Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Mike Pompeo a recommandé à Donald Trump le licenciement de l’inspecteur général du département d’État, a reconnu un responsable de la Maison-Blanche, selon le New York Times. Le président a donné suite à cette recommandation en informant le Congrès vendredi soir qu’il limogeait Steve Linick parce que ce dernier n’avait plus sa «pleine confiance». Les démocrates du Congrès ont annoncé l’ouverture d’une enquête sur ce qui pourrait être un «acte illégal de représailles».

Dans une lettre adressée à la Maison-Blanche, au département d’État et à Linick, le représentant de New York Eliot Engel et le sénateur du New Jersey Bob Menendez affirment que Linick avait ouvert une enquête sur le secrétaire d’État et que celui-ci a répliqué en recommandant son licenciement.

Le sénateur Menendez, numéro des démocrates au sein de la commission des Affaires étrangères du Sénat, veut obtenir des explications de la part de Pompeo sur son utilisation de ressources du département d’État, dont des gardes du corps et l’avion mis à la disposition du chef de la diplomatie américaine, pour des voyages personnels au Kansas, l’État où il vit.

Le représentant Engel est le président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants.

À une exception près, les parlementaires républicains n’ont formulé aucune critique après le licenciement d’un quatrième inspecteur général en quelques mois par le président. Le sénateur de l’Utah Mitt Romney, qui a dénoncé «une menace à une démocratie responsable et une fissure dans l’équilibre constitutionnel des pouvoirs» est l’exception est à la règle :

P.S. : Il faut peut-être aussi mentionné la sénatrice républicaine du Maine Susan Collins.

(Photo Getty Images)

48 réflexions sur “Pompeo avait demandé la tête de l’IG qui enquêtait sur lui

  1. chicpourtout dit :

    En complément…
    Petit film posté dans un article de The Atlantic. Juste une mise en parallèle du leadership de divers leaders du monde. Dans l’article, l’auteur écrit qu’habituellement, les américains ne regardent pas ce qui se passent ailleurs parce qu’ils sont convaincus d’être les meilleurs, mais que là, ils devraient se poser des questions.
    Je vouis laisse le soin de juger par vous-même…

    https://youtu.be/VYQvWuiXC8c

    1. kyrahplatane dit :

      chicpourtout

      Merci pour le lien!

    2. NStrider dit :

      À écouter surtout. Comme le fait remarquer une des personnes qui commentent le clip. Remarquez comme les « clic,clic,clic » des photographes augmentent lorsqu’il commence à dire une autre ânerie. Je viens littéralement de me trouver un autre « bullshit meter »

    3. yolandgingras dit :

      En rire ou en pleurer ???

  2. marylap dit :

    Drain the swamp qui disait. Mi-sè-re.

  3. Daniel A. dit :

    Scratch my back, I’ll scratch yours.

    1. Encorutilfaluquejelesus dit :

      Quid pro quo? 😉

  4. Comment refuser une faveur à quelqu’un d’aussi loyal….deux larrons en foire!

  5. Apocalypse dit :

    Si c’est vrai, et on serait fortement porté à le croire, c’est scandaleux, mais ça va changer quoi?

    Donald Trump n’y verra pas de problème et donc, les laquais de service, William Barr, le parti républicain n’y verront pas de problème; le parti démocrate va donc encore japper dans le vide 😢.

    Sous Barack Obama, j’avais l’impression que le président des Etats-Unis avaient des pouvoirs limités, mais sous Donald Trump, l’impression est toute autre: ‘il peut littéralement faire tout ce qu’il veut’.

    1. Benton Fraser dit :

      Le problème est que Trump s’invente des pouvoirs et que les élus républicains laissent faire, contrairement sous Obama.

      De la partisanerie à l’état pure….

      1. Dekessey dit :

        C’est surtout un flagrant abus de pouvoir, et les répourricains en sont très fier.

      2. Et Madame Collins qui n’est pas d’accord. Dès que la pression des hommes de main du Président va se faire sentir, elle va retourner dans son trou. Le jour de la marmotte Collins.

  6. Gilles Morissette dit :

    Pompéo. Un autre salopard qui gravite dans l’entourage du Despote-En-Chef.

    Une autre preuve que cette administration de pourris est corrompu jusqu’à la moëlle.

    Elle n’a plus aucune retennue.

    Pourquoi se gêner alors que les élus « Répugnants » demeurent silencieux comme des « bons chiens-chiens dociles » devant de tels actes.

    Les Démocrates ne doivent se faire aucune illusion. Les « Répugnants », leur Mafieux de Boss » en tête vont tout faire pour saboter cette enquête.

    La « SWAMP » n’est jamais été aussi présente, gluante et nauséabonde.

    En plus, disons le franchement, les Américains, à part leur nombril, s’en »câlissent ».

    Bienvenue à Santa Banana.

  7. treblig dit :

    Mon souhait : une victoire écrasante pour Biden en 2020.

    Pour tasser Trump de là bien sûr. Mais aussi pour enclencher au plus vite une enquête sur cette administration qui à congédié ses chiens de garde et les donneurs d’alerte les uns après les autres.

    Ces chiens de garde limitent le champs d’ action du président. Ce qui est un défaut rédhibitoire selon Trump pour qui l’obéissance est une vertue cardinale. On est reviens toujours à cette perception de Trump à l’effet qui se considère comme un roi élu. Les pères fondateurs ont bien pris soin de s’assurer que le président ne se comporte pas comme Georges lll, le souverain autocrate et détesté de l’Angleterre. D’ ou le fameux checks and balances inscrit dans la constitution.

    1. treblig dit :

      Si j’ai bonne mémoire, au début de son mandat, les aides de la Maison Blanche ont voulu lui lire la constitution. Au bout de 2 ou 3 articles de lois, Trump à mis fin à l’exercice. Trop long, ennuyeux et sans intérêt. Avec une capacité restreinte d’attention, il avait atteint sa limite de jour-là

  8. Apocalypse dit :

    @Benton Fraser – 11:59

    ‘Le problème est que Trump s’invente des pouvoirs et que les élus républicains laissent faire, contrairement sous Obama.’

    Bon point!

  9. Jacques Rivard dit :

    Pas besoin d’analyser ou de commenter. C’est juste normal.

  10. stellaire11 dit :

    Ça devient une habitude de mettre dehors des témoins gênants le vendredi soir en espérant que personne ne s’en rendra compte ! Comme il s’en est tiré toutes les autres fois sans que les républicains y mettent le holà , pourquoi ne pas continuer sur cette voie qui lui permet à lui et son administration à éviter de rendre des comptes.

    Cornyn et Collins ont émis une timide demande pour connaître les raisons de ce renvoi, mais vont-ils réellement, comme ils en ont le pouvoir, s’y opposer? Je suis prête à parier un 20$, qu’ils vont entériner la décision de l’Irresponsable-en-Chef.

  11. POLITICON dit :

    La présidence Trump, positive pour les USA

    Un des éléments positifs de la présidence de Trump c’est qu’il a réussi à mettre en échec les institutions politiques obsolètes et inefficaces prouvant au monde entier que les pères fondateurs se sont trompé. L’orange mécanique a su tirer partie de chaque faille en imposant son pouvoir sur la justice et contrecarrer les investigations sur lui et son entourage. Tant et aussi longtemps que le président nommera les juges, le procureur général, le directeur de justice, la direction du FBI et de la CIA, force est de reconnaître que les pouvoirs d’un président sont énormes et par la bande détruit tout ce qui pourrait ressembler à un ‘check and balance’ entre les 3 pouvoirs.

    Sa présidence est une leçon pour toutes les démocraties de ce monde. Il n’y a pas de balance du pouvoir si la tête du pays peut nommer, licencier, infiltrer et imposer son programme et sa pensée politique à la justice. Donald Trump a prouvé en 3 ans et demi qu’il pouvait contrôler ce qu’il voulait et quand il le voulait. Qu’il pouvait tenir entre ses mains le sort de centaines de personnes et imposer une purge dans le système en toute impunité. Il est un pleutre, un menteur, un incompétent, un narcissique mais sa présidence a réussi à détruire les institutions, diviser le pays et miner la confiance des citoyens dans le pays le plus puissant de la planète.

    Il faudra plus d’une décennie pour corriger la constitution, remettre les institutions sur les rails, éponger la dette publique, assainir les finances et reformuler la fameuse phrase du ‘Gouvernement pour le peuple, par le peuple’.

    1. NStrider dit :

      Vous semblez beaucoup plus versé que moi, en ce qui a trait à la constitution des États-Unis, quelles sont les conditions que devraient réunir les démocrates pour apporter des changements à la constitution? ( majorité simple dans les deux chambres du congrès et la présidence?, majorité des 2/3 …? ). Avec toute ma méconnaissance du sujet, je crois que ce ne sera pas vraiment pas simple et je doute de leur capacité à le faire.

      1. POLITICON dit :

        La majorité dans les 2 chambres. Même majoritaire partout, si le Sénat est contrôlé par l’opposition, c’est impossible de changer quoique ce soit dans la Constitution.

      2. NStrider dit :

        Ça me semblait peu la majorité simple, alors j’ai été cherché un peu et voici ce que j’ai trouvé: La Constitution prévoit qu’un amendement peut être proposé soit par le Congrès avec un vote à la majorité des deux tiers à la Chambre des représentants et au Sénat, soit par une convention constitutionnelle demandée par les deux tiers des législatures des États. Aucun des 27 amendements à la Constitution n’a été proposé par convention constitutionnelle. Le Congrès propose un amendement sous la forme d’une résolution commune. Puisque le Président n’a pas de rôle constitutionnel dans le processus d’amendement, la résolution commune ne va pas à la Maison-Blanche pour la signature ou l’approbation. De plus l’amendement doit être approuvé par les 3/4 des états.
        Autrement dit, ce n’est pas demain la veille que quoi que ce soit va changer

      3. Achalante dit :

        Il faut que ce soit entériné par au moins 34 (?) états aussi, je crois. Donc. ce ne peut être le fait seulement du gouvernement fédéral.

      4. NStrider dit :

        Donc, malgré tout ce qu’on peut souhaité que ce soit ici ou les démocrates, c’est pas demain la veille que ça va se faire. Merci pour l’info

      5. NStrider dit :

        En creusant un peu ce sont 38 états,les 3/4 qui doivent approuver. Donc,encore moins de chance qu’on voit des changements à court terme.

    2. Duduche dit :

      Ça fait un moment que le bouffi-45 ne serait plus qu’un mauvais souvenir sans un Sénat ultra-partisan (dont McConnell, un des plus actifs fossoyeurs de la démocratie US). Les faits le montrent encore: « À une exception près, les parlementaires républicains n’ont formulé aucune critique ». Quand le contre-pouvoir n’est plus exercé – pour un motif qui s’approche de « la fin partisane justifie toute la corruption possible » – ce n’est pas la faute de ceux qui ont tenté de mettre des garde-fous pour éviter les dérapages.

      Les sénateurs républicains sont complices de l’instauration d’une administration autoritaire capable d’actions illégales. Tant qu’ils continuent à avaler la merde trumpienne sans une petite grimace (au moins en public, on sait que plusieurs sont hypocrites: ils méprisent le bouffi), ils vont faciliter la prise de pouvoir du wannabe-dictateur à la banane jaune-pisseuse.

    3. onbo dit :

      Fort bien dit. Ça coule et c’est clair, merci.

  12. ghislain1957 dit :

    On se jurerait dans un roman sur la pègre. Pompeo qui demande au parrain de le débarasser de la tique qu’il a dans le dos en la personne de Linick. Et le parrain d’acquiescer afin d’éviter des problèmes à son bon toutou et de s’assurer sa loyauté future.

    Ce pays est sous la gouverne du plus grand mafioso connu depuis de nombreuses années aux zétats-zunis. Un seul ripoux-blicain a suffisamment de colonne vertébrale pour dénoncer cette situation. Quand à Suzanne Collins, depuis le procès en destitution, elle a perdu le peu de crédibilité qu’elle pouvait avoir.

    1. simonolivier dit :

      En fait Susan Collins a perdu le peu de crédibilité qu’elle pouvait avoir lors de la nomination de Kavanaugh.

    2. onbo dit :

      D’accord. C’est McConnell qui « call les shots » par derrière pour tenter de faire élire la cour qui le sert les yeux fermés depuis des lunes.

  13. NStrider dit :

    Au début mai, on a coulé une conversation de Obama en réaction à la demande d’acquittement de Flynn par Barr. Et il disait entre autres: …  « That’s the kind of stuff where you begin to get worried that basic — not just institutional norms — but our basic understanding of rule of law is at risk. And when you start moving in those directions, it can accelerate pretty quickly as we’ve seen in other places. » J’ai peine à imaginer ce qui va se passer pour les 100 et quelques jours entre le 3 novembre 2020 et le 7 janvier 2021 si le 45 perd ses élections. Si j’avais un côté un tant soi peu parano je dirais qu’avec les réactions de ceux protestent actuellement, parce qu’ils jugent que de les empêcher de se faire couper les cheveux est une atteinte à leurs droits constitutionnels, qu’on va avoir tous les éléments en place pour une période très violente. Je ne recommanderais pas à mes amis snowbirds d’aller en floride même s’il y a un vaccin pour la COVID-19, il n’y en aura pas pour la rage des pro-45.

    1. AB road dit :

      Ce que vous dites est très vrai, que « ça ne sera pas beau tout à l’heure ».

      Juste à regarder de la façon dont proteste la gang d’anti-confinement, tous pro-Trump du même fait, on dirait une bande de zombies enragés toute droite sortie d’un film de morts-vivants.

      Tenter de raisonner avec ces pro-Trump est tout-à-fait une perte de temps.
      Tout comme les zombies, ils n’ont pas le cerveau assez développé afin de parvenir à un dialogue constructif et sensé avec eux.

      De là, le grand danger qui quette les États-Uniens…😷

  14. Sylvain Roy dit :

    « À une exception près, les parlementaires républicains n’ont formulé aucune critique après le licenciement d’un quatrième inspecteur général »

    On n’en attendait pas plus de cette bande de lèche cul !

  15. NStrider dit :

    Et si comme le dit Collins le 45 devait donner un préavis de 30 jours , est-ce que l’IG du département d’état est encore en mesure d’enquêter pour le temps qui reste?

    1. Madalton dit :

      Collins va dire qu’il a appris et qu’il ne le fera plus à l’avenir. 🙄🤬

      1. NStrider dit :

        Est-ce qu’on parle tous les deux de LA sénatrice qui habituellement est étroitement alignée sur la position du 45 et qui vient de souligner par écrit l’illégalité de la manœuvre en cours?

      2. Madalton dit :

        Ben oui. Elle jappe beaucoup mais se couche facilement dans son panier quand Trump lève le ton.

  16. Laurent Pierre dit :

    Comme l’affirmait Hans Frank, juriste allemand et Reichprotektor en Pologne pendant la 2e guerre: « le droit c’est ce qui accommode le Führer ». Appliqué aux USA, ce « grand principe » de droit devient: « le droit c’est ce qui accommode le président ». Ajoutons à cela le concept de la « présidence unitaire »mis en œuvre notamment par le sympathique et très grand démocrate Dick Cheney, et nous avons les principaux ingrédients pour instaurer un régime totalitaire. Pas loin du führerprinzip tout ça. Ce qui est propre aux régimes totalitaires notamment c’est l’élimination de toute forme d’opposition particulièrement dans la sphère politique, ce à quoi Trump et ses sbires s’emploient allègrement depuis plus de 3 ans. Passage du « plus grand phare de la démocratie » au plus grand « phare de l’obscurantisme totalitaire ».

  17. Micheline dit :

    Comme d’habitude, qu’importe les folies de la secte, une autre « controverse » effacera le scandale honteux de cette gang de mafieux.

  18. Cubbies dit :

    Voilà un autre exemple d’abus de pouvoir. Plus rien ne me surprend de cette administration.

    America you are better than this. Vote.

  19. Gina dit :

    Je ne sais plus quoi penser de cette administration . Pathétique

    1. onbo dit :

      Si un vote avait lieu demain matin et que le critère de décision pour conserver ou congédier Trump était:
      Avez-vous encore une « Pleine Confiance » en Donald Trump, il serait congédié le jour même.

      Donald Trump a congédié quelqu’un qu’il ne connait même pas sur l’opinion de quelqu’un qui se trouve en conflit d’intérêts, sous le prétexte de perte de confiance… (et il ne connaît rien de son passé ni de son travail). Sans même de faits, que les jérémiades de Pompeo, Trump dit, ce type a perdu ma pleine confiance.!!! C’est la meilleure!!

      Par contre, les électeurs voient, entendent, souffrent des déceptions et 20,000 mensonges de Trump, sont témoins de son retard à agir contre la Pandémie, et se questionnent sur 1000 autres comportements inquiétants.

      N’Y -t-il pas là largement matériel probant et matière politique susceptible d’affecter la pleine confiance de toute la population. N’est-il pas? comme disent nos amis Anglais!

      Si bien, qu’en invoquant la « Pleine Confiance », Donald Trump supplie, selon sa propre logique, les électeurs de le congédier vertement…

  20. Romi dit :

    République de babanes.

  21. MarcoUBCQ dit :

    Donald et ses acolytes poussent à l’extrême la souplesse de cette démocratie. Je suis convaincu qu’une armée de personnes travaillent fort présentement à défendre leur pays. Sauf que ce travail se fait dans l’ombre, loin de la place publique médiatique. Je crois que comme Nixon, Donald va gouter à une sérieuse réponse de la part de ceux qui sont capables de faire preuve de justesse et de bonne foi. Les États-Unis ont toujours eu leur lot de bandits et de profiteurs, mais jamais ces derniers n’étaient allé si loin dans la vilenie. Le parti républicain devrait être dissous une fois pour toute.

  22. Loufaf dit :

    En refusant de destituer le gros despote,les sénateurs républicains ont prouvé qu’ ils cautionnaient toutes ses malversations. Alors pourquoi le parrain arrêterait en si bon chemin? Il continera à abuser allègrement du pouvoir qu’ il s’ est donné.

  23. spritzer dit :

    Dans la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants présidée par Engel, est-ce qu’il leur arrive de questionner les politiques de Pompeo et des US vis-à-vis l’Iran, le Yémen, Israël, le Venezuela, la Chine etc, ou si de ce côté tout est tiguidou?

    1. Haïku dit :

      @spritzer
      Tab…. ce con Pompeo était le chef de la CIA . 😨😨😨

  24. chicpourtout dit :

    Pour votre gouverne à tous,
    Retour en images et en texte sur la grippe espagnole de 1918.
    Cela fait réfléchir…
    https://www-history-com.cdn.ampproject.org/c/s/www.history.com/.amp/news/spanish-flu-second-wave-resurgence

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :