Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

trump-trudeau-e1530326791695.jpg

Le New York Times décrit comme une «victoire» pour Donald Trump le nouvel accord de libre-échange auquel sont parvenus les États-Unis et le Canada hier soir à quelques heures de l’échéancier de minuit fixé par l’administration américaine. La nouvelle mouture de l’ALENA, qui s’appellera désormais l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), accorde aux producteurs américains un accès plus grand au marché canadien du lait, soit l’équivalent de 3,25%, ce qui correspond à la part que les États-Unis auraient obtenue dans le cadre du Partenariat transpacifique s’ils ne s’y étaient pas retirés l’an dernier. Le Canadien maintiendra son système de gestion de lait et offrira une compensation financière aux producteurs touchés, selon cet article de La Presse.

En retour d’un plus grand accès à son marché laitier, le Canada a obtenu le maintien du mécanisme de règlement des différends prévu au chapitre 19 de l’ALENA. La clause d’exemption culturelle est également maintenue. Le nouvel accord soustrait par ailleurs le Canada aux menaces du président américain d’imposer des tarifs sur les automobiles construites en Ontario. Le Canada devra cependant poursuivre ses pourparlers avec les États-Unis pour régler leurs différends sur l’acier et l’aluminium.

Donald Trump, qui avait qualifié l’ALENA de «pire accord jamais conclu» et promis de le remplacer, s’est félicité ce matin sur Twitter d’une «merveilleux» accord. C’est un «bon accord pour les trois pays» et une «transaction historique», a-t-il également écrit.

Hier soir, le premier ministre Justin Trudeau s’était contenté de laisser tomber devant les journalistes au terme d’une réunion : «C’est une bonne journée pour le Canada. On en parlera demain.» Le chef du Parti québécois a déclaré de son côté que «le pire est arrivé». Selon lui le Québec a été «sacrifié» au profit de l’Ontario.

Cela étant, la plupart des experts demeurent sidérés que le système de gestion de lait canadien ait pris une place aussi centrale dans les négociations entre Washington et le Canada. On est tenté de dire : tout ça pour ça?

(Photo AP)

150 réflexions sur “L’ALENA est mort! Vive l’AEUMC?

  1. Clara dit :

    À propos du 3,25%… Lu sur Le site de Politico: « A senior administration official highlighted the “great result” on dairy issues that was achieved. The pact opens up the Canadian dairy market to U.S. exports at a level higher than the 3.25 percent market share the Obama administration negotiated under the Trans-Pacific Partnership. » Qui dit vrai?

    1. simonolivier dit :

      Politico dit vrai. C’est 3,59% qui a été cédé. Confirmé ce matin par le président de la Fédération des producteurs de lat du Québec. De plus, la règle sur le lait diafiltré a été abolie. Lisée a raison, Pet jr a sacrifié le Québec et les prairies pour l’Ontario.

  2. quinlope dit :

    On change de nom et puis le clown orangé crie victoire.
    Les U.S.A ont obtenu ce qu’ils auraient obtenu s’ils avaient signé l’accord Trans-Pacifique.
    Où est le «wonderfull agreement» du gros instable?
    Quelqu’un peut éclairer ma vision primaire de cet accord?

    1. alcholette dit :

      Je me demandais aussi la différence que si les USA seraient demeurés au sein du traité Transpacifique? Est-ce que le monde aurait réagi différement? C’est le même pourcentage d’accès au marché Canadien

    2. gl000001 dit :

      Les USA exportent du vent !!!

    3. Pierre dit :

      Donc 1+1+1+1-1=3

      Bravo !!! Ça coûté combien tout ce beau monde à se promener dans les 3 pays durant plus d’un an?

      1. Anne-Marie Allaire dit :

        Au moins UN MILLION dans les poches de Bachand, c’est peu dire que ce monde se foute éperdument des producteurs quelqu’ils soient.

      2. simonolivier dit :

        @Mme Allaire Vous avez presque tout faux au sujet de Raymond Bachand. Il s’est battu bec et ongles pour le maintien de la gestion de l’offre. N’eut été de lui, Pet jr aurait donné plus.

    4. Mathieu dit :

      Pour l’agent orange, tout accord signé ou préparé par le président Obama est un mauvais accord.
      Que le sien soit meilleur ou pire n’a pas d’importance. L’important est qu’il en soit le signataire, comme pour le nucléaire iranien.

  3. Je crois que c’est équitable vu que le pacte transpacifique a eu le même pourcentage.Je crois sans savoir tout ce qui s’est négocier que on peut dire que c’est moins pire qu’on pensait.

  4. kyrahplatane dit :

    C’est ce que j’allais écrire: Tout ça pour ça,
    Grosse victoire mon dotard. de la poudre aux yeux!

  5. Mistigrinet dit :

    Monsieur Lisée, chef du parti québecois qui raconte que le pire est arrivé, comme si une nouvelle nuit des longs couteaux venait d’arriver pour le Québec en entier : non mais quelle DRAMATISATION À LA TRUMP ! Une brèche de 3.25 % du marché du lait, cela veut dire que pour 96.75 % de son espace, ce même marché serait protégé, alors y a-t-il de quoi pour crier INJUSTICE ÉPOUVANTABLE ? Pour moi la réponse est carrément NON : cette brèche de 3.25 % m’apparait comme un COMPROMIS MINEUR afin de pouvoir satisfaire à l’un des caprices du PRÉSIDENT MINUS du pays d’en dessous de nous, en échange de contreparties vraiment importantes pour le Canada, et donc importantes pour nous aussi, au Québec.

    Je suppose qu’avec le parti Québec solidaire aux trousses derrière son parti devenu non souverainiste, que Monsieur Lisée a tenté une sorte de manoeuvre spectaculaire inspiré au fond d’un grand DÉSESPOIR afin d’aller y chercher quelques votes supplémentaires … ; au fond, cela est triste pour cet homme, et triste aussi pour ce parti que le grand René Lévesque avait fondé il y a déjà une quarantaine d’années, car je crois que ce soir un drame se préparera pour Monsieur Lisée et le parti québecois.

    1. Gilbert Duquette dit :

      @ Mistigret

      …Une brèche de 3.25 % du marché du lait, cela veut dire que pour 96.75 % de son espace, ce même marché serait protégé, alors y a-t-il de quoi pour crier INJUSTICE ÉPOUVANTABLE ?

      C’est que oui 3,25% pour les USA, mais aussi un 9% du coté de l’accord avec l’U.E (5% en libre franchise depuis longtemps additionnel avec l’accord) à cela, il faut ajouter le 3,25% de l’accord Asie-Transpacifique et aujourd’hui le 3,25% des USA.

      Ce qui fait qu’au final, la gestion de l’offre des produits laitiers au Canada a été amputé de 19-20%

      Ah oui, il y a aussi les importations traditionnelle (ex.: le 5% de quota d’importation de l’U,E avant accord) qui se montaient à 872,492,813 $ ou 186,753,264 kg en 2017.

      LE mythe de la gestion de l’offre a la vie dure au Canada mais la réalité est toute autre.

      1. fallaitquejteuldise dit :

        N’oublions pas cette ouverture réciproque sur les divers marchés: les compensations que verseront Ottawa devraient être orientées vers l’exportation des produits du terroir québécois. Comme la publicité le suggère, les fromages d’ici n’ont rien à envier ceux provenant d’europe. Tant qu’au Monterey Jack américain, fabriqué industriellement, je ne crois pas que les canadiens vont se ruer aux portes pour se fromage… À nous de tirer avantage de ces ententes, Exportons!

      2. simonolivier dit :

        @M. Duquette En fait c’est 3,59% que Pet jr. a cédé. Par contre, il faut noter que l’entente avec l’EU est pour 18,000 tonnes de fromage 18,000,000 Kg et non 180,000,000Kg, une tonne étant 1000Kg. Et pour 16,000 tonnes on parle vraiment de fromages fins dont la majorité du quota (60%) a été cédée à de petits producteurs Européens. D’ailleurs, il ne sont pas prêt d’atteindre ce chiffre. Les 2000 tonnes restantes sont du quota pour du fromage industriel aussi nommé protéines de lait. Donc, l’impact n’est pas de 9% du total canadien mais 9% du total en kilos de fromage. Grosse différence. Le Canada produit 85 million d’hectolitre de lait par an. On a pas donné un quota de 8 million d’hl à l’EU. Pour le TPP, il y a effectivement 3,25% que la Nouvelle-Zélande et l’Australie vont exploiter.

      3. Benton Fraser dit :

        Et les producteurs de lait canadien auront une compensation du gouvernement canadien….

    2. la fondation du PQ par René Levesque remonte à 1968, donc 50 ans

      1. A.Talon dit :

        Et la fondation du PLQ remonte à 1867, donc à 151 ans. Que cherchez-vous à prouver? Que le PQ a fait son temps? Au fait, la fondation de la CAQ remonte déjà 1994, sous le nom de l’ADQ, il y a 24 ans. Ce petit parti de broche à foin a déjà la moitié de l’âge du PQ dsans aucune réalisation à son actif.

      2. Mon commentaire s’adresse à Mistigrinet bien entendu. Pour rétablir les faits. PQ = 50 ans et non 40 ans. De mon côté je ne cherche rien à prouver. Un bon parti est un bon parti, peu importe en quelle année il a été fondé.

    3. Mouski dit :

      @ mistigrinet. Je ne saurais mieux exprimer. Merci

    4. A.Talon dit :

      @ Mistigret 7h26
      «car je crois que ce soir un drame se préparera pour Monsieur Lisée et le parti québecois.»

      Vous le croyez ou vous le souhaitez? Votre charge contre le Parti Québécois sous couvert d’analyse politique frelatée ne trompe personne.Je ne crois pas non plus à votre soi-disant admiration pour René Lévesque. Quelque chose me dit que vous étiez de ceux qui prenaient plaisir à la conspuer de son vivant.

      1. pour rajouter à mon commentaire précédent, en ce qui me concerne, moi je suis une véritable admiratrice de René Lévesque, encore plus depuis que je demeure en Gaspésie….

    5. kintouai dit :

      @Mistigrinet Allez donc demander aux producteurs laitiers québécois ce qu’ils pensent de cette concession. Cette injustice, si mineure soit-elle à vos yeux, ne fait que s’ajouter à toutes les autres, que le Québec subit depuis des années (contrats de navires, subventions mirobolantes aux pétrolières et à l’industrie automobile, etc.) et que les caqui-libéraux, vendus au ROC, et même les pseudo-souverainistes de QS ont l’air de trouver tout à fait normales.

      Étonnant quand même que seul Lisée dénonce cette injustice. Silence radio des Caqui-Libéraux et des fédéralistes de QS, qui ont tout intérêt à ce que disparaisse le seul parti qui défend nos intérêts.

      M. Massé a beau avoir le culot de se réclamer de René Lévesque, le PQ n’a jamais été un ramassis de radicaux de gauche et de multiculturalistes alliés des islamistes (https://www.ledevoir.com/opinion/libre-opinion/499863/quebec-solidaire-enclave-du-gauchisme-et-allie-de-l-islamisme).

      Le PQ pourra disparaître, l’idée restera et elle trouvera à s’incarner autrement (mais sûrement pas dans un parti marxiste dont l’objectif ultime est de saper les bases de la démocratie et non de défendre les intérêts de la majorité francophone québécoise.

  6. quinlope dit :

    @monsieur Hétu
    J’ai beau lire l’article du N,Y.T., je n’y vois pas le mot «victoire» pour Donald Trump, mais plutôt «last minute deal to salvage an agreement».

  7. sorel49 dit :

    Les détails de cette entente ne sont pas encore disponible.
    Pour l’industrie laitière, L’Andouille a demandé une nanane et l’a obtenue. Comme Canadiens, nous pouvons refuser d’acheter et d’utiliser le lait américain et ses dérivés. C’est un acte civique que chacun d’entre nous devra assumer surtout qu’il ne sera pas coûteux pour notre portefeuille.

    1. Emma dit :

      @sorel49

      Ça risque d’être plus complexe. Si la règle sur le lait diafiltré a été abolie, checkez ben nos chères institutions canadiennes de transformation et autres fleurons de la restauration industrielle et de masse (hôpitaux, écoles, restaurants, etc.) se garrocher sur la cochonnerie américaine à 20-30-40 cents de moins de litre. Et avec l’ACIA qui coupe le nombre de ses inspecteurs et se « fie » sur les « recommandations » de ses collègues américains aux ordres de l’industrie (on se rappellera, entre autres, que le ketchup est désormais un légume chez nos voisins du sud !), bonne chance pour connaître la source de vos aliments. La traçabilité, déjà pas si simple, risque de devenir impossible ou à tout le moins cauchemardesque.

      Et je ne parle pas de milliers d’emplois qui risquent de disparaître à très court terme.

      Le boycott, c’est une arme pour ceux qui en ont les moyens. Les plus démunis, et ils sont nombreux, sont aussi la clientèle cible de ces produits de deuxième classe et/ou transformés. Ils n’ont pas le loisir de choisir mieux et local. Ils sont de façon générale en mode quantité vs prix. Les prix au détail vont rester au même niveau pour une qualité amoindrie ou carrément médiocre et ce sont les intermédiaires qui en profiteront, comme d’habitude.

  8. Samati dit :

    Si ma mémoire est fidèle, le taux de 3.25% est également le taux négocié avec l’Union européenne.

    Le Québec produit près de 35% du lait canadien, l’Ontario près de 30%, ce sont les producteurs de lait ontarien qui subiront le plus d’impact des importations américaines en raison de la distance. Cet impact sera presque insignifiant.

    Il faut s’attendre à de hauts cris de la part de Lisée dont le parti est en voie de disparition (le PQ pourrait récolter moins de 10 sièges aux élections aujourd’hui.

    Somme toute une bonne entente pour le Canada.

    1. A.Talon dit :

      «Le Québec produit près de 35% du lait canadien, l’Ontario près de 30%, ce sont les producteurs de lait ontarien qui subiront le plus d’impact des importations américaines en raison de la distance.»

      Vous négligez de parler du marché de la transformation alors que ce seront surtout des produits transformés qui traverseront la frontière. Je vous rappelle que 50% de la production fromagère au Canada se fait au Québec et que cette proportion est encore plus élevée dans d’autres productions (yogourt, fromages fins, lait biologique, par ex.). Le Québec compte à lui seul plus d’usines de transformation (190) que l’Ontario (140). Voilà qui nous met à risque probablement davantage que notre voisin ontarien. N’oubliez pas qu’il se fait aussi une importante production laitière en Nouvelle-Angleterre.

      1. kintouai dit :

        @ A. Talon Il ne sert à rien de discuter avec ces vendus au fédéralisme canadian. Ils continueront de vomir leurs mensonges sur les immenses avantages que retire le Québec de se faire entuber à tour de bras depuis des lustres par le ROC et par d’autres lavettes francophones comme eux qui vont soi-disant nous représenter à Ottawa.

        Comme je l’ai toujours dit : il n’y a que deux types de fédéralistes : les mal informés et ceux qui profitent du système.

  9. Guy LB dit :

    Bof…

  10. monteregien dit :

    « Tout ça pour ça? »

    L’accord est avantageux pour les fermiers américains d’États dont Trump a besoin dans les élections à venir. Comme le veut l’expression, « All politics is local. »

  11. eau-vive dit :

    C’est en plein ce que je pensais  » tout ça pour ça ».

    C’était clair depuis longtemps que le Canada devait faire des compromis, c’est l’essence même d’une négociation.
    Mais si on se demande pourquoi le focus a tellement été mis sur le lait, la réponse me semble simple c’est parce que Trump a compris que ce sont ses électeurs qui étaient touchés par la gestion de l’offre sans jamais mentionner qu’eux aussi étaient grassement subventionnés.
    Je suis tout de même contente que la particularité culturelle soit protégée ainsi que la clause de gestion des conflits.
    En ce qui concerne la fin de l’entente qui a été fixée à 16 ans avec une révision possible tous les 6 ans, ça m’apparaît raisonnable.

    Ce qui me dérange le plus c’est que comme à son habitude Trump ne manquera pas de pavoiser en disant qu’il a fait plier les canadiens comme il l’a fait pour le Mexique. Pour lui c’est une grande victoire qui va lui servir de fond de commerce pour les prochaines élections. Mais c’est Trump et on ne le changera pas.

    1. Gilles Morissette dit :

      @eau-vive.

      Je partage votre commentaire. Il fallait s’attendre à ce que le Canada fasse des compromis sur la gestion de l’Offre surtout qu’un brèche avait été ouverte dans l’Accord avec l’UE et celui du Partenariat Trans-Pacifique.

      Cet Accord fera l’objet d’une révision dans 6 ans soit en 2024 ou 2025. Or, le Gros Enfoiré ne sera plus président à ce moment là. Le contexte risque donc d’être très différent.

      Même si ce n’est pas l’idéal, ce « Deal » est loin d’être la « catastrophe » dont parlaient nos politiciens hier soir. Comme quoi, l’enflure verbale n’a pas de frontière.

  12. quinlope dit :

    Lisée et les «séparatissses», s’il en reste quelques-uns, peuvent bien rêver mais le Canada est bien petit devant les États-Désunis.
    Est-ce que le Québec seul serait plus gros devant ce matamore décérébré?
    Au pays des licornes, il est permis de rêver et de tout voir en rose.

    1. gigido66 dit :

      Comme vous dites vrai….le Québec, une puce devant le « bulldozer »américain!
      Aucune force de négociation…on aurait été écrasé depuis longtemps. Les négociateurs canadiens ont tenu jusqu’à la dernière minute. Pour ça, je leur lève mon chapeau!

      1. on le saura jamais, une majorité de québécois ayant eu trop peur du ‘beau risque’

  13. Fantoma dit :

    Le Parti Québecois ou l’insignifiance quand tu nous tiens…

    1. A.Talon dit :

      Tiens, voilà un commentaire typique du troll picotté…

    2. Benton Fraser dit :

      Alors imaginé la CAQ et le PLQ!!!

  14. Gilbert Duquette dit :

    à première vue, je dirais que l’accord est très bon pour le Canada. Il n’a pas cédé sur la gestion de l’offre, ni sur le lait (quoiqu’en disent certains) ni sur le chap. 19. Pour ce qui est de l’acier et de l’aluminium, après le 21 janv. 2019, le congrès sera démocrate et la game sera différente.

  15. quinlope dit :

    L’AEUMC ?
    L’Association des Étudiants de l’Université de Montréal Ca*****e! (Choisissez le vase sacré que vous voulez).

  16. rdnsls dit :

    J’ai hâte de voir les différences importantes entre les deux accords (ALENA et AEUMC). Surtout que Trump voit le nouvel accord comme étant “wonderful”, après avoir tant décrié l’ALENA comme étant le pire accord commercial dans l’histoire des USA. Ça ne surprendrait pas que l’on ait changé 4 trente sous pour une piastre.

  17. P-o Tremblay dit :

    Et nous on a obtenu quelques choses de plus à l’exception d’avoir cédé aux menaces de Trump?

    1. sorel49 dit :

      C’est déjà très bien si le Canada n’a cédé que des points relativement
      mineurs pour satisfaire son sérénissime Andouille. N’exigeons pas la lune dans ces sortes de tractation inégale. Je dis cela sans avoir tous les détails de l’entente.

      1. christal dit :

        Effectivement, je crois qu’on a gagné de ne pas trop perdre.

    2. RICK42 dit :

      P.O.: on a surtout maintenu notre commerce avec les USA pratiquement inchangé malgré le Monstre orange!
      Dans les circonstances, Bravo à mme Freeland!

      1. A.Talon dit :

        Attendons de voir exactement ce qu’il en est avant de pavoiser…

    3. simonolivier dit :

      Oui on a obtenu le maintien du chapitre 19. C’est ce qui est le plus important de l’entente. Sans ce chapitre, ce sont les amirequins qui auraient tranché en cas de différent. Et vous croyez qu’ils auraient tranché en notre faveur? Le maintien de l’exemption culturelle est très significative également. Cette industrie génère plus de revenus et d’emplois que l’industrie du lait.

      1. Emma dit :

        @simonolivier

        Étant donné que les Américains ne respectent pas les jugements qui leur sont défavorables, c’est presque théorique, comme avantage.

  18. eau-vive dit :

    Les commentateurs politiques ne manqueront pas de travail aujourd’hui !

  19. ghislain1957 dit :

    « On est tenté de dire : tout ça pour ça? »

    Maintenant le Canada devrait poursuivre les USA pour faire cesser les subventions à hauteur de 73% des produits laitiers dans ce shit hole country. T’aime pas notre système de gestion de l’offre, good, nous on aime pas vos subventions déraisonnables.

    1. Jacques dit :

      Maintenant le Canada devrait poursuivre les USA pour faire cesser les subventions à hauteur de 73% des produits laitiers dans ce shit hole country.

      C’est du dumping, ni plus ni moins, donc sujet à poursuite.

  20. Alexander dit :

    Le diable est dans les détails, mais, à priori, la Canada d’en tire bien. Par exemple, s’il conserve les mécanismes d’arbitrage et l’exemption culturelle en évitant les droits compensatoires inutiles et contre-productifs, la nouvelle entente stabilisera les marchés.

    Et à ce que je comprends, l’ouverture du marché du lait n’est pas différente de ce qui a été concédé dans d’autres ententes. Et le Canada pourrait compenser ses agriculteurs.

    Finalement, on passe d’un ouragan catégorie 3 à une tempête tropicale.

    Attendons de voir l’avis des experts.

    Trump peut bien pavoiser, mais on parle de rajustements d’une entente qui fonctionnait déjà bien.

    Ce qui m’agace, c’est la manière de bul…ter pour sauver la face et plaire à sa galerie.

    Perception vous dites?

    1. Jacques dit :

      ‘Ce qui m’agace, c’est la manière de bul…ter pour sauver la face et plaire à sa galerie.’

      Quand on voit d’où ça vient, on réalise que c’est à la fois le bull et la shit en une seule et même personne.
      L’ALENA est mort? Un jour, Donald aussi.

      1. Henriette Latour dit :

        Jacques
        🤣🤣🤣

    2. A.Talon dit :

      «Et à ce que je comprends, l’ouverture du marché du lait n’est pas différente de ce qui a été concédé dans d’autres ententes.»

      Exact, mais à une différence près: les producteurs laitiers américains désirant exporter au Canada sont beaucoup plus nombreux et beaucoup plus rapprochés de la frontière canadienne que les producteurs européens ou australiens. Et ils sont aussi probablement beaucoup plus gros.

    3. ghislain1957 dit :

      @ Alexander

      N’ayez pas peur des mots: BULLSHITTER!

  21. Jacques dit :

    On a encore rien lu des détails. Ça reste à voir.

    Pis donald, assis-toé. Toi pis ta gang de vaseux a rien gagné de plus sur le lait que ce qui avait été convenu avec le PTP avant que tu le déchires.

    Et si on n’achète pas tes produits laitiers américains, vas-tu venir nous envahir?
    Ça demeure un choix personnel de les acheter ou pas

    1. Toile dit :

      Un niet clair et net de ma part: z’aucun lait et autres produits américains

      1. ghislain1957 dit :

        Moi c’est un gros NIET pour tout ce qui est produit aux USA. Les Canadiens devraient faire de même pour donner une leçon au gros clown et à sa base d’édentés sans cervelle qui perdront leurs emplois…

  22. gl000001 dit :

    C’est une victoire parce que Trump l’a dit. L’Oracle de Delphes, c’est de la petite bière … pardon, du petit lait à coté lui !!
    Et pour le lait, c’est simple pourtant. Boycottons le lait américain.

    1. Henriette Latour dit :

      g1000001
      👏

    2. Richard Desrochers dit :

      Corrigez-moi si je dis des bêtises (je viens plus sur ce blogue pour apprendre que pour « donner des leçons » comme dirait Legault).
      1) Est-ce que l’Ontario n’y gagne pas plus (ou n’y perd pas beaucoup moins) que le Québec, considérant l’industrie automobile qui me semble moins « pénalisée » que la production laitière ?
      2) L’idée de boycotter le lait américain (ou ses produits dérivés) n’est-elle pas trop optimiste ? Beaucoup de consommateurs, s’ils croient épargner quand aux prix et s’ils n’accordent pas autant d’importance à la qualité et aux critères canadiens, pourraient-ils créer une demande potentiellement dangereuse ? Et l’étiquetage permettra-t-il la connaissance des sources et des caractéristiques des produits ?
      Je peux déjà me répondre que le contenu de l’entente n’est pas encore publique dans les détails, mais mes questions sont-elles légitimes ?

      1. gl000001 dit :

        Les questions, le doute, la remise en question sont les bases de la pensée philosophique. Donc oui, c’est légitime, sain et un signe de grande sagesse !!
        Pour les réponses … « on verra » comme disait Legault 😉

  23. Toile dit :

    J’ignore et on ignore le menu détail de l’entente, et dieu que le diable est dans le menu détail, mais à vue de nez, le Canada a consenti ce qu’il a consenti et pas plus que consenti avec ses autres partenaires en ce qui concerne la gestion de l’offre. Donc, c’est kif-kif pour nous et on donne la nanane politique / narcissique au zouf in chef. Pavoises maintenant…
    Clause de protection culturellle et mecanisme des différents maintenus, le plus important pour moi.
    Dans l’ensemble, on s’en tire, semble t il, assez bien. Chapeau à madame Freeland et à son équipe.

    Bon que chose patente se gargarise de victoire, je prends ça au même niveau que le délire manifesté sur la super belle entente de Singapour. Reste à savoir si trumpitude va désormais se découvrir une relation d’amour avec Trudeau !

    Basse partisanerie de récuppération de la part de Lisée et de Couillard itou.

  24. Benoit Forget dit :

    Les illettrés de Trump doivent avoir les yeux rouges, enflés et qui piquent à force de recevoir de la poudre aux yeux.

    1. ProMap dit :

      Attendez de le voir dans un prochain ralliement dans les swing states laitiers, il neigera de la poudre aux yeux, que dis-je une tempête historique en vue avec 5 mètres de poudre. L’Éléphant accouche d’une souris et il en avait besoin de cette souris pour épater la galerie avant les mid-terms.

      Qu’auraient été les conséquences si le Canada avait refusé de signer avant les mid-terms?

    2. ghislain1957 dit :

      😀

    3. Richard Desrochers dit :

      Qu’ils se reposent es yeux en lisant les lettres d’amour de Kim.

  25. Jacques dit :

    Hors sujet, mais Aznavour est décédé.
    Un vrai grand homme, comparé à chose-là.

    1. Richard Desrochers dit :

      Mais Trump aussi s’est déjà dit « Je me voyais déjà… »

  26. A.Talon dit :

    «Donald Trump, qui avait qualifié l’ALENA de «pire accord jamais conclu» et promis de le remplacer, s’est félicité ce matin sur Twitter d’une «merveilleux» accord.»

    Sa technique habituelle: on cherche à tout détruire pour revenir finalement à une situation comparable à ce qui existait auparavant. La réalité: «4 trente sous pour une piasse». Disons que le Canada perd quelques plumes mais sauve l’essentiel.

    «C’est un «bon accord pour les trois pays» et une «transaction historique», a-t-il également écrit.»

    Il n’y a rien d’historique là-dedans. Tout celà n’est qu’une tentative honteuse d’abuser des plus petits pays de l’ALÉNA. Résultat: la confiance envers les États-Unis n’existe plus.

    «Le chef du Parti québécois a déclaré de son côté que «le pire est arrivé». Selon lui le Québec a été «sacrifié» au profit de l’Ontario.»

    Ce n’est pas faux. L’industrie laitière, qui devra faire des concessions, est essentiellement localisée au Québec. Je n’ai pas entendu dire que l’industrie automobile, essentiellement ontarienne, aura à faire de même.

    «On est tenté de dire : tout ça pour ça?»

    Du pur Dohnald. Grands sparages et résultats nuls. L’histoire de sa vie.

    1. gl000001 dit :

      « L’histoire de sa vie. »
      Ca fait longtemps qu’il n’a pas fait de faillite …

      1. A.Talon dit :

        «Ca fait longtemps qu’il n’a pas fait de faillite …»

        Ça doit lui manquer. 9 années sans faire faillite, pas surprenant que son équilibre mental soit menacé.

      2. Richard Desrochers dit :

        Vous ne comptez pas la présidence là-dedans ?

      3. Benton Fraser dit :

        Parce que même sa famille ne le laissait plus gérer ses affaires depuis plusieurs années.

        Ils lui avaient trouver une occupation digne de ses compétences de fantaisiste, faire des shows télé!!!

    2. Samati dit :

      @A.Talon

      Le Québec ne produit que 36% du lait produit au Canada, l’Ontario près de 30%. Il est faux de dire que le Québec sera plus touché. Les producteurs laitiers américains sont plus près du marché.ontarien, et c’est ce marché qui sera le plus touché (bien que proche d’être non significatif). L’ensemble des exportateurs québécois (près de 1 million d’emplois) profiteront de cette entente qui est bonne pour le Québec et pour le Canada.

      1. A.Talon dit :

        @ Samati 8h21
        «Il est faux de dire que le Québec sera plus touché.»

        Ne recommencez pas votre petit jeu de demi-vérités habituel du blogue à Lavoie. Le gros de la transformation laitière au Canada a lieu au Québec: 50% de la production fromagère et près des 3/4 de la production de yogourt et de fromages fins, par exemple. 40% des usines de transformations au Canada se trouvent au Québec et plus de la moitié de la production de lait biologique. Or, ce sont les produits transformés (ou spécialisés) qui traverseront surtout la frontière sous ce «nouvel» accord commercial. Le Québec a été mis en position de vulnérabilité, près de 42000 emplois sont menacés.

        http://lait.org/la-ferme-en-action/le-scenario-de-la-production/la-transformation/
        http://www.dairyinfo.gc.ca/index_f.php?s1=dff-fcil&s2=proc-trans&s3=est-usi
        http://www.dairyinfo.gc.ca/index_f.php?s1=pb&s2=org-bio
        https://www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/Publications/portraitindustrielaitiere.pdf

      2. Samati dit :

        @A.Talon

        42 000 emplois menacés pour des importations qui ne dépasseront pas 3.25%. WOW

        Vous êtes aussi dramatique que votre chef qui se retrouvera avec une poignée de député ce soir.

        L’industrie laitière ne sera que marginalement touchée, par contre toutes les sociétés exportatrices québécoises bénéficieront de cet accord et on parle de près de 1 million d’emplois.

  27. Toile dit :

    L’ALENA est mort, vive le L’AEUMC. Est- ce comme le roi est mort, vive le roi ou adaptation oblige le fou du roi est mort, vive le fou ? Un total cirque pour narcissique dérangé mais ça c’est du archi connu. Ce que la vase va être fiere de son loco in chef. Au peleton mantenant.

    1. Richard Desrochers dit :

      Soit dit en passant, comme sigles, AEUMC ou USMCA, ça n’est pas très accrocheur. Peut-être un accord qu’on oubliera aussi vite que je suis capable d’oublier son nom. On s’est pas forcé pour le baptême.

  28. Mario Legendre dit :

    Bon une victoire pour le géant Américains qui vas nous mange tout rond . Nous pouvons prévoir le retour au pouvoir des conservateurs en 2019 . Dobald Trump finalement gagné toujours ses Paris donc il n’est pas un si mauvais president tel que veulent bien le laisser entendre les media américains. Il a gagné avec le Canada en nous manquant de respect , il a gagné avec la Corée du Nord . Il a aussi gagné en déplaçant l’embassade des Etats-Unis de Tel-Avive A Jérusalem. L’économie américaine vas très bien elle crée beaucoup s’emploie .

    Je suis très déçus de voir que c’est encore le géant américain qui gagne. Au finale nous n’avons aucune force face à ce géant voisin.

    Merci
    Cordialement
    Mario Legendre

    1. Benton Fraser dit :

      L’éléphant américain a plutôt accouché d’une souris!

      Les États-UNIS de Trump en ce retirant de l’ALENA, pensez-vous réellement que le Canada allait tirer avantage de la re-négociation?!??!

      Là, je dirais que l’on a plus que sauvé les meubles, c’est pratiquement la maison au complet…

  29. ProMap dit :

    « we reached a wonderful new Trade Deal with Canada ». Donc, les barrières tarifaires pour l’acier, plus besoin de ça ?

    Ce qui me choque le plus dans ces mini-modifications de l’ALENA, si je me base sur ce que l’on sait présentement des changements apportés, c’est qu’il a réussi à imposer son mode de négociation bilatérale dans ce qui aurait dû être une négociation à trois. Il va s’en venter (pas de faute d’orthographe).

    À quand le prochain tweet : « The lovely Prime Minister Trucdeau, my great friend, … ».

    1. Jacques dit :

      Je trouve déplorable aussi que le Mexique ait eu ses 3-4 mois de pourparlers avec les amerloques, et nous un ultimatum de 4 semaines.

      La confiance n’est plus.

      1. gl000001 dit :

        On a commencé à négocier en même temps que le Mexique. Les américains ont précipité les choses avec eux parce qu’ils ne voulaient pas travailler avec le nouveau président qui entrera en poste dans un mois ou deux.

      2. sorel49 dit :

        Oui, il faut toujours se rappeler que dans ces négociations,
        il n’y a pas d’amis, seulement des alliés de circonstance. En Juillet, je retenais cette interview de RC avec Mme Freeland. Elle revenait d’une série de rencontres avec les américains et avait l’air optimiste. On savait que les américains négociaient deux par deux. Pas une fois, Mme Freeland avait abordé le 3e partenaire, le Mexique. Je me demande si le Canada n’était pas trop confiant.

    2. Toile dit :

      Excellent commentaire. Le but de la chose était effectivement peut être d’introduire une notion anti mondialisation avec des méthodes « bully ».

    3. RICK42 dit :

      ProMap: TRUCDEAU, erreur volontaire?😊

      1. ProMap dit :

        Mea culpa, erreur involontaire. Je n’aime pas le patronyme Trudeau de puis belle lurette, mais ce n’est pas une raison pour le massacrer aujourd’hui. Justin n’a pas mal joué la game. Si la seule concession est celle déjà concédée dans une autre entente, on ne peut pas dire qu’il ne s’est pas tenu sur ses deux pieds. Par contre, j’attribue plus cette fermeté à Mme Freeland qui sort, à priori, très grandie de cette expérience, à mes yeux plus que Trudeau.

  30. Apocalypse dit :

    Si le prix à payer est effectivement ce 3,25%, alors on ne s’en tire pas mal. Sans doute pas l’idéal, mais pas une catastrophe. Ne pas oublier qu’on voulait sauver l’exception culturelle à tour prix, alors qu’il faille payer un prix n’a rien de surprenant. Le marché de l’automobile de l’Ontario est préservé, un autre soupir de soulagement.

    J’ai hâte d’avoir plus de détails, car quelqu’un du côté américain a dit que c’était plus que 3,25%, donc, à suivre.

    On dit aussi qu’il sera possible d’acheter plus (sous réserve: 5) aux Etats-Unis et être exempté de taxes.

    M. Trump va évidemment présenter cela comme une grande victoire, mais on a de la peine à le voir tant le marché canadien est petit. Ce 3,25%, s’il est confirmé, ce sont des peanuts pour les gros, gros producteurs américains qui produisent beaucoup trop. Il serait bien plus simple et intelligent d’avoir une gestion de l’offre que de vouloir toujours avoir de nouveaux marchés, à un moment donné, il n’y en a plus.

    Donc, il faudra compenser les producteurs canadiens et le prix qu’on va payer pour les produits laitiers risque fort de rester le même, nous sommes donc un tout petit peu plus pauvre ce matin. On devrait s’en remettre … LOL

    Pour terminer, jour de vote au Québec, ne pas oublier d’aller voter!

  31. Apocalypse dit :

    @Toile – 7h59

    On avait effectiment consenti des pourcentages du même ordre dans le partenariat transpacifique et avec l’Europe, donc rien de surprenant de faire la même chose avec les Etats-Unis. Ce qui est plate est de l’avoir fait sous la menace de … Donald Trump … misère.

  32. Apocalypse dit :

    @Toile – 8h04

    Cette entente devrait faire peu d’effet sur les prix et je n’essaierai sûrement pas de sauver quelques sous en achetant US. On va continuer à acheter ce qui se fait ici au Québec.

    1. Toile dit :

      Moi de même. Voir billet de 8ho4

  33. jcvirgil dit :

    Business as usual , Trudeau a sacrifié le Québec pour sauver ses votes en Ontario.. Quoiqu’en dise nos colonisés de service les concessions qu’il fait le sont au détriment des agriculteurs québécois et il laisse le lait américain faire son entrée au Québec comme il a sacrifié l’industrie du fromage québécois en pleine expansion pour signer l’accord avec l’Europe.

    Il va tenter maintenant de nous endormir avec des montants compensatoires pigés à même les 50 milliards en taxes et impôts que les Québécois envoient chaque année à Ottawa. Continuons à laisser les autres s’occuper de nos affaires , sans avoir un mot à dire sur ces grands enjeux et nous continuerons notre déclin comme nation.

    1. ProMap dit :

      jcvirgil – Je suis indépendantiste et le demeure malgré la déconfiture du PQ présentement. Je serai peut-être dans un avenir pas si lointain un dinosaure séparatissse, qui sait? D’ailleurs ça ne veut pas dire que je voterai PQ ce soir. Mais si la seule modif est celle dont on parle, j’ai un peu de difficulté à les qualifier de traitrise envers le Québec, surtout avec une production laitière équivalente en Ontario.

      1. jcvirgil dit :

        @promap

        Le noeud de l’affaire était de protéger l’industrie automobile ontarienne face aux menaces trumpiennes. De toute façon la grosse affaire économique de ce gouvernement dirigé par un insignifiant adulescent est la légalisation du pot pour les profiteurs qui entourent le parti qui sont les premiers servis par cette *nouvelle industrie*.

        Tout un projet de société et toute une vision d’avenir !

      2. Lire les commentaires de A. Talon quant aux produits transformés. C’est éclairant. En passant, moi aussi je suis indépendantiste et vais le demeurer jusqu’à ma mort

    2. Samati dit :

      Votre énoncé entaché d’une partisanerie dépassée (nous sommes en 2018) est digne des fake news de notre voisin Trump.

      L’Ontario produit presqu’autant de lait que le Québec et devrait également sentir des effets sommes toute minime sur leur économie.

      La protection de la culture par contre bénéficiera grandement à nos artistes qui sont presque aussi nombreux que nos agriculteurs.

      Une bonne entente pour le Québec et pour le Canada, peu importe ce qu’en pense nos dinosaures politiques appelés à disparaître.

      1. A.Talon dit :

        «L’Ontario produit presqu’autant de lait que le Québec et devrait également sentir des effets sommes toute minime sur leur économie. »

        Et vous obliez comme par hasard de rajouter que près de la moitié de la transformation laitière se fait au Québec. Partisanerie, vous dites?

        «peu importe ce qu’en pense nos dinosaures politiques appelés à disparaître.»

        Faites vous référence aux Libéraux? Ce vieux parti corrompu de 151 ans ne manquera pas de manger une râclée bien méritée avant la fin de la journée…

      2. Benton Fraser dit :

        @A. Talon

        Le mal était déjà fait avec les ententes trans-pacifique et européenne qui ont établit les nouvelles normes.

    3. gigido66 dit :

      Que pensez-vous que le Québec aurait pu faire? Mieux?
      A mon humble avis, Vous rêvez en couleur et en 3D…et si cela ravait été négocié avec des conservateurs, Mieux?
      Pas certaine…la gestion de l’offre ne fait pas l´unanimité au Québecnon plus…voir l’avis de Maxime Bernier, il a ses adeptes québécois. Dans les circonstances, je crois que l’on est allé chercher le plus qu’on pouvait.

    4. Richard Desrochers dit :

      Je crois que ce déclin arrive dans une nouvelle phase dès aujourd’hui, ça risque de CA(c)Queter…

  34. RICK42 dit :

    J’ai hâte de voir si le futur PM québécois va déchirer sa. chemise et aller faire preuve d’obédience devant les bureaux de l’UPA mardi matin…

  35. jeanfrancoiscouture dit :

    La «cohérence» de Donald Trump. Il y en combien qui se souviennent de sa déclaration sur l’ALENA lors de sa première rencontre avec l’héritier Trudeau? Il avait déclaré que c’était avec le Mexique qu’il y avait de réels problèmes; avec le Canada, il n’y avait que quelques petites problèmes «to tweak», bref,des «ajustements mineurs».

    Et subitement, l’ALENA devient «la pire entente commerciale» que les USA aient signée de leur vie, avec le Canada en tête avec ses «tarifs de 300% sur le lait». Me semble que si le grand homme s’en était rendu compte avant, il en aurait parlé durant sa campagne et que surtout, il n’aurait pas roucoulé devant Justin Trudeau avec ses affaires de «simple tweaks».

    Entéka, on a devant nous ce que ça donne quand on est un «petit client» devant un gros fournisseur monopolistique dirigé par un PDG exclusivement conscient de son poids devant un client qui a absolument besoin d’un produit rare qu’il est le seul à produire. Tout ça me rappelle la situation du simple propriétaire d’une auto quand il se présente à la pompe avec un réservoir vide et que le prix vient encore de monter de 12 cents dans la nuit.

    1. Toile dit :

      Merci d’être notre mémoire.

    2. gl000001 dit :

      C’est une girouette. Il fait lui-même le bon cop et le bad cop parce que c’est lui le meilleur. Pas Panpan !!
      Son livre, Fart of the deal, est plein de vent parce qu’il ne connait que deux techniques pour avoir ce qu’il veut : louanger ou fustiger ses adversaires (parce que ce ne sont pas des partenaires)

    3. ProMap dit :

      « memory, remember, I said », je ne me souviens pas avoir lu ces mots dans ses tweets.

  36. Luc dit :

    Pour plusieurs politiciens (et définitivement pour Trump), le contenant est plus important que le contenu. Essentiellement parce que c’est aussi le cas pour la grande majorité des électeurs qui limitent leurs regards à la surface des choses.

    Trump peut déclarer victoire. Il a monté en épingle une fausse problématique laitière et il pourra dire qu’il a réglé cet aspect « tellement injuste ». Il n’insistera évidemment pas sur le fait qu’il est allé chercher quelque chose qu’il avait déjà avec le TPP (qu’il a renié).

    Trudeau déclarera victoire également même si sa victoire se résumera à ne-pas-avoir-trop-perdu. Il n’insistera pas non plus sur le fait que les surtaxes sur l’acier ne sont pas réglées.

    Le contenant avant le contenu…

  37. Toile dit :

    En effet. Ça donne donne un arrière goût différent quand la négociation est menée avec respect et que les compromis issus sont consensuels. Là, ce fut imposé…un peu comme les agressions sexuelles vs des relations sexuelles consenties : bien mauvais arrière goût.

  38. Alexander dit :

    L’entente est peut-être conclue, mais le lien de confiance est brisé pour un sapré bout de temps. Cette attitude de bully nuira aux relations entre les deux pays.

    Un conjoint qui se fait tromper par son conjoint ne le regarde plus jamais de la même manière.

    1. Toile dit :

      Parallele, pile dans le mile

    2. ProMap dit :

      Les États-Uniens ont une méchante côte à remonter, pas seulement avec le Canada. Si l’avenir se répète, à savoir alternance entre Démocrates « ramancheurs » et Républicains dégoûtants, ils apprendront à la dure la signification du mythe de Sisyphe

      1. ProMap dit :

        grrrr … si l’histoire se répète…

  39. sorel49 dit :

    Il ne tient qu’à nous de développer d’autres marchés autres qu’avec les Etats-Unis. Cela n’arrive pas avec nos réflexes territoriaux. Pour cela il faut développer des voies ferroviaires, des oléoducs Est-Ouest.

  40. Apocalypse dit :

    @samati – 8h55

    Tout à fait d’accord avec vous! Certains devraient garder un minimum d’objectivité avant de commenter. Si les grands points de l’entente sont ce qu’on rapporte, on ne va sûrement pas qualifier M. Trudeau de traître envers le Québec. Son gouvernement était coincé dans une négociation très difficile avec un BULLY et il semble qu’on s’en soit bien sorti.

    Tout de même hâte de connaître l’ensemble de l’entente!

  41. Mabuse dit :

    jcvirgil dit :
    01/10/2018 à 08:31
    « Business as usual , Trudeau a sacrifié le Québec pour sauver ses votes en Ontario.. »

    Même si les pourcentages concédés dans la gestion de l’offre s’additionnent (TPP – AECG et AEUMC – environ 10%)), il n’y a pas là de quoi déchirer sa chemise ou faire une montée de lait!!!! 90 % de la gestion de l’offre demeure protégée, non ?

    Pour mémoire, l’Ontario produisait 33% du lait canadien en 2017, et le Québec 49 %!

    Il ne faut pas non plus perdre de vue que le principal marché d’exportation du Québec est précisément les É-U, pour 70,8 % en 2017. (76 % pour l’ensemble du Canada). Ce n’est pas du petit lait!… Alors que 51,4 % des importations canadiennes viennent des É-U., les importations américaines du Québec, en 2017, ne représentaient que 34,6 % de toutes nos importations…

    Je suis par ailleurs d’accord que nous cherchions à nous affranchir davantage de l’oncle Sam, mais on ne peut changer la géographie des lieux!

    1. jcvirgil dit :

      @Mabuse 9h08

      Je veux pour exemple deux autres ententes qui ont été signé par le gouvernement *canadian* au détriment du Québec.En dehors du spin du gouvernement , on saura bientôt ce que le Québec a réellement perdu avec cette entente.

      *Il cite en exemple l’entente de libre-échange avec l’Europe et, par la suite, l’entente de Partenariat transpacifique, où, souligne-t-il, l’industrie laitière québécoise a été défavorisée au profit du bœuf de l’Ouest canadien.

      « Ces deux décisions ont fait en sorte que l’industrie laitière québécoise perd 400 millions par année, cela fait 30 000 $ par ferme », a-t-il dénoncé.*

      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1120546/lisee-pq-front-commun-alena-autres-chefs-plq-caq-qs

  42. spritzer dit :

    « Le Canadien maintiendra son système de gestion de lait »

    Le Canadien devrait se contenter de s’occuper de son équipe. 😉

    Pour l’Accord, on a notre mot à dire là-dedans. Vous ne me verrez pas acheter du lait américain.

  43. bloganon dit :

    En matière de nom, le nouvel accord représente un net recul. ALENA et NAFTA étaient tous deux des noms aisément prononçables. En outre, la notion de bloc continental nord-américain est perdue. Le nouveau nom de l’accord, tant en anglais qu’en français, témoigne du grand manque d’imagination et de vision de celui qui s’en vante.

    1. Gilbert Duquette dit :

      @ Bloganon

      Trump a eu ce qu’il voulait, les USA en premier dans le nom de l’accord. (he United States Mexico Canada Agreement, or USMCA.)

      J’ai su que pour obtenir cela, il a du concéder sur le plus important. En premier, il voulait un NAFTA (North America Free Trump Agrement) Le Mexique et la Canada ont dit non.

      Pour ma part j’aurais dit oui immédiatement. Imaginez une Amérique du Nord sans Trump (Free Trump Agrement)

      1. Toile dit :

        Trop drôle. Prémonitoire en sus !?

      2. bloganon dit :

        Eh oui, il lui fallait mettre USA dans le nom, et d’abord!

  44. Pierre s. dit :

    ———————

    la ou les conseiller de Trump ont été vraiment tres fort
    c’est d’obliger Trudeau avec un gun sur la tempe a sacrifier
    le lait québecois.

    Ce faisant, Trump s’assure, en bon salopard qu’il est, de compliquer
    la réélection de Trudeau et d’espérer un gouvernement de chiques molle
    comme les conservateurs qui ont déjà un élan d,aplatventrisme devant les USA.

    le nœud de cette renégociation de l’Alena c’était uniquement ca.

  45. fallaitquejteuldise dit :

    Les américains voulaient que le gouvernement canadien laisse tomber les barrières douanières sur les premiers 200$ d’achat sur internet (du moins 100$ était visé) ce qui va au-delà du 20$ qui passe sous les radars actuels. Bien hâte de voir si les consommateurs gagneront se privilège.

    1. fallaitquejteuldise dit :

      Pour les acheteurs de produits américains via Amazon, j’avais vu juste: Aucune franchise de douane sous les 150$; la tvq sera applicable sur les achats dépassant 40$. Où sont les ténors du commerce du détail? Une nouvelle qui affecteras grandement les commerces canadiens et ce beaucoup plus durement que la gestion du lait.

  46. ProMap dit :

    « National security

    The agreement preserves the right of the US to impose emergency tariffs of up to 25 per cent on cars and car parts on grounds of national security, duties it has also threatened to impose on other trading partners such as the EU. »

    https://www.ft.com/content/92e9ce0a-c55f-11e8-bc21-54264d1c4647

    Pas sûr que l’entente est si bonne pour l’Ontario. Les ententes à la MAGA : on signe une entente commercial pour ce qui fait notre affaire, mais on sort de l’entente tant qu’on voudra pour ce qui ne fait pas notre affaire dans l’entente. Du pure trumpisme.

    1. ProMap dit :

      regrrrrr … commerciale… pur..

    2. Jacques dit :

      Absolument prévisible.

  47. Pierre s. dit :

    —————————–

    Le citoyen peut prendre des mesures concrètes.
    Personnellement je n’achète plus de produits américains
    ou le moins possible depuis l’élection de Trump.

    Ceci dit ce serait bien que les entreprises si possible fassent
    un effort en ce sens, j’ai un exemple en tête ….

    Le Québec jouit d’une richesse inouïe avec le monopole de la SAQ
    en terme d,achat et de distribution d’alcool. Leur pouvoir d’achat est
    très fort, si tu veux vendre tes produits au Québec tu passe par eux
    à leur condition ou tu sèche. Et les profits aboutissent dans les coffres de l’État

    Ceci dit, les vins, whysky etc américains sont bien en vue sur les tablettes
    de la SAQ et soyez certains que je les boude (à contre cœur) depuis deux
    ans. Par contre la SAQ n’a de cesse de nous offrir des rabais très alléchants
    sur ces dit produit américains. Y a surement un message a passer la

    Moins de produits américains, plus de produits d’ailleurs …
    Et la SAQ n’est qu’un exemple.

    1. Emma dit :

      @Pierre s.

      « Personnellement je n’achète plus de produits américains ou le moins possible depuis l’élection de Trump. »

      Pareil pour moi. Et quand il n’y sera plus, je ne serai pas pressée d’y revenir. Cela dit, comme je l’indiquais plus haut, faut avoir les moyens de ses ambitions…

  48. Parfoislucide dit :

    Je considère qu’il était primordial de protéger cet entente de libre échange. N’oublions pas que le commerce Canada-USA représente une valeur annuelle d’environ $900 milliard de dollars canadien. Nous avons dû céder des points sur la production laitière mais à mon avis le choc aurait été supérieur économiquement si cet accord n’avait pas été conclu. Quant à l’achat de lait américain, nous n’aurons probablement pas le choix d’en consommer car plusieurs aliments transformés contiennent des sous produits laitiers qui pourront venir des USA sans que nous le sachions.

    1. Jacques dit :

      D’où l’importance des règles d’étiquettage!

      1. Bartien dit :

        @Jacques

        Est-ce qu’il y a des règles concernant la traçabilité des ingrédients d’aliments transformés? Difficile de faire un choix éclairé si on ne connaît pas la provenance des ingrédients.

  49. Syl20_65 dit :

    Si je comprends bien, les taxes et impôts des travailleurs canadians serviront à financer l’exportation de produit laitier états-uniens au canada. Et b’en….

    Ça me fait penser aux états-uniens qui empruntent du fric au chinois pour payer les agriculteurs qui sont lésés par les tarifs imposés aux produits états-uniens par les chinois en riposte à ceux imposés par la racaille et sa  »swamp ». Il y a quelque chose d’absurde dans toutes ces manipulations capitalistes.

  50. Syl20_65 dit :

     »D’où l’importance des règles d’étiquettage! » jacques

    Une des raisons pour laquelle ils combattent l’étiquetage. Et ensuite ils osent parler de liberté et de choix. Misère!

  51. jcvirgil dit :

    @ A Talon 9h19

    Il fait plutôt probablement référence aux dinosaures qui investissent dans la production des pétroles les plus polluant pour l’environnement comme les pétroles bitumineux et de shit-se, alors que 15,000 scientifiques des plus réputés de la planète ont sonné l’alerte sur la nécessité de passer à une autre forme d’énergie.

  52. onbo dit :

    @apocalypse 9h08

    Tout à fait.

    Voici ce que disent les producteurs laitiers du Canada. Il s’agit d’un extrait du lien offert dans le présent billet.

    « Un impact énorme », disent les producteurs laitiers »

    « Les Producteurs laitiers du Canada ont réagi à la conclusion de l’entente entre le Canada et les États-Unis. « L’attribution d’un accès additionnel de l’ordre de 3,59 % à notre marché laitier domestique, l’élimination de classes laitières compétitives et les mesures extraordinaires qui limiteront notre capacité d’exporter des produits laitiers auront un impact énorme non seulement pour les producteurs laitiers, mais pour tout le secteur », a déclaré Pierre Lampron, président des Producteurs laitiers du Canada, dans un communiqué. »

  53. Gilles Morissette dit :

    Dans un monde idéal, il aurait été préférable de conserver la gestion de l’offre dans son intégralité actuelle. Toutefois, il fallait s’attendre à ce que le Canada fasse des concessions sur ce dossier. N’oublions pas qu’un brèche avait été faite dans le cadre des négociations avec l’UE ainsi que dans celles de l’Accord de Partenariat Trans-Pacifique.

    Il semblerait que le système serait, malgré tout, maintenue ce qui, à mon avis, constitue une bonne nouvelle. Nous avons également obtenu des gains avec le maintien de l’exemption de la clause sur la production culturelle et celle sur les mécanismes de règlements des conflits.

    L’industrie automobile canadienne ne sera pas touché par les nouvelles taxes que le Gros Enfoiré voulait nous imposer et je comprends que le dossier des taxes sur l’acier et l’aluminium fera l’objet de discussions.

    Potus 45 peut bien crier « victoire, si ça lui chante mais cet Accord ne m’apparaît pas être une si grande révolution que ça. Tous les experts s’entendaient pour dire que l’ALENA devait être modernisé afin de tenir compte des évolutions technologiques notamment avec l’arrivée du commerce électronique. On a changé le nom mais les grands principes demeurent les mêmes.

    Au plan politique, le Gros Salopard avait besoin de cet Accord afin de pouvoir pavoiser auprès de sa « vase électorale » et de montrer qu’il était un « bon négociateur ». Laissons lui cette « petite victoire » car il en avait bien besoin surtout avec tout ce qui l’attend.

    Dans un négociation aussi complexe, on ne peut pas tout avoir. On doit nécessairement faire des compromis. C’est l’essence même d’une négociation. Ce « Deal » est selon moi, un bon compromis où chacun pourra y trouver des avantages. Pour ce qui est des produits laitiers américains, je vais, en tant que consommateur, continuer à acheter local même si c’est un peu plus cher. Ce sera ma façon d’encourager nos producteurs.

    1. Henriette Latour dit :

      Gilles Morissette
      👏👏

  54. Danielle Vallée dit :

    ‘nous n’aurons probablement pas le choix d’en consommer car plusieurs aliments transformés contiennent des sous produits laitiers qui pourront venir des USA sans que nous le sachions.’ (Parfois lucide)
    Les corporations vendent de plus en plus de produits annoncés 100% canadiens, 100% local ou 100% Québec.
    En fait curieusement Walmart a compris notre sentiment et a commencé à annoncer des ‘faits au Québec’ il y a des années.
    Alors si Vachon vend plus de petits gâteaux 100% Canada ou 100% Québec, tous les autres vont comprendre…. Ces gens-là ils carburent à l’argent et l’argent c’est nous qui l’avons dans les épiceries et ailleurs.

    La clé ça va vraiment être l’étiquettage et les mesures de contrôle. Et nous. Nous avons le pouvoir. Nous ne sommes pas des victimes!

    1. Michèle dit :

      Parfaitement d’accord avec vous Danielle. ´Nous avons le pouvoir’.

      C’est à nous de porter beaucoup plus attention à l’origine des produits que nous achetons. De mon côté, c’est ce que je fais (dans la mesure du possible).

      Je me dis souvent « y’a jamais rien qui arrive pour rien ». Je pense que toute cette saga nous aura permis de voir plus clair et nous permettra d’apprécier/d’encourager nos produits d’ici. Reconnaissons nos forces, notre potentiel, nos produits.

  55. Gilles Morissette dit :

    Maintenant que le Canada a conclu une entente avec les USA, le Gros Enfoiré va-t-il cesser de nous considérer comme des ennemis et va-t-il cesser de faire « la baboune » lorsqu’il rencontrera Trudeau?

    Les enfantillages de gamin frustré sont terminés. Il est temps de passer à autre chose.

    HS

    Triste nouvelle que le décès de Charles Aznavour même s’il fallait s’y attendre. Un grand pan de la chanson française vient de partir avec lui.

    RIP

    1. jeanfrancoiscouture dit :

      @Gilles Morissette, 11:01 «…..le Gros Enfoiré va-t-il cesser de nous considérer comme des ennemis et va-t-il cesser de faire « la baboune » lorsqu’il rencontrera Trudeau?»

      Jamais de la vie. Il va lui en vouloir de l’avoir fait languir pour finalement lui donner ce qu’il voulait à savoir une raison de pavoiser devant ses fans en vantant ses qualités de négociateur. Or, Donald Trump n’est pas un «négociateur», c’est un «négociant», plutôt bas de gamme qui est sacrément chanceux d’avoir été mis à la tête d’un gros business en situation de quasi monopole.

      Vous pensez qu’il va se priver d’écœurer son plus gros client qui n’a même pas eu le courage de lui claquer la ligne au nez et l’envoyer paître? Au contraire, ça va l’encourager à continuer à démanteler l’accord morceau par morceau. N’est-il pas le seul à avoir vraiment «gagné» quelque chose?

      Quand le Canada essaie de travestir en victoire le fait d’avoir juste conservé des articles de l’ancien accord, je ne saute pas de joie un peu comme un syndicaliste qui a dû laissé aller des clauses pour juste en conserver quelques autres…….Jusqu’à la prochaine fois. Et en attendant, on va continuer à se faire «gosser» sur le bois d’oeuvre, les métaux, etc. On a conservé la clause sur l’arbitrage des différends? Ah oui! Et ça a donné quoi ces 20 dernières années dans l’affaire du bois d’oeuvre cette foutue clause?

      Vivement les «mid-terms» et vivement l’élection de 2020, des fois qu’on serait chanceux.

      1. jeanfrancoiscouture dit :

        Oups! « qui a dû laisser aller» et non «laissé». Scuzez.

  56. Syl20_65 dit :

     »Et nous. Nous avons le pouvoir. » Diane Vallée

    Dites-moi quel est ce pouvoir que nous avons. Les requins capitalistes et les lobbys s’acharnent à combattre l’étiquetage obligatoire. Comment pouvons-nous choisir si on ne connait pas? Quel pouvoir avons-nous si nous n,avons pas l’information. On sait tous que les mention fabriqué au ce n’est rien de plus que du marketing et que ça n’a rien à voir avec la réalité.

  57. Apocalypse dit :

    @Danielle Vallée – 10h42

    Intéressant post! En effet, on ne verra sans doute pas de différence de prix aux supermarchés, mais nous allons consommer du lait américain par l’intermédiaire d’autres produits. J’ose croire qu’ils auront la décence de l’indiquer, mais à la vitesse où se font ces choses, ça va prendre dix(10) ans :-(.

    1. jcvirgil dit :

      @Apocalypse 11h20

      Vous rêvez ils ne l’indiqueront jamais. Comme le gouvernement canadian refuse l’étiquettage des aliments contenant des OGM, contrairement à l’Europe où les citoyens ont le droit de choisir ce qu’ils mangent. Ici on nous présente les saumons Frankenstein sans nous indiquer qu’ils contiennent des OGM et des aliments transformés à partir de plantes traités à l’herbicide Round Up de Monsento qui s’avèrent cancérigènes à cause de la présence de glyphosates .

      C’est pas grave un bon petit joint devrait nous faire oublier ça !

      https://www.ecowatch.com/monsanto-glyphosate-cheerios-2093130379.html

  58. P.L. dit :

    Même après avoir lu tout ce qui a été dit, moi, je ne le prends toujours pas ! On a cédé, certes pas beaucoup, mais on a cédé pour avoir quoi en échange ? Rien. On a donné pour ne pas perdre encore plus. Les USA ils ont donné quoi eux ? Des négociations comme ça il me semble que ça doit être gagnant-gagnant. Maintenant vous pouvez oublier ça. On a créé un précédent, on a cédé devant un bully. Souvenez-vous de votre secondaire : quand on cède devant un bully, on devient sa cible et il ne nous lâche plus.

    J’aurais de loin préféré que les marchés s’effondrent (même si j’ai fait de gros investissements juste avant que tout ça commence). La croissance se serait stoppée, mais je serais toujours fier d’être canadien et, de toute façon, ça aurait été redressé assez vite puisque les USA ont autant à perdre que nous dans une guerre commerciale de plus (surtout s’ils veulent « gagner » celle contre la Chine).

  59. darrylfzanuck dit :

    Bonne entente que JET signe OPC avant que le bipolaire change d’idée,le Mexique n’a pas le chapitre 19 dans sa nouvelle entente je crois et devra se defendre avec les tribunaux des USA et la pochetée de juge Reps qui a été paqueté partout depuis 18 mois.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :