Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Bernie Sanders et son entourage ont du mal à cacher leur frustration à l’égard des médias ces jours-ci. Lors d’une conférence téléphonique, le stratège du sénateur du Vermont, Jeff Weaver, a accusé hier la presse de traiter le candidat à la présidence comme si sa campagne était déjà finie. Quant à Sanders, il a fait un Donald Trump de lui-même en reprochant au Washington Post de faire la sale besogne de son propriétaire, Jeff Bezos, qui est aussi le grand patron d’Amazon. Le Post, Bezos et Amazon font partie des cibles favorites de Trump.

De passage au New Hampshire, Bernie Sanders a déclaré que la façon dont le Post le traite n’est peut-être pas étrangère au fait qu’il se plaint souvent de ce qu’Amazon ne paie pas d’impôts au fisc américain.

«J’en parle tout le temps, a-t-il dit. Et puis je me demande pourquoi le Washington Post, qui est la propriété de Jeff Bezos, qui est possède Amazon, n’écrit pas des articles particulièrement bons à mon sujet. Je ne sais pas pourquoi.»

Le rédacteur en chef du Post, Marty Baron, a accusé Sanders de verser dans la théorie du complot.

«Le sénateur Sanders est membre d’un grand club de politiciens – de toutes les idéologies – qui se plaignent au sujet de la façon dont les médias les traitent, a dit Baron. Contrairement à la théorie du complot à laquelle le sénateur semble adhérer, Jeff Bezos permet à notre salle de réaction de travailler avec une pleine indépendance, comme nos reporters et éditeurs peuvent l’attester.»

Le Post, faut-il préciser, a publié récemment un article faisant état des doléances du personnel de campagne de Sanders concernant leurs conditions de travail. Ils réclament notamment un salaire de 15$ de l’heure. Ô ironie.

Une chose est certaine : sur le plan des pleurnicheries, Bernie est le champion des démocrates, et pas seulement en 2019…

(Photo AP)




62 réflexions sur “Quand Sanders se prend pour Trump

  1. mhbdotblog dit :

    Enfin il montre son vrai visage d’individu narcissique. Enfantillage, c’est moi le meilleur des meilleurs!

    1. rdnsls dit :

      Ça laissé présager rien de bon s’il ne remporte pas l’investiture démocrate. Ses partisans vont bouder les élections, comme ils ont fait il y a 4 ans.

  2. fallaitquejteuldise dit :

    Même avec de bonnes intentions, un américain demeure un américain. Allez voir ailleurs, y’a rien à voir ici.

  3. Martin cote dit :

    Sandres commence à sentir à la fin…et comme en 2016, il essaie de trouver des coupables à la mauvaise tournure de sa campagne…il n’est pas capable d’admettre que c’est lui le problème ……en espérant qu’il ne fera pas comme en 2016 et qu’il se ralliera assez vite derrière le candidat ou la candidate choisie pour la présidentielle….

  4. gl000001 dit :

    Après « Enter Sandman » de Métallica, faisons place à « Exit Sanders ». C’est lui qui a des monstres dans le placard. Et qu’il sorte au plus vite pour ne pas que ses fan (atiques) aient le temps de changer d’idée sur leurs intentions de vote.

  5. el_kabong dit :

    @martin cote
    « … en espérant qu’il ne fera pas comme en 2016 et qu’il se ralliera assez vite… »

    N’y comptez pas trop…
    Comme j’ai déjà dit sur un autre billet, Bernie est un passager clandestin qui souhaite devenir capitaine du navire démocrate, … et ses bros vont encore une fois préférer voir le bateau couler que le voir arriver à bon port avec un autre capitaine que leur messie…

    1. Henriette Latour dit :

      el_kabong

      👏👏👏

  6. Rustik dit :

    Je lui préfère de plus en plus le Colonel Sanders. Et concernant Bezos, au moins lui il a sauvé la télé-série The Expanse. 😉

    Plus sérieusement, pourquoi les politiciens américains ne se regardent-t-il pas dans le miroir avant de vouloir détruire la réputation d’un média? Et après on se demande pourquoi l’américain moyen s’informe sur des sites alternatifs criblés de faussetés… quand les politiciens les orientent à faire ainsi… on a peut-être la réponse.

  7. monsieur8 dit :

    « Ô Ironie ».

    Si je ne m’abuse, les travailleurs de campagne de Sanders se sont syndiqués, et ils gagnent effectivement au moins 15$ de l’heure. Erre-je?

    https://www.vox.com/policy-and-politics/2019/5/9/18538272/bernie-sanders-campaign-staff-union-contract-details

    https://www.cnbc.com/2019/07/23/bernie-sanders-strikes-deal-with-campaign-union-for-15-minimum-wage.html

    Ceci dit, c’est vrai qu’il est pas mal chialeux l’oncle Bernie. S’en prendre aux média n’est jamais une bonne idée. Je pensais qu’il était parfait, je tombe de haut… 😉

  8. gérard séguin dit :

    Sanders est un loup solitaire ou solidaire. à l’échelle de la politique américaine. Système politique plus que dépasser. Je préfère, vivre notre système électoral. Rien de parfait, mais, maudit qu’il est de beaucoup supérieur. à se comparer, on se console.

  9. V-12 dit :

    Le problème de Sanders, c’est qu’il répète presque mot pour mot, sa campagne de 2016. Et il devrait se considérer chanceux que la presse ne lui rentre pas dedans pour son vote contre des sanctions sur la Russie, son vote contre le contrôle des armes à feu.

    Il est comme un vieux 33-tours égratigné qui accroche tout le temps au même endroit. Ses propres propos sont repris par d’autres canadidats en étant réemballés et finissent mieux reçus que les siens.

    Mais Bernie n’est pas un gars de compromis. My way or the highway. Toxique pour les Dems.

  10. Toile dit :

    Ces gens aiment les journaux « perroquets » : parle de moi, cite moi, fait de beaux clichés, le tout à la une svp. Ces gens aiment pas trop ce que tout bon media digne de ce nom doit faire : rapporter la nouvelle selon les faits. Un media digne de ce nom analyse aussi, met en perspective, apporte un éditorial, commente. Ben Bernie, tu fais bébé lala et ma foi ta solidarité fait nettement défaut. Il te faudrait aussi un ballon à l’helium comme l’autre. Fin de l’histoire M. Sanders.

  11. 430a dit :

    Sanders est un vieux grincheux, Biden un vieux croulant. Ça prend quelqu’un de plus combatif contre Trump. Hélas, on ne voit rien venir pour l’instant…

    1. Anne-Marie dit :

      430a
      Je vois très bien mesdames Warren et Harris qui n’ont pas leur langue dans leur poche. Elles ont des idées. Même si madame Warren est âgée de 70 ans, elle est plus jeune que le clown 🤡, Biden et Sanders. Harris est une petite jeunesse dans ce lot.

      1. John Dion dit :

        Mais Waren est trop a gauche pour l’americain moyen.

      2. Benton Fraser dit :

        Au Canada, Warren serait centre-gauche…

        Mais les américains sont plus à gauche que l’on pense, seulement ils ont de la misère de démêler leur gauche de leur droite, le pouvoir de l’argent y fait son oeuvre fortement!!!

  12. Pierre S. dit :

    ——————————

    Bernie créé de la division et de la confusion et au final ca fait élire Trump en 2016.
    Et la on comprend qu’il n apprend pas de ses erreurs.

    1. Henriette Latour dit :

      Pierre S.

      👏 vous avez tout faux. La raison pour laquelle trump a été élu, selon Sanders et sa secte, c’est parce qu’Hilary Clinton a gagné l’investiture.

  13. NStrider dit :

    Je suis déçu de M. Sanders, en 2016 il était “le” candidat progressiste et ses troupes fort déçues de la position de l’establishment du parti ne se sont pas ralliées.
    Cependant cette année, il n’est pas le seul “ progressiste” sur le plancher et je crois que ses supporters se rallieront à Biden si celui ci va chercher un/une représentante de l’aile progressiste.
    J’aimerais bien avoir maintenant la vision de @ Richard Hétu de ce qui pourrait constituer le ticket démocrate.
    Je me mouille, je verrais assez bien un Biden/Harris plutôt que Biden/ Warren même si celle-ci donnerait un peu de structure au programme (I have a plan) mais on est trop dans la gérontocratie.
    Et ça pourrait ouvrir la porte à un Harris/ Buttitieg pour les élections suivantes
    D’autres “tickets” à proposer ???

    1. Madalton dit :

      Obama 😉

  14. treblig dit :

    Seulement 13 commentaires après presque 2 heures depuis la parution du billet. Se pourrait-il que le sujet Sanders irrite non seulement moi mais aussi plusieurs blogueurs.

    Sanders, pu capab

    1. Toile dit :

      En effet. Alors que le sujet est Sanders, même Edgar est disparu ou muet.

    2. gl000001 dit :

      Le Colonel Sanders est plus intéressant que lui.

      1. Haïku dit :

        gl000001
        Ouch ! Merci pour le rappel.😉

  15. jeanfrancoiscouture dit :

    @monsieur8, 16:31. «S’en prendre aux média n’est jamais une bonne idée» Ça, c’est vrai mais pas pour les bonnes raisons. Indépendamment de l’opinion que l’on peut avoir sur le comportement de Bernie Sanders ou de quiconque ose faire le moindre reproche aux journalistes, j’apprécie les mots d’Alain Minc qui, dans son livre «L’IVRESSE DÉMOCRATIQUE» (Gallimard 1995) a écrit ceci:

    «Spectateur et acteur, le journaliste bénéficie d’une rente: il est le seul opérateur dans nos sociétés complexes à ne jamais être soumis à sa propre critique. Même s’il pratique l’introspection, s’il s’impose des règles éthiques, s’il n’est pas dupe de lui-même, il ne peut néanmoins mettre en cause le principe qui fonde son métier: -je pense, donc je suis l’opinion publique-…»

    Cela ne résume-t-il pas cette détestable attitude de nombre de journalistes qui, à la moindre critique, affirment souvent et péremptoirement, , «qu’ils n’ont pas de leçons de journalisme à recevoir de quiconque» et surtout pas d’un quidam et encore moins d’un politicien?

    Minc parlait déjà d’une nouvelle «Sainte trinité» qui dominerait les débats et la vie publique: «Les juges, les médias et l’opinion». Et c’était avant l’entrée en scène des médias dits «sociaux» qui allait s’avérer être le vecteur du troisième bras de la «trinité», soit l’opinion. Et il résume ainsi le sort du «Politique, victime la plus éclatante de notre nouvelle sainte trinité juge-médias-opinion.(……) l’espèce qui mue et développe un nouveau type d’homme public: inquiet devant le juge, angoissé par les médias, obsédé par l’opinion».
    Ne sommes-nous pas rendus là aujourd’hui?

    Et dire que Minc voyait cela en 1995, soit il y aura bientôt un quart de siècle.

    .

    1. Haïku dit :

      @jeanfrancoiscouture
      Fort bien dit. Suite à votre commentaire, je vais chercher les écrits de ce Monsieur Minc.
      Merci.

      1. jeanfrancoiscouture dit :

        @Haïku: Si vos recherches vous menaient aussi jusqu’au livre intitulé LA VENGEANCE DES NATIONS, (Grasset, 1990) quelques autres surprises vous y attendent.

        Sur le sujet de la décadence occidentale et de la montée en force de l’Islam, Alain Minc, encore une fois, a bien prévu le futur. Je vous laisse juste cet extrait tiré de la p. 227 pour vous en donner une idée car son analyse est assez complète et comporte peu d’erreurs de «futurologie» quand on compare ce qu’il a écrit avec ce qui se passe maintenant.

        «Autant supposer, pour compléter le panorama, un univers islamique dominé dans la plupart des pays par des régimes intégristes, parfois en désaccord les uns avec les autres, mais tous unis par une même hostilité à l’endroit de l’Occident.
        Cela signifierait des bouffées de terrorisme dans les pays riches, une immigration accrue par le flux des réfugiés, une pression psychologique et politique en particulier sur l’Europe, et le risque de conflits au Moyen-Orient entre pays arabes ou avec Israël, qui pourraient atteindre le stade nucléaire, sans que les puissances occidentales soient en état de peser sur les événements et d’exercer la moindre influence modératrice.
        Quant au démiurge de Moscou, il pourrait être tenté de jouer sa carte dans cet univers chauffé à blanc, même si le maître d’une Petite Russie vacillante n’a pas les atouts de ses prédécesseurs, les tsars rouges des années soixante.»

        Et, en p.237, citant Renan et se demandant si ce dernier aurait vu juste en écrivant: «Une seule religion résistera, je le crains, à cet amollissement dogmatique: c’est l’islamisme.»

        Mais, comme d’habitude, cela n’a pas fait grand bruit à l’époque. Des plans pour valider la maxime qui veut que: «Les précurseurs passent pour des fous tant que la masse ne les a pas rattrapés.»

        Bonnes lectures. 🙂 🙂

      2. kelvinator dit :

        @jeanfrancoiscouture
        «Les précurseurs passent pour des fous tant que la masse ne les a pas rattrapés.»

        Les précusreurs, c’est selon.
        Il fait état de situation déjà arrivé dans les années 60-70 et 80. La montée de l’intégrisme rappel la montée de l’Ayatollah après la chute du Shah. L’histoire se répète, et l’historien est le prophète du passé.

        Les intérêts aussi change. Ce qui n’était pas à la mode comem sujet en 1990 l’Est aujourd’hui, et vice versa.

      3. NStrider dit :

        J’aime bien votre adaptation de la citation de Heine. Je trouve qu’elle a un sens encore plus évident que l’originale.

  16. Superlulu dit :

    Je l’ai écrit à maintes reprises.
    Cheez Whizz 2020 va gagner.
    Personne aux DEM pour lui faire la guerre.
    Imaginez, le meneur aux sondages est aussi idiot que celui qu’il veux battre.
    Comme disait ma mère: Ça vaut pas cher la verge.

  17. FlorentNaldeau dit :

    Réflexe bien humain de la part de BS et fréquent, pas seulement parmi les politiciens. Sa campagne bat de l’aile et il n’aime pas l’entendre dire. Comme bien des coqs qui ont régné sans partage sur un certain segment de l’opinion ou du public, il n’apprécie pas quand d’autres lui disputent, et remportent, leur part de la scène.

    Il n’est pas le premier à attaquer le messager au motif d’un message qu’il n’aime pas. Son expérience politique devrait pourtant lui enseigner que ce n’est jamais une stratégie gagnante, même (ou peut-être surtout) de la part de quelqu’un qui aime bien se réclamer d’une longue carrière; le fait d’avoir duré longtemps ne le soustrait pas à la cruelle réalité des faits, et il ne fait que projeter l’image d’un vieux geignard. Ce qui est peut-être une représentation fidèle de son caractère véritable.

  18. Il est opiniâtre et frustré. Lors des élections en 2024 il aura 83 ans. Alors 2020 est sa dernière chance pour la présidence, il ne lâchera donc pas le morceau!

  19. Benton Fraser dit :

    J’ai comme l’impression que Sanders est contre tout statut quo et/ou centrisme, préférant un extrême comme Trump, ne serait-ce que pour provoquer un éclatement de la droite pour faire avancer la gauche!

  20. Sjonka dit :

    Et voilà ! C’est reparti pour un copié/colle de 2016 !

  21. Le Vigilant dit :

    @Benton Fraser 20:14
    Ce qui pourrait amener la création de 2 nouveaux partis et conséquemment un enrichissement pour cette démocratie en sérieuse difficulté…D’autres points de vue devraient être pris en compte sérieusement pour générer de véritables compromis entre des intérêts divergents.

    1. Benton Fraser dit :

      Tant qu’il y aura la mainmise du financement à l’outrance de la politique américain, peu de choses vont changer.

      Une démocratie qui se vends n’est pas vraiment une démocratie pour le citoyen….

    1. Benton Fraser dit :

      Trump a tellement de temps libre entre deux parties de golf qu’il twitte à qui mieux-mieux…

      On ne peut pas s’attendre à plus lorsqu’un troll est à la tête du pays!

    2. kintouai dit :

      « Et trump qui twite. »

      Et le twit qui trumpe son ennui au lieu de s’occuper du bien-être de ses concitoyens…

      1. Haïku dit :

        @kintouai
        Un Trump l’oeil jeu de mots?

    3. En ce qui me concerne, Cuomo est un douchbag qui aime s’écouter parler.
      Que le coup soit monté ou pas, il a réagi de façon exagérée, vulgaire et brutale.

      1. darrylfzanuck dit :

        bravo!j’ai pas encore vu le vidéo mais je suis content de lire que je ne suis pas le seul qui ne supporte pas Cuomo,comme je l’ai dit en 2018,je l’aimais mieux le matin car je dormais pendant son temps d’antenne

  22. Jay112 dit :

    La critique des médias était une affaire de gauche bien avant l’arrivée de Trump. Manufacturing Consent (La fabrication du consentement) de Herman & Chomsky a été publié en 88, je vous le rappelle.

    Et pour citer Chosmky dans une entrevue avec un journaliste outré de la BBC: « Je ne dis pas que vous vous auto-censurez, je dis que si vous aviez des idées dérangeantes vous ne seriez pas employé ici en premier lieu ».

    (Mais on sait que la « vraie » censure existe aussi — par exemple, Patrick Lagacé a dit s’être déjà fait retourner des articles par son supérieur à La Presse… pas exactement un quotidien bananier, vous en conviendrez.)

    Critiquer les « mainstream media » est une des seules bonnes actions de Trump, donc les comparaisons Trump-Bernie sur ce point ne sont pas très affligeantes.

    1. Benton Fraser dit :

      Je suis d’accord avec vous sur les médias mais je ne dirais pas que la critique de Trump des médias est une bonne action parce qu’il ne le fait pas pour les bonnes raisons…

      Trump ment lorsqu’il affirme que les « mainstream media » publient des fausses nouvelles… et qu’il encourage plutôt les « alterntive media » qui eux inventent des fausses nouvelles effrontément.

      Il est vrai qu’il se pratique de l’auto-censure journalistique chez les grands médias mais ils s’en tiennent aux faits… et en ignorent certains!

      Comme je le répête souvent, il ne faut pas mettre un mal de tête sur le même pied qu’un cancer!!!

      1. Jay112 dit :

        Je suis d’accord que Trump a à peu près tout faux sur les tenants et aboutissants de l’affaire, et ramène toujours tout à lui comme d’habitude.

        Il est vrai que les grands médias inventent rarement de fausses nouvelles au sens littéral (quoiqu’ils usent abondamment des « sources anonymes »), cependant la sélection des faits a des effets beaucoup plus graves que vous ne le sous-entendez. Quand on souligne systématiquement à gros trait les défauts allégués d’une position sans jamais parlé des bénéfices, et qu’on fait le contraire avec les positions « pro-establishment », ça forge profondément l’opinion publique. Et ce n’est qu’un exemple.

      2. Benton Fraser dit :

        @Jay112

        Croyez-mois, je ne sous-estime aucunement le « parti pris » des grands médias puisqu’il faut avoir en tête que ces médias obéissent a des impératifs économiques et par la force des choses, aux intérêts économiques, on vie non seulement dans une démocratie mais aussi dans un système capitaliste. (En principe, ils doivent agir en contre-poids)

        Par contre, lorsqu’on tombe dans des extrêmes, il n’y a plus de contre-poids et la gravité est là!

        Pour le reste, je suis entièrement d’accord avec Chomsky en ce qui touche les médias, la propagande et les errances du capitaliste. (Je possède d’ailleurs le livre que vous avez mentionné… ainsi qu’une dizaine d’autres livres de Chomsky donc je suis un admirateur depuis des dizaines d’années)

        Certes nos grands médias causent certains maux de tête mais il suffit parfois d’être bien outillé grâce a des Noah Chomsky et plus prêt de nous, Normand Baillargeon avec son « Petit cours d’autodéfense intellectuelle »… et quelques cours de philo du CÉGEP!
        Par contre, fasse à un cancer, il faut un temps passer par dessus nos maux de tête, question de priorité…

        Je crois qu’une « radio-poubelle » fait plus de dommages que n’importe quel « La Presse » ou « Journal de Montréal » de ce monde….

      3. Lecteur-curieux dit :

        Quels médias alternatifs? Breitbart? Ouach…

        Trump l’image qu’on avait… Seulement les tabloïds, les revues à potins et celles érotiques.

        Lire sur la politique? Un truc de losers de la pire espèce. Et ceux à droite? Encore pires qu’à gauche.

    2. Haïku dit :

      @Jay112
      Vous dites « Manufacturing Consent » de Chomsky. Ouch !😉

  23. Pierre S. dit :

    ————————-

    Trump n est pas un président, il ne veut pas l’etre

    C’est un imposteur, un parasite et surtout il se sert de cette position pour se garder a l’abris
    de la justice et profiter de la situation pour se remplir les poches … les années qui suivront son départ vont nous en
    apprendre encore plus sur cette médiocre et abusive présidence

  24. Pierre S. dit :

    ——————-

    bilan a dat6e

    Il fout le bordel ne respecte rien il tweet il joue au golf et consolide ses amitiés
    avec les pires crapules de la terre.

  25. P-o Tremblay dit :

    Sanders n’est pas fini. Lorsqu’il ne restera en liste que trois ou 4 candidats c’est là qu’on va vraiment voir se qui se passera. Biden est en tête mais tout peut encore changer… surtout au vue de la bizarre de campagne de Jo biden.

  26. kelvinator dit :

    C’est le genre de gaffe qui est plus difficile à accepter que d’interchanger deux nom de premiers ministres, ou de tournure de phrase.

    Combien de temps durera l’alliance Warren-Sanders? On lit déjà que certain s’inquiète que le vote de gauche soit divisé. Lequel des deux brisera l’alliance en premier, et surtout comment?

    Ce sera surement Sanders, mais ce sera subtilement ou direct?

  27. kelvinator dit :

    Sanders aime les complots quand même.
    Il a promi à Joe Rogan, un ami d’Alex Jones et habitué des conspiration, qu’il allait dévoiler toute les informations disponibles sur les extra-terrestre s’il est président.
    Tu parles d’une manière bizarre d’attirer le vote…
    https://www.indy100.com/article/bernie-sanders-aliens-joe-rogan-experience-podcast-area-51-9049101

    Peut-être ne sait-il pas que l’invasion d’Area 51 n’est qu’un meme, que ça n’arrivera pas pour vrai!

  28. treblig dit :

    HS.

    Trump devait faire un speech sur l’énergie dans une usine Shell non loin de Pittsburgh.

    À son habitude, il a parlé de tout, de son amour des camions à 4 ans et que les hommes adorent creuser du charbon, sauf de l’énergie. Un discours incohérent, sans queue ni tête, comme ce qui arrive systématiquement lorsque il sort de son texte préparé à l’avance.

    Le pire c’est que l’on s’habitue à ses propos quasi délirant.

  29. gl000001 dit :

    Il s’attaque maintenant à l’OMC sur une menterie. L’OMC favorise la Chine.
    Délirant !!

  30. kelvinator dit :

    En fait, la critique de Sanders des médias rejoint beaucoup la conspiration des médias de Chomsky (et Normand Baillargeaon au québec qui reprend la thèse de Chomsky).

    La manière est la même.
    Si les médias ne se conforme pas à une position subjective déterminé d’avance (pas assez de couverture des guerres à l’étranger, pas assez de couverture de la campagne de Sanders), elle est automatiquement biaisé, et comme le seul motif possible pour eux est l’asservissement aux corporation (issu d’une mentalité marxiste), les grands responsable de cette manipulation des médias sont les méchantes corporations.

    Trump et la droite utilise les mêmes manières, mais avec des critères différents. Si une voix de droite est critiqué, c’est inévitablement par partisanerie né d’un biais libéral des Main Stream Media.

    Ils sentent tous que leur discours dérange, et pour les faire taire, leurs ennemis sont prêt à tout pour les mettre au silence.

    Tout ça à cause d’un point de vue très subjectif, non quantifiable autre que par du cherry picking issu du biais de confirmation, né d’une suspicion idéologique guidé par une lutte des classes. C’est la pensée de base du complotisme.

  31. Loïc Duplantis dit :

    Ce genre d’attitude ne sert à rien pour Sanders. Chercher des excuses ne l’aidera pas et il n’aura une autre occasion de se représenter. De plus cela ne fait qu’aider la cause des autres candidats progressifs (grosso modo Warren) qui paraissent beaucoup plus crédible et rassembleur que Sanders. C’est exactement ce genre d’attitude que Sanders fais preuve quotidien qui le nuit, pas le Washington Post.

  32. Lecteur-curieux dit :

    Pour Sanders, les politiciens très à gauche se sont toujours sentis mal représentés par les médias mainstream. Cela leur prend leurs propres publications. Si on veut être très à gauche et dans la dénonciation et en n’ayant pas les appuis, on ne peut pas aspirer au pouvoir.

    Fake News maintenant…

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fake_news

    Il y a une drôle de lecture du passé comme du présent.

    Ils sont dans la politique sans cesse… Sans se rendre compte que les astrologues et naturopathes avaient plus d’influence que les éditorialistes.

    Que la chroniqueuse télé était beaucoup plus but qu’un austère éditorialiste.

    Ne plus savoir ce qui fait le succès réel d’un et y compris au Journal de Montréal dont je n’étais pas fan mais qui comprenait comment il faisait son pain et son beurre: Sexe, Sang et Sports.

    Pas avec des Bock-Côté, des Martineau ou encore moins des Pierre Martin.

    Pour l’information? Est-ce pertinent ou intéressant pour le public de savoir cela ? Et que cela soient des faits ou des opinions et à bien départager.

    Auparavant les gens lisaient juste ceux les intéressant bien plus fermés dans leur univers qu’avec les réseaux sociaux.

    La journaliste pouvait se faire traiter de tarte par 25000 personnes dans leur salon sauf qu’ils changeaient la télé de poste ou passaient à une autre page du Journal et cela était fini. Ils ne lui écrivaient pas pour l’insulter.

    Trump c’est le politicien qui fait comme le producteur qui voit les médias là utiles seulement pour faire sa promo. Les chroniqueurs politique ? Pas plus que ceux musique ou cinéma et même moins.

    Le public ne veut pas se faire dire quoi faire.  » Allez voir ce film, c’est un ordre. » Est-ce une nouvelle? Pas du tout. Est-ce que cela encourage à aller voir le film? Pas vraiment. Et si la personne ne l’aime pas cela va être encore pire.

    Les gens veulent ou veulent pas être informés? Ils veulent les deux mais en sentant avoir pris leurs décisions et sans se faire juger.

  33. Yolande C. dit :

    Bernie Sanders serait passé en tête au New Hampshire.

    Si ce sondage se confirme, ce serait tout un renversement de tendance:

    https://thehill.com/homenews/campaign-polls/457235-sanders-overtakes-biden-in-new-hampshire-poll

  34. Sage 2010 dit :

    HS

    Une raison d’ordre financier pour laquelle il ne faudrait pas faire confiance aux populistes.

    Why U.S. taxpayers repeatedly paid a Trump hotel in Canada

    The Secret Service stayed at a Trump hotel in Vancouver while protecting Donald Trump Jr. on a hunting trip to Canada.

    https://www.politico.com/story/2019/08/14/secret-service-donald-trump-jr-canada-hotel-1459051

    TRump a promis monts et merveilles à ses électeurs, mais il coûte cher au trésor public.

    Je crains également le pire pour les Italiens, Britanniques et autres pays dirigés par des populistes. La facture risquera d’être salée.

    « Matteo Salvini comme Boris Johnson ou Marine Le Pen trouvent illégitime cette inversion des forces et ils dénoncent «la mainmise des marchés», l’argent sans frontière, l’oligarchie internationale. Mais plus ils crient fort, plus la laisse est raccourcie autour de leur cou, le spread se resserre. Et le-dit gouvernement est pris au piège: ses promesses hors budget inquiètent les marchés qui augmentent les taux d’intérêt ce qui a pour effet d’éponger plus encore des crédits que le gouvernement promettait de consacrer aux ménages-électeurs. Le démagogue se retrouve encore plus à court que le social-démocrate qu’il a «dégagé», il est privé de moyens, il doit être encore «moins» social que lui.

    Les marchés jouent ainsi le plus souvent le rôle de «troisième tour» politique, comme un retour du bâton renvoyé aux électeurs crédules qui se sont laissés bernés par les Salvini, Johnson ou Le Pen. Les hurlements des extrémistes de gauche et de droite contre «le déni de démocratie» que constitueraient ce pouvoir des marchés est audible sur le fond. Encore faudrait-il aller au bout du raisonnement et s’interroger dans une démocratie sur le respect de la propriété privée des prêteurs. Il faudrait logiquement dire qu’il faut les spolier. Mais le dire est voir à coup sûr le spread exploser. »

    « Le populiste est ainsi pris au piège et il faut l’avouer cette «leçon de chose» donnée par les marchés est très jouissive pour les démocrates qui se désespèrent de voir les populistes gagner. Les marchés rappellent à la réalité, ils renvoient les démagogues à leur démagogie.

    L’autre arme des marchés est le taux de change. L’Italie a l’euro (elle peut s’en féliciter en ce moment!), le jeu porte sur les taux d’intérêt. Mais la Grande-Bretagne voit-elle non seulement ses taux se tendre mais la valeur de la livre sterling chuter. Elle vaut 1,07 euro contre 1,17 il y a trois ans avant le vote pour le Brexit. Comme pour l’Italie avec le spread, la chute du change n’est pas (pas encore) catastrophique (10%) et on peut y voir un avantage de compétitivité. Mais c’est quand même une perte de richesse de 10% de chaque Britannique. Les démagogues coûtent cher. »

    http://www.slate.fr/story/180591/italie-matteo-salvini-spread-dette-taux-change

  35. Alexander dit :

    On a déjà un braillard à la MB, en veut-on un deuxième?

    Ceci étant dit, la situation des impôts d’Amazon est à surveiller de très près. Comme Google, Facebook et autres monstres internets qui veulent contrôler la planète sans payer leur juste part.

    Ces compagnies, si on les laisse faire, ont plus d’impact sur une mauvaise distribution de la richesse, que toutes les politiques gouvernementales.

    Le WP est normalement un journal crédible, mais s’il déteint sur les intérêts personnels de son propriétaire, faut quand même faire attention.

    Influencer, créer l’événement, y a peut-être un peu de ça aussi.

  36. FlorentNaldeau dit :

    @P-o Tremblay, 21h15 « Sanders n’est pas fini. »

    Vous avez raison. Par contre, il est indéniable que sa campagne ne va pas aussi bien qu’il l’aurait souhaité. Normal: il partage cette fois-ci la niche progressiste avec d’autres personnes et n’en a plus l’exclusivité.

    En pareilles circonstances, il devrait accorder sa priorité à redresser la barre plutôt que de gaspiller son temps et son énergie à dénoncer les médias. Les braillards, jeunes ou vieux, ce n’est jamais une proposition politique immédiatement séduisante.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :