Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Peut-on expliquer autrement que par le facteur racial le rejet par les électeurs démocrates de trois candidats qui éclipsent l’ancien maire de South Bend Pete Buttigieg sur le plan de l’expérience, des connaissances et, à mon avis, du charisme? C’est la question qu’on peut se poser à la suite de la décision du sénateur du New Jersey Cory Booker d’abandonner la course à l’investiture démocrate, comme l’avaient fait avant lui sa collègue de Californie Kamala Harris et l’ancien secrétaire au Logement et au Développement urbain Julian Castro.

L’hypothèse la plus charitable est que les démocrates, et notamment les donateurs et les électeurs presque monochromes d’Iowa et du New Hampshire, en sont venus à la conclusion qu’un candidat blanc a les meilleures chances de vaincre Donald Trump. Compte tenu des candidats blancs en lice, ils se fourvoient peut-être.

(Photos Getty Images)

55 réflexions sur “Question gênante pour les démocrates

  1. Alain Pimparé dit :

    Pas d’accord: Obama était Démocrate….

  2. Mais pourquoi n’ont-ils pas été appuyés par les afro-américains?

    Pourquoi c’est Biden qui a autant d’appuis des afro-américains?

    1. igreck dit :

      Les Afros aussi peuvent être racistes et bornés !?

    2. igreck dit :

      Les Afros aussi peuvent être bornés et racistes !?

  3. RICK42 dit :

    Des questions de ce genre, il y en a plusieurs… Par exemple, on sait que Buttigieg n’est pas populaire parmi la population afro-américaine…est-ce parce qu’il est blanc, ou est-ce plutôt parce qu’il est gai?

    1. treblig dit :

      Disons les choses simplement: l’homosexualité est encore très mal vue dans la communauté afro-américaine. Les homosexuels ont le plus bas taux d’approbation auprès des noirs d’a peu près tous les groupes ethniques aux États-Unis. Il faut souligner que les pasteurs noirs baptistes , encore dominante dans la vie politique dans les ghettos, s’y opposent férocement.

      1. Pierre dit :

        @treblig
        Les discriminés (noir) discriminent (les gais) , donc l’arroseur arrosée… c’est tellement triste 😞 de ne pas respecter les différences qu’elles quelles soient!!!

    2. Pierre dit :

      @rick42
      Ou il n’est pas noir🥴🥴🥴

  4. Pisapiag dit :

    Oubliez-vous, M. Hétu, que ce sont ces mêmes démocrates qui ont élu Obama? Allez-vous jouer la carte du facteur racial à chaque fois qu’un candidat noir ou hispanique n’est pas préféré aux autres? Sans compter que l’urgence ici est de sortir ce bouffon pour redonner aux États-Unis un semblant de crédibilité dont, très maheureusement, les frasques ont encore beaucoup trop de répercussions sur l’ensemble des nations dans ce monde. Si ça prend un vieux caucasien blanc presque sénile, SO BE IT!

  5. Jean11820 dit :

    Si ça prend un vieux caucasien (pas si vieux que d’autres 62 ans) que ce soit M. Tom Steyer avec Mme K. Harris VP.

  6. Denis Bergeron dit :

    1) Est-ce les démocrates ou les argentiers des démocrates ?

    2) Est-ce parce qu’ils pensent qu’ils sont pas bon, parce que c’est de mauvaise couleur ou parce qu’ils pensent que c’est mieux d’avoir quelqu’un qui aura moins de peine à déloger le machin de l’autre parti ?

    3) Je ne suis pas daltonien, mais je les trouve tous trois moins foncé qu’un (ou deux) ancien(s) président(s) !

  7. InfoPhile dit :

    Coup de chance ou plutôt génial coup publicitaire, toujours est-il que Pete Buttigieg s’est projeté sur la scène nationale américaine lorsqu’il s’est mis à parler à un groupe de norvégiens dans leur langue !

    Dans la foulée on a appris ses talents de polyglotte, son patriotisme en tant que vétéran de la guerre d’Afghanistan et même son étonnante foi d’homosexuel chrétien ayant en plus fréquenté avec grand succès une prestigieuse institution d’enseignement.

    Ce qui lui a valu suffisamment d’argent pour participer officiellement aux débats. Et puisque l’argent attire l’argent…

    «Une anecdote sur ses talents linguistiques a attiré l’attention sur la modeste campagne présidentielle de ce maire d’une petite ville de l’Indiana.» Slate

  8. Apocalypse dit :

    Que les gens soient plus dérangé par la couleur de la peau de ces trois(3) candidat(e)s que de l’orientation sexuelle de Pete Buttegieg, pas certain, pas certain.

    Rappelons que Barack Obama est afro-américain et ce n’était pas un problème pour les démocrates, pour quoi? Parce que c’était un excellent candidat qui fût ensuite un très bon président.

    Dans mon bouquin, l’explication la plus simple est que les cadidatures de Cory Booker, Kamala Harris et Julian Castro n’avaient rien de remarquable. Bien entendu, ils (elles) ont dits des choses intéressantes, mais rien de mieux que les candidat(e)s qui restent.

    Au tout début, j’ai pensé que Madame Harris pourrait passer, mais le temps passant, je la trouvais de moins en moins supportable et intéressante.

    A un moment donné, il faut trouver le moyen de se démarquer et ces candidat(e)s n’ont tout simplement pas réussi. Je pense que M. Buttigieg a mieux réussi à attirer l’attention sur lui.

    Nous sommes aux Etats-Unis et bien entendu, le facteur racial fait trop souvent parti de l’équation, mais pas certain du tout que ce soit le cas ici.

  9. Pierre S. dit :

    ———————

    Et si on posait la question du coté républicain ?????

  10. Apocalypse dit :

    @RICK42 – 13:35

    ‘Par exemple, on sait que Buttigieg n’est pas populaire parmi la population afro-américaine…est-ce parce qu’il est blanc, ou est-ce plutôt parce qu’il est gai?’

    Si par le plus grand des hasard vous voulez avoir ma réponse à votre question, ça va me faire le plus grand plaisir 😊.

  11. MarcoUBCQ dit :

    Parfait exemple qui montre que ce qui vaut pour les républicains ne vaut pas pour les démocrates. Les repus c’est du 99% blanc. Tempête dans un verre d’eau?

  12. Alexander dit :

    On parle de trois noirs ou latins, mais on parle aussi de trois jeunes.

    La politique aux EU ces jours-ci est une affaire de 70-80 ans. Trump, McConnell, Pelosi, Biden, Sanders, Warren etc.

    Je vois ça différemment. Il y a toute une génération qui s’accroche au passé, à leurs pouvoirs ou à leurs rêves qu’il se fait tard pour réaliser.

    Et qui bloque les jeunes qui ne prennent pas assez leur place.

    Sanders est progressiste? J’ai aussi l’impression qu’il rêve de la présidence et sent qu’il se fait tard dans son cas. The clock is ticking.

    Warren? Faudrait voir ses motivations personnelles. Si elle s’entoure de jeunes progressistes, passe encore, sinon cherche -t-elle aussi le pouvoir pour lui-même?

    Trump et McConnell? Évident qu’ils s’accrochent à leurs acquis et ne veulent pas accepter que les temps changent.

    Pelosi? Elle sent que la fin approche pour elle, mais défend encore son pays un peu comme John McCain avant elle. Elle appartient à une race d’américains du passé qui avaient encore le respect de leur Constitution.

    Biden? Il est un peu là par défaut parce que personne de l’envergure d’Obama ne s’est levé. Il manque de cette rage de défendre son pays même si son élection ferait probablement le plus grand bien pour calmer le jeu et baisser la pression.

    Tous des plus vieux.

    Comme si les grands bailleurs de fonds raisonnaient aussi en fonction du passé et ne font pas confiance à des nouveaux comme Harris, Booker ou Castro qui ont pourtant beaucoup de potentiel.

    Buttigieg? Un premier de classe brillant, mais peut-il faire lever les foules? Pas si sûr. Brillant, mais manque de charisme. Mon opinion.

    Les vieux bloquent les jeunes et le changement.

    Les EU s’accrochent à leur passé.

    Pas pour rien que le pays a reculé de 50 ans sous Trump.

    Peur du changement. Peur d’évoluer.

    1. Yolande C. dit :

      Votre commentaire me fait quelque peu sourciller.

      On n’a pas cessé au cours des dernières décennies d’augmenter l’espérance de vie du genre humain.

      Il serait tout de même contradictoire de dire à celles et ceux qui bénéficient de toutes ces années de plus: «Tasse-toé mononcle ou matante».

      Je préfère juger à la pièce.

      Mais il n’est pas faux de dire qu’il y a une lutte de pouvoirs entre les générations; il y en a toujours eu.

  13. Pierre S. dit :

    ——————–

    L’industrie du cinéma ne se gène pas pour critiquer l’administration trump
    mais regardez les nominations aux oscars …. tres majoritairement des homme blanc
    dans la majorité des catégories ….

    heureusement qu’il y a rôle principal et rôle de soutiens pour les femmes exclusivement.

  14. Yolande C. dit :

    Il semble pour le moins y avoir un malaise plus au Sud dans les communautés noires quant à l’homosexualité:

    «However, nine other nations still have criminal punishment for « buggery » on their statute books.[1] These nine countries are Jamaica, Dominica, Barbados, Saint Lucia, Antigua and Barbuda, Saint Vincent and the Grenadines, Grenada, Saint Kitts and Nevis, and Guyana, the last of which is on mainland South America. They are all former parts of the British West Indies.»

    https://en.wikipedia.org/wiki/LGBT_rights_in_the_Americas

    D’autre part, l’on attribue le taux élevé de Sida à l’homosexualité dans la communauté afro-américaine.
    https://en.wikipedia.org/wiki/Homophobia_in_ethnic_minority_communities#Homophobia_and_the_Black_Church

  15. T. Tebow dit :

    Les électeurs noirs se sauvaient comme la peste de Booker et Warren et c’est les blancs qui sont responsable? Ok boomer.

    1. gl000001 dit :

      On se calme avec les boomer s.v.p. ! Le problème, c’est les peu éduqués et ça n’a rien à voir avec l’âge !

  16. Danielle Vallée dit :

    Mon opinion c’est qu’ils ont essayé d’attirer la sympathie des gens à cause de leur couleur.
    Mauvaise tactique.
    tu ne mérites pas d’être président parce que tu es noir ou hispanique.
    Et on ne peut te refuser parce que tu es noir ou hispanique.
    Tous les trois auraient gagné à discuter de leurs qualifications et de leurs plans jusqu’à ce que les gens oublient leur couleur.
    C’est comme Klobuchar, ma préférée depuis toujours, qui devrait vraiment arrêter de parler de son père alcoolique.
    Personne ne va voter pour elle parce que son père était alcoolique. Mon cœur saigne à chaque fois qu’elle le ramène.
    Mauvaises campagnes tout simplement.
    Beto est blanc, Bennett est blanc, Insley est blanc, Williamson est blanche et pleine d’amour elle aussi. Sélection naturelle.

  17. Madalton dit :

    HS, Trump qui dépeint les démocrates en alliés du régime iranien. Ce n’est pas ce qu’il fait le problème, c’est la manière dont il se prend pour le faire. Quel insignifiant.

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/202001/13/01-5256616-trump-depeint-ses-adversaires-democrates-en-allies-du-regime-iranien.php

    1. gl000001 dit :

      Quelqu’un peut créer une image avec lui comme une marionnette sur les genoux de Poutine le ventriloque ?

      1. gl000001 dit :

        Je ne suis pas trop original … l’image existe ! Et il y en a plusieurs.
        https://www.pinterest.com/pin/496381190171684662/

      2. Haïku dit :

        gl000001
        😉😉😉 ! Merci.

    2. Haïku dit :

      @Madalton — 14:22
      Merci pour le lien. Effectivement, quel insignifiant !

    3. Layla dit :

      @Madalton
      Puérile , vraiment enfantin.
      Elle disait hier
      «  il doit savoir que chaque coup de lui est un coup de pouce. »

      1. Madalton dit :

        Les présidents devraient passer des tests de santé incluant la santé mentale par des médecins nommés par le congrès et de faire rapport à un comité restreint bi-partisan. Ce dernier pourrait ainsi valider si le président est encore apte à gouverner sinon, le 25e amendement.

        Il y a eu tellement de dirigeants malades qui ont continuer de gouverner dans l’histoire du monde dont Roosevelt, Reagan, entre autres. De toute façon, il devrait y avoir un âge maximum comme il y a un âge minimum pour être président. Ce poste est très exigeant pour une personne. René Lévesque disait que le poste de premier ministre du Québec était un tue monde. Imaginez pour le POTUS.

  18. Gilles Morissette dit :

    Une autre « grosse question existentielle » des médias qui n’ont rien d’autre à faire que de « chercher des bibittes « aux Démocrates alors que la MB est « squatté » par une crapule doublé d’un fou furieux, d’un type instable et dangereux pour l’avenir et la sécurité de la planète.

    On voit qu’ils mettent « leurs priorités à la bonne place », là où les enjeux sont vraiment « importants ».

    L’essentiel est que le candidat qui sera choisi nous débarrasse de l’actuel Fripouille-En-Chef.

    On se fout un peu de la couleur de sa peau, de son orientation sexuelle, de ses convictions religieuses ou autres.

    Le « phénomène Obama » ne se répètera pas en 2020. En 2008, c’était un concours de circonstances uniques qui a favorisé son élection à la présidence. Toutes les planètes étaient alignées pour ça.

    Si Booker, Castro et Harris n’ont pas soulevé d’enthousiasme auprès des électeurs démocrates c’est en raison de leur performance qui n’a pas été à la hauteur des attentes qu’ils avaient soulevées.

    Ça n’a rien à voir avec la couleur de leur peau.

    Ras-le-bol de ce « prétendu racisme »

  19. Pierre S. dit :

    ——————–

    effectivement

    ce qui pue le racisme à plein nez c est le présent sacage de l’héritage d’Obama par Trump

  20. sorel49 dit :

    C’est la peur de choisir un mauvais candidat pour s’opposer à Trump. Les partisans Démocrates ne veulent pas prendre le risque face à un Trump qui n’hésitera pas d’utiliser des arguments sexistes et misogynes contre ses opposants. Je me souviens de la fois quand Trump avait dit tout de go que les jeunes élus d’origine de l’Amérique latine et du Moyen-Orient pourraient retourner chez eux. Il n’y avait pas eu beaucoup de protestation du public.

  21. Bboy dit :

    Pas génial comme stratégie que de commencer (ou recommencer) à diviser les démocrates entre eux: blancs/noirs, hommes/femmes, progressistes/centristes, etc…). Cela ne fera que favoriser la réélection de Trompe. L’idée c’est d’arrêter de se chicaner à l’interne, de choisir au plutôt celle ou celui qui aura la meilleure chance de vaincre Trompe et s’attaquer à ce dernier. Ce n’est pas de la physique quantique!

  22. gl000001 dit :

    Les « partis » américains ne sont pas des vrais partis politiques. Ce sont des rassemblement plus ou moins organisé de requins qui chassent ensemble mais qui sont très prompt à sauter sur son voisin s’il montre des signes de faiblesse. Il n’y a pas de leadership.

    1. Henriette Latour dit :

      gl000001

      👍👏👏

    2. Haïku dit :

      gl000001
      Très bonne réflexion ! 👌

    3. kelvinator dit :

      Une theorie alternative a l’establishment du GOP, qui fait fureur dans les cercles populistes, parce que bien sur les populistes comme Warrem et Sanders n’attaque jamais les démocrates, eux…

  23. lechatderuelle dit :

    tellement de partis se tirent dans les 2 pieds en tentant d’imposer un candidat selon leur vision de ce que pense l’électorat….

    pathétique….

    Le « Meilleur » devrait toujours être sélectionné, peu importe la couleur de sa peau, de ses yeux, de ses cheveux, de son orientation sexuelle, sa religion, son sexe…..

    Le meilleur…. tout simplement….

    aux USA on mesure le « meilleur » au fric amassé… et on voit ce que ça donne….

  24. jeanlouischarette dit :

    Pourtant, les républicains n’hésitent pas à soutenir un homme de couleur….. jaune-orange

  25. citoyen dit :

    il faudrait trouver d’autres critères comme l’âge, la famille, les amis et passer un test de compétences démocratiques pour devenir président.

  26. Sébastien dit :

    Les primaires américaines sont un processus démocratique.

    La population américaine est majoritairement blanches, qui a-t-il de non démocratique à ce que les candidats ressemblent à la majorité. On ne peut à chaque année offrir des candidats issues des minorités.

    Je crois en la méritocratie et en la démocratie. Que le meilleur gagne tout simplement. Il est possible que ce soit un vieux juif, ce sera alors une première.

  27. leonard1625 dit :

    Pendant un certain temps, je suivais de plus près Mme Harris. J’ai constaté que sa candidature était très floue, mal définie et malgré son charisme naturel, l’appuyer signifiait appuyer l’inconnu. Par opposition, la candidature de Trump était presque en totalité de la BS (mur payé par le Mexique, plan de santé génial dans les 100 premiers jours, interdiction de visas aux musulmans etc ..), mais c’était de la BS bien définie à laquelle bien des gens ont mordu.

    J’ai fait une croix sur Mme Harris très tôt et son ethnie n’avait strictement rien à voir. Je ne connais que très peu Mrs Booker et Castro.

  28. Achalante dit :

    J’offrirais une autre explication, M. Buttigieg est plus « centriste » (voir carrément à droite) que les candidats des minorités visibles. Et nombre de démocrates pensent que c’est ce qu’il faut pour gagner contre ce type, dont M. Obama lui-même. Alors je ne crois pas que le racisme ait beaucoup joué dans ce cas. (Mais il a peut-être joué un peu…)

    1. Richard Hétu dit :

      Explication qui se tient. Mais je ne pense pas qu’il soit question de racisme. Je parlerais plutôt d’un calcul «racial». Même des Noirs pourraient arriver à la conclusion que les démocrates seraient bien avisés de choisir un Blanch pour affronter Trump.

      1. Madalton dit :

        C’est plate mais pour affronter Trump ça prend un homme blanc. Pas une femme, ni une personne de couleur ou latino. Attendre en 2024 pour ces candidats.

      2. Loïc Duplantis dit :

        Correction : surtout les noirs ont fait ce calcul. Cela explique pourquoi ceux-ci appuient massivement Joe Biden, car ils considèrent que celui-ci a le plus de chance de remporter contre Donald Trump, ce qui est probablement le cas, mais pas pour des raisons raciales. L’appui des afro-américains envers Biden va clairement au-delà d’Obama sinon ceux-ci n’appuieraient plus Biden depuis longtemps. En réalité les afro-américains démocrates ont toujours été très pragmatique.

  29. Superlulu dit :

    M. Hétu.  »Compte tenu des candidats blancs en lice, ils se fourvoient peut-être. »
    Vous êtes poli. 🙂
    Et les synonymes pullulent

  30. Apocalypse dit :

    @Achalante – 16:04

    ‘J’offrirais une autre explication…’

    Très bonne explication en ce qui me concerne.

  31. xnicden dit :

    M. Buttegieg a aussi bénéficié d’une prime à la visibilité par les grands médias, lesquels n’ont jamais accordé ne serait-ce que le quart de la moitié de cette couverture à M. Booker, M. Castro ou Mme Harris. Les médias sont pas mal tombés en amour avec lui.

    1. Loïc Duplantis dit :

      Cela est faux, les médias parlaient de Harris comme une pour remporter la course depuis 2016. Dans le cas Castro, celui-ci avait beaucoup d’attention de la part des médias pour un candidat qui n’avait pas un CV tant exceptionnel. À un certain moment ces deux candidats avaient autant d’attention que Biden qui avait 20 point de plus dans les sondages. Les médias ont commencé à parler de Buttigieg quand celui-ci a monté dans les sondages et qui a dépassé ces deux candidats. Buttigieg a tout de moins mérité l’attention qu’on lui a accordé dans les médias. Dans le cas de Booker, celui-ci a probablement pas eu toute la visibilité qu’il méritait.

    2. kelvinator dit :

      Harris faisait le buzz au debut, vous oubliez?
      Booker a eu le sien aussi avec les auditions devant le congres. On aurait tort de chercher vainement un double standard dans une situation tres differente.

  32. Loïc Duplantis dit :

    Selon moi, c’est plus le fruit du hasard que d’autre chose. Il y avait dans cette course un nombre très élevé de candidat de couleur qui était tous très compétents. Cependant tous ces candidats n’ont malheureusement pas réussi à se bâtir une équipe et une stratégie de campagne digne de leur talent. Dans le cas de Harris, son incapacité d’avoir une stratégie cohérence avec ses forces, par exemple quand elle a décidé de miser sur l’Iowa, et d’avoir un message capable de faire sa promotion et de répondre aux attaques a complètement coulé sa campagne.

    Dans le cas de Castro, sa stratégie d’attaquer Obama était pour le douteuse.

    Dans le cas de Booker, celui-ci n’a pas fait les mêmes erreurs que les deux candidats précédents, mais son incapacité à se démarquer l’a complètement coulé. Il ne suffit pas d’être bon pour gagner, il faut être excellent. C’est ce qui explique qu’un candidat comme Buttigieg qui a peut-être moins de compétences et de charisme, bien que ce soit deux notions qui laissent place à la subjectivité, fasse mieux que ces trois candidats. La capacité de récolter des fonds de Buttigieg? Excellente. Sa stratégie de campagne? Très bonne. Son message? Très intéressant et articulé. Et c’est dans ces trois aspects cruciaux que ces trois candidats de couleurs ont échoué.

    Le hasard a fait en sorte que les campagnes de candidat de couleur ont échoué. De toute façon, cela était peut-être inévitable, après tout il y a seulement un gagnant. Mais il y aura toujours 2024 ou 2028 pour se reprendre.

  33. kelvinator dit :

    Je crois que pas mal tout le monde ici sait que l’experience et le charisme n’est pas tout…

    Broker a l’air d’une tete folle qui lance des attaques sans y penser.

    Harris est incapable de mener sa petite equipe sans creer de division.

    Quant a Castro, il n’avait tout simplement aucune chance.

    Il faut faire doublement attention avant de conclure au sexisme et racisme pour expliquer la deconfiture des candidats, surtout apres l’élection double d’Obama. Ce constat me semble fortement biaisé d’impressions petsonnelles.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :