Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Le New York Post consacre sa une du jour au mea culpa d’un officier du NYPD adressé à ses collègues. Le lieutenant Robert Cattini s’est excusé d’avoir mis un genou au sol à la demande de manifestants contre la brutalité policière le 3 juin dernier à Manhattan.

«Les conditions qui ont précédé ma décision de mettre un genou au sol étaient très difficiles, alors que nous étions au centre d’une foule qui criait. Je sais que j’ai pris la mauvaise décision. Nous ne savions pas comment les manifestants auraient réagi si nous n’avions pas [mis un genou au sol]. Nous tentions de réduire toute violence additionnelle», a écrit le lieutenant Cattini dans un courriel.

44 réflexions sur “La Une du jour

  1. Louis dit :

    Il a pris la bonne décision pour éviter la violence. C’est ça sa job. Il n’a pas à s’excuser.

    1. Achalante dit :

      Comprenez que dans sa tête, son devoir premier est pour ses collègues, pas pour la population.

      1. Dekessey dit :

        Touché

      2. Benton Fraser dit :

        C’est un peu beaucoup le problème de la police:
        « Protèger et servir…. ses collègues d’abord, le citoyen ensuite! »

  2. marylap dit :

    Bonjour l’hypocrisie.

    1. Sueurs dit :

      On ne revient sur sa parole une fois les gestes posés…

  3. jcvirgil dit :

    On le comprend ,c’est pas facile de gérer la pression devant une foule en colère. Même si mettre le genou par terre pour calmer le jeu était probablement la chose à faire en démontrant que tous les policiers ne cautionnaient pas le meurtre de Minneapolis.

    Après coup la solidarité entre policiers prend le dessus. Si les *forces de l’ordre* restent à genou c’est tout le pouvoir de répression de l’appareil politique qui tombera.

    Trump qui hurle la *loi et l,ordre * sur toutes les tribunes et fait appel à l’Armée l’a très bien compris et il n’est pas le seul. Tous ceux qui se tiennent derrière sont gouvernement le savent très bien aussi..

  4. Eddy Desrochers dit :

    Il a probablement reçu des « commentaires » de ses collègues…

    1. Sueurs dit :

      Mais c’est un lieutenant de police… à mon avis il a subit des pressions qui viennent de beaucoup plus haut, Trump aime la manière forte, quitte à utiliser des gaz lacrymogènes. Sa base ne subirait jamais un traitement de cette nature. (They are good people on both side).

  5. Martin coté dit :

    pourqioi s’excuser….il a pris la bonne décision…..a moins qu’il y ait des racistes au NYPD qui ne l’ont pas pris du tout….et je suis convaincu que c’est la raison de son mea culpa…

  6. Apocalypse dit :

    Robert Cattini, si jamais quelqu’un vous demande si vous êtes stupide, je vais vous donner la réponse, car vous êtes probablement trop stupide pour la trouver: OUI!

    L’Hypocrisie avec un grand H. Mettre le genou au sol était la bonne chose pour montrer du soutien et de la solidarité suivant la mort (atroce) de M. Floyd.

    Maintenant, c’était une erreur; laissez-vous deviner? La pression du syndicat, des autres policiers.

    Il ne faut pas oublier, dans la police, ce n’est pas ‘protect and serve’, c’est NOUS contre le bon peuple.

    Il y a souvent de méchantes blagues sur l’intelligence des policiers, disons qu’ils ne s’aident pas vraiment.

  7. Layla dit :

    Je viens de lire et relire l’article et je ne sais toujours pas pourquoi c’était une mauvaise décision comme policier de mettre un genou par terre.
    Par solidarité de ses collègues? En quoi il a terni l’image de son corps de police si tel est la raison?

    Pourtant il ne se gêne pas pour mettre dans le même panier les cops de Minneapolis

    « We all know that a- -hole in Minneapolis was wrong,” Cattani wrote. »

    En mettant son genou par terre il ne dit pas je m’excuse nous les policiers sommes tous des méchants, il dit ce qui est arrivé à Minneapolis c’est déplorable, cela n’aurait jamais dû arriver, je comprends votre révolte, les choses doivent changer.

    C’est un connard point barre,

    Les corps de Police en question ont-ils été visé par le pseudo président d’avoir agi avec mollesse alors qu’ils auraient dû dominé, honnêtement je ne comprends pas.

  8. Pierre s. dit :

    ——————–

    pas facile gérer le chaos engendré et nourri même pas le POTUS au quotidien.

  9. Apocalypse dit :

    @Martin coté – 09:28

    ‘pourqioi s’excuser….’

    Exactement! Il n’avait pas s’excuser.

  10. Gina dit :

    On le savait pour beaucoup le geste n’était pas sincère .

  11. Danielle Vallée dit :

    Il n’avait plus droit aux beignes dans la salle de repos…..

    1. Haïku dit :

      😉😉😉

  12. Lecume dit :

    Un général qui s’excuse d’avoir commis le mauvais geste et un policier qui s’excuse car il avait commis le bon geste. Mais ils sont fous ces américains comme dirait Obelix….

  13. jeanfrancoiscouture dit :

    Il a évalué le risque et a conclu que passer le reste de sa vie professionnelle à se faire «écœurer»par ses collègues est plus plausible que de se retrouver encore une fois au milieu d’une foule hostile. Conclusion: Il est plus prudent de s’excuser auprès des «camarades» que de persister à prendre le parti des manifestants. Ceux et celles qui hésitent à lever la main lors d’assemblées de «leur» syndicat savent exactement à quoi je fais ici allusion.
    Maintenant allez donc savoir laquelle de ses deux «déclarations» est la bonne et représente bien sa pensée. Moi je dirais aucune, mais c’est juste une opinion à distance.

    1. Toile dit :

      « Il est plus prudent de s’excuser auprès des «camarades» que de persister à prendre le parti des manifestants. Ceux et celles qui hésitent à lever la main lors d’assemblées de «leur» syndicat savent exactement à quoi je fais ici allusion ».

      Bien dans mon livre ça revient à pas besoin de s’excuser si tu penses avoir pris la décision qui s,imposait dans cette situation ou bedon tu renies tes valeurs parce que tu as pas de couilles. Et tous ces policiers qui ont mis le genou à terre pensent comme toi ? Je préfère un membre qui tente de s’expliquer si maladroit puisse être son propos en assemblée qu’un autre qui formente en arriere parce qu’il a pas le guts de le faire.

    2. jeanfrancoiscouture dit :

      @Toile: «Je préfère un membre qui tente de s’expliquer si maladroit puisse être son propos en assemblée….»

      Moi aussi, je préfère le courage à la lâcheté mais dans la vie, il n’y a pas que des «assemblées». Il y a aussi la vie de tous les jours et ça prend une peau sacrément épaisse pour endurer les vexations quotidiennes, voire les dangers auxquels on s’expose quand on lâche la «meute» et qu’on devient une sorte de paria. Je pense que dans le cas qui nous occupe ici, une référence à Serpico (le film) serait pertinente.

      1. Haïku dit :

        « Serpico »
        Pertinent rappel !! 👌

  14. Layla dit :

    Je viens de lire

    « Lors d’une table ronde à Dallas, le président a qualifié les tactiques de police agressives de «belle scène» et a déclaré que c’était comme regarder un «couteau couper le beurre».

    OK 👌 dois-je comprendre que ce lieutenant est finalement malheureux de n’avoir pas été à la hauteur des attentes de son président, de ne pas représenter des valeurs de son président.

    1. Toile dit :

      Ce fou, Sadique en sus des autres « qualités » ?

      1. Layla dit :

        @toile
        Sadique c’est exactement ce que je ressens, comme avec son expression des « chiens vicieux » envers les manifestants.

        On le sait il aime beurrer épais, mais aller dire que voir les policiers de Minneapolis maîtriser la foule c’était une belle scène à voir, comme d’un « couteau dans du beurre » c’est à 🤮c’est vraiment malade. Layla

      2. Imaginez le plaisir et le sentiment de puissance qu’il a dû ressentir en voyant cette scène se dérouler juste pour que LUI puisse traverser la rue…

  15. Emalion dit :

    Une déclaration pleine de bullshit. Je trouve tout de même bizarre de voir la police mettre un genou a terre, ça donne un signe pour moi négatif. Ne vous trompez pas je suis contre la violence policière mais voir des gens qui doivent nous protéger mettre un genou a terre, ça donne des signes de faiblesse pour des gens qui sont là pour « protéger et servir ». J’aimerai mieux une réforme de la police américaine que des gestes de marketing qui sonne faux.

  16. NStrider dit :

    Pour illustrer même chez nous l’érosion de la notion de la police : Au début des années 90 il y avait une série télévisée, genre télé-réalité, (basée sur la série « Cops » qui vient d’être retiré de la grille horaires), sur le travail de policiers dans des grandes villes de l’ouest du Canada. Le titre « to serve and protect ». Netflix a rebaptisé la série « Under Arrest ». Cela en dit long sur la perception populaire (, ancrée dans l’imaginaire collectif, du rôle des corps policiers.

    1. NStrider dit :

      Et l’influence de la culture « américaine » sur notre imaginaire collectif « canadien »

  17. lechatderuelle dit :

    Voilà une démonstration de l’immense fossé face auquel les USA sont arrivés…..

    les manifestations nous démontrent simplement que personne n’a rien compris …

    Il y aura un 13 % de la population américaine qui sera amèrement déçu de la suite des choses….
    la résistance au changement sera immense aux USA….

    ainsi vont les choses…. le changement dans la continuité….

    la volonté politique n’y est pas…. la volonté civile n’y est pas…
    le statut quo fera le reste…

  18. Dit en passant dit :

    Probablement que le pauvre petit monsieur n’a plus aucun coéquipier et qu’il doit maintenant faire la circulation ou du travail administratif. La kkkulture de la police…

  19. Gilles Morissette dit :

    Le lieutenant Cattini a fait ce qu’il croyait nécessaire pour empêcher les choses de s’envenimer.

    Dommage que, pour sauver la face devant les autres policiers et ne pas déplaire à ses « Boss », il soit forcé de s’humilier publiquement.

    J’ose à peine imaginer les pressions qu’il a dû subir en provenance de ses collègues pour en venir à « s’excuser ».

    On fonctionne de la même façon dans certains gangs. « tu rentres dans le rang ou tu es OUT. » « Tu es avec nous ou contre nous ».

    Ceux qui croient que les mentalités peuvent chager au sein de la police américaine (et même canadienne) se berçent d’illusion.

    Il y aura hélas d’autres Georges Floyd

  20. titejasette dit :

    Lecume – « Un général qui s’excuse d’avoir commis le mauvais geste et un policier qui s’excuse car il avait commis le bon geste. »

    Un pays fou et très divisé (avec des politichiens qui se pavanent avec leurs bazoukas, dans l’autre billet). Incroyable ! Et le Diviseur-en-Chef qui en remet et en remet à chaque jour.

    Je suis fatiguée de lire ce blogue. Je vais prendre quelques « minutes » de vacances

  21. Roger Allard dit :

    Belle illustration du « nous » contre « eux ». Une autre occasion de solidarité manquée. Et on se demande pourquoi la population n’aime pas sa police.

    Au moins, si le Duce n’a pas l’armée de son bord, il a plusieurs corps de police.

  22. lechatderuelle dit :

    Au début de cette pandémie, plusieurs se questionnaient et espéraient qu’il y aurait un « avant » et un « après » ….

    ils ont leur réponse….

    il n’y aura ni avant ni après…. juste une suite des choses…..

  23. jeanlouischarette dit :

    C’est impossible de prendre une mauvaise décision.

    À moins d’être mentalement déséquilibré et de présenter des signes d’irrationalité, une décision qu’on prend est toujours la bonne décision, basée sur les faits dont on dispose au moment de prendre cette décision.

    Il est possible qu’on ait pas tous les faits au moment de prendre ladite décision et qu’on semble prendre une mauvaise décision, considérant tous les faits.

    Il est possible que des faits additionnels s’ajoutent avec le temps et qu’une nouvelle décision, basée sur ces nouveaux faits, soit différente de la première.

    Mais à chaque instant, on ne prend JAMAIS une mauvaise décision.

  24. Math dit :

    ca commence à causer u problème ces agenouillages.
    Qu’un policier se mette à genou volontairement pour dire qu’il respecte les idées des manifestants et il est avec eux : super
    Qu’un policier se mette à genou à cause de la pression des manifestants qui lui forcent la main, c’est non.

    S’agenouiller pour une cause ou pour une foule, ce n’est pas la même chose. Spécialement pour un policier.

    1. Rick42 dit :

      Quant à moi, la génuflexion a toujours signifié »soumission », à un dieu, un roi, un chef… alors, je trouve bizarre qu’ un représentant de l’autorité pose ce geste devant une foule qu’il doit contrôler. Depuis la nuit des temps, poser un genou par terre a toujours signifié soumission, respect, dévotion à un maître, tant spirituel que temporel. Pour contester l’autorité, il me semble plus approprié de lever le poing comme l’ ont si bien fait jadis les athlètes Noirs aux Olympiques. Un geste de défi non équivoque pour dénoncer les injustices dont ils étaient victimes. Si aux USA, grâce aux sportifs professionnels, la génuflexion a évolué très récemment en geste d’appui à une cause, tel n’est pas le cas ailleurs dans le monde. Mais l’ influence culturelle des USA est telle que cette nouvelle signification se répandra comme traînée de poudre dans le monde entier.

      1. Math dit :

        @Rick42,
        Je crois qu’ils ont tout d’abord commencer le genuflexion comme lien avec le deuil causé par la brutalité policière. Donc garder cette symbolique m’apparaît approprié.

        Mais comme mentionné, quand il s’agit d’un policier qui s’agenouille face à la foule – plutot que pour accompagner la foule – on vient de pénétrer dans le symbole de la soumission.

  25. Cubbies dit :

    Le bon sens justifiait que le policier s’agenouille. Les collègues mécontents qui grenouillent dans son dos ne le justifiait pas. Ajoutons la culture américaine axée sur les fusils et la violence? Un président qui est déconnecté de la réalité et qui carbure sur un power trip? Pas de volonté politique de calmer le jeu? Ça donne cette position qui ne satisfait personne en bout de ligne.

    La route vers une plus grande humanité sera longue et périlleuse.

    Vote!

  26. treblig dit :

    HS ( mais complémentaire )

    Le fédéral va mettre fin au moratoire sur les évictions de loyer au 31 juillet. Combiné à une pandémie qui s’étire sur au moins 3 mois sans salaires, l’été va être chaud dans les villes américaine surtout dans les ghettos noirs.

    Un esprit chagrin y verrait un complot pour amener les noirs à se rebeller. Ce qui légitimerait le recours à la force du président qui prône la loi et l’ordre

  27. Danielle Vallée dit :

    Police officers in Chicago could get thrown out of the union for kneeling with protestors

  28. POLITICON dit :

    LE GÉNIE DE LA LAMPE

    Voilà un aveu vide de sens provenant d’un représentant de la paix et de la justice. Le seul content devant cette histoire c’est Donald. Le génie stable de la Maison Blanche n’utilise une génuflexion que devant Dieu et encore il préfère exhiber la Bible dans une main pendant qu’il a commandé à l’armée de matter les rues lors d’une manifestation. Pour exprimer les conditions et le traitement raciste du système de justice s’exécutant à exécuter presqu’en direct le meurtre de Floyd, porte flambeau malgré lui de la population noire aux USA.

    Le génie de la lampe révèle l’enracinement du racisme systémique dans toute sa splendeur. Le policier s’est senti forcé de mettre un genou devant la menace des manifestants. Et les manifestants c’est un panier d’osier que Donald remplira de conspirateurs, d’ennemis à la nation, de journalistes d’extrême gauche propageant les fake news etc. Le policier son métier c’est de faire régner la paix et l’ordre. pas de minimiser, de renier et occulter le problème dans lequel la population noire est plongée depuis 2 siècles. C’est un citoyen aussi et son jugement comme celui de millions de représentants de justice est remise en cause devant les trop nombreuses bavures ciblant une couleur en particulier.

    Donald, le génie stable de la lampe magique possède l’allumette pour enflammer le brasier, plus rien à perdre. Malheureusement comme la lampe a besoin d’être flattée plusieurs fois d’affiler, dans le cas de Donald la génuflexion doit se faire devant lui. Le commandant en chef peut utiliser l’armée nationale, qu’on lui fasse signe et il n’hésitera pas à tirer. Comme en pleine rue de New-York lorsqu’il disait: ‘Je pourrais tirer quelqu’un en pleine rue et je m’en sortirais’. Était-ce de George Floyd dont il parlait?

    1. Haïku dit :

      POLITICON
      Superbe texte ! Chapeau. 👌

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :