Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

La pub sera diffusée en Arizona dimanche pendant le match du Super Bowl. Elle montre un candidat républicain au Sénat des États-Unis dans un affrontement armé avec le sénateur démocrate sortant de l’État, Mark Kelly, le président Joe Biden et la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, ou plutôt avec des personnages appelés « Old Joe », « Shifty Kelly » et « Crazy Pelosi ». « Le bon peuple d’Arizona en a assez de vous. C’est l’heure de l’affrontement », dit Jim Lamon aux démocrates dans l’annonce. Quand ceux-ci dégainent, Lamon ouvre le feu, parvenant à désarmer ses adversaires et à les faire fuir. Voici la pub :

Lamon n’est qu’un des nombreux républicains à brandir ou à utiliser une arme à feu dans une pub à l’approche des élections de mi-mandat. Mark Kelly, faut-il rappeler, est le mari de l’ancienne représentante démocrate d’Arizona Gabrielle Giffords, qui milite pour un meilleur contrôle des armes à feu après avoir survécu à une fusillade à Tucson en janvier 2011.

P.S. : L’avant-dernière journée de la première campagne de financement de ce blogue en 2022 tire à sa fin. Si vous visitez ce site régulièrement, et que vous en avez les moyens, ne manquez pas d’y contribuer ! Et merci de tout coeur à tous ceux et celles qui l’ont déjà fait.

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:

(Photo capture d’écran)

53 réflexions sur “Un candidat républicain ouvre le feu sur des démocrates dans une pub

  1. Benton Fraser dit :

    Certains États veulent revenir au farwest où les plus fort fait sa justice et d’autres États rêves au bon temps des plantations ou chacun savait tenir son rang….

    1. galgator dit :

      C’est vraiment de très mauvais goût cette pub de taré. J’ai ressenti la même chose que vous. D’après-moi, la tunique de ku klux klan n’est sûrement pas loin dans la garde-robe de Jim Lamon.

  2. Eric P dit :

    Ça va arrêter où?

    1. Bob Inette dit :

      Ce n’est que le début … Malheureusement !

  3. Yves Dion dit :

    Vite en prison, incroyable… pire que KimJung1

    1. Bob Inette dit :

      Faut pas charrier non plus !

  4. Dekessey dit :

    Très mauvaise pub. Jim Lamon prouve qu’il est un très piètre tireur, il n’a pas tué ses ennemis.

    – Un vrai républicain.

    1. Il s’en prend à leurs armes à feu, exactement ce que les Républicains accusent les Démocrates de vouloir faire.

      1. Haïku dit :

        @Richard Desrochers
        Vous visez juste ! 😎

  5. ProMap dit :

    « Ben non. C’est juste de l’humour. Faut rire un peu, non? » – un Oat Keepers

    1. gl000001 dit :

      Les ceusses qui ont pas compris sont « out of touch » comme le disent Hall & Oates keeper !!

  6. Stéphane dit :

    Ouf ! J’ai lu un peu vite : Un candidat républicain ouvre le feu sur des démocrates dans UN pub !
    Me voilà rassuré…

    1. Haïku dit :

      @Stéphane
      Trop drôle ! 😉👍

    2. galgator dit :

      Ne soyez pas trop rassuré! Car ce type de pub incite clairement des tarés à passer aux actes. On répète le même message des  »good guys » républicains tirant sur des démocrates.

  7. Loufaf dit :

    Et ce genre de pub, incitation au meurtre est permis? Quand on sait que toute une bande de  » crackpots » peut interpréter ces images comme une permission de tirer des démocrates!
    Ça dépasse l’ entendement! Où s’ en va ce pays….

    1. Comme avec Gosar, les R vont dire que c’est de la fiction. Donc on peut montrer ça. Quand c’est réel, comme un certain 6 janvier, ils disent aussi que c’est de la fiction, mais on ne doit pas le montrer.

      1. Haïku dit :

        Très bon point.

    2. lanaudoise dit :

      Il me semble que des pubs inoffensives ont été refusées par Fox news?

  8. Stellaire11 dit :

    Pourquoi cette pub peut être diffusée au super bowl avec un contenu pareil et qui a assez d’argent pour se la payer ? Les questions qui tuent…

    1. Madalton dit :

      C’est en Arizona et non sur le réseau national. Ça coûte beaucoup moins cher.

    2. Vous l’avez dit : ce ne sont pas les armes qui tuent, ce sont les questions !

    3. franlabrecque dit :

      Je me posais la même question, qui a payé pour cette publicité hors prix ?

  9. ctbourgeois dit :

    Les États-Unis n’ont pas de leçons à nous donner au sujet des manifestants d’extrême droite qui bloquent leur approvisionnement et leur chaîne de production, ils permettent des pubs violentes d’extrême droite dans un événement sportif qui devrait être festif et paisible !

    Ces américains montent dans les barricades quand ils sont affectés dans leur économie par un autre pays, mais laissent faire ces groupes faire des démonstrations indécentes n’importe où et dans n’importe quelles circonstances.

  10. Le programme du GOP est clair avec tous ces férus de la gâchette : éliminer le parti D et tous ses membres et être le seul parti existant. Le règne pour l’éternité. Jusqu’à ce que le parti se scinde, comme toute bonne religion.

  11. Layla dit :

    Ben quoi c’est parfait, c’est de la légitime défense il les provoque certes, mais ils dégainent en premier alors il n’a pas le choix, tout comme Kyle R. Il se défend.😉

    Le tendez l’autre joue de ces fous de Dieu, ca n’a veut rien dire.

    Non mais ils me font suer, les jeunes vont voir ça. Revoltant

    1. ProMap dit :

      « Non mais ils me font suer, les jeunes vont voir ça. Revoltant » Tout à fait. Et ce n’est pas 3 ou 4 Denis la menace qui verront cette pub. C’est quoi déjà la cote d’écoute d’un Sperbowl, papas et fistons confondus?

      Déplorable !

    2. gigido66 dit :

      Le seul langage qu’ils connaissent dans les détails ces réputrumpistes…celui des armes.
      Sinon, dans le langage de l’être humain normal, ils sont mêlés dans leurs pinceaux et confondent « gaspacho et gestapo » !

  12. ProMap dit :

    « Cette pub a été tourné sur la 5e Avenue de Dodge City dans le bon vieux temps de la Grande Amérique. Moi, je les aurait étranglé de mes propres mains. Ivanka, mon amour, est-ce que je suis pogné pour « endorser » ce Larmon? » – Trump

  13. Fleshgabon dit :

    Ils en sont rendus là. C’est simple, j’aurais le goût de sortir un blasphème bien senti. […] Grrr!

    1. lanaudoise dit :

      Ne vous en gênez pas.

      1. ProMap dit :

        Je seconde lanaudoise. Lâchez-vous lousse. Comme il est tôt en soirée et que de jeunes yeux innocents peuvent nous lire, je vous suggère « mautadine de colibine ». Nous traduirons votre pensée.

  14. Layla dit :

    Aucune personne raisonnable ne va croire que c’est bien de tirer sur des démocrates. Sidney Powell dans mes mots

    1. ProMap dit :

      Ou l’avocat du Trucker de Fox News.

  15. Je l’ai écouté sans son et c’est une pub vraiment minable.
    Il ne leur tire pas dessus mais sur leurs armes pour les d’ésarmé… ce qui est totalement ironique pour un Ripous.

    Les Dems devrait faire une contre pub pour disant que les ripous veulent jouer au Shérif et enlever vos gun, preuve a l’appuis!
     »Meme les ripous lorsqu’il parlent de sécurité il enlevent leurs gun au monde! »

  16. lanaudoise dit :

    Aucune pudeur, cet inepte personnage. En effet, Mark Kelly est le mari de Gaby Giffords. une sénateure qui a survécu non sans d’importantes séquelles à une de ces bons massacres bien états-uniens, dont elle était vraisemblablement la cible principale. Six personnes ont alors été tuées, dont une fillette de 9 ans et un juge et dix-huit personnes ont été blessées. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_de_Tucson Ce serait une raison pour une personne normale de ne pas faire ce genre de « blague ».

    De plus, Mark Kelly appartient, ainsi que son frère jumeau identique à la classe avec un grand C des astronautes.

    Qu’est-ce que ce show, qui s’offusque de voir un téton, tout en acceptant une publicité aussi infecte?

    1. marcandreki dit :

      Bon point @ lanaudoise, le lien que vous établissez avec ce que Gaby Giffords a vécu est l’élément le plus répugnant de cette pub.

  17. POLITICON dit :

    Les organisateurs du Super Bowl vont vraiment passer cette annonce? Je me rappelle il y a plusieurs années pendant le spectacle de la mi-temps qu’un bout de téton camouflé de Janet Jackson avait scandalisé l’Amérique et pratiquement eu raison de sa carrière de chanteuse. Maintenant, on montre des républicain voulant descendre des démocrates avec un gun, mais c’est correct. Bravo mon Limon, j’imagine que ta fibre républicaine visera les noirs la prochaine fois, ensuite les Mexicains, les gais, les pro-choix, les chinois et ainsi de suite. Bel exemple de moron qui pense qu’en étant élu il pourra contribuer à améliorer le sort des citoyens et citoyennes. Dire que des gens voteront pour ca.

    1. Madalton dit :

      Ce n’est pas une publicité du SB mais une pub sur le réseau de l’Arizona. Une pub locale.

      1. Toile dit :

        Certes mais ca change rien au fond pourri du baril: incitation au far west dans son expression la plus primaire ( pour rester soft). Coudons, où sont les gardes fous? Partis en quête des « most wanted «  Dérive morale totale, une plaie purulente qui se répand.

  18. Apocalypse dit :

    C’est ce qu’on appelle du dérapage des ligues majeures. 🤮

    Personne ne sera surpris – et le jour n’est sans doute pas lointain – où un ou des politiciens tomberont sous les balles de dérangés et on pourra pointer du point le Parti Républicain qui devrait se retrouver au GRAND COMPLET sur le divan d’un psy! 😵😵

  19. Apocalypse dit :

    @POLITICON – 17:56

    ‘Les organisateurs du Super Bowl vont vraiment passer cette annonce?’

    Je me suis posé la même question.

    Je suppose que si l’argent est au rendez-vous, la NFL se fout de tout le reste. 🤮

    On ne devrait pas s’associer d’aucune manière avec ce genre de pub.

  20. Charlot dit :

    Pendant ce temps, en Floride, il ne faut surtout pas montrer et parler de choses offensantes devant des enfants. La notion de « choses offensantes «  est bien entendu à géométrie variable…..

  21. Stellaire11 dit :

    Pour faire contrepoids, un autre genre de pub! Cela fesse aussi …
    https://twitter.com/nickknudsenus/status/1491650832109998081?s=21

  22. Madalton dit :

    Il se prend pour Lucie Luke. Si c’était mes fils devant lui, il n’en resterait pas assez pour faire du ragoût de ce faux Luke.😉

  23. titejasette dit :

    Est-ce que c’est la première fois qu’un politicien utilise un pub pour descendre ses adversaires politiques ? Y-en-a-t-il eu d’autres pubs montrés au public avant ? Je veux dire avant que le Gros Cave ait monté au trône ?

    Il y a des enfants qui regardent ce pub. Ca, c’est de la bonne éducation, ca fait une jeunesse qui sait comment manier un fusil dès leur jeune âge. Ils se demandent après pourquoi il y a tant de tueries à l’école.

  24. Duduche dit :

    Sur le plan politique, ce Jim Lamon est un nobody, non? En essayant de faire croire que sortir un gun est un programme électoral longuement mûri, s’inspire-t-il de la cruche à gâchettes, Laurie Bobettes, scusez, Boebert?

    1. Il y a eu celle de MTG qui tire avec une arme pas mal plus équipée (il me semble même que c’était un bazooka) sur une voiture étiquetée « communism » et clairement associée au gouvernement démocrate. C’est sans compter tous les autres républicains au niveau des états ou postulants pour le Congrès qui affichent leurs gros guns et parfois s’en servent.
      Les Démocrates devraient faire de même et montrer un R tirer sur une voiture étiquetée « Constitution », parce qu’il ne va bientôt en rester aucun Articie, et aucun Amendement sauf le 2e.

      Et (HS un peu), Laurent Beau Bet, parlant de la Constitution, dont elle est une experte, a tweeté ceci cette semaine:

      The constitution is not evolving.
      To say that spits in the face of every single one of our fathers.

      Elle s’est attiré quelques objections.

      Eric Swalwell : if that was true, she wouldn’t be able to vote

      Kheri Penebaker : 3/5th of me has questions…

      Greta : Lauren.
      The U.S. Constitution has 27 Amendments.
      It is evolving.
      You’re not.
      Glad I could clear that up for you.

      Qasim Rachid, Esq. : Article V : the Congress… shall propose amendments to this Constitution… which shall be valid to all intents and purposes, as part of the Constitution.
      Quite a low bar to ask GOP Reps. to actually read the Constitution before commenting on it, but here we are.

      Quelqu’un est allé cherché cet extrait de la correspondance d’un Père:

      Th. Jefferson : Some men look at constitutions with sanctimonius reverence, and deem them like the arc of the covenant, too sacred to be touched… but I know also, that laws and institutions must go hand in hand with the progress of the human mind. As that become more developed, more enlightened, as new discoveries are made, new truths disclosed, and manners and opinions change with the change of circumstances, institutions must change also, and keep pace with the times.

      (À faire lire aussi par la SCOTUS)

  25. le bon sens devrait être suffisant pour allumer que ce genre de pub est idiote et improductive sauf pour les caves qui voudront bien imiter…

    ça mène où cette dérive absurde???

    ils seront tous désolés et enverront leurs prières et pensées quand un politicien, démocrate évidemment, sera tué, car il le sera…..

    ça dépasse tout…

    et le pire est que le Super Bowl a considéré ça correct…

    y’a-t-il des cerveaux dans la foule???

  26. Haïku dit :

    Oufff !!!! 😱 👿
    On dirait de l’humour noir à la Quentin Tarantino, non ?

    1. Vous avez raison, dans un fiilm de Tarantino (j’allais écrire Quarantino et faire un MTG de moi, et faire en même temps allusion à la pandémie — bref, une condensation comme disait Freud dans « Le mot d’esprit… etc.), on trouverait que c’est de la caricature*. Ce qu’est devenu le GOP : tragédie sous forme de caricature. Mais des gens ne voient que la caricature et en rient sans voir la tragédie.

      *SVP relire cette phrase sans la parenthèse, elle sera plus compréhensible. Toute ressemblance avec Proust est de ma faute.

  27. Bboy dit :

    They are fucking crazy

  28. Gilles Morissette dit :

    Une pub de série « B » digne d’un mauvais, très mauvais western.

    Question? Y-a-t-il quelqu’un qui a pensé que présenter ce genre de pub « bas-de-gamme » pendant le SB n’était pas une bonne idée?

    Probablement que non.

    Tout ce qui compte pour la NFL est l’odeur du fric que notre « émule de Lucky Luke » a dû payer pour passer cette « cochonnerie »à la télé.

    Les « Répugnants » viennent de franchir un pas de plus vers l’Asile !!

    Bienvenue au royaume du « gun », de la stupidité et de l’ignorance !!

  29. Mona dit :

    Un cran de plus !

    Je partage une interview, d’Octobre 2020, de Francesco Filippi, historien italien des mentalités. Sous la forme d’un manuel en réponse à la propagande profasciste qui inonde les réseaux sociaux, il y démonte les arguments révisionnistes (à la gloire du Duce), dont il rappelle le vrai visage. Son analyse nous est précieuse pour comprendre la révision de l’histoire aux Etats Unis et la diffusion de contrevérités par les réseaux sociaux.
    Une fois seuil et équilibre modifiés, les idées fasciste peuvent se réinstaller et se diffuser, refonder des mythes que l’on aurait pu penser balayés par les « faits historiques ».

     » Des faits et des mots pour démonter et démystifier les fables et les fausses nouvelles sur Mussolini. Dans un essai clair et argumenté, l’historien des mentalités Francesco Filippi dynamite les clichés, les impostures et la propagande qui, aujourd’hui encore, circulent sur le Duce, père du fascisme italien entre 1922 et 1945. En «bon dictateur»,il aurait fait «aussi de bonnes choses, protégé les Italiens, les Juifs, défendu les femmes»… On lit Francesco Filippi en pensant à Jean de La Fontaine («l’homme est de glace aux vérités, il est de feu pour les mensonges»). L’historien revisite un passé méconnu, manipulé par les réseaux sociaux et l’actualité. Donne des arguments pour répondre aux manipulateurs et des clés pour comprendre la crise des valeurs dans les démocraties.

    Soixante-quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, comment vous est venue l’idée d’écrire un livre sur le fascisme italien ? Est-ce dû à un retour du révisionnisme, à une avalanche de fake news sur ce passé ?

    Ce livre est né d’une nécessité. Durant mes activités de formateur auprès de Deina, une association de promotion sociale, j’effectue des voyages de la mémoire en Italie, mais également à l’étranger, comme à Mauthausen, à Auschwitz, avec des jeunes qui utilisent beaucoup Internet. Je me suis rendu compte qu’ils lisaient énormément de choses sur les supposées grandes réalisations de Benito Mussolini. Beaucoup de fausses nouvelles sur le Duce, Hitler, Staline, circulent sur les réseaux sociaux. J’ai découvert que le langage du fascisme, à la fois simple et direct, était parfois identique à celui d’aujourd’hui. Alors j’ai écrit ce manuel afin que les jeunes aient des arguments pour répondre aux fascistes, pour démonter ces fausses nouvelles. Puis l’éditeur a estimé que de nombreux Italiens pourraient également en avoir besoin.

    Dans quelle mesure la propagation des fausses nouvelles à travers toute la planète a influencé l’écriture de ce livre ?

    Au niveau mondial, il existe une déréalisation du passé, une dé-vérification de la réalité. Le passé est manipulé, utilisé comme terrain de discussion sur l’actualité. Cela a conduit à relativiser les informations sur l’histoire. L’information est victime de la relativisation du savoir. Il suffit de regarder la crise du Covid. Tout le monde a un point de vue. On ne croit plus le scientifique qui a travaillé des années sur les vaccins, les virus. Il en va de même pour l’histoire.

    En quoi ces fausses nouvelles sur le passé sont le symptôme d’une époque ?

    Quand on les étudie en tant qu’historien des mentalités, on découvre ce que voulaient ou veulent croire les gens. S’il y a encore des personnes en Italie, et elles sont nombreuses, qui évoquent les qualités du commandant Mussolini, c’est parce qu’elles voudraient croire à cette sorte de «grandeur italienne». Les nombreuses fausses nouvelles sur le fascisme disent beaucoup de choses sur l’Italie du temps présent. La société italienne vit une crise profonde dont le problème de mémoire historique n’est qu’un aspect. L’Italie traverse une crise du système des valeurs qui a construit notre république : celles de la résistance ne sont plus partagées par tous, mais dorénavant définies comme des valeurs partisanes. Comme si, dans une démocratie, la libération du totalitarisme pouvait être une question partisane !

    Il y a cette fable sur le fascisme et le rôle primordial qu’aurait joué Mussolini en faveur de la femme.

    Cette fausse nouvelle est née dans les années 60 et 70 au moment où le mouvement féministe en Italie est le plus vivace. Mais pour les fascistes, la femme n’est pas un individu, c’est un ventre pour féconder des Italiens nouveaux. Une bonne Italienne doit obéir à son mari, être silencieuse, rester à la maison et donner naissance à des enfants, de préférence des hommes qui iront faire les guerres de demain.

    Mussolini n’est pas franchement un modèle d’homme, de féministe.

    Il est pétri de paradoxes et de contradictions. Le père de la patrie ne se cache pas d’avoir des maîtresses. Son épouse officielle, Rachele Guidi, est cette nouvelle femme italienne. Elle n’a pas fait d’études, vit pour son mari et est totalement soumise. Pourtant, son mari a une maîtresse officielle, connue de tous, Clara Petacci. Elle est surnommée «Claretta», un diminutif, comme une mineure, comme l’objet sexuel du dictateur. Voilà l’image publique de la femme que le fascisme a construite. Et c’est l’un des dégâts les plus durables du fascisme. Il a sapé le féminisme en Italie, sapé l’image que les femmes ont d’elles-mêmes, sapé l’idée de leur indépendance. Et cela n’a pas complètement disparu.

    Comment expliquer qu’aujourd’hui encore, le fascisme italien soit parfois vu comme une caricature sympathique, avec une «image d’opérette», un dictateur soi-disant bienveillant ?

    Les Alliés ont été les premiers à parler du fascisme italien comme d’une dictature ridicule. En 1940, après qu’une escadrille italienne a bombardé l’Angleterre, Winston Churchill s’adresse aux Italiens pour leur dire de ne plus suivre Mussolini, cet homme ridicule. C’est le début d’un traitement très différent des fascistes italiens par rapport aux Allemands, aux nazis, étiquetés «grands méchants», sans possibilité de rédemption. En revanche, les Italiens, après l’armistice du 8 septembre 1943 et la formation d’un gouvernement qui soutient les Alliés, sont présentés comme des victimes, des citoyens qui ont été piégés. Les Anglo-Américains défendent l’idée qu’il y a de nombreux bons Italiens, que seule la force de coercition du régime fasciste a permis au Duce de gouverner. Mussolini a fait la guerre, mais pas l’Italie. Mussolini a imposé le fascisme, mais l’Italie n’est pas fasciste. Et le cinéma a diffusé cette vision à grande échelle. Pour l’Américain moyen, Benito Mussolini est le Benzino Napoleoni du Dictateur de Chaplin. C’est une histoire qui oublie ce que Mussolini a fait. Les défaites militaires du Duce, commandant de pacotille, ne font que confirmer que les Italiens ne sont pas de bons soldats et par conséquent n’ont pas pu provoquer la guerre.

    Peu de gens font le parallèle entre le fascisme et le nazisme. Vous le faites. D’un point de vue historique, est-ce possible ?

    Pourquoi ne devrait-on pas le faire ? Mussolini prend le pouvoir en 1922. En 1923, un personnage l’imite. Mais il échoue. Il est jeté en prison où il écrit Mein Kampf. Mussolini est cité en exemple dans le livre de Hitler. Le nazisme est l’un des totalitarismes créés à partir de l’exemple italien. Le fascisme fait école dans les années 20 et 30. Il est fréquent dans la mémoire italienne de scinder la période 1922-1945 : d’abord l’époque 1922-1943 durant laquelle le fascisme est un régime. Il s’agit d’une histoire méconnue. Ensuite, la résistance de 1943-1945 durant laquelle les Italiens méchants sont du côté des Allemands. Une manière de sous-entendre qu’ils sont mauvais parce qu’ils sont avec les Allemands. Ils sont d’ailleurs dénommés les nazis-fascistes. Ce qui signifie en creux que les «simples fascistes du début» ne sont pas si terribles.

    Mussolini a été l’un des premiers à utiliser des gaz contre les civils en Libye, en Ethiopie, à ouvrir des camps de concentration, dès les années 30. Ces faits sont-ils connus des Italiens ?

    Le passé colonial italien est méconnu. A Rome, il y a un quartier dont les rues portent le nom des invasions coloniales. Depuis 1945, ces plaques n’ont pas été enlevées. On envisage de le faire depuis que le mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis a mis en doute les statues des confédérés. L’Italie a commis des crimes terribles dans les années 20 et 30 dont on ne souhaite pas parler. Nous avons un sérieux problème avec la mémoire.

    Vous estimez que la question juive chez les fascistes italiens est proche de la solution finale des nazis, responsables de millions de morts. Peut-on aller jusqu’à ce point dans la comparaison ?

    A partir du moment où le racisme devient la religion d’Etat, si on veut l’appeler ainsi, où les Juifs sont identifiés comme un problème pour la race italienne, la principale différence entre l’Italie et l’Allemagne réside dans son caractère organisationnel. Le fascisme est raciste dès le début. Mussolini est raciste. Soyons honnêtes, une grande partie des Européens au début du XXe siècle, qui ont grandi dans le mythe de la colonisation, donc avec le droit d’aller dans d’autres pays pour exporter liberté et civilisation, sont racistes.

    Mais quel est l’élément supplémentaire avec le fascisme et avec Mussolini ?

    C’est insérer dans la question raciale la pureté du sang italien. Il y a cette chanson des soldats qui s’adressent aux femmes des pays colonisés : Faccetta nera. Il s’agit d’une promesse de faveurs sexuelles. Les soldats violent des femmes en Libye, en Somalie et en Ethiopie ; des enfants naissent. Alors Mussolini interdit de chanter Facetta nera. Puis, il fait passer une législation en 1937 qui s’attache à défendre la race italienne. En octobre 1938, apparaissent des lois raciales antisémites. Après 1943, quand les lois du IIIe Reich commencent à être appliquées en Italie, les fascistes aident les nazis à remplir les trains qui vont à Auschwitz.

    Alors comment l’image d’un Mussolini sauveur des Juifs peut-elle subsister ?

    Au début, l’expulsion et les rafles contre les Juifs n’étaient pas une priorité des fascistes. Il y a eu des moments où Mussolini a bloqué les demandes allemandes de déportation. Le Duce voulait-il protéger les Juifs ? Non. Il ne souhaitait pas répondre aux ordres de Hitler. Et quand le rapport de force se déséquilibre, Mussolini n’hésite pas à accepter des armes allemandes en échange de convois de Juifs. Dans les Balkans, quand les fascistes luttent contre les partisans yougoslaves, ils commettent des massacres en série, déportent des gens en masse. Le fascisme est un régime violent qui vit de violences du début à la fin. L’une des grands fake news est que le fascisme n’était pas violent ou pas autant que le nazisme. Mais c’est seulement une question de perspective et de proportion. Il n’a jamais été dit aux Italiens qu’ils avaient provoqué une guerre, tenté de la gagner, mais qu’ils l’avaient perdue. Pis, certains d’entre eux sont convaincus d’avoir fait match nul d’une certaine manière. Et c’est un mythe qui perdure, hélas. »
    Francesco Filippi Y a-t-il de bons dictateurs ? Mussolini, une amnésie historique Traduit de l’italien par Olivier Villepreux.

     

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :