Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

Au cours des 48 dernières heures, deux des candidats démocrates à la présidence les plus en vue, Kamala Harris et Joe Biden, ont donné une idée de leur perception de Donald Trump et de la façon dont ils se comporteraient devant lui dans une élection générale. À vous de juger lequel des deux semblent le plus apte à tenir tête au 45e président.

Je commence par la déclaration de la sénatrice de Californie, ex-procureure générale de cet État, déclaration faite lors d’une rencontre avec des électeurs d’Iowa :

«Je suis prête à me charger de la poursuite. Et je vais vous l’expliquer en employant des termes liés à mon parcours. Je connais les prédateurs, et nous avons un prédateur à la Maison-Blanche. Et laissez-moi vous le dire, il y a un petit secret concernant les prédateurs. Donald Trump a une nature prédatrice et des instincts prédateurs. Ce qu’il faut savoir au sujet des prédateurs, c’est qu’ils s’en prennent aux plus vulnérables. Ils s’en prennent à ceux qu’ils perçoivent comme n’étant pas forts. Ce qu’il faut surtout savoir au sujet des prédateurs, c’est qu’ils sont des lâches.»

Et j’enchaîne avec le commentaire de l’ex-vice-président, commentaire formulé lors d’une interview accordée à CNN :

«L’idée que je serais intimidé par Donald Trump – il est la brute que j’ai connue toute ma vie. Il est la brute à laquelle j’ai toujours résisté. Il est la brute qui avait l’habitude de se moquer quand j’étais un enfant qui bégayait, et je lui cassais les dents.»

Qui est le plus convaincant? Kamala Harris face au prédateur ou Joe Biden face à la brute? On aura sans doute l’occasion de répéter le même exercice avec les Elizabeth Warren, Bernie Sanders et cie.

P.S. : Voici ce qu’on pouvait lire ce matin sur le fil Twitter de Donald Trump à propos de Joe Biden. Pas sûr de bien comprendre chacune des lignes d’attaque :

(Photo AP)

50 réflexions sur “Harris ou Biden face à Trump?

  1. Jean dit :

    Kamala Harris, une femme, de couleur par de surcroit, Trump va virer fou. Harris a déstabilisé Biden lors du débat, il pourrait être déstabilisé par Trump. Pas Harris.

    1. Nathalie Pérusse dit :

      En tant que procureurs, elle en a vu d’autres et, en tant que femme de couleur, elle connaît bien les prédateurs.

    2. YVON LAMBERT dit :

      J’adore Kamala Harris et je suis certain qu’elle ferait capoter l’ami Donald lors d’un face à face. Elle en a vu d’autre la madame….

  2. Toile dit :

    Des 2 présentations, je préfère celle de Kamala Harris. Elle parle de poursuites, d’actions à l’encontre de. Biden fait un descriptif qui engage en rien. Toutefois, les 2 sont toujours dans l’ordre des intentions.

    Coudons, sa tromperie avait mal dormi? Bien non, son naturel.

  3. gl000001 dit :

    Il reste un an ?

  4. Claude Rosiere dit :

    C’est incroyable l’impression de « bonhomme 7 heure «  que ce personnage dégage quand au monde politique qu’il côtoie. On n’entend que les termes peur,courage, bataille, affrontement etc.. je pense que quand on le considérera tel qu’il est (pas besoin de vous l’expliquer) cette pression va retomber et les choses sérieuses pourront commencer genre parler des vrais enjeux que ceux d’une cour d’ecole.

  5. Gilles Morissette dit :

    En axant trop son argumentaire sur le côté « prédateur sexuel » de Potus 45 (ce qu’il est dans la réalité), Harris risque d’escamoter les autres angles sous lesquels elle pourrait attaquer son administration toxique comme par exemple l’immigration, la santé, l’éducation, le contrôle des armes à feu, la justice sociale, etc.

    Pour ce qui est de Biden, disons qu,il n’a pas trop bien paru lors du premier débat notamment devant les attaques de Harris qui pourtant, a été très poli et mesuré. Imaginez de quoi il aura l’air devant les attaques vicieuses d’un être aussi retord et abject que l’Enfoiré-En-Chef. Il devra se montrer plus convaincant et mordant. Avec un salopard comme Potus 45, ce n’est pas le temps de « jouer au bon gars ».

    LE TDC-En-Chef est toujours aussi confus et désorganisé comme le démonte son tweet. Il est ironique de l’entendre critiquer Biden pour l’ampleur de la dette alors que sous son administration, la dette publique et le déficit budgétaire atteignent atteints des sommets qui dépassent ceux découlant des effets du « crash de 2008 ».

    1. gl000001 dit :

      Pourquoi « sexuel » ? Sa prédation, il la fait sur les migrants, les pauvres, les lgbtq, les noirs, les femmes.

      1. Layla3553 dit :

        💯excellent💯.Layla.

      2. Layla3553 dit :

        @Gl000001

        Mon 💯excellent💯.Layla. S’adressait à GL

    2. Richard Hétu dit :

      Ce qui précède cette citation laisse comprendre qu’elle ne fait pas référence aux agressions sexuelles présumées de Trump. Je suis évidemment naïf mais je n’avais même pas pensé à cet aspect du mot en écoutant la déclaration!

      1. @ M. Hétu

        Vous n’êtes pas naif.

      2. Carl Poulin dit :

        @ M. Hétu
        J’aime votre naïveté dans ce cas-ci.

    3. Lecteur_curieux dit :

      Elle le compare plus à des prédateurs financiers. Mais elle à gagner des causes contre eux qui ont fait vraiment mal ?

      S’ils avaient fait un film avec cela… Là il me semble que vous auriez une héroïne.

      Sinon ? Pour notre part on l’a connu avec Obama enthousiaste et un peu déplacé. Bien oui Harris est plus sexy que Michelle. Bon mais ce n’était même pas cela plus qu’il faut juste pas au bon moment.

      Il faut une femme forte sans attaquer la masculinité. Sinon backlash et cela vote pour Trump. Un extrême attire l’autre…

      Avec de l’humour par contre… Comme madame Plante qui disait être l’homme qu’il nous fallait.

      Aux États-Unis, quel humour peut faire effet ? À suivre…

      Pour 2016… On aime les artistes mais prenons Madonna et Ru Paul. Qui a changé d’avis grâce à leurs solides arguments. Paul décrivait une Clinton fictive. Madonna faisait une promesse inefficace mais qui aurait été très tentante en 1984, 1988 ou 1992. 1996 aussi… Après jouer cette carte cela ne fonctionne plus. Sauf pour les papis.

    4. @ Gilles Morissette

      Mme Harris n’a pas comparé Trump a un prédateur sexuel mais simplement à un prédateur.

      Je viens de terminer un contrat de 3 mois et mon employeur est un prédateur qui va profiter de la situation de faiblesse de ses employé pour affermir (et le mot n’est pas exagéré) son autorité et sa dominance. Le côté vulnérabilité des employés (dont moi était que si j’avais osé l’affronté bye bye la job) Ils savent le pouvoir qu’ils ont et ne s’en gênent pas pour l’utiliser ce sans égard pour les autres car la seule personne importante pour le prédateur est elle-même. Ses proches ne sont pas importants. Vous auriez du voir comment ils traitait ses propres enfants (âges de 40-48 ans). à la différence d’un narcissique qui utilise les autres à ses fins, le prédateurs assis sa dominance sur les autres à ses fins.

      L’un est plus  »subtil » que l’autre dans la recherche de satisfaire ses besoins.

      La personnalité prédatrice pose la plus grande menace.

      Ils sont froids, et sans remords tout à fait indifférent au mal qu’ils causent. S’ils veulent quelque chose, ils n’y penseront pas deux fois avant de le prendre ; s’ils veulent du sexe, cela n’a pas d’importance si elles doivent utiliser la violence pour l’obtenir.

      Les psychologues ont constaté que, même en se rappelant leurs crimes, ces personnalités restent froides et détachées dans leurs discours et leurs manières.

      P.S. Un narcissique peut être et le plus souvent qu’autrement posséder un côté prédateur.

      1. gl000001 dit :

        « tout à fait indifférent au mal qu’ils causent »
        Exact. Avez-vous vu l’article de LaPresse+ sur le barbier accusé de voies de fait. ? Il a tabassé un client qui s’était plaint de sa coupe de cheveux. Il l’a traité de « face à claque » en pleine cour. Allo les remords 😉

      2. Gilles Morissette dit :

        @Gilbert Duquette (15h12)

        Vous avez tout à fait raison.

        Le terme « prédateur » ne fait pas seulement référence au côté « sexuel » mais englobe les aspects que vous soulevez dans votre commentaire.

        J’ai connu un patron de ce genre dans mon « ancienne vie ». Il a fait l’objet d’une plainte de la part d’une employée devant la Commission de la Fonction publique du Québec. Après une longue enquête, la commissaire chargé du dossier l’a trouvé coupable. On l’a discrètement muté ailleurs. Malgré une preuve accablante, il continuait à nier les faits et se présentait comme « une victime ».

        Mon interprétation vient du fait qu’on associe souvent notamment chez le TDC-En-Chef, les deux expressions (« prédateur » et « sexuel »). Cependant,votre interprétation est pleine de bon sens et s’applique très bien à l’Abruti-En-Chef.

  6. NStrider dit :

    Dans un ordre d’idée connexe,et je reprends ici une idée lue ailleurs sur un fil Tweeter:
    Est-ce Trump qui a écrit ce Tweet? On y utilise des mots comme “réclamation” et “salvageable” dans un sens sens pertinent et sans faute d’orthographe. Il n’y a aucun mot en majuscule et on n’y fait pas référence à “Uncle Joe”.
    Kellyanne sort de ce Tweet.

  7. Harris: elle se charge de la poursuite et 45 est un prédateur et un lâche.

    Et alors? Comment se comportera-t-elle?

    Biden: je comprends qu’il a l’habitude des brutes et ça ne semble pas trop le stresser. Mais il ne cassera pas de dents à personne.

    Moi je préfèrerais un candidat se montrant indifférent à 45 et qui ne parlerait que des faits, preuves à l’appui et qui ne s’abaisserait pas à son niveau.

    45 jouit de voir quelqu’un qui l’attaque ou qui a peur. L’indifférence lui est par contre intolérable.

    1. Claude Rosiere dit :

      Commentaire très pertinent. Hillary n’avait elle pas essayé cette approche? On connaît le résultat malheureusement.

      1. Elle a tout de même gagné le vote populaire et si Comey s’était fermé la trappe, le résultat aurait peut-être été différent.

    2. Lecteur_curieux dit :

      Le candidat incarnant le bon se doit d’être pratiquement parfait à moins d’une autre rhétorique.

      Exemple de bande dessinée européenne, le héros c’est Tintin. Irréprochable mais on risque de s’ennuyer donc le capitaine Haddock l’accompagne. Haddock un homme honnête mais qui ne doit surtout pas être POTUS. Son navire sert au trafic de drogues et lui l’ignore il est trop dépendant de l’alcool.

      Les personnages des bandes dessinées ou du cinéma sont archétypaux alors on ne peut pas atteindre le même degré.

      Autre exemple aux États-Unis ? Les incorruptibles.

      Il vous faut une image d’honnêteté pour s’opposer à celle de Trump.

      On peut montrer ces fautes mais les preuves sont mieux d’être très étayées. Sinon il faut jouer de notre bonne réputation et compétence pour gagner et prouver qu’on batterait quasiment n’importe qui. Les Démocrates n’ont pas ce candidat idéal? La personne pourra battre Trump mais on va avoir peur jusqu’à la toute fin et cela pourrait être Trump qui gagne.

      On veut que ce soit un champion de boxe incarnant le bon qui gagne et non Mike Tyson incarnant la brute et conseillé un temps par Donald Trump.

      On veut un bon et un gagnant. Biden semble un bon deuxième pour son top. Numéro 2 aux USA c’est quand même pas pire ? Félicitations mais vous n’incarnez pas le numéro 1.

      Trump alors ? L’ennemi public numéro 1, il l’incarne très bien. Ohhh c’est lui l’ennemi… C’est comme le peuple trouvant plusieurs qualités à la mafia ou aux Hell’s. Ils ont leurs outils pour convaincre, séduire. Des gens à fuir sans devenir parano et s’empêcher de vivre à cause d’eux. Mais de là à les admirer ? Jamais.

    3. Martin cote dit :

      Les deux candidats pourraient à mon avis battre Trump….je crois toujours qu’un ticket Biden/Harris serait la meilleure solution pour battre Trump….quant au tweet du gros moron……j’ai l’impression qu’il parlait beaucoup plus de lui que de Biden….

  8. PsyKoDork dit :

    Plutôt simple… les lignes de Trump… il fait (encore) de la projection.

  9. gigido66 dit :

    La pire insulte que tu peux faire à quelqu’un, c’est de l’ignorer, faire comme s’il n’était pas là, le regarder, ne pas le voir et voir au delà de lui. Je sais , Difficile avec le 45, mais faudrait faire comme si on n’entendait pas ce qu’il dit et qu’on ne lisait pas ce qu’il écrit…
    Deux candidats, deux stratégies…laquelle la meilleure?
    C’est vrai que Biden s’est fait surprendre par Harris, alors imaginez avec Trump! Le bully dans ton dos, sentir son souffle dans ton cou pendant que la parole est à toi dans le débat! Ça prend des bons nerfs et une capacité de concentration énorme.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Madame Clinton remporte ce débat c’est dans rhétorique après que vous reprenez qu’elle le perd.

      Clinton est à notre droite de l’écran et s’en va parler aux gens du côté gauche alors que Trump ne franchit pas ou à peine la ligne centrale. Aucun règlement n’interdit cela.

      Au lieu de mettre l’accent sur son audace et se présenter en gagnante elle a joué les victimes. On perd alors.

      Si des analystes avaient dit… Regardez combien Trump panique, transpire comme un gros porc frais… Il marche et marche et frustre d’impatience et car elle vient de son côté et lui est trop coincé. Stiff conservateur.

      C’est toi qui doit passer pour la forte et lui le faible. Et sans le prendre en pitié il l’a bien cherché.

      Pour des cartoons américains il y en a plein. Pixie and Dixie, Tweety Bird, Touché la tortue, ricochet va-vite, Bugs Bunny… Etc.

      Quoi de neuf docteur. Ah des cartoons c’est trop facile. Trump devrait pourtant se faire battre d’une façon similaire si les Américains retrouvaient leur véritable culture. Symboliquement mais avec le même effet. El Kabong et un coup de guitare sur la tête. Le vilain se fait prendre par surprise.

  10. papitibi dit :

    Pas sûr que l’approche privilégiée par Harris soit la bonne.
    Trop ‘particularisée’.
    Bien sûr que Trump est un prédateur, le ton de Harris ne met pas assez d’emphase sur l’éventail ds instincts prédateurs de 45. Il a AUSSI fait main basse sur la démocratie, sur les institutions, sur l’appareil gouvernemental. L’État sous Trump est devenu une filiale de The Trump Organization et ses décisions politiques doivent d’abord servir les intérêts de la famiglia…

    Quant au message livré par Biden – je lui cassais les dents!, heu… Pas très bon à mon avis.
    Moi, ça ne me convainc pas.

    1. gigido66 dit :

      Commentaire très pertinent! 👏👏👏

    2. Cagibi maussade dit :

      Tout a fat d’accord. En fait, c’est une perte de temps d’attaquer personnellement. La seule stratégie porteuse c’est d’attaquer la médiocrité de cette administration, sur tous les fronts: incompétente, insignifiante, indigne, abusive, imprévoyante, dépensière, déconnectée de sa société et de l’histoire. Il faut le répéter, le montrer dans les détails et annoncer les conséquences déjà apparentes.

  11. Lecteur_curieux dit :

    Oui j’ai même écrit un peu sur ces citations dans d’autres commentaires.

    Aucun des deux ne me convainc avec ce discours. Il faut voir auprès de l’électorat américain. Je peux être d’accord que dans plein de cas les prédateurs et les brutes aussi sont des lâches mais ils ne font pas la preuve ici qu’ils peuvent les affronter.

    Un bully à l’école primaire une personne m’a raconté son enfance qui était à mon école. J’ai changé mon idée sur lui mais à l’époque on le fuyait. Mais le type connaissait les pires malheurs dans sa vie familiale ce qu’on ne savait pas. Ce n’est pas une raison pour faire les mauvais coups dont un dont je le soupçonne encore. Bon mais cela était un enfant. Il semble avoir été sur une meilleure voie par la suite et déjà en sixième année il avait beaucoup changé me dit-on.

    Par ailleurs notre culture doit au cinéma populaire.

    C’est George McFly le peureux en premier pas Biff mais quand il lui en donne une bonne il change sa vie. Biden où sont vos témoins?

    Toujours dans Back to the Future on voit les amis à Biff une gang de racistes baveux. Et qui tentent d’intimider un musicien noir avec une insulte discriminante. Les autres musiciens noirs et plus nombreux sortent de l’auto et les gros abrutis ont intérêt à déguerpir.

    Karate Kid. Il n’est pas allé pleurer dans le gilet à sa maman et ensuite vouloir des conférences contre l’intimidation dans les écoles. Non les jeunes brutes ont un mauvais ptofesseur, une mauvaise influence dans leur vie. John Kreese et la pensée de Trump et ses partisans ressemblent beaucoup à cela. Miyagi est le professeur de Daniel Larusso. Il apprend le karaté notamment en peinturant et en ponçant, sablant les planchers. Il croit faire abuser de lui comme travailleur alors qu’il apprend le vrai karaté et la vie. Oui cela est romancé et oui il va le défier et réussit à obtenir de pouvoir entraîner et lui montre même le crane kick un coup impossible à arrêter si réussit.

    Bien oui ce n’est pas du cinéma où on connaît le bon d’avance bien qu’avec un peu de suspens.

    Je préfère Harris à Biden mais elle devrait nous montrer ses procès réussis. Faire le procès de Donald Trump pour empêcher sa réélection? Ce n’est pas un destitution.

    Le procès de John Kreese ? On le sait déjà que c’est un mauvais. Cependant les Américains aiment les gagnants et même des Québécois quand c’est dans le sport. Miagy a les vraies valeurs, les bonnes valeurs mais Daniel gagne aussi le trophée et même les jeunes brutes savent qu’ils ont erré. Wow le happy end à l’Américaine plutôt que les films pessimistes à la québécoise.

    Comme au hockey aussi le CH des années’70 avait pour devoir de battre les Flyers de Philadelphie. S’ils avaient échoué cette mission. Que serait devenu le hockey ? Il reste que c’est un narratif en faveur des Canadiens de Montréal.

    Madame Harris devra être plus positive et avec une attitude de gagnante et rassembleuse et qui donne le goût de voter pour elle. Donner une leçon de boxe ou politique à Trump.

    Pour Biden, il semble figé dans le passé et facile à déconcerter et même dans le temps réagissant sur son Q.I. Alors que je le croyais humble et capable de rire de lui-même. C’est arrivé plus tard…

    Cela reste des perceptions. Et incarner aussi des personnages héroïques du cinéma cela peut être trop demandé.

    Au final je resterais lean démocrate à cause de l’orientation générale de leurs politiques versus les républicains qui vont à droite, à droite et à droite sur tout, tout, tout. Et font appel aux mauvais sentiments, à la peur de la différence, au besoin d’avoir un gun. Même pas besoin de sparages publics pour dire que je ne suis pas d’accord avec les politiques archi-conservatrices, réactionnaires, populistes dans un nationalisme fermé et autoritaire. Je ne veux pas cela. Pourquoi tant d’Américains bandent sur ces « valeurs » ? Des fausses valeurs.

    Leur dire qu’ils sont horribles, déplorables, édentés ou autres insultes ne va que les mobiliser et les radicaliser à droite encore plus. La gauche aussi se mobilise ? Et se fait traiter de radicale par Trump. Donald n’est pas un homme du centre alors il n’a pas de leçons à donner.

  12. nemiscau dit :

    Joe Biden perd encore ici une belle occasion de marquer des points. Au lieu de dire pourquoi et comment il veut remplacer Trump, il répète son discours habituel (faussement emprunté au peuple) à l’effet qu’il n’a pas peur de Trump et qu’il saurait, lui, lui casser les dents. Édifiant! Même pas original, en tout cas. Encore ici, Biden prête flanc aux attaques que pour se tenir debout devant les voyous il n’a hélas pas de leçon à donner à personne, surtout quand on sait maintenant (grâce à lui-même) qu’il n’avait pas trop de mal à « collaborer » avec des sénateurs ségrégationnistes dans le passé.

    À mon avis, Biden qui n’aurait jamais dû faire partie de cette primaire, y paraît de plus en plus mal et cela s’explique d’abord et avant tout à cause de lui-même et de son passé de mollasson qui le rattrape. Combien d’autres histoires du bon gars qui veut plaire à tout le monde, même aux plus infréquentables, va-t-on encore découvrir d’ici l’élection de 2020?

    Biden a aussi le don de se rendre vulnérable aux impressions (réelles ou non) qu’il ne changera pas grand chose dans le système politique et économique américain et qu’il n’y a pas raison de trop brusquer les Américains. Biden n’a pas l’air du tout d’un vecteur de changement et il promet, au mieux, de nous faire revivre les années Obama, lesquelles ont été suivies du ressac conservateur et raciste que l’on connaît maintenant.

    Kamala Harris m’impressionne bien davantage avec cette autre réponse intelligente et réfléchie citée par M. Hétu, réponse qui fait d’abord ressortir la lâcheté misérable de de Trump, celui qui s’en prend toujours aux plus vulnérables pour en arriver à ses fins. Mme Harris nous donne espoir qu’elle fera quelque chose de concret pour ne pas que Trump s’en tire sans que ses plus récents crimes ne l’amènent devant la justice. Elle nous rappelle avoir la compétence et l’intention de poursuivre Trump au niveau juridique et de ne pas se contenter d’une vulgaire bataille de ruelle entre deux vieux coqs.

    Ceci dit, la candidature de Mme Harris n’est pas parfaite, mais elle représente un changement d’image et de ton dans la politique américaine et juste à cause de cela elle pourrait faire bien mieux que Biden ou qu’Hillary Clinton face à Trump.

  13. Soleil Levant couchant dit :

    je crois qu’il y a erreur sur l’objectif sur la course à la chefferie et sur la prochaine élection pour les démocrates. MOINS d’attaquer Trump ce qui va mettre sa base sur la défensive et le faire réélire mais PLUS de l’ignorer et mettre en lumière les dégats de son administration sur les déficits budgétaires, sur la santé physique et mentale des américains (leur espérance de vie décline), les effets sur l’économie nationale et mondiale, les guerres commerciales, la détérioration des alliances occidentales et l’apologie des dictatures et leurs effets pervers.

    des faits (real…) des impacts, des histoires reliées aux dégats qui touchent le coeur des américains qui sont quand même sensibles ….. TOUCHER sa base et tourner ses inconditionels contre lui…. Que feront les démocrates pour dénouer la crise morale, économique, sociale et mondiale des USA ? la situation est critique…

    Ça prendrait un leader démocrate modéré homme 40-50 ans environ de préférence américain ou latino p-e Cory Booker (et oui que veux-tu y a du sexisme encore et surtout bcp de racisme USA). Pour battre Trump ca prend un homme exceptionnel qui peut aller sur son terrain convaincre ses électeurs de changer de camp. Faudra mettre toute l’énergie des démocrates là…..

    ces 2 femmes exceptionnelles (Warren et Harris) sont soit trop à gauche ou trop agressive ( le but n’est pas de descendre Biden pour se monter dans les intentions – cheap shot) mais de trouver le meilleur candidat pour qui les américains vont VOTER à la place de Trump.

    Un leadership fort et consensuel a souvent été et est encore la faiblesse des démocrates. Centre droit la meilleure position pour l’économie et centre gauche pour les mesures sociales. Et je suis d’accord de sortir au plus vite Biden qui ne fait pas le poids et l’autre sénior trop à gauche qui usurpe le titre de démocrate.

  14. RICK42 dit :

    je crois que la meilleure tactique est de l’ignorer complètement… c’est ce qui le déstabilisera le plus. S’attaquer à quelqu’un qui vous ignore, c’est frustrant au max pour un narcissique,

  15. Benjen Stark dit :

    Le discours de Kamala Harris me fait penser à celui du chasseur d’ambulance qui représentait Stormy Daniels l’an passé. Ce clown pensait se lançer dans la course de 2020 en disant que la manière de battre Trump était d’être plus Trump que Trump.

    Le problème avec cette théorie est qu’elle part d’une prémisse fausse. Trump n’a pas été élu parce qu’il était vulgaire, insolent ou cette cassette d’Access Hollywood. Si les démocrates n’ont toujours pas compris pourquoi ils ont perdus contre lui 2 ans après le fait, ca regarde mal en ta pour 2020.

    Biden est une abomination.

    1. gl000001 dit :

      Moi quand je vous lis, j’entends « Benjen Stark (moi) est une abomination ».

      Quant à sa vulgarité et son insolence, c’est une bonne partie de ce qui fait sa différence de l’establishment (la swamp comme il dit) et c’est pour ça qu’ils l’ont élu. Il le dit lui-même en plus. Vous êtes pas assez à genoux devant lui.
      En fait, ça prouve juste que vous dites n’importe quoi juste pour être en opposition avec les faits. Ca vous rend unique et différent mais sans aucune crédibilité.

  16. Pour ce qui est de la question.

    Mme Harris et de loin. Simplement parce qu’elle ose appeler Trump un lâche car lâche il est.

    Confronter comme M. Biden tente de le faire un narcissique prédateur est comme tenter de capturer une anguille avec des baguettes chinoises. On s’épuise à essayer sans jamais réussir.

    Trump devant la confrontation qu’il sait perdante s’esquivera et refusera ayant toujours l’excuse facile et le sens de la réparti.

    Trump devant une personne qui le traite de lâche ne le supportera pas et cherchera lui-même la confrontation. et c’Est à ce moment que Mme Harris devra l’ignorer en le ridiculisant de nouveau sur un autre tableau.

  17. Lecteur_curieux dit :

    Je voudrais un Carl Lewis, un Michael Jordan ou un Magic Johnson. Pas forcément eux avec le même impact en politique que Lewis en athlétisme ou Jordan et Johnson en basketball.

    Et en même temps je dis aux gens de ne pas croire à un Sauveur. Les gens veulent tout avoir et nous aussi. Mais c’est impossible ou cela est rare.

    Qui sait aussi ? Les champions peuvent se révéler dans le combat. Là on est que dans des préliminaires. Ce n’est même pas la pesée officielle.

    1. Madalton dit :

      Lewis était un tricheur.

  18. Mabuse dit :

    Trump est une brute et un prédateur, soit! Mais les commentaires de Harris et de Biden sont ‘ad hominem’ – ils attaquent l’homme, pas les idées ni les politiques qui récoltent pourtant 41% des appuis populaires. Les démocrates, par leurs divisions internes, sont en train de passer à côté de la plaque et de fournir le meilleur argument pour réélire Trump.

    1. Henriette Latour dit :

      Mabuse

      👏

  19. Yolande C. dit :

    Les deux approches me déplaisent.

    On se croirait dans une cour de récréation d’élèves de Secondaire II: «Si tu continue, m’a te péter la yeule.»

    Au niveau rhétorique, le mieux placé pour faire face au président est probablement Bernie Sanders, mais il va plafonner dans sa course à l’investiture, les clintonmaniacs lui devant, à tort ou à raison, un petit de leur chienne.

    Elizabeth Warren n’a pas démérité, bien au contraire et Pete Buttigieg a beaucoup de classe, peut-être même un peu trop.

    Amy Klobuchar est probablement celle qui correspond le plus à mes valeurs, mais elle n’a pas encore levé, du moins dans les sondages.

    Nous sommes à 7 mois des premières primaires et le langage n’est pas à la hauteur de ce qu’on pourrait attendre de candidats présidentiables.

    Il y a quelques jours, j’écrivais que le président Trump, depuis sa visite au Royaume-Uni s’était comporté à peu près comme un président normal.

    J’ai réécouté son discours du 4 juillet: impeccable.

    Les démocrates qui se préparaient pour lui donner une réplique partisane ont séché sur place…sous une pluie abondante.

    S’il continue un tant soit peu à se comporter de la même manière, c’est-à-dire d’écouter ses conseillers, et il sera le favori pour sa réélection.

    Il est d’ailleurs déjà en campagne, frais et dispos, le GOP uni derrière lui, bénéficiant de tous les avantages du pouvoir, alors qu’en face, tout un chacun tente de se qualifier… pour le prochain débat.

    M’inspirant de _cameleon_, j’aurais une chanson à dédier aux démocrates s’ils se rendent jusqu’en mai ou pire pour désigner leur candidat qui sera forcément fort amoché.

    C’était le temps d’envoyer au bâton le meilleur designated hitter, mais au lieu de cela, il y a 23 candidats dans le bullpen.

    Cet article du WaPo est assez révélateur de ce nouveau comportement présidentiel qui, S’il PERDURE, va modifier la donne:

    https://www.realclearpolitics.com/2019/07/05/trump_gives_a_unifying_independence_day_speech_479498.html

    1. _cameleon_ dit :

      Bonsoir Yolande.

      Triste nouvelle aujourd’hui: João Gilberto nous a quitté …

      Alors permettez moi ce classique que je vous dédie ♪ ♫

      João Gilberto – Desafinado subtitulado

  20. Lecteur_curieux dit :

    Pour Harris comme procureure sa bio Wikipédia nous dit qu’elle n’a pas poursuivi Mnuchin ni les banques pour 2008.

    Une bio c’est une bio mais où est le mordant comme procureure?

  21. Haïku dit :

    « Le seul prédateur de l’Homme est son propre ego ».

  22. onbo dit :

    Les deux commentaires ont en commun de décrire un comportement et l’attitude sous-jacente.

    Ce que nomme Kamala Harris, c’est un comportement de prédateur, construit sur une attitude de lâcheté. (i.e. s’en prendre à des plus faibles)

    Ce que nomme Joe Biden, c’est un comportement de brute, construit sur une attitude de lâcheté. (i.e. se moquer du bégaiement)

    Les deux disent:  » un prédateur brutal et lâche ». Un beau titre de recherche d’emploi pour janvier 2021, avec maquillage et photoshop inclus.

    Le propos de Biden est plus concis. C’est sa force. De plus Biden ne dit pas spécifiquement que Trump est ceci ou cela. Il faut l’inférer. On a tous compris cependant la ruse de Biden qui, évoquant toutes les personnes passées dans sa vie qui ont agi comme des brutes et qu’il a su écarter de son chemin, se trouve 1- à nommer implicitement l’innommable et 2- comment il ne s’est pas gêné à l’occasion, lui Biden, de découdre séance tenante d’arrogants froussards.

  23. galgator dit :

    Hum … J’y vais avec Kamala Harris pour les nombreuses poursuites qui pourraient être faite contre le clown orange prédateur. De plus, cette une femme et elle est de couleur noire. Ça pourrait être tout une baffe pour Trump ! Plus risqué comme parie mais tellement plus satisfaisant!

  24. Madalton dit :

    Pourquoi Trump mentionne que Biden a déjà été président? Il dit qu’il a cumulé des déficits comme jamais d’autres présidents l’ont fait.

    1. Loïc Duplantis dit :

      Je sais que beaucoup d’entre vous ne vont pas aimer ce que je vais dire, mais Harris n’a absolument aucune chance de gagner face à Trump. Oui, elle a fait un excellent débat, oui elle est maintenant relancer et elle pourrait éventuellement gagner grâce à ce débat, contrairement à ce que j’avançait, que le débat n’allait pas changé grand chose. Toutefois, la campagne présidentielle ne se gagne pas au débat, je tiens à rappeler que Clinton a gagné le premier débat contre Trump tout comme Romney contre Obama. C’est la campagne la plus efficace qui gagne et Harris a démontré que faisait une très mauvaise campagne, car, avant le débat, son message ne raisonnait pas et elle s’enfonçait quotidiennement. Elle était cinquième alors que c’était clairement la candidate qui avait reçu le plus de visibilité comme future candidate depuis 2016. Si elle était une bonne candidate, elle serait première et de loin après le débat, pas dans une course serrée pour la deuxième place encore loin derrière Biden. Je sais que beaucoup d’entre vous aimerait la voir gagner, mais si on est réaliste, on ne peut pas croire qu’elle peut gagner face à Trump.

      1. Loïc Duplantis dit :

        Un autre problème, c’est de penser que ça va prendre le candidat le plus aggressif pour battre Trump. En empruntant uniquement cette approche, les démocrates vont manger une méchante volée en 2020, parce qu’il n’a personne qui peut battre Trump dans le lançage de bouette. De plus, comme dit souvent Buttigieg, le plus longtemps nous parlons de [Trump], le moins de temps nous parlons de vous (les électeurs). Les démocrates vont devoir autant, sinon plus, se concentrer sur ce qu’ils veulent apporter à la population que sur attaquer Trump.

  25. Yvon Falardeau dit :

    Je suis ce blog depuis plus d’un an et je le trouve très intéressant car il donne des informations que nous ne retrouvons pas dans les journaux « locaux ». Je pense que déclarer Trump comme un prédateur n’aura aucun effet sur lui et sa base. À mon avis, ce qui le déstabiliserait le plus serait de le présenter comme un loser. Il y a suffisamment de faits pour démontrer qu’il perd plus qu’il gagne. Comme il ne supporte pas de perdre, sa réaction pourrait être intéressante.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :