Le blogue de Richard Hétu

L'Amérique dans tous ses états

beto_oprah.jpg

Beto O’Rourke était de retour hier à New York, la ville où il a connu, à 23 ans, sa première crise existentielle. Exactement 23 ans plus tard, il traverse sa deuxième. «Je réfléchis à une course à la présidence», a avoué l’ancien représentant démocrate du Texas lors d’une entrevue accordée à Oprah Winfrey, précisant qu’il entendait prendre une décision d’ici la fin du mois.

Beto O’Rourke, faut-il le préciser, a admis à la mi-janvier qu’il luttait contre la déprime après avoir quitté le Congrès dans la foulée de sa défaite crève-coeur lors de l’élection sénatoriale du Texas en novembre dernier. Il a fait cette confession dans le carnet qu’il a tenu pendant un voyage solo en voiture dans cinq États du Sud-Ouest et des Grandes Plaines. Voyage entrepris pour prendre le pouls de la population et sortir justement du funk dans lequel il s’est retrouvé après perdu contre Ted Cruz à l’issue d’une campagne qui a fait vibrer de nombreux démocrates d’un bout à l’autre des États-Unis.

Il y a 23 ans, Beto O’Rourke a vécu sa première crise existentielle alors qu’il gagnait chichement sa vie en s’occupant des deux jeunes enfants d’une riche famille de l’Upper West Side, à Manhattan, en tant que garçon au pair. Il avait fini ses études à l’Université Columbia. Les membres de son groupe punk s’étaient envolés aux quatre vents. Et il n’avait même pas les moyens de payer son propre appartement à New York.

Le New York Times raconte aujourd’hui cette époque-clé de la vie de Beto O’Rourke, époque où il a réalisé qu’il ne serait jamais un grand musicien ou un grand écrivain. Qu’allait-il devenir? Que voulait-il? Cette question lui a été posée par un professeur dont il suivait le cours à titre d’étudiant libre. Selon sa copine de l’époque, il a répondu : «Je veux être un homme simple.» Le professeur a répliqué : «Ce n’est pas si simple.»

Un jour, après avoir abandonné son emploi de nounou, Beto s’est retrouvé avec un ancien camarade d’université dans un loft de musiciens situé à Williamsburg, parmi les juifs hassidiques, les Noirs et les Hispaniques de ce quartier de Brooklyn qui n’était pas encore complètement envahi par les hipsters. Le jeune Texan y a vite acquis la réputation du gars qui pouvait parler à tout le monde.

Les années new-yorkaises d’O’Rourke ont pris fin un matin alors qu’il se retrouvait coincé comme une sardine dans un wagon de métro roulant en direction du Bronx, où se trouvait l’imprimerie qui l’employait. C’est alors qu’il a reconnu qu’il ne pouvait plus se passer des grands espaces du Texas.

Et il est retourné à El Paso, sa ville natale, après avoir tenté pendant toutes ses années d’emprunter une autre voie que celle tracée par son père Pat, celle qui mène à la pratique du droit et de la politique.

P.S. : L’interview de Beto à Oprah sera diffusée le 16 février sur la chaîne OWN.

(Photo Getty Images)

51 réflexions sur “Les crises existentielles de Beto

  1. P.L. dit :

    Je trouve toujours qu’il est intéressant qu’un politicien ait connu autre chose qu’un parcours exemplaire en droit ou en médecine avant de devenir un notable de sa communauté et de faire le saut en politique. Pas besoin cependant de venir d’un milieu défavorisé et d’avoir dû veiller sur sa mère cocaïnomane pour connaitre la dure réalité du monde et comprendre « le peuple ».

    O’Rourke s’est déjà senti minable, a déjà vécu de peu et s’est déjà senti dépassé par la vie. Juste ça, selon moi, ça peut aider à faire un homme politique qui ne juge pas trop rapidement ses concitoyens et qui ne se permet pas de leur dire que, s’ils ne réussissent pas, c’est simplement parce qu’ils ne l’ont pas assez voulu, comme Macron selon qui il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi.

    1. Achalante dit :

      Encore faut-il que la personne ne pense pas qu’elle est une exception et que les autres qui ont vécu ou vivent ça, c’est parce qu’ils l’ont voulu ou mérité. Mais sinon, je suis d’accord.

    2. Pierre dit :

      Arrêtez d’en mettre je vais pleurer… la seule chose qui compte en politique américaine c’est le cash, et là il veut du financement d’Ophra, et ainsi s’assurer de l’investiture, ce qui est moins sûr si jamais Joe et Hillary décide de sortir de leur CHSLD respectif.

    3. A.Talon dit :

      «O’Rourke s’est déjà senti minable, a déjà vécu de peu et s’est déjà senti dépassé par la vie.»

      On passe presque tous à un moment ou à un autre de notre existence par une tel passage à vide. Du moins, chez les gens normaux. Beaucoup de gens se reconnaîtront dans le cheminement de Mr O’Rourke et seront par conséquent plus enclins à croire à la sincérité de son désir d’améliorer les conditions de vie de ses concitoyens.

      1. Layla3553 dit :

        @A.Talon
        « la sincérité de son désir d’améliorer les conditions de vie de ses concitoyens »

        Sa sincérité ne fait aucun doute, j’aime énormément cet homme.
        Vivre un passage à vide comme vous dites, quand tu es dedans ce n’est pas évident, mais l’après est gagnant et je ne sens pas qu’il est vraiment dans la période de l’après.

        Il sera intéressant de voir l’entretien au complet on aura peut-être une toute autre opinion.

      2. igreck dit :

        Un sage a dit : « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. » Et plus humain ajouterai-je !

    4. gérard séguin dit :

      @P.L. Je suis d’accord, toute personne le moindrement observateur et analytique. N’a pas besoin de vivre des expériences positive ou négative. Pour mieux comprendre les problèmes quel qu.ils soient. Maudite RÉFLEXION! qualité mal répartit chez l’humain. Espoir peut-être un jour?

  2. bloganon dit :

    Dommage, mais je ne crois pas qu’il soit le candidat idéal. Sympathique, mais pas assez ambitieux.

    1. Dekessey dit :

      @bloganon

      Il est fort sympathique et il a prouvé qu’il a beaucoup de potentiel, mais c’est plutôt son manque d’expérience qui me rend sceptique quant à ses chances pour 2020..

      1. igreck dit :

        Et W !?! Il était prêt ???
        Bien sûr, il y avait papy H.W. Et surtout oncle Dick !!!

  3. RICK42 dit :

    Il a trop tardé à se lancer…il fait maintenant figure de dilettante…j’ai des doutes sur ses chances…il n’a pas le couteau entre les dents, ça c’est sûr!

    1. A.Talon dit :

      «Il a trop tardé à se lancer…il fait maintenant figure de dilettante…»

      Vous voulez dire comme Justin «MiniMe» Trudeau? En voilà un autre qui n’ira pas loin dans la vie. 😉

  4. Apocalypse dit :

    J’étais déjà sceptique sur le cas de Beto O’Rourke, ce billet ne fait rien pour me faire changer d’idée. Peut-être une bonne idée de sauter ce tour et continuer à s’investiguer pour savoir qui on est et où on veut aller. A son âge, il aura encore des chances si jamais…

  5. Pour moi il est clair qu’il n’est pas prêt psychologiquement. Je ressens une fragilité chez lui en ce moment. Je préférerais qu’il prenne le temps qu’il faut pour se sortir de cette crise et reprendre des forces pour qu’il retrouve toute sa combativité quitte à attendre 2024 ou même 2028. Ce serait trop dommage de le « brûler ».

    1. gl000001 dit :

      La fragilité fait souvent s’ouvrir les gens. Ils en auront besoin d’ouverture après l’autre nigaud. Mais il devrait en premier se faire élire en tassant Cruz. Et se présenter dans 8 ans.

    2. Layla3553 dit :

      @Marie4Poches
      💯excellent💯.Layla.

    3. igreck dit :

      @marie4
      Et Trompe, il était prêt psychologiquement ???

      1. Pantoute! Il est incapable de penser à autre chose que lui-même.

  6. P.L. dit :

    Je ne vise personne, mais j’aurais une question pour la communauté de ce blog.

    Dans les billets sur Pelosi, Sanders, Biden, etc., il a souvent été question de leur grand âge et du problème que cela représenterais.
    Pour O’Rourke, Ocasio-Cortez et même Abrams, on parle souvent plutôt de leur manque d’expérience.

    Ma question n’est pas du tout ironique ou accusatrice, mais j’aimerais simplement et sérieusement savoir, selon vous, la tranche 55-65 ans est-elle la seule valable pour un bon président ?

    1. gl000001 dit :

      S’il est jeune et a au moins 4 ans comme élu (préférable 8), aucun problème !

  7. Martin cote dit :

    John kennedy n’avait pas 45 ans quand il a été élu président et il a assez bien fait…il a en autre gérer la crise de la baie des cochons avec une grande maturité……il est certain que ça prend une certaine maturité pour être président…mais peut-on dire que le président actuel fait preuve d’une grande maturité…pas certain…o’rourke semble manquer de confiance en lui et c’est çe qui lui fera le plus fort…

  8. gl000001 dit :

    « après avoir tenté pendant toutes ses années d’emprunter une autre voie que celle tracée par son père Pat, celle qui mène à la pratique du droit et de la politique. »
    Quelqu’un qui arrive en politique sans vraiment le vouloir mais qui a vu qu’il y était à sa place. Qui est bon en politique. Qui est un excellent communicateur. Je lui trouve un bon mentor et dans 4 ou 8 ans, il sera président.

    1. Layla3553 dit :

      @Gl000001 14:38
      💯excellent💯.Layla.

  9. A.Talon dit :

    «Sympathique, mais pas assez ambitieux.»
    «c’est plutôt son manque d’expérience qui me rend sceptique»
    «il n’a pas le couteau entre les dents, ça c’est sûr!»
    «J’étais déjà sceptique sur le cas de Beto O’Rourke»
    «Pour moi il est clair qu’il n’est pas prêt psychologiquement.»

    Le fruit n’est pas peut-être tout simplement pas encore mûr. Laissons le temps au temps. Beto for President 2028? Il n’aura alors que 55 ans. Et 59 ans en 2032. Tout les espoirs sont donc permis à long terme. Ce qui importe, c’est qu’il puisse acquérir plus d’expérience en administration publique, autant que possible dans des postes électifs. On remarque d’ailleurs que les postes de maire, sénateur ou gouverneur sont généralement des passages obligés pour devenir POTUS. La seule exception récente s’étant révélée un parfait désastre à tous niveaux, comme chacun sait.

    1. igreck dit :

      Le dés-astre (trou noir) comme vous dites est dû au trouble de personnalité (narcissisme) qui rend Potus45 complètement à côté de la plaque. Quelqu’un de « sensible », qui saurait s’entourer de gens compétents (pas des yes-men et des yes-women) ferait, j’en suis persuadé, une maudite bonne job. Le rôle de leader n’est pas de tout gérer en étant persuadé d’avoir TOUJOURS raison (tout le contraire de ce qui se passe actuellement dans la Maison-de-fous).

  10. A.Talon dit :

    «P.S. : L’interview de Beto à Oprah sera diffusée le 16 février sur la chaîne OWN.»

    Tiens donc. Oprah choisirait-elle de devenir «King Maker» plutôt que de se lancer en politique? C’est effectivement en soutien actif de candidats de qualité qu’elle se révélera le plus utile pour l’avenir de son pays. Elle a beaucoup d’influence et de contacts, ne l’oublions pas.

    1. A.Talon dit :

      OUPS! «en soutien actif AUX candidats de qualité»

  11. A.Talon dit :

    N’importe quoi pour dénigrer les autres, mon pauvre Picotte. Vous êtes pitoyable.

    1. @A.Talon Vous êtes un vrai gauchiste, un frustré de la vie en permanence lol

  12. nickoleterrible dit :

    C’est un script pour un film de série B ?

  13. A.Talon dit :

    Je préfère un candidat potentiel intelligent et talentueux, quoique réticent à aspirer aux plus hautes fonctions de l’État, à une andouille corrompue et parfaitement incompétente qui a rêvé toute sa vie de devenir président. Le premier fera sûrement un meilleur travail que la second.

  14. ducalme dit :

    Il y des côtés de Beto O’Rourke qui me font penser à Jean-Martin Aussant.

    Il n’est pas mon premier choix, mais c’est un candidat à qui je me rallierais certainement.

  15. Gilbert Duquette dit :

    …il a réalisé qu’il ne serait jamais un grand musicien ou un grand écrivain….ce qui l’a mené à la pratique du droit et de la politique.

    Comme quoi la profession de politicien est tout en bas de l’échelle

  16. Layla3553 dit :

    Je crois que se présenter contre DT dans son cas serait une erreur, DT va sauter sur les états d’âme de Beto et jouer sur la faiblesse du candidat, il va mimer le candidat qui chambranle dans le manche.

    C’est un suicide politique garanti.

    Sur une note plus humoristique, je dirais que si tu veux te présenter contre DT tu ferais mieux de parler de comment tu te sens à tes genoux. 😉Bien sûr je fais référence à un post de cette semaine que j’ai vraiment aimé.

    1. igreck dit :

      JFK qui se faisait traiter de « gosse de riche » et qui est aujourd’hui un modèle pour la présidence.

      1. igreck dit :

        + JFK il était aussi très souffrant ce qui constituait un sérieux handicap pour un job qui t’oblige à une vie extrêmement exigeante au plan physique.

  17. Gilles Morissette dit :

    O’Rourke a de belles qualités et il a tout pour devenir un leader charismatique capable de rassembler les gens.Sa défaite honorable contre Cruz dans un état conservateur comme le Texas a été une expérience qui lui servira éventuellement.

    Une candidature présidentielle m’apparaît cependant prématuré. Il vaut mieux y aller par étapes. Se faire élire à la Chambre des Représentants ou au Sénat (2020) lui permettrait d’acquérir l’expérience nécessaire et de développer un réseau de contacts qui pourront lui être utiles.

    Un candidature en 2028 et pourquoi pas 2024, pourrait alors être envisageable. Barack Obama avait 47 ans au moment de son accession à la présidence. John Kennedy en avait 43. Ils sont tous les deux passé par l’étape du Congrès avant de passer à la présidence.

  18. quinlope dit :

    A-t-il fait ses preuves comme dirigeant de quelque organisation?
    Quand on compare son expérience avec celle des Biden, Harris, Warren, il a encore un chemin à parcourir et des réalisations à démontrer.
    Sympa,mais pas plus.

  19. monsieur8 dit :

    Au début de la vingtaine, il n’avait pas un rond et se demandait quoi faire de sa vie. Il a essayé la musique, la littérature, les petits boulots… sans beaucoup de succès. Alors il est rentré chez lui et a fait comme son papa : il est devenu politicien.

    Wow ! Merci Oprah de nous faire découvrir la vie palpitante du beau Beto !

    Sérieusement, j’espère que ce sont les idées et les programmes des candidats qu’on va mettre de l’avant lors des primaires et de la campagne. Leurs états d’âme et leur bibliographie romancée : en second lieu SVP.

    1. monsieur8 dit :

      biographie… bien sûr.

  20. lechatderuelle dit :

    ouais ben y’a pas qu’au Canada que les candidats pour diriger le pays sont d’une navrante platitude….

    l’Amérique a bien besoin de visionnaires…. ça ferait changement…..

  21. Pierre s. dit :

    ——————–

    Contrairement a Trump lui il a déjà travaillé pour vrai
    et contrairement à Trump il a aussi payé ses impôts.

  22. spritzer dit :

    « Qu’allait-il devenir? Que voulait-il? Cette question lui a été posée par un professeur dont il suivait le cours à titre d’étudiant libre. Selon sa copine de l’époque, il a répondu : «Je veux être un homme simple.» Le professeur a répliqué : «Ce n’est pas si simple.»

    On est supposé se prendre la tête entre les mains et réfléchir à ça? 😉 Le prof a voulu faire son smatte…

    Son histoire ne m’inspire pas moi non plus, il donne l’impression d’être une coquille vide. Et on me traitera sûrement d’obsédé, mais j’ai lu qu’il était très réceptif au lobby israélien, AIPAC etc..

    Ce n’est pas un détail anodin parce que il garantit une politique extérieure agressive, du moins au Moyen-Orient. Obama en est un bon exemple.

    Pour moi la candidate la plus intéressante est Tulsi Gabbard justement pour ses positions radicalement anti-guerres qu’elle est la seule à défendre. Quant à moi c’est une posture tout à fait remarquable dans les circonstances, et dans un monde sensé elle devrait être capable d’initier quelque chose, un mouvement avec cette idée, et c’est possible que cela se produise jusqu’à un certain point.

    En attendant elle est attaquée par l’establishment démocrate et les médias pour oser avancer cette idée. Ça en dit long sur la corruption des médias et du parti.

    1. Benjen Stark dit :

      @spritzer Et comment on l’attaque? On dit que la Russie travaille pour faire avancer sa campagne. C’est pathétique.

      1. spritzer dit :

        La russophobie, que c’est pratique. C’est tellement gros, mais les gens achètent encore, c’est ce qui me dépasse.

  23. Danielle Vallée dit :

    Déjà quand il s’est fait pousser la barbe après les élections, il m’a fait penser à Al Gore après sa défaite.
    Il faut avoir l’instinct du tigre pour se lancer en politique. Il ne l’a pas.
    Mais il y a sûrement une cause à laquelle il pourrai se joindre et dans laquelle if ferait sa place.
    Ça me rend un peu triste….Mais je le respecte de vouloir contrôler SA vie.

  24. MarcoUBCQ dit :

    Il sera beto candidat.

  25. kintouai dit :

    Il ne devrait pas trop parler de ses «crises existentielles» car, pour les néandertaliens qui forment plus du tiers de l’électorat du shithole USA, ça fait «moumoune».

  26. P Lacerte dit :

    En passant… bonne nouvelle… les familles des victimes de la tuerie de Sandy Hook ont gagné une série de leurs poursuites en diffamation contre le répugnant Alex Jones…, savez l’imbécile qui accusait les familles d’être les acteurs d’un complot visant à enlever les armes aux américains…

    https://www.nytimes.com/2019/02/07/us/politics/alex-jones-sandy-hook.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur&fbclid=IwAR0g3cnM3VY4hcw33L8Z6COF7sH_sEbO4-qSxuDfHZk1silyvcFAgffwluY

  27. jeanfrancoiscouture dit :

    @ducalme,07/02/2019 à 15:07:«Il y des côtés de Beto O’Rourke qui me font penser à Jean-Martin Aussant.»

    Intéressante remarque. Jean-Martin Aussant,, le financier indépendantiste «impatient» qui aurait pu être ministre des Finances du P.Q. mais qui a choisi d’aller fonder son propre parti et de se faire royalement rembarrer par les électeurs. Un retour à la haute finance londonienne suivi d’un autre retour au pays pour, cette fois, embrasser l’économie dite «sociale» pour ensuite revenir au P.Q. et se faire «rincer» lui-même en même temps que son parti

    J’espère que ce n’est pas ce genre d’avenir que Beto O’Rourke promet à son parti. Quant aux «crises existentielles», quand on a un adversaire comme Donald Trump, vaut mieux ne pas lui en fournir trop. Nous connaissons tous le degré d’insensibilité qu’il peut avoir face aux malheurs d’autrui et le plaisir qu’il prend à mettre du sel sur des plaies vives.

  28. ducalme dit :

    @jeanfrancoiscouture

    Vous le dites bien mieux que je ne pourrais le faire, mais vous exprimez bien les raisons pour lesquelles Beto O’Rourke n’est pas mon premier choix.

    Voici les résultats de l’élection de Nicolet-Bécancour en 2012:
    ———————————————————————————————

    Donald Martel Coalition avenir Québec 9 745 32 % 1 876 (majorité)
    Jean-Martin Aussant Option nationale 7 869 25,8 % –
    Marc Descôteaux Libéral 6 840 22,5 % –
    Gilles Mayrand Parti québécois 5 644 18,5 % –
    Mathieu Benoit Conservateur 348 1,1 % –
    Total 30 446 100 %
    ——————————————————————————————–
    Sans la présence du candidat péquiste, Aussant aurait été vraisemblablement élé et l’inverse est aussi vrai: sans la présence d’Aussant, le péquiste aurait été probablement élu.

    Mais on ne le saura jamais.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :