Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Le candidat républicain Dan Bishop (photo) a battu son rival démocrate, Dan McCready, par deux points de pourcentage hier lors d’une élection partielle pour un siège à la Chambre des représentants dans une circonscription de la Caroline du Nord où Donald Trump a triomphé par 12 points de pourcentage en 2016. On trouve ici les résultats finaux.

Première leçon de ce scrutin qui était une sorte de répétition générale pour l’élection présidentielle de 2020 : la défection des électeurs modérés ou indépendants de la banlieue vers les démocrates, commencée en 2018, se poursuit. Et cela signifie que la Caroline du Nord, où Trump a battu Hillary Clinton par 3,6 points de pourcentage en 2016, sera en jeu en 2020.

La 9e circonscription de la Caroline du Nord inclut Charlotte, la ville la plus peuplée de l’État, et Fayetteville, autre ville d’importance, plus à l’est. Entre les deux s’étalent plusieurs municipalités rurales où Dan Bishop a fait le plein d’appuis. Appuis qui avaient été mobilisés lundi soir par Donald Trump lors d’un rassemblement à Fayetteville. C’est une autre leçon de l’élection d’hier : autant le président mobilise ses contempteurs, autant il active les républicains convaincus.

L’élection partielle avait été rendue nécessaire par l’annulation des résultats du scrutin de novembre 2018 dans la 9e circonscription. Le candidat démocrate avait alors été battu par seulement 905 voix lors d’un scrutin entaché par une fraude électorale commise par le camp républicain.

McCready a donc été battu hier par une plus grande marge qu’en 2018. Mais  la courte victoire des républicains rappelle celles qu’ils ont remportées lors d’élections spéciales en Georgie, au Kansas, au Montana et en Caroline du Sud, avant de subir une perte nette de 40 sièges lors des élections de mi-mandat.

Les républicains craignaient qu’une défaite dans la 9e circonscription de la Caroline du Nord n’accélère les retraites parmi les membres de leur groupe à la Chambre des représentants. Les résultats du scrutin d’hier comportent une autre leçon à ce sujet : ils ne valent guère plus qu’une défaite.

(Photo Getty Images)

49 réflexions sur “Caroline du Nord : les leçons d’une courte victoire républicaine

  1. theophileraulet dit :

    Espérons la victoire des démocrates lors prochaines élections.

  2. Lecteur-curieux dit :

    Des conservateurs soft qui étaient lean republicans qui n’embarquent pas dans le populisme/autoritarisme/nationalisme de Trump et qui peuvent au final voter démocrate. La baisse serait là.

  3. Louise dit :

    Les résultats de l’élection d’hier augurent une bataille très serrée pour 2020. Si les Démocrates l’emportent comme je le crois, on peut être sûrs que Trump ne lâchera pas le morceau facilement. On peut s’attendre à des contestations judiciaires.

    La polarisation de l’électorat ne va pas disparaître du jour au lendemain, ce qui veut dire que les Américains ne sont pas prêts de vivre dans un climat apaisé. La transition qui se fait habituellement d’une façon harmonieuse risque de connaître des remous et ce ne sera pas facile pour le prochain président. Mais les Américains en ont vu d’autres et ils vont finir par retrouver un certain équilibre.

    1. Serge Montpetit dit :

      Pas sure de ca, une majorite d electeurs on vote pour des tricheurs. sa fait dure en TA au USA.

  4. treblig dit :

    Il a été signalé que le vote des banlieusards ( plus précisément, des banlieusardes blanches) serait le facteur de changement pour l’élection présidentielle. Nous sommes ici dans le sud conservateur encore un peu raciste et misogyne. Et pourtant les premiers chiffres indiquent un changement dans le vote des femmes vers les démocrates.

    Ramené à l’échelle nationale, si les femmes blanches ( beaucoup plus sensibles aux soins de santé plus qu’autres choses) votent à 52% pour les démocrates, les carottes sont cuites pour les républicains. surtout dans les états du Nord et de l’ouest

  5. Lecteur-curieux dit :

    On voit les chiffres par comté (county ) et en regardant quelques-uns on voit que les électeurs habitant le même county ont tendance à voter de la même façon.

    Alors il y a des redécoupages partisans de la carte électorale? Je ne les ai pas tous regardés mais si ce n’est pas serré. Comment votent vos voisins que l’on a comme carte par ici.

    Le déplacement du vote et/ou les résultats on les voit et qui fait gagner une circonscription au final.

  6. spritzer dit :

    La campagne de Bishop a diffusé des pubs avec AOC et Rashida Tlaib qui critiquent Trump et appellent à son impeachment, une tactique qui va sûrement va se répéter en 2020.

    « McCready a donc été battu hier par une plus grande marge qu’en 2018. Mais la courte victoire des républicains rappelle celles qu’ils ont remportées lors d’élections spéciales en Georgie, au Kansas, au Montana et en Caroline du Sud, avant de subir une perte nette de 40 sièges lors des élections de mi-mandat. » R. Hétu

    Penser que le scénario va se répéter est un peu du wishful thinking. Les démocrates sont mieux d’avoir un bon candiat et si c’est Biden, tout est possible à mon humble avis: le pire comme le mieux.

  7. Benjen Stark dit :

    Donald J.Trump n’était pas sur le « ticket » hier, il le sera en 2020. Ce ne sera pas une « mince » victoire de 2 points l’an prochain.

    1. treblig dit :

      @benjen

      On parle ici de la Caroline du Nord ou le sénateur républicain Jesse Helms, ultra conservateur et raciste déclaré, a régné pendant presque 40 ans. Si le vote est majoritaire est de seulement de 2% pour les républicains dans cet état, imaginez ce qui va se produire dans le reste du pays.

      1. Benjen Stark dit :

        @Treblig Encore une fois, hier c’était une victoire de 2% pour Dan Bishop et non pour Donald Trump puisqu’il n’était pas sur le ticket.

    2. el_kabong dit :

      @benjen

      Encore en train de siffler en traversant le cimetière dans le noir…

    3. jeanlouischarette dit :

      Il n’y avait aucun candidat présidentiel Démocrate sur le « ticket » hier, il y en aura un (ou une) en 2020. La victoire démocrate sera beaucoup plus imposante qu’un simple 2 points l’an prochain.

      1. Benjen Stark dit :

        @jeanlouischarette C’est sûr que les gens de la Caroline du Nord meurent d’envie d’aller voter pour Kamala Harris ou Elizabeth Warren.🙄

      2. Lecteur-curieux dit :

        Peut-être à Raleigh?

        La Bunch of Jerks ayant eu un succès là. Et accusés par notre Don Cherry national. Les villes sont des enclaves démocrates et alors même des fans de hockey le sont aussi ou bien laissent leur côté moins conservateur sortir ?

    4. chrstianb dit :

      Ben là, va falloir vous faire une idée.
      Vous avez dit que trump est un «king maker» hier et maintenant vu que c’est une courte victoire, c’est pas de sa faute puisque trump n’est pas sur le «ticket». C’est du baratin votre affaire.
      https://richardhetu.com/2019/09/10/election-speciale-pleins-feux-sur-la-caroline-du-nord/#comment-140266

    5. Loïc Duplantis dit :

      C’est une victoire de 2 point dans un district que Trump a remporté par 12 point et qui est dessiné pour être solidement républicain pas dans toute la Caroline du Nord, s’il gagne par moins de 10 pourcent dans ce district il est dans le trouble dans un État qu’il peut difficilement se permettre de perdre contrairement aux démocrates.

  8. Lecteur-curieux dit :

    https://er.ncsbe.gov/contest_details.html?election_dt=09/10/2019&county_id=0&contest_id=1001

    Cumberland et Robeson sont vraiment serrés.

    Oui on peut regarder aussi le vote avec une bonne dizaine de segmentation de l’électorat.

    Les Women for Trump existent pour vrai mais… Et imaginez les black woman comme Diamond and Silk qui sont plus là pour aller chercher le vote des Blancs, voyons donc.

  9. Yolande C. dit :

    @Richard Hétu

    Vous écrivez: «Les résultats du scrutin d’hier comportent une autre leçon à ce sujet : ils ne valent guère plus qu’une défaite.»

    Permettez-moi de diverger d’opinion avec vous.

    En politique, il y a des victoires et des défaites.

    Bien sûr, il faut en tirer des leçons et la principale est que Donald Trump réussit à mobiliser ses troupes pendant que les démocrates se cherchent un candidat.

    Sauf le Maine et le Nebraska, lors des présidentielles, les autres états sont des winner-take-all. L’ampleur d’une victoire n’y change rien.

    Les 270 votes au collèges électoral sont toujours à portée de Donald Trump même s’il va se faire lessiver au vote de l’ensemble du corps électoral et ça, les démocrates ne semblent pas le comprendre.

    À mon avis, exit l’impeachment car celui-ci ne fait que galvaniser les républicains et diviser le leadership démocrate.

    Que les démocrates calment un peu le pompon de Jerrold Nadler qui, politiquement, est un éjaculateur précoce.

    Qui trop embrasse mal étreint.

    J’ai beaucoup plus confiance à Nancy Pelosi pour mener la barque.

    Le 03 novembre 2020 devrait être la principale cible des démocrates.

    1. J.C.Virgil dit :

      Je crois aussi que mettre le focus sur l’impeachment surtout depuis que l’enquête Mueller a foiré en quelque sorte en ne pouvant prouver une collusion entre l’équipe de Trump et les russes , est une mauvaise stratégie.
      Sans être un partisan républicain, je ne suis sûrement pas le seul à retenir cette phrase de Mueller :*Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas prouver qu’il l’a fait que ça prouve qu’il ne l’a pas fait*…

      Pas fort ! Imaginez comment se ferait ramasser n’importe quel avocat qui se présenterait en cour avec une telle affirmation qui nie *l’habeas corpus* un des fondements de la justice américaine !

  10. Léo Mico dit :

    Est-ce que cela signifie que la moitié des habitants de cette circonscription de la Caroline du Nord approuvent le racisme, la xénophobie et la haine de Dan Bishop et de Trump ?
    Ou est-ce que simplement ils votent républicains sont trop réfléchir ?

    1. Superlulu dit :

      Poser la question, c’est y répondre.
      Presque que l’Alabama.

    2. Lecteur-curieux dit :

      Peu importe où mais c’est plus fort chez les Américains que les Français, les gens votent avec leur inconscient et pareil quand ils achètent et ce beaucoup plus qu’avec la longue réflexion.

      Les Américains sont un peu plus comme cela que les Québécois ou tiens dans les trois cerveaux eux le cerveau reptilien domine vraiment alors que les Québécois c’est celui des émotions. Les Français sont plus cerveau cortex. Des analystes politiques vont l’être aussi mais se faisant lisent mal l’électorat.

      Ne se fier que sur l’intuition ou l’instinct à la Trump n’est guère mieux.

      Et le neuro-marketing appliqué ? Il tend à confirmer certaines intuitions.

      1. Lecteur-curieux dit :

        https://blog.usejournal.com/the-neuroscience-technology-that-could-transform-the-2020-election-bdf30397c5d6

        Il faut l’admettre que c’est l’inconscient qui domine donc le cerveau reptilien et celui limbique.

        Et en l’admet tant là le 2 ou 3% disons du cerveau néocortex CA nous guider vers le raisonnable tout de même.

        Hier je lisais le mur d’un québécois libertarien citant un Américain qui blâme les émotions et laissant entendre que c’est la gauche qui se laisse guider par ses émotions.

        Les deux camps se mentent à eux-mêmes par cette prétention et qui n’est pas actualisée au monde moderne et faisant du rationalisme une mythologie ou idéologie.

  11. Martin coté dit :

    Iil aurait meux valu une victoire hier…une defaite est une defaite et les democrates devront redoubler d’ardeur s’ils veulent une victoire eclatante en 2020…..sans peut-etre aller jusqu’a l’impeachment, les démocrates de la chambre devront travailler pour faire ressortir le coté malveillant et malsin de Trump comme président…..et je pense que les enquetes en cours permettront d’en aire ressortir un bon bout….a suivfe…

  12. Les victoires morales, c’est bon pour le Parti Québecois, j’ose espérer que les démocrates ne se contentent pas de si peu…

    Le problème demeure que l’impopularité de Trump ne se traduit pas en gains sur le terrain. Il me semble que ça devrait être dégelée après dégelée dans son cas.

    1. el_kabong dit :

      @grosse tétine

      Vision simpliste… imaginez un candidat libéral dans Westmount qui gagnerait par seulement 2%; c’est la même chose ici…

  13. Toile dit :

    Une défaite qui vaut plus qu’une défaite, surement mais j’anticipe avec beaucoup de craintes que les coups bas s’intensifient en fréquence et en gravité tellement l’ensemble du camp maudit à trop à perdre dans cette lutte au pouvoir. En attendant, essayons de garder le cap de l’optimisme, l’accroissement des gourdes étant quant à moi, un facteur qui devrait jouer en défaveur des républicains.

    1. ProMap dit :

      Toile – Je suis un peu déçu. Une perte d’un point par rapport à 2018. Il faut reconnaître que le gerrymandoring est très efficace et encore plus dû au fait que les voteurs républicains se déplacent en masse aux élections et se foutent des escroqueries de leurs politiciens. Tricher pour me satisfaire n’est pas mal. à la présidentielle, le gerrymandering ne joue pas, mais les autres facteurs, oui. Là aussi, une leçon est à retenir : l’indifférence face aux magouilles et la volonté de voter. Et je ne sais plus trop quoi en penser pour 2020. Le rêve est beau, mais la réalité est cruelle.

      1. Toile dit :

        Heuh… vous êtes déçus de mon propos ?

  14. chrstianb dit :

    Les gens sont restés à la maison par rapport à 2018:

    Élection de 2018 district 9:

    Republican Mark Harris 139,246
    Democratic Dan McCready 138,341
    Libertarian Jeff Scott 5,130
    Total votes 282,717

    https://www.wikiwand.com/en/2018_North_Carolina%27s_9th_congressional_district_election

    Élection de 2019 district 9:

    Republican Dan Bishop 96,081
    Democratic Dan McCready 92,144
    Libertarian Jeff Scott 767
    Green Allen Smith 371
    Total votes 189,363

    https://www.wikiwand.com/en/2019_North_Carolina%27s_9th_congressional_district_special_election

    La participation a baissé de 33%.
    Les dem n’ont pas été capable de sortir le vote.
    Remarquez la débandade du candidat libertarien: plus de 5000 à moins de 800.
    Je n’ai pas trouvé le nombres d’électeurs. Tout ce que j’ai trouvé est la population : 778,477

    1. Haïku dit :

      chrstianb
      Merci pour l’info.

  15. March dit :

    Une victoire par 2% dans une place qui vote GOP depuis 50 ans n’est pas une bonne nouvelle car si cette course serait arrivé dans un vrai swing state, ce serait les Democrates qui aurait gagné.

    De plus, certain l’on bien dit, Trump n’était pas sur le billet. Si la baisse de l’écart entre les candidats Dem et Gop sont attribué à l’impopularité de Trump, imaginé ce que ça va être lorsque son nom va être sur le billet.

    Par contre, ça démontre encore une fois l’incapacité de faire sortir le vote pour les Démocrates.

    1. ProMap dit :

      March – Vous avez raison. La Caroline du Nord n’est pas un swing state. C’est le GOP qui vient de la définir ainsi. trump a gagné le collège électoral par une centaine de milliers de votes, c’est aussi vrai. Par contre trump était bel et bien sur le billet à l’encre invisible et les voteurs républicains l’ont bien vu avec leur lunettes spéciales. Comme vous dites, la mobilisation est la clef. D’ailleurs trump ne fait que ça, de la mobilisation. Tout tourne autour de la mobilisation. Je lui concède cette « intelligence de TVman ».

      1. gl000001 dit :

        Il n’y a rien d’intelligent là-dedans. C’est une technique.
        On en a un au Québec comme ça. Il était à la télé mais maintenant, il est à la cour !!

  16. treblig dit :

    @ Toile

    Euh… l’accroissement des gourdes?

    1. Toile dit :

      Oups… des bourdes….trop drôle!

  17. Alexander dit :

    Pas juste une victoire morale pour les démocrates. Quand tu fais une percée significative dans les châteaux-forts ennemis, ça peut surtout dire que tous les swing states sont en péril pour les républicains.

    On parle de 6-7 états qui donnent le pouvoir in extremis.

    Faut garder le tempo et maintenir la guerre de tranchées. C’est une tactique de guérilla.

    Ceci étant dit, comme disait Feu René Angelil: « Ce n’est pas juste d’être bon, c’est d’être bon quand ça compte. »

    Novembre 2020, c’est ce qui compte.

  18. J.C.Virgil dit :

    Dans le fond ceux qui détiennent la clé de la réélection de Trump c’est la FED . Une hausse des taux d’intérêts et c’en est fini de Trump.
    Il ne faut pas trop se réjouir cependant , la dette des ménages et des sociétés américaines ,bien au-delà de 9 000 milliards de dollars, pour effectuer des rachats d’actions plutôt qu’investir dans de nouvelles usines et de nouveaux équipements,a alimenté une bulle spéculative sans précédent dans les actions , qui pourrait exploser et tous nous mettre sur la paille…

    1. chrstianb dit :

      Exact. La dette privée est équivalente à celle de 2005 soit 2 à 3 ans avant l’éclatement de la bulle immobilière.
      https://d3fy651gv2fhd3.cloudfront.net/embed/?s=unitedstpridebtogdp&v=201906191120V20190821&lang=all&d1=19190101&d2=20191231&type=type=spline&h=300&w=600
      Extrait du site:
      https://fr.tradingeconomics.com/united-states/private-debt-to-gdp

  19. Loufaf dit :

    Je me demande par quelles tricheries, le républicain a remporté l’ élection hier et quelles tricheries seront employées pour le couronnement du king des zétats en 2020.

  20. Lecteur-curieux dit :

    Pour les leçons c’est un concept intéressant.

    Les leçons pour les observateurs? Nous ne sommes pas acteurs.

    Les leçons alors que tirent le parti républicain et le parti démocrate ? Elles peuvent être à l’opposé et surtout publiquement. Trump lui a fait une fanfaronnade prétendant que Bishop était vraiment beaucoup, beaucoup derrière et qu’il a gagné en rajustant le tir aidé par le Donald lui-même. Il y a probablement une part de vrai mais tellement exagérée.

    Les leçons aussi de 2016 de la victoire de Trump que des profs de marketing ont énumérées n’ont jamais été intégrées par la grande majorité des partisans démocrates.

    Et les républicains aussi ne tirent pas beaucoup de leçons de la vie. Et Donald Trump alors ? Il apprend la leçon pour devenir encore pire par la suite.

    Sinon ? Cela est de plus en plus difficile de prévoir les résultats finaux juste la division qui est facile à prévoir. La pensée binaire bien plus que celle unique. Il y a des variations mais c’est sur la polarisation qu’on mise pour gagner.

  21. treblig dit :

    Les analyses commencent à entrer. Effectivement, les banlieues rapprochées de Charlotte ( suburbs) ont voté démocrates en plus grand nombre. Mais les banlieues éloignées ( exburbs ) et le milieu rural ont voté républicains.

    Le taux de participation révèle, encore une fois, l’Incapacité à faire sortir le vote démocrate en dehors des présidentielles.

  22. citoyen dit :

    peu importe le taux de participation et le vote populaire, tant que les républicains gagnent les sièges, ils sont favoris.

  23. Malgré le vote serré, c’est une douche d’eau froide pour moi.

  24. papitibi dit :

    Huuuuge Victory!
    Unpresidented… I mean, unprecedential. Well, you all understand. All understand.

    I DID VERY WELL!. I DID VERY WELL. I did. I.

    Une fois de plus, Crooked Hillary a été battue.
    Lock her Up.

    We have drained the Swamp.
    Make North KKKarolina Great Again.

    1. Haïku dit :

      papitibi
      Excellent !👌

    2. gl000001 dit :

      Ecrit en « gras ». Un Sharptweet !!!

      1. papitibi dit :

        Hé hé!
        Les caractères gras devaient cesser APRÈS le premier ‘I d’ID very well’

        Erreur au moment de taper la balise HTMI…

  25. citoyen dit :

    un démocrate peut voter républicain, un républicain ne vote jamais démocrate.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :