Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

« Les prochains jours, lorsque ces projets de loi seront soumis au vote, marqueront un tournant dans cette nation. Choisirons-nous la démocratie plutôt que l’autocratie, la lumière plutôt que l’ombre, la justice plutôt que l’injustice ? Je sais où je me situe. Je ne céderai pas. Je ne flancherai pas. Je défendrai votre droit de vote et notre démocratie contre tous les ennemis étrangers et nationaux. La question est donc de savoir quelle sera la position de l’institution du Sénat des États-Unis. »

Joe Biden, président des États-Unis, appelant le Sénat à adopter deux projets de loi – le « John Lewis Voting Rights Advancement Act » et le « Freedom to vote Act » – lors d’un discours qu’il prononcera plus tard ce mardi en Géorgie. Ces projets de loi ont pour but de réformer le système électoral américain et de contrer les lois électorales controversées adoptées par plusieurs États dominés par les républicains, dont le Peach State, État natal de Martin Luther King et de John Lewis, figures emblématiques du mouvement des droits civiques des années 1950 et 1960.

P.S. : Comme le laisse entendre la dernière phrase de la citation, l’adoption de ces projets de loi passe par un changement à la règle du filibuster, qui rend nécessaire l’appui préalable de 60 sénateurs sur 100 pour permettre la tenue d’un vote à majorité simple sur la plupart des textes législatifs. Le président Biden prendra une position nette sur le sujet pour la première fois en Géorgie. Or, le sénateur démocrate de la Virginie-Occidentale Joe Manchin a réitéré lundi soir qu’il était opposé à un changement à cette règle sans l’apport d’un certain nombre de sénateurs républicains. Le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer a néanmoins promis de soumettre à des votes les deux projets de loi en question d’ici le 17 janvier, date qui coïncidera avec le Martin Luther King Day.

(Photo Reuters)

49 réflexions sur “La citation du jour

  1. Charlot dit :

    Grosse semaine pour Manchin. Les syndicats d’un bord, les patrons de l’autre (voir billet précédent), le filibuster……Les caméras vont être sur lui, c’est son 15 minutes de gloire!

  2. richard311253 dit :

    Qui de mieux que le président USA pour souligner, voire dénoncer, les propos et actes antidémocratiques d’une certaine classe de républicains.

    Aussi, si le président veut que son discours de jeudi dernier ait une portée conséquente, il faut appeler un chat un chat.

    Les temps sont critiques pour la démocratie du pays et les reps ont démontré, depuis particulièrement les 5 dernières années, une aptitude à privilégier la plus petite et plus riche tranche de la population USA.

    Comme tout bon père de famille, le président doit serrer la visse, il en va de l’avenir de la démocratie américaine.

    1. richard311253 dit :

      Précision,

      Comme tout bon père de famille, le président doit PARFOIS serrer la visse, il en va de l’avenir de la démocratie américaine.

      1. Guy LB dit :

        La visse… ?… Ah ! la vis.

      2. richard311253 dit :

        Guy LB

        Diable vous avez raison. Je prend acte.

        Merci!

      3. Guy LB dit :

        @ richard311253 > Les deux ss, on les entend si bien siffler pourtant…
        Difficile de ne pas leur donner toute la visibilité qu’ils méritent.
        Quelle langue étrange nous écrivons…

      4. jeanfrancoiscouture dit :

        Je vis très bien les deux vis tombées par terre, vis-à-vis l’une de l’autre. Mais à bien regarder, elles n’étaient pas vraiment vis-à-vis mais plutôt vis contre vis. 🙂

      5. Ziggy9361 dit :

        Votre a vis est toujours de mise.

      6. Jean Létourneau dit :

        @jeanfrancoiscouture
        @richard311253

        « …elles n’étaient pas vraiment vis-à-vis mais plutôt vis contre vis. »

        Torvis !

        Y avait-il vice de procédures ?
        Si je dévisse, est-ce que visse-verso ?

        À force de détourner en rond, j’me déboulonne moi-même…

      7. J-F Lacerte dit :

        Les jeux de mots et les calembours bien tournés est le vis intellectuel de plusieurs bonnes âmes

  3. NStrider dit :

    C’est LE sujet le plus important de la présidence Biden. S’il manque son coup en 2022 et en 2024 on verra le début de l’installation d’une autocratie/théocratie à moins de 70km de Montréal.
    Le Filibuster doit sauter.
    Bon fil Twitter sur la courte histoire de cet anachronisme raciste. Il existe dans sa forme actuelle seulement depuis 1975 !!!

    https://twitter.com/maxkennerly/status/1480707506712293378?s=21

    1. Franklin Delano Romanowski dit :

      @Nstrider « S’il manque son coup en 2022 et en 2024 on verra le début de l’installation d’une autocratie/théocratie à moins de 70km de Montréal. »

      Ce qui est drôle dans votre théorie est que si les Républicains reprennent le contrôle du Sénat et de la Chambre en 2022, les démocrates et les médias vont soudainement être les plus fervents défenseurs du filibuster!

      1. NStrider dit :

        Désolé, ce n’est pas ma théorie c’est ce que tous les experts sur le sujets disent, des historiens, des politologues et d’autres universitaires qui étudient le Sénat, le gouvernement américain, l’histoire américaine et les défis auxquels leur démocratie est confrontée.

        https://www.brennancenter.org/our-work/research-reports/case-against-filibuster

        Faut lire un peu avant d’émettre un commentaire

    2. Jean Létourneau dit :

      100% d’accord !

      Si les démocrates ne peuvent pas passer le « Freedom to vote Act », les repus-pis-pleins vont s’en donner à cœur joie pour manipuler les prochaines élections en leur faveur.

      Quant au 2ème bill, le « John Lewis Voting Rights Advancement Act  » me semble plus obscur, je devrais lire un peu plus sur sa teneur.
      le lien officiel ne m’éclaire pas assez por l’instant.
      https://www.congress.gov/bill/117th-congress/house-bill/4?s=1&r=482

      « Ce projet de loi établit de nouveaux critères pour déterminer les États et les subdivisions politiques qui doivent obtenir une autorisation préalable avant que des changements dans les pratiques de vote puissent entrer en vigueur. La préautorisation est le processus qui consiste à recevoir l’approbation préalable du ministère de la Justice (DOJ) ou du tribunal de district des États-Unis pour le district de Columbia avant d’effectuer des changements juridiques qui pourraient affecter le droit de vote.

      Un État et toutes ses subdivisions politiques sont soumis à la pré-approbation des changements de pratiques de vote pour une période de 10 ans si

      15 violations des droits de vote ou plus se sont produites dans l’État au cours des 25 années précédentes ;
      10 violations ou plus se sont produites au cours des 25 dernières années, dont au moins une a été commise par l’État lui-même ; ou
      3 violations ou plus se sont produites au cours des 25 années précédentes et l’État administre les élections.

      Une subdivision politique en tant qu’unité distincte est également soumise à la précontrôle pour une période de 10 ans si trois violations ou plus des droits de vote s’y sont produites au cours des 25 années précédentes.

      Les États et les subdivisions politiques qui atteignent certains seuils en ce qui concerne les groupes minoritaires doivent procéder à une précontrôle des pratiques couvertes avant leur mise en œuvre, telles que les modifications des méthodes d’élection et de redécoupage.

      En outre, les États et les subdivisions politiques doivent informer le public des changements apportés aux pratiques de vote.

      Ensuite, le projet de loi autorise le DOJ à exiger des États ou des subdivisions politiques qu’ils fournissent certains documents ou réponses à des questions pour faire respecter les droits de vote.

      Le projet de loi décrit également les facteurs que les tribunaux doivent prendre en compte lors de l’examen des contestations des pratiques de vote, tels que l’étendue de toute histoire de discrimination officielle en matière de vote dans l’État ou la subdivision politique.

      (Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator) »

      1. NStrider dit :

        On cherche entre autres à limiter le gerrymandering

  4. Dekessey dit :

    Des beaux discours qui s’adressent aux démocrates de nom et de parti.
    Si les chaînes de droite et alternatives n’ont pas diffuser celui du 6 janvier, vont-elles le faire aujourd’hui?
    Près de la moitié de la population est tenue dans l’ombre, et Manchin va y précipiter le reste…

    1. gigido66 dit :

      Si je ne me trompe, ça prend exactement 21 jours pour programmer un cerveau.
      Pour le déprogrammer?
      Ça fait combien de jours que Fox News et Cie lessivent?

  5. Mona dit :

    Oh ! que le manque d’une image forte, un sénateur ripoux ou assimilé, (destructeur d’une démocratie rationnelle), condamné, arrêté, menotté, humilié face aux caméras !!
    Dans ce règne du storytelling (pardon les cousins !) c’est une base nécessaire pour en faire décrocher certains (de la drogue trumpiste).
    Bien sûr certains hurleront au complot mais il faut bien ébranler l’édifice mafieux et commencer.

    1. Guy LB dit :

      @Mona : bien d’accord avec vous,
      c’est le genre de scénario qu’il nous faut…enfin, évitons de s’enfler la tête : qu’il LEUR faut. On doit se contenter d’en rêver tout éveillés pour l’instant. Quasiment la moitié des américains sont en train de se noyer dans la grande marmite de Trump, et ils ne s’en rendent même pas compte. Ce n’est surtout pas M. Biden, dans son style fonctionnaire beige, qui va les repêcher et les pousser à se révolter…

      1. gigido66 dit :

        Depuis que « La chose » a accédé à l’ultime pouvoir, les USA sont devenus le pays « Des Trompés ». Il faudrait modifier leur appellation, ça serait plus de circonstances.

      2. Mona dit :

        @gigido66 👌👌👌 excellent ! J’adopte !!

    2. Dekessey dit :

      @Mona
      UN sénateur?
      Il serait immédiatement répudié par ses pairs et deviendrait un bouc-émissaire trop commode.
      Non, il faudrait une orgie d’arrestation simultanées, On décrète le jour des vidanges, et on sort toutes les pourritures en même temps. On décapite le monstre: Mo Brooks, Mark Meadows, Jordan, Gaetz, Josh Hawley, Guiliani, etc. et pour finir le capo orange. Tous coupables de complot contre l’État.
      Tout l’État-major de la secte doit y passer sinon ce ne sera que partie remise.

      1. Mona dit :

        @Dekessey 👌👌👌 Totalement et stratégiquement d’accord avec vous !

  6. Toile dit :

    Cette semaine, il y a une rare fenêtre d’opportunité quant au sort de cette règle maudite. Ca passe ou ca casse sinon bienvenue à la semaine des 4 jeudis et bonjour la décadence de cette présidence. Il a beau s’évertuer la vertu, c’est une gang de serviles qu’il affronte. Je crains que le Goliath soit vainqueur. Oiseau de malheur va.

  7. richard311253 dit :

    Le beau risque de Biden.

    Les reps ont démontré cette dernière année que le bipartisme, tel que voulu par le président, ils n’en veulent pas.

    Tous les reps???????

    En prenant une position ferme face aux attitudes anti démocratiques de certains reps, peut-on imaginer que cela inciterait les reps de coeur et de culture républicaine de se manifester?

    M’semble que c’est important ça, combien de reps sont dégoûtés des fresques anti démocratiques du perdant 2020 et sa gang?

    Et pourquoi le perdant de 2020 n’a t’il pas annoncé sa candidature en 2024? Aurait il des informations, connues de lui seul, qui ne lui garanti pas la présidence automatique.

    Finalement, quel est le rôle d’un leader

    1. onbo dit :

      Tant que Trump retarde sa candidature, il n’a aucun compte à rendre sur les millions qu’il peut entasser et dépenser, en plus d’en disposer à sa guise en faveur exclusive de sa petite personne…

  8. Louise dit :

    Dans les prochaines semaines et les prochains mois, les États-Unis vont vivre une étape cruciale de leur histoire. S’il n’y a pas de compromis de part et d’autre, ça va très mal se passer.

    Biden a fait un très beau discours lors de la commémoration du 6 janvier.
    Maintenant il doit passer à l’action en démontrant aux américains comment il entend s’y prendre pour rallier le plus de sénateurs possible, démocrates et républicains, pour faire passer les projets de loi sur les droits de vote.
    Il n’y arrivera pas s’il ne réussit pas à convaincre une majorité d’américains qu’il s’agit non seulement de l’avenir de leur pays mais aussi de leur avenir personnel.

    Si les électeurs font pression sur leurs représentants, ils peuvent influencer le vote des quelques élus encore indécis.

  9. Toile dit :

    @Guy LB

    La visse ou la vis ? C’est pour dire. Une nuit, je suis à pondre coûte que coûte un rapport pour une audition le matin même. Au lieu d’écrire simplement des poux, je me sens inspiré. Le mot lente est plus joli. Sauf que dans ma fatigue, j’écris «les enfants sont arrivés avec des lampes dans la tête ce qui nous éclaire sur l’etat de négligence » et je vois pas tout mon erreur malgré moult lectures ni le ridicule de lampe et éclaire.Dépôt au contentieux. Le rire général. J’en fut quitte pour une correction verbale devant le juge mais l’histoire a perduré avec le contentieux : on sait bien, toi et ton éclairage des lampes dans la tête. Re fou rire immanquable.

  10. il ne faudra pas retenir notre souffle….

    le sénat républicain votera contre les projets de loi démocrates….

    pourquoi ceux-ci subitement, se trouveraient une conscience???

    Biden peut bien faire des liens poétiques entre l’ombre et la lumière… ces discours passent dans le vide….
    les convaincus l’écoutent… les autres ont déjà baissé le son ou changer le canal de télé….

    Biden n’a malheureusement aucun charisme… il ne crée aucune émotion quand il parle…

    tout ce qu’Il dit est vrai. Tout ce qu’il dit est logique et évident…. pourtant il a beau parler, promettre, tenter de rassembler les citoyens autour de valeurs plus américaines, ça ne lève pas….

    Surtout après 4 ans de propos tonitruants, de délire patriotique dégoulinant de mauvais gout, d’amalgames grossières… de la chose de façon continue, maladive et dysfonctionnelle….

    alors le sénat votera contre les lois. les citoyens s’en balanceront… les démocrates seront encore plus coincés et surtout donneront une image qui leur colle à la peau « de gros parleurs, petits faiseurs » qui ne font rien…

    Manchin ne changera pas de crédo et les sénateurs républicains voteront contre les projets de loi. Voici le futur…

    Après un an de règne, la chose avait déjà 17 conflits d’intérêt, congédié 21 membres de son équipe et avait insulté une douzaine de Chefs d’état….
    Biden rien…

    les Américains aiment ce qui fait du bruit, flash des lumières et prend tout l’avant-scène ….

    Biden est là, tranquille, à son lutrin à dire des mots qui se suivent et qui font des phrases… ce qui donnent des concepts…

    les gens pognent mal à la tête et cherchent nerveusement sur leur cellulaire des vidéos de gars saouls qui tombent par terre, de chevaux qui tentent de s’accoupler avec des tracteurs de ferme ou des vidéos de « pseudos » voisines qui se font bronzer….

  11. POLITICON dit :

    BIDEN ET QUAND FAIRE L’IMPOSSIBLE N’EST PAS SUFFISANT

    C’est tout en l’honneur de Biden que tenter l’impossible pour se débarrasser du filibuster et faire des pieds et des mains pour que les grandes lignes de son programme passent au sénat. A chaque pas, il a besoin du parti républicain pour avancer. Le parti républicain n’est plus celui d’il y a 10 ou 20 ans. C’est un parti qui a tenté de renverser le gouvernement il y a 1 an et qui depuis le 3 novembre 2020, s’est tout de suite mis à la tâche afin de façonner la structure électorale pour ostraciser le vote ennemi (démocrate). Ce n’est pas le moment pour un parti qui n’arrive pas à remporter le vote populaire, de céder quoi que ce soit sur le plan politique pour bénéficier au camp ennemi.

    Les républicains ne bougeront pas d’un cm pour faciliter la vie aux démocrates. Ce n’est plus possible depuis que le nouveau variant républicain a été élu en 2016. Un virus qui a contaminé l’ensemble des institutions politiques et juridiques et qui malheureusement continuera à muter jusqu’à une nouvelle défaite démocrate et l’instauration d’un gouvernement autocratique qui sauvera et protégera les nombreux belligérants qui ont participé au grand mensonge et l’insurrection de l’an dernier.

    Biden se retrouve ‘président de transition’ ou comme il le dit si bien dans le message susmentionné: Choisirons-nous la démocratie plutôt que l’autocratie, la lumière plutôt que l’ombre, la justice plutôt que l’injustice ? Ce n’est pas les propos d’un président qui tente de faire passer un projet de loi pour le bien de sa Nation. C’est un appel à la sauvegarde d’un pays contre un ennemi qui n’est plus aux portes, qui n’est pas un étranger. Un ennemi qui détient la balance du pouvoir politique et des soldats solidement encrés à la Justice. Un ennemi confortablement assis à table et qui décide du menu.

    1. Toile dit :

      Vu ainsi, je vous concède cette vision. Et le menu choisi est froid, la vengeance est un plat qui se mange dit on.

  12. richard311253 dit :

    Lechat et Politicon 8h46 et 8h47.

    Si je vous suit pour l’essentiel de vos propos, n’est il pas dangereux d’affirmer que ceux ci vont se réaliser?

    Il y a une donnée qui m’importe beaucoup, c’est la pensé populaire qui ne se calcule pas en chiffremais plutôt en tendance

    Nous ne voyons que la partie tonitruante, à l’image de leur chef, qui frise le 20 millions d’adhérents

    Permettez moi ce poverbe Sioux

    « tuvaspaschierloins avec20millions surunepopulationde335millions »

    Je ne peux que m’incliner devant votre analyse politique du moment mais qui peut prévoir ce qui va se passer?

    1. richard311253

      ça demeure de la projection, mais la tendance va dans ce sens…

      les républicains depuis maintenant 5 ans, agissent en cons de façon permanente et en s’affichant comme tel….

      ils voient Biden et les démocrates coincés dans le coin, sur les rails et ils entendent le train arriver…
      ils vont tout faire,quitte à paralyser le pays, pour que Biden soit « Coupable » de tout ce qui est arrivé aux USA depuis ….. Clinton!!

      Ils vont réécrire l’Histoire… et en le verra d’ici 2024, tenter une destitution sous un prétexte risible…..

      les républicains n’ont plus aucune barrière de moralité…. pendant que ça meurt à coup de milliers chaque jour du virus….
      Aucune empathie, ni sympathie….

      les hyènes sentent le sang et le train approche, il siffle….

      1. richard311253 dit :

        Lechat 9h35 vous écrivez,

        « ça demeure de la projection »

        Mon commentaire ne va que dans ce sens.

        Si l’idée de Mona a 8h03 et Ziggy9361 à 9h56 commence à circuler sur un blogue québécois, tout porte à croire que de nombreux américains véhiculent la même idée.

        Alors qui sait ce qui peut se passer?

    2. Mona dit :

      @richard311253 je réponds à votre note suivante.
      Et je m’interroge si réellement les électeurs démocrates, surtout des grandes villes, sont conscients de leur faiblesse sur le terrain médiatique.
      Je n’ai pas assez de famille et de relations aux USA. Et tous ceux que je connais sont en faveur du parti démocrate.
      Et c’est là qu’il y a un gap : en faveur, dégoûtés des agissements mafieux et illégaux des républicains, apeurés… mais sont ils prêts à souhaiter une représentation démocrate à l’offensive ? Bin…je ne crois pas.
      Quand je parle avec eux ils sont d’accord mais considèrent qu’ils n’ont pas à faire le travail, que Biden est le modéré qu’il faut, que finalement l’état de droit rentrera dans l’ordre naturellement.
      Jamais ils ne situent le problème face à l’abus de présence médiatique qui entretient et crée les voix des républicains et risque de les faire gagner demain.
      Cette conscience là, chez mes interlocuteurs ( échantillon très réduit : juges, prof de fac, soprano 😉), je ne la trouve pas.
      Plusieurs sont carrément déprimés.

      1. richard311253 dit :

        Mona 12h10,

        Votre questionnement m’interpelle aussi.

        Pour ma part, je crois au leadership et surtout à la pénétration de ce leadership dans une population.

        Cette pénétration du leadership ne se comptabilise pas et est très volatile.

        Au fil des ans de politique, les politiciens du monde, conscient de la difficulté à contrôler la population (au lieu de simplement gérer la destinée du groupe) ont tout fait, à des degrés divers pour passer outre à ce droit fondamental, l’inconscient collectif.

        C’est sur cet inconscient collectif que Biden doit compter.

        Pour se faire, il va devoir jouer gros et se faisant, il se donne la chance d’éveiller une grande partie de la population.

        Engendrer des passions, des mouvements de masse c’est ça être leader. Maintenant il faut que celui ci ne se fasse pas trop d’idée sur la direction que va prendre son leadership.

        C’est une barrière efficace et puissante cette défense contre la mégalomanie de certains dirigeants.

        C’est philosophique je sais.

      2. Mona dit :

        @richard311253 👌 c’est très intéressant.
        Je rebondis 😊

        Dans votre notion de leadership je vois les valeurs de représentation et de légitimité, et dans le contrôle du groupe une première distance s’établir entre le pouvoir de la fonction et le pouvoir délégué de la représentation (élective ou autre).
        Donc une distance avec l’inconscient collectif que l’on peut appeler culture commune, imaginaire.
        Et c’est là où se traduisent les problèmes de représentation médiatique capables de galvaniser cet imaginaire à des fins constructives autant pour les individus que le groupe.
        Biden est face à une machine forte et organisée de gestion, manipulation, récupération de plusieurs imaginaires fondateurs (KKK, pro armes, anti impots, nazi, ) qu’il met au service d’un électorat, dont il terrorise les frustrations diverses, pour mieux les agréger aux activistes.
        Et les démocrates réagissent en légalistes sans faire reference ( ou très peu) et sans y mettre les moyens nécessaires vue la puissance de l’adversaire, à cet inconscient collectif qui pourrait (le même) aller en partie dans un autre sens.

      3. richard311253 dit :

        Mona 13h15,

        Vous avez raison, spécialement sur l’énormité de la bête ennemie.

        Voilà qui bouleverse les paradigmes établis, la façon de faire de la politique à l’ancienne ne tient plus.

        Le leader doit s’adapter.

        Au risque de paraître insistant sur le leadership, avez-vous déjà noté le mimétisme qu’un groupe à de son leader?

        Si vous êtes d’accord avec cela, je dirais que Biden change la forme de son leadership. Depuis un an, il comptait sur la participation et la bonne volonté de tous.

        Le constat est brutal, depuis jeudi dernier, il a amorcé le changement.

        Anyway, Biden demeure, pour le moment, le meilleur allié de la democratie.

        Est-ce l’homme de la situation, l’avenir nous le dira!

      4. Mona dit :

        @richard311253 👌
        Vous avez raison de creuser la notion de leadership. Le pouvoir n’est pas qu’institutionnel et la dimension psychologique et médiatique est tout aussi importante ( comme dans la gestion des valeurs mobilières à la Bourse ! )
        Et je crois voir aussi chez Biden une évolution/ adaptation de comportement. Sans être convaincue que le parti ait la capacité ou l’envie de s’investir dans un travail de terrain, dans chaque état, pour travailler cet inconscient collectif que vous évoquiez et réunir des étudiants, professeurs, salariés etc. pour faire pression via les associations. J’espère me tromper 😉

  13. Ziggy9361 dit :

    Oui malheureusement encore un discours qui ne convaincra personne d’autres que les convaincus,
    pourquoi? parce-que personne n’écoute. Je suis plutôt d’avis comme Mona pour changer le paradigme
    ça prend un coup d’éclat qui implique un sénateur,une mise en accusation ou seulement une exécution de subpoena exercé manu militari sur un responsable significatif, Meadows,Gaetz ou direction prison pour
    ceux qui n’obéissent pas à leur assignation à comparaître.

    Si les démocrates ont une stratégie c’est maintenant qu’il faut l’appliquer pas à minuit moins une,
    parce qu’il risque que ça foire encore une fois.

  14. citoyen dit :

    du stuff de gueux qui attend après le dépôt direct pour agir.

  15. onbo dit :

    Si on tourne l’échiquier pour voir le jeu depuis la position des républicains:

    Le fait que Biden ait bougé avec une assurance certaine sa pièce vers un vote au Sénat pour ses deux lois sur les élections et contre le filibuster à ce moment précis.

    L’autre fait que le sénateur Manchin ait mentionné « la nécessité » d’obtenir des votes favorables de républicains (soit disant pour que ça paraisse bipartisan).

    Cela m’invite à penser que Manchin va voter avec les démocrates du Sénat, parce que plusieurs sénateurs républicains, qui entre autres sont en élection en novembre qui vient, ne voudraient pas paraître ouvertement contre un processus électoral reconnu comme juste et légal, décent et moral, dans les pays dits avancés. Donc, voter oui, pour un républicain dont les sondages le place à égalité ou presque, est un bon jeu de riposte. Il suffit de deux républicains pour noyer Manchin sous une montagne de charbon qui dit Non non non non non, comme la poupée de la chanson.

    Par ailleurs, plusieurs le signalent régulièrement depuis que Manchin est ici la vedette-matin, les Républicains ont de quoi se réjouir de l’abolition du filibuster dans la mesure où ils espèrent en novembre reconquérir une majorité simple au Sénat… faisant d’eux de nouveau les Décideurs absolus, à majorité simple, de la politique américaine, quelle que soit la majorité à la Chambre et quel que soit le Président en place.

    Qu’en sera-t-il en novembre de a bataille du Sénat? Biden offre déjà sa réponse: Il présente ses 2 projets de lois en Géorgie, là où un de ses deux sénateurs (Warnock) est de nouveau en réélection et là où sa championne de 2020 a à la fois fait pencher la balance pour les deux démocrates et assuré l’élection du Président Biden.

  16. Gilles Morissette dit :

    Les plaques tectoniques de la politique américaine commencent à bouger.

    Pour le président Biden, ça passe ou ça casse.

    Il doit passer de la parole aux actes et montrer aux Américains qu’il est vraiment un rassemblerur et non un diviseur comme son prédécesseur.

    Ce ne sera pas facile car il a devant lui, un parti qui est devenu un repaire d’extrémistes, de fanatiques, d’enragés qui n’ont qu’un seul but;

    Emmerder le plus possible l’administration actuelle, faire dérailler ses projets de loi, trafiquer à leur avantage le processus électoral, prendre le pouvoir à tout prix en bafouant la démocratie et ses institutions.

    Ces enfoirés de chacals vont recourir à tous les moyens possible pour arriver à leurs fins quitte à continuer à propager leurs mensonges et à répandre la haine, l’intolérance, le fanatisme.

    Ils n’en n’ont rien à cirer que le pays traverse actuellement une crise sanitaire grave et que des milliers de personnnes meurent ou sont infectés à chaque jour.

    Ils sont trop préoccupés à saboter les mesures sanitaires mises en place par l’administration Biden et à se comporter en parfaits égoïstes qu’ils sont.

    Le président Biden a tout un défi devant lui à commencer par gérer le dossier « Manchin ».

    On ne peut que lui souhaiter bonne chance car il en aura bien besoin.

  17. citoyen dit :

    on est entrain de subir la loi du temps et la loi des médias.

  18. sousmarin dit :

    Le lendemain de Pearl Harbor, le président Roosevelt a déclaré la guerre, il ne s’est pas mis à faire un discours moralisateur au régime militaire japonais en lui disant qu’ils étaient de « vilains garçons » !

    L’attaque du 6 janvier a pourtant aussi eu lieu sur le territoire étasunien, non sur une île éloignée mais au cœur de cette soi-disant démocratie.
    Et la réponse a été de créer une commission pour « enquêter » ; pathétique farce !

  19. citoyen dit :

    la pire chose est de parler de politique, car quand les gens en parlent cela est toujours en mal.

  20. anizev dit :

    Quand tu es minoritaire, tu prends ton trou et tu ne peux pas espérer gouverner. Si les démocrates deviennent minoritaires, ben ils devront accepter que les républicains adoptent les projets qu’ils veulent. À l’inverse, si les républicains sont minoritaires ben ils faut qu’ils acceptent que les démocrates adoptent les lois qu’ils veulent. C’est le problème de n’avoir que deux parties politiques aux États-Unis et d’avoir un parti qui manigance ouvertement pour ne pas avoir des élections justes.

  21. jeanfrancoiscouture dit :

    À tous ceux et celles qui se demandent comment il se peut qu’un individu comme Donald Trump puisse avoir autant d’influence sur autant d’adeptes, cet article répond à vos questions. Il s’agit d’une étude sur le «Celebrity Worship» ou l’admiration inconditionnelle des «célébrités». Le résumé que voici est déjà un bon indicateur:

    «These findings suggest that there is a direct association between celebrity worship and poorer performance on the cognitive tests that cannot be accounted for by demographic and socioeconomic factors.»

    En effet, il semble que plus on est influencé par une personnalité, plus notre jugement est altéré et moins on prend des décisions de manière logique et factuelle. Cela expliquerait pourquoi des gens en arrivent à nier l’évidence parce qu’ils se fondent plus sur les «enseignements» de leur gourou plutôt que sur les faits. Cela explique probablement le goût de Donald Trump pour les «Poorly Educated».

    https://europepmc.org/article/MED/34749830

    1. Mona dit :

      @jeanfrancoiscouture 👌 merci, excellent !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :