Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Joe Biden a évité le pire. Après sa contre-performance de Miami, il y a un mois, l’ancien vice-président a rassuré ses partisans hier soir à Detroit lors du deuxième débat entre les candidats démocrates à la présidence. Il a non seulement répliqué avec un certain aplomb aux attaques renouvelées de Kamala Harris mais également à celles des autres candidats, qui ont critiqué ses positions sur la santé, l’immigration et la justice pénale, entre autres.

Mais Joe Biden n’a pas offert une performance dominante, butant parfois sur les mots et évitant de répondre à certains questions portant sur sa longue feuille de route.

Kamala Harris, elle, n’a pas été aussi convaincante qu’à Miami. Comme Biden, elle a eu du mal à défendre avec autant de clarté qu’un Bernie Sanders ou une Elizabeth Warren sa nouvelle proposition sur la santé, comme l’explique le Washington Post dans ce compte-rendu.

Il faut dire que la sénatrice a aussi été la cible d’attaques, notamment sur son bilan à titre de procureure générale de Californie. La représentante d’Hawaï Tulsi Gabbard lui a notamment reproché d’avoir bloqué des preuves qui auraient permis d’innocenter des condamnés à mort ains que d’avoir envoyé plus de 1 500 personnes en prison pour des violations liées à la marijuana.

Harris n’a pas vraiment répondu directement à cette attaque, se contentant de défendre les réformes qu’elle a mises en place dans son ancienne fonction.

Lors d’une interview sur CNN après le débat, Harris a affirmé qu’elle ne pouvait pas prendre au sérieux les critiques de Gabbard, qu’elle a décrite comme une «apologiste de Bachar Al-Assad» qui obtient «0% ou 1% dans les sondages».

De son côté, Joe Biden a été attaqué sur l’immigration par au moins trois de ses rivaux, Bill de Blasio, Julian Castro et Cory Booker. Ceux-ci ont notamment mis en cause son rôle dans la politique migratoire de Barack Obama qui a mené à l’expulsion de plus de deux millions de migrants clandestins. L’ancien vice-président a évité à plusieurs reprises de répondre à cette question, esquive qui a mené à une intervention remarquée du sénateur du New Jersey.

«Vous ne pouvez pas jouer sur les deux tableaux. Vous invoquez le président Obama plus que quiconque dans cette campagne. Vous ne pouvez pas le faire quand c’est utile et éviter de le faire quand ça ne l’est pas», a-t-il dit.

 

Booker, qui a connu une bonne soirée, a également attaqué le rôle de Biden dans l’adoption de la loi de 1994 sur la criminalité qui a contribué à l’incarcération de masse aux États-Unis.

Joe Biden a par ailleurs eu recours à ce qu’on pourrait appeler un «bidenisme» en défendant sa position sur la santé, qui consiste en gros à renforcer l’Obamacare. «It’s a bunch of malarkey», a-t-il déclaré en répliquant aux critiques de Bill de Blasio, qui préconise une réforme à la Bernie Sanders. Traduction : «C’est un paquet de sottises.»

La sénatrice de New York Kirsten Gillibrand, en difficultés dans les sondages, a retenu l’attention grâce à au moins deux de ses interventions. À la question de savoir quelle serait sa première action comme présidente, elle a répondu : désinfecter le Bureau ovale au Clorox d’abord et lutter contre le changement climatique ensuite.

Gillibrand a par la suite attaqué Biden pour une tribune publiée sous sa signature en 1981 et dans laquelle l’ancien sénateur du Delaware aurait écrit que l’entrée des femmes sur le marché du travail mènerait à la «détérioration de la famille». Selon le vérificateur des faits de NPR, l’argument du sénateur était beaucoup plus nuancé. Quoi qu’il en soit, l’attaque de Gillibrand concernant un article remontant à 1981 n’a pas fait l’unanimité.

Andrew Yang, Michael Bennett et Jay Inslee participaient également au débat. Inslee, gouverneur de l’État de Washington, a parlé de son sujet de prédilection, la lutte au changement climatique. Mais il n’a pas oublié de s’attaquer à un homme qui a quasiment essuyé moins de critiques que Barack Obama hier.

«Nous ne pouvons plus nous permettre d’avoir un nationaliste blanc à la Maison-Blanche», a-t-il dit en faisant allusion à Donald Trump.

(Photo Getty Images)

72 réflexions sur “Débat démocrate : Biden fait mieux (à peine) que Harris

  1. Pierre dit :

    Même s’il est sympathique on doit admettre que Sleepy Joe semble d’heure en heure être fatigué, car à 104ans 😂😂😂 il y a des moments où il manque de cohérence… Booker tant qu’à moi est très Présidentiel… mais les démocrates vont se peinturer dans un coin dangereux à croire les sondages…Biden s’il remporte l’investiture n’a pas l’énergie pour tenir tête soir après soir au toupet orange 🍊, et la pression a déjà fait des dommages à Harris, ça va être difficile de remonter la pente…en conclusion c’est malheureux qu’ils tentent pas de faire front commun contre le GOP…

    1. pierre dit :

      En debat tv face a Trump il va tenir un gros 2 minutes. Les democrates courent vers le gouffre.

  2. guillemettepierrealexandrePtotheA dit :

    Un vrai shitshow de débat. Trump devait jubiler. Circular firing squad. Tous les mêmes objectifs, mais on s’occupe à se démoniser! J’avais l’impression de voir des gens prêts à appliquer une politique de la terre brulée les uns contre les autres. Alors que la démocratie américaine est en jeux! La différence entre les candidats pragmatiques versus les idéologiques était marquante hier!

    1. Futile dit :

      La démocratie américaine n’est pas en jeu. Arrêtez cette dramatisation stérile. ça ridiculise votre argument plus qu’autre chose. Si Trump gagne à nouveau en 2020 il fera son second mandat puis partira en 2024 et basta.

      1. gigido66 dit :

        Théorie peut-être farfelue mais imaginable:
        On jase-là…
        Supposons que les Républicains « bini ouioui » ne se rebellent pas contre leur « poppet en chef » uniquement parce que c’est lui leur « char d’assaut » leur permettant de garder le pouvoir aux élections de 2020.
        Et supposons qu’après les élections remportées par leur parti, ils se débarrassent de leur emmerdeur avant la fin de son mandat de 4 ans car il serait devenu d’aucune utilité. (La destitution, le 25e amendement?)
        Ça expliquerait leur comportement larvé.

      2. kintouai dit :

        @Futile «Si Trump gagne à nouveau en 2020 il fera son second mandat puis partira en 2024 et basta.»

        Dans l’excellente télésérie britannique «Years After Years», Pence est élu président en 2024 (donc, au moins 12 ans de turpitudes ripouxblicaines à la tête du pays). Ce qui ne m’étonnerait pas du tout de la part des Amaricains, qui deviennent de plus en débiles d’année en année et de leur système électoral pourri (on comprend pourquoi les présidents en exercice ont toutes les chances d’être réélus : ils ne font face à aucune bande de hyènes qui s’entredéchirent pendant des mois pour aboutir, seulement quelques mois avant l’élection, au choix d’un(e) candidat(e) qui n’a jamais le temps de ressouder le parti et de mettre en valeur son programme).

  3. Triste de voir un parti politique aire des attaques personnelles entre eux plutôt que d’offrir un programme sociétal et ses idées pour la suite des choses….

    Cette mauvaise manie d’attaquer les autres pour se grandir devient une plaie….

    ça ne donne absolument rien de constructif peu importe le parti….

    il serait temps que la politique évolue un ti-peu….

    s’attaquer entre eux … les candidats n’ont pas tout à fait compris que pour s’élever au-dessus des autres, ça ne donne rien d’abaisser la compétition….

    on a vu le résultat chez les Républicains….

  4. Henriette Latour dit :

    Certains me font penser à des touristes qui font un selfie devant la Joconde, le but de l’exercice étant de pouvoir dire qu’ils ont participé à la course à l’investiture du parti démocrate en 2019.

    Ils feraient mieux de mettre leurs efforts à unir le parti en vue de battre trump.

    1. Layla3553 dit :

      @Henriette Latour
      👏👏👏

    2. Richard Desrochers dit :

      Quand vous avez parlé de selfie, ça m’a fait me demander pourquoi Trump (sauf erreur) ne s’en faisait pas.
      Mon idée c’est que c’est peut-être plus compliqué qu’ouvrir un parapluie.

      1. Henriette Latour dit :

        Richard Desrochers

        😂

      2. gigido66 dit :

        Elle est bien bonne!🤪

      3. Haïku dit :

        @Richard Desrochers
        @Henriette Latour
        👏👏👏

  5. Apocalypse dit :

    @Pierre – 08:08

    ‘… Booker tant qu’à moi est très Présidentiel…’

    Tout à fait d’accord!

    ‘Biden s’il remporte l’investiture n’a pas l’énergie pour tenir tête soir après soir au toupet orange…’

    Joe Biden, je crois que les démocrates prendraient tout un risque. Comme vous dites, se faire attaquer constamment, il y a un grand risque qu’il finisse par paraître faible et là, les carottes seraient cuites.

    Il a beau avoir l’air sympathique, sa candidature, du moins jusqu’à présent, n’est pas proche d’être convaincante.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Peut-être mais envers Trump il faut faire comme dans Astérix du judo. Battre l’adversaire par sa propre force et plus il est fort physiquement plus cela marche. Alors Obélix se fait corriger solidement.

      Il faut garder son calme face à Trump et cesser de l’attaquer mais avoir la bonne image.

      Joe Biden avec son Mercury Grand Marquis peut embarquer ses nièces ou des gars aussi et écoute de la vieille musique désuète mais mononcle est sympa.

      Donald a une immense limousine et ce sont des serviteurs qui vont chercher les filles. De la boisson, de la poudre et direct au party chez Epstein. Sans en parler juste l’image que les médias projettent et avec des enquêtes et des faits.

      Booker roule en voiture pas faite pour lui et a la plus belle des femmes mais … Tiens Donald ma femme est plus belle que la tienne et sans parler de la virilité entre les deux jambes mais chut! Pas en public pas le dire fort comme Trump juste subtilement montrer être le vrai mâle alpha.

      Pour le moment c’est le papi.

      Cela pourrait aussi être une femme mais jouant le rôle de la dominante tout en faisant cela subtilement. Il faut que les hommes dans les bars vous nomment la tigresse. Il faut que les jeunes vous voient comme une femme plus âgée qui ne détesterait pas avoir un toy boy.

      Ohhhh… C’est exactement de cela qui se parle dans des milieux avec des jeunes et on veut nous faire croire que les milléniaux sont à gauche tout. Hey cela dépend des milieux ? Bien sûr…

    2. Lecteur_curieux dit :

      Perso mes premiers choix étaient ou seraient Harris ou Booker. Par contre, dans les débats je les trouve nuls.

      Il y a des politiciens disons qu’ils viendraient dans le porte a porte ou nous contactant par leur équipe et ils auraient notre vote illico.

      Mais voir un débat avec eux ? Ils risquent de perdre notre vote.

      Sinon dans la première ronde c’était Gillibrand et Klobuchar mes deux candidates intelligentes avec qui je clique.

      J’ai suivi Gillibrand sur Facebook. L’enthousiasme a descendu. C’est vraiment différent. Elles visent plusieurs segments. Je crois toujours que c’est une femme brillante mais j’ai pas la même vision qu’elle bon mais jusqu’à quel point? Anyway elle n’a pas de chance de gagner la course ou des probabilités très très faibles.

      Booker a une vraie belle personnalité comme homme. Madame Harris semble une bonne et belle personnalité. Hey cela clique à fond. Pourquoi gâcher cela dans le débat ou dans des plans technocratiques ? Il en faut pourtant un mais en le vendant au public pas aux experts ou le débat d’experts ne doit pas irriter le public.

  6. Apocalypse dit :

    @lechatderuelle – 08:18

    Il n’y a pas de problème à ce que les candidat(e)s se brassent entre eux (elles) à ce stade. On veut faire le meilleur choix, le plus solide pour l’élection de 2020. Aussi bien savoir tout de suite sur les candidat(e)s ont les ‘balls’ pour continuer. Lorsqu’on aura choisi, alors là, on se rassemble totalement derrière ce choix pour gagner la mise en 2020.

  7. Yolande C. dit :

    KAMALA HARRIS ET LE DOSSIER KEVIN COOPER

    La représentante Tulsi Gabbard a au moins frappé durement Kamala Harris au plexus solaire si ce n’est pas pire.

    Elle l’a carrément accusée d’avoir caché ou pire, détruit, des preuves d’ADN qui auraient amené la relaxe du condamné à mort afro-américain Kevin Cooper.

    Son rôle dans cette triste affaire où Cooper a possiblement payé à la place de trois blanc par une preuve plantée par les policiers va être scruté à la loupe.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Kevin_Cooper_(prisoner)

    Un nombre impressionnant de juges et deux gouverneurs de Californie, Arnold Schwarzenegger et Jerry Brown ont été ébranlés par cette affaire.

    C’est une Kamala Harris sonnée qui s’est présentée au débat d’hier et elle s’est encore empêtrée dans son explication de l’assurance-santé; elle serait en faveur d’un régime à payeur unique, mais donnerait 10 ans à ceux qui ont leur assurance privée pour y adhérer.

    On dirait qu’elle est conseillée par Jean-François Lisée.

    Les analystes ont qualifié Cory Booker de «happy warrior» et il a effectivement très bien fait.

    Ce débat n’avait pas l’intensité de celui de mardi tout simplement parce que les positions des candidats n’étaient pas tellement éloignées les unes des autres.

    1. Madalton dit :

      Elle l’a peut-être connu pendant qu’elle demeurait à Montréal 😁

    2. J.C.Virgil dit :

      C’est peut-être mieux de se fier à Lisée qu’au duo Couillard-Barrette ces grands *privatiseurs* à la pièce de notre système de santé pour leurs profits personnels , entrés en politique pour gaver leurs bons amis médecins de fonds publics.

      1. kintouai dit :

        En plein dans le mille !

  8. Layla3553 dit :

    Pour moi c’est assez simple ils sont plus de vingt à rabaisser le parti démocrate, à donner des munitions à DT je sais qu’il n’a pas besoin d’eux pour rabaisser quelqu’un, mais une vingtaine qui se rabaisse de cette façon, c’est lamentable.Je croyais qu’ils seraient vingt à porter un message d’espoir de solidarité pour faire avancer le parti, pour faire avancer le pays, de toute évidence il n’y a pas de chef de parti juste des candidats à la présidence.S’ils étaient 4 on entendrait 4 fois les mêmes travers du candidats, et on passerait à un autre sujet, mais non ils sont plus de vingts. Je veux bien croire que d’ici à l’automne, il y en a qui vont se retirer mais c’est malsain ce qui se passe présentement.

    1. Henriette Latour dit :

      Layla3553

      👏

    2. Lecteur_curieux dit :

      Si on est de gauche on est supposé valorisé plus la coopération que la compétition.

      Quand on a pas l’esprit d’équipe et qu’on joue chacun pour soi et même en faisant des dénonciations à la manière de la gauche radicale. On est pas fait pour le pouvoir.

      Booker avant hier à ABC News m’impressionnait.

      Harris à son investiture et plus par la foule et invités et au Breakfast Club ou elle passait pour intelligente et les deux animateurs pour des vrais cools. Elle a beau avoir un peu menti pour se rajeunir un peu ils l’ont aimé. C’est avec des vrais et beaux mecs comme cela qu’elle doit se tenir plus que des citrons de CNN. Bon… Un peu facile celle-là. Les deux qu’il faut aller voir.

      Pour sobn programme d’assurance. Ne pas compliquer inutilement on perd le monde. Il faudrait surveiller l’audience par PPM et voir la cote d’écoute par minute monter ou baisser. Quand c’est ennuyeux cela baisse. Ne pas se sentir obligé d’aller aussi loin que Trump mais tenir compte qu’on s’adresse au grand public.

      J’ai évoqué l’inconscient mais il faut que cela reste dans les bars ou vestiaires ou entre hommes ou femmes aussi. Qui parlent librement. Bien oui des femmes parlent de sexe et envers des hommes et entre femmes lbgtq aussi. Sur des pages plus privées? Oui ou entre amies. Il faut juste savoir que cela existe et influence le vote.

      Un homme attrayant sexuellement mais surtout pas un agresseur. Veux-tu des votes Booker ou te faire battre par un grand-père.

      C’est même grand-papa Biden. Qui n’aime pas son grand-papa s’il est plutôt bien?

  9. Jeromeblais dit :

    La comparaison peut sembler boiteuse, mais Joe Biden a des allures de Denis Coderre en campagne contre Valérie Plante à la mairie de Montréal.

    La carte de l’expérience, du « voyons donc, vous ne connaissez rien à ça, moi par contre… »

    On verra si ça se termine de la même manière!

    1. Lecteur_curieux dit :

      Madame Plante j’anticipais sa victoire bien que pas au tout début. Par contre, j’aurais voté pour l’équipe Coderre pour les autres postes bien qu’arrondissement par arrondissement. En avoir plus que ceux de projet Montréal ou du moins être plus serré.

      Pour Denis, par contre, on le débarque.

  10. Louise dit :

    Vous avez raison Pierre, la seule façon pour les démocrates de sortir Trump de la Maison Blanche, c’est de faire front commun.
    Ils ne sont pas obligés d’avoir tous les mêmes projets mais ils doivent arrêter de s’accuser les uns les autres et centrer leurs interventions sur l’avenir plutôt que de constamment revenir sur le passé.
    C’est sûr qu’un homme de l’âge de Biden a pris des décisions qui ne sont plus acceptables aujourd’hui mais on juge une personne à sa capacité de s’adapter aux changements que doit vivre une société en constante évolution.

    Les Démocrates doivent laisser à Trump le plaisir de mariner dans le passé avec ses attitudes et ses décisions rétrogrades.

  11. Lecteur_curieux dit :

    Un résumé beaucoup plus complet que celui de La Presse. Par contre, je crois l’électorat démocrate pas mal plus modéré et même pouvant pencher à droite sur des dossiers. Et celui général encore plus à droite mais qui pourrait se laisser tenter par oncle Biden car moins fou que Trump leur conscience se mettant à les raisonner.

    Alors les attaques contre Biden ? Elles le font avancer plus que reculer sur le long de la course. À court terme comme Harris la première cela peut donner un petit boost. Malheureusement pour elle, elle ne vient pas nous lire.

    Contre Gabbard là elle marque des points même si avoir exactement la bonne réponse n’est pas facile. Et il y a de l’inconscient et tout le révéler ne serait pas beau mais on le sent. Comment transformer ce que ressent le peuple et notamment des hommes sans leur faire des remarques de gros machos ?

    Et ce ne sont pas des candidates à Occupation Double. Ces télé-réalité représentent pareil plus fort l’inconscient du peuple dans la classe populaire. Jersey Shore aux États-Unis dans le temps ? C’est pas moi qui regardais cela mais des jeunes fin vingtaine environ maintenant.

    Il faut être plus sérieux que cela mais conforme à son image qui peut faire un archétype. Des téléromans aussi font cela. Il ne faut pas être fake comme dans les télé réalités arrangées ni trop policéEs ou lisséEs. Ou dans des causes ou convictions justes mais avec une approche vous menant vers la défaite garantie.

  12. V-12 dit :

    Le grand perdant du débat d’hier est nul autre que Barack Obama.
    Il en a prit plein la gueule pendant deux heures.
    Les Démocrates pouvaient attaquerle #45, mais se sont encore une fois gourés…

    🤦‍♂️

    1. kelvinator dit :

      La politique américains est occupé de manière omniprésente par le négativisme…
      On ne démontre pas que le plan de l’autre est mauvais, on dit simplement que l’autre est mauvais, en utilisant des spins, sophismes et exagération. Même chez les démocrates, alors que le président en a fait sa marque de commerce.
      Comment les démocrates veulent s’affranchir de Trump s’il perpétue ce qu’il y a de pire en lui, les attaques personnelles??

  13. kelvinator dit :

    Quand tu dois remonter 40-50 ans en arrière pour tenter de trouver des squelettes, c’est avouer son support aux positions actuelles de Biden. ÇA donne surtout du drama inutile, mais c’est la seule façon pour les aspirant président à l’ego démesuré de se faire voir dans les sondages, alors on attaque vicieusement, sans égard à la santé et l’image du parti…

    L’ego menera la perte du parti démocrate.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Harris l’autre fois j’ai jugé…

      Drama queen de la gauche victimaire black.

      Plutôt qu’être une vraie queen, une fierce woman, une real model.

      Bien sûr, elle ne peut pas être comme la jeune Courtney Williams que je n’imaginerais jamais faire de la politique comme élue un jour mais avoir le vote de cette joueuse de basket montrerait que vous êtes vraiment représentative de la communauté noire bien diversifiée. Pas obligée d’être comme elle, avoir son vote et je suis sûr qu’elle ne vote pas Trump même si je trouve qu’elle lui ressemble à certains égards mais c’est une sportive et une jeune. La compétition c’est sa vie.

    2. Lecteur_curieux dit :

      Il faut passer de l’EGO/MOI pour aller au SOI en psychanalyse.

      Il faut passer du narcissisme à la sagesse systémique dans une des métaphores de Gareth Morgan dans son ouvrage Images de l’organisation.

  14. mhbdotblog dit :

    « …mais Joe Biden n’a pas offert une performance dominante, butant parfois sur des mots et évitant de répondre à certaines questions portant sur sa longue feuille de route… »
    Bien d’accord avec vous M. Hétu, néanmoins cela change des « Bad, bad, bad, etc… » de Donald Trump!

  15. J.C.Virgil dit :

    Lors d’une interview sur CNN après le débat, Harris a affirmé qu’elle ne pouvait pas prendre au sérieux les critiques de Gabbard, qu’elle a décrite comme une «apologiste de Bachar Al-Assad» qui obtient «0% ou 0,1% dans les sondages».
    **************

    Avec une telle généralité pour déficients du bulbe rachidien Kamala Harris fait une Trump d’elle-même.. Tulsi Gabbard fait bien de se demander si en confiant à des milices de terroristes islamistes liées à Al-Qaida le soin de renverser Al-Assad, les dirigeants américains ne répètent pas l,erreur commise en Afghanistan qui a mené au règne des talibans, qu’ils combattent par ailleurs depuis bientôt vingt ans au profit des fauteurs de guerre du fameux complexe militaro-industriel..

    Cela n’en fait pas pour autant une admiratrice de la dictature syrienne, mais bien entendu à l’ère de la propagande médiatique sous un étroit contrôle oligarchique ce genre de nuances est proscrite implacablement.

    1. Lecteur_curieux dit :

      En marketing c’est le positionnement qui compte par contre si l’attaque est mensongère cela peut avoir un effet boomerang.

      Mots mals choisis mais Gabbard a zéro crédibilité dans cette course pour de vrai.

      Harris elle perd sûrement du terrain à jouer les drama queens.

      1. J.C.Virgil dit :

        Gabbard n’est probablement pas mûre pour la présidence , mais pourrait elle faire pire que le locataire actuel de la Maison-Blanche, j’en doute fortement.

        Le point n’est pas là . En oblitérant sa candidature et en passant sous silence le plus possible ses interventions, Google a même fermé son compte, on voit bien que les médias américains et les GAFA exemptés d’impôts par des politiciens complice ,n’ont pas de place pour le genre de discours anti-militariste qu’elle tient.

      2. Lecteur_curieux dit :

        J’aime votre réponse et oui pour moi cela doit exister dans le parti démocrate ce discours et avoir une influence mais un POTUS ne pourra jamais être anti-militariste.

        Répondre trop vite et rejeter je comprends que cela fait réactionnaire.

        Répondre à toutes les critiques ce n’est pas facile et en direct ? Ce sont des sujets complexes.

        Cela prend de la gauche radicale pour dénoncer, pour critiquer et il faut écouter mais si on n’est que dans cette métaphore il est très difficile d’avancer.

        La carrière de madame Harris ne doit pas être parfaite mais ses décisions dans le contexte avaient sûrement un raisonnement. Et on peut se tromper ou pas. Les tribunaux peuvent renverser des décisions, etc.

        On manque de temps dans un débat pour fournir des vraies bonnes réponses.

        Une bonne démocrate mais pas une aspirante POTUS. Elle est plus là pour faire avancer ses idées. Si jamais Harris est élue elle sera qu’elle aura des comptes à rendre et y compris chez les Démocrates?

        Il peut alors y avoir du bon là-dedans.. Mais est-ce que l’électorat voit cela ainsi ?

  16. Martin cote dit :

    Le grand gagnant des deux débats est Trump….vite que les démocrates choisissent leur candidat a la présidence pour arrêter de se crêper le chignon….avec toutes ses attaques entre eux et surtout en critiquant l’aire Obama comme certains l’ont fait hier…ils donnent beaucoup d’oxygène au gros moron…qu’ils choisissent leur candidat ou candidate au plus vite afin que tous puissent se rallier derrière çe candidat…je trouve ces primaires épuisantes et beaucoup trop longues…

  17. Legault Daniel dit :

    De mėmoire, les grands messages d’Obama ėtait l’espoir et que tous démocrates et rėpublicains travaillent å rendre les États-Unis et le Monde. On est très loin de cela dans les dėbats. On veut faire du trump 1.02.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Vrai mais les espoirs ont été trop élevés et le Yes We Can n’a pas été respecté même il s’est transformé en ressac.

      Ils n’ont pas été assez nombreux à être ou rester dans le WE/NOUS.

  18. jeanfrancoiscouture dit :

    «Ma parole a dépassé ma pensée», répète souvent un politicien à sa décharge. Quelle présomption! Comment sa parole peut-elle dépasser une pensée qu’il n’a pas?….»
    Albert Brie in: «Les propos du timide» (Les Éditions de l’homme, Montréal, 1965)

    Déjà plus d’un demi-siècle et c’est plus pertinent que jamais. Propos prémonitoires ou juste une autre forme pour exprimer le «Nihil novi sub sole»?

    1. Lecteur_curieux dit :

      Les lapsus sont les plus révélateurs.

      Vos paroles peuvent quand même dépasser ce que vous croyez vraiment. Votre opinion générale plutôt que votre sentiment présent.

      La colère est une courte folie, les passions doivent être canalisées mais parfois cela sort croche. Il faut en tolérer. Ou accepter les excuses.

      La maîtrise parfaite, les gars trop parfaits vont souvent nulle part dans la vie. Les salauds il faut les empêcher de continuer à faire du mal.

  19. Legault Daniel dit :

    Meilleurs

  20. kelvinator dit :

    Tulsi Gabard a écrit sur son propre site de campagne :
    « Human rights in Syria will be absolutely crushed if Assad is removed and al-Qaeda/ISIS are allowed to take over and establish an caliphate in Syria, which is what will happen if the attempt to « dictator topple » Assad succeeds. »

    Tu parles d’une apologiste de dictateur quand même…
    Le même discours que la Russie, étrangement. C’est soit Assad, ou soit ISIS. C’est impossible pour eux que la Syrie ait un gouvernement démocratique.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Sa force au premier débat n’était qu’être de Lady in red et belle femme.

      Harris plus âgée est aussi belle.

      Trump l’a aussi rencontrée Gabard pour être membre de son cabinet. Une 9 sur 10 dans le langage de Trump qui passe à 6 après?

      Marianne Wilson une ésotérique elle… Jojo Médium PM du Québec serait plus crédible. Sacrez-moi cela dehors au plus sacrant sinon vous allez donner la victoire à Trump.

      1. gigido66 dit :

        @lecteur curieux
        Commentaire un tant soit peu « réducteur » pour les femmes, vous faites pas mal « mon oncle »!

      2. Lecteur_curieux dit :

        C’est ici voulu… Les hommes américains sont dans la réalité 100 fois plus mononcle que moi.

        Joe Biden arrive premier car il assume être un vieux mononcle.

        Si les femmes renient leur féminité ou pas seulement leur féminité on en connaît plusieurs qui ont de la masculinité en étant queer.

        Je suis oncle et fier de l’être. Et côté familial plus populaire nos oncles nous les appellions tous mononcle et nos tantes matante.

        Pour les jeunes notamment athlètes ils sont 1000 fois plus machos que nous l’étions il y a plus de 30 ans… Bien sûr des plutôt intellos, nerds et/ou kétaines nous n’étions pas les plus machos.

        Alors en 2019 il y a des matantes et mononcles de gauche qui se croient dans le vent en répétant les propos d’une gauche universitaire très déconnectée de l’ensemble des jeunes confondant une partie des milléniaux avec le tout.

        C’est la rectitude politique de gauche et bobo qui fait reculer bien des médias par exemple. À leur âge pour mon neveu et ma nièce je lisais La Presse à tous les jours. Je ne crois pas que ce soit leur cas.

        Et pareil pour les sports. Où sont les jeunes ? Ok on ne se manifestait pas plus et les Amateurs de sports on n’écoutait pas cela.

        Un mononcle ? Pour nous c’était « Salut Bonhomme » à Samedi PM.

        Dans le vocabulaire actuel pour l’époque ringard mais c’est de l’humour reflétant l’inconscient.

        La première fois vraiment péjorative du terme mononcle était un pub de Volkswagen.

         » Tasse-toé mononcle  »

        Et on associait cela à mononcle Jacques Villeneuve et son neveu Jacques.

        Savez-vous quoi ?

        En bout de piste l’oncle Jacques est plus cool son neveu qu’on aime aussi. Car plus authentique.

        Gabbard n’a aucune chance sauf faire valoir son agenda. Pas aussi dommageable que Sanders car moins puissante mais elle veut nuire à Harris.

      3. Lecteur_curieux dit :

        Vous êtes dans le surmoi plutôt que dans l’exploration de l’inconscient du peuple.

        Il faut définir d’abord ce qu’il y a on le canalise, le transforme, le sublime ensuite plutôt que le faire taire ou le juger.

      4. Lecteur_curieux dit :

        Réduire les humains à la rationalité classique est 10000 fois plus réducteur.

        La réduction à l’état de chose, la négation de l’animalité. On suggère encore Georges Bataille.

    2. J.C.Virgil dit :

      Et on fait ça comment une Syrie démocratique ? En armant des extrémistes islamistes affiliés à Al-Qaida qui ont détruit les infrastructures du pays et mis des millions de Syriens sur le chemin de l’exil ?

      Le discours de Gabbard est loin d’être une apologie de la dictature. Quand le remède proposé est pire que la maladie en place tu t’abstiens de l’appliquer ,comme ça été la cas en Libye d’ailleurs.

      Ensuite les mêmes bozos à la Trump ferment leurs frontières aux réfugiés qu’ils créent eux-mêmes par leurs guerres insensées. Tout ça avec le discours débile du devoir de protéger des populations contre des dictatures . Comme si le bombardement de populations civiles et la destruction totale de pays ramenés à des conditions économiques digne du moyen-âge était un remède approprié.

      Tout ça étrangement la majorité du temps dans des pays riches en pétrole, qu’on s’empressera par la suite de reconstruire au profit des grandes entreprises américaines et occidentales des pays qui participent à la curée..

      1. kelvinator dit :

        On peut soutenir les groupe syriens qui revendique des élections libres, ce qui a déclenché la répression d’Assad envers la population demandant plus de liberté. Il y a d’autres choix à part Assad et ISIS, contrairement à ce que disent Gabbard, Putin et Assad.

        La maladie est déjà en place depuis qu’Assad tue sa population qui demandait des élections libres. Après, que fait-on? Le laisser en place par peur qu’ISIS prennent le controle? Faire pression pour son départ? Envahir? Je doute que le laissez-faire soit bénéfique pour quiconque à part le dictateur qui en bénéficie, et ses alliés. Il faut faire pression, minimalement, ce que font justement les pays occidentaux.

      2. jcvirgil dit :

        @ Kelvinator 11h58

        En effet soutenir les groupes syriens qui militent pour des elections libres et faite des pressions sur le gouvernement est une avenue.

        Y aller de tentatives de renversement et d’ingérence dans les affaires internes du pays au moyen de révolutions de couleurs made in CIA est pas mal moins légitime, surtout quand le pays est mis à feu et à sang par des milices extrémistes armées et entraînées à l’extérieur du pays et financées par le désosseur saoudien.

        C’est assez surréaliste de parler alors de pressions minimales !

  21. Loufaf dit :

    La device des candidats démocrates à la présidence: tous pour un et chacun pour soi! On avait l’ impression, hier, d’ assister à un derby de démolition. Le but de l’ exercice est de sortir Biden de la course et ensuite, on se mettra de l’ avant en promouvant son programme. Toute une tactique! Le gros despote a dû se bidonner. Espérons que les prochains débats seront plus productifs et mettent à l’ avant leurs programmes et cessent leurs attaques personnelles.Et si malgré tout, Biden continue de mener dans les sondages, que feront ces candidats? A suivre…

  22. FlorentNaldeau dit :

    Il sera intéressant de voir qui choisira de ne plus être présent à la prochaine ronde de débats. Il y aura bien sûr un filtrage automatique car les règles plus exigeantes en matière de collecte de fonds et de popularité dans les sondages élimineront automatiquement ceux qui ne se qualifient pas.

    Mais y aura-t-il parmi les « survivants » certains qui feront preuve d’une salutaire dose de réalisme et qui décideront de se retirer de la course? À moins que leur orgueil personnel ou leur inébranlable conviction d’apporter quelque chose d’unique et d’absolument nécessaire au débat ne les amène à accorder plus de poids à leur intérêt personnel qu’à celui du parti et du pays. Quelqu’un comme Beto par exemple peut-il encore croire vraiment qu’il contribue de manière substantielle à la discussion?

    Pour s’étoffer et devenir productive, cette discussion a vraiment besoin que le nombre de participants subisse un élagage musclé. Sinon les candidats de seconde et troisième ligne continueront de croire que la seule manière de s’afficher et de bien paraître est d’attaquer et de s’entre-déchirer. Ce qui ressemble dans certains cas à une stratégie du désespoir, comme pour Booker par exemple.

    Je ne crois pas en effet que sa performance ait été aussi bonne que ce que M. Hétu dit dans son billet. Il a certes été vigoureux dans ses attaques mais justement, il s’est généralement cantonné dans les attaques et a peu élaboré sur ses intentions s’il devenait président. Il faut dire que ses chiffres sont si bas parmi les électeurs noirs qu’il a de quoi être désespéré; c’est bien triste de voir CB se comporter ainsi, compte tenu de l’impression très positive qu’il m’avait donné auparavant.

    CB m’a fait penser à un bon élève jaloux du premier de classe et qui fait tout pour dénigrer celui-ci.

    CB avait peut-être décidé de copier KH, qui se trouve dans une position très semblable à la sienne auprès des électeurs noirs; elle a goûté à sa propre médecine hier avec l’attaque venue de Gabbard qui n’a fait que démontrer que ceux qui ont une carrière un rien substantielle sont plus sujets aux coups. En effet, ces gens ont eu à prendre des décisions et à faire des choix, qui ne seraient peut-être pas les mêmes aujourd’hui; ils peuvent aussi avoir fait des erreurs, mais qui d’entre nous n’en a pas commis au cours de sa carrière?

    Sur cet aspect JB est bien sûr le plus vulnérable puisqu’il a la feuille de route la plus longue, dans les postes les plus élevés. Il n’est donc pas étonnant que ces débats ressemblent parfois à une curée, à peu près tous les autres mordillant dans le passé de JB pour finir par y trouver une petite chose à mâchouiller et sur laquelle le critiquer. Parfois de manière injuste, comme le commentaire de CB sur la soi-disant tendance de JB à se draper dans le drapeau Obama seulement quand ça fait son affaire. JB a bien répondu à de Blasio qu’il n’était que le vice-président et qu’il a un devoir de réserve sur les conseils qu’il a donnés au Président et sur lesquels ont été retenus ou pas. Une vérité toutefois moins mémorable que la pointe lancée par CB.

    JB était mieux préparé hier, bien qu’on sent qu’il n’est pas encore tout à fait à l’aise de répondre sur le même ton aux attaques des autres candidats, car cela équivaut à viser des gens qu’il considère comme des collègues puisqu’ils qui sont tous issus du même parti après tout. Ceux-ci n’ont pas ce scrupule, ce qui pourrait générer un ressac, i.e. un élan de sympathie accru pour la principale cible de leurs attaques. JB devra quant à lui trouver le juste équilibre entre répondre sans faiblesse tout en continuant d’être l’adulte au sein d’un groupe qui dépense toute son énergie à se chamailler stérilement plutôt que de discuter de questions de fond.

    1. Henriette Latour dit :

      FlorentNaldeau

      👏

  23. Benjen Stark dit :

    Je retiens deux choses :

    1. Barack Obama devait être en beau fusil de voir ces politiciens de piètre qualité, issue de son propre parti par surcroît, détruire son bilan lol Mais c’est inévitable, vous ne pouvez pas écorcher Biden sans ramasser Obama au passage.

    2. Tout de même incroyable que l’histoire qui a paralysée Washington pendant les deux dernières années n’a même pas reçu plus de 5 minutes d’attention dans les deux débats combinés ensemble. Mais nooooooooon on me dit, l’histoire russe n’est pas un bobard.

  24. Le Vigilant dit :

    Ça regarde très mal, en ce 1er août, pour un ralliement à un Programme Commun. Trop de gros « ego trip ». Deux attaques malvenues (bitchage dans mon livre) provenant de deux féministes progressistes, je suis décontenancé! Les candidats devraient se garder une réserve d’attaques « ad hominem » et protéger leurs munitions pour soutenir celui qui sera désigné pour affronter le Seul et Unique Donald…
    Aussi, la Gauche démocrate aurait avantage à s’inspirer de la Gauche européenne, notamment la stratégie Mitterrand pour la France en 1981.

  25. Lecteur_curieux dit :

    C’est dommage pour Harris et Booker mais ils ne mettent pas leur « swag » de l’avant quand ils ont vraiment les caméras. Sinon ils ont démontré tous les deux pouvoir en avoir mais pas quand l’exposure est là.

    Comme prétendre représenter la communauté noire sans « swag » ? Quand Biden vous devance dans la communauté il y a des sérieuses questions à se poser.

    Le Mercury Grand Marquis à mononcle est plus cool disons qu’une trottinette de quelqu’un qui ne sait pas en faire et encore. Un amateur de steak qui se montre végétarien sans le prétendre mais ne bouffant jamais de viande rouge en public étouffé par la rectitude politique. Et des médias embarquent là-dedans ils en sont souvent promoteurs.

    Pas Martineau ou Bock-Côté eux c’est l’inverse.

    Et Bock-Côté défendant les pubs machos car c’est un intello et oui encore un gros cliché mais une réalité, les intellos et les homosexuels étaient mis ensemble dans les années’80 et recevant des commentaires discriminatoires. On l’a vécu on le sait.

    Pour les femmes ? Il faut en connaître plus qu’un groupe restreint militante à gauche. Elles ne pensent vraiment pas comme elles quoique parfois un peu.

    On en a plusieurs femmes dans notre réseau. Ah ah des femmes hétéro parlant de Roch Voisine ou Mario Pelchat. Plus en région et Voisine lui c’est plus sexuel. Le bon Mario c’est un autre fantasme. Mais exprimé juste avec les pantoufles à côté du lit.

    Les politiciens ne sont pas pour se mettre à parler de sexe ? Peut-être pas mais le public les imagine pareil. C’est pas pour rien que certains politiciens au Québec et au Canada n’avaient aucune chance.

    Obama ? Parfois il montrait son « swag » et sa « coolitude ». Oui pas juste cela. Car Beto est bien beau mais ne pogne plus. POTUS est juste trop haut… Dans un autre rôle mieux approprié, son charme pourrait revenir assez rapidement.

    1. Loïc Duplantis dit :

      Mes observations de la deuxième soirée du deuxième débat :

      1. Ce fut un bien meilleur débat, ce qui signifie que ceux qui ne se sont pas qualifié pour le prochain débat et qui ont participé à la première soirée ne se qualifieront pas pour le prochain débat, à l’exception de Klobuchar puisque qu’il lui manque seulement des donneurs.

      2. Michael Bennett est sorti de nulle part en lançant sa candidature pour président et, avec sa prestation dans ce débat, il retournera dans son nulle part avant l’Iowa et sans avoir participé à un autre débat. Il aura toutefois eu un impact sur ce débat, en servant parfois de cible à la place de Biden et en attaquant les rivaux directs de celui-ci. Il est une des causes de la « bonne » soirée de Biden.

      3. Bill De Blasio était plus aggressif qu’un chien de garde, cela lui a un peu nui, car en tentant de vendre du rêve tout en étant autant négatif, c’est peu crédible, et s’attaquer au bilan d’Obama c’est du suicide politique. Il ne participera pas au prochain débat et ne sera pas de la première primaire.

      4. Kristen Gillibrand a eu une bien meilleure prestation que De Blasio et ses attaques, même si elles étaient en moins grande quantité, étaient plus efficace, surtout celle contre De Blasio. Ce ne sera toutefois probablement pas suffisant pour lui permettre de se qualifier au prochain débat, mais suffisant pour qu’elle survivre jusqu’en Iowa.

      5. Jay Inslee n’a jamais eu l’intention de gagner l’investiture, il fait plutôt campagne pour un enjeu, les changements climatiques et il le fait avec succès. Cela pourrait lui donner un poste dans une prochaine administration démocrate.

      6. Tout comme l’autre vétéran qui fait campagne comme président, Tulsi Gabbard s’est engagé à retirer toute les troupes en Afghanistan d’ici la première année de son mandat, cela pourrait déclencher une petite réflexion sur les guerres sans fin des États-Unis tout comme sa réponse à Biden sur la guerre en Irak, une petite suggestion pour les auteurs de ce blog ; ). Sinon elle a quant même eu un bon débat et elle a beaucoup nui à Harris. Cela devrait cependant ne pas être suffisant pour lui permettre de se qualifier au prochain débat, mais elle survivra jusqu’en février.

      7. Castro a eu un bon débat et certains bon échange avec d’autres candidats, en particulier Biden. Cela devrait être suffisant pour lui permettre de se qualifier pour le prochain débat, mais il n’aurait probablement pas de gros bon dans les sondages.

      8. Yang est déjà qualifié pour le prochain débat, mais, malgré qu’il soit un candidat super intéressant qui soulève des sujets vraiment important, j’ai toujours l’impression que l’électeur moyen s’en balance quand il ouvre la bouche. C’est une candidature condamné à échoué, mais peut-être qu’il fait cela pour un futur poste de secrétaire dans une administration démocrate.

      9. Cory Booker est le grand gagnant de ce débat et c’est très important pour lui de continuer sur cette lancée. Cette primaire sera comme une téléréalité, il faut survivre et pour cela il faut ne pas être le prochain sur la liste à être éliminé. Booker vient probablement d’en dépasser au moins un sur la liste et en a distancié plusieurs. Aussi il risque d’aller amasser plusieurs votes pour des candidats ayant abandonné et il est le seul avec Buttigieg, qui ne fait pas partie du top 4, qui s’est mis en bonne position pour faire cela au cours des deux dernières soirées. Cela est très important, car l’électeur qui vote pour Bennett en a clairement rien à cirer des chances de gagner de son candidat et aura donc moins tendance à choisir un candidat du top 4, une fois son candidat éliminé. Pour des candidats comme Booker et Buttigieg, leur meilleur stratégie consiste à survivre, à faire de bonne prestation dans les premières primaires et à être un bon deuxième choix. Les deux se sont mis en bonne position pour faire cela dans les deux derniers jours.

      10. Harris a fait un moins bon débat, pas un mauvais débat pour n’importe quel autre candidat, mais la barre était tellement haute pour elle que les gens considèrent son débat comme mauvais et c’est cette perception qui est importante. Elle risque de revenir à son niveau avant le premier débat, car elle n’a jamais su capitaliser sur sa lancée. Elle n’était pas prête aux attaques de ses adversaires, cela ne suffit pas de dire tu n’as pas raison, et elle n’était pas prête à défendre son plan pour la santé qu’elle avait dévoilé deux jours avant le débat. Grosso modo une mauvaise stratégie qui va lui coûter cher.

      11. Biden n’était pas parfait, mais il était meilleur. Il était mieux préparer à faire face aux attaques et à attaquer. Il était plus solide. Certes certaines personnes ne sont pas d’accord avec lui et ce n’était pas toujours parfait hier. Mais il a perdu aucun vote hier et quand on mène par au moins 15% sur n’importe qui, ne pas perdre est une victoire.

  26. jeanfrancoiscouture dit :

    Trop novateur, trop radical, trop à gauche, voire trop «centriste», trop vieux, trop jeune, trop «foncé» pour constituer un choix «gagnant» face à Donald Trump. Bref, trop «ceci», pas assez «cela» et Trump passe en tête. Mais pourquoi donc cet homme pourrait-il constituer un point de ralliement suffisant pour justement passer en tête?

    Désolé de revenir avec une autre de mes lectures mais après avoir terminé THE END OF THE MYTH, sous-titré «From the Frontier to the Border Wall in the Mind of America» par Greg Grandin, (Metropolitan Books, 2019) je pense que Donald Trump est en plein dans la ligne historique décrite et analysée par Grandin.

    La lecture de ce livre change notre vision des USA. On en sort convaincu que ce qui est arrivé de bon dans la politique américaine est une exception conjoncturelle et non pas la règle. Donald Trump semble avoir saisi cette nature profonde d’où ses appels aux plus bas instincts du populisme presque primaire qu’il pratique sans vergogne, en toute impunité et en terrorisant presque ses adversaires éventuels en 2020.

    Ce livre, que d’aucuns qualifieraient de pessimiste, est bien documenté et démonte bien des mythes. Sa lecture permet de mieux comprendre le «Trumpisme». Je vous en recommande une lecture attentive car en faire ici un trop bref résumé ne lui rendrait pas justice. Je suis étonné de ne pas avoir vu Grandin invité sur les réseaux, notamment sur CNN, pour en discuter alors que le moindre écrivaillon laminant Donald Trump a droit à de nombreuses tribunes.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Je vous réponds car je dis que Trump fait très bien de s’adresser à l’inconscient aussi appeler le cerveau reptilien et qui va toujours finir par gagner si on s’oppose à lui.

      Il faut aller là et non voir les « bas intincts » étouffés par le surmoi il faut canaliser les passions et avec les bonnes pulsions se dépasser avec les mauvaises, les transformer, les sublimer en bonnes. Le surmoi devenant plus un guide, un enseignant qu’une police sévère.

  27. Apocalypse dit :

    @FlorentNaldeau – 10:00

    ‘… En effet, ces gens ont eu à prendre des décisions et à faire des choix, qui ne seraient peut-être pas les mêmes aujourd’hui; …’

    Effectivement, ceux qui ont eu une longue carrière et/ou eu à prendre des décisions difficiles sont faciles à attaquer. Inévitablement, ils ont fait des erreurs.

    On a beau tous et toutes aimer Barack Obama, mais si on décidait de lui chercher des puces pour ses deux(2) mandats à la Maison-Blanche, vous pouvez parier qu’on trouverait à le critiquer.

    Je dois admettre que reculer trente(30), quarante(40) ans pour trouver des choses à critiquer, c’est sans doute charrier pas mal. Bien souvent, le contexte n’était pas du tout le même et ce qui pouvait passer à cette époque ne passe plus en 2019.

  28. Apocalypse dit :

    @jeanfrancoiscouture – 11:07

    ‘ On en sort convaincu que ce qui est arrivé de bon dans la politique américaine est une exception conjoncturelle et non pas la règle.’

    Je suis d’accord! Donald Trump est sans doute l’exception qui confirme la règle. Une personalité unique, particulière qui a trouvé un ‘fit’ avec des dizaines de millions d’américains. Certains vont sans doute penser qu’après lui, son succès, d’autres vont suivre, mais à moins d’être une copie conforme, ça ne lèvera pas; on aura beau essayer de l’imiter, les gens ne vont pas embarquer, le naturel de l’original n’y sera tout simplement pas.

    Il est donc fort probable qu’on va revenir à ce qu’on connaissait avant le triste présidence de Donald Trump.

  29. Madalton dit :

    Et le gros moron qui tweet ce matin que c’est la faute à Obama les cages pour les enfants d’immigrants illégaux. Que c’est lui qui a mis fin à ça même s’il savait qu’il y aurait un flot d’immigrants à la frontière.

    https://www.politicususa.com/2019/07/31/trump-throws-a-tantrum-while-watching-the-democratic-debate.html?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=trump-throws-a-tantrum-while-watching-the-democratic-debate

  30. Yolande C. dit :

    https://www.cnn.com/2019/08/01/politics/tulsi-gabbard-kamala-harris-debate/index.html

    J’ai effectué un petit tour d’horizon des courses à l’investiture où le vice-président était candidat.

    En 1960, Richard Nixon (à prendre avec des réserves car il y a eu peu de primaires et caucus), mais il y a une tendance très très lourde.

    https://en.wikipedia.org/wiki/1960_Republican_Party_presidential_primaries

    Nixon ne perd que le South Dakota aux mains du favorite son de cet état.

    En 1988, George H.W. Bush:

    Voici les résultats:

    https://en.wikipedia.org/wiki/1988_Republican_Party_presidential_primaries

    Bush: 67,9% du vote et 42 états.

    Dole: 19,2% du vote et 5 états.

    Robertson: 9% et 4 états.

    En 2000, Al Gore:

    Voici ce que cela a donné:

    https://en.wikipedia.org/wiki/2000_Democratic_Party_presidential_primaries

    Gore a remporté tous les états et seul le New Hampshire a offert une course digne de ce nom.

    Si la logique se poursuit, Joe Biden devrait suivre la trace de ses prédécesseurs, mais comme le disait Yogi Berra: «The future ain’t what it used to be.»

  31. Maïs1988 dit :

    “Lors d’une interview sur CNN après le débat, Harris a affirmé qu’elle ne pouvait pas prendre au sérieux les critiques de Gabbard, qu’elle a décrite comme une «apologiste de Bachar Al-Assad» qui obtient «0% ou 1% dans les sondages»”

    Wow! Ce sont des arguments ça?

    Je pourrais m’attendre à ce genre d’ad hominem de la part d’un adolescent, mais de la part d’une candidate, une avocate, une politicienne, ex-Attorney General, ça fait “faible”.

    La dernière fois que j’ai vérifié, Harris était à 9.7%, Gabbard à 3.7%, ou quelque chose du genre. Harris devrait être prudente. Ces % pourraient s’inverser. Gabbard a été particulièrement solide et elle a révélé des pans de l’histoire de Harris comme AG qui sont particulièrement nauséabonds.

    D’autre part, Gabbard n’est pas une «apologiste de Bachar Al-Assad». Elle est simplement critique, sceptique face au discours dominant, et a accès à d’autres sources d’informations que le NY Times. Gabbard est une militaire. Elle en sait beaucoup plus sur la guerre, sur les véritables raisons occultées des guerres, ou sur Bachar Al-Assad, que Harris. Gabbard a aussi connu le feu. Bien peu de politiciens qui envoient les enfants des autres se faire tuer dans des guerres inutiles peuvent en dire autant. Incidemment, même topo au Canada!

    Bon d’accord, Gabbard ne pourra augmenter son % si les médias continuent à la censurer. Elle a heureusement de nouveau accès à son compte Google après que celui-ci eut été censuré le 27 juillet. Elle avait un peu trop bien fait au précédent débat. Mais, aux USA, les interférences dans le processus électoral ne viennent que de la Russie, c’est connu; certainement pas de Debbie Wasserman-Schultz, ni de Google, ni de Facebook, ni des médias avec leurs $milliards de publicités gratuites en soutien à leur candidat préféré déguisées en information!

    Quand vous verrez un(e) candidat(e) faire plusieurs fois la page couverture du Time, quand vous lirez plusieurs articles dithyrambiques sur ce candidat dans le NYTimes, le WaPo, vous saurez que l’establishment a fait son choix.

    C’est quand même dommage qu’aux USA, les Démocrats n’aient rien de mieux à offrir que ceux que l’on a vu défiler. Vraiment?

  32. citoyen dit :

    plutôt que le libre marché, il y aurait peut être de la place pour des démocrates stiff.

  33. FlorentNaldeau dit :

    Apocalypse, 11h27 « e dois admettre que reculer trente(30), quarante(40) ans pour trouver des choses à critiquer, c’est sans doute charrier pas mal. Bien souvent, le contexte n’était pas du tout le même et ce qui pouvait passer à cette époque ne passe plus en 2019. »

    C’est d’autant plus ironique d’entendre CB touiller de vieux événements remontant à quelques décennies, alors que du même souffle il déclare qu’il faut cesser de regarder le passé et se tourner vers l’avenir. Il semble pourtant bien obsédé par le passé de JB, sans lui accorder la possibilité d’avoir pu s’adapter à de nouveaux faits ou points de vue. Pour adapter le commentaire qu’il a fait à JB hier, il devrait cesser de monter le passé en épingle uniquement quand ça fait son affaire pour accabler l’autre.

  34. Lecteur_curieux dit :

    https://youtu.be/M97zgXh89jM

    J’aime Andrew Yang et cela fait du bien de voir un candidat démocrate vraiment connecté sur le monde de l’économie.

    Je crois aussi aussi au revenu universel ou revenu minimum garanti. Par contre, M. Yang même s’il montre une ouverture sociale ramène tout à ce projet. Il est donc un très bon atout pour le parti démocrate et pour faire progresser cette idée bien qu’aucun autre ne saisis le témoin et dire qu’il va le faire. Donc ce ne sera pas pour tout de suite. Un bon démocrate mais pas un POTUS, il faut plus de chaleur et de social.

    Par contre, il s’est vraiment amélioré depuis son premier débat où il était rationel mais un orateur sans verve du tout, du tout. Juste plate et avec une seule idée. Il est encore focus dessus mais montre être un entrepreneur intéressant et pouvant être impliqué en politique. Un membre du Cabinet ? Quelques progrès à faire et il pourrait être un candidat.

  35. Lecteur_curieux dit :

    https://youtu.be/Cfp_IIdVnXs

    Il en est question dans billet du blogue.

    Gabbard prétend torcher Harris bien pour moi c’est l’exact opposé. Cela a peut-être été couvert avant le débat mais…

    Quand on fait des accusations ou critiques c’est à l’accusateur de les prouver ou d’être plus précis.

    Harris était une procureure et non une travailleure sociale.

    Bon et on aime pas quand elle joue à la gauche victimaire. La gauche comstructive ou aussi dénonciatrice cela est bien mais la POTUS doit être une leader et non une activiste. Cela ne veut pas dire de ne pas tendre l’oreille à leurs critiques.

    Alors Gabbard activiste de gauche multiplié par 300 versus Harris. Peut toujours être un atout démocrate mais pas comme dirigeante. Avoir certains de ces aspects mais transformer les autres en une image de bâtisseure et de winner bon mais avec ce vocabulaire, on risque d’être associé à Trump.

  36. citoyen dit :

    la qualité de la prochaine élection risque d’être faible tant du point de vue des démocrates que chez les républicains.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :