Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

«Autant en emporte le vent est un produit de son époque et dépeint certains des préjugés ethniques et raciaux qui ont malheureusement été monnaie courante dans la société américaine. Ces représentations racistes étaient erronées à l’époque et elles sont erronées aujourd’hui, et nous avons estimé que maintenir ce titre sans explication et dénonciation de ces représentations serait irresponsable.»

Porte-parole de HBO Max, expliquant la décision de la chaîne de télévision payante de retirer de sa bibliothèque le long-métrage de Victor Fleming, Oscar du meilleur film de 1939, qui pourrait y être réintégré plus tard «avec une discussion autour de son contexte historique et une dénonciation de ces mêmes représentations». Cette décision survient dans la foulée de la mort de George Floyd et après la publication d’une tribune dans le Los Angeles Times signée par le scénariste du film Douze ans d’esclavage, John Ridley, selon laquelle Autant en emporte le vent perpétue des stéréotypes raciaux qui glorifient le Sud esclavagiste.

(Photo AP)

76 réflexions sur “La citation du jour

  1. Mona dit :

    C’est une belle initiative.

    C’est tellement important de s’attaquer avec intelligence aux mythes.

  2. Apocalypse dit :

    Une opinion qui ne sera peut être pas populaire, mais là, c’est tomber dans le ridicule le plus complet.

    Avec le passage du temps et des choses qu’on trouve plus acceptable ou de moins en moins acceptable, on va se mettre à effacer, réécrire l’histoire. On sait à quel moment a été fait le film, alors on est capable de rationaliser, du moins, un certain nombre d’entre nous.

    De toute manière, on ne va tout de même pas blâmer ce film pour la situation des afro-américains qui perdurent depuis des décennies. Si vous trouvez cette situation si terrible, comment diable se fait-il que le problème soit encore entier en … 2020?

    HBO Max, un 👎👎 bien mérité; bande d’idiots!

    Pour terminer, cette citation: ‘« Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre. »’

    1. lechatderuelle dit :

      Apocalypse J’abonde dans le même sens…. Réécrire l’Histoire est idiot…..

      éduquez le Peuple plutôt et il saura faire ;la part des choses….

      Vite brûlons des livres!!

      Aussi bien retirer l’enseignement de l’historie dans les écoles….

    2. Apocalypse

      Justement autant en emporte le Vent dépeint une image quasi idyllique de cette époque où les noirs semblent aimer être esclaves.

    3. jcvirgil dit :

      @Apocalypse

      C’est en plein ça. Regarder un film , écouter une pièce de théâtre ou lire un livre qui véhicule les stereotypes d’une époque ne veut pas dire qu’on les approuvé.

      C’est aussi le cas pour ceux qui les diffusent.

      Ca peut cependant servir à suivre l’évolution d’une société et à susciter la discussion.

      Dans le cas d »*Autant en emporte le vent* , ça permet juste de constater que plusieurs citoyens américains du *sud profond*,n’ont pas beaucoup cheminé depuis cette époque.

      1. Gina dit :

        @jcvirgil
        Le problème est là .On n’ enseigne plus l’histoire dans les écoles . Le cinéma est devenu un véhicule où on peut transposer toutes sortes de clichés qu’on pense glorieux .

    4. chicpourtout dit :

      @Apocalypse 12h15
      « Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre. »
      Absulument…
      Parfaitement d’accord avec vous.Et cette maxime s’applique aussi les vies personnelles de chacun.
      Il est en train de se passer ce que je craignais…
      Dans le bon vouloir il y a parfois des maladresses aussi.
      J’ai lu ce livre «Autant en emporte le vent» je devais avoir 12 ans et je m’en rappelle encore… La grande misère que vivait les noirs dans les plantations de coton était bien réelle historiquement. Cette réalité fait partie de l’histoire américaine, l’effacer ne règlera rien, elle doit être connue pour ne plus répéter de telles misères et cette horreurs Il ne faut pas faire l’autruche, il faut que les gens prennent responsabilité de leur comportements, comprennent et cessent de reproduire de tels préjudices.

      1. chicpourtout dit :

        Oupss…
        Plusieurs petite coquilles dans mon commentaire… écrire trop rapidement donne ce genre de résultats…
        (je ne les reprendrai pas toutes pour ne pas ennuyer les lecteurs de ce blogue mais promet de porter plus attention à ma relecture la prochaine fois 😉 Bonne journée à tous.

    5. richard311253 dit :

      Une opinion qui ne sera pas populaire,

      Dans le texte de Richard Hétu, il est aussi écrit : Porte-parole de HBO Max, expliquant la décision de la chaîne de télévision payante de retirer de sa bibliothèque le long-métrage de Victor Fleming, Oscar du meilleur film de 1939, qui pourrait y être réintégré plus tard « AVEC UNE DISCUSSION AUTOUR DE SON CONTEXTE HISTORIQUE ET UNE DÉNONCIATION DE CES MÊMES REPRÉSENTATIONS.».

      Personnellement cette idée de réfléchir ensemble sur ce film oscarisé, est une occasion intéressante, je dirais, de se faire une idée sur un cinéma qui a longtemps charrié des stéréotypes qui aujourd’hui sont à combattre.

      Cette prise de position de HBO, n’est pas une charge contre l’oeuvre et le cinéma de ce genre mais se veut et une réflexion sur le problème du racisme et que ce raciste cela vient de loin et a pris des formes insidieuses. Que ce symbole du cinéma, aussi populaire et visiblement défendu a véhiculé l’inacceptable est le but.

      Une fois replacé dans un juste contexte, pourquoi pas le retourner au panthéon de la renommé.

      Vote

      1. richard311253 dit :

        J’aurais dû mettre aussi en majuscule le mot RÉINTÉGRÉ

      2. garoloup dit :

        Pourquoi ces responsables n’ ont-ils pas préparé une mise en contexte insérée au début du film?
        Celà aurait été trop simple…ils ont préféré faire la manchette avec cette mise à l,’index publicisée.

    6. Surlaclôture dit :

      Apocalypse, vous ne sauriez mieux dire. Qu’on pense au maccarthysme, ou à cette université états-unienne où les étudiants cherchaient à dénicher des comportements racistes chez leurs professeurs et leur faisaient subir de splendides procès soviétiques (https://www.youtube.com/watch?v=07aYYzEUY-w), la vertu a une fâcheuse tendance à verser dans la paranoïa perfectionniste.

      Le mieux est parfois l’ennemi du bien.

  3. Gascar dit :

    Le film préféré du gros cave à l’index …hum je pense qu’il va faire une grosse colère orange.

  4. jeanlouischarette dit :

    Il ne faut pas oublier l’esclavage
    Il ne faut pas oublier les Guerres
    Il ne faut pas oublier Hitler
    Un jour, on dira qu’il ne faut pas oublier T
    Il ne faut pas oublier l’histoire et l’évolution

    Mais pour ne pas oublier, il faut conserver les récits.
    Il faut les étudier et s’en inspirer.

    Ceci fait partie des récits

    1. Achalante dit :

      Non. Justement pas. Ce n’est pas le *récit* de ce qui s’est passé, mais une interprétation erronée de l’histoire, permettant de redorer le blason de ceux qui soutenaient une idéologie raciste.

      Si vous pensez que « Gone With the Wind » représente l’Histoire, vous faites la démonstration du pourquoi on ne peut le montrer sans commentaires remettant les choses dans leur contexte.

      1. lechatderuelle dit :

        Achalante c’est un film… une histoire racontée pas plus crédible que Blanche-Neige ou Star Wars…. c’est ça du cinéma….

        le contexte est toujours pertinent quand on essaie de juger un film…

      2. jeanlouischarette dit :

        Il n’y a pas d’interprétation erronée de l’histoire.
        L’histoire, tout comme les faits, ne peuvent être erronés.
        On ne peut que constater leur déroulement.

        Oui, on peut constater que dans l’histoire, il y a eu des injustices, il y a eu des horreurs, il y a eu des choses qu’on peut (et qu’on doit) changer et améliorer.

        Mais l’histoire ne peut être modifiée ou altérée. Toute forme d’art qui en relate ne peut que nous servir d’inspiration pour s’inspirer à améliorer le sort de tous.

      3. Achalante dit :

        @Jean-LouisCharette: pensez-vous vraiment ce que vous dites? « Pas d’interprétation erronée de l’histoire »? Sérieux? Alors ceux qui prétendent que l’Holocauste n’a pas eu lieu, il ont raison, selon vous, puisque c’est *leur* interprétation de l’histoire?

        Pour la petite histoire de la Grande Histoire, l’histoire a souvent été écrite par les vainqueurs, ou des observateurs extérieurs qui n’avaient pas pleine conscience des enjeux et des faits. C’est pourquoi l’histoire que nous connaissons est souvent centrée sur l’Europe, les Blancs, les hommes. La contribution des autres est effacée. Et donc, notre compréhension de l’histoire est faussée. Cas tout simple : combien de films historiques ont des personnes noires? « Il n’y avait pas de Noirs en Europe au Moyen-Âge! » Faux. Il y en avait. Les Européens n’étaient pas les seuls à avoir la bougeotte. Et puis, il y avait les descendants des légionnaires romains qui venaient des provinces d’Afrique. Les esclaves devenus hommes libres. Et puis les marchands venus d’Afrique… De même que les femmes guerrières; il y en a toujours eu.

        Effacer la contribution des autres, c’est déjà mauvais. Voyez le prix Nobel de médecine de 1962 attribué à trois hommes, MMs Crick, Watson et Wilkins. Ce n’est que bien plus tard qu’on a finalement reconnu que Mme Franklin, qui avait fait une contribution importante à la découverte, a été complètement oubliée. C’est ce genre de mentalité qui fait que beaucoup de personnes pensent que les hommes ont plus contribué à la science que les femmes.

        Mais réinterpréter les faits pour donner bonne conscience à certain et démoniser d’autres? C’est pire. Comme présenter Christophe Colomb comme un grand explorateur que nous devrions vénérer (voir les Chevaliers de Colomb), alors qu’il était un monstre assoiffé de sang, affamé d’or.

        Les faits ne changent pas; ils n’ont pas d’opinions, pas de politique; ils existent. C’est l’Histoire. Mais la façon dont on rapporte ces faits est souvent soumise à des opinions, des idéaux de ceux qui écrivent les livres d’histoire. Et cette histoire est souvent erronée.

        Alors que notre compréhension du monde change grâce aux nouvelles découvertes archéologiques ou scientifiques, il convient de corriger l’histoire pour qu’elle représente mieux l’Histoire. C’est ce qui doit arriver avec GWtW et autre films du genre : il faut rappeler que non, les esclaves n’étaient pas heureux; qu’ils n’étaient pas non plus sans-coeur. Et les maîtres d’esclave pouvaient peut-être croire qu’ils étaient « bons » pour leurs esclaves, de la même façon qu’ils pouvaient être « bons » pour leur bétail. Traiter des êtres humains comme des biens dont ils pouvaient disposer à leur guise, ce n’est *pas* être « bon ».

  5. Daniel A. dit :

    @ Apocalypse

    Je suis d’accord avec vous. Je trouve qu’on pousse le bouchon trop loin. J’ai toujours pensé qu’il faut être prudent en jugeant le passé avec les yeux d’aujourd’hui.

    1. lisois dit :

      L’histoire du monde n’est pas jolie jolie, mais si on efface et on déboulonne les horreurs les générations futures sombreront dans l’oubli et feront encore et encore les mêmes erreurs. Faut il oublier les croisades, l’inquisition, l’holocauste, l’esclavagisme, les colonisations, .changer le nom des rues, changer l’histoire.? Comment se souvenir?

      1. Helene dit :

        Tout à fait d’accord !

      2. Aube 2005 dit :

        Quant à l’holocauste on s’en sert en Israël dans la bande de Gaza.
        Le pire, ce sont ceux qui crient haut et fort qu’il ne faut plus que çà se reproduise. « PLUS JAMAIS », comme ils disaient.

      3. Gina dit :

        @ lisois
        Vu qu’ il n’y a pas de rue ou de boulevard adolf Hitler ,il ne devrait pas avoir de boulevard Christophe colomb parce qu’ ils représentent des traumatismes pour les peuples et leurs descendants victimes de leurs atrocités. On peut apprendre leurs histoires dans des livres et non de les glorifier .

    2. Gina dit :

      @Daniel A
      Il faut toujours juger l’histoire avec les yeux du passé , parce que les esclavagistes savaient ce qu’ils faisaient étaient mal C’est pour cette raison pour se donner bonne conscience , il leur a fallu l’approbation de l’église , des écrivains , des philosophes . Vous savez l’esclavage n’est pas le produit négriers seulement mais bien de l’intelligensia aussi. Et pourtant , ils écrivaient et faisaient de beaux discours . Lors des Jeux Olympiques de Londres , les britanniques nous ont présenté l’histoire des colonies comme une belle histoire d’amour . Personne n’a rien et personne n’oserait rien dire . L’histoire a été bafoué . De tout façon , l’Angleterre garde toujours une mainmise sur ses colonies .Le soleil ne se couche jamais sur le royaume . Ce sont ne plus des esclaves , mais ils sont des sujets britanniques . Comment puis-je être Jamaicain et sujet britannique en même temps . Un gros dillemme , n’est-ce pas ?

  6. Si le vent de fraicheur, que nous montrent les sondages, se poursuit jusqu’au 3 novembre, on dira de Trump: « He gone with the wind »!

    1. titejasette dit :

      Encorutilfaluquejelesus

      Frankly, my dear, I don’t give a damn

      1. Haïku dit :

        Touché ! 😉

      2. @titejasette : « After all, tomorrow is another day! »

      3. Nefer111 dit :

        @titejasette
        😂👍🏼

  7. À ce que je sache, Autant en emporte le vent n’est pas un documentaire!

    S’il fallait changer tous les films qui rapportent des faits erronés, le cinéma de fiction n’existerait plus.

    Puis après ce sera quoi, les livres?

    1. Toile dit :

      Bien d’accord avec vous. A ce compte fini les romans de victor Hugho, de Mark Twain et toute la littérature soit raciste, soit sexiste. Retirer cela, c’est retirer la mémoire, un pré requis pour comprendre.

    2. Haïku dit :

      Fahrenheit 451 ?

    3. jeanlouischarette dit :

      @marie4poches
      Les faits ne sont jamais erronés

      1. Vous avez bien raison, c’était mal formulé mais je suis persuadée que vous avez compris mon propos.

    4. Gina dit :

      @marie4poches
      Il y a une place pour ces livres . Le musée . Et là on pourra dire, il fût un temps lors des visites dans les musées ,un imbécile a fait ou a dit telle chose .

  8. Normand Jean dit :

    Coudons est-ce que toutes les personnes ont perdu leur capacité d’analyse, par ricochet mettant leur cerveau sur pose, car je trouve que suite à des événements comme la mort inacceptable de George Floyd, on veut laver plus blanc que blanc. C’est alors qu’on prend toutes sortes d’actions idiotes comme ôter des films ou des livres qui montraient ce qui se passait à une époque donnée. On devrait aussi bannir les films de guerre car ils font l’apologie de la violence. Je trouve qu’on a l’épiderme passablement sensible!

  9. Dekessey dit :

    Décision discutable.
    Le révisionnisme ça peut se faire dans les deux sens.

    Et oui Gascar, le clown va péter sa coche!

  10. Math dit :

    @ Apocalypse
    Vous n’aurez pas de roche de ma part.
    Je pense aussi que les chef-d’oeuvre de l’époque devraient rester accessible.
    Par contre, pour éviter la banalisation, je serait par d’accord d’y ajouter un apparté lorsque nécesaire pour signaler le contexte dans lequel l’oeuvre est sorti et ainsi voir le racisme – sexisme, barbarie, etc – sous un autre angle.

    ps :je n’ai pas personnelement vu autant en emporte le vent

    1. jcvirgil dit :

      Je vous le recommande surtout avec votre compagne. C’est tellement romantique !

      Ça assure une belle fin de soirée , même si elle fantasme peut-être sur Clark Gable… 😎

  11. Serge Mtl dit :

    À mettre en perspective avec ce qui arrive à J.K. Rowlings depuis sa déclaration à propos des femmes. Il y a de l’exagération dans plusieurs aspects de cette volonté de réécrire l’histoire, la grammaire, le français…etc…

    1. Achalante dit :

      Sa « déclaration à propos des femmes » ignore complètement l’existence des hommes transgenres. C’est là-dessus qu’elle s’est fait reprendre.

  12. treblig dit :

    Dans mon premier cours de cinéma. par ordre chronologique, on a visionné le chef d’oeuvre de Dw Griffith, The birth of a nation ( 1919). Le prof soulignait que Griffith avait tout inventé la ‘grammaire » du cinéma dans ce film. Les cinéastes suivants ont tous repris les codes cinématographiques inventés de Griffith. Donc un film marquant de son époque. Et je suis d’accord avec ça.

    Sauf que le film de Griffith était outrageusement raciste. Son sujet était comment le klu klu klan avait sauvé les blancs de la vengeance des noirs durant les années suivantes de la guerre civile. Tous les stéréotypes racistes y sont ouvertement défendus.

    Doit on interdire The Birth of a nation?

    1. treblig dit :

      Oupss… The birth of a nation est sortie en 1915. Et son titre original était The Clansman.

    2. Achalante dit :

      Gone With the Wind blest pas interdit; et il sera probablement remis dans la liste avec des commentaires historiques. Birth of a Nation devrait aussi avoir le même traitement, tout comme Mein Kampf.

      Ce sont des œuvres marquantes, mais qui ne peuvent pas être mises dans n’importe quelle main sans au moins un avertissement.

  13. Fleshgabon dit :

    Un film, c’est également l’histoire et le reflet de son époque. Toute comparaison étant boiteuse, nous rencontrons ce type de dilemme avec le film Mon oncle Antoine de Claude Jutra. À mon avis, une bonne mise en garde expliquant le contexte historique serait nécessaire.

  14. Pierre S. dit :

    ——————————–

    comme d’habitude …..

    tenter de régler le problème de façon cosmétique …
    Mais par en arrière l’agenda raciste avance, la nomination des juges ultra conservateurs continue
    les fics continuent de tabasser les émeutiers et rien ne change. Le pouvoir politique achète du temps
    dans l’espoir qua ca passe … et ca fini toujours par passer tristement.

    rappelez vous après Sandy Hook ….. les jeunes, l’espoir d un changement ….
    Et bien ils sont ou ces gens la ? et surtout, quels changement on été effectué ???

  15. NStrider dit :

    – C’est le cynique en moi qui s’exprime: est ce que HBO aurait retirer ce titre de son catalogue si le 45 n’avait pas fait l’apologie de ce film lorsque Parasite a gagné aux Oscars ? Je n’y vois qu’une manœuvre commerciale dans l’air du temps au même titre que la sortie de Goodell et de la NFL et dans une moindre mesure le don « généreux » de Jordan.
    – Je pense que le confinement fait ressortir le cynique en moi☹️

  16. Apocalypse dit :

    @Math – 12:31

    ‘Par contre, pour éviter la banalisation, je serait par d’accord d’y ajouter un apparté lorsque nécesaire pour signaler le contexte dans lequel l’oeuvre est sorti et ainsi voir le racisme – sexisme, barbarie, etc – sous un autre angle.’

    On pourrait me convaincre de votre suggestion; un texte, un commentaire pour expliquer l’époque, le contexte du film, mais le relayer aux oubliettes … JAMAIS!

  17. Gilles Morissette dit :

    Décision ridicule.

    On ne peut effacer des événements qui font partie de notre Histoire, même si ces évènements ne constituent pas une partie très glorieuse.

    Ils font partie de notre mémoire collective, de ce que nous sommes que nous le voulions ou non. Il faut les accepter, les assumer et en tirer les leçons qui s’imposent, et ce, afin d’éviter de les répéter..

    Le racisme, l’esclavage font partie des asepcts les moins glorieux de l’Histoire des USA. Les Américains doivent accepter cette réalité. Effacer toute trace de cette période est une insulte à la mémoire de tous ces gens qui en ont subi les conséquences, parfois aux dépents de leur vie.

    Les Amjéricains ont un devoir de mémoire à leur égard.

    Ras-le-bol de cette foutu rectitude politique.

    Que ce pays se comporte en adulte et assume son passé.

    La même chose s’applique au Canada et surtout au Québec où ce vent de folie est en train de souffler sur nous.

  18. Apocalypse dit :

    Twitter – Richard Hétu

    @richardhetu
    Une autre déclaration à retenir, celle de Philonise Floyd devant une commission de la Chambre des représentants.

    Philonise Floyd, ‘I like kim’ 👍👍👏👏

  19. NStrider dit :

    Chers collègues commentateurs, il semble se faire une « belle » unanimité autour du sujet.
    Un pavé dans la mare de ma part: Est-ce qu’un film Oscarisé n’acquiert pas le statut d’un symbole fort,au même titre que le drapeau confédéré qu’on vient d’interdire sur les base militaires ou que les statues de personnages adulés par les Sudistes qu’on déboulonnent allègrement par les temps qui courent (ce qui aurait dû être fait il y a longtemps tant qu’à moi)? Où du moins ne croyez- vous pas qu’il peut être perçu comme tel par les Afro-américains qui vivent quotidiennement les conséquences des stéréotypes et préjugés (qui sont encore très d’actualité semble-t-il) par ce chef d’œuvre encensé par le 45 ? Je me pose la question, mais j’ai tendance à croire que les caucasiens favorisés que nous sommes sont susceptibles d’avoir un regard plus clément que celui qui a dû donné à son fils ou reçu de son père le fameux «the talk».

    1. lechatderuelle dit :

      NStrider la réponse est non….

      un film oscarisé ou pas demeure un film et certains vieillissent mal…. comme des livres…. comme de la musique….

      le courant politiquement correct qui juge et évalue des oreuvres du passé avec un regard 2020 sont absurdes…..

      1. NStrider dit :

        Et que répondez vous à la deuxième question?

    2. Nefer111 dit :

      @Nstrider
      Le film je peux choisir de le regarder ou pas mais le drapeau des CON-fédérés ou leurs statues glorifiant des criminels de guerre eux me sont imposés et les éviter devient pratiquement impossible !

  20. citoyen dit :

    Les distocrates devraient offrir une troisième alternative démocratique aux électeurs.

  21. Apocalypse dit :

    @NStrider – 13:18

    Avec votre respect, vous faites une comparaison boiteuse: un film vs un drapeau, une statut!

    Une film est fait à une époque, dans un contexte particulier, ce qui est très différent d’un drapeau ou d’une statut qu’on voit encore en 2020. Je suis d’accord avec vous, qu’on se débarasse de ces drapeaux, de ces statuts et qu’on les mettent dans un musée où on pourrait expliquer leur histoire.

    Ces drapeaux, ces statuts n’ont plus leur place dans l’espace public en 2020, mais le film est une oeuvre d’art qui n’est pas dans l’espace public, qu’on peut décider de regarder ou pas, qui décrit une époque, ce qui est instructif pour l’histoire, pour qu’on sache comment les choses se passaient à cette époque.

    1. NStrider dit :

      Et que répondreriez vous à la deuxième question que je posais? : « Où du moins ne croyez- vous pas qu’il peut être perçu comme tel par les Afro-américains qui vivent quotidiennement les conséquences des stéréotypes et préjugés (qui sont encore très d’actualité semble-t-il) par ce chef d’œuvre encensé par le 45 ? Je me pose la question, mais j’ai tendance à croire que les caucasiens favorisés que nous sommes sont susceptibles d’avoir un regard plus clément que celui qui a dû donné à son fils ou reçu de son père le fameux «the talk».

  22. POLITICON dit :

    RACINES

    J’avais un peu plus de 10 ans lorsque la série Racines a percé les écrans dans nos salons. Moi qui n’avait jamais vu une personne de couleur dans notre coin de pays, j’avoue que cette série a tué en moi un raciste potentiel. Si on aseptise l’art et l’histoire au risque d’heurter les gens qui nous entourent, on fait l’autruche et passe à côté du marbre. Je me rappelle aussi qu’on voulait cacher les images de la shoah pendant la 2e Guerre mondiale, pour ne pas scandaliser personne. Pourtant, c’est en s’éduquant, en écoutant, en regardant que l’on se forge une opinion et les images des camps de concentration aussi difficiles à regarder qu’elles pouvaient l’être, je suis convaincu qu’elles peuvent contribuer à rappeller et empêcher l’Homme de reproduire ces crimes monstrueux.

    ‘Autant En Emporte Le Vent, aussi ridicule qu’elle puisse être pendant cette époque et la nôtre, fait partie de la culture générale et doit être considérée pour ce qu’elle est, rien d’autre.

  23. Dit en passant dit :

    Raisonnement possible de HBO ;
    Est-ce que la valeur historique de ce film oscarisé est essentielle pour la culture ?
    Est-ce que ce film pourrait servir de laboratoire afin de dépister des comportements racistes ?
    Est-ce qu’une clientèle importante de hillbillies vont se draper dans le drapeau confédéré,imbibés de Jack Daniels, afin de se remémorer les beaux jours?
    Et enfin, est-ce que les pas-de-vies de face de bouc vont lancer une campagne de boycottage contre HBO pour soutien au racisme.
    Dans un pays de capitaliste pur et dur, l’idée de perdre certains abonnements pèse lourd dans la balance.

  24. Apocalypse dit :

    Twitter – Richard Hétu

    @richardhetu
    Comment est-ce possible d’être aussi… les mots me manquent.

    M. Hétu, pas certain que les mots vous manquent; je pense que vous faites encore le diplomate 🤣.

    Cela dit, les fameux mots de Rex Tillerson nous passent par la tête … encore une fois.

    1. Haïku dit :

      Tout à fait d’accord avec vous.

  25. Rej dit :

    Ce fiilm fait partie de l’histoire. Vouloir le mettre à l’index est comme une tentative de réécrire l’histoire. C’est justement pour ne pas que les préjugés racistes se reproduisent qu’on doit garder une référence historique de ce qu’était l’histoire avant.

  26. Danielle Vallée dit :

    H.S. Jerome Powell, président de la FED, a fait ses projections :

    Fed Expects Unemployment Rate to Stay High.
    The Fed painted a grim view for the economy: Unemployment will stay elevated for years, after ending 2020 at 9.3 percent.

    Trump va tweeter pendant 48 heures que Powell est tout a fait incompétent de toute manière.

  27. jeanfrancoiscouture dit :

    S’il fallait non seulement interdire mais éventuellement éradiquer totalement toutes les histoires qui vont à l’encontre des idées et idéaux du monde contemporain, il y a quelques livres dits «saints» qu’il faudrait mettre à l’index car on y fait belle place à l’esclavage et à certaines «intolérances» et discriminations totalement inadmissibles aujourd’hui.

    Quant à Gone With the Wind, si je ne m’abuse, c’est une histoire d’amour entre jeunes bourgeois sur fond de guerre de sécession. L’esclavage s’y trouve en filigrane bien plus qu’en tête de série même si cette guerre a eu l’esclavage comme élément déclencheur. C’est peut-être anecdotique mais il me semble qu’il y a eu, pour le toute première fois, un Oscar décerné à une afro-américaine dans ce film.

    Cela dit, au lieu de mettre au rebut tout ce qui ne cadre pas avec les valeurs actuelles, on devrait s’en servir pour enseigner l’histoire et éduquer les nouvelles générations.

    1. Haïku dit :

      @jeanfrancoiscouture

      « Cela dit, au lieu de mettre au rebut tout ce qui ne cadre pas avec les valeurs actuelles,
      on devrait s’en servir pour enseigner l’histoire et éduquer les nouvelles générations. »

      Fort bien dit, ou CQFD ! 👌

  28. Daniel Legault dit :

    On fait le ménage dans les oeuvres historiques et on ne change pas les comportements en changeant les lois et en mettant à la porte les juges qui n’interprètent pas la loi.

    On veut se donner bonne conscience.

    Dans ma mémoire, Autant en emporte le vent, n’est pas un film sur l’exploitation des noirs mais sur le conflit entre une femme et un homme.

    La femme est un peu folle mais elle a des attentes que l’on peut qualifier de modernes. Et Gables, a un comportement d’homme de cro-magnon pour qui la femme a un role précis et ne doit pas en sortir.

    1. Danielle Vallée dit :

      Ils s’aimaient sincèrement mais leur petite fille adorée est morte dans un accident d’équitation. Et Scarlett qui ne voulait pas vraiment que sa très jeune fille fasse de l’équitation a rendu Rhett responsable de la mort de leur fille. C’était ça le nœud de l’histoire je crois. Et c’est encore très d’actualité ce genre de déchirement. Qui est responsable pour un enfant qui se noie ou qui meurt dans un accident?
      J’en ai des échos d’une personne qui travaille aux urgences de Sainte-Justine qui juge que c’est la partie la plus difficile de certains dossiers. Les déchirures familiales au chevet d’un enfant.

      Ceci dit c’était un film fabuleux et on n’aurait jamais dû le retirer. Pas plus qu’on ne devrait retirer ‘La couleur pourpre’ ou ‘Kinta Kinte’

  29. Benton Fraser dit :

    Il ne faut pas oublier que comme film, le premier vrai long métrage américain est « Naissance d’une nation » !

  30. monsieur8 dit :

    L’Histoire est écrite par les vainqueurs. C’est vrai aussi pour le cinéma, et l’art en général.

    C’est l’homme blanc occidental qui nous raconte le Passé, comme il l’a vécu ou comme il croit, à travers son prisme, que c’est arrivé. Ce sont ses propres sensibilités et états d’âmes qu’il étale dans ses œuvres artistiques.

    Bien sûr que c’est biaisé. N’importe quel histoire ou Histoire est biaisée. S’en rendre compte et tenter d’atténuer ce biais est déjà un excellent début.

    Je crois qu’instruction et mise en contexte valent mieux qu’auto-censure. Tout au moins, dans le cas du film dont il est question ici.

    1. ducalme dit :

      Effectivement.

      Pour les blancs de l’époque, Wounded Knee fut une impressionnante victoire et pour les autochtones, un incroyable massacre.

      Mais comme vous le dites, l’histoire des écrite par les vainqueurs.

  31. ducalme dit :

    Ce n’est pas possible de vouloir un autre autodafé.

    Bientôt, si ce n’est pas déjà trop tard, il va falloir s’inspirer du film Fahrenheit 451 (température où le papier s’enflamme) et apprendre par coeur les livres et enregistrer les films qui ne passent plus à la censure des nouveaux ayatollahs.

  32. P-o Tremblay dit :

    C’Est plutot con ça… et ça va faire rager la masse pour rien. HBO avait qu’a filmer un truc d’une heure de discussion avec le film..

  33. Pierre Lesage dit :

    « Frankly, my dear, I have to give a damn. »

  34. À mes yeux, j’y vois deux façons d’aborder la diffusion de ce film:
    (1) Le garder disponible dans le catalogue mais avec un texte au début du film le mettant en contexte. Éducatif d’un point de vue historique mais si on commence censurer dans ce cas-ci, on a en a pas finit.

    (2) Interdire le film en attendant de savoir comment le présenter. Qu’est-ce qu’on fait avec le premier amendement? Est-ce que ce long métrage peut trouver son utilité dans la représentation instructive du racisme de cette époque?

    Il y a une certitude. Le président et ses suprémacistes vont être en beau fusil.

  35. InfoPhile dit :

    @lechatderuelle

    «le courant politiquement correct qui juge et évalue des oreuvres du passé avec un regard 2020 sont absurdes»

    Ce n’est pas tant de juger l’oeuvre que de se désoler de la perpétuation des préjugés les plus hideux qu’elle véhicule et que sa diffusion entretient. Une mise en contexte, un avertissement aux spectateurs seraient de mise.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :