Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Dimanche matin, Peter Buttigieg lançait sa campagne pour les primaires démocrates. Quatre heures après, il avait déjà amassé 1 million de dollars en dons. Ce n’est évidemment pas dû à un élan de spontanéité des donateurs. La campagne de financement de Buttigieg avait commencé dès qu’il a mis sur pied un comité exploratoire pour l’élection présidentielle de 2020. Selon son dernier rapport à la commission électorale, il a dépensé moins de 700 000 de dollars sur plus de 7 millions de dollars récoltés avant le lancement de sa campagne, nous apprend CNBC. 

À Washington, des brunchs de financements ont été organisés plusieurs jours à l’avance pour le lancement de dimanche matin. Les stratèges voulaient, dès le coup de départ, envoyer un signal fort indiquant que Buttigieg était capable de rivaliser avec ses adversaires sur le plan financier, un élément important pour convaincre de sa crédibilité en début de campagne.

De fait, Buttigieg est passé de candidat vaguement connu au troisième rang pour  la course aux primaires, selon un sondage national publié lundi dernier. Il est désormais juste derrière l’ancien vice-président Joe Bidden (qui n’a toujours pas lancé officiellement sa campagne) et Bernie Sanders. 

À Washington, on voit déjà une campagne bien rodée pour Buttigieg, qui n’hésite pas à cibler le portefeuille de la communauté LGBT dans ses premiers efforts, tout comme Elizabeth Warren a tenté de miser sur les enseignants et les fonctionnaires en début de campagne. Les candidats cherchent donc à utiliser les moyens de financement les plus faciles au départ, sans que le restant de la campagne ne repose sur ces bases.

Richard a déjà discuté dans un billet des montants en jeu. Mais ce qui est aussi intéressant, c’est la structure de ces dons. Déjà, les stratégies de financement soulignent une campagne primaire différente des précédentes sur le plan des méthode de financement, alors que les dons en ligne prennent le dessus sur les campagnes de financement de grande envergure ciblant non seulement les électeurs ordinaires mais également les riches donateurs de Hollywood et Wall Street, une méthode sur laquelle Barack Obama avait misé en 2008. 

NPR a publié des graphiques précis sur comment sont financées ces campagnes, différentiant les candidats démocrates selon le type de donateurs. On y apprend que Bernie Sanders est le champion démocrate des petites contributions de moins de 200 dollars (soit 75% des fonds accumulés), que Kamala Harris est celle des grandes contributions (notamment de la part de Google et de Warner Media) et qu’Elizabeth Warren, celle des comités d’action politique (et notamment de comités défendant les candidatures féminines).

NPR compare de plus ces chiffres à ceux de la campagne pour la réélection de Trump, démontrant que la principale source de financement du Président reste les comités d’action politique. On parle ici des PACs, qui sont ouvertement affiliés à un parti et dont la contribution à une campagne est limitée, et des super PACs, qui sont supposément indépendants et qui n’ont aucune limite à leur financement.  

Plus de données sont disponibles sur le site du Center for Responsive Politics, un groupe de recherche non partisan qui se consacre à la promotion de la transparence dans la politique américaine et qui dénonce notamment l’influence du financement anonyme découlant de la création des super PACs.

Pour le moment, l’ensemble des candidats démocrates ont amassé depuis janvier 75 millions de dollars, ce qui représente moins que ce qui a été récolté pour le même trimestre durant la campagne primaire de 2008 entre Obama et Clinton. Il reste cependant à voir comment les tendances s’exprimeront dans le temps alors que le nombre de candidats diminuera et que les lobbyistes seront plus exactement qui influencer (et comment…).

(Photo Getty Images)

12 réflexions sur “Convaincre par l’argent ou l’envers des primaires

  1. Réal Tremblay dit :

    Est-ce qu’un jour on pourrait voir disparaître les Super PACs qui pourrissent littéralement le processus électoral?

    1. Charles Eya'a dit :

      Il va falloir avoir le controle a la Cour Supreme pour eliminer les Super PACs.

      1. Réal Tremblay dit :

        Avec les juges actuels qui prennent leur retraite à 100 ans, on n’est pas sortis de l’emprise des forces obscures des 1%.

    2. papitibi dit :

      Je mettrais pas ma main dans le feu mais il me semble bien que les tribunaux (lire: la Cour Suprême) se disent liés par la Constitution: le concept de Super PAC, c’est considéré comme une manifestation de la LIBÂÂÂRTÉ d’expression.

      Même si le juriste en moi aurait plutôt tendance à affirmer que la VRAIE liberté d’expression, c’est quand la contribution d’un milliardaire à un Super PAC n’a pas pour effet de taire et d’annuler la voix de 10,000 petits donateurs moins fortunés.

      Mais bon, moi je me définis comme progressiste; à 85 ans, Ruth Bader Ginsberg (juge à la Cour Suprême) est un peu jeune pour être ma mère mais j’en aurais été fier!

      1. Haïku dit :

        Une mère de 85 ans qui donne naissance à la LIBĀĀĀRTÉ d’expression.
        C’est un café expresso pour la Vièrge Marie ?😉

  2. Charles Eya'a dit :

    Je comprends l’engouement des medias pour Buttigieg mais faut pas ignorer Beto. Il me semble que c’est lui qui est 3e dans la course https://www.realclearpolitics.com/epolls/2020/president/us/2020_democratic_presidential_nomination-6730.html …et qui a aussi amasse le plus d’argent. Depuis 1964, les democrates n’ont gagne que 3 courses a la presidentielle (2 reelections) avec 3 candidats venus des dieux (Carter, Clinton et Obama). C’est parce que le democrate nomine n’a a chaque fois jamais survecu a la campagne presidentielle, tres violente et destructive par la machine du GOP (ecole Lee Atwater et Karl Rove). Pete est tres intellectuel et articule mais il va falloir connecter avec l’amerique « sub-urb » et rurale. Il va surtout falloir convaincre parce que le pays de l’Oncle Sam devra elire le plus jeune president de l’histoire (un millenium) et le premier president gay. La presidentielle ne se gagne pas avec de la substance, c’est un concours de popularite. Il a decide de marquer des points en attaquant Mike Pence sur les valeurs. Je crois que c’est pas tres intelligeant par ses strateges. Le gagnant de l’election est toujours le candidat a qui les electeurs font le plus confiance pour defendre leur cause a Washington. Meme en 2016 entre Trump et Hillary ca s’est verifie. Les USA peuvent elire un president gay, mais ca ne sera pas parce qu’il est gay. Ca sera parce qu’il aura leur confiance. Mais les medias mettent de l’avant le cote identitaire des candats (sexe, race, orientation sexuelle, religion) comme atout No1 de leur programme, et s’etonnent ensuite que Trump soit president?

    1. Rustik dit :

      Je pense que l’attaque contre Pence peut positionner Mayor Pete comme un co-listier intéressant pour un autre candidat.

  3. spritzer dit :

    Les chiffres de Sanders sont impressionnants, et peut-être plus encore par le pourcentage des dons de moins de 200$ par rapport au total

    Sanders: 20,6M total, 15,2M de petits dons

    Harris: 13,2M, 4,4M

    Warren: 16,4M, 4,2M

    Beto: 9,3M, 5,5M

    Buttigieg: 7M, 4,5M

    Sanders sera dur à battre parce qu’en plus de l’argent il a une solide base, de l’expérience, du bagout pour se défendre et attaquer. Il n’y a qu’une montée irrésistible de Buttigieg pour l’inquiéter. Ceux qui s’inquiètent de voir Sanders contre Trump, qui pourrait faire mieux que lui?

  4. Le Vigilant dit :

    Buttigieg candidat à la Présidence devra composer avec l’Aile Gauche ultra puissante dirigée par le tandem Sanders-AOC.
    Ce sera pas donné d’avance, d’autant plus que les Chrétiens vont se garrocher sur le GOP.

  5. Syl20_65 dit :

     »…devra composer avec l’Aile Gauche ultra puissante dirigée par le tandem Sanders-AOC. » Le Vigilent

    Ultra puissante…..vous fabulez encore une fois. Misère!
    On en entends parler parce que la droite profonde jette son dévolue et leur haine viscérale pour eux.
    Les vrais chrétiens ne votent pas pour les hypocrites répulibans qui sont une honte pour la chrétienté.
    Bien que les évangélistes se prétendent chrétiens et être détenteur du monopole des valeurs et de la morale, être chrétien n’est pas être contre les droits des femmes, ceux des minorités sexuelles et des plus démunis.
    Les extrémistes évangélistes sont de loin la pire calamité des états-désunis. Cette secte est un cancer qui détruit tout sur son passage.

  6. Mariette Beaudoin dit :

    Les dons périclitent ? Pas surprenant.

    S’ils pensaient davantage aux contribuables durant l’exercice de leur fonction, ces derniers auraient davantage d’argent pour contribuer. Qu’ils pensent d’abord à élaborer un programme et des lois intelligentes qui MAXIMISENT le pouvoir d’achat des petites gens et qui font le moins de pots cassés possible, plutôt que de se préoccuper à savoir lequel des candidats récolte le plus durant les primaires ! À la longue, ils en profiteront eux aussi et en plus, ils n’auront pas besoin de faire des pirouettes pour se faire réélire.

    Les riches auront beau donner beaucoup, ce ne sera jamais comme si l’ensemble des gens ajoutaient leur offrande même minime, car les mieux nantis sont moins nombreux et ont un plafond de dépenses qui n’est tout de même pas illimité. Une compagnie qui donne 200 M$, ça paraît beaucoup, mais si 200 millions d’électeurs ordinaires comblés donnent, il y a des chances qu’ils contribuent à beaucoup plus qu’un dollar chacun, par gratitude. Et ça n’empêche en rien la compagnie d’ajouter gracieusement ses 200 M$. On appelle ça la prospérité. Cependant, s’ils ne travaillent pas ou ont des conditions précaires, ils ne donneront rien. Pas par manque de cœur, mais par manque de ressources. Et là, tout le monde gratte les fonds de tiroir, même les candidats.

    Donc, chacune des idées des politiciens devrait faire une pierre deux coups, trois coups et plus. Et être positives, car il y a moins de dégâts qui coûtent la peau des fesses. C’est ça qu’on attend d’eux. Les têtes folles qui dépensent à tout vent le trésor public ont-ils conscience à quel point ils se tirent dans le pied eux aussi en agissant ainsi ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :