abusé de leur pouvoir peu importe la raison, profilage ou non.

    Les États-Unis ont une culture de la violence prononcé et la libre circulation des armes renforce en fait le sentiment d’insécurité des citoyens et des forces de l’ordre. Pour les armes, mon point de vue reste le même, soit la prohibition complète à l’exception des forces de l’ordre et sous des circonstances particulières seulement. Pour la culture de la violence, elle s’associe malheureusement à l’apogée de la médiocrité de la loi du plus fort.

  8. Toile dit :

    C’est toujours pareil. On tire pour tuer. L’idée de blesser pour immobiliser ? Hein kessé ca !

    1. Robert Giroux dit :

      Dans les académies de police, on enseigne aux futurs policiers à tirer pour tuer !
      C’est comme ca !!

  9. kyrahplatane dit :

    Trop de forces de police lourdement armées
    et mal formées aux États-Unis

  10. titejasette dit :

    Come on ! C’est un dangereux criminel endormi au volant. Il n’avait pas passé le test de sobriété. Intoxiqué comme il était, avec un Taser dans la main, il peut descendre l’Escouade de Libération du Burger au complet. Le policier a protégé sa vie et la vie des autres CHAUVI-nistes (1)

    (1) Chauvinism means the belief that your country is superior to all others. If you traveled to China and complained about everything that was unfamiliar and talked about how much better things are back home, you’d be guilty of chauvinism.

    La démission de la chef de police de sa ville, Erika Shields ? Elle n’a rien fait de mal. Elle n’avait même pas fini de déguster un Bunker-King, assise tranquillement derrière son bureau.

    1. Haïku dit :

      😉😉👌👌

  11. monteregien dit :

    Il y a quelques années, à cause d’un accident, la circulation sur l’autoroute où j’étais fut complètement bloquée. La dame dans la mini-fourgonette dans la voie de gauche à côté de moi s’est endormie (au volant). Il ne me serait pas venu à l’esprit d’appeler la police. Quand la circulation a commencé à débloquer, je suis sorti de ma voiture rapidement et j’ai cogné à sa fenêtre. Elle s’est réveillée et est immédiatement partie. Personne n’est mort.

    1. chicpourtout dit :

      Très pertinent commentaire.

  12. Toile dit :

    La chef de police démissionne pourquoi ? Pour marquer sa dissension avec la décision de la mairesse de requérir le licenciement du policier impliqué ? Etait ce avant ou apres la demande ? Si c’est après, on peut en conclure qu’elle marque sa dissension. Et ca, c’est pas un bon gage. A suivre…. parcque c’est loin d’être fini.

  13. Guy Pelletier dit :

    Aux USA désolé mais si vous résister à votre arrestation qu’importe votre couleur de peau plus encore si vous vous emparer d’une arme d’un policier ne serait-ce qu’un teaser pour la pointer sur des policiers ça risque de bien mal tourner pour la personne osant faire cela. Les policiers y sont formés pour « neutraliser » cette menace la plupart du temps en abattant le suspect. Ce qu’on voit très rarement en Grande Bretagne ou les policiers sont formés a neutraliser des suspects autrement qu’en leur tirant dessus avec des armes à feu. Faut dire que les niveaux de violence et gens armés sont différents entre « l’Amérique » et la GB. Ici aussi nos policiers formés aux méthodes américaines utilisent bien trop souvent leurs armes à feu pour neutraliser des suspects trop souvent des gens souffrant de problématiques de santé mentale alors qu’ils pourraient le faire à plusieurs policiers à l’aide de boucliers pour se protéger, gaz irritants, matraques et teaser.

  14. Apocalypse dit :

    Le policier ne savait pas que c’est un taser que l’individu pointait sur lui?

    Encore une fois, carrément un assassinat!

    Je lisais dans La Presse, il y a de cela quelques années, un expert qui disait que les policiers sont les seuls individus dans notre société ayant légalement le droit d’utiliser une arme à feu pour tuer ET que cela devrait être encadré d’une manière extraordinaire.

    En regardant ce qui passe aux Etats-Unis, et même au Canada, est-ce que quelqu’un pense que c’est le cas? Bien sûr que NON!

    Qu’on prenne la vaste, vaste majorité des citoyens et qu’on les place dans une situation qu’ils perçoivent comme dangereuse pour leur vie, s’ils n’ont pas d’arme, ils vont essayer de s’enfuir, se cacher au plus vite, mais s’ils ont une arme à feu, attacher votre tuque, la vaste, vaste majorité vont tirer; donc, pas de surprise.

    La grande, grande majorité des policiers sont des gens tout ce qu’il y a d’ordinaire, alors il faut une sérieuse, sérieuse formation et ça ne semble même pas proche d’être le cas. On utilise son arme à la moindre perception du danger. Une bonne formation permettrait de bien les préparer ou carrément de les éliminer du programme et qu’ils trouvent du travail dans un autre domaine.

  15. Apocalypse dit :

    @Guy Pelletier – 09:06

    ‘Ici aussi nos policiers formés aux méthodes américaines utilisent bien trop souvent leurs armes…’

    Oh que oui! A la moindre perception d’un danger, c’est BANG, BANG!

    Les policiers mettent littéralement la vie de la population en danger avec la complicité d’un système que les protègent.

    Je ne sais pas si vous avez lu cet article:

    https://www.lapresse.ca/actualites/2020-06-14/mort-d-un-huitieme-autochtone-en-trois-mois-lors-d-une-intervention-policiere

  16. Robert Giroux dit :

    Tout un contraste avec Dylann Roof, un suprémaciste blanc
    reconnu coupable d’avoir abattu 9 afro-américains ds une église à Charleston en Caroline du Nord.
    Quand les policiers l’ont arrêté, moins de 24 heures après son crime haineux, ils l’ont gentiment amené
    ds un Burger KIng pour lui permettre de casser la croute avant de l’amener au poste !

    1. Gina dit :

      @Robert Giroux
      Ce que vous décrivez là montre qu’ il deux systèmes de justice : un pour les Noirs et un pour les Blancs . Ceci est une injustice pour les Noirs . Le crime du gars c’est de s’endormir au volant dans une ligne de commande à l’auto . Je vous avoue que ce n’est pas normal. Est-ce que ce serait pas plus simple d’aller voir le gars ? Je ne sais pas . Appeler la police pour un gars qui s’endort , il faut se questionner sur la culture du rapport de ce peuple avec la police . Oui après un test d’alcoolimie , il faut intervenir . Mais que cette perquisition arrive à la mort d’un père de famille , c’est difficile à comprendre . Je ne sais plus quoi dire , quoi penser d’un peuple qui a le doigt sur la gâchette trop facilement . Le pire ce sont toujours les mêmes qui sont victimes de la police . Je lisais ce matin , les journaux aux États-Unis c’était effrayant de voir le nombre d’hommes noirs qui sont tués aux mains de la police pour des banalités depuis cette dernière semaine. Aucun crime commis , pas de vol c’est triste à voir . Çà va finir quand cette injustice . Il faut à un moment donné penser à mettre fin à tout cela . On ne pourra plus continuer dans un tel état d’esprit . et pour les deux communautés .

  17. Apocalypse dit :

    @Guy Pelletier – 09:06

    ‘Les policiers y sont formés pour « neutraliser » cette menace la plupart du temps en abattant le suspect.’

    Dans mon bouquin, les policiers ne devraient JAMAIS tirer sur quelqu’un qui n’a pas une arme à feu; si c’est le cas, la formation est un gros ZERO ainsi que le jugement du policier qui a la trouille à la moindre occasion.

    La formation est supposé te préparer à ces situations; d’ailleurs, c’est ce qu’on dit qu’ils sont formés pour ces situations, mais à toutes les fois, on tire et les questions ensuite.

    Disons que l’idée de mettre une arme à feu dans les mains de CHAQUE policier n’était pas l’idée du siècle. On devrait avoir quelques équipes de policiers avec des armes à feu et dans certaines situations, on les appellent, autrement, une excellente formation pour gérer toutes les autres situations.

    D’aileurs, en Grande-Bretagne, je pense que la majorité des policiers n’ont pas d’arme à feu et ce n’est pas le carnage.

    1. Robert Giroux dit :

       » …Un policier sur 20 dans le pays, et un sur 10 à Londres, est autorisé à porter une arme.
      Ils ont suivi une formation très stricte pour ça, avec notamment un suivi psychologique.
      Leur rôle est de fournir un soutien à leurs collègues non armés.
      Concrètement, ils fonctionnent par patrouille, équipés de pistolets, mitrailleurs et fusils d’assaut.
      Ils sont capables d’intervenir très vite, ils l’ont d’ailleurs fait près de 15.000 fois l’an dernier,
      selon les dernières statistiques du département de l’Intérieur britannique.
      À Londres, les sites sensibles comme le parlement, sont gardés en tout temps par du personnel armé, …
      Il y a eu l’an dernier, 15.000 opérations de policiers armés mais ça ne veut pas dire qu’ils ont dégainés.
      La police n’a effectivement fait feu qu’à sept reprises pendant toute l’année.
      https://www.europe1.fr/emissions/Le-vrai-faux-de-l-info2/la-police-britannique-est-elle-armee-3145154

      1. simonolivier dit :

        @Robert Giroux Sauf que la GB ne compte pas plus d’armes que de citoyens avec des états où le conceal carry est permis. Le règle d’interception sont pas mal différentes si tu sais que les chances que l’individu soit armé sont presque nulles versus un chance sur deux qu’il ait une arme. La GB, comme le Canada, ne vit pas dans une culture de violence comme celles des USA.

    2. Madalton dit :

      Comme je l’écrivais cette semaine dans un billet précédent, le modèle anglais est excellent mais il faut dire que la population n’est pas aussi armée qu’aux USA. Tant qu’il n’y aura pas de contrôle des armes à feu et l’interdiction de possession d’armes de combat, les policiers seront armés.

      Le Canada devrait imiter le modèle anglais.

  18. Apocalypse dit :

    @Robert Giroux – 09:28

    Merci beaucoup pour les infos: très intéressant!

    👍👍

  19. Gilbert Duquette dit :

    J’aimerais souligner un reportage : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/dessine-moi-un-dimanche/segments/entrevue/183750/trump-2020-richard-hetu-new-york-situation-actuelle

    Je n’ai pas eu le temps de l’écouter mais je crois que cela va être un délice à écouter. L’invité semble être des plus intéressant.

    1. Haïku dit :

      Gilbert Duquette
      Merci pour le lien. 👌

  20. Daniel A. dit :

    Je ne me ferai beaucoup d’amis, mais je pense que c’était une décision purement politique de la mairesse dans le contexte des événements du meurtre de George Floyd.

    Dans ce cas-ci, si la version du rapport de la police est exacte, le gars a pointé un taser sur le policier qui a une demi fraction de seconde pour réagir. Ce n’est pas du tout comme dans le cas de George Floyd.

    Hypothèse. Il fait quoi le policier qui a devant lui un noir qui pointe une arme chargée dans sa direction? Il prend la décision politique de ne pas tirer au risque de se faire tuer? Ou il prend une décision de survie et tire pour se défendre? Et il n’a qu’une demi fraction de seconde pour prendre sa décision.

    1. Toile dit :

      Vous oubliez une autre option : il se met en situation de sécurité en visant une jambe. Pas évident de cibler me direz vous ? Ils s’entrainent non. Pis j’ai pas souvenir d’avoir entendu une sommation. Peit etre étais je avant ?

      1. simonolivier dit :

        Et s’il manque la jambe et atteint un innocent comme ça s’est produit il y a quelques années à Montréal? Ou il atteint la jambe mais le gars est encore capable de tirer. Et on était passé la sommation. Vous auriez voulu qu’ils lui demandent poliment de s’agenouiller?

      2. Gilles Morissette dit :

        @Toile (14/06/2020 à 11:45)

        Désolé de vous contredire mais » tirez dans une jambe » peut être encore plus dangereux pour un suspect car il ya toujours possibillité d’atteindre une artère vitale (ex, Artère fémorale) et voir celui-ci « se vider de son sang ». N’importe lquel médecin vous dira que la mort peut alors survenir très rapidement.

        On parle ici d’une personne agité qui est en mouvement. Par conséquent, il est difficile voire quasiment impossible d’effectuer un tir qui atteindra l’endroit visé, et ce, même avec un « bon entraînement ».

        « Tirer dans une jambe en pensant que ce sera efficace » est une légende urbaine. Il n’y a que dans les films ou les séries télé où ce genre de chose est possible.

        Comme le souligne plusieurs intervenants, ll existe d’autres moyens efficaces pour approcher et neutraliser au besoin un suspect récalcitrant. C’est justement ce qu’on doit enseigner aux policiers durant leur formation.

        Un peu de GBS et de psychologie peuvent parfois donner de bons résultats.

        Le recours à la force et ultimement à une arme létale, doivent être des mesures de DERNIER RECOURS lorsqu’un policier a épuisé toutes les autres options.

        C’est pour cela qu’on les forme et les paient : Apprendre à réagir rapidement , bien évaluer toutes les options et prendre les bonnes décisions.

      3. Madalton dit :

        Ce n’est que dans les films que les policiers visent les jambes. Imaginez en plus quand la personne court.

        Ils visent le corps, la partie ayant la plus grande superficie. C’est pour ça que les gilets par-balles existent. Il n’y a rien qui protège la tête.

    2. simonolivier dit :

      @Daniel A. D’accord avec vous

  21. Apocalypse dit :

    @Daniel A. – 09:46

    ‘Dans ce cas-ci, si la version du rapport de la police est exacte, le gars a pointé un taser sur le policier qui a une demi fraction de seconde pour réagir.’

    Sérieusement?

    Le policier ne savait pas que le gars avait un taser? Un taser, ça ne tue pas ou très, très rarement.

    C’est un assassinat, rien de moins!

    De toute manière, ça ne changera rien! Apparamment, tout le monde est impuissant devant cette situation de policiers qui tue de simples citoyens à la moindre menace perçue ou réelle.

    1. Daniel A. dit :

      @Apocalypse

      Vous êtes policier. Vous savez que le gars en face de vous a un taser. Et vous savez que le taser tue rarement. Vous faites quoi? Vous prenez la chance, aussi minime soit-elle, que le taser ne vous tue pas? Décidez-vous, vous êtes en pleine action et vous n’avez qu’une demi fraction de seconde pour vous brancher.

      1. MarcoUBCQ dit :

        Votre argument n’a aucune valeur. Un policier est là pour protéger les citoyens. Un policier, selon votre définition implicite, est là pour son propre intérêt d’abord et avant tout, et s’il a le temps, ben là il va essayer de protéger les citoyens. Ces policiers ont menacé la vie de cet homme en essayant de l’arrêter, aloprs qu’aurait-il du faire? Prendre le risque qu’on ne lui tire pas dessus, comme ça se passe sans arrêt dans ce pays?! Vous divaguez Daniel.

      2. Daniel A. dit :

        @MarcoUBCQ

        Je suis d’accord quand vous dire qu’un policier est là pour protéger les citoyens. Alors, je reformule ma question.

        Vous êtes policier. Vous savez que le gars en face de vous a un taser. Et vous savez que le taser tue rarement. Et vous savez que vous devez protéger la vie des citoyens. Vous faites quoi?

        Vous pensez à protéger le citoyen et vous prenez la chance, aussi minime soit-elle, que le taser ne vous tue pas?

        Ou

        Vous pensez à protéger le citoyen et vous pensez également à vous protéger.

        Décidez-vous, vous êtes en pleine action et vous n’avez qu’une demi fraction de seconde pour prendre votre décision.

        Pensez-vous toujours que je divague?

      3. MarcoUBCQ dit :

        Le problème ici est qu’un policier qui tue n’a jamais eu affaire à répondre de ses actes, l’assassinat de eorge Floyd étant une exceptionnelle entorse à cette règle pourrie. Pour ce qui est de décider sur le coup, ça c’est la formation qui entre en jeu.

      4. Daniel A. dit :

        @ MarcoUBCQ

        « Pour ce qui est de décider sur le coup, ça c’est la formation qui entre en jeu ».

        Est-ce votre seul argument? Je suis pas certain d’être convaincu. En avez-vous un autre.

  22. Apocalypse dit :

    HS – En fait, vraiment pas mal dans le sujet:

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-06-14/le-pentagone-accuse-d-avoir-militarise-a-l-exces-la-police-americaine

    Je vous passe le 1er paragraphe:

    ‘Les images de policiers en tenue de combat et armés de fusils d’assaut face aux manifestants qui protestaient contre les violences policières ont relancé le débat sur ce programme que Barack Obama avait fortement limité en 2015, mais que le président Donald Trump a relancé en 2017.’

  23. A.Talon dit :

    Si ce n’est déjà fait, le despote orangé va bientôt trouver moyen de suggérer que la victime n’était qu’un vilain provocateur de la terrible organisation terroriste Antifa.

  24. A.Talon dit :

    «La version de la police, appuyée par des vidéos et des témoignages, est la suivante : Rayshard Brooks s’est endormi dans sa voiture alors qu’il se trouvait dans la file des commandes à l’auto, obligeant les autres clients à le contourner.»

    Excellente raison pour lui tirer dessus, en effet…
    Désolante histoire où, une fois de plus, le «White Power» cherche à démontrer qui est le véritable maître en ce pays.

  25. jeanfrancoiscouture dit :

    Comme plusieurs intervenants ici, je ne comprends pas que l’on appelle la police pour réveiller une personne endormie dans une file d’attente d’un «fast food». S’il s’était endormi à l’intérieur, assis à une table, aurait-on là aussi appelé la police? Des fois, certains «décideurs» décident vraiment de travers. Le fait que ledit client ait été de la «mauvaise couleur» a-t-il joué un rôle dans la décision de faire le 911? On peut raisonnablement croire que ce fut le cas.
    Par contre, dérober une arme à un policier, fut-ce un «simple» Taser, cela n’est pas une bonne idée. D’ailleurs quand j’ai vu le bout de la vidéo dans laquelle le fuyard se retourne et «tire», j’ai vu ce que j’ai cru être un «muzzle flash». J’ai d’ailleurs repris la séquence image par image et j’ai pu confirmer cela. Le tir subséquent par le policier m’a alors semblé légitime. Ça n’est que plus tard que j’ai appris que le «muzzle flash» que j’avais vu n’était que celui du «Taser», pas mal moins dangereux, voire inoffensif dans le circonstances. Le fuyard a tiré pratiquement au hasard et en courant. J’ai alors changé d’idée sur la pertinence du tir policier dont on connait le résultat fatal..
    Bref, encore une triste affaire qui tourne autour des différences de traitement qui, comme le l’écrivit si bien M. de La Fontaine**:
    «Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.»
    Et, encore aussi une triste fois, le cirque des déprédations qui reprend (ou se continue) en touchant des biens ou des personnes qui n’ont rien à voir avec la situation qui en fut l’amorce.
    _____________________
    **Les Animaux malades de la peste. Fables de LaFontaine, (Doré, Gustave: SACELP 1982.)

    1. Richard Desrochers dit :

      On pourrait paraphraser La Fontaine :
      « Selon que vous serez blanc ou noir
      Les jugements de cour vous rendront puissant ou misérable. »

      1. Haïku dit :

        Bien dit. 👌

      2. jeanfrancoiscouture dit :

        Bien d’accord avec vous. C’était d’ailleurs le but que je poursuivais en choisissant de conserver l’original car la pensée est la même. Cela va encore plus loin quand le gardien de la paix, le tribunal, le juge, le jury et celui qui exécute la sentence sont une seule et même personne.

    1. Michèle dit :

      Incroyable. Comme le dit si bien M. Hétu « Cet homme serait-il en vie s’il avait été noir plutôt que blanc. »
      Aucun doute qu’il ne serait plus en vie.

  26. AB road dit :

    La solution à tout ce merdier que les États-Uniens sont empêtrés jusqu’au cou, c’est l’abolition totale du droit de port d’armes à feu, autant chez les policiers que dans la population.

    Je sais, je sais que c’est une utopie loufoque.
    Mais ce qui se passe présentement et depuis trop longtemps aux USA, n’est-pas là aussi une loufoque utopie ?

    1. Michèle dit :

      AB road: entièrement d’accord avec vous!

    2. AB road dit :

      Il est de loin préférable une utopie loufoque qui fait rarement des victimes qu’une loufoque utopie qui fait sans cesse des victimes…

  27. papitibi dit :

    @ DanielM 8h52
    Ou bien tous ces policiers n’ont pas la formation adéquate, ou bien ils ont simplement abusé de leur pouvoir peu importe la raison, profilage ou non.

    La même personne, atteinte d’Alzheimer. Quand la police de Montréal se rend à son domicile – et ça arrivait fréquemment!, les agents SAVAIENT que le dividu, malgré ses 75 ans, était très ‘vigoureux’ et pouvait se montrer agressif. Mais ils étaient toujours accompagnés d’un intervenant social, si bien que ça se passait bien.

    Le bonhomme prend le train pour Toronto, où sa fille était propriétaire d’un condo. Évidemment, il ne savait pas si quelqu’un (sa fille ou son petit-fils) pourraient l’y recevoir. Il ne connaissait ni l’adresse, ni le # téléphone. Il sort donc de la gare et DANS SA TÊTE, il SAIT où aller! Erreur… Il commence à faire frette, il veut se mettre à l’abri du froid et force une entrée de la gare. La police arrive. Vers 5h AM, la police de Toronto appelle chez la fille du dividu; c’est moi qui prend l’appel. Are you a relative of Mr XYZ? No but his daughter and I live together… Please allow me to wake her up.

    Ils avarent porté des accusations de méfait; elle a décidé de ne pass contester et de payer – ça lui a coûté plusieurs milliers de dollars (amende, remboursement des dommages et frais). Moi, j’aurais PAS payé, j’aurais plaidé qu’il n’a PAS toute sa tête et que de toutes façons, il est sous curatelle et légalement IRRESPONSABLE.

    = = =

    Est-ce que la police peut connaître tous les dividus inaptes (le cas échéant)? Non. Peuvent-ils avoir toujours sous la main un psychologue ou autre intervenant sôôôcial? Non.

    Pourraient-ils être formés à réagir à un type qui se fait réveiller brusquement et qui réagit lui-même de manière excessive à son interpellation? OUI. Devraient-ils avoir été formés à gérer la méfiance qu’ils suscitent auprès d’une certaine partie de la population – surtout dans le contexte des manifs monstres à la suite du meurtre de George Floyd à Minneapolis? OUI.

    On leur enseigne à tuer. À blesser. À utiliser la force létale pour un OUI ou pour un NON. Mais on ne leur enseigne pas à gérer des situations délicates en démontrant empathie et compréhension.

    Et il est vrai que, aussi longtemps que le moindre tit-coune aura le droit de porter une arme à feu et d’en faire usage ‘s’il le juge à propos‘, moi je voudrais pas exercer ce métier de policier aux USA.

    La gangrène est généralisée…

  28. Lecteur_curieux dit :

    Ah je ne le sais pas… Je suivais le Atlanta Dream dans la WNBA et des journalistes noires couvrant le sport et des joueuses de basket aussi.

    Je vois un genre de ségrégation raciale qui persiste ou un climat de méfiance.

    On est loin de l’altérité quoique pas chez le Dream ou des partisans.

    Mais dans la population ? Et dans la culture noire versus celle policière?

    Écoutez on essaye de s’adapter à chacun puis même si cela est le cliché bien cela aide en général.

    La police? On l’appelle que lorsque c’est vraiment urgent ou sinon si elle est vraiment à proximité entrain de patrouiller pas de 911.

    Le cliché? Avec une police dans les parages ? On suit scrupuleusement les lois et règles à la lettre car plusieurs peuvent être zélés ou constipés.

    Avec des gens Noirs ou des latinos ? Salut man… Give me five. Give me ten… On est plus cool plus relax et on ne prend surtout pas les règles au pied de la lettre.

    Oui on a été éduqué ou ayant acquis une culture où les clichés aidaient à comprendre si ensuite on va au-delà.

    Le policier se faisant tient ridiculiser par Centour dans les 100 tours de Centour. Certes le mauvais génie va trop loin mais on voit comment les policiers peuvent être empêtrés dans leurs règles.

    Ce sont des archétypes comme au théâtre plutôt que des clichés ou stéréotypes et chacun correspond plus ou moins puisque tout individu est unique.

    Bien c’est sûr qu’on va réveiller le type dans notre Québec d’antan et avant l’arrivée des flics. Et aussi dans cette époque on avait des chances de le connaître le policier ou au moins un des gars de la gang du moins dans des petites villes.

    Mais remarquez Beaulac dans Symphorien. Un autre archétype de policier ou encore dans les années’80 par après un policier cela portait une moustache et pouvait être bourru et manger des beignes ou ressembler à Pat Burns mais encore chacun est unique.

  29. Gilbert Duquette dit :

    Rien ne justifie de tuer un homme qui s’enfuit et qui ne représente aps une menace pour qui que ce soit. Cet homme était ivre, pas un membre de gang de rue, pas un tueur recherché, pas un récidiviste notoire et dangereux, Juste un individu ivre qui a paniqué. Son geste de résister à son arrestation est condamnable mais cette sentence aurait du être prononcé pas un juge et non par la belle d’un policier. Son droit fondamental de justice lui a été retiré ainsi que son droit de vivre. Pour ceux qui disent qu’il aurait pu être une menace pour autrui. Sur quoi vous basez vous? Sur son passé, ses origines, son identité culturelle? Trop d’individus aux USA son tués d’une balle dans le dos. Trop de gens aux USA ont peur des forces de police et réagissent instinctivement avec la peur au ventre lors d’arrestation. Et malheureusement, trop de ces gens sont d’origine Afro-Américaines car la police semble agir de façon bine différente à l’arrestation d’un individu afro-Américains comparativement à un blanc.

    1. Daniel A. dit :

      @Gilbert Duquette

      « Cet homme était ivre, pas un membre de gang de rue, pas un tueur recherché, pas un récidiviste notoire et dangereux ».

      Le policier ne pouvait pas savoir si cet homme n’est pas un membre de gang de rue, pas un tueur recherché, pas un récidiviste notoire et dangereux.

      Cela dit, je suis d’accord avec vous quand vous dites: Trop d’individus aux USA son tués d’une balle dans le dos. Trop de gens aux USA ont peur des forces de police et réagissent instinctivement avec la peur au ventre lors d’arrestation.

  30. MarcoUBCQ dit :

    Personne ne mentionne ici le mécanisme inconscient qui explique pourquoi un homme noir est en danger permanent dans ce pays. Quand on vous a convaincu qu’un homme noir est le démon incarné, sans qu’on le fasse de façon explicite, de toute évidence, vous aurez une peur bleue d’un tel homme, comme cette femme dans Central Park qui a appelé le 911 pour dérailler au sujet d’un homme noir. Avant d’envoyer de grands ados (à 18-20 ans tu n’es pas un homme encore) à la guerre on fait d’abord la job de déhumaniser l’ennemi, leur permettant ainsi de contourner leur empathie naturelle. Mais la majorité des soldats, une fois qu’ils ont été en contact suffisant avec « l’ennemi », se rendent compte que ce dernier n’est ni plus ni moins que leurs semblables. Aux USA ce pas n’a jamais été fait: Tant et aussi longtemps que les citoyens infectés de cette déshumanisation de l’homme noir n’auront pas été suffisamment en contact avec ce dernier, ils vont continuer à le déhumaniser, le tuant, le blessant, lui empêchant de profiter des droits et acquis qui lui reviennnent, le marginalisant à outrance et en fin de compte lui enlevant son humanité. Paradoxalement, ceux qui font ça sont justement dangereux pour l’homme noir, qui lui a réellement raison d’avoir peur dans ce monde de fous qui le démonise. Richard Pryor en a très bien parlé dans ses monologues: Ça rend dingue. Un homme noir a donc raison de réagir en ressentant une peur extrême au fait qu’un policier soit trop près de lui: Ça risque toujours de finir par sa mort.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Pourtant on ne disait pas que cette femme était canadienne d’origine ?

      Que voulez-vous nous ce n’est pas comme cela.

      Et pour les Américains? Ils n’ont pas regardé Arnold et Willy étant jeunes ou bien Mr T ? Ou Sesame Street ? Ah plusieurs oui mais chez les plus conservateurs l’effet est autre ?

      Ni Eddie Murphy ? Ah un Africain n’aimait pas du tout un Prince à New York par contre le frère d’une connaissance journaliste américaine portait un t-shirt avec Eddie Murphy dessus.

  31. Lecteur_curieux dit :

    Je n’aime pas le service au volant de ce type en faisant la file. Les gens dans leur habitacle de voiture sont isolés les uns des autres.

    Bon mais c’est plein en banlieue de restos faisant cela comme des McDo et autres et Starbucks aussi. J’aime mieux dans un quartier à proximité ou tous sont à pied et l’autre soir plusieurs sortaient avec un cornet de crème glacée incluant deux policiers.

    Bon voilà comment on met l’harmonie avec du soleil, de la proximité et ce en respectant le 2 mètres en temps de pandémie.

    Faire la longue file en fin de soirée pour un Wendy’s et dans sa voiture ? Asti que je déteste cela… C’est presque comme un embouteillage. Quoiqu’on peut toujours mettre la radio…

    Faire venir les flics en appelant le 911 ? Vraiment une autre mentalité que lorsque j’étais jeune et où il fallait signaler le numéro au complet et ils étaient affichés sur les panneaux d’arrêt.

    C’est la police patrouillant qu’on voyait ou celle résidant proche ou encore ceux impliqués dans des activités communautaires.

    Sinon la police ? On roule à vélo sur le trottoir disons et sans déranger personne il n’y a pas de piétons. La police est dans le coin ? On va sur la chaussée au cas où.

    Nos amis américains ne sont vraiment pas Québécois quoique je vois le groupe cycliste américain qui milite pour rouler partout disant :

     » Don’t let the paint think for you « . Notamment vis-à-vis les pistes cyclables bon et là je me disais que ce sont les Américains qui se servent de leur jugement, leur tête plutôt que s’en remettre à des règles paralysantes et pouvant être incohérentes.

  32. Apocalypse dit :

    @Daniel A. – 10:10

    Les policiers sont là pour protéger et servir la population, pas pour la mettre en danger.

    Quel est le bout que vous ne comprenez pas? Si à la moindre petite menace réelle ou imaginé, tu sors ton arme et tue un citoyen, tu es un danger pour la population; tu n’as donc pas ta place dans la police.

    Que les policiers comprennent une chose, leur métier comporte des risques, si tu ne peux l’accepter et bien, change ou choisi une autre profession.

    1. Daniel A. dit :

      @Apocalypse

      Je vous réfère à ma réponse à @MarcoUBCQ à 11h37

      1. simonolivier dit :

        @daniel A. Perdez pas votre temps à poser des questions intelligentes, vous aurez toujours la même réponse basée sur une petite partie de l’évènement. Mais bon point. La fraction de sonde où tu dois décider de la vie ou la mort. Celle qui peut entrainer ta mort et celle d’innocents ou celle qui t’oblige à poser un geste permanent.

      2. MarcoUBCQ dit :

        Comment expliquer-vous alors que d’innombrables soldats ont mis leur vie en danger pour protéger leurs confrères? Si un policier n’a pas compris que sa job inclut le risque de mourir, alors il devrait choisir un autre métier. Si on parlait d’un citoyen ordinaire je comprend très bien qu’une personne puisse en tuer une autre pour se défendre de ce qui, sur le coup, semble être un choix entre la vie et la mort. Mais comme tout le monde le sait un pompier met bel et bien sa vie en danger, alors pourquoi les policiers n’ont pas compris la même chose?

      3. Daniel A. dit :

        @simonolivier

        Merci. J’essaye simplement de relever le débat et inciter à examiner une situation de façon un peu plus globale et impartiale.

      4. Daniel A. dit :

        @MarcoUBCQ

        Vous vous écartez du sujet. Commencez pas répondre à ma question que j’ai posée à 11h37.

        Cela dit, à votre question: Comment expliquer-vous alors que d’innombrables soldats ont mis leur vie en danger pour protéger leurs confrères? Je vous réponds simplement que d’innombrables soldats n’avaient tout simplement pas le choix. Pensez-vous vraiment que les jeunes américains avaient le choix ou pas d’aller à la guerre du Vietnam? Si cela avait été le cas, Trump ne se serait pas caché derrière un « bone spur ».

      5. MarcoUBCQ dit :

        Bien sûr qu’un soldat a le choix. Je ne suis pas un grand expert en la matière, mais à ma connaissance les soldats ont toujours le choix sur le terrain. Au Vietnam plusieurs d’entre eux ont refusé de commettre des meurtres sur des civils sans défense. Durant la deuxième guerre mondiale, Staline avait ordonné à ses forces d’élite de se placer derrière les soldats ordinaires au front devant les Allemands, avec ordre de tirer sur ceux qui voulaient déserter. En passant, quand un pompier risque sa vie pour sauver celle d’un collègue, c’est encore une fois un choix.

      6. Daniel A. dit :

        @simonolivier

        Vous avez bien raison. J’ai toujours la même réponse basée sur une petite partie de l’événement.

  33. gigido66 dit :

    Au pays des « cowboys », j’opterais plus pour une formation au « lancer du lasso » quand un individu s’enfuit devant vous et que vous n’êtes pas assez vite pour le ratrapper ou que ça ne vous tente tout simplement pas de courir! Le lasso fait pas mal moins de dommage qu’une balle tirée pour tuer…

  34. lechatderuelle dit :

    situation délicate….

    Dans le climat post-Floyd, tous devaient y mettre du leur…..

    la victime a agit avec inconscience… surtout que depuis 2 semaines on scande partout que les noirs sont ciblés aux USA…
    le type dormait dans son auto… c’est pas terrible, mais bon, ça peut s’expliquer….

    les flics débarquent… on imagine que les policiers devaient ou auraient du marcher sur des oeufs….
    y aller mollo….
    mais non…

    confrontation, arrestation….
    et tout dérape….

    le type résiste… et vole une arme… suicidaire comme réflexe…. déjà sans résistance, la vie d’une personne noire devient vite en danger… on imagine très vite ce qui peut arriver en résistant et encore pire en prenant une arme a un policier….

    les flics ont réagit en flic US…. bang bang bang… t’es mort….

    ça ne justifiait pas de mourir….

    mais on raconte l’histoire de 3 cons… et quand la connerie se rencontre…. aux USA…. souvent ça tourne mal….

    1. MarcoUBCQ dit :

      Aux États-Unis, les hommes noirs savent tous depuis très longtemps que leur vie est en danger partout où ils vont. Ce qui vient de se passer pour George Floyd n’est qu’une autre preuve que c’est vrai pour eux. Si j’étais un homme noir même ici je ne me sentirais pas en aussi grande sécurité.

  35. Samati dit :

    Il existe d’autres videos de l’incident (tweeter) où l’on voit un policier approcher la voiture de Brooks. Ce dernier sort et semble refuser d’être arrêté, s’ensuit un effarouchée où le policier utilise son taser. Brooks ne semble pas toucher par le taser et se met à poursuivre le policier (plus petit) jusque dans les buissons du Wendys. Brooks revient à sa voiture poursuivi par le policier aidé d’un autre agent. Ils semblent le taser plusieurs fois sans résultat. Brooks semble remporter le combat contre les deux policiers et il s’enfuit. Cela finit selon le vidéo plus haut. Les policiers auraient dû le laisser s’enfuir puisqu’ils possédaient toute l’information nécessaire pour l’arrêter plus tard.

    1. Tilou46 dit :

      @ Samati…. Je suis entièrement d’accord avec votre énoncé… Même M. Jean CHRÉTIEN avait eu ce raisonnement lors de la cris d’Oka en 1990.
      Suis pourtant pas un fan de celui-ci.

  36. Pierre Kiroule dit :

    « Il y a des bonnes gens des deux côtés du gun et les burgers de Wendy’s sont formidables — sauf hier en fin de soirée, où ils étaient un peu cramés, » Bunker Man.

  37. papitibi dit :

    @ robert giroux 9h23
    Dans les académies de police, on enseigne aux futurs policiers à tirer pour tuer !
    C’est comme ca !!

    Et j’ose espérer que le motif derrière tout ça n’est pas relié au coût des assurances!

    Ce qui était vrai pour les assureurs-automobiles AVANT LE NO-FAULT au Québec, ça demeure vrai quand vient le temps d’évaluer les dommages causés par un corps policier. Ça risque de choquer les oreilles sensibles mais au début de ma pratique – et c’était une BLAGUE – on répétait qu’il coûte moins cher d’indemniser une veuve qu’il en coûterait d’indemniser un survivant quadraplégique, qui – pas plus qu’un mort ne peut faire vivre sa famille mais qui, en plus, souffre pendant 30 ans et requiert des soins très coûteux.

    Replaçons ça dans le contexte d’un corps de police qui tue net frette sec, au lieu de laisser des victimes avec des séquelles permanentes. Faire usage d’une force létale, ou faire usage d’une force qui laisse les victimes vivantes mais en piteux état? À qui les corps policiers confient-ils la formation de leurs recrues? Le cynisme peut-il aller aussi loin que d’insister sur les avantages économiques du recours à des armes létales?

    Posons la question autrement: y a-t-il des liens corporatifs entre DES assureurs et la formation des recrues? Cette question, je voudrais que ce soit une blague de mauvais goût mais le capitalisme SAUVAGE et la notion de rentabilité étant ce qu’ils sont…

    1. Robert Giroux dit :

      En fait, on leur enseigne à viser la poitrine…
      C’est logique car c’est l’endroit le plus facile à viser et où on fait le plus de dommage.
      On leur enseigne aussi à tirer plusieurs coups de feu plutôt qu’un seul !

      En France … « l’enseignement donné est de toujours viser le centre-masse, sachant que le risque de blessure grave ou de mort est pour ainsi dire certain. L’ENPQ estime que si on enseignait aux agent-e-s à tirer sur une petite surface, comme un bras ou une jambe, le taux de réussite pour atteindre la cible serait diminué[7]. »

      https://liguedesdroits.ca/police-usage-de-force-formation-a-revoir/

  38. ddescarreaux dit :

    Ce n’est pas parce qu’on rit que ce n’est pas tragique.

    1. Haïku dit :

      Ouch ! 👌
      Merci.

  39. Toile dit :

    Et la suite immédiate:

    « By the evening, burgers were in flames….. By 11 p.m., protesters who had blocked all lanes of Interstate 75/I-85 on a bridge over University Avenue, the street where Brooks was shot and killed by police the night before, were arrested. The road was cleared. At one point, police used tear gas and fireworks to disperse a crowd of protesters that had been around a vehicle »
    Washington Post

  40. Gilles Morissette dit :

    Stacey Abrams a raison. Le pistolet à impulsion électrque (Taser Gun) n’est pas une arme létale. Elle est considéré ciomme une arme intermédiaire destiné à neutraliser un suspect manifestant des signes d’agressivité.

    Une arme à feu est destiné à tuer une personne. C’est sa seule « utilité ».

    À mon avis, cette histoire, en plus de mettre en relief le racisme sytémique existant au sein des corps de police aux USA fait ressortir les graves lacunes au niveau de la formation des policiers américains .

    Au Québec, tous ceux et celles qui souhaitent devenir policier doivent suivre une formation à l’École Nationale de Police du Québec (ENPQ).

    Tous les aspirants reçoivent la même formation, peu importe où ils iront travailler par la suite. Les critères d’admission à l’ENPQ sont stricts et n’entre pas qui veut. Les policiers sont tenus de suivre des mises à jour concernant divers aspects de leurs travail, incluant lors d’interventions en situation de crise.

    Malgré tout, il arrive encore des bavures policières, certaines ayant hélas,des conséquences tragiques (ex. 2015: l’affaire Alain Magloire impliquant des policiers du SPVM).

    Aux USA, la formation des policiers n’est pas la même partout. Elle varie d’une ville à l’autre, d’un comté à l’autre, d’un État à l’autre sauf pour les policiers d’Agence Fédérale (FBI, DEA, U.S. Marshall Service, U.S Customs and Border Protection,etc). Même chose pour les critères d’embauche. Ce ne sont pas nécessairement les mêmes partout.

    Cette intervention désastreuse soulève, selon moi, plusieurs quetions:

    1. Pourquoi avoir appelé la police pour un type qui s’était simplement endormi au volant de sa voiture au beau mileu d’un « Drive-Thru »?

    2. Un Bon Samaritain n’aurait-il pas pu tout simplement aller frapper dans la vitre de l’automobiliste?

    3. Le policier devait savoir que l’indvidu, au cours de l’altercation qui a suivi, avait subtilisé sont Taser Gun. Qu’est ce qui lui faisait croire que sa vie était en danger (Taser Gun vs Gun, combat inégal !)?

    4. Le recours à une telle force (arme à feu) n’était-t-il pas excessif?

    5. Si le type dans l’auto avait été un Blanc, les policiers auraient-ils agi de la même façon?

    Cette pénible histoire a des odeurs de racisme systémique, comme on le voit beaucoup trop souvent en ces temps-ci, même au Canada.

    On dirait finalement que les corps de police notamment aux USA n’apprennent JAMAIS de leurs erreurs.

    Bravo à la mairesse d’Atlanta pour ne pas avoir attendu une semaine avnt de prendre des sactions contre les policiers. Il est assez évident que ces derniers sont fautifs, du moins en ce qui regarde l’usage excessif de la force..

    La question sera de savoir (c’est l’enquête qui le déterminera) si les gestes qu’ils ont posé sont suffisants pour justifier le dépôt d’accusations criminelles. Parions qu’avec tout ce qui se passe présentement, ce dossier ne traînera pas trop.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Pensez aussi au Québec à Mark Lafleur qui s’était endormi dans sa voiture mais lui a des problèmes de toxicomanie et de santé mentale.

    2. Madalton dit :

      Je crois que les gens ont appelé le 911 pensant que la personne était ivre au volant. Ils ne voulaient pas qu’elle reprenne la route.

  41. Lecteur_curieux dit :

    https://youtu.be/DOiKgmCJwls

    Très bizarre cette vidéo et au départ rien de violent…

    Mais discuter autant avec un flic quand on est suspecté d’avoir commis une infraction.

    Ensuite il finit par consentir à l’alcoo-test mais pourquoi passer les menottes illico ?

    Et là lui résiste s’enfuit et le shooting.

    Cette arrestation me semble irrégulière… Quelle est la procédure habituelle ?

    Aux États-Unis ou au Québec.

    La personne va perdre son permis mais on lui passe pas les menottes illico…

    1. Layla dit :

      @Lecteur-curieux
      Très bouleversant cette vidéo, cet homme-là n’avait pas un langage violent, la première menotte il n’a pas résisté, à la deuxième de toute évidence, les fils se sont touchés dans sa tête, il n’y a aucune raison logique pour que cet homme finisse mort. Il s’est senti menacé, avec ce qu’on entend de la brutalité policière, j’essaie de comprendre, mais on ne sait pas…il a emporté avec lui dans la mort sa réponse à cette question.

      De plus c’est évident que cet homme n’avait pas d’armes sinon le policier ne lui aurait pas tourné le dos en allant chercher son test.

      C’est absolument invraisemblable voire malade de tirer sur un gars comme ça, dans de telles circonstances, il n’a pas pris l’arme du policier mais son teaser. Comment justifier que ta vie comme policier est en danger quand un gars tient un teaser dans ses mains. Un teaser…

      Je le répète un gars calme, aucune résistance, jusqu’après le CLIC de la première menotte.

      Mon Dieu que j’ai mal, après on se demande pourquoi les gens sont révoltés. Ça fait vraiment peur ces histoires.

      1. Lecteur_curieux dit :

        Oui l’homme bien qu’argumentant trop n’est nullement violent et l’intervention semblait aller dans la bonne direction.

        Il fallait je crois juste plus de patience et communication lorsque venu le temps de procéder à l’arrestation si son taux d’alcool semblait élevé.

        Pour pas qu’il résiste ou fuit. Le langage était non violent mais sans encore accepter sa responsabilité.

        Il faut procéder à une arrestation en douceur en s’assurant d’avoir la coopération.

        Quand le suspect panique ou résiste les flics américains semblent perdre les pédales et ne plus garder du tout leur sang froid. Ils doivent changer cela et aussi prévenir en ayant plus de doigté afin que l’intimé coopère.

        Une intervention en voie de réussite qui se transforme en bavure avec mort d’un homme.

    2. Haïku dit :

      @Lecteur_curieux
      Merci pour la vidéo.
      Oufff !! 😨😨

  42. Lecteur_curieux dit :

    Non mais c’est cela notre culture… Si on a trop bu et que les flics sont arrivés bien il est trop tard. Il faut vivre avec les conséquences et si on a des choses à contester c’est plus devant le tribunal… Il n’y a pas à argumenter avec un flic dans les cas d’alcool au volant.

    Pour d’autres comme un stop mal fait ou passer sur un feu jaune ou rouge cela peut parfois s’argumenter.

    Mais pourquoi passer les menotes si tôt et avant cela cela brette et tête en sacramento. Il s’attirait des problèmes mais on pensait pas à ce point.

    Non mais avant de passer les menottes il fallait rappeler plus les droits ou lui dire d’avance ce qu’on va faire de mon point de vue pour justement qu’il ne s’enfuit pas dans un geste de panique.

    Il ne semblait pas réaliser être avec un flic ou ne pas savoir se comporter. Inutile de papoter ou discuter ou rouspéter… Mais je serais pareil choquer qu’on me passe les menottes sans me prévenir.

    Je ne tenterais pas de fuir mais cela me rappelle la bio de Ron LeFlore qui bien sûr fuyait la police dans sa jeunesse et en courant très vite. Lui le voleur de buts maintenant amputé.

  43. Toile dit :

    « EN VERTU DU CODE CRIMINEL, VOUS POUVEZ ÊTRE ARRÊTÉ ET CONDAMNÉ SI

    Vous avez de l’alcool dans le sang (80 mg ou plus par 100 ml)

    En tout temps lorsque vous conduisez un véhicule, un policier peut vous ordonner de souffler dans un appareil de détection approuvé ou, s’il soupçonne que vous conduisez avec de l’alcool dans votre organisme, vous soumettre à des épreuves de coordination des mouvements sur le bord de la route. En fonction du résultat obtenu, il peut vous mettre en état d’arrestation et vous amener au poste afin de mesurer votre taux d’alcool avec un éthylomètre. Si votre taux d’alcool est égal ou supérieur à 80 mg par 100 ml de sang (0,08), vous pourriez être accusé en vertu du Code criminel ».

    Ps: Au Québec et qui arrestation dit généralement menotté.

  44. Lecteur_curieux dit :

    https://www.theguardian.com/us-news/video/2020/jun/14/rayshard-brooks-police-body-cam-footage-shows-buildup-to-fatal-shooting-video

    Le comportement me semble stupide des deux bords.

    Et disons on va le réveiller sans faire venir les flics. Il est en état d’ébriété ou pas ?

    C’est pas comme les bars saisissant les clés d’une cliente alcoolique.

    Pour menotter ou pas bien c’est cela je rappellerais les droits avant de procéder à l’arrestation et dire tout ce que l’on va faire.

    Ensuite la personne est mieux de garder silence et suivre les condignes et appeler son avocat.

    Cela en est plein d’avocats travaillant sur des causes d’alcool au volant.

    Bon mais cela est la procédure. C’est pas toute la population qui a ce réflexe.

    Bien il faut des policiers qui vont donner des conférences dans les écoles et des avocats faisant des cliniques juridiques comme la lionne du Barreau ici au Québec à la Clinique juridique Saint-Michel.

  45. Lecteur_curieux dit :

    C’est bien ce lien de la SPVM et notamment sur une arrestation si seulement cela se passait toujours comme ils l’écrivent, ce serait bien :

    https://spvm.qc.ca/fr/Jeunesse/Alcool-et-drogue-au-volant–consequences-legales

  46. Gilles Morissette dit :

    HS mais intéressant.

    Il semble que tout ce qui se passe présentement aux USA favorise JB et les Démocrates.

    https://www.cnn.com/2020/06/14/politics/state-polls-shift-democrats-since-protests/index.html

    Trop tôt certes pour crier victoire (on est à 5 mois des élections) mais ça démontre une cetaine tendance

    On compend l’inquiétude des Républicains et la rage de Whiny Tiny Brain.

    À prévoir: Une campagne de sallisage d’une ampleur inégalée de la part du ramassis de crapules quii squatte présentement la MB.

    Ça va commecer le 20 juin prochan à Tulsa alors que l’Enfoiré-En-Chef va exciter les bas instintcs de sa meute d’enragés et de fanatiques.

    Ça ne volera pas très haut mais ça risque de faire son effet sur celle-ci.

  47. danielm dit :

    Tout ceci est bien l’illustration du climat de méfiance et de violence qui sévit maintenant aux États-Unis depuis plusieurs décennies. La menace est d’autant plus imminente qu’elle sous-entend souvent l’abus de forces coercitives menant parfois à l’usage d’armes à feu de part et d’autre mais souvent au détriment de l’individu non formellement armé à priori.

    La formation policière au Québec comprend une technique policière de niveau collégiale d’une durée de deux ans et demi avant celle de l’institut de Nicolet. Malgré tout, le risque de bavure policière n’est jamais vraiment complètement évité et l’absence d’un suivi prolongé entre ancien et nouveau policier est un facteur aggravant car le jugement découle souvent de l’expérience antérieure.

    L’analyse de l’usage d’arme à feu en situation de combats chez les militaires démontre également qu’une proportion significative de soldats n’utilise pas (don’t fire) leurs armes même devant une menace imminente et malgré leur entrainement de déprogrammation.

    Trop d’incidents d’abus d’utilisation d’une arme à feu par des policiers américains ne sauraient cacher cette problématique de violence sociale et personnelle qui découle directement de la libre circulation des armes à feu. Le deuxième amendement doit être rappelé pour qu’il y est un véritable avenir chez les américains.

  48. Pierre Kiroule dit :

    Au shithole USA, la formation des policiers est d’une durée de deux mois, au cours desquels on passe aux recrues les sept films de la série «Académie de police» et les 90 épisodes de la série éponyme.

  49. Encorutilfaluquejelesus dit :

    Les noirs ont peur de la police, qui a peur des noirs, qui ont peur des blancs, qui ont peur des noirs, qui ont peur de la police, qui a peur des noirs…

    C’est un cercle vicieux, alimenté par la peur, qui « fait partie » du système, et qui sort aussi vite qu’une balle de fusil, qu’on porte là-bas comme des p’tites culottes. La peur, « gavée » par un président tout aussi vicieux.

    Tant que la peur règnera, tant que les fusils règneront, tant que ce président règnera…

    1. gigido66 dit :

      Belle démonstration du cercle infernal!

    2. titejasette dit :

      Encorutilfaluquejelesus – Les noirs ont peur de la police, qui a peur des noirs, qui ont peur des blancs…La peur, « gavée » par un président tout aussi vicieux…. »

      Un prézi un pyromane-en-Chef qui en plus voit les complots et les ennemis partout, pret à lacher les forces de l’Armée nationale aux trousses des pacifiques manifestants. Avez-vous constaté un changement de stragégie depuis la mort de George ? Non ! Aucun geste et paroles pour calmer cette révolte du peuple et des autres manifestants de la planète ?

      Chut ! Les sondages qui baissent. Il ne le sait pas et ne comprend pas ?

      Au Québec, on m’a dit qu’il y a eu un peu plus de paroles/mots blessants envers quelques employés de couleur, et ce, depuis 2016….Très subtiles et difficiles à décoder par un blanc. Heureusement il ne s’est passé rien de très grave depuis un certain temps.

  50. Gabriel St-Jacques dit :

    Ai-je bien compris?

    – L’individu s’endort au volant de son véhicule dans la ligne du service au volant d’un restaurant
    – Il échoue un alco-test
    – Il engage le combat avec les policiers
    – Il vole le taser d’un des agents
    – Il s’enfuit
    – Il tire le taser en direction des policiers
    – Les policiers ouvrent le feu sur lui

    Ça résume bien la séquence des événements?

  51. Gina dit :

    Ce n’est pas mieux au Canada huit Autochtones tués par la police en rois mois . L’injustice est là et palpable .

  52. papitibi dit :

    @ DanielM 14h13
    La formation policière au Québec comprend une technique policière de niveau collégiale d’une durée de deux ans et demi avant celle de l’institut de Nicolet. Malgré tout, le risque de bavure policière n’est jamais vraiment complètement évité

    La tenue du G20 à Toronto a donné lieu à un dérapage policier; la police était débordée, ils ont dû ’emprunter’ des agents à d’autres corps policiers et, sauf erreur, ils ont fait effectuer du travail de répression par des ‘mercenaires’.

    Pour la qualité de la chaîne de commandement, allôôôô? À l’époque, je m’étais montré CINGLANT devant autant de bavures. J’étais alors trrrrrès actif sur mon blogue, et puisque j’avais moi-même UNE P’TITE EXPÉRIENCE en matière de déontologie policière et de libertés fondamentales…. bin, il y avait de quoi écrire!

    Au Qc, il y a eu le printemps-érable, deux ans plus tard. J’avais profité de ma tribune pour dénoncer TOUS les accrocs à la déontologie policière. Ne parlons pas de cette caricature qu’était l’agent 728;ce serait trop facile! Mais pour le reste… des policiers ont arraché des smartphones des mains de leur proprio pour en effacer des tits bouttes de films compromettants. Illégal. Même que c’est CRI-MI-NEL, en ce sens que c’est empêcher les tribunaux d’avoir accès à une preuve pertinente. Des bataillons complets de brutes en uniformes mettaient du ‘masking tape’ sur leur numéro matricule, avec AU MOINS l’accord tacite de leurs supérieurs sur le terrain – qui faisaient de même. C’est un accroc au Code de déontologie.

    Je sais qu’ils doivent – en principe – recevoir une formation continue. En principe. Sauf que 80% des policiers ignorent quelles sont les limites de leurs droits et pouvoirs, et quelles sont les droits du simple citoyen.

    Cela dit, j’ai connu – au début des années ’70, des policiers qui ont fait leur droit et qui ont enseigné à Nicolet. Une de mes amies enseigne encore aujourd’hui en techniques policières. Bref, la FORMATION est disponible. Mais est-ce que des budgets sont prévus pour la mise à jour (la ‘formation permanente’) et, le cas échéant, en quoi cela constitue-t-il une priorité pour les corps policiers?

    J’en ai donné des exemples ici-même, sous ce billet: à l’occasion, la police fait un travail remarquable pour poncer les irritants et s’adapter à une clientèle ‘difficile’ (en matière de santé mentale ou déficits cognitifs quelconques). Mais trop souvent, l’intervention policière sert davantage la classe dominante (‘sortez-moé ça du lobby de ma bâtisse!’) et protège la propriété plutôt que le citoyen. Ou SE protège du citoyen…

  53. titejasette dit :

    Gina (5:29)

    « Ce n’est pas mieux au Canada huit Autochtones tués par la police en trois mois »

    J’ai fait par exprès et j’ai écrit une bêtise pour voir…Merci Gina de me corriger

  54. A.Talon dit :

    HORS SUJET

    L’autocrate orangé, toujours aussi fasciné par la médiocrité.

    «Ces généraux dont Trump veut perpétuer la mémoire: des bourreaux et des perdants»
    https://www.lapresse.ca/international/2020-06-14/ces-generaux-dont-trump-veut-perpetuer-la-memoire-des-bourreaux-et-des-perdants

    INTRO: «Le président des États-Unis Donald Trump a beau dire qu’il aime les gagnants, mais les généraux sudistes dont il entend défendre la mémoire en ne retirant pas leur nom de certaines bases de l’armée étaient loin d’être tous des génies militaires.»

  55. Legault Daniel dit :

    Qu’un policier en situation de danger tire au corps pour immobiliser la personne menaçante avec un risque important de tuer n’est pas problématique.

    Le problème est dans l’évaluation du risque. Puisqu’il n’y a pratiquement pas de conséquence quand on tu un noir, on tire et on tu.

    En plus, il semblerait que la formation est sérieusement déficiente. Ce n’est pas une possibilité de laisser partir un suspect pour l’arrêter plus tard.

    Dans le cas des armes blanches, on suppose que tous les gens sont des experts et qu’ils peuvent tuer en lançant un couteau de cuisine à 10 mètre alors que c’est très difficile de tuer quelqu’un avec un couteau. En plus les gilets anti-balle protêgent des coups de couteaux

  56. InfoPhile dit :

    Tout au long de leur discussion on sent que les deux hommes tentent de refréner leur agressivité. L’un des deux avait beaucoup à perdre de son arrestation. L’alcool aidant, et à mon avis suite à un geste provoquant, il a explosé.

    Le policier a tenté sournoisement de le menotter après qu’il eut probablement vu le résultat (préliminaire ?) de l’alcootest. Il me semble qu’il aurait dû lui dire qu’au vu de celui-ci son devoir lui dictait de l’arrêter, tout en lui suggérant de ne pas empirer son cas en résistant à son arrestation.

    Une ou deux minutes de discussion en plus et empreintes de sympathie envers le fautif, qui encourait une accablante amende, une suspension du permis de conduire et une incarcération, et tout aurait pu se conclure avec un minimum de regrets.

    Ce n’est tout de même pas excessif de se comporter en être humain envers un autre être humain, même si ce dernier est un brin éméché.

    Que l’homme sous l’emprise de l’alcool n’ait pas su maîtriser son agressivité jusqu’au bout ne justifie pas que le policier précipite les choses, car c’est bel et bien sa brusquerie qui a marqué le début de la fin. Un cauchemar ordinaire.

    Pour à peine un ou deux verres de trop, certes une faute, trois enfants n’ont plus de père.

  57. Mariette Beaudoin dit :

    Moi, j’aurais fait venir une remorqueuse, évidemment en donnant la facture au fautif. Puis, j’aurais reconduit l’homme chez lui en lui donnant une amende très salée.

    Ainsi, avec deux ponctions dans son portefeuille, il aurait probablement bien réfléchi avant de recommencer. En tout cas, il aurait eu moins d’argent à consacrer à l’achat d’alcool pour un bon bout de temps.

    J’aurais dit aux gens affamés qu’ils sont assez grands pour se lever de leur véhicule et aller chercher leur nourriture en attendant la remorqueuse.

    Rien ne justifie une mort d’homme, c’est sacré.

    1. Haïku dit :

      Mariette Beaudoin
      Bien dit, pour l’ensemble de votre commentaire.👌
      Mais, c’est un peux plus compliqué que ça, ….non ?

  58. Mariette Beaudoin dit :

    Il y a souvent des ralentissements de circulation sur les routes le matin à cause d’un accident. Et j’imagine qu’il doit y avoir des gens endormis ou en état d’ébriété dans ce cas. S’il fallait qu’un policier tue le conducteur aux prises avec ce problème chaque fois, il y aurait carnage.

    La vie d’un agent n’est pas de tout repos, certes, mais certains auraient besoin de prendre des vacances. Un petit massage, peut-être ? Je pense que les contribuables ne verraient pas d’inconvénient à leur en payer de temps en temps s’ils sont à bout. Parce que les gens prennent leur véhicule souvent et certains doivent avoir peur d’y laisser leur peau pour rien.

    Il faut dire que la population n’est pas habituée à se mettre automatiquement en mode solution, mais plutôt en mode assombrissement et en mode colère dès qu’un problème surgit. Les policiers ne font pas exception.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :