Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Lu dans le numéro courant de l’hebdomadaire The New Yorker : «Le jour où les écoles de Seattle ont fermé, [Bill] de Blasio a déclaré lors d’une conférence de presse que ‟si vous n’êtes pas malades, si vous n’êtes pas dans la catégorie vulnérable, vous devriez poursuivre votre vie”. [Andrew] Cuomo, pendant ce temps, déclarait aux journalistes que ‟nous devrions nous calmer”. Il disait que la plupart des gens infectés s’en remettraient sans grands problèmes, ajoutant : ‟Nous ne pensons même pas que la situation sera aussi mauvaise que dans les autres pays”.»

J’ai déjà signé un article sur les ratés du maire de New York depuis le début de la pandémie de coronavirus. Mais, comme plusieurs autres journalistes, j’ai brossé un portrait admiratif du leadership manifesté par le gouverneur de New York, dont l’État est devenu l’épicentre de la crise sanitaire. Était-ce pleinement justifié?

Les électeurs new-yorkais semblent le croire. Selon un sondage réalisé par le Siena College et publié lundi, 77% d’entre eux approuvent le travail de leur gouverneur. Même les républicains conservateurs de l’État lui font davantage confiance qu’à Donald Trump.

Mais l’article du New Yorker dont j’ai cité un extrait laisse entendre que le gouverneur et le maire de New York auraient peut-être sauvé des milliers de vies s’ils avaient été aussi prompts que les élus de Seattle et de l’État de Washington à se plier aux recommandations des scientifiques. Sur ce plan, Bill de Blasio a possiblement erré davantage qu’Andrew Cuomo en encourageant ses concitoyens à aller au cinéma ou à aller dans les bars de leurs quartiers quelques jours ou à la veille même de l’annonce de mesures de confinement sans précédent. Mais le gouverneur a lui aussi minimisé la menace de la COVID-19.

Les médias conservateurs ne cessent de le rappeler, comme on peut le constater ici ou ici.

Même Andrew Cuomo a semblé admettre ses propres ratés lors d’une interview accordée à l’émission Axios on HBO qui sera diffusée dimanche et dont un extrait a été publié sur le site Axios ce mardi. «J’aurais souhaité que quelqu’un se lève et sonne le clairon. […] Je me sentirais beaucoup mieux si j’avais été celui qui avait sonné le clairon en décembre et en janvier. […] Je me sentirais mieux aujourd’hui si je pouvais dire : ‟J’ai sonné le clairon concernant la province de Wuhan en janvier”. Je ne peux pas dire ça.»

Au bout du compte, il y a peut-être dans la simple expression de ce regret une explication à la popularité actuelle de Cuomo.

(Photo Axios)

60 réflexions sur “L’admiration pour Cuomo est-elle pleinement justifiée?

  1. Goose dit :

    Au moins il ne se défile pas comme Trump… il accepte son tord et essaie d’en tirer une conclusion… c’est ça aussi être un leader

  2. richard311253 dit :

    Ne reconnait-on pas la valeur d’un homme a sa capacité à ne pas reproduire les mêmes erreurs ?

    1. Haïku dit :

      Fort bien dit. 👌

  3. richard311253 dit :

    Richard Hétu, vous concluez : Au bout du compte, il y a peut-être dans la simple expression de ce regret une explication à la popularité actuelle de Cuomo.

    Je vous rejoint sur ce point, ce qui devrait faire réfléchir, au retour à une vie normale, les politiciens et aussi les électeurs à propos de la langue de bois et cet indécrottable habitude de rejeter le droit à l’erreur.

  4. Absalon dit :

    Cette crise sanitaire est inédite, au moins en occident et depuis la grippe espagnole. Il est donc inévitable que sa gestion politique tâtonne.
    Une chose est de se tromper sur la base des informations disponibles, autre chose est de tromper sciemment la population sur la base des mêmes informations.

  5. Dekessey dit :

    « Au bout du compte, il y a peut-être dans la simple expression de ce regret une explication à la popularité actuelle de Cuomo. »

    C’est sans contredit une des raisons.
    J’ajouterais entres autres sa franchise, et ses réponses tranchées à Trump et Mitch la tortue.

    1. chicpourtout dit :

      @Dekessey
      Cette franchise est tout à son honneur. Il a l’intégrité de reconnaitre ses erreurs…
      Il a de plus le courage politique de  »brasser la cage » et se tenir debout dans l’adversité.
      C’est tellement une denrée rare…

  6. Et si 45 avait lu ses « intel briefings » sur le coronavirus en janvier et février et n’avait pas démontré d’impatience lorsqu’on le lui lisait et s’il avait agi, des milliers de vie auraient pu être sauvées …

    Au moins Cuomo est capable d’admettre ses torts et a bien récupéré par la suite.

    U.S. intelligence agencies issued warnings about the novel coronavirus in more than a dozen classified briefings prepared for President Trump in January and February, months during which he continued to play down the threat, according to current and former U.S. officials. The repeated warnings were conveyed in issues of the President’s Daily Brief, a sensitive report that is produced before dawn each day and designed to call the president’s attention to the most significant global developments and security threats.

    But the more likely explanation is that he never bothered to read the information in the first place. As the Post’s article added, « [T]he alarms appear to have failed to register with the president, who routinely skips reading the PDB and has at times shown little patience for even the oral summary he takes two or three times per week. »

    https://www.msnbc.com/rachel-maddow-show/trump-reportedly-ignored-intel-briefings-coronavirus-threat-n1194106

  7. Gascar dit :

    Et le proverbe dit ;faute avoué à moitié pardonné.

  8. Youno dit :

    Il faut regarder les bons coups et les mauvais et faire le bilan et celui de Cuomo est plus positif que négatif

  9. NStrider dit :

    À part Jacinda Ardern en Nouvelle-Zélande,(et encore là c’est un jugement porté à très longue distance) quelqu’un peut me nommer un autre politicien qui a fait un sans faute dans le cas de la crise de la COVID -19.
    Malgré leurs erreurs sont ceux qui sont pragmatiques, s’en remettent à la science, sont honnêtes et reconnaissent leurs erreurs de parcours , qui s’en sortent le mieux.

    1. NStrider dit :

      *ce sont ceux qui

    2. lanaudoise dit :

      Mme Ardem a procédé avant même l’apparition du premier cas. Avec l’accord unanime des autres élus. Chapeau!

      1. NStrider dit :

        Et elle a fait ça à moins de quarante ans. Beaucoup de sagesse et de vision👏🏼👏🏼👏🏼

      2. Guy Pelletier dit :

        @lanaudoise

        Elle disposait des mêmes informations que l’ensemble des dirigeants des autres pays qui n’ont pas la chance d’avoir été renseignés par les services secrets des États-Unis comme ça été le cas de la Maison Blanche et son président. C’est bien la preuve que les pays qui s’en sont les mieux sortis sont ceux ou leurs dirigeants ont rapidement pris la situation au sérieux et préparés convenablement leur pays à la lutte à la COVID-19.

  10. Eric Lacasse dit :

    Je faisais justement un parallèle similaire avec le Québec la semaine dernière où nos leaders sont vénérés comme étant les meilleurs alors que nos chiffres par capita sont quasi identiques aux États-Unis qui ont gérés ça tout croche.

    Aux USA, le gouverneur de la Floride est le pire imbécile de la planète pourtant la situation dans son état est 1000X mieux qu’à New York…mais le gouverneur Cuomo est celui qui devrait être le prochain président des États-Unis.

    Faut pas chercher de midi à quatorze heure, les médias décident qui fait du bon travail.

    1. NStrider dit :

      Et avec le jugement « éclairé » que vous portez, vous êtes bien sûr un mesure de faire une évaluation tout aussi étoffée de la valeur des données des autres juridictions. 🤔🤔

    2. lechatderuelle dit :

      Eric Lacasse nuance… les chiffres sont semblables … la seule différence est qu’au Québec, le système de santé a été capable d’absorber les cas, pas New-York….

      les dirigeants n’ont pas géré tout croche….

      ni à New-York ni au Québec ou en Ontario… ils ont géré avec ce qu’ils savaient……

      Le seul problème aux USA fut de ne pas avoir un plan national… une stratégie commune dirigée par un leader….

      sur le terrain, la job se faisait… avec lesmoyens du bord mais elle a été faite..
      il manquait de tout ici et ailleurs mais si un sonneur d’alerte avait levé la main voilà 1 an, personne ne l’aurait écouté car c’était inimaginable et inconcevable pour à peu près tout le monde….

      Mais une fois pris avec la bébitte, les réactions ont été généralement bonnes….

      Y’a eu Boris Johnson qui a tenté de minimiser le tout… il en a payé le prix….

      il ne reste que trump, Bolsonaro, Daniel Ortega et quelques autres sans génie pour nier ou encore chercher des coupables….

      Les médias?? Décident??
      Décidément cette maladie de voir des complots médiatiques est bien ancrée au Québec aussi…..

    3. gl000001 dit :

      C’est ça. Restez dans vos estrades. Vous allez toujours gagner vos parties !

  11. christian reny dit :

    comme on a déja écrit actuellement on construit un avion quand on est en vol on navigue à l’aveuglette

  12. lanaudoise dit :

    Je pense que Boris Johnson aussi voudrait pouvoir reculer dans le temps. Qui a persisté longtemps dans cette erreur-là.

  13. Pierre S. dit :

    ———————–

    Cuomo a écouté la science, rassuré et informé la population et a exercé un leadership
    impressionnant dans la gestion de cette crise. a t’il été parfait ? surement pas mais je pense
    qu’il a fait de son mieux.

  14. Danielle Vallée dit :

    Il reste que les tests génétiques du virus ont démontré que le virus qui est prévalent dans l’état de New York vient d’Europe.
    Et c’est probablement le cas ici aussi: voyages en France, en Italie, en Espagne pendant la période de relâche.
    Ou encore voyages dans les états qui avaient hérité du virus d’Europe.
    Il me semble qu’on n’a jamais entendu parler d’un test génétique sur le virus qui fait rage ici.
    Quelqu’un en a entendu parler?

  15. Chris P dit :

    C’est souvent après qu’un bateau a coulé que pleins de gens savent comment on aurait pu le sauver.

  16. Pierre S. dit :

    ————————

    Pour le maire de NY, lui par contre il l’a solidement échappé et n’a pas impressionné
    grand monde dans sa gestion de la crise.

    Mais il a quand même été une grosse coche en haut du crétin de POTUS qui suggère
    au monde de s’injecter de l’eau de Javel.

  17. jcvirgil dit :

    Il n’est sûrement pas parfait, qui peut se vanter de l’être à part Trump 😎

    Cependant sa gestion de la crise et son humanisme transparaissent .

    Autrement dit, on croit qu’ill fait de son mieux et ce dans ce qu’il estime être les meilleurs intérêts des citoyens de l’Etat de New-York

  18. Madalton dit :

    Au moins, il a reconnu son erreur (il n’est pas le seul dirigeant à avoir sous-estimé l’épidémie) mais il a su comment se relever pour prendre les choses en main.

  19. gl000001 dit :

    Encore une fois, on juge les actions passées avec les connaissances courantes. Il faut apprendre mais maudit que c’est dur pour certains !!

  20. darrylfzanuck dit :

    Il est évident que Cuomo fait une job présidentielle,un point de presse sur les les reseaux importants coast to coast ce n`’est pas rien,d’ailleurs Trump le regarde a tous les jours,trop con pour suivre son exemple.Ce que j`’ai trouvé de plus remarquable de Cuomo est le jour qu’il a rabroué Trump le vendredi il y a 2 semaines, vers midi 10 Trump a critiqué Cuomo en temps réel, sa réponse a été cinglante,longue et bien placée,pas assez diffusée selon moi,Trump ,N`A PAS RÉPONDU il a gardé le silence total…et cela je ne l’ai jamais vu ne pas répondre,Cuomo a mis Trump KO…

    1. Micheline L dit :

      @ darrylfzanuck
      Je suis d’accord avec vous. La réponse de Cuemo a été extraordinaire. Faite avec aplomb, franchise et intelligence. J’avais dit, à ce moment, et je le dis encore: j’espère que Biden a pris des notes.

  21. karma278 dit :

    To err is human
    To forgive is divine.

    1. Haïku dit :

      Amen.

  22. karma278 dit :

    Dsl

    citation de « The paper chase »

  23. Amazonia dit :

    Même Obama se serait emmêlé les pinceaux, du moins au début , quand il recommandait de laisser les masques aux praticiens.

    Aujourd’hui, il est établi que le port du masque est indispensable pour tous pour réduire les infections.

    1. gl000001 dit :

      Au début, il n’y avait pas assez de masques N95 pour tout le monde. Maintenant, on sait que les masques artisanaux sont intéressants. Encore une fois on juge les actions passées avec les connaissances d’aujourd’hui. Réfléchissez !!

    2. NStrider dit :

      « il est établi que le port du masque est indispensable »🤔🤔🤔
      Je demande alors pourquoi il y a tant de verbes au conditionnel dans l’avis de l’INSPQ publié le 9 avril : « Même s’il n’y a pas de données probantes qui prouvent que le port d’un couvre-visage (masque non médical, par exemple un masque en tissu artisanal) dans la communauté protège efficacement la personne qui le porte, il pourrait être porté dans les lieux publics où il est difficile d’éviter des contacts étroits avec les autres en espérant que ceci diminue le risque de transmission du virus par les personnes asymptomatiques ou peu symptomatiques (les personnes symptomatiques ne devant pas sortir) »
      Vous avez probablement accès à de l’information que je n’ai pas vu, pour y aller d’une si confiante affirmation, pourriez-vous la partager SVP. Je suis toujours disposé à revoir ma compréhension lorsqu’il y a un argumentaire qui se tient.

      1. M.Rustik dit :

        @NStrider, je suis tombé sur une étude japonaise durant la fin de semaine qui dit exactement que le masque est une bonne chose, qu’il peut protéger (je n’ai pas le lien, je suis au travail…et c’était sur mon ordi maison). Mais le plus gros problème est son utilisation. Un membre du personnel médical qui met un masque, il suit une procédure, il ne le replace pas aux 5 minutes, il ne le touche pas, il ne le descend pas quand il ne croise personne sur le trottoir, et il l’enlève correctement. Si tu touches ton masque avec tes mains contaminés, il ne sert pas à grand-chose. Et à voir les gens qui le porte (disons ceux que je croise en épicerie), les risque que ça ne servent pas à grand-chose semblent élevés (mais bon, ça c’est mon observation, pas un fait).

      2. NStrider dit :

        Je crois que vous tout à fait raison et je pense que c’est la source de la réticence de la santé publique d’en faire une recommandation plus ferme. Contrairement à ce que certains ont affirmé ici, le port d’un masque 😷 ou d’un couvre visage artisanal c’est plus complexe que des se laver les mains. Je loge à la même école que vous.

    1. Haïku dit :

      Merci.
      LOL !! 🤣 Cré Serge Chapleau.

  24. lechatderuelle dit :

    C’était inimaginable qu’un chef d’état impose la fermeture de son économie « avant » que la pandémie soit implantée ….

    personne n’aurait eu ce « courage »…. l’économie était et est encore la Reine de nos vies… tout est basé sur elle… tout se mesure en dollars maintenant… les vieux inclus….

    fait que, oui, avec le recul, tout le monde a de quoi à se reprocher….
    mais personne ne pouvait concevoir qu’un virus stopperait la planète entière….

    les médias conservateurs accusent la lenteur de certains dirigeants?? eh ben….
    ils ont renié la réalité et certains la renient encore…..

    Décidément….

    La grande majorité des chefs d’état ont fini par accepter le choc de la réalité…. certains plus lentement que d’autres et ce sont eux qui en paieront la note si leur population a un peu de mémoire et de colonne….

  25. Gilles Morissette dit :

    Peu de politiciens peuvent se vanter de ne pas avoir commis d’erreurs d’évaluation durant cette pandémie,

    Trudeau, Legault, Macron pour ne nommer que ceux là. Tous, à un moment ou l’autre notamment au début de cette pandémie, ont commis des erreurs mais certains dont Cuomo, ont rapidement corrigé le tir et ont pris les mesures appropriés afin de contrer cette pandémie.

    Ils ont écouté les avis des experts et se sont fiés à la science afin de prendre leurs décisions.

    Rien n’est parfait en ce bas monde. L’erreur est humaine et il faut avoir du courage afin de reconnaître qu’on en a commis une.

    Reconnaître une erreur n’est pas un signe de faiblesse mais une preuve d’humilité.

    Les gens sont plus enclin à pardonner à ceux qui reconnaissent leurs erreurs.qu’à ceux qui essaient constamment de se justifier et qui jete le blâme sur les autres comme le fait Tiny Brain par exemple.

    Il sera temps lorsque cette crise sera passé, de faire le bilan des actions des politiciens, de ce qu’ils ont fait, de ce qu’ils n’ont pas fait et auraient dû faire.

    Assez ironique de voir les médias conservateurs reprocher à Cuomo ses erreurs alors que la gestion de cette pandémie par leur gourou a été et continue d’être une comédie d’erreurs et une suite de mauvaises décisions.

    1. gl000001 dit :

      « Reconnaître une erreur n’est pas un signe de faiblesse mais une preuve d’humilité. »
      Exact. J’aime bien les stats au tennis. Ils parlent de « unforced errors ». Il est arrivé la même chose avec la gestion de la crise.
      Tu prends une décision sur pas grand chose parce que tu ne connais pas grand chose du virus. C’est la vie ! Et c’est pas la première fois que ça arrive.

    2. Henriette Latour dit :

      Gilles Morrissette

      Quand t’es occupé à lécher le cul de ton gourou, il est normal que tu ne vois rien d’autre!

  26. onbo dit :

    C’est vrai que Cuomo a tout récemment mis Trump à sa place.

    C’est vrai aussi que Trump a fait semblant de pas avoir entendu.
    Archi-faux bien sûr! Trump cultive ses rancunes (il l’a affirmé) et médite ses contre-attaques. Jared et Miller sont surement ses recherchistes en méchancetés, mais pas les seuls.

    Hier donc, Trump a pris sa revanche, comme toujours, pour culpabiliser Cuomo, en accusant tous les leaders des États Démocrates de gaspiller leurs fonds publics, donc de pas mériter le support du Fédéral…!

    Et celui qui est bien incapable d’échanger et discuter sur le fonds se dit ouvert à discuter de n’importe quoi…

    Menteur sur le contenu, menteur sur le processus.

    Il faut qu’une personne soit enchainée et enragée sans bon sens pour courir aveuglément au devant de son karma. La méchanceté vivante aurait-elle maintenant un nom propre? Just asking?

    “Why should the people and taxpayers of America be bailing out poorly run states (like Illinois, as example) and cities, in all cases Democrat run and managed, when most of the other states are not looking for bailout help?” Trump wrote Monday on Twitter. “I am open to discussing anything, but just asking?”

    https://www.washingtonpost.com/politics/as-trump-puts-partisan-spin-on-federal-aid-for-states-republicans-and-democrats-warn-of-coming-financial-calamity/2020/04/27/a542f19e-889a-11ea-8ac1-bfb250876b7a_story.html?utm_campaign=wp_todays_headlines&utm_medium=email&utm_source=newsletter&wpisrc=nl_headlines

    1. Bartien dit :

      @onbo

      « La méchanceté vivante aurait-elle maintenant un nom propre? »

      Comme je l’ai déjà dit auparavant, ça fait longtemps que trump n’est plus un nom propre !!

  27. Apocalypse dit :

    La réponse à votre question M. Hétu est non!

    M. Cuomo, fait du bon travail, mais c’est ce qu’on attend des politiciens et qu’on a rarement; il paraît particulièrement bien parce que Donald Trump est horrible dans ce crise, alors on va se garder une petite gêne avant de parler de M. Cuomo comme d’un Dieu.

  28. Lecteur_curieux dit :

    Ah le leadership… Et les gens ont encore une vision paternaliste ou autoritaire de cela comme venant d’en haut.

    Alors que c’est la capacité d’écoute, celle d’adaptation et de rassemblement, entre autres qui comptent et non être un personnage omniscient prenant toutes les bonnes décisions.

    Le vieux management celui traditionnel au sens vu par Omar Aktouf continue d’imprégner notre monde incluant en politique et celui renouvelé tarde à s’implanter réellement.

  29. jeanfrancoiscouture dit :

    «Même les républicains conservateurs de l’État lui font davantage confiance qu’à Donald Trump».

    Ça, c’est facile tellement l’autre fait dans le bas de gamme. Quiconque persiste à préférer Donald Trump à Andrew Cuomo est un cas pour le Dr Phil ou le Doc. Mailloux.
    Mon fidèle ENP me réserve chacune des conférences de presse du Gouverneur et je les écoute toutes depuis déjà un sacré bout. J’en sors toujours avec quelque chose de nouveau soit une connaissance ou un apprentissage.

    Pour ma part, je l’ai surnommé le Wayne Gretzky de la communication. Clair, structuré, en contrôle à la fois de ses émotions et du contenu, toujours accompagné de ses quatre spécialistes auxquels il n’hésite jamais à passer la parole, souvent après avoir dit «Je ne sais pas» et regardé du côté de la personne qu’il sait compétente en la matière.

    Même les injures de Donald Trump n’ont pas d’effets visibles même quand il lui répond. À ce jour, il n’y a que Mitch McConnell avec sa niaiserie de mise en faillite des «Blue States» qui l’a mis en colère, mais une colère contenue dans une réponse aussi claire que d’habitude et sans perdre contenance ce qui, pour un petit-fils d’italien doit être aussi difficile que pour un petit-fils d’irlandais. Mais je travaille fort là-dessus depuis quelques décennies déjà. 🙂 🙂

    1. Haïku dit :

      jeanfrancoiscouture
      Chapeau à vous, pour contenir la colère d’un petit-fils d’irlandais. 😉👏👏

  30. POLITICON dit :

    On oublie trop souvent que les élus peuvent parfois manquer de jugement, il ne sont pas parfaits. Depuis la pandémie, ce ne sont pas des gens parfaits qui font la différence, ce sont ceux qui s’informent, nous disent la vérité telle qu’elle est, nous expliquent et nous guident de façon consciencieuse et réfléchie.

  31. Carl Poulin dit :

    Plusieurs dirigeants ont fait des erreurs mais ce sont rattrapés en adoptant es mesures adéquates pour faire face à cette pandémie. Par contre on peut assurément donner le titre du con de l’année au dément en chef qui ne cesse d’être erratique avec ses déclarations plus souvent qu’autrement improvisées et hors propos (out of order). Là caricature la plus juste sur le gros connard est celle où il est debout en face de la planète et que celle-ci rit de lui.

  32. Apocalypse dit :

    @Gilles Morissette – 11:27

    ‘Peu de politiciens peuvent se vanter de ne pas avoir commis d’erreurs d’évaluation durant cette pandémie,…’

    Colombie-Britannique – population d’un peu plus de 5 millions; environ 2000 cas de gens infectés et à peine plus de 100 morts;

    Québec – population d’un peu plus de 8 millions; environ 25,000 cas de gens infectés et presque 1600 morts;

    Qu’est-ce que cela vous dit sur les gens qui prennent des décisions dans les deux provinces?

    En fin de semaine, François Cardinal (La Presse) parlait justement du cas de la Colombie-Britannique et comment ils avaient beaucoup, beaucoup mieux géré la crise que le Québec…

    1. Gilles Morissette dit :

      @Apocalypse (28/04/2020 à 12:07)

      Il est facile, après coup, de faire comme M. Cardinal et de dire que la CB a mieux géré la crise que le Québec.

      Personne ne peut nier cette évidence. Les données parlent delles-mêmes.

      Cependant, lorsqu’on est en pleine tempête, on doit parfois prendre des décisions rapidement sans avoir eu le temps d’en analyser les tenants et aboutissants. C’est souvent comme ça en temps de crise.

      On fait ce qu’on peut, en espérant ne pas s’être trompé. On fait des « essais-erreurs » et on corrige le tir si on réalise qu’on ne va pas dans la bonne direction.

      C’est généralement ce que font les bons leaders.

      Que M. Cardinal aille s’assoir dans le fauteuil de P.M et qu’il nous montre de quoi il est capable.

      Facile de critiquer lorsqu’on est assis devant l’écran d’un ordinateur, loin de la réalité.

    2. Dekessey dit :

      @Apocalypse

      La Colombie-Britannique et le Québec ont réagit à peu près en même temps (Québec 12 mars, C-B 14 mars) et de façon similaire (confinement, fermeture des espaces publics, etc). Les Québécois ont été parmi les plus respectueux de ces consignes au monde, pas seulement au pays.

      On aime bien chier sur notre peuple et notre gouvernement, mais il y a d’autres raisons pour expliquer ces résultats accablants. Certains ont évoqué la plus grande proportion de personnes âgées vivant en résidence. On parle aussi de notre proximité avec l’État de New York, les dates de la semaine de relâche, le lien aérien avec l’Europe. Toutes des possibilités logiques qu’il faut aussi tenir compte.

    3. Richard Dufour dit :

      Aurions-nous pu faire mieux ? Possiblement !
      Aurions-nous pu faire pire ? Absolument !

  33. Layla dit :

    Andrew Cuomo a toute mon admiration, j’ai pris mon temps je l’ai observé, et j’ai aimé cet homme.

    Oui, il a peut-être tardé à prendre les devants mais quand il s’est levé et a dit nous devons fermer, il a dit, je suis très conscient que cela va créer du mécontentement mais il y aura une seule personne à blâmer, j’assume ma décision et je vais dans le futur l’assumer pleinement.

    Et une fois en marche, Il l’a fait avec aplomb, solide et convaincu on l’a vu, il ne fléchissait pas tel un roseau, à tous vents, de plus j’admire qu’il maintienne la distanciation, quand d’autres semblent vouloir réouvrir selon moi très prématurément.

    Ce que j’entends de lui…quand on va réouvrir ce sera fait intelligemment, on va régler un problème à la fois, on va mettre toutes les chances de notre côté, avant de passer à la réouverture, quand on va réouvrir on va le faire aussi avec intelligence et on va se refaire.

    Si tu te dis bon le plâtre a l’air assez sèche, allez on peinture, j’ai hâte de remettre les meubles en place…oups la peinture lève…j’aurais donc dû…Ben oui chose, pour une journée de plus…maintenant pour refaire le travail c’est quatre à cinq jours de plus et très merdique.

    Prenez une phrase comme… « nous devrions nous calmer”. Il disait que la plupart des gens infectés s’en remettraient sans grands problèmes, ajoutant : ‟Nous ne pensons même pas que la situation sera aussi mauvaise que dans les autres pays”.»

    Et faites là dire mot pour mot par DT, oh my God, avec ce dernier il y aura frustration et indignation au pluriel.Juste dans le ton, et le type de personnage.

    L’humilité…c’est pas mal plus positif, c’est pas mal plus vrai et plus proche d’être que de paraître.

  34. jaylowblow dit :

    Tellement facile après coup de dire « il aurait dû faire ceci ou cela ». L’important c’est qu’il ait agit et est un bon leader durant cette crise, deux choses qu’on ne pourra jamais dire à propos de l’abrutis qui se prend pour le président.

  35. Apocalypse dit :

    @Gilles Morissette – 13:02

    ‘Il est facile, après coup, de faire comme M. Cardinal et de dire que la CB a mieux géré la crise que le Québec.’

    Ah le jovialisme des adorateurs de François Legault. Sa gestion de cette crise est pitoyable et aura coûté des centaines et des centaines de vies inutilement.

    On savait que la COVID-19 touchait en grande partie les gens âgées et en Colombie-Britannique, on a donc compris que la bataille se déroulerait dans les centres pour personnes âgées. On a pris des mesures plusieurs semaines avant le Québec pour protéger ces personnes et les chiffres parlent pour eux-mêmes.

    Nous sommes devant un exemple alarmant montrant comment l’incompétence coûte cher.

  36. Gilles Morissette dit :

    @Apocalypse (28/04/2020 à 13:28

    Personne n’a envie de faire du jovialisme ici face à une pandémie qui prend des ampleurs incroyables à travers la planète.

    Le Québec a fait des erreurs? OUi. Aurait-il pu faire mieux » Sûrement. Mérite-t-il des reproches? Probablement.

    Vous dites que la gestion de Legault est pitoyable. On pourrait faire le même reproche à plusieurs pays (France, Espagne, Italie, Chine, etc) et même à certaines provinces canadiennes comme l’Ontario et l’Alberta.

    Vous oubliez de mentionner que dès le 12 mars, le Québec prenait des mesures comme le confinement, la distanciation sociale, la fermeture des commerces non-essentiels et de certains lieux publics, etc. Il fut d’ailleurs un des premiers gouvernements à travers le Canada à réagir ainsi, même avant le gouvernement fédéral.

    Ces mesures auraient-elles pu être prises plus tôt? Lorsqu’on fera le bilan, une fois la crise passée, on pourra porter un jugement critique.

    L’incompétence coûte cher » dites-vous. Vrai. Ce qui se passe aux USA en est la preuve.

    Comme le disait un intervenant: « Certains adorent casser du sucre sur le dos des Québécois et sur tout ce que le gouvernement fait »

    Il y a même un ex-animateur de radio de Québec (André « Ordure ») qui en faisait une spécialité pour le plus grand plaisir de sa secte d’adorateurs.

    Vous avez droit à vos opinions et en démocratie, on se doit de respecter ça.

    Cependant, un peu de perspective ne nuirait pas.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :