Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

25,3 millions : total en dollars américains des dons amassés par Bernie Sanders au cours du troisième trimestre de 2019, la meilleure récolte jusqu’à maintenant de tous les candidats à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020.

Le sénateur du Vermont n’a pas attendu une minute de plus que nécessaire pour annoncer ce montant, après plusieurs jours de mauvais sondages et de changements abruptes au sein de son équipe de campagne. Il avait amassé 18 millions de dollars lors du trimestre précédent. Son attrait auprès des petits donateurs est loin d’être chose du passé.

(Photo Getty Images)

38 réflexions sur “Le chiffre du jour

  1. fallaitquejteuldise dit :

    Le problème aux États-Unis, c’est l’absence politique d’une troisième voie clairement établie: Sanders serait un candidat vedette. Malgré tout l’argent disponible pour sa campagne, il ne fait que donner raison aux républicains qui brandissent l’épouvantail du socialisme. Les democrates doivent trouver une façon d’évacuer Sanders par la porte d’en arrière. Il ne faut pas oublier les élections approchent et Trump n’est toujours pas destitué…

    1. Pierre dit :

      @fallaitque…
      $25.3M si c’est ça le socialisme let’s go for it!!!, les petits donateurs je trouve qu’ils donnent beaucoup!!! C’est combien le montant maximum qu’ils ont le droit de donner ces petits donateurs? La dernière chose je pense que Bernie va encore empêcher le parti d’avancer ça ressemble à 2016… et ça c’est malheureusement bon que pour le Potus -45

  2. Martin cote dit :

    Sanders fait le plein d’argent auprès de petits donateurs mais le problème c’est que ceci ne se reflète pas sur son taux d’approbation dans les sondages…il est encore loin derrière Biden et Warren et je ne crois pas qu’il les surpassera d’ici les primaires…..

    1. Toile dit :

      De fait et en sus, cela risque de sévèrement diviser le vote, un effet particulièrement nocif sinon toxique. Pis ça va finir en crisette de bacon de sa part.

    2. Lecteur-curieux dit :

      Les dons reflètent l’intensité des préférences tout comme un achat.

      C’est plein de gens qui ne donnent pas un sou et ils ont autant le droit de vote.

      Mais Sanders a des acharnés qui vont trouver des 10$ ou 20$ ici et là.

      Vont couper dans leurs loisirs pour le soutenir. Bon au cas par cas. Gardez votre 20$, vous manquez déjà d’argent. Non c’est important pour la personne. C’est mieux que d’être gambler au Casino ? Voyons cela positif pour la majorité… Ils ne videront pas leurs comptes pour soutenir un candidat. Mais ils peuvent être obsédés par la politique. Donnez-lui un 20$ mais pour un autre 20$, allez au cinéma, lâchez prise un peu. Voyons on ne peut pas dicter une conduite aux gens…

    3. simonolivier dit :

      M. Côté Les adeptes des sectes sont souvent des gens avec peu de moyens financiers mais qui donnent presque tout leur argent au gourou. Ca représente bien les Berniacs. Les Jehovas et les Scientologistes ramassent des montant plus élevés à chaque année et pourtant leur membership diminue.

  3. ghislain1957 dit :

    Personnellement, je pense que Bernie va faire comme aux dernières élections et diviser le vote. Vote qui est de plus en plus important pour sortir la moumoute jaune pisse de la maison blanche si on admet que la destitution du clown n’est pas encore gagnée vu a bande de carpettes siégeant au Sénat.

  4. gl000001 dit :

    Perte de temps, d’énergie et de ressources. Leur système électoral est terriblement mal fait.
    Mais ils sont libres !!! 😉

  5. Lecteur-curieux dit :

    J’aime les dons politiques venant du financement populaire donc avec des montants limités par donateur.

    Les dons comme aussi le bénévolat et autres implications permettent de mesurer l’intensité des préférences.

    Il reste que cette intensité ne donne pas de votes supplémentaires à l’individu.

    L’Américain pourrait toujours donner 75$ à Sanders, 20$ à Mayor Pete et 10$ à madame Warren. Mais il doit se décider niveau vote.

    Ils sont plus déterminés ses partisans et plus nombreux à donner mais pas forcément à voter. J’imagine des modérés qui vont voter Biden qui votent démocrate mais qui n’ont jamais fait de dons ou de bénévolat pour un parti politique.

    Des Américains aussi ne voteront même pas aux primaires mais vont appuyer le candidat démocrate à la présidentielle. Le vote mais pas un soi de plus, ils gardent leur argent pour eux.

    Des démocrates juste par vote peuvent avoir un beau-frère ou un cousin qui lui est un partisan acharné de Donald Trump disons le mouton noir de la famille. La famille va rester démocrate. Et peut-être qu’à voir le beau-frère s’exciter vont envoyer un don aux démocrates pour la première fois.

    Alors Sanders a beau avoir des partisans qui ne lâchent pas le morceau, ils ne lui feront pas pour autant gagner. Bon mais le maintiennent dans la course et pourraient aussi causer du tort au parti pour la présidentielle ? Ils sont aussi têtus que lui, on dirait bien…

    Alors mon premier exemple avec trois choix, ils doivent être rares. Ils mettent tout sur le même cheval ses partisans du moins on les imagine ainsi.

  6. J.C.Virgil dit :

    L’attrait de Sanders auprès des jeunes et de ceux qui veulent un réel changement ne se dément pas, mais effectivement il il semble bien faire campagne dans un parti politique qui ne lui est pas naturel .
    Comme il n’y a que deux partis aux États-Unis il n’a pas vraiment le choix , s’il veut faire de la politique et mettre ses idées de l’avant.

    Ça me surprendrait que les Républicains lui ouvrent les bras 🙂

  7. Henriette Latour dit :

    Squatteur!

  8. V-12 dit :

    Bah! Le bottom line, c’est qu’il chute dans l’opinion public. Le reste est inconséquent.

    1. J.C.Virgil dit :

      Je ne dirais pas ça .Sa chute entraînera le départ de ceux qui l’appuient et veulent du changement . Ils sont assez nombreux si on en juge par sa capacité d’amasser des dons. Si le parti démocrate veut espérer gagner la présidentielle advenant que la destitution ne fonctionne pas, il faut qu’il soit capable de garder cet électorat.

      Sinon , s’ils décident de rester chez-eux comme la dernière fois, ils risquent de subir le même sort . La question qui tue comme dirait Guy A Lepage . Y a t-il un autre candidat qui pourra les attirer ?

      1. gl000001 dit :

        La question « tuerie de masse » : Y a t-il un autre candidat qui pourra les repousser ?
        Indice pour la réponse : trump !!

      2. V-12 dit :

        Elizabeth Warren a sensiblement le même programme que Sanders. Et elle monte dans l’opinion public. En fait, pour imager, Warren, c’est Sanders, mais avec du positivisme. Sanders passe pour un vieux grincheux en comparaison. Et Sanders est incapable de quantifier ses propositions.

        N’oublions pas que Bernie était là y’a 4 ans. Il devient redondant alors que d’autres ont encore l’aura du tout nouveau, tout beau. Peut-être qu’il remontera, qui sait. Mais s’il est le candidat choisi pour les présidentielles, les Démocrates resteront dans l’opposition. Et c’est cà qui leur fait peur.

      3. vercheres dit :

        Les gens qui appuient Sanders, s’ils décident de rester chez eux rendu au 3 novembre 2020 parce que le ticket démocrate n’aurait pas Grincheux Sanders ne pourront blâmer qu’eux pour un autre 4 ans de conservatisme républicain. Les absents ont tort.

        Le statu quo est toujours plus facile en politique, mais à défaut de faire avancer toutes les idées, il faut en faire progresser quelques-unes. À ma connaissance, des salaires plus haut, un meilleur contrôle des armes à feu et des soins de santé universels ne sont pas proposés par les candidats du GOP. Même si Sanders ne se rallie pas officiellement à un candidat, ses supporters devraient faire cette analyse, à défaut de quoi, on pourra aussi douter de leur volonté de changement.

      4. simonolivier dit :

        @vercheres C’est possiblement ce que les berniacs veulent, un autre 4 ans de républicains démolisseurs. Si le système est complètement à terre, ce serait plus facile pour eux de faire élire leur candidat.

      5. Vercheres dit :

        @simonolivier Pour mettre le système à terre, ça prend plus que 4+4. Un cataclysme, une guerre, un chômage à 50%. L’inertie est forte dans l’ensemble de la société.

    2. Pierre dit :

      @V-12
      Généralement les dons sont précurseurs des sondages à venir…

  9. Toile dit :

    @gl100001
    Indice pour la réponse ou réponse: trump?

    1. gl000001 dit :

      Il y a des indices qui sont parfois plus évident que d’autres 😉

  10. Danielle Vallee dit :

    A ce stade ci les gens paient pour permettre à des candidats de continuer à participer aux débats et leur permettre de présenter leurs idées.
    C’est correct. Les électeurs vont définitivement choisir entre la gauche et le centre.
    Que tout le monde présente ses arguments.

  11. J.C.Virgil dit :

    Peut-être . Trump est en effet une arme de destruction massive pour tout électeur *progressiste* , mais la sous-question le vote anti Trump sera t-il suffisant pour leur faire prendre le chemin des urnes s’ils n’ont aucune confiance que le candidat que lui opposeront les démocrates apportera le virage qu’ils souhaitent ?

    Les démocrates de droite ont beau blâmer Sanders pour le fait que ses supporteurs ne se sont pas ralliés la dernière fois, mais c’est un peu utopique de penser qu’il pourrait les conduire comme un troupeau docile vers le candidat que le DNC aura choisi par dessus leurs têtes.

    1. gl000001 dit :

      On dit souvent que beaucoup d’américains sont bornés et mal éduqués. Mais ils ont quand même une certaine capacité pour apprendre. Si ils ont pas appris des quatre dernières années, ils méritent amplement les calamités que les républicains leur infligeront si trump ou un autre moins imbécile passe.

      1. J.C.Virgil dit :

        Dans plusieurs domaines, on dit souvent qu’il faut atteindre le fond pour pouvoir rebondir . Il y a peut-être des électeurs qui se disent laissons Trump finir son travail de démolition, quand les gens seront assez écoeurés ils vont s’ouvrir les yeux.

        Un peu comme les souverainistes qui se disaient que Harper était peut-être la meilleure chose qui pouvait arriver pour leur option. Ils ont cru qu’il était tellement en porte à faux avec les valeurs profondes de la majorité des Québécois, qu’il était impossible qu’ils continuent à accepter de partager le même pays alors qu’ils ont tout dans les mains pour mener leur propre destinée pour l’essor de leur nation.

        Ça n’a pas été le cas . Harper a régné dix ans et ils l’ont remplacé par un Trudeau plus centralisateur et plus multiculturaliste ce qui n’est guère mieux pour eux …

      2. gl000001 dit :

        « Il y a peut-être des électeurs »
        Combien ? 1% ? 0,1% ?

      3. J.C.Virgil dit :

        @gl000001

        Combien ? 1% ? 0,1% ?
        ***********

        Pas mal plus que ça, parmi les 40% d’Américains qui ne croient plus u système politique du pays et attendent qu’on leur propose de vrais changements pour aller voter. n’est-ce pas d’ailleurs ce qui a amené l’élection d’Obama après le règne catastrophique de W »Bush ?

      4. gl000001 dit :

        On parle de ceux qui n’iront pas voter parce que ça ne sera pas Sanders.
        Des pommes avec des pommes.

    2. Pierre S. dit :

      ———–

      il y a eu un point tournant hier ….

      Le républicain qui a affirmé publiquement que de voir un président relayer les propos du pasteur prédisant une guerre civile en cas de destitution était  »plus qu’abject » a marqué l’imaginaire.

      C’est à mon sens le premier commentaire d’impact d’un républicain qui remettait en question trump de facon radicale.

      le premier qui dit … un VRAI président ne ferait JAMAIS ca.

      Bien sur les sub peona à Barr et Giuliani on fait le reste du travail et la on sent pour la premiere fois depuis longtemps une certaine reprise de contact avec la réalité de la part de la population américaine.

  12. Pierre S. dit :

    ——-

    Je crois bien qu’a ce stade ci malheureusement les américains sont abonné au triste feuilleton  »les déboires de Donald’ Une comédie de télé réalité grossière et burlesque oi une grosse andouille qui s’est ramassé POTUS par un bizarre de concours de circonstance tente de survivre en faisant de la projection en continue sur ses adversaires politiques.

    Rudy Giuliani est en liste pour un Emmy dans la catégorie Acteur de soutien comédie pour son rôle d’avocat sénile et stupide. Il va surement l’emporter devant Better call Saul.

  13. Alexander dit :

    Les EU sont divisés en trois blocs.

    Les progressistes autour de Sanders et Warren.

    Les trumpistes de droite.

    Les centristes autour de Biden et al.

    Et seulement deux partis pour refléter trois philosophies. Pas trois.

    Les EU sont un pays conservateur destiné à être gouverné vers le centre droit.

    Les deux autres factions ont chacun leurs adeptes, mais les idées sont souvent irréconciliables.

  14. Danielle Vallée dit :

    @jcvirgil: il y a une erreur dans votre logique. En 2016 pour les Bernie bros, c’était Bernie ou bust, parce qu’il avait massacré Hillary et préparé le terrain pour Trump.
    En 2020 c’est Bernie ou Elizabeth. Et à date Bernie n’a pas osé dire un mot contre Elizabeth….

    1. J.C.Virgil dit :

      Tant mieux si la majorité des supporteurs de Sanders se rallient à Elizabeth Warren advenant que leur candidat soit défait. C’est vrai que Sanders a beaucoup plus *d’atomes* crochus avec Warren qu’il n’en avait avec Clinton,ce qui devrait aider au transfert des appuis.

  15. Pierre S. dit :

    ————

    Danielle Vallée

    En 2016 c’était la tempete parfaite.

    – Bernie a saboté la candidature de Mme Clinton
    – Les partisants de Bernie ont boudé le vote
    – Ce chichi la a plombé le vote démocrate
    – Trump a fait le plein de votes de contestation plus le vote du GOP
    – La sortie illégale de Comey a 11 jours du vote à fait mal a Mme Clinton
    – les sondages favorables à Mme Clinton ont convaincu plusieurs démocrates a rester chez eux le jour du vote

    etc etc etc …

    C’est pas pour rien que Trump n’a jamais arrêté de faire campagne et que la il magouille illégalement avec des pays étrangers pour voler l’élection … en 2016 son élection tenait bien plus du miracle et une tel conjoncture n’arrive pas deux fois.

    1. Le vote pour Trump, c’était aussi un vote de contestation des élites. Clinton personnifiait l’establishment et DT le renouveau. Drain the swamp qu’il disait.

      Sauf que les gens ont oublié de comprendre qui était Donald Trump, un escroc mégalomane et manipulateur à l’extrême. On voit ce que ça donne.

      1. gl000001 dit :

        Des élites, ils sont tombés sur l’Élu !! 😉

      2. Haïku dit :

        gl000001
        Excellent !👌

  16. citoyen dit :

    il faudrait des démopublicains capables de faire ce que les démocrates et les républicains ne sont pas capables de faire et capable de faire plus que juste parler dans les médias sociaux.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :