Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Tout juste avant d’être congédié pour avoir tué une Noire dans son domicile, Aaron Dean, un policier blanc de Forth Worth, au Texas, a démissionné cet après-midi. Dans la nuit de samedi à dimanche, il a abattu Atatiana Jefferson, alors qu’elle jouait à des jeux vidéos avec son neveu de 8 ans dans sa chambre à coucher. Le policier s’était approché du domicile de la femme de 28 ans avec un partenaire après l’appel d’un voisin à la ligne téléphonique pour les situations non-urgentes afin de signaler que deux des portes de la maison de Jefferson étaient ouvertes.

Selon la vidéo d’une caméra corporelle, un policier a pointé sa lampe de poche à travers la fenêtre de la chambre à coucher de Jefferson. Apercevant la femme, il a ouvert le feu quelques instants  après avoir crié : «Les mains en l’air! Montrez-moi vos mains!»

Dean faisait partie du service de police de Forth Worth depuis avril 2018. Il ne s’est jamais identifié avant d’abattre Jefferson. Dans une déclaration initiale, il a déclaré qu’il avait perçu «une menace».

Des centaines de personnes se sont rassemblées pacifiquement hier soir devant la maison de Jefferson. Plusieurs d’entre elles ont établi un parallèle entre sa mort et celle de Botham Jean, ce comptable noir de Dallas abattu dans son appartement par une policière blanche de Dallas, condamnée pour meurtre au début du mois.

Le frère de Jefferson, Darrius Carr, a réclamé l’arrestation du policier et son inculpation pour homicide. Son voisin regrette d’avoir appelé la ligne téléphonique pour situations non-urgentes.

(Photo BBC)

46 réflexions sur “Démission d’un policier blanc ayant tué une Noire dans sa maison

  1. Superlulu dit :

    Ouais et il a dit avoir vu une arme à feu sur le lit.
    Plantée ensuite?

    1. Superlulu dit :

      Et la voisine qui a appelé la police parce que sa porte était ouverte, ça ne lui a pas tenté de lui dire de la fermer? Il parait qu’un vent frais soufflait depuis peu et que les appartements étaient très chauds.
      Pays de fous.
      Si mon voisin a laissé sa porte ouverte, je vais cogner et lui mentionner, pas appeler la police.

      1. Achalante dit :

        Il me semble que ma première réaction serait d’aller frapper à la porte… Ou d’appeler directement le voisin/la voisine. Mais bon. Avec la culture des armes à feu, je peux comprendre que la voisine aie eu peur que ce soit un voleur armé…

        Reste que c’est un autre cas où l’entraînement du policier semble s’être limité à « tire d’abord, pose les questions ensuite. »

      2. Gilbert Duquette dit :

        @ Superlulu

        M. Hétu a omis un détail important pour que vous saisissiez tout le contexte de l’appel aux centre de situations non-urgente.

        Il était 02H25 du matin. Je crois qu’à cette heure de la nuit, il est plus sécuritaire de téléphoner à ce centre que d’aller cogner à la porte.

      3. Superlulu dit :

        @Gilbert Duquette: Où je demeure, dans le quartier Villeray, à Montréal, je ne connais personne qui a un gun.
        Therefore, peut importe l’heure, je cogne à la porte de mon voisin.
        D’ailleurs, ma voisine de 75 ans compte sur moi pour sortir son recyclage et ses déchets.
        Personne dans mon édifice ne s’attend à être tiré à bout portant.
        De plus, étant de bons voisins, nous avons le numéro de téléphone du voisin.
        Neighbors watch, Québécois, ou Montréalais.
        Gun Control in USA.

      4. Gilbert Duquette dit :

        @ Superlulu

        Oui au Québec cela va de soit, d’ailleurs je ne barre jamais mes portes comme ça si un voleur vient chez nous, j’aurai pas à payer pour changer la porte ou la serrure. Toutefois, le voleur devra montrer patte blanche à mes voisins.

        Mais au Texas où les guns sont rois je crois qu’il vaut mieux appeler le 911 ou un centre de situation non-urgente surtout la nuit.

        P.S. Vous avez surement contribué à ce que votre voisinage s’entraide et surveille mutuellement les appartements et maisons voisines.

      5. simonolivier dit :

        @achalante et superlulu. En fait, vous avez une partie de la bonne réponse. Ce sont les deux patrouilleurs qui auraient du cogner ou sonner à la porte de la dame.

    2. Ouin pis dit :

      Il a démissionné, lâchez les complots.

      1. sifu26 dit :

        @Gilbert Duquette C’est juste tout simplement horrible de se faire tuée PAR UN POLICIER dans notre demeure en jouant à des jeux vidéo …… incroyable !!!!!

  2. Henriette Latour dit :

    Cal… 🤬🤬🤬

    1. Haïku dit :

      Ost…
      Cib…
      Sacr…
      Tab…
      Je vous appuie 100% !

  3. ghislain1957 dit :

    Dans une déclaration initiale, il a déclaré qu’il avait perçu «une menace».

    Aussitôt que tu a le teint de foncé à très foncé, tu est automatiquement une menace!

    Shit Hole Country

  4. Une autre triste histoire.
    Manque de formation?
    Stress des policiers dû à une trop grande quantité d’armes à feu sur le territoire?

    Peu importe, les autorités doivent effectuer des changements pour mieux protéger la population.

    1. gigido66 dit :

      La peur, c’est le sentiment à retenir…beaucoup trop d’armes à feu en circulation.

    2. constella1 dit :

      Mariequatrepoches

      Je dirais toutes ces réponses
      Plus un solide manque de jugement???
      Je ne connais pas le protocole qu’ils appliquent dans ces circonstances mais ce n’est certainement pas cette façon qui est d’abord privilégiée

  5. Layla dit :

    Une porte ouverte suspecte impliquerait qu’elle serait brisée, misère encore heureux que le petit garçon a été épargné, ces jeux vidéos demandent ils une manette qu’il aurait pu prendre pour une arme? Est ce que ce sera sa défense. Ça juste pas de bon sens.

    1. Michèle dit :

      « …une manette qu’il aurait pu prendre pour une arme… »
      C’est arrivé à mon mari dans l’état de NY il y a quelques années. Arrêté pour une lumière arrière brûlée, le policier vient demander les papiers à mon mari qui avait sa vapoteuse entre ses jambes. Pistolet pointé sur lui, ‘get out of the car’ etc… Je vous épargne le reste car c’est trop long et invraisemblable.
      Ça nous a fait réaliser à quel point les policiers aux ÉU sont très nerveux. Et que mon conjoint aurait pu ‘y passer’ lui aussi…
      On pourrait facilement se dire « vous en voulez des guns, continuez à vous entretuer…vous l’aurez cherché ». Mais n’oublions pas que quiconque visite les ÉU peut en être menacé. Quel pays indigne!

  6. Réal Tremblay dit :

    Je suis peut-être conditionné par la profusion de cas propagés par une multitude de média mais la violence me semble tellement omniprésente au sud de notre frontière que les policiers en viennent un danger à tous les coins de rue surtout quand il n’est pas blanc. Une espèce de psychose généralisée.

  7. gérard séguin dit :

    Je ne sais pas, si ce policier est un ancien militaire. Cependant, il a agit comme tel. ils sont tous nos ennemis. Culture de la peur et des foutus arme à feu, entre les mains d’un bon gars, devenus halluciner. La peur de l’autre.

  8. Bidulen dit :

    Plusieurs policiers amérikkkains sont des voyous. La dame était à sa dernière année en médecine, paraît-il.

    1. simonolivier dit :

      Pas à sa dernière année, en pre-med plutôt.

  9. loup2 dit :

    Une de plus…

    En démissionnant avant d’être congédié, le trou de cul il s’exempte de quel chef d’accusation ?
    Monétaire ? Criminel ?

    1. Ouin pis dit :

      Aucune. Cherchez pas le complot.

    2. Louise dit :

      Traiter le policier de trou de cul, c’est une première réaction qui nous vient tous à l’esprit mais je crois qu’il faut regarder cela sous un autre angle plus général.
      Aux États-Unis et au Texas plus particulièrement tour le monde baigne dans une culture de la violence.
      La formation que ce policier a reçu était certainement imprégnée de cette culture et il y là une grave lacune.
      Je ne prend pas sa défense: il a manqué de jugement, il a manqué de sang-froid et il n’a pas respecté les règles à suivre dans une telle situation. Ce que je dis c’est qu’il n’est pas le seul à blâmer. La société entière a un grave problème et toutes les ressources devraient être mises en place pour le résoudre. Ce n’est pas une mince affaire mais si on se contente de condamner, rien n’évoluera.

  10. Richard Desrochers dit :

    Quand une porte est ouverte, tu sonnes, tu frappes, tu appelles. Tu ne commences pas par regarder par la fenêtre d’une chambre à coucher.
    Peut-être que ce qu’il a perçu comme une menace, c’est que la femme tenait une télécommande de jeu vidéo ?
    Quoiqu’il en soit, le policier n’a pas procédé comme il aurait dû.

  11. Haïku dit :

    Coudonc, jouer à des jeux vidéos avec son neveu c’est une menace ? C’est plutôt le policier qui l’était.😨😨😨

    1. Richard Desrochers dit :

      Je voulais simplement dire qu’une manette de jeux vidéo se tient de la même façon qu’une arme, et si l’écran n’était pas visible de face… mais le policier a eu tort de toute façon avant même de voir quelque chose à l’intérieur.

      1. Haïku dit :

        @Richard Desrochers
        Mon commentaire n’était pas destiné à votre endroit.
        J’ai lancé ça de même.
        Désolé pour la confusion.

  12. Louise dit :

    On est dans un pays où tout le monde a peur des autres. Les noirs ont peur de la police, la police a peur des noirs et les voisins ont peur d’aller sonner à côté pour signaler une porte ouverte.
    Et dire que l’argument principal de la NRA pour vendre des armes c’est de faire croire aux gens qu’ils pourront se protéger et se sentir en sécurité s’ils possèdent une arme. C’est justement pourquoi chacun se méfie de tout le monde parce qu’ils savent qu’ils peuvent se faire tirer n’importe où et n’importe quand. Y-a-t’il situation plus insécurisante ?

    Pour le policier impliqué, ce n’est pas pour se défendre qu’il a tiré, c’est parce qu’il avait peur.
    Il est urgent de faire quelque chose non seulement pour contrôler les armes (les bannir serait encore mieux ) mais aussi au niveau de l’éducation. Par exemple, il pourrait y avoir des forums de citoyens qui se rencontrent pour se parler et ensemble trouver des solutions.
    C’est possible, il suffit que quelqu’un prenne le leadership de ce mouvement comme metoo par exemple.

    1. gérard séguin dit :

      @louise, en plein sur le target de la cible. Ceci n’est pas évident de changer, la culture du Farwest. Ils ne sont pas près, d’autant qu’ils ont un gourou, pour promouvoir la peur.

    2. Bidulen dit :

      Peut-être faudrait aider les policiers à avoir moins peur en les référant à des psys pour les guérir de la négrophobie.

  13. CBT dit :

    C’est devenu très dangereux pour les noirs aux EU, même dans leur propre maison en train de regarder la télé ou de jouer à un jeu vidéo et sans raison apparente, la personne représente une menace envers les policiers à la gâchette facile…même dans sa propre voiture si le policier en décide ainsi…. Ouf !!!

  14. Benoit Forget dit :

    La jeune femme sur la photo a l’air de n’importe quoi sauf d’une menace!

    Quand même, tu es chez toi, peinard, en train de jouer à des jeux vidéos et soudain, sans même que tu t’en rendes compte, tu es perçu comme une menace par un policier blanc sous prétexte que tu as laissé tes foutues portes ouvertes.

    Bienvenue en Absurdistan!

  15. fylouz29 dit :

    En France, on est bien plus logique.

    Si la cible porte un gilet jaune, tu tire.

    Sinon, tu utilise ta matraque (pas dans l’anus, ça fait PD) et ensuite tu porte plainte pour ‘rébellion et outrage à agent. »

  16. chicpourtout dit :

    C’est je crois, Malcolm Gladwell dans son ouvrage  »Le point de bascule » (The Tipping Point) qui parlait de son expérience avec ses cheveux… Dès qu’il laissait pousser un peu plus ses cheveux (qui lui donnait un genre afro), il se faisait fouiller. Son expérience indiquait que c’était devenu  »une réaction automatique » à son endroit (notamment dans les aéroports je crois). Gladwell est journaliste, conférencier et écrivain.

    Il semble bien que cette  »réaction automatique » soit devenue comparable impliquant des policiers blancs en lien avec les Noirs. Ils sortent leurs armes et font feu. Tant que les policiers n’auront pas une distance plus grande, un regard plus critique sur leur mode d’intervention (formation) ils ne transformeront pas leur façons de faire. La situation se répétera ad-nauséam.

    C’est probablement simpliste comme analyse mais force est de croire que  »tant que l’on a le nez coller sur l’arbre, on ne peux distinguer la forêt »…

  17. Gilbert Duquette dit :

    Pour ajouter à l’horreur de la pseudo-justice aux USA

    Un ancien policier de Georgie a été déclaré non coupable de meurtre lundi, plus de quatre ans après avoir tué un homme noir nu, non armé et souffrant de maladie mentale.
    Un jury du comté de DeKalb a déclaré Robert « Chip » Olsen coupable de voies de fait graves, de fausse déclaration et de deux chefs d’accusation de violation du serment, mais l’a acquitté de deux accusations de meurtre.
    M. Olsen risque jusqu’à 35 ans de prison et doit être condamné le 1er novembre. La juge Latisha Dear Jackson a dit qu’il peut demeurer en liberté en vertu d’une caution de 80 000 $ jusque-là, mais qu’il aura un bracelet électronique à la cheville et sera assujetti à un couvre-feu.
    M. Olsen a été accusé d’avoir tué Anthony Hill, un ancien combattant afghan de 26 ans, en mars 2015. Avant la fusillade, quelqu’un dans son quartier avait appelé la police pour signaler qu’un homme  » agissait de façon dérangée, frappait aux portes et rampait nu sur le sol « , a déclaré Cedric Alexander, alors chef de la police du comté de DeKalb.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

  18. Henriette Latour dit :

    Finalement, les Américains ne sont qu’une bande de peureux.

    1. Bidulen dit :

      Je ne dirais pas peureux mais racistes. Plusieurs agissent très bien devant des blancs…

      1. gl000001 dit :

        « très bien devant des blancs »
        Pas sur. J’aurais deux histoires à vous conter à propos de blancs québécois qui ont très peur pour leur vie face à des policiers américains qui leur ont hurlé après avec un gun pointé sur leur tête.

      2. Haïku dit :

        @gl000001
        SVP. Contez moi vos histoires. Je suis curieux.

  19. treblig dit :

    Il existe une rhétorique dangereuse dans la police américaine sur une supposée  » war on cops ». Ce qui alimente une paranoïa chez les policiers qui les amènent à voir des ennemis partout.

    Des ennemis potentiels chez les noirs bien sûr, mais aussi toute une frange de la société blanche pauvre, marginale ayant des problèmes de santé mentale ou de consommation. L’attitude paranoïaque des policiers alimente en retour la méfiance des minorités et des marginaux envers la police.

    Une sorte de cercle vicieux

  20. Madalton dit :

    Quand on voit les exigences pour postuler comme policier à Dallas, ville voisine, il ne faut pas se surprendre des bévues policières. Au Canada, nos policiers suivent une excellente formation. Aux USA, si tu as été soldat avec une bonne mention ou si tu as un C au collège,tu peux être policier. Dans les petites villes, c’est pire.

    https://dallaspolice.net/joindpd/Pages/Qualifications.aspx

  21. constella1 dit :

    Madalton

    Très juste
    👌👌👏

  22. Pierre DiStefano dit :

    Il a enlevé une vie,gâcher sa vie rt traumatisé un enfant pour là vie.

  23. Haïku dit :

    « Il est plus facile de se servir d’un fusil que de montrer du courage »(H. Tomlinson).

  24. Mariette Beaudoin dit :

    Une vie, c’est sacré. Il me semble que c’est une évidence !

    Et pendant ce temps, il aurait pu y avoir un vrai crime ailleurs dans le quartier et aucuns policiers pour intervenir, trop occupés dans cette maison où tout était tranquille !

    Le jour où tout le monde va comprendre que l’on est sur Terre pour la rendre merveilleuse pour tous, comme un avant-goût du ciel, tout va changer. Mais je rêve encore !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :