Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Chaque événement marquant de l’histoire américaine permet à des journalistes de s’élever au-dessus des autres. La guerre du Vietnam, par exemple, a lancé ou transformé la carrière de plusieurs grands noms du journalisme américain, dont Neil Sheehan, David Halberstam et Morley Shafer, un Canadien d’origine. Plus près de nous, les manifestations du mouvement Black Lives Matter et la présidence de Donald Trump auront notamment révélé Yamiche Alcindor, correspondante à la Maison-Blanche de l’émission PBS NewsHour et collaboratrice des chaînes NBC et MSNBC, qui entre ce jeudi dans le petit panthéon de personnalités afro-américaines que je vous présente pour accompagner l’avant-dernière campagne de financement de ce blogue en 2020.

Dans le cas de Yamiche Alcindor, l’étiquette «afro-américaine» est inexacte. Cette toute jeune femme – elle vient à peine de franchir la trentaine – est née à Miami au sein d’une famille d’immigrants haïtiens. Son succès journalistique a incité plusieurs maisons d’édition américaines à participer récemment à une vente aux enchères pour acquérir les droits de ses mémoires, intitulés Don’t Forget. Ballantine, gagnant des enchères, a annoncé le 8 juin que le livre raconterait «comment la voie précise empruntée par Alcindor – en tant qu’enfant d’immigrants haïtiens et journaliste prodige couvrant le mouvement Black Lives Matter et les atteintes aux droits civils – influence son point de vue alors qu’elle couvre l’une des administrations les plus chaotiques de l’époque contemporaine».

Je publie ci-dessous deux clips qui illustrent un aspect du travail de Yamiche Alcindor, qui a commencé sa carrière dans la presse écrite – d’abord au USA Today, puis au New York Times. On ne peut qu’admirer comment elle parvient à conserver son sang froid en posant des questions pointues à Donald Trump et en essuyant ses attaques personnelles.

Dans le premier clip, le président des États-Unis l’accuse de lui avoir posé une question «raciste» :

Dans le deuxième clip, le président lui reproche de poser des questions «menaçantes», alors qu’elle ne fait que répéter ses propres paroles :

Ce tweet résume son approche :

Si vous avez un compte Twitter et que vous ne suivez pas Yamiche Alcindor, faites-vous une faveur : abonnez-vous! Et si vous appréciez ce blogue, je vous encourage à y contribuer, si ce n’est déjà fait, au cours de l’avant-dernière journée de cette campagne de financement. Et merci d’avance!

Le blogue de Richard Hétu
Other Amount:

(Photo PBS)

26 réflexions sur “Contribuez à ce blogue, jour 4

  1. SEBB dit :

    C’est pourtant simple… si une question ne commence pas par « Oh great leader …… » ou tout autre synonyme, la question est menaçante, négative et agressive pour ce pleutre.

  2. gl000001 dit :

    Il aurait du faire du patinage de fantaisie. Tu pars du milieu de la glace, tu fais quelques kilomètres de « sparages » et tu termines au milieu de la glace. Tu souris tout le long. Les gens applaudissent. C’est un spectacle.
    La présidence n’est pas un spectacle !

    1. Haïku dit :

      Très bon parallèle ! 👌

  3. Toile dit :

    Un releve déjà prometteuse sinon efficace. Elle garde son calme et une forme respectueuse envers la fonction. Chapeau bas. Moi je serai devant lui de la même famille que le robot désorganisé dans « Perdu dans l’espace », du moins après coup. Professionnellement j’ai eu à composer de multiples fois avec ce genre affirmé de DSM V, vidant mais oh combien un immense défi au niveau de l’entrevue. A niveau d’un plan de traitement, particulièrement désertique.

    1. DSM V ???

      1. Haïku dit :

        Sigle de Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders,
        (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux).

    2. Sueurs dit :

      Je vois qu’elle garde son cool et continue dans son énoncé alors que le président perd les pédales et tente de l’intimIder, il essaie de la diminuer alors qu’elle reprend sa question, alors ne sachant pas quoi répondre il patine de tout bord et essaie par tous les moyens à passer à un autre journaliste.

  4. Robert dit :

    Petite contribution M Hétu. Merci pour votre contribution à notre compréhension de notre gigantesque voisin.

  5. À mon avis, chaque accusation ou reproche de 45 à l’endroit d’un journaliste signifie qu’il fait du bon boulot.

    1. ProMap dit :

      On ne saurait mieux dire.👏👏👏

  6. gl000001 dit :

    Il veut se montrer fort en rabrouant la madame mais aussitôt qu’il dit le mot « threatening » il avoue sa faiblesse. Il se sent menacé par des mots ? Quel poltron !!

    1. Pas pour rien que le Président aime Tweeter. Il commente et pas besoin de répondre aux questions et il bloque ceux et celles qu’il ne veut pas voir. Le meilleur des deux mondes.

      1. gl000001 dit :

        Du cyber-bullying 😉

  7. Bidulen dit :

    Cette femme n’est pas une grande journaliste…lol! Elle n’est pas intéressée par les vantardises de Trump et ce dernier n’est pas intéressé à faire des efforts Intellectuels pour comprendre ses questions. On ne va pas loin. Le leader maximo est victime encore une fois. Vivement un troisième mandat avant le deuxième pour cette tête de porc! Une chance qu’on a l’absurdité comme compagnie en ces temps absurdes!

  8. Danielle Vallée dit :

    Monsieur Hétu, j’aime bien quand vous nous donnez un petit compte-rendu de votre campagne de financement.
    Juste: moche, passable, bien ou très bien.
    Il y a toujours de la place pour une dernière poussée.

  9. Madalton dit :

    Il devrait appliquer son mantra: Be Nice. Don’t be threatening.

    En passant, la SCOTUS ordonne à Trump de cesser la fin de la déportation des Dreamers, le programme adopté sous Obama. Une autre défaite. Il doit être tanné de perdre.

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-06-18/etats-unis-la-cour-supreme-valide-le-statut-de-700-000-jeunes-migrants

    1. Danielle Vallée dit :

      Il reste qu’il y avait quatre juges abominables dans cette Cour Suprême qui étaient prêts à ruiner la vie de ces 700 000 dreamers et celle de leurs familles. Ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée d’ajouter 4 autres juges à la Cour Suprême. C’est une idée qui ne m’attirait pas avant et que je trouve de plus en plus sensée.

    2. ProMap dit :

      Le juge Roberts vient encore de lui foutre une baffe.

  10. treblig dit :

    Fox and friends est en état de  » dammage control » ce matin. Une grande nervosité règne sur le plateau et, même, un début de panique.
    Les écrits de Bolton font leurs effets.

    Et l’argument suprême : le livre de Bolton favorise Biden pour la prochaine élection. Ben oui chose, demandez plutôt à Trump de ne pas avoir comme un idiot.

    1. ProMap dit :

      Il y a eu un commentaire sur son twitter qui résume tout. Traduction rapide : si tous les idiots de tous les villages se déplaçaient avec trump dans le même village, trump serait l’idiot de ce village.

  11. jeanfrancoiscouture dit :

    Il est toujours extrêmement difficile voire impossible de sortir gagnant d’une passe d’armes avec celui ou celle qui tient le micro. Il peut vous couper la parole, répliquer n’importe quoi, vous interdire la réplique, vous injurier, bref, être tout simplement Donald Trump.

    La seule arme qui vous reste, c’est ce qu’on appelle avoir de la classe ou, en anglais, «POISE: easy self-possessed assurance of manner : gracious tact on coping or handling».
    J’ai déjà lu quelque part que «poise is just having to raise an eyebrow instead of the roof.» Une faculté que Donald Trump n’a jamais possédé. Cet homme est toujours d’humeur égale:toujours de mauvaise humeur ou à une fraction de seconde de l’être.

    1. Haïku dit :

      Vous dites «poise is just having to raise an eyebrow instead of the roof.».
      Superbe expression !! 👌👌

  12. spritzer dit :

    Je m’attendais à voir une autre personnalité historique. Le choix d’une jeune journaliste talentueuse qui prend place dans votre panthéon est une belle surprise. D’où viendra le dernier choix demain: journalisme, politique, les arts, le sports…

  13. onbo dit :

    Ravi de voir confirmée la valeur des prestations de Yamiche Alcindor.

    Je l’ai découverte par ses résumés sur le vif lors des deux audiences sur l’impeachment de Donald Trump.
    Sa capacité de résumer avec ordre et véracité les présentations des opposants m’a fait découvrir un regard perçant et un calme imperturbable. Du grand journalisme!

    J’ai eu l’occasion déjà de voir la « scène » où Donald Trump traite Alcindor de « raciste » dans ses questions. Mais le même Donald a bel et bien dit « Be nice »; il n’a pas dit « ask nice questions ». Trump vise toujours la personne, son caractère, son handicap, son sexe, sa couleur ou tout autre cible facile.

    Je crois que Trump a tout de la personne violente, qui s’emporte sans retenue et dont les mots peuvent, en privé, être extrêmement blessants. Je comprends tout à fait les femmes qui ont été affectées par ses sorties de rage de ne pas prêter flanc à ses remarques, encore moins de s’exposer à ses poursuites pour manquement à des ententes de non divulgation (NDA) qui gâcheraient leur existence.

    C’est en pensant à Alcindor et à d’autres journalistes féminins qui ne s’en laissent pas imposer par la flatterie, la ruse et les sautes d’humeurs des pseudos grands de ce monde » que l’expression « covfefe » employée par Trump m’a sauté aux yeux comme une ruse lâche, codée et sournoise pour humilier les femmes de son entourage en les désignant par l’insulte de coffe girl, de « coffee female », de « COVFEFE.

    Donald vient justement de qualifier Mary Trump, Psychologue, Phd. et sa propre nièce de Coffee Girl! Jusqu’où ira-il pour interdire ou bloquer son livre, sinon chercher à saper ses droits?!

  14. Guy LB dit :

    La galerie de personnalités afro-américaines que vous nous présentez depuis le début de la campagne courante de financement est vraiment intéressante. Elle gagnerait à être mieux connue, et par davantage de gens que les seuls lecteurs de ce blogue.
    J’espère, M. Hétu, qu’il est dans vos plans de les publier, soit en bloc, soit séparément, dans La Presse et, pourquoi pas, dans Le Devoir et le JdM.
    Les temps courants ont éveillé bien des consciences et rendu les gens sensibles à ce genre de connaissance/reconnaissance, me semble-t-il. Profitez des vents favorables, M.Hétu, et faites-en profiter le plus grand nombre possible.

  15. Martin Cote dit :

    Tres Bonne journaliste…je la suis déjà sur twitter……..à recommander….

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :