Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états


Le 25 septembre 1983, Stanislav Petrov, un officier soviétique a dû prendre une décision rapide, mais lourde de conséquences. Dans son bureau en périphérie de Moscou, en pleine nuit, le militaire reçoit une alerte des satellites comme quoi les Américains ont lancé cinq missiles balistiques intercontinentaux. 

Petrov a pris une décision prompte : il a ignoré le protocole établi, jugeant qu’il s’agissait sûrement d’un dysfonctionnement du système soviétique. L’histoire lui a donné raison, même s’il a été blâmé par le régime communiste pour ne pas avoir suivi les règles. 

L’acte de Petrov est d’autant plus significatif alors que, à cet époque, le secrétaire général Youriy Andropov craignait une attaque américaine et préconisait une attaque préemptive. En somme, si Petrov avait alerté ses supérieurs, la situation aurait dégénérée en quelques minutes alors que les pays étaient en pleine crise de confiance.

Cet incident, comme celui de la Baie des Cochons, semble être d’une autre époque : celle où l’humanité était à une pression de bouton près d’un apocalypse nucléaire.

Ronald Reagan, quand il a été élu, était très sceptique vis-à-vis des programmes de réduction des armes nucléaires. Il a fait campagne en 1980 contre le Strategic Arms Limitation Treaty II (SALT II), le jugeant incomplet et relançant la course aux armes au sujet de laquelle ses prédécesseurs avaient durement négocié une trêve. C’est à ce moment qu’il lancera le projet inabouti Star Wars, un bouclier anti-nucléaire spatial. Mais même Reagan a dû changer d’opinion et a relancé les discussions avec l’URSS sur différentes mesures de contrôle. Il faut reconnaître aussi que l’arrivée de Mikhaïl Gorbatchev y est aussi pour quelque chose, offrant plus de transparence et métamorphosant les relations entre les deux pays. N’empêche, un lien de confiance a été établi.

Trente ans plus tard, les ententes négociées par les deux chefs d’État ont été revues, mais jamais reniées. Et puis vint Trump. 

En février dernier, Trump a annoncé la suspension de la participation des États-Unis au Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) signé par Reagan, alors que pour la première fois depuis 1991, les États-Unis ont annoncé la construction d’un missile nucléaire à longue portée. Dans la foulée, Trump a suggéré que si la Chine et la Russie se lançaient dans une course à l’armement, les États-Unis la gagneraient, menaces qu’il avait déjà faites.

Similairement, un traité sur la réduction des armes stratégiques (ou armes de longues portées), New START, signé par les présidents Obama et Medvedev en 2010, expirera en 2021. Pour le moment, on ignore s’il sera reconduit ou renégocié. Et le gouvernement américain ne semble pas être pressé de s’y attarder.

L’argumentaire de Trump repose sur le fait que plusieurs pays qui détiennent officiellement l’arme nucléaire, comme la Chine, l’Inde et le Pakistan, ne sont pas soumis à ses règles, ce qui leur donne un « avantage ». Comme le démontre le New York Times dans un graphique, cette menace reste bien mince puisque que la Chine aurait seulement 280 engins nucléaires, contre 6 850 pour la Russie et 6 450 pour les États-Unis. Le nombre ne tient pas compte, non plus, de l’avantage technologique : ce n’est pas la quantité nécessairement qui compte, mais l’efficacité. Et il reste tout de même que les Chinois restent très discrets sur leur programme nucléaire.

Trump croit qu’il pourra ainsi renégocier un meilleur accord. Pour le moment, alors que les négociations avec la Corée du Nord s’embourbent et que la Chine refuse de discuter, il est difficile de comprendre comment la rhétorique de Trump permettra un meilleur contrôle des armes nucléaires de toute portée.

Mais la position américaine est avant tout une réplique à la Russie, qui se montre de plus en plus agressive. Les États-Unis accusent la Russie d’avoir déjà déployé des missiles bannis par ce traité à la frontière de l’Europe, même si Moscou répond en disant que les armes déployées ont une portée trop courte pour violer le traité. L’administration Poutine juge que ce sont les États-Unis qui cherchent des excuses pour mettre fin à un programme qui a permis de détruire des milliers d’armes. 

Le président Trump n’a donc pas complètement tort. Le président Obama a lui-même pensé se retirer du FNI. En revanche, alors que les négociations pour le New START étaient devenues une priorité pour Obama, qui avait mis beaucoup d’efforts pour relancer les discussions sur la dénucléarisation, le présent locataire de la Maison-Blanche ne semble pas intéressé de reprendre le leadership.

Il est difficile de savoir si le président essaie de suivre l’exemple de Nixon et la théorie de l’homme fou . Mais cette décision est la plus grave d’une série mettant fin à diverses politiques de contrôle des armes, comme j’expliquais dans un billet précédent.

Ce qui est certain, c’est qu’il y a beaucoup à perdre. La question de la réduction des stocks d’armes est évidemment primordiale. Mais derrière ces traités, c’est aussi des mécanismes de transparence qui permettent aux pays nucléaires d’améliorer la confiance les uns envers les autres. Un des éléments des traités est de permettre à chacun des signataires de pouvoir inspecter l’armement de l’autre et d’adopter des mesures de transparence, à l’image du fameux téléphone rouge établi entre le Kremlin et la Maison blanche après la crise de la Baie des Cochons en 1963. 

L’objectif est de s’assurer que ce ne sera pas l’entêtement d’un officier qui empêchera une crise nucléaire, mais bien la décision éclairée d’un chef d’État. Il ne faut donc pas voir des acquis seulement dans la réduction du nombre d’armes; la discussion est tout aussi importante. Et il reste à voir comment Trump s’y prendra.

(Photo Keystone)

41 réflexions sur “Trump et l’apocalypse nucléaire (2e épisode)

  1. Pierre dit :

    Shut!!! Vous avez prononcé le nom d’Obama, les carottes 🥕 sont cuites, le Potus – 45 va tout faire pour détruire ce traité…

  2. Apocalypse dit :

    Excellent billet M. Boisvert!

    Et j’ajouterais, combien déprimant! Comment se fait-il qu’en 2019, on se retrouve devant cette menace d’un apocalypse nucléaire qui pourrait bien faire passer l’humanité, notre civilisation aux oubliettes comme l’ont été les dinosaures. Ajoutons à cela, les changements climatiques dont on voit de plus en plus les effets et contre lesquels, on ne voit pas beaucoup d’actions concrètes pour éviter ses pires effets.

    Disons que si on veut être du bord la déprime, facile de trouver des raisons. C’est vraiment à croire qu’on n’apprendra jamais. On avait, et on a toujours, les moyens de faire de cette planète un paradis, mais que fait-on, les ‘caves’ se battent entre eux pour savoir qui est le plus fort :-(. Oh boy, I need a drink.

    A notre naissance, le trouble commence à courir après nous, alors imaginer, on court après jour après jour, qu’est-ce que vous pensez qu’il va arriver?

    1. Haïku dit :

      Apocalypse

      Vous êtes nucléaire dans votre commentaire !

    2. Sage 2010 dit :

      Citation de JFK: « L’humanité doit mettre fin à la guerre, avant que la guerre ne mette fin à l’humanité. »

    3. Igreck dit :

      Bonnes bonnes bonnes bonnes gens, approchez donc
      Approchez, serrez le rond
      Ça va commencer, oui
      Bonnes bonnes gens, approchez donc
      Serrez le rond ! Ça va commencer

      Faites vos jeux,
      Guerre nucléaire OU surchauffe planétaire ?
      Faites vos jeux !
      De toute manière c’est l’embrasement de l’atmosphère.
      Avec les compliments de Trump et compères
      Misère !

  3. Réal Tremblay dit :

    J’ai toujours pensé comme il était ridicule d’avoir des milliers de missiles nucléaires. Si ils sont aussi nombreux, leur justification est d’alimenter l’idée de la destruction réciproque. Je ne sais combien il en faut mais je suppose qu’une bonne dizaine et on est tous foutus.

    1. xnicden dit :

      C’est ce que j’ai tendance à penser aussi.

  4. simonolivier dit :

    La décision éclairée d’un Chef d’État…a va être difficile M. Hétu parce qu’aux USA ils ont un chef des tas par très éclairé.

    1. Guy Vidal dit :

      M. Boisvert

    2. Haïku dit :

      simonolivier 15:46

      « chef des tas »?
      😂👍👌!
      Belle recette santé pour Ricardo.

  5. xnicden dit :

    Article très éclairant merci!

    « Le nombre ne tient pas compte, non plus, de l’avantage technologique : ce n’est pas la quantité nécessairement qui compte, mais l’efficacité. »

    On s’entend que s’il y a un concept de base que Trump est à des années-lumière de comprendre c’est bien celui-ci.

    Ce qui me fait penser… Serait-il possible dans votre prochain épisode de nous faire un résumé des enjeux entourant la question du transfert de technologie nucléaire de l’administration Trump à l’Arabie Saoudite?

    « L’objectif est de s’assurer que ce ne sera pas l’entêtement d’un officier qui empêchera une crise nucléaire, mais bien la décision éclairée d’un chef d’État. »

    Ayant échouée à mettre Trump, crise nucléaire et décision éclairée dans la même phrase, je m’en vais de ce pas devancer le vino du vendredi.

    1. Guy LB dit :

      @xnicden :
      Très bon plan pour l’après-tout-de-suite. Je vous précède, et m’en vais de ce pas réfléchir à la quadrature du cercle. Si je trouve, vous pourrez mettre Trump, crise nucléaire et décision éclairée dans la même phrase sans problème, promis.

    2. karma278 dit :

      Cheers!

  6. gl000001 dit :

    « pas intéressé de reprendre le leadership »
    A-t-il fait une promesse électorale là-dessus ? Non. Donc, il ne s’en préoccupe pas.

  7. Martin Cote dit :

    Le gros problème avecTrump….il est pas incapable de prendre une décision éclairée …….il prend ses décisions sur des coups de tête…çe qui est très alarmant……le théorie de l’homme fou lui va bien….

  8. Gilles Morissette dit :

    « La théorie de l’Homme fou » ou « théorie du fou (madman theory) ».

    Concept intéressant qui s’applique très bien au TDC-En-Chef. Un dirigeant instable, au comportement imprévisible qui dispose d’une énorme capacité de destruction.

    Selon cette théorie, aucun pays hostile ne devrait tenter de provoquer cet « homme fou » de crainte de susciter une réplique inattendue. (Source: Wilkipedia).

  9. Danielle Vallée dit :

    Poutine lui a dit de ne pas s’inquiéter .. Et qu’il va l’aider aux prochaines élections pendant que la Russie s’installe à Cuba et au Vénézuela etc..

  10. J.C.Virgil dit :

    La seule avenue logique pour les armes nucléaires serait de signer des traiter pour les abolir. A quoi sert d’avoir des milliers de missiles nucléaires qui ne pourront jamais être utilisés sans signer la fin de la vie sur terre.

    En passant ce sont les Américains avec leur bouclier anti-missile qui ont relancé l’escalade et non la Russie, qui n’avait tout simplement pas les moyens de suivre à l’époque où le projet a été mis de l’avant. En positionnant des silos contenant supposément des missiles défensifs tout autour de la Russie , avec en plus le discours de quelques fêlés du département d’État et du Pentagone qui étudiaient la possibilité d’une première frappe sans que la Russie puisse riposter , ils ont réveillé l’ours.

    Les Russes savent fort bien qu’il serait facile de changer les missiles défensifs dans les silos qui les entourent par des missiles nucléaires , leur donnant très peu de temps pour voir venir l’attaque, c’est pourquoi ils ont développés des missiles hypersoniques pour déjouer le bouclier américain qui pourraient semble t-il être lancés à partir de sous-marins.

    Souhaitons que les deux parties en reviennent à l’équilibre de la terreur en se rendant compte que personne n’a rien à gagner dans cet escalade. Surtout avec une personne aussi instable que Trump à la tête des États-Unis qui pourrait tout faire péter s’il a l’impression de perdre la face.

    1. Igreck dit :

      Impossible tant que les dirigeants des pays nucléarisés seront des ados attardés qui jouent à qui pisse le plus loin !

  11. Maïs1988 dit :

    Mais, mais, mais… la collusion?

    Mais, mais, mais… Trump n’est-il pas la marionnette de Poutine?…

    Plus sérieusement, je trouve rafraîchissant de lire un texte comme le votre sur ce blogue! Enfin!

  12. Hilarion Lefuneste dit :

    la décision éclairée d’un chef d’État.
    On est mal pris.

    1. jcvirgil dit :

      Vous avez bien raison Hilarion.Je ne sais pas ce qu’en pense votre ami Achille 😎

  13. jeanfrancoiscouture dit :

    Le total des armes nucléaires opérationnelles a déjà dépassé les 70 000 têtes. De la folie furieuse. Les divers traités ont pu ramener ce total insensé à moins de 15 000 têtes dont plus de 90% sont aux mains des USA et de la Russie. Il n’en demeure pas moins qu’il y a encore suffisamment d’armes nucléaires pour détruire la planète plusieurs fois..
    Et voilà l’éminent Donald Trump qui s’amuse à donner des coups de pied dans la boite à jouets de ses petits copains.. Avec Poutine qui fait dans la paranoïa, KJU qui ne va jamais laisser aller ses bombinettes, la Chine qui a l’air de vouloir vraiment se prendre pour une grande puissance militaire, l’Inde et le Pakistan qui se regardent de travers sans oublier Israël qui s’attend toujours au pire, on est plutôt mal barrés en ce début de XXIe siècle.

    «Le monde sont drôles» (dans le sens de bizarre) disait le titre d’un show de Clémence Desrochers. Moi je dirais plutôt que «Le monde sont fous»

    1. Haïku dit :

      jeanfrancoiscouture

      Exactement !😭

  14. spritzer dit :

    « Mais la position américaine est avant tout une réplique à la Russie, qui se montre de plus en plus agressive. Les États-Unis accusent la Russie d’avoir déjà déployé des missiles bannis par ce traité à la frontière de l’Europe, même si Moscou répond en disant que les armes déployées ont une portée trop courte pour violer le traité. L’administration Poutine juge que ce sont les États-Unis qui cherchent des excuses pour mettre fin à un programme qui a permis de détruire des milliers d’armes.

    Le président Trump n’a donc pas complètement tort. »

    Il peut avoir complètement tord si ce sont les Russes qui ont raison… Pour l’instant c’est difficile de le dire. C’est vrai par contre que l’élimination des mécanismes de transparence, de communication, est inquiétant.

  15. chrstianb dit :

    Il y a environ 4300 villes dans le monde qui ont plus de 100 000 habitants. Donc, les puissances nucléaires combinées ont assez de bombes pour raser plusieurs fois chaque ville… Chouette, n’est-ce pas?
    http://cartonumerique.blogspot.com/2019/02/villes-de-100000-habitants.html

    Je suis né peu avant l’assassinat de JFK. J’ai vécu ma jeunesse sous l’horreur de l’apocalypse nucléaire. À l’aube de ma retraite, rebelote… Misère.

    1. jcvirgil dit :

      Le pire étant quand on pense à tout ce qui pourrait être fait avec les centaines de milliards de dollars,investis inutilement dans des armes qui ne pourront jamais servir.

      C’est difficile pour l’homme même en se forçant d’être plus idiot que ça quand on pense à tous les défis qui se posent pour sa survie et le bien-être des populations partout sur la planète .

      1. onbo dit :

        Problématique et/ou situation absurde rarement aussi bien circonscrite! bravo!

    2. marcandreki dit :

      Je suis né au même moment que vous, @ Christianb. Rebelote en effet. Il nous faut cependant ajouter cela les dérèglements climatiques, la montée de l’extrême droite, le terrorisme religieux et la croissance fulgurante des inégalités.

      Nous n’avons pas connu la guerre, par contre. Souhaitons que cela demeure. Mais parfois, j’ai des doutes…

  16. Ziggy dit :

    Mr.Boisvert pas très rassurant de constater qu’un dégénéré croit possible que dans une hypothétique négociation qu’il aura le haut du pavé et imposera au autre pays ses dictats .Se retiré des traités existants c’est ouvrir la porte à l’inconnu sans la certitude d’en arriver à un accord meilleur.
    Encore plus épouvantable c’est que le dégénéré en question croit que son pays pourrait avoir le dessus dans une escalade qui ne peut être que mondial par le jeu des alliances et plus risqué encore un jusqu’au bouttisse qui n’a rien à perdre.
    Ça n’existe pas des attaques préventives,limités sauf dans l’esprit d’un détraqué avec un conseiller avec un gros pinceau blanc assisté de Fred Caillou.
    L’extinction de la race humaine ne peut être causé que par l’homme.
    Ne pas oublié que le gros taré envoyé par dieu n’à jamais négocié quoique ce soit sa méthode mettre le monde à genoux à des limites.

  17. Benton Fraser dit :

    Et Trump qui ne cessait de répéter qu’Hillary Clinton était une va-t’en guerre….

    1. spritzer dit :

      Trump joue avec les allumettes…

      1. chrstianb dit :

        Ça ne serait rien si au moins il n’était pas dans une poudrière

  18. jeanfrancoiscouture dit :

    En acceptant l’idée que l’être humain soit une création d’un être supérieur et au vu des imbécillités dont sont capables ces créatures, de deux choses l’une: Ou bien ce créateur n’est pas si génial pour avoir fabriqué des machines aussi défectueuses et imprévisibles ou bien, une fois le modèle monté, il s’en est totalement désintéressé et l’humain est devenu dysfonctionnel faute d’avoir été ramené à l’atelier pour entretien préventif.périodique. 🙂 🙂

    1. Haïku dit :

      « Dubium »(les garagistes de la MB).

  19. ghislain1957 dit :

    « Et il reste à voir comment Trump s’y prendra. »

    Juste cette phrase n’est pas rassurante. Si l’on se fie aux « réussites” du greatest president ever, on est dans la schnoutte. Believe me!

  20. Daniel Legault dit :

    L’absence de guerre entre les Russes et États-Unis a toujours reposé sur l’équilibre de la terreur. Chacun s’il était attaqué, est capable de détruire l’autre.

    Trump est un imbécile s’il pense qu’il peut changer cetéquilibre pour que les États-Unis puisse dicter leur volonté à la Russie sans conséquences. La Russie n’a pas la puissance des États-Unis mais elle a besoin de détruire la terre qu’une seule fois.

  21. papitibi dit :

    En acceptant l’idée que l’être humain soit une création d’un être supérieur et au vu des imbécillités
    dont sont capables ces créatures…
    – jeanfrancoiscouture / 21:35

    La vraie Vérité, là, c’est que des Dieux, il y en a plusieurs! Voire si Yahweh est le Dieu des islamissse! Impossible! Impossible que Allah soit le Dieu de Bibite Nétanyahou, d’Avigdor Lieberman, de Naftali Bennett et de Monsieur Muslim Ban, à Washington. .

    Faut croire (!) que tous ces dieux ne sont pas nés du même oeuf, ou alors, ils ont eux-mêmes rapidement appris et enseigné la haine.

    Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain.

    Il semble que la bonnefemme a cessé d’appartenir au bonhomme; donc, rien n’interdit plus de la convoiter! Des servantes? C’est démodé! Combien de propriétaires de condos y logent encore un boeuf ou un âne? Drette là, il y a un problème. Eille, la mise à jour, ça vient? La maison d’un Cisjordanien, ça vaut rien! Mais sa terre, ça, c’est pas interdit de la lui arracher. En tout cas, c’est pas précisé donc c’est permis!

    Nous autres on les voit pas; ils sont invisibles, les tabarnaks! Mais tous ces dieux là sont probablement occupés soit à se faire des zwis-zwis, soit à s’arracher les uns la tête de l’autre. Ou peut-être qu’ils essaient d’avoir un préposé de Bell Canada au bout de la ligne et que depuis des millénaires on leur chuchote à l’oreille: Votre appel est important pour nous… pour conserver votre priorité d’appel, ne quittez pas!

    Les dieux sont trop occupés pour brasser ce petit Donald qui chie partout? Alors ouste! Flushés.

    1. jcvirgil dit :

      Les dieux vous diront qu’ils ont laissé à l’homme son libre arbitre pour qu’il puisse faire ses choix lui-même tout en le guidant par la spiritualité.

      Pour ça cependant il faut qu’il adore le bon 😎 Sinon il sera à la merci de faux messages .
      Mais sérieusement il y a une morale ou appelez le comme vous voudrez au coeur de l’homme qui fait qu’il sait fort bien si ses actions sont correctes.
      C’est à lui de décider ensuite s’il l’écoute ou non.

      C’est Karl Marx je crois qui disait :*Si Dieu a créé l’homme à son image,l’homme le lui a bien rendu.*

      Quand on voit encore aujourd’hui tous ces disciples adeptes de guerre et de vengeances pour plaire à un Dieu jaloux,vengeur et à la limite psychopathe vis à vis de tous ceux qui refusent de se mettre à quatre pattes pour l’adorer, on se dit qu’il avait bien raison !

      1. papitibi dit :

        God gave us Donald J. Dumb!

  22. Absalon dit :

    Le plus inquiétant me semble être moins les stocks d’armes nucléaires qui resteront surabondants que la remise en cause induite des traités de non-prolifération. Sur quelle base demander aux pays émergents de respecter les traités de non-prolifération si la première puissance nucléaire s’assoit sur ses engagements ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :