Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

S’il y a des sondages qui méritent l’attention de ce blogue, ce sont bien ceux que publie le Des Moines Register, quotidien de la plus grande ville d’Iowa. Non seulement sont-ils menés dans un État-clé du Midwest qui tient les premiers caucus du marathon présidentiel, mais ils sont aussi réputés pour leur précision. Cela étant dit, voyons ce que nous apprend le sondage publié hier soir conjointement par le Des Moines Register et son nouveau partenaire, CNN, sur la course à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020.

En bref, le baromètre contient de moins bonnes nouvelles pour les deux candidats de tête, Joe Biden et Bernie Sanders, que pour leurs deux plus proches rivaux, Elizabeth Warren et Pete Buttigieg (les chiffres entre parenthèses indiquent les gains ou reculs subis par les candidats depuis mars) :

Biden: 24% (-5)
Sanders: 16% (-9)
Warren: 15% (+6)
Buttigieg: 14% (+13)
Harris: 7% (+0)
Klobuchar: 2% (-1)
O’Rourke: 2% (-3)

Joe Biden et Bernie Sanders ne doivent pas seulement s’inquiéter de leurs reculs depuis mars, selon une analyse plus approfondie du sondage. Le premier doit aussi noter qu’il suscite moins d’enthousiasme chez ses partisans que ses principaux rivaux auprès des leurs. Et le deuxième doit réaliser qu’il est le favori d’un nombre important d’électeurs dont la participation aux caucus, type de scrutin plus compliqué et exigeant que les primaires, est incertaine.

Elizabeth Warren et Pete Buttigieg sont évidemment les candidats qui ont le vent en poupe.

Ce sondage s’ajoute à d’autres qui laissent entrevoir la possibilité d’une course démocrate se limitant à cinq choix véritables plutôt qu’à une vingtaine. Les premiers débats télévisés, qui auront lieu les 26 et 27 juin à Miami, pourraient confirmer la tendance ou chambouler la donne.

(Photo Des Moines Register)

60 réflexions sur “Le sondage du jour

  1. Carl Poulin dit :

    En décalage…
    La Reine Bébette II a réussi à organiser le plus grand dîner de cons de l’histoire et devinez qui tenait le rôle de M. Pignon?

    Les USA qui autorisent l’établissement d’une usine américaine d’armements sophistiqués en Saudite Arabie…le loup vient d’entrer dans la bergerie musulmane. Et vive la Démoncratie!

    Le Mexique n’est pas encore mûre pour contrôler ses frontières mais le Pogo-Moutarde est prêt à souquer les amerloques pour leur construire un gigantesque Berlin-Wall II.

    Si jamais Buttigieg est élu il y aura beaucoup de visages longs à la mâchoire pendante chez les représentants des deux partis mais pour des raisons différentes.

    Sur ce, bon dimanche à tous et profitez bien de cette très belle journée qui s’annonce pour aller jouer dehors.

    1. Haïku dit :

      Carl Poulin
      J’aime bien vos décalages. 👌
      Bon dimanche.

  2. Mabuse dit :

    Le sondage montre aussi le clivage gauche (Sanders – Warren) vs centre (Biden – Buttigieg – Harris) chez les démocrates, même en Iowa conservatrice. S’il n’y a pas de ralliement autour du candidat choisi. les démocrates vont encore manquer le bateau.

    1. Richard Hétu dit :

      Une erreur est de considérer que les démocrates d’Iowa sont conservateurs. Le succès de BO en 2008 prouve le contraire, tout comme la victoire très étriquée de Clinton en 2016 contre Sanders. Il y a un courant progressiste chez les démocrates de cet État.

      1. Mabuse dit :

        Oui, il y a des démocrates en Iowa, mais je parlais de l’ensemble des électeurs, voire de la population qui, à n’en pas douter, est conservatrice, ayant élu deux sénateurs conservateurs, certes très à droite de Warren et de Sanders… Je serais égtonnė que ces derniers percent en Iowa!

  3. Apocalypse dit :

    En ce qui me concerne, les descentes de M. Biden et M. Sanders de bonnes nouvelles.

    M. Buttigieg et son +13 est une excellente nouvelle. Un homme que je verrais très bien comme président.

    Déçu du score de Madame Harris qui me semble une très bonne candidate. Bien hâte de voir si les débats vont l’aider, ce que je pense qui va arriver.

    Pour ce qui est de la sympathie et fougueuse Madame Warren, il semble bien qu’il faudra la prendre au sérieux; agréablement surpris de la voir si bien performer.

    1. spritzer dit :

      Moi aussi je suis content de voir la mère Warren dans le portrait, elle a des bonnes idées.

      1. jcvirgil dit :

        En effet. pourvu qu,elle ne s’enfarge pas dans son arbre généalogique 🙂

      2. Haïku dit :

        jcvirgil 10:43
        Touché 👌

    2. Gilbert Duquette dit :

      Je verrais bien un duo Biden-Buttigieg ou Warren-Buttigieg

      De ce duo, Celui de Warren-Buttigieg est selon moi celui qui aurait le plus de chance de gagner la Présidentielle.

      Et pour une rare fois, le rôle de V-P ne serait pas celui d’une potiche à la Mike Pence mais celui d’un véritable politicien* ayant tout les atouts pour seconder le ou la POTUS. Un peu comme Biden l’a fait avec M. Obama (il ne faut pas oublier que M. Biden fut V-P durant les deux mandats de M. Obama) et G.H Bush pendant la Présidence de M. Reagan.

      De plus, cette V-P pour Buttigieg pourrait être son tremplin pour une Présidence soit en 2024 ou 2028 ou plus tard comme G.H.W Bush l’a fait.

      * Je différencie les V-P en trois acteurs :
      Ceux qui sont de véritable politiciens comme Biden, Gore, Truman, etc.
      Ceux qui ne sont que des potiches comme Pence, Quayle, Mondale,
      Et ceux qui sont des affairistes à la Cheney qui se servent de la fonction de V-P pour faire avance un agenda particulier (Cheney et sa haine du M-O)

      1. jcvirgil dit :

        En effet Biden serait parfait pour le rôle de VP, en plus il a l’expérience . Le seule problème avec Warren comme présidente qui est selon moi une très bonne candidate, leurs ennemis les accuserait de former un club de l’âge d’or…

  4. Réal Tremblay dit :

    Les Républicains aimeront ce sondage. Penser que le Président devrait affronter une femme ou un gay devrait faciliter le choix des électeurs qui malgré l’évolution des mentalités, demeurent un peuple sexiste et homophobe. C’est ma perception qui ne se base sur aucun sondage, juste une impression.

    1. fallaitquejteuldise dit :

      Bien d’accord. Un Trump qui se fait plaisir à attaquer un gai ou une femme: aucunes bassesses n’a de limite pour cette homme. Le plus dangereux: les commentaires de Trump pourraient enclencher des attaques contre les gais.

    2. Réal Tremblay : ça demeure une stratégie douteuse de s’attaquer aux adversaires à cause de leur orientation sexuelle ou leur sexe…. très très très risqué de faire basculer la campagne….
      Les Républicains seraient carrément suicidaires de jouer cette carte…

      mais bon, tout est possible…

      je veux bien croire que 20 % de la population américaine a oublié d’évoluer mais il demeure que nous sommes au XXI ème siècle et ce genre de bassesse passe pas mal moins bien aux heures de grandes écoute….

      le problème est que les Républicains et trump joueront sur la « sécurité » (réelle ou pas), les « jobs » (réels ou pas), la « famille » (traditionnelle évidemment) et le « socialisme » (réel ou pas)…
      à fond la caisse…

      Si les Démocrates ne parviennent pas à forcer trump à les attaquer et à se défendre, ils perdront… peu importe leur message…..
      Si les Démocrates courent après trump pour répliquer à l’avalanche d’insultes ou pour tenter de justifier poruqoi ceci ou cela, ils perdront…

      Les Démocrates doivent parler aux gens, pas à trump….. faire leur campagne comme si trump n’existait pas … car trump comme tout contenant vide a de la valeur si on s’en occupe…. trump n’existe que dans le regard des autres….

      par lui-même cet homme ne crée rien …..

      1. Vous avez bien raison mais je pense que Trump n’attaquera pas directement les candidats. Il connait sa base et le travail va se faire tout seul.

      2. Réal Tremblay : vous marquez un trè sbon point avec la « base »…. y aura-t-il des dérapages incontrôlés??…. ça pourrait jouer….

    3. @ Réal Tremblay

      À date, Buttigieg a un très bon ton. Si les EU ont élu un président noir, ils sont probablement prêts à choisir une femme comme présidente ou un homosexuel. Mme Warren est plus à gauche mais a quand même plusieurs bonnes idées à mettre de l’avant.

      Curieusement, j’aurais cru que Mme Harris, femme, noire et centriste aurait mieux performé, mais le fait d’ être californienne est peut-être un désavantage dans le Midwest et le sud.

      1. J,ai pensé comme vous pour le lien noir/femme/gay mais j’ai un gros doute sur le résultat de l’équation pour les élections. Mai qui sait?

    4. Micheline L dit :

      Ma favorite est Elizabeth Warren mais j’ai peur que vous ayez raison.

  5. quinlope dit :

    Madame Warren a beaucoup de fougue et ne se laissera pas manger la laine sur le dos par le gros enfoiré.

    Quant à Buttigieg, c’est un candidat de haut niveau qui sait parler aussi bien aux élites qu’au peuple. Pourquoi pas un duo Warren Buttigieg?

    1. Michèle dit :

      quinlope
      Bien d’accord avec vous. Ce serait le duo idéal à mon avis. Ils représentent l’intelligence, la confiance, et en mettraient plein la vue lors d’un débat contre tiny qui ne saurait répliquer adéquatement (et avec un minimum d’intelligence).
      Les états-uniens sont-ils prêts à voter un duo composé d’une femme, noire en plus, et d’un gai comme prochains présidente et vice-président? J’ai mes doutes. J’espère que l’avenir me prouvera le contraire.

  6. Et sa base pour qui rien ne peut entraver la destinée de leur prophète, ne s’en formalisera pas.

  7. quinlope dit :

    Et tant qu’à y être, je trouve aussi comme très bon candidats, Cory Booker, madame Klobuchar et Beto. Mais, espérons que ce sera le (la) meilleur(e) qui gagnera.

    Biden et Sanders sont passés date, avec respect, malgré que ce dernier a été une sorte de précurseur.

  8. Alexander dit :

    J’aime l’idée de ramener ça à une course à 5 pour mieux cerner les débats. Et je vois toutes les possibilités d’alliance entre deux des cinq candidats.

    Possiblement un centriste et un progressiste. Un homme et une femme.

    Il faut éviter un couronnement trop hâtif et refaire l’erreur de Mme Clinton.

    Les démocrates doivent cerner leurs idées et leur programme autour du meilleur combo possible. Battre Trump ne sera pas évident, mais sa présidence est tellement un désastre que juste proposer l’inverse de ce qu’il a accompli serait une grande avancée pour les EU.

    Et un combo qui regroupe l’essentiel des idées du parti permettrait d’unir les forces et mieux se préparer à la bataille de rue qui approche. Car Trump est un voyou et leur fair-play, y connait pas ça.

    1. Réal Tremblay dit :

      Votre stratégie me semble modérée et plein de bon sens. Je vote pour !

  9. Gilles Morissette dit :

    La descente de Biden était un peu prévisible car la bouffée d’enthousiasme qui a marqué son entrée dans la course ne pouvait durer éternellement.

    Par contre, celle de Sanders est plus inquiétante. Un perte de 9 points est très significative et indique que sa campagne ne lève pas autant qu’en 2008.

    Warren et Buttigieg sont en train de chauffer Sanders pour la deuxième place et il est assez évident qu’ils représentent une tendance à ne pas négliger dans cette course.

    Les débats devraient permettre à chacun des candidats de se démarquer et d’aller chercher ou de perdre des appuis ,dépendant de leurs performances.

    La course à l’investiture démocrate s’annonce donc passionnante et espérons qu’elle donnera lieu à des échanges d’idées plutôt qu’à un « festival d’attaques personnelles »

    1. Réal Tremblay dit :

      Tout ce que j’espère avec la baisse de Sanders est qu’il ne commencera pas à tirer dans tous les sens et qu’il la jouera plus globale.

      1. xnicden dit :

        Son entourage a déjà commencé à cibler le déficit d’électabilité de madame Warren. Lol

    2. Gilbert Duquette dit :

      @ Gilles Morissette

      Bien que j’aime Biden (sa personnalité) et Sanders pour son côté social-démocrate, je suis  »heureux » non pas de leurs descentes mais plutôt des montées en force de Mme Warren et M. Buttigieg. Je crois que leur montée est due au transfert de l’électorat démocrate qui était en faveur de Biden, Sanders et O’Rouke vers ces deux candidats.

      Les démocrates démontrent leurs absence de préjugés contrairement à bien des républicains. Ils veulent les meilleurs candidats et non les meilleurs candidats homme blancs.

      Pour ce qui est de Trump oui, il attaquera ridiculisera Buttigieg et Warren tout comme il ridiculise Biden et sanders.

      1. Nycole L. dit :

        Il ne saurait s’en priver, vu son style, il aime malheureusement vautrer ses adversaires dans la « swomp » c’est sa seule façon « dégueulasse  » d’essayer de garder la faveur de sa base qui n’écoute et ne suit que les déclarations démoniaques et mensongères de « Sa trumpitude  » 👎.

  10. xnicden dit :

    Je lis que le sondage a été fait entre le 2 et le 5 juin. L’histoire de l’amendement Hyde étant survenue le 5 et le 6 juin, ça ne peut pas avoir beaucoup contribué aux résultats de Binen dans ce sondage…

    1. Réal Tremblay dit :

      Et ça augure mal pour les partisans de Bien.

      1. xnicden dit :

        C’est possible effectivement.

  11. treblig dit :

    En supposant vraisemblablement ( malgré qu’elle s’en défend) Kamala Harris comme candidate à la vice-présidence, une combinaison équilibrée serait un homme jeune blanc vaguement de gauche ( un peu comme Obama sauf pour la couleur). Ce qui nous mène à Buttigieg.

    Est-ce que les américains sont prêts pour un homme homosexuel à la présidence et une femme noire à la vice-présidence ? La marche est haute.

    1. Réal Tremblay dit :

      Non.

  12. xnicden dit :

    L’article fait mention également que la méthodologie du sondage a été ajustée pour refléter les nouvelles règles pour les caucus démocrates de l’État. Les démocrates pourront participer à des caucus traditionnels ou virtuels, mais les caucus virtuels compteront pour seulement 10 % des résultats finaux quel que soit le nombre de participants. Le sondage a été pondéré en fonction de cette nouvelle donne. Mais ça donne aussi une marge d’erreur de 4.7 % pour ceux disant qu’il vont assister aux caucus en personne et 7.6 % pour ceux qui vont participer aux caucus virtuels.

    Cela dit, dans le groupe de caucus virtuel, 33 % disent que Biden est leur premier choix comparativement à 23 % pour ceux qui planifient aller aux caucus en personne. C’est un autre facteur de nature à inquiéter Biden vu le plafonnement à 10 % des résultats des caucus virtuels.

  13. xnicden dit :

    Un jour il faudra que M. Hétu nous explique à quoi les démocrates de l’Iowa ont pensé pour retenir cette formule de caucus. Ça resssemble à un compromis pour garder les caucus à tout prix…Mais est-ce qu’ils ont réfléchi au risque de hacking pour les caucus virtuels? Et dans l’hypothèse où les caucus virtuels s’avèrent très populaires, on pourrait avoir un(e) gagnant(e) de la primaire de l’État qui n’ait pas la majorité du vote exprimé. Des heures de plaisir en perspective.

    1. Réal Tremblay dit :

      Il me semble réaliste de penser que ce genre de caucus virtuel peut engendrer une analyse faussé par les hackers et la possible manipulation des données de ces derniers. C’est bien beau le virtuel et son effet de mode mais est-ce que la démocratie en est mieux servi? La réponse est dans la question.

    2. kintouai dit :

      Dans les caucus virtuel, est-ce qu’on élit un candidat virtuel ?

      1. xnicden dit :

        Haha.

        De ce que je peux comprendre, dans un caucus traditionnel les gens vont essayer de convaincre ceux dont le candidat favori est éliminé de se rallier à leur candidat, jusqu’à ce qu’une personne soit finalement choisie. Ça peut comprendre des discours et des conversations en petits groupes ou un à un. Est-ce que cela se fera aussi dans un caucus virtuel et si oui cela prendra quelle forme? Un gigantesque clavardage avec la possibilité d’avoir des conversations de personne à personne? Ou simplement un fil permettant de suivre les débats d’un caucus avec la possibilié de voter?

  14. Louise dit :

    Il y a plusieurs candidats(es) de qualité qui se présentent chez les Démocrates. La quantité n’est pas un problème parce que la plupart vont être éliminés assez tôt dans la course. Les 5 ou 6 qui vont rester ont commencé à émettre leurs idées et j’ai déjà hâte aux débats pour mieux les connaître et voir qui va ressortir comme étant les meilleurs.

    Pour l’instant je penche en faveur de Buttigieg mais j’ai des doutes qu’il puisse être élu président.
    Je crois que Biden représente la sécurité et la continuité pour les démocrates, c’est pour cela qu’il a plus de chances d’être choisi.
    Il pourrait faire un mandat de quatre ans avec Buttigieg comme VP. Cela permettrait à ce dernier de prendre de l’expérience et en 2024, les électeurs pourraient lui faire confiance. Les américains ont peut-être besoin d’une transition.
    Chose certaine la course s’annonce passionnante.

    Je vous remercie encore M.Hétu pour tous vos billets intéressants et si bien documentés. Vous me permettez de garder mon intérêt pour la politique américaine parce que malgré mes efforts, j’ai encore de la difficulté avec la langue anglaise.

  15. jcvirgil dit :

    L’erreur pour les démocrates serait de baser leur campagne en fonction de Trump et d’hésiter à choisir un candidat progressiste pour courtiser son électorat. Les partis politiques se fient trop aux sondages et ils segmentent trop l’électorat dans le but de se gagner des votes en s’adressant à des minorités ciblées.

    Ils doivent susciter l’enthousiasme avec un programme novateur et un candidat convainquant qui s’adresse à tous les Américains en insistant sur des réformes dans le domaine de la santé , de l’éducation et de l’environnement qui sont leurs principales préoccupations.

    1. Lecteur_curieux dit :

      Malheureusement les élections ne se gagnent pas ainsi.

      Tout simplement parce que le vote ne tient pas compte de l’intensité des préférences alors les programmes politiques qui font gagner sont mauvais pour le bien-être collectif en général mais ont le soutien d’une coalition d’intérêts minoritaires.

  16. Lecteur_curieux dit :

    Le diable se cache dans les détails.

    https://www.documentcloud.org/documents/6144333-a2190-Meth-07-9-2019.html#document/p1

    Les opinions des sondés sur Biden et Sanders sont pas mal faites. Pas beaucoup ne répondent not sure dans les premières pages qu’on peut lire. Madame Warren en a plus d’incertains que ces deux là mais beaucoup moins que les autres.

    Alors ? Cela peut ressembler à la dame démocrate que je connais. Son choix n’est pas fait mais elle, elle n’aime pas Sanders.

    Sur Biden elle a déjà dit qu’elle le trouvait trop vieux en 2016 déjà sinon pas un mauvais candidat autrement.

    Les candidats outre les 4 premiers ont eu moins de couverture médiatique ou n’ont pas su l’obtenir, se mettre vraiment de l’avant. Cela devra lever vite pour plusieurs sinon les abandons vont défiler. Et c’est correct aussi car trop de candidats c’est comme pas assez.

    Il faut pour gagner quoi ? Être raccord avec la psyché, l’inconscient collectif américain? Ou cela se voit plus quand ce n’est pas trop serré ?

    Le résultat de 2016 montre un pays profondément divisé.

  17. titejasette dit :

    Rendu plus près des élections (début ou mi-2020) le nom du meilleur candidat démocrate va ressortir du nombre. Ce n’est pas de cela qui m’importe. C’est le pourquoi du nombre constant des supporters de Trump, mois après mois, année après année. Les gestes posés dernièrement par Trump expliquent l’appui constant des électeurs de Trump.

    Le meilleur candidat démocrate ne pourrait jamais battre Trump, compte tenu du fait que les décisions de Trump sont désirées et approuvées par une partie du peuple. Bien de valeur… Il pourrait être réélu en 2020.

    1. RICK42 dit :

      La base indéfectible de Trump est à 30 -35%…rien qui puisse lui garantir une victoire. Les Dems doivent se rallier les tièdes répus et les indécis et alors ils pourront déloger l’Enflure orangée.

      1. titejasette dit :

        @RICK42

        D’accord avec vous. En espérant que tout aille pour le mieux pour la planète. Quoique les chiffres… c’est risqué de faire des analyses avec les chiffres. Quoi que…

        Vous dites « La base indéfectible de Trump est à 30 -35%…rien qui puisse lui garantir une victoire… » Question : Qu’est-ce le sondage donne au meilleur candidat démocrate ? => Biden: 24%.

        Voilà. Cet écart qui ne vous fait rien ?

    2. xnicden dit :

      Plusieurs facteurs vont jouer, mais une des clés demeurera le taux de participation. Ceux qui n’ont pas voté en 2016 en se disant que démocrates- républicains ou pire Trump-Clinton c’est du pareil au même, est-ce qu’ils vont reconnaître s’être trompés?

  18. fallaitquejteuldise dit :

    Quand ton argumentaire c’est de voir des clips en boucle d’Hilary Clinton avoir une faiblesse en montant à bord d’un véhicule, ça augure rien de bon pour un débat sur de réels enjeux pour la prochaine course… on risque de tomber dans des associations de base classe.

    1. xnicden dit :

      Je suis confuse, est-ce que ça vient d’un des candidats à l’investiture?

      1. fallaitquejteuldise dit :

        Effectivement, après coup ça mérite une precision de ma part: indépendamment du gagnant futur de la course démocrate, Trump risque de ramener le debat sur des commentaires populistes de base classe pour discréditer les candidats démocrates… un débat présidentiel de cour d’école.

      2. xnicden dit :

        Merci pour la précision.

  19. FlorentNaldeau dit :

    Une chose que laisse entendre ce sondage c’est que la meute de candidats pourrait être « écrémée » assez rapidement si les résultats des caucus et primaires restent dans les mêmes zones que ces chiffres.
    Rappelons qu’en vue de la convention Démocrate, un candidat reçoit un nombre de délégués au premier tour en proportion des votes récoltés pendant la primaire, à condition d’avoir atteint le seuil de 15 %; moins de cela, aucun délégué. Si on transpose ces chiffres directement au scrutin de février 2020, il y en a quatre qui seraient dans la zone (faisons l’hypothèse que PB va monter encore un peu plus), tandis que KH peut encore espérer s’y rendre. Pour les autres, ce pourrait être vraiment illusoire.

    Si le peloton de tête actuel garde la mainmise sur les primaires dans les autres États, en intervertissant les classements de l’un et de l’autre dans certains États, ils seront seuls à se partager la plus grande part des délégués. Plusieurs des 17 qui restent arriveront rapidement à la conclusion que ce serait futile de continuer avec aucun délégué ou peut-être une poignée seulement dans leur État d’origine (à moins d’une défaite humiliante là aussi). Un facteur encore plus crucial: leurs donateurs concluront la même chose et dirigeront leurs dollars vers d’autres candidatures. Cette réalisation pourrait se produire même avant le vote et des choix seraient posés à la lumière des sondages de l’automne. On verra si les débats confirmeront ou solidifieront la force individuelle des membres du peloton de tête actuel, ou si ils provoqueront un improbable bouleversement et feront remonter un ou deux candidats encore dans le deuxième sous-sol.

    1. Loïc Duplantis dit :

      Rappelons qu’en vue de la convention Démocrate, un candidat reçoit un nombre de délégués au premier tour en proportion des votes récoltés pendant la primaire, à condition d’avoir atteint le seuil de 15 %; moins de cela, aucun délégué.

      Je ne sais pas si vous êtes tromper ou mal exprimé, mais ce n’est pas exactement comme ça que ça fonctionne, car pour obtenir des délégués dans un État précis, il faut obtenir 15% des votes dans cet État. Votre commentaire laisse croire qu’il faut obtenir 15% des votes nationalement pour obtenir des délégués, mais dans les faits, il est possible d’obtenir des délégués en ayant beaucoup moins que 15% nationalement. Un bon exemple de cette réalité est le cas de O’Rourke dont en ce moment on lui accorde entre 3% et 4% des votes nationalement, mais qui obtiendrait environ 70 ou 80 délégué parce qu’il obtiendrait au moins 20% des votes au Texas

  20. Le Vigilant dit :

    xnicden
    J’apprécie votre analyse; d’excellentes interventions (claires et précises)!

  21. Loïc Duplantis dit :

    Avant d’analyser ce sondage en profondeur, il faut se rappeler que ce n’est qu’un sondage et qu’en février 2020, personne ne va se rappeler de ce sondage spécifique, il faut regarder les tendances et ce sondage confirme plusieurs tendances. Premièrement, il confirme le retour prévisible de Joe Biden au niveau qu’il était avant le déclenchement de sa campagne. Deuxièmement, il confirme que Bernie Sanders ne s’est pas remis de sa chute suite au début de la campagne de Biden, mais il confirme également que Buttigieg s’en est remis, surtout dans les États de début de primaire. Dans le cas de Buttigieg, il est toutefois improbable qu’il retrouve le momentum qu’il avait en début avril, mais si on regarde les choses en perspective, dans son cas c’est une victoire de se retrouver sur un pied d’égalité, ou presque, avec Harris et Warren quand on était un maire inconnu de 36 ans de la trois-cent-unième ville des USA au début de l’année. Troisièmement ce sondage confirme la montée de Warren, d’ailleurs ce sondage est une excellente nouvelle pour Warren, car on lui accorde 15% des intentions de vote, le seuil minimum pour obtenir des délégués. Quatrièmement, ce sondage confirme que la très lente descente de Harris continue, la seule chose qui permet d’ailleurs à Harris de rester dans la course avec un certains avantage sur Buttigieg et Warren est son support encore considérable en Californie. Cinquièmement, ce sondage confirme que la descente de O’Rourke s’est aussi matérialisé dans les États de début de primaire. Le candidat qui a le plus de chance de gagner est Biden, suivi de Sanders suivi de Harris, suivi de Warren, suivi de Buttigieg et en dernier O’Rourke

  22. FlorentNaldeau dit :

    @Loïc Duplantis, 17h50

    Je voulais effectivement dire 15 % dans un État pour obtenir une part des délégués de ce territoire. C’est d’ailleurs pourquoi je mentionnais ensuite la possibilité que le résultat d’un candidat fluctue d’un État à l’autre tout en restant au-dessus de la barre des 15 %, tandis que d’autres pourraient avoir un sursaut dans un État en particulier. Par exemple O’Rourke que vous mentionnez. Mais ce n’est pas une fraction des délégués du Texas, négligeable par rapport au nombre total de délégués de l’ensemble du pays, qui assurera la viabilité et la pérennité de sa candidature s’il n’obtient rien dans les autres États. Il lui faut réussir aussi ailleurs. Et il est loin d’être le seul dans ce cas.

    Désolé si ma formulation a posé des problèmes de lecture.

    Une primaire est un processus de sélection cruel et injuste; des candidats de substance comme Booker et même Klobuchar n’arrivent pas à percer, tandis que des phénomènes plus superficiels comme O’Rourke surnagent encore. Mais pour combien de temps?

  23. A.Talon dit :

    «qui laissent entrevoir la possibilité d’une course démocrate se limitant à cinq choix véritables plutôt qu’à une vingtaine.»

    Tant mieux, c’est la démocratie interne du Parti Démocrate qui en ressortira gagnante. Sans compter qu’on s’évitera ainsi la prééminence d’un populiste pas trop regardant sur les moyens pour accéder au pouvoir.

  24. Yolande C. dit :

    Tous les candidats du peloton de tête on quelque chose qui me séduit.

    Il faudra probablement attendre au Super Tuesday ou plus tard encore pour voir une tendance lourde se dégager.

    Chose certaine, les démocrates ne traineront pas un boulet comme en 2016.

  25. FlorentNaldeau dit :

    @Yolande C., 23h53 « Chose certaine, les démocrates ne traineront pas un boulet comme en 2016. »

    Le boulet est toujours là puisque Sanders est encore sur les rangs.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :